Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Carnets de soutenancesLa Ville au filtre des gardiens d...

Carnets de soutenances

La Ville au filtre des gardiens de sécurité : domination et territoires urbains, Delhi

Damien Carrière

Texte intégral

Contexte et problématique de thèse1

  • 1 Cette thèse, co-dirigée par Véronique Dupont (IRD, CESSMA, Paris 7 Diderot) et Vinay Gidwani (Unive (...)

1Ce projet est né d’un paradoxe, celui de l’omniprésence de gardes à Delhi, alors même que la ville est relativement peu dangereuse en comparaison des autres mégalopoles des Suds où le phénomène de développement de la sécurité privée a été décrit, comme en Afrique du Sud ou au Brésil. Les gardes se tiennent aux portes des quartiers bourgeois, dont l’exclusivité devient une caractéristique définitoire. Les gardes sécurisent les centres commerciaux, où ils fouillent chaque client, et veillent sur chaque magasin. Ils sont devant tous les bâtiments publics, et devant toutes les entrées du métro.

2Je me suis attaché à comprendre quel effet ces hommes ont sur l’organisation socio-spatiale de la ville de Delhi, ce qu’ils permettent et ce qu’ils interdisent. Les gardes n’assurent pas la sécurité des personnes – même si celle-ci peut être un sous-produit de leur présence. Ils indiquent à quelle classe sociale appartient l’espace urbain devant lequel ils sont postés. La sécurité privée maintient à bonne distance les stigmates de la pauvreté, contribuant ainsi à maintenir la valeur du foncier.

  • 2 Représentant du ministère de l’Intérieur du gouvernement du Territoire National de Delhi (NCT). L’I (...)
  • 3 Sharma, Omkar, 2 février 2017, Delhi. Entretien en anglais, nom changé.
  • 4 CAPSI, the Central Association of Private Security Industry.

3Le représentant du ministère de l’Intérieur de Delhi2 estime le nombre des gardes à un demi-million3, quand le principal lobby du secteur4 donne le chiffre extravaguant de deux millions. Si ces données sont invérifiables à cause de l’informalité qui marquent le secteur, il n’en reste pas moins que les gardes sont devenus incontournables.

4Dans La production de l’espace, Lefebvre ([1974] 2000) décrit une « trialectique » composée d’une pratique spatiale, d’une représentation de l’espace, et d’un espace de représentation. Je reprends ces éléments et je demande, comment la sécurité privée est vécue, comment elle se pense, et comment elle permet une représentation de soi pour les classes qui en bénéficient. L’industrie florissante de la sécurité privée se pose comme garante de l’esthétique de la ville bourgeoise, et donc de l’invisibilisation des espaces interstitiels (Simone, 2009 : 44), pourtant indispensables tant le style de vie des classes dominante dépend de la présence de classes ancillaires (Sanyal 2007 ; Ray and Qayum 2009) que les gardes « filtrent ».

Terrains d’enquêtes

5Mes recherches se sont concentrées sur deux quartiers de Delhi, l’un de classe supérieure – Saket, dans le Sud –, et l’autre de classe moyenne – Dwarka, à l’Ouest. Saket n’a pas été conçu a priori pour garantir la sécurité ou l’exclusivité des habitants. Les associations de résidents ont fait ériger des grilles et déployé des gardiens qu’après l’embourgeoisement du quartier. Saket comprend plusieurs centres commerciaux dans lesquels j’ai pu comparer le travail et l’origine sociale des gardes avec ceux des gardes qui travaillent dans les rues. Ils ont de meilleurs salaires, des contrats, et sont plus souvent installés à Delhi avec leurs familles.

6Dwarka a été construit dans les années 1980, et reflète un développement urbain marqué par la dépendance à la voiture, et les constructions collectives. Le secteur 10 se présente comme un chapelet de parcelles entourées de murs, percés d’un portail gardé en permanence. La sécurité y a été intégrée dès la conception des projets.

Construction de la thèse et principaux résultats

7Dans la première partie de ma thèse je décris les méthodes de collecte de données, à commencer par l’observation participante (Carrière 2021). J’ai pris part à trois entraînements de gardiens, deux à Delhi, dont un dans le sous-sol d’un centre commercial, et un à Manesar, au sud-ouest de Delhi, sous des tours d’habitation récentes et déjà bordées de hauts murs. Le principe de cet entraînement était d’établir avec les gardiens une relation de confiance afin d’approfondir les entretiens, mais également d’observer l’effort physique, postural, que le métier exige, sans bien entendu pouvoir vraiment les rejoindre, tant les traits sociologiques que porte mon corps sont différents des leurs.

8Seules les sociétés, qui visent un marché plus sélectif que les associations de résidents, organisent des entraînements. Le premier s’est déroulé dans le sous-sol d’un centre commercial. Il s’agissait d’une formation de réaction aux incendies. Le deuxième s’est déroulé dans la banque que les gardiens sont employés à surveiller, et le troisième, hors de Delhi, au pied de tours résidentielles construites au-delà de la limite sud du territoire de la capitale. Aucun ne correspondait aux minima requis par la loi « Private Security Agency Regulation Act » (PSARA), votée en 2005 et promulguée à Delhi en 2009. Pour les associations de résidents, l’entraînement des gardiens ne change rien à leur efficacité, d’une part, et personne, pas même les gardiens, ne semble y voir le moindre intérêt, d’autre part.

9J’ai ensuite étudié des documents écrits tels que des lois et règlements, des publicités ou des études de marché. J’ai cependant obtenu l’essentiel de mes données par des entretiens semi-dirigés en hindi et en anglais, occasionnellement en groupe, et majoritairement avec des gardes employés par des compagnies occupant les niveaux inférieurs et intermédiaires du marché. J’ai rencontré les représentants d’associations de résidents, des policiers, ainsi que des représentants du ministère de l’Intérieur du gouvernement du Territoire National de la Capitale (NCT). J’ai également interrogé des habitants des quartiers, et des employées domestiques.

10Ce travail d’enquêtes m’a permis de réaliser, dans le deuxième chapitre, une « ethnographie spatiale » (Gidwani and Chari, 2005) des gardes. Leur quotidien est intimement lié à l’espace urbain dans lequel leur activité se déploie. Certains ont accès à une guérite, à l’électricité qui leur permet de recharger leur téléphone ; d’autres devront allumer des feux de plastiques pour chasser le froid l’hiver. Leurs salaires sont très bas et ils ne bénéficient d’aucune sécurité sociale.

  • 5 Je développe plus en détail la relation entre caste et géographie dans un article (Carrière 2020).

11Une large proportion des gardes sont des migrants issus de la plaine gangétique, et en particulier de l’État du Bihar. La plupart gardent des liens avec leur village, où leur famille possède un lopin de terre. Les castes dominantes, et notamment les brahmanes, sont surreprésentées de manière surprenante. Je propose comme explication que le métier de garde joue dans les villes indiennes un rôle d’exclusion et de hiérarchisation parallèle à celui que cette caste en particulier joue, ou aimerait jouer, dans la société indienne.5 A contrario, l’exclusion des musulmans du métier est totale, ce qui correspond à leur exclusion grandissante de la société civile indienne. Les entreprises ne font d’ailleurs pas mystère de leur refus d’employer des gardes musulmans, ni de leur présomption que ces gardes seraient rejetés par les habitants des quartiers riches. Le statut de caste dominante n’empêche pas ces « sentinelles serviles » (Gooptu, 2013) d’être méprisées par leur employeur. La ville, que les gardiens veillent, est fragmentée en quartiers murés qui renvoient bien aux conditions de production urbaine d’une société inégale.

Figure 1: Taking a break in a 12 hours work day, 2017

Figure 1: Taking a break in a 12 hours work day, 2017

Source : modèle, photographie transmis par whatsapp

12Dans le troisième chapitre, je décris les relations entre l’État et le secteur de la sécurité privée. Il ne s’agit pas de la privatisation d’un service, puisque les gardes de la sécurité privée font partie du paysage de la ville de Delhi depuis plus longtemps que la police municipale, mise en place sous la domination britannique. L’État cherche à orienter à travers la création d’un marché, la forme du secteur. À partir de 2009, la loi PSARA interdit l’emploi, pourtant encore très répandu, des chowkidar, c’est-à-dire des hommes employés directement par les familles ou les associations de résidents comme gardes et attachés à eux dans une relation d’attentes réciproques plus que de contrats. Le passage par des sociétés devient obligatoire. Dans le même temps l’État met en place une politique de formation qui vise à renforcer le taux de formation parmi les masses indiennes, via des certifications par validation des acquis d’’expérience et via des formations de groupes. Néanmoins les procédures mises en place, pour intégrer ce réservoir de main-d’œuvre que les gardes représentent pour l’économie formelle, sont incompatibles avec les exigences de la loi PSARA.

13Dans un contexte de discrédit et de délégitimation de la police de Delhi, vue par les classes moyennes et supérieure comme violente et imprévisible, les gardes de sécurité leur offrent une alternative pour contrôler leur espace et par ce biais le privatiser. Sous couvert de contourner les incertitudes des procédures policières, c’est tout un réseau parallèle construit par les classes dominantes qui s’élabore ; il prend appui à la fois sur l’illégalisme et la corruption.

14Dans le dernier chapitre, je m’attache à décrire le rôle des gardes dans l’économie politique de Delhi. L’accroissement des inégalités a donné naissance à un urbanisme de l’exclusion, dont les gardes sont les exécutants. La production de cet urbanisme a émergé de manière concomitante avec l’arrivée en Inde des premières sociétés privées de sécurité. Dans la même période, des transformations du marché du travail ont amené en ville une masse de travailleurs disponibles sans qualification ni protection sociale, parmi lesquels recrutent les sociétés de sécurité.

Fiche informative

Lien électronique si la thèse est disponible en ligne
https://hal.archives-ouvertes.fr/​tel-02125164

Discipline
Géographie, géographie du développement

Directeur
Véronique Dupont, Vinay Gidwani

Université
University of Minnesota, Université Paris 7

Membres du jury de thèse
Présidence : Richa Nagar, UMN
Agnès Deboulet
Michel Goldman
Marianne Morange
Bruce Braun

Situation professionnelle à l’issue de la thèse
Enseignant chercheur à l’École Supérieure des Professions de l’Immobilier.

Courriel de l’auteur
d.carriere[at]groupe-espi.fr

Haut de page

Bibliographie

Carrière D. (2020), « La caste des gardiens de sécurité à Delhi : un problème géographique ? », L’Information géographique, vol. 84, no 4, pp. 48–67, doi.org/10.3917/lig.844.0048

Carrière D. (2021), « Garde-à-vous à Manesar. Une observation participante parmi les gardiens de sécurité en Inde », Carnets de géographes, no. 15, doi.org/10.4000/cdg.7409

Gidwani V. K., Sharad C. (2005), « Grounds for a Spatial Ethnography of Labour », Ethnography, no 6, pp. 267-81.

Gooptu N. (2013), « Servile Sentinels of the City: Private Security Guards, Organized Informality, and Labour in Interactive Services in Globalized India », International Review of Social History, vol. 58, no 1, pp. 9-38.

Lefebvre H. (2000 [1974]), La Production de l’espace, Paris, Anthropos.

Ray R., Seemin Q. (2009), Cultures of Servitude: Modernity, Domesticity, and Class in India, Stanford, Calif., Stanford University Press.

Sanyal K. K. (2007), Rethinking Capitalist Development: Primitive Accumulation, Governmentality and Post-Colonial Capitalism, London/New York, Routledge.

Simone A. (2009), City Life from Jakarta to Dakar: Movements at the Crossroads, New York, Routledge.

Haut de page

Notes

1 Cette thèse, co-dirigée par Véronique Dupont (IRD, CESSMA, Paris 7 Diderot) et Vinay Gidwani (Université du Minnesota), a été financée par un contrat doctoral d’État. Le travail de terrain a été financé par l’American Institute of Indian Studies et accueilli à Delhi par le Center for Policy Research. La thèse a été soutenue à Minneapolis en 2018.

2 Représentant du ministère de l’Intérieur du gouvernement du Territoire National de Delhi (NCT). L’Inde est un pays fédéral à la structure complexe, en particulier pour le territoire de sa capitale.

3 Sharma, Omkar, 2 février 2017, Delhi. Entretien en anglais, nom changé.

4 CAPSI, the Central Association of Private Security Industry.

5 Je développe plus en détail la relation entre caste et géographie dans un article (Carrière 2020).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Taking a break in a 12 hours work day, 2017
Légende Source : modèle, photographie transmis par whatsapp
URL http://journals.openedition.org/cdg/docannexe/image/7770/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Carrière, « La Ville au filtre des gardiens de sécurité : domination et territoires urbains, Delhi »Carnets de géographes [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 26 février 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/cdg/7770 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdg.7770

Haut de page

Auteur

Damien Carrière

Enseignant chercheur à l’ESPI
d.carriere[at]groupe-espi.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search