Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Carnets d'enseignementsLes étudiant·es de l’université p...

Carnets d'enseignements

Les étudiant·es de l’université populaire ne sont pas celles qu’on croit

Retour d’expérience sur la mineure de géographie sociale « hors les murs » à Saint-Denis
Ségolène Darly et Marion Tillous

Texte intégral

1Cet article est issu d’une communication donnée lors du colloque « Approche critique de la dimension spatiale des rapports sociaux » qui s’est tenu à Caen en juin 2019. Il s’agissait alors de faire le bilan après 4 ans d’existence de la mineure de géographie sociale (spécialisation au sein du diplôme de Licence) crée en 2015 au sein de l’Université Paris 8. Cet article fait suite à un premier texte publié au sein des Carnets de géographes et rédigé à l’issue de la première année de cette expérimentation, qui visait à ouvrir les cours dispensés aux étudiant·es en formation initiale à un public extérieur à l’Université. Nous poursuivons ici une des pistes de réflexion esquissée en conclusion du premier article : l’hypothèse que, contrairement à ce que l’on pensait, les étudiant·es en formation initiale étaient peut-être le véritable public de l’éducation populaire. Avant de présenter les éléments qui nous semblent valider cette hypothèse, nous prenons le temps de développer l’histoire de l’Université Paris 8 pour montrer comment le mythe qui s’est peu à peu construit autour de son ancêtre, le Centre universitaire expérimental de Vincennes, a fonctionné comme un écran de fumée nous empêchant de voir que nous n’allions pas (ou pas seulement, pas prioritairement) faire sortir les connaissances et les méthodes universitaires dans la ville, mais d’abord et surtout faire entrer les capacités de réflexion et d’organisation politiques des habitant·es du territoire auprès des étudiant·es en formation initiale. Si nous relisons aujourd’hui notre travail (d’enseignantes chercheuses) avec les étudiant·es et les participant·es extérieur·es comme une « expérimentation » de pédagogie alternative, sur le moment il s’agissait surtout pour nous de « faire tourner » la formation. Il n’y a donc pas eu de protocole d’enregistrement ni même de collecte de matériaux qui permettraient de rendre compte formellement des ressorts et des résultats de cette expérimentation. La réflexion que nous développons dans ce texte est menée à partir d’un exercice de mémoire et de contextualisation a posteriori.

Expérimentations pédagogiques de Vincennes à Saint-Denis

2En 1969, le Centre universitaire expérimental de Vincennes ouvre ses portes. Dans le sillage des revendications exprimées par les étudiant·es lors des manifestations de mai 1968, il tente d’incarner l’utopie de la « fac ouverte à tous ». En soutenant la création du centre expérimental à Vincennes au cœur d’une forêt urbaine de 995 ha et à proximité d’un zoo, l’objectif du pouvoir à l’époque est de profiter d’une opportunité foncière tout en éloignant les foyers contestataires du centre de Paris. Concentrer les éléments révolutionnaires les plus radicaux au centre expérimental, c’était pour le gouvernement un moyen de les éloigner des étudiant·es réformistes plus modéré·es afin d’éviter à tout prix que les premier·es n’entraînent les second·es (Soulié, 2012). Ainsi, selon une politique spatiale assumée du gouvernement, la géographie joue dès le départ contre le projet radical du centre expérimental.

3En dépassant les postures révolutionnaires qui cadraient mal avec l’idée même d’université (bourgeoise « par essence »), une partie des enseignant·es recruté·es à l’époque ont cependant profité de la marge de manœuvre laissée par le gouvernement pour définir un projet d’études supérieures accessibles aux non-bachelier·es et aux salarié·es. Cela se traduit par une adaptation des modalités d’accueil des étudiant·es avec la multiplication des cours le soir et le samedi, la suppression des cours d’amphithéâtre, une grande souplesse dans les cursus, etc. Ainsi, dès les premières années, le public du Centre Expérimental constitue la grande originalité de cette université : beaucoup de non-bachelier·es, plus d’un tiers de salarié·es à temps plein, une moyenne d’âge plus élevée que dans les autres universités et, chose inattendue pour ses fondateur·ices, beaucoup d’étranger·es (Djian, 2009). Elle réussit donc le pari d’amener en un même lieu une élite universitaire (certes révolutionnaire) et les exclu·es du système de l’université bourgeoise : le mythe vincennois naît en grande partie sur la mise en récit de ce tour de force.

4En 1980, le centre expérimental devenu l’Université Paris 8 – Vincennes déménage contraint et forcé à Saint-Denis. Tout en se stabilisant dans le paysage des universités parisiennes, elle importe avec elle les innovations pédagogiques conçues à Vincennes et continue de s’y référer pour se distinguer : le site officiel de Paris 8 précise en 2019 qu’ « elle est animée par un esprit de démocratisation de l’accès au savoir » et vante une « Université-monde ».

  • 1 En effet, le recrutement de proximité est assez faible à Paris 8, puisque seul·es 30% des étudiant· (...)

5Paradoxalement, alors qu'elle se rapproche géographiquement des populations dont les enfants ont le plus de difficultés à entrer dans l'enseignement supérieur, de nombreux facteurs tiennent toujours à distance les habitant·es du territoire de ses salles de cours. D'une part, les modalités de recrutement des étudiant·es se normalisent et donnent une place plus périphérique aux parcours atypiques. D'autre part, l'organisation matérielle des cours, qui se font de moins en moins le soir ou les week-ends et restent dans le périmètre clôturé du campus dont l'accès est, lui, de plus en plus régulé, s'éloigne des contraintes du public initial du centre expérimental. La localisation même du site, éloignée du centre-ville de Saint-Denis mais aujourd’hui directement connectée à Paris via la ligne 13, ne favorise pas son ancrage dans les territoires du quotidien de ses usager·es comme de ses voisin·es. De 1980 à 1998 en effet, les étudiant·es, en provenance d’un bassin de recrutement qui dépasse largement le voisinage de l’université, devaient descendre au terminus du métro qui se trouvait à la station Basilique de Saint-Denis, et marcher pendant dix minutes ou prendre le bus jusqu’au site de l’université – depuis 1998, elles ne rencontrent plus la population de Saint-Denis que dans les souterrains du métro1. Alors que dans le projet initial du Centre universitaire expérimental de Vincennes (CUEV) l’accès à la connaissance avait été initialement porté par la possibilité d'investir physiquement les lieux de production et de circulation du savoir, le redéploiement de l'Université Paris 8 à Saint-Denis et sa normalisation rendent ses salles de cours de moins en moins accessibles.

6Face à ce constat, un groupe d'enseignant·es du département de Géographie a porté une stratégie alternative consistant à délocaliser hors les murs une partie des enseignements afin de contourner les difficultés d'accès à la connaissance imposées par la normalisation de l'Université Paris 8.

La création de la mineure de « géographie sociale »

7L’expérience d’université hors les murs est née à la faveur du renouvellement de maquette de la Licence de Géographie, destinée à entrer en vigueur à la rentrée 2015. La première idée, portée par notre collègue Eve-Anne Bühler aujourd’hui en poste à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, était de créer une Licence professionnelle qui serait détournée de l’objectif prévu par la loi. La Licence professionnelle est l’équivalent d’une troisième année de Licence qui serait faite principalement sous la forme de stages et de projets tutorés (comme la réponse à un appel d’offres par exemple). Notre envie était d’associer non pas des acteurs économiques traditionnels comme les entreprises mais des acteurs politiques liés au monde économique comme les syndicats. Et de permettre ainsi une insertion professionnelle des étudiant·es dès la fin de Licence sans que cela signifie obligatoirement adhésion aux logiques entrepreunariales et à l’idéologie capitaliste.

  • 2 Les deux spécialisations thématiques sont plus précisément ECCE « Expertise des territoires, Concer (...)

8Devant le départ annoncé d’Eve-Anne, nous avons décidé de réduire nos ambitions, et de tenter de mettre en œuvre notre projet dans le cadre de la Licence existante ; et ce, grâce au soutien de Julie Athlan et d’Antoine Da Lage, respectivement secrétaire et directeur de la Licence. La formation comprenait alors une seule mineure, d’« aménagement et environnement », et il a semblé non seulement possible mais pertinent d’en créer une deuxième pour répondre aux deux spécialisations thématiques du master : environnement et mondialisation2. La distinction mineure / majeure en Licence correspond à une organisation des études héritée du CUEV : les étudiant·es peuvent suivre, en plus du socle de cours suivi dans leur discipline principale de rattachement (la majeure), un ensemble équivalent à 12 cours soit 468 heures d’enseignement dans une autre discipline (la mineure). Elles peuvent aussi choisir de suivre la mineure dans la même discipline que leur majeure pour se spécialiser.

9Nous avons donc choisi de créer une nouvelle mineure, intitulée mineure de « géographie sociale » car, entendue comme une manière d’aborder les rapports humain·es-milieux (le projet de toute géographie) en partant du social, la géographie sociale offre l’opportunité de travailler sur la dimension spatiale des sociétés, des inégalités qui les traversent (vulnérabilités face aux risques, inégalités d’accès aux ressources) et des rapports de pouvoir qui les structurent : domination de classe, de genre, domination fondée sur la racialisation. La géographie sociale s’inscrit dans une approche critique du contexte de mondialisation, dernier stade du capitalisme, et se donne pour horizon la justice spatiale.

10Dans le contexte urbain spécifique du nord francilien qui est celui de l’Université Paris 8, ces entrées théoriques nous ont semblé trouver une résonance particulière : territoire de servitude de la capitale depuis l’annexion des communes suburbaines de Paris en 1860 (La Chapelle, Belleville, Bercy, Passy, etc.), il est particulièrement touché par les dynamiques de ségrégation urbaine et de gentrification, et concerné par les enjeux de justice environnementale et de droit à la ville. La ville de Saint-Denis où nous résidons toutes les deux était alors concernée par un programme de requalification urbaine qui se traduisait par de nombreuses expulsions, par un projet de création d’un nouveau quartier sur une friche industrielle très polluée, et par la refonte du Plan Local d’Urbanisme. Autant de domaines dans lesquels il nous a semblé que les géographes pouvaient mettre avec profit leurs connaissances à disposition des habitant·es concerné·es.

  • 3 Cf. pour plus de précisions notre premier article (Coll. 2017), ainsi que le travail d’Hugues Lenoi (...)

11Nous avons donc décidé de nous associer pour la mise en œuvre de la mineure de « géographie sociale » avec la Dionyversité, l’une des universités populaires de Saint-Denis fondée en 2008 par le groupe Henry Poulaille de la Fédération Anarchiste, avec l’objectif de diffuser des savoirs de manière gratuite et sans restriction administrative ou de niveau3.

12Au lancement de cette forme hybride d’enseignement qu’est la mineure de géographie sociale, nous avions en tête cinq objectifs : permettre que les connaissances produites sur le territoire nord-francilien dans la recherche en général et au sein du département de géographie de Paris 8 en particulier soient diffusées hors des murs de l’université, favoriser la co-construction de ces connaissances avec les habitant·es du territoire dans lequel s’inscrit l’université, diffuser les savoirs nécessaires à la compréhension des projets urbains, transmettre les outils utiles à la participation au débat public (cartographie participative, approche critique des statistiques spatialisées, etc.), et offrir un espace d’échanges et de débats.

  • 4 inspiré de l’Atelier de Géographie Populaire du plateau des Millevaches, il avait pour thème : « te (...)

13En pratique, cinq cours ont été ouverts à la mutualisation : « Géographie sociale et des transports et de la mobilité » (uniquement la première année), « La Face cachée du projet urbain : Effets spatiaux des politiques urbaines », « Espaces et pouvoirs », « Cartographie participative » et « la Géographie économique par le terrain » (à partir de la deuxième année). Ils ont pris des formes diverses : conférences-débats, visites de terrain, ateliers, projections, etc. En mai 2018 des journées d’études communes à la Dionyversité, au département de géographie et au Réseau des Géographes Libertaires ont été organisées sur le thème : « Commun·e·s : actualité du municipalisme libertaire ». Les deux premières journées, organisées selon un format assez classique de conférences-débats, ont été suivies par une journée de géographie débridée où se sont succédés atelier d’auto-cartographie4, atelier de cartographie participative, projection et repas partagés.

  • 5 Et qui peut être consulté sur le site du comité de vigilance : https://vigilancejo93.com/2018/06/17 (...)
  • 6 qui jouent toutes deux, comme Pauline Biern, un rôle crucial dans l’animation du comité de vigilanc (...)

14L’atelier de cartographie participative de cette journée portait sur les Jeux Olympiques de 2024, et était animé notamment par Pauline Biern, étudiante de géographie dionysienne très impliquée dans le comité de vigilance JOP 2024 à Saint-Denis. Il a été le point de départ de l’élaboration d’un contre-projet pour le territoire sous la forme d’un projet populaire qui est aujourd’hui mature5. Deux visites de terrain et une conférence-débat ont été également organisées dans le cadre de la « Géographie sociale ». La première visite a réuni, au printemps 2018, 75 personnes et a répondu à un besoin d’informations concrètes très important. Animées par la géographe critique Cécile Gintrac et l’architecte-urbaniste Marianna Kontos6, les deux visites ont permis de faire circuler la parole et les informations au sein des habitant·es et collectifs d’habitant·es présent·es. Elles ont ouvert un espace de débat in situ particulièrement intéressant et rare. La question de l’impact des Jeux Olympiques et Paralympiques sur le territoire nord-francilien est de manière générale celle sur laquelle la « Géographie sociale » a pu le mieux jouer le rôle imaginé initialement d’espace pour un débat public indépendant des acteurs publics impliqués dans le projet urbain, et d’accompagnement des habitant·es concerné·es.

15En dehors des visites de terrain, les conférences-débats ont lieu à la Bourse du Travail de Saint-Denis. Quoique gérée par la municipalité, la Bourse du Travail est un lieu intéressant parce qu’elle est historiquement le lieu de l’éducation populaire. Les Bourses du Travail sont tout autant des lieux d’organisation de la classe ouvrière face au patronat à travers les syndicats, les mutuelles et les coopératives que l’espace de formation d’une culture ouvrière via l’hébergement d’éditions, de bibliothèques, d’ateliers de théâtre et de cours pratiques et théoriques. L’objectif était pour la classe laborieuse de construire et diffuser les outils de son émancipation à l’égard de la classe possédante, indépendamment de l’instruction de la IIIe République accusée d’assurer la reproduction sociale. Les Bourses du Travail incarnent l’idée qu’il n’y a pas d’éducation populaire sans éducation politique.

Saint-Denis, Vincennes mise en scène

16Quels enseignements pouvons-nous retenir de cette expérience d’enseignement de la géographie sociale hors les murs de l’université institutionnelle ?

17Il nous faut dans un premier temps préciser que cette université hors les murs s'est délocalisée dans un territoire où de nombreux collectifs étaient déjà engagés dans la production/la co-production et la diffusion de connaissances. Ainsi, outre la Dionyversité, des conférences et ateliers de réflexion sont très régulièrement organisées par l'association Sciences Pop, une autre université populaire de Saint-Denis. Les collectifs de l’Attieké et du Landy Sauvage explorent eux les voies de l'autogestion par l'animation de lieux de squat et proposent régulièrement des ateliers de réflexion comme le festival d'éducation populaire « Poussons les Murs ! » organisé par le Landy Sauvage en novembre 2018 par exemple. L’Attiéké a publié plusieurs numéros d’un journal nommé Plaie Commune – en référence à la communauté d’agglomération à laquelle appartient Saint-Denis, Plaine Commune – qui avait notamment pour objectif de diffuser l’information relative aux projets de renouvellement urbain en cours dans la ville en même temps que les connaissances nécessaires pour les comprendre (sigles de l’urbanisme, différentes catégories qui se cachent derrière l’appellation de « logement social », etc.). On peut aussi citer l’association Mémoire Plaine Vivante à Saint-Denis et le groupe OLO (l'Anthropologie pour tous) en activité à Aubervilliers depuis 2015

18Ainsi, aussi paradoxal que cela puisse paraître, notre initiative ne semble finalement pas si originale que nous pouvions l’imaginer dans un territoire comme Saint-Denis. Lorsque nous cherchons à recréer les conditions de la co-production de connaissance dans ce territoire, nous nous inscrivons en fait dans un écosystème de collectifs déjà là et qui « pratiquent » au quotidien, parfois depuis longtemps, la « démocratisation de l’accès au savoir ». Rapidement nous avons donc réalisé que notre bilan ne serait pas celui d’une appropriation des connaissances universitaires par les habitant·es des quartiers populaires (ce que la fascination pour le mythe de Vincennes nous conduisait à penser), mais plutôt celui de l’ancrage et de l’originalité d’une expérimentation universitaire dans un milieu local et autonome d’éducation populaire.

19Dans les séances de notre parcours "hors les murs" nous avons rencontré des participant·es non universitaires déjà familiarisé·es avec le format que nous proposons et qui a parfois encouragé leur engagement. Sans pouvoir faire une sociologie approfondie des participant·es « non universitaires » (que nous appellerons les « dyoniversitaires » dans la suite du texte), il est cependant possible d'identifier à partir des échanges que nous avons pu avoir avec elles quelques éléments de profil intéressants à souligner. II s'agit bien souvent de salarié·es ou de retraité·es vivant sur la commune, donc plus âgé·es que les étudiant·es de l’université institutionnelle mais aussi avec une « expérience » des épreuves sociales et spatiales qui caractérisent le territoire. Les cadres issu·es de professions intellectuelles sont des cas dilués parmi un public plus large issu des professions intermédiaires (dans le champ de l'enseignement, de l'intervention sociale notamment mais pas uniquement), d'emplois culturels mais précarisés, des milieux syndicaux, etc.

20Les dionyversitaires que nous décrivons ainsi ne ressemblent pas beaucoup aux étudiant·es de géographie de l’Université Paris 8. La sociologie des étudiant·es de Paris 8 est très différenciée en fonction des disciplines d'inscription. En géographie, la proportion des enfants d'ouvrier·es habitant les communes de banlieue populaire et étranger·es y est majoritaire et significativement plus importante que dans les départements d’Art et de Cinéma dont les étudiant·es sont plus fréquemment enfants de cadres supérieurs, habitent Paris et sont de nationalité française (Soulié, 2012). Ils s'inscrivent aussi bien souvent en licence après le bac et constituent donc un public jeune et sans grande expérience hors de leur cellule familiale.

21Ces deux publics, dionyversitaires et étudiant·es de licence de géographie, se sont saisis de façon bien différente de l'expérimentation à laquelle nous leur proposions de participer. Alors que les dionyversitaires venaient souvent guidé·es par un intérêt ou des questionnements issus de leurs expériences professionnelles ou d'habitant·es, les étudiant·es de licence semblaient plutôt venir pour « suivre le programme ». Et tandis que les premier·es prenaient très facilement la parole, posant des questions, apportant des précisions, respectant parfois bien peu les demandes de circulation équilibrée de la parole, les second·es restaient souvent silencieux·ses, posant des questions de précision et engageant peu les débats (quelques exemples tirés de nos carnets de notes témoignent de ces scènes dans l’encadré ci-dessous). Lorsque les étudiant·es participaient activement aux échanges et à la co-production de connaissance, il s'agissait bien souvent de ceux et celles engagé·es par ailleurs dans les collectifs dionysiens que nous avons présentés plus haut.

Encadré – Souvenirs de terrain

Les deux scènes décrites ici ont été reconstituées à partir de carnets de notes ou de mémoire d’observation. L’objectif est moins de restituer les faits exacts que d’illustrer les décalages observés entre étudiant·es et dionyversitaires dans la façon de se positionner.

Une séance du séminaire Espace et Pouvoir, le 14 février 2018 de 18h30 à 21h à la Bourse du Travail de Saint-Denis :

Cette séance rassemble une quinzaine de participants, dont la moitié d’étudiants de Paris 8. Elle a lieu dans une salle du deuxième étage très mal insonorisée qui donne sur le carrefour de la Porte de Paris et la bretelle d’entrée sur l’autoroute A1 (la salle initialement réservée est occupée par un cours de français pour étranger·es). Les étudiant·es arrivent ensemble et à l’heure. C’est la première fois qu’ils et elles franchissent les portes de la Bourse du Travail, c’est une découverte et ils ont fait le trajet ensemble depuis l’université (deux arrêts de métro) pour ne pas se perdre. Les dionyversitaires arrivent individuellement, juste à l’heure ou en retard, la plupart arrivent de leur lieu de travail. L’intervention, de Philippe Maingault, enseignant vacataire de l’université, porte sur la trajectoire du groupe de coopératives de travailleur·ses Mondragon au Pays Basque espagnol. Certains dionyversitaires sont engagés dans la création de coopératives auto-gérées à Saint-Denis. Une discussion s’engage sur les formes de coopératives (de travail, de consommation), sur une critique du modèle développement de Mondragon, qui s’est éloignée de ses valeurs initiales pour survivre en tant qu’entreprise. 2018 est l’année des commémorations du début de la Commune de Paris. Plusieurs dionyversitaires y feront référence pour se positionner dans le débat. Les étudiant·es prennent quelques notes lors de la présentation mais pas pendant les questions. Aucun ne prendra la parole sauf pour une demande tardive de précision « Mais madame, c’est quoi la Commune ? ».

Une sortie de terrain sur le thème des Jeux Olympiques, le samedi 7 avril 2018, de 10h à 14h :

Cette séance est animée par Cécile Gintrac, docteure en géographe critique et Marianne Kontos, doctorante en architecture et urbanisme ; toutes deux participent au Comité Vigilance JO à Saint-Denis. C’est la première fois qu’une visite de terrain propose d’aller voir les sites qui seront concernés par les projets liés aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 (la communauté d’agglomération lancera ses propres balades urbaines quelques semaines après). Elle a donc rencontré un franc succès : au plus fort, nous avons dénombré 75 participant·es. La visite a permis aux différents collectifs concernées par les JO de se rencontrer, des parents d’élèves de l’école Anatole France menacée par la construction d’une nouvelle bretelle de l’A86, aux travailleurs migrants du foyer ADEF menacés d’expulsion, en passant par les riverain·es du Stade de France. Les intervenant·es se succèdent au micro, échangent les informations qu’ils et elles ont pu rassembler, expriment leurs inquiétudes, se donnent de la force mutuellement. Les étudiant·es de Paris 8 ne prennent pas la parole publiquement, mais le format visite de terrain leur permet d’échanger avec les autres participant·es de manière informelle entre les « stations ».

22Si l'université hors les murs nous semble bien répondre à un besoin d'espaces d'échanges et de réflexion pour les habitant·es de Saint-Denis qui chaque année y participent activement, il nous semble nécessaire aujourd'hui de prendre du recul pour comprendre ce qu'elle apporte à des étudiant·es plus jeunes, moins engagé·es, moins autonomes. Mettre en regard l'expérience que nous avons menée avec celle du Centre Universitaire Expérimental de Vincennes nous fournit quelques éléments de réflexion sur cette question.

23Lorsque le centre expérimental est lancé en 1968, il séduit rapidement un public original que l'on ne retrouvait pas sur les bancs des autres universités. Au-delà des caractères originaux que nous avons déjà mentionnés en introduction (non bachelier·es, salarié·es, plus âgé·es, étranger·es) il faut souligner qu'il ne s'agissait pas pour autant d'étudiant·es issu·es des milieux ouvriers les plus exclus de l'enseignement supérieur. Il s'agissait en fait à la fois de membres d'une certaine élite politique de l'époque (notamment syndicale) et de nombreux auditeur·trices issu·es de professions intermédiaires, déjà salarié·es dans un emploi stable, et qui voyaient dans cette expérimentation l'opportunité d'une formation continue (et non initiale). Ce qui nous amène à penser que si le programme de géographie sociale hors les murs fonctionne comme a fonctionné le CUEV, c'est surtout parce qu'ils ont tous deux ouvert des espaces d'expérimentation à ceux et celles qui savaient déjà expérimenter. Les étudiant·es du CUEV comme les dionyversitaires arrivent dans ces espaces de co-productions de connaissances avec les pré-requis nécessaires à l'expérimentation : certaines compétences de prise de parole, de savoir-être en groupe, un sentiment de légitimité sur certains sujets, une autonomie, etc. Les étudiant·es géographes de la formation initiale de Paris 8 sont, elles, en cours d'acquisition de ces compétences. La posture de retrait qu’ils et elles adoptent fréquemment nous renvoie l’image d’un cours observé en spectateur·trices. S’il est toujours possible d’interpréter cette réaction comme le signe d’un désintérêt, il nous semble plus constructif de reconnaître qu’il s’agit aussi d’une façon d’apprendre ces compétences par observation et mimétisme, grâce à ces séances en « immersion » dans un CUEV mis en scène devant leurs yeux grâce à la participation des dionyversitaires. Finalement, ils et elles, apprennent à expérimenter.

24Notre rôle d'enseignantes-chercheuses dans ce dispositif serait donc à la fois d'aménager ces espaces d'expérimentation hors les murs mais aussi – ce que nous n’avions pas perçu initialement – d'accompagner les étudiant·es en formation initiale dans l'apprentissage des pré-requis à l'expérimentation de la co-production de connaissances.

Conclusion. Donner une éducation politique aux étudiant-es de l’université institutionnelle

25Les étudiant·es de l’université populaire ne sont donc pas celles que l’on croit, et c’est pourquoi cela a du sens, malgré l’apparent paradoxe, de faire de l’éducation populaire au sein de l’université institutionnelle. C’est même – plus que sensé – nécessaire pour permettre une émancipation sociale et donner aux étudiant·es les outils pour penser les rapports de domination dans lequel elles se trouvent impliquées, ainsi que leurs territoires de vie. Et l’on voit ici pourquoi la géographie sociale comme outil de compréhension de la dimension spatiale des rapports sociaux est particulièrement pertinente.

  • 7 Photo d’Eve-Anne Bühler, communication personnelle du 13 novembre 2018.

26Cela signifie que les cours dispensés au sein du programme de géographie sociale hors les murs sont nécessairement politiques. C’est une pédagogie des opprimé·es qui n’a rien d’évident aujourd’hui, comme le montre l’émergence de mouvements en faveur de l’interdiction de tout propos politique au sein de l’école et de l’université dans le pays même où est née cette pédagogie émancipatrice – et celle de Paulo Freire. Nous pensons là au mouvement brésilien Escola Sem Partido (« école sans parti ») auquel l’actuel président Jair Bolsonaro a activement participé. Les critiques brésiliennes ont dénoncé la volonté d’éradiquer tout propos émancipateur de l’école, voyant surtout dans ce programme politique un mouvement pour une école sans parti de gauche (Fiorin, 2018). Il n’empêche, le mouvement s’est répandu comme une trainée de poudre, et dès les premiers jours suivant l’élection de Bolsonaro, des affiches étaient placardées dans les universités brésiliennes faisant la liste nominale des enseignant·es et étudiant·es qui seraient bani·es de l’université : cette chasse aux sorcières visait à dénoncer les « communistes », « anti-démocrates » et autres « fémi-nazies »7.

27En France, la montée des mouvements d’extrême droite sur le modèle du président brésilien ou de celui des États-Unis, les attaques répétées contre les études qui mettent en évidence les différents rapports de domination, et l’agitation du spectre de « l’islamo-gauchisme » par les représentant·es de l’Etat, conduit à penser que la défense de pédagogies radicales dans et hors les murs de l’université reste un enjeu majeur pour la formation critique et politique. Et que, malgré la mise en scène, irritante par son systématisme, de « Vincennes », quelque chose de la liberté pédagogique et du projet émancipateur du CUEV peut continuer à inspirer des formats pédagogiques originaux.

Haut de page

Bibliographie

Collectif (2017), « L’expérimentation d’une formation conjointe d’enseignement université institutionnelle – université populaire : la "géographie sociale" à Saint-Denis », Carnets de géographes, no. 10, https://doi.org/10.4000/cdg.1139

DJIAN J-M. (2009), Vincennes, une aventure de la pensée critique. Paris, Flammarion.

FIORIN J. (2018), « Bolsonaro e Escola Sem Partido querem educação que “ensine ideologia da direita” », Brasil de Fato, 15 octobre.

FROUILLOU L. (2015), Les mécanismes d'une ségrégation universitaire francilienne : carte universitaire et sens du placement étudiant, thèse de géographie, Université Paris 1.

LENOIR H. (2016), « Actualité des universités populaires : La Dionyversité à Saint-Denis », in Lebon F., Lescure E. de (dir.), L’éducation populaire au tournant du XXIe Siècle, Éditions du Croquant, Vulaines-sur-Seine.

SOULIÉ C. (2012), Un mythe à détruire ? Origines et destin du Centre Universitaire Expérimental de Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, Saint-Denis.

Haut de page

Notes

1 En effet, le recrutement de proximité est assez faible à Paris 8, puisque seul·es 30% des étudiant·es francilien·nes inscrit·es dans cette université déclarent résider en Seine-Saint-Denis. C’est le taux le plus bas parmi les universités de Paris et sa région (Frouillou, 2015 :180).

2 Les deux spécialisations thématiques sont plus précisément ECCE « Expertise des territoires, Concertation et Communication Environnementale » (professionnel) et REVDEV « Territoires et mondialisation : Ressources, Vulnérabilités et Développements » (recherche). Le master comporte une troisième spécialisation, axée sur les outils cette fois, le G2M « Géomatique, Géodécisionnel, Géomarketing et Multimédia »

3 Cf. pour plus de précisions notre premier article (Coll. 2017), ainsi que le travail d’Hugues Lenoir (2016)

4 inspiré de l’Atelier de Géographie Populaire du plateau des Millevaches, il avait pour thème : « territoire de soi, frontières de l’intime ».

5 Et qui peut être consulté sur le site du comité de vigilance : https://vigilancejo93.com/2018/06/17/notre-projet-populaire-pour-2024/

6 qui jouent toutes deux, comme Pauline Biern, un rôle crucial dans l’animation du comité de vigilance JOP 2024 à Saint-Denis.

7 Photo d’Eve-Anne Bühler, communication personnelle du 13 novembre 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ségolène Darly et Marion Tillous, « Les étudiant·es de l’université populaire ne sont pas celles qu’on croit »Carnets de géographes [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 18 mars 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/cdg/7676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdg.7676

Haut de page

Auteurs

Ségolène Darly

Université Paris 8, LADYSS 6 UMR CNRS 7533
segolene.darly[at]univ-paris8.fr

Marion Tillous

Université Paris 8, LEGS – UMR CNRS 8238
marion.tillous[at]univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search