Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Carnets de recherchesVariaLa violence de la fabrique de la ...

Carnets de recherches
Varia

La violence de la fabrique de la ville

Représentations, pratiques et imaginaires des aménageurs d’Euroméditerranée
The violence of the making of the city: representations, practices and imaginations of the urban planners of Euroméditerranée
Marie Beschon

Résumés

La violence de l’aménagement est souvent réduite à l’impact socio-économique des transformations urbaines sur les habitants. Et, lorsque critiques il y a envers la tentation démiurgique de l’architecte-urbaniste au sein des grands opérations urbaines, elles sont pour la plupart nuancées dès lors qu’est revendiquée la démarche d’un urbanisme de projet, qui serait plus intégrateur et horizontal. Or l’examen du projet Euroméditerranée à Marseille, qui se réclame d’un urbanisme respectueux de l’existant, n’échappe pas au constat de situations de violences sociale, symbolique et physique envers le territoire et les habitants. Le présent article postule que la violence de l’aménagement est présente dès les coulisses des projections des aménageurs et notamment dans la difficulté des professionnels à prendre en compte les habitants. Cette violence est interrogée depuis les coulisses de l’Etablissement Public d’Aménagement d’Euroméditerranée (EPAEM), à Marseille, en charge d’un projet de rénovation urbaine déclaré Opération d’Intérêt National en 1995. L’article se nourrit d’une ethnographie réalisée entre novembre 2013 et juin 2016 et, plus précisément, d’observations des aménageurs de l’EPAEM menées entre novembre 2013 et juin 2014.

Haut de page

Texte intégral

1Marseille, Juin 2008, rue de la République. Des habitants sont expulsés de leurs logements rachetés par un fond de pension états-unien. Octobre 2011, réunion de concertation de la ZAC Saint-Charles. Des militants jettent de la peinture sur les élus. La réunion suivante se déroulera en présence d’agents de police et de sécurité privée. Octobre 2018, place Jean Jaurès. Les opposants au projet de rénovation de la place, qui s’interposent entre les arbres et les machines venues les arracher, sont gazés par les forces de l’ordre.

2En 2016, le Club Ville Aménagement organisait des groupes de travail entre professionnels de l’aménagement sur « la ville incluante » et introduisait la séance :

« Les aménageurs exercent-ils un métier violent ? L’intervention publique organisée sait-elle se faire compréhensive, contextuelle et délicate à l’égard des territoires et des publics ? » (Club Ville Aménagement, 2016 : 1)

3La question de la violence de l’aménagement est rarement posée comme telle. D’une part, dans le cadre de la production urbaine, le terme de violence est davantage associé à la violence urbaine, voire à l’urbanisme et l’aménagement sécuritaires (Gosselin, 2015 ; Loudier-Lalgouyres et Vallet, 2010). D’autre part, les travaux critiques sur la production de la ville privilégient davantage l’analyse des impacts socio-économiques des projets urbains (Collet, 2015 ; Clerval, 2013 ; Smith, 1996). Mais qu’en est-il des modalités de faire et des représentations des aménageurs et urbanistes ? La question se pose de savoir si l’on peut réduire la violence des projets urbains à leurs seules conséquences. Cela ne reviendrait-il pas à imputer les « failles » des projets urbains à leurs seules cibles, en excluant de fait l’interrogation des projections et des pratiques qui les fondent ?

4Certes le terme de violence recouvre une multitude de sens et peut être assimilé à un concept flou. Il n’en est pas moins un indicateur de la sensibilité d’une société, qui évolue selon la condition et les seuils de tolérance de cette dernière (Michaud, 2018). Dans ce cadre, il est intéressant d’interroger la question du Club Aménagement. L’urbanisme et l’aménagement d’aujourd'hui contestent une démarche jugée excessivement centralisée et technocratique (Santamaria, 2009). Ils se revendiquent d’une nouvelle logique de production, qui serait davantage coproduite et « fondée sur la coopération et la négociation entre tous les acteurs qui participent à la conception, la production, la gestion et l’usage de la ville, et ce dès les phases d’élaboration des projets » (Arab, 2011 : 73). L’actualisation de la démarche de projet est nécessaire pour saisir l’importance de ses prétentions et la nuance des critiques des champs de l’urbanisme et de l’aménagement urbain. Certes, les regards critiques sur les professionnels de la production et de la gestion urbaines existent. Ils pointent le fantasme démiurgique de l’architecte-urbaniste (Claeys, 2016) et la tentation missionnaire des urbanistes (Longuet, 1997), voire l’intention et le fond dominateurs de l’aménagement (Cordobes, 2021). Ces lectures raisonnent avec la dénonciation des valeurs et de l’idéologie présentes derrière la technicité et la rationalisation revendiquées de ces champs disciplinaires et de ces pratiques, empreints en réalité de normativité (Martouzet, 2002). En cela, ces analyses peuvent se rapprocher de la géographie critique et de l’analyse des rapports sociaux de domination en jeu dans la fabrication de la ville et la gestion urbaine (Smith, 1996 ; Harvey, 2011 et 2004 ; Clerval et Van Criekingen, 2012). Néanmoins, ces analyses tendent à s’infléchir dès lors qu’est abordée la nouvelle démarche de production urbaine relative au projet. Celui-ci, plus enclin à l’horizontalité de la décision, à l’intégration des acteurs et de l’environnement, et plus sensible à l’existant, infléchirait la tentation démiurgique de la production urbaine (Le Galès, 1995 ; Pinson, 2016 ; Ambrosino, 2017). Mais comment appréhender alors la violence des impacts d’opérations urbaines tels que sus-cités ?

5Le présent article se propose d’interroger la violence de la fabrication de la ville à partir de deux postulats. D’une part, la violence de l’aménagement est présente dès les coulisses : depuis les pratiques des aménageurs et leurs représentations du territoire habité. C’est ce que nous nommons la violence invisible de l’aménagement, à partir du concept de violence symbolique (Bourdieu, 1998). D’autre part, malgré les évolutions doctrinales et pratiques de l’urbanisme et de l’aménagement (d’une approche techniciste à un urbanisme sensible à l’existant), les professionnels partagent une même difficulté à prendre en compte les habitants, ce qui participe de la violence invisible de l’aménagement.

  • 1 Les prénoms des techniciens cités ont été changés et leurs statuts spécifiques au sein de l’EPAEM o (...)

6Le présent article interroge cette violence depuis les coulisses de l’Etablissement Public d’Aménagement d’Euroméditerranée (EPAEM), à Marseille. Euroméditerranée est un projet de rénovation urbaine qui jouxte le centre-ville et qui a été déclaré Opération d’Intérêt National en 1995, avant d’être étendu en 2007 (Euroméditerranée 2). L’EPAEM, une structure d’une cinquantaine de techniciens, en a la charge. Marseillaise d’origine et sensible aux transformations en cours de ma ville, je tenais à comprendre Euroméditerranée – et les critiques qui lui étaient imputées – de l’intérieur. M’engageant dans une thèse en anthropologie sur le sujet, j’obtenais un stage au sein de la direction de l’Aménagement de l’EPAEM. L’article se nourrit d’une ethnographie réalisée entre novembre 2013 et juin 2016 et, plus précisément, d’un journal de terrain dans lequel j’ai consigné chaque jour de stage mes observations des aménageurs de l’EPAEM : leurs propos, leurs gestes, leurs humeurs et leurs mésententes, les anecdotes et les régularités. J’ai mené ces observations notamment entre novembre 2013 et juin 2014 puis je les ai retranscrites dans un second temps. Ces observations constituent des matériaux d’enquêtes dont j’utilise des « moments » et/ou des dialogues pour à la fois situer le terrain duquel je parle et en même temps pourvoir les données sur lesquelles je base mon analyse. L’article s’appuie également sur sept entretiens semi-directifs menés avec les techniciens de l’EPAEM hors temps de stage1.

7Cette enquête s’inscrit dans une anthropologie situationnelle (Agier, 2015), qui propose de regarder le monde à partir de situations et de pratiques que l’on vit et que l’on observe, ici et maintenant, et non pas à partir d’une représentation extérieure des structures. Loin des notions fonctionnalistes et rationalistes, l’anthropologie situationnelle procède par des descriptions denses de situations afin d’identifier et analyser les différents niveaux de signification à l’œuvre dans un lieu et un temps donné. Comme le théorise Michel Agier :

« Cette approche s’abstient, par décision de méthode, de faire intervenir le caractère structurel/institutionnel des relations observées. C’est l’observation des phénomènes à l’échelle interactionnelle qui doit permettre de repérer les contraintes réelles de l’ordre social englobant » (Agier, 2009 : 44).

8À partir d’une situation de terrain décrite et problématisée, le chercheur développe une ou plusieurs analyses thématiques à partir d’éléments issus de la scène initiale (Puaud, 2016). Aussi il sera proposé au lecteur des mises en situation à même de le plonger au sein du terrain d’observation et ce, avant de s’intéresser aux analyses et aux représentations des aménageurs qui sous-tendent et fondent les modalités de ces situations.

  • 2 Cette division de directions était valable lors de mon stage. En 2015, l’EPAEM a déménagé et ses di (...)
  • 3 Parmi eux, on comptait alors deux formations d’ingénieur en aménagement, trois formations en archit (...)

9Le terme « aménageur » désignera ici les techniciens de la direction de l’Aménagement de l’EPAEM. Aux côtés de cinq autres directions (Communication et Concertation ; Développement Economique ; Urbanisme, Architecture et Développement Durable ; Ressources Humaines ; Direction Générale2), la direction de l’Aménagement se présente comme le cœur de métier de l’EPAEM. Elle a à charge de rendre possibles les « sorties de terre » du projet. Elle participe à l’élaboration des plans d’aménagement et à la définition des opérations subséquentes. Elle gère les études nécessaires à la mise en route des opérations. Elle coordonne les acteurs impliqués – de la maitrise d’ouvrage à la promotion en passant par la maitrise d’œuvre – tout au long de la mise en route puis de la réalisation des opérations. Ses techniciens parcourent la chaine qui va de la définition substantielle, spatiale et temporelle des projets localisés (dans et hors ZAC) au suivi des opérations sur le terrain. En son sein, la direction de l’Aménagement peut être subdivisée en deux corps. Les urbanistes produisent les plans de réalisation, définissent les niveaux de qualité des aménagements, proposent un calendrier d’opération et sont en charge des études (pré)opérationnelles. Les ingénieurs assurent la gestion qualitative, technique et budgétaire et le suivi technique et architectural des opérations. Si mon terrain de mon stage s’est déroulé à l’étage de la direction de l’Aménagement, toutefois ma mission me conduirait à travailler sur Euroméditerranée 2, projet encore à l’état de définition, et donc principalement avec le corps des urbanistes3.

10L’association des termes « aménageurs » et « urbanistes » qui sera faite ici ne doit pas être prise comme une confusion des métiers et des formations. L’association des deux champs trouve sa cohérence du point de vue de leur épistémè commune. Si les métiers de l’urbanisme et de l’aménagement urbain sont spécifiques, et si les termes sont apparus à différentes époques (entre le néologisme espagnol urbanización créé en 1867 par Ilfonso de Cerda et l’aménagement de la loi Cornudet, 1915), ces deux disciplines et pratiques consistent en des actions de la production de la ville et ce, au sens d’une même prétention à organiser et aménager la ville, à différentes échelles (Toussaint, 2003). L’aménagement peut concerner des espaces non urbains. En revanche lorsqu’il porte sur les villes ou des parties de ville, et en tant qu’« action volontaire d’un groupe social pour organiser, voire transformer l’espace dans le but d’engendrer des effets positifs pour la société » (Santamaria, 2016 : 16), il peut être associé à l’urbanisme, et à sa vocation à organiser spatialement les établissements humains, dont il ne diffèrerait que par l’échelle d’intervention (Barles, 2018). Les deux praxis partagent en effet une même épistémologie actioniste, au sens d’activités intentionnelles et contextualisées dont l’objet est d’organiser et transformer l’espace urbain en vue d’une situation jugée préférable (Arab, 2018). L’aménageur et l’urbaniste de cet article ne seront donc pas approchés du point de vue d’une sociologie des professions, ni d’une sociologie des institutions. Et l’inscription des techniciens dans la chaine du pouvoir qui encadre Euroméditerranée ne sera pas restituée.

11Dans une première partie, l’article situera les hypothèses de départ, soit une continuité dans la discipline et les pratiques de l’urbanisme et de l’aménagement jusqu’au nouvel urbanisme de projet. Cette continuité est relative à une difficulté à considérer les territoires et les habitants. Une deuxième partie interrogera la violence de l’aménagement à partir de l’examen des représentations des aménageurs de l’EPAEM et de leurs traitements des publics. Dans un troisième temps, nous nous intéresserons à leurs pratiques. Enfin, l’article examinera la rationalité et l’argumentation des aménageurs qui soutiennent Euroméditerranée.

L’urbanisme et l’aménagement urbain : une évolution sensible et sociale ?

12L’urbanisme et l’aménagement n’ont pas échappé à l’analyse de leurs enjeux politiques, comme actes de pouvoir (Lacaze, 1989) technicistes et verticaux (Santamaria, 2009), ni à l’articulation d’idéologies et de valeurs certes teintées de technicisme (Choay, 1965). Ces champs d’action auraient néanmoins évolué depuis la fin des années 1980 vers une nouvelle culture de la production urbaine : la démarche de projet. Contre l’aménagement planificateur, contre l’urbanisme moderne techniciste et fonctionnaliste, cette nouvelle démarche répondrait aux besoins d’une nouvelle gouvernance des villes au regard des transformations des objectifs et des modes opératoires de l’action publique urbaine (Pinson, 2010).

13L’urbanisme moderne nait à la fin du XIXe siècle d’une prétention à « accroitre le bien-être individuel et le bonheur public » en agissant sur le cadre bâti et impactant sur les conditions de vie (Paquot, 2013 : 19-20). L’urbanisme devait apporter « des solutions ‘’scientifiquement’’ fondées aux bouleversements engendrés par l’industrialisation et à ses conséquences sur le plan social et urbain, apporter des remèdes aux maux causés par les dysfonctionnements du système économique capitaliste et ses répercussions néfastes sur la ville » (Levy, 2006 : 61). L’urbanisme s’affichait comme une ambition de savoir global et surplombant sur la ville. Entre la loi Cornudet sur les Plans d'aménagement, d'embellissement et d'extension des villes (1919), et les années 1960, l’urbanisme esquissé par Ilfonso de Cerda se radicalise (Merlin, 1990) au cours des Congrès Internationaux d’Architecture Moderne pour répondre aux défis de l’industrialisation. Aboutissant à la Charte d’Athènes (1933-1943), l’urbanisme moderne visait la création d’une ville rationnalisée, guidée par l’ordre et le classement, et identifiait l’habitant-type et ses besoins universels. La planification urbaine était censée remédier aux problèmes et défauts des villes, ou répondre à de nouveaux besoins, selon une approche fonctionnaliste de l’organisation des cités. Les « spécialistes » de la ville se chargeaient de penser pour et à la place des citadins « en leur disant quel espace de vie leur est paternellement dévolu » (Claude et Saunier, 1999 : 25).

14Toutefois, « la crise des grands ensembles » des années 1960 remet en cause cet urbanisme et le renvoie à ses échecs sociaux et urbanistiques (Masboungi, 2016), entamant un changement de regard sur la ville. Jusqu’alors considérée comme un processus technique voire un résultat mécanique des rapports socioéconomiques, la ville commence à être regardée à partir de son dessin et de sa forme. Un nouvel urbanisme est revendiqué intégrateur, basé sur la négociation et le compromis (Ascher, 2001), soucieux d’une approche plurielle et complexe de l’aménagement des villes (Tomas, 1998). C’est le tournant vers un urbanisme de projet, ou urbanisme de processus, en rupture avec un urbanisme fonctionnaliste accusé de scientisme, d’utopie (Choay, 1979) et d’uchronie (Lussault, 2014). L’urbanisme de projet est pensé comme une démarche et une pratique sensibles à l’horizontalité des acteurs en présence et au pragmatisme du terrain et de l’action. Les projets sont moins alignés sur des planifications rigides qu’évolutifs et actualisables selon les aléas et les avancées des opérations (Pinson, 2009).

15Euroméditerranée a été conçu conformément aux principes de ce nouvel urbanisme. La mission de préfiguration du projet définissait un programme opérationnel non verrouillé, un cadre de référence actualisable à l’intérieur duquel les objectifs opérationnels étaient appelés à évoluer. Pour Euroméditerranée 2, un plan guide propose un cadre stratégique et des grandes orientations. Selon une gouvernance urbaine horizontale et plurielle, l’EPAEM est administré et piloté par une pluralité d’acteurs – Etat, collectivités locales et territoriales – et implique agences d’urbanismes, urbanistes conseils, consultants, promoteurs et acteurs privés. Ses opérations sont soumises à la concertation des associations, des habitants et des acteurs économiques. Selon ce nouvel urbanisme, l’aménageur est devenu un « ensemblier », appelé à se placer dans le registre de la « suggestion » et non plus à « évoluer dans la démonstration avec force documents surchargés, ni dans l’arrogance » (Club Ville Aménagement, 2016 : 2).

16L’EPAEM s’efforce de présenter un projet et une gouvernance conformes aux aspirations de l’urbanisme de processus. S’il est de mise d’affirmer l’évolution positive d’une démarche par projet (Boutinet, 1990), l’on peut néanmoins nuancer l’importance du chemin parcouru depuis la critique de l’urbanisme moderne, voire la remettre en cause. La posture vis-à-vis de la ville industrielle pathologique, au-delà des différents courants théoriques qu’elle a engendrés, a fortement marqué l’évolution de l’urbanisme en France qui a suivi majoritairement la voie progressiste et fonctionnaliste (Choay, 1979). C’est un urbanisme fondé sur l’idée d’une ville efficace décidée par la figure de l’urbaniste Créateur, détenteur de la vérité urbaine au détriment de la place et de la parole de l’habitant et de l’usager.

17D’autre part, malgré la crise du fonctionnalisme dès les années 1960, les tentatives de dépassement de cet urbanisme rationnel seraient restées appréhendées par un point de vue fonctionnel. Au-delà des revendications d’une démarche nouvellement intégratrice et sensible, des analyses identifient les restes d’un urbanisme qui continue de prôner un système urbain cohérent et qui pense encore en termes de fonctions et de rationalité urbaines. Marc Arsac conclut à la continuation de « l’assignation à l’urbanisme d’un devoir moral d’influer sur les trajectoires socio-économiques des individus et des établissements […], visant à parvenir à un fonctionnement urbain optimal » (Arsac, 2007 : 43-47). Pour Thierry Paquot, l’urbanisation contemporaine reste constituée par un urbanisme « autoritaire et technocratique » (Paquot, 2013 : 30). Michel Lussault identifie trois corpus de connaissances et d’imaginaires qui continuent de nourrir le développement d’un « urbanisme de puissance et de contrôle ». La médecine est cristallisée dans le postulat de rapports déterministes entre la ville-milieu et l’urbanisme-guérisseur. Le génie civil urbain, avec ses techniques et artefacts, répond aux besoins des systèmes urbains. Et l’utopie et l’uchronie fondent la croyance en la projection d’un monde « soutenu par la raison urbanistique et suspendu dans l’espace et le temps irréversible d’un présent perpétuel à venir » (Lussault, 2014 : 10-11). S’appuyant directement sur le projet, Jean-Yves Toussaint déclare :

« Tout projet, qu’il s’agisse d’aménagement, d’urbanisme, d’architecture ou de génie civile, contient en virtualité (en projet) la remise en question des convenances, c'est-à-dire aussi, la remise en question de la représentation sociale de l’espace. En quelque sorte, le projet pourrait être projet de substituer l’espace de représentation à la représentation sociale de l’espace, c'est-à-dire projet d’ordonner et de régenter les usages à partie des impératifs de la fabrication. » (Toussaint, 2003 : 62)

  • 4 Journal de terrain, entretien, 27/10/2015.

18Enfin, malgré les évolutions doctrinales et pratiques de l’urbanisme et de l’aménagement urbain, les professionnels sont nombreux à reconnaitre les difficultés auxquelles ils sont confrontés lorsqu’il s’agit de considérer le territoire et les habitants. Interrogé sur cette question, un ancien directeur général de l’EPAEM me répondait en ces termes : « L’urbaniste pense, ou l’Etat représenté par cet urbaniste comme corps professionnel constitué pense, que c’est bien et que peut-être ils ont raison même si les autres en veulent pas et que ça va être dur à leur faire avaler4» Ainsi nous propose-t-il de prendre en considération la possibilité d’un conflit entre les intentions des urbanistes et la réception des habitants, entre « ceux qui conçoivent la ville, l’organisent, la décident et la fabriquent, et ceux qui y vivent, qui en vivent, qui en usent, qui y consomment, qui s’y activent et qui y meurent ». C’est la rencontre entre « deux univers pragmatiques : fabriquer et user » (Toussaint, 2003 : 23). Au croisement de ces deux univers, s’exprime la violence de l’urbanisme et de l’aménagement urbain, qui continuent encore aujourd'hui de reposer sur un socle d’expertise par rapport au territoire et aux habitants.

19Nous voyons avec ces références que des critiques fondamentales de la production urbaine subsistent au-delà de la revendication d’une nouvelle démarche intégrative et sensible. Néanmoins, les assertions interprétatives de ces auteurs sont rarement gagées sur des données produites au cours d’enquêtes de terrain et encore moins sur des données récoltées depuis les coulisses quotidiennes des aménageurs et urbanistes. C’est à la fois dans la poursuite de ces critiques mais en proposant une incarnation (spatiale et temporelle) que cet article s’engage à sonder cette violence postulée au plus près des professionnels de l’aménagement, ici des techniciens aménageurs de l’EPAEM. Une première mise en situation donnera à voir leurs appréhensions des publics.

De l’anarchiste aux habitants manipulables : catégorisation et minoration des publics

20Au siège de l’EPAEM, un représentant du promoteur E. est reçu par quatre techniciens dont Henri (Communication) et Olivier (Aménagement).

Olivier : « Le directeur m’a dit énervé : ‘’tu vas nous convoquer E. qu’ils nous expliquent ce qu’ils veulent faire !’’. Il sourit, le représentant pouffe.

E. : Et sinon, vous gérez comment avec le collectif ?

Henri : Très simplement, avec des CRS et les renseignements généraux.

E. : Non mais je te le demande très sérieusement, pour les recours et tout ça.

Henri : On se cantonne pas qu’aux Crottes et au périmètre. On élargit le public.

E. : Donc l’idée c’est de se faire des amis ! Parce que nous, on n’en a pas beaucoup…

Henri : Le but, c’est de faire un point sur la communication […]. Le Parc a pris un peu de retard mais on va démarrer les ateliers avec les habitants.

Olivier : Il y a un contexte politique. Le nouveau président de la Région veut se rapprocher du peuple marseillais […]. Il y a une forte attente sur Euroméditerranée 2.

Henri : Les habitants sont manipulés par le collectif avec de fausses informations et des tracts. Il y a des faux plans de destructions massives. Ils sont assez bien structurés et ils peuvent nous nuire auprès d’une population fragile et manipulable. On a travaillé et on a identifié des cibles à l’échelle métropolitaine et régionale. On a essayé d’élargir le débat. Puis il y a aussi l’échelle des entreprises […]. C’est un public plus réceptif et constructif que la population même s’ils ont aussi des inquiétudes. Et il y a aussi les habitants et les dissidents institutionnels. […] Il faut absolument aller sur place et répondre aux inquiétudes pour lutter contre les phantasmes. Et puis il y a les ateliers de découverte urbaine […]. Il y a également l’édition d’un document que j’appelle ‘’La ZAC pour les nuls’’. Évidemment, il ne s’appellera pas comme ça. Ce serait un document très grand public. »

(Journal de terrain, 08/01/2014)

21Entre les publics nuisibles, fragiles et manipulables, les inquiets et les ignorants, seules semblent échapper à cette classification dépréciative les entreprises, réceptives et constructives. Mais, en réalité, il y a quand même celles qui ont des inquiétudes. Et les entreprises n’acceptant pas d’acquisition à l’amiable et qui font l’objet d’expropriations sont ramenées à leurs manques d’effort et à leurs stratégies d’entreprise incompatibles avec la ville nouvelle. Dès lors qu’il y a doute ou méfiance de la part des publics, les techniciens de l’EPAEM tendent à les réduire à leur égocentrisme, à les considérer et les traiter avec la distance de ceux qui ne comprennent pas les enjeux d’un projet qui les dépasse. Pour rendre compte de ce traitement des publics, j’ai choisi trois rencontres organisées par les services de l’Aménagement et de la Concertation et de la Communication. Ces mises en situation sont enrichies de propos de techniciens recueillis lors de mon stage. La première situation concerne la réception de trois habitants à l’EPAEM. La deuxième implique des habitants d’un secteur en travaux. La troisième situation a lieu en présence d’une association de militants.

Petites gens et discrétion

Les deux techniciens sont installés côte-à-côte dans la petite salle de réunion, leurs documents de travail sur la table, face à la porte près de laquelle les chaises des hôtes ont été placées. Alors que je les rejoins, une collègue m’avertit, sourire en coin : « Tu vas voir, ce monsieur, c’est un habitué. Il est devenu une institution ». L’homme, d’un âge avancé, arrive accompagné de deux femmes. L’hôtesse de l’accueil les guide jusqu’à nous.

L’homme explique qu’il a demandé une entrevue avec le bailleur L. et qu’il a envoyé une lettre au président d’Euroméditerranée : il s’oppose à la hauteur d’un immeuble qui obstruera la vue. Un technicien invoque les besoins de la métropole et ramène la hauteur du nouvel immeuble à celle de l’immeuble de son interlocuteur. L’homme réagit, le technicien renchérit avec entrain : « Vous n’êtes pas propriétaires de votre vue ! ». Le vieil homme évoque un autre immeuble. L’une des femmes réagit : « Oui j’y habite. C’est de ma faute. J’aurais dû voir le panneau de chantier. J’avais acheté pour la vue sur le clocher et les vieux toits et maintenant ça va devenir un immeuble de 22 étages ». Après un regard compatissant, le technicien reprend son argumentaire sur un ton de récitation : « On a besoin de logements sociaux pour reconstituer les logements démolis. C’est une politique d’Etat, on est un Etablissement Public d’Etat. 75 logements vont être construits. […] Je comprends le problème de la vue mais ça peut arriver dans tous les quartiers ». L’homme réagit : « Il manque de logements ?! Y en a plein de vides […] Et le nombre de commerces fermés ! […] C’est une politique de croisiéristes, pour le tourisme ! ». S’engage un va-et-vient de critiques de la part de l’homme et de la femme – sur l’inconséquence de la politique économique de l’EPAEM inadaptée aux problèmes du territoire, la disparition des commerces de proximité, l’absence de piscine dans le quartier, les échecs des requalifications effectuées. Les deux techniciens changent de ton, répondent du tac-au-tac, défendent le projet, argumentent. Le rythme s’emballe et les techniciens adoptent l’emportement de leurs interlocuteurs :

« Excusez-nous Mr., mais depuis 1995, on n’a rien fait ?! C’est vrai qu’il y a du retard. Non mais bon, ça avance. On vous a fait le boulevard du Littoral, c’est magnifique ! Dites ce qui est positif ! »

(Journal de terrain, 27/05/2014).

22Tout le long de la conversation, le technicien relativise la parole de son interlocuteur à l’aune de la noblesse d’Euroméditerranée et de la politique d’Etat, le ramenant à sa position égocentrée. Pourtant, si l’on considère la panoplie des outils de consultation de l’EPAEM, il n’est jamais proposé aux publics d’exprimer leur appréhension globale des opérations. Les cases des rares questionnaires proposés aux habitants commencent par « Pour vous… ».  Les travaux de groupes en réunion de concertation sur l’aménagement d’un parc demandent de choisir entre un jeu d’eau ou un terrain de basket mais ne sondent pas le souhait d’un tel projet. En réunion technique, les habitants peuvent s’enquérir de combien d’arbres seront plantés sur la voirie amis l’argumentaire des opérations n’est pas soumis aux publics. Lorsque l’homme explique l’inquiétude des habitants de perdre la vue de leur immeuble, il se conforme aux contraintes de dialogue de l’EPAEM, il s’exprime dans les limites qui lui sont imparties : pour lui et ses voisins. Or les techniciens le renvoient à l’étroitesse de son expression : ils opposent l’intérêt supérieur de l’opération. Il en va de même lorsque la dame se responsabilise pour la perte de la vue de son immeuble : cela relève d’une échelle plus importante que celle de destins individuels.

  • 5 Ce terme revient à plusieurs reprises dans la bouche d’un aménageur à propos des publics.
  • 6 Journal de terrain, 09/12/2013
  • 7 Journal de terrain, 18/03/2014
  • 8 Journal de terrain. Entretien, 08/12/2017

23Les habitants des territoires sont appréhendés comme de pauvres gens quand ils ne font pas que « gueuler5 ». La pauvreté de ces habitants est sociale et économique. Lors d’une réunion de direction, ils disent « travailler pour les pauvres6 » et, dans leur analyse des périmètres d’intervention, ils adoptent à plusieurs reprises une approche misérabiliste (Grignon et al., 1989). Devant des étudiants en urbanisme, un directeur de projet explique la défiance des habitants par leurs caractéristiques d’un « public précarisé, paupérisé, loin de l’emploi7 ». Dans un document de conseil pour la stratégie de concertation, les habitants sont présentés comme un public « caractéristique des publics victimes du déclin industriel », « victime du délitement social », « vulnérable et sensible » et « donc susceptible d’être instrumentalisé » (EPAEM, 2011 : 6). Même les expropriations sont justifiées par l’exploitation des habitants : « C’est le propriétaire qui est exproprié, pas le locataire, qui est exploité, qui vit dans la misère, dans un logement insalubre et qui paie 500 euros par mois. Faut pas se voiler la face », m’explique Clara lors d’un entretien8.

  • 9 Journal de terrain, 14/01/2014
  • 10 Journal de terrain. Entretien, 10/06/2015
  • 11 Journal de terrain, 14/01/2014
  • 12 Journal de terrain, 10/12/2013
  • 13 Journal de terrain. 29/01/2014

24La pauvreté des habitants est également culturelle. En réunion de programmation sur Euroméditerranée 2, lorsque son collègue doute de l’idée d’installer une bibliothèque dans le secteur des Crottes – « Ça passionne pas les gens du secteur… » –, la chargée de concertation recadre la cible : « Je suis pas d’accord ! La mixité sociale est importante ! Les gens viendront aux Crottes, c’est ça qui est intéressant ! La bibliothèque est un facteur d’échanges important qui va aider au désenclavement9 ». L’accueil favorable d’une bibliothèque tient à la venue d’une population qui saurait être sensible à une telle structure, qui semble être hors d’intérêt pour les habitants des Crottes. Ainsi dépossédés de cette culture légitime, les habitants manquent d’outils et de connaissances pour comprendre Euroméditerranée. Clara se lamente que souvent « les choses soient mal comprises et (mal) ressorties » et que « les gens croient n’importe quoi ». Même quand elle juge une rencontre constructive, elle nuance : « même si, comme d’hab’, on entend les mêmes, pépé et mémé qui veulent garer leur voiture et qui comprennent pas qu’il n’y ait pas de parking et que ce soit embouteillé à Marseille10. » Dépourvus de capital, les habitants forment une population apeurée et manipulable. Interrogé par un partenaire régional sur l’existence d’un « anti-Euroméditerranée local », Marc nuance : « Les gens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas11» Cette perception des habitants influe sur les comportements des techniciens qui préfèrent taire l’avancée des projections : « A quoi bon dès lors effrayer les gens si on n’est pas sûr de ce qui va se passer ?12 ». Ainsi, lors d’une réunion avec un prestataire en charge d’ateliers de découverte du projet tout public, un technicien liste les éléments des opérations à développer – « Dire aux gens qu’on dépollue c’est positif ! » – et celles à ne pas mentionner – « Ha, ça, ils ont pas besoin de le savoir pour le moment13 ».

Habitants et réunions publiques

Fin d’après-midi, une directrice de projet organise une réunion publique et reçoit des habitants en présence de la chargée de la concertation et d’un représentant du maître d’œuvres S. Est présentée la phase 2 du projet sur le Parc Habité, soit la construction d’un îlot d’immeubles sur le périmètre d’Euroméditerranée 1. La directrice engage le public à observer des images de projection du futur quartier. Elle est rapidement interrompue : des participants relèvent l’inadéquation entre les images de constructions et l’appellation « Parc Habité ». La directrice se défend : « L’idée c’est de faire un quartier résidentiel mais très planté mais ce ne sont pas des espaces verts traditionnels. Il y aura des arbres plantés… ». Les habitants insistent :

Alors ce sera pour du privé ?

La directrice : Ce sera un quartier résidentiel noyé dans la verdure, avec des arbres… Mais effectivement, ce seront des résidences privées. Des résidences privées très vertes ! Et nous, on réaménage la voirie et on y plante des arbres alors qu’aujourd'hui ce sont des voies pas du tout plantées. Ici, sur cette image, on peut voir les rues. Nous procèderons à un élargissement des voies. Il y aura x arbres par voie, ce sera réglementé et encadré, ils seront alignés sur les immeubles selon telle mesure…

Des participants rient dans la salle. Certains de manière ostentatoire, d’autres entre eux.

Est-ce qu’il y aura des traversées publiques ?

La directrice : Oui, pour permettre la relation piétonne entre les rues Salengro et Ruffi.

Le chargé de concertation intervient : Recentrons sur le programme et la présentation de l’opération et on fera une réunion sur le Parc Habité une prochaine fois.

La directrice : Oui et je propose que l’on se présente.

(Journal de terrain. 06/05/2014)

25La présentation avait été préparée en amont, une suite de points devait être abordée, dans un ordre décidé en interne. Cet ordre fut mis en cause dès le début de la réunion. En réaction, la directrice de projet choisit de développer des points positifs et détaillés (elle énumère le nombre d’arbres qui seront plantés, leurs essences, leurs tailles, leur alignement). Le décalage entre les attentes des deux parties concerne leurs sujets d’inquiétude respectifs mais également la temporalité de leur rencontre. Les participants expriment leur désir de parler du projet global, le Parc Habité ; or ce projet a déjà été validé en interne. Les techniciens ne sont pas là pour discuter du Parc mais pour présenter un programme sur lequel les habitants n’ont aucune prise. Et lorsque la discussion leur échappe, l’écran de projection clôt les échanges.

26L’organisation de la salle est significative du rapport des techniciens avec les publics perçus comme un corps passif en droit d’être au fait des avancées mais nullement investi d’une capacité de dialogue de fond sur les opérations. La scénographie de la salle divise l’espace entre l’Etablissement et le public. Les trois quarts du sol sont tapis de chaises pliantes alignées en face d’un quatrième mur qui les sépare des techniciens. La scène de ces derniers est parfois agrémentée d’un petit plateau surélevé et d’un pupitre ou d’une table en faisant office. Derrière eux, un mur blanc ou un écran d’images projetées. Le public est assis, les hôtes debout. Selon leur tour de parole, ils s’écartent doucement vers les côtés pour laisser la place au locuteur. Ensemble de face ou alignés le long du quatrième mur, ils forment un seul front préparé à la rencontre publique. La parole leur revient : ils présentent, introduisent, déroulent l’attendu de la rencontre. La participation des publics n’est prévue que dans un second temps : après leurs exposés, une fois leur programme rempli, quand c’est l’heure des questions. Aussi, lorsqu’une rencontre démarre rapidement par des interceptions du public, le déroulement est mis à mal et les techniciens s’accrochent au sommaire initial. Puis arrive l’heure de fin ; les questions fusent mais les techniciens n’ont pas le temps de poursuivre. Ils remercient et lancent les prochaines invitations.

Les dissidents institutionnels : quand la critique est acceptable

  • 14 Journal de terrain. 29/01/2014

27A la différence des publics classiques, habitants et usagers des périmètres concernés, curieux des changements, voire inquiets et sur leurs gardes, interviennent parfois des acteurs associatifs critiques. Mais les opposants n’ont pas tous le droit de pénétrer le camp des aménageurs. Il y a les militants durs, prêts à des « destructions massives », structurés et nuisibles avec lesquels le dialogue passe par les CRS et les renseignements généraux et il y a les « dissidents institutionnels », membres d’une association qui lutte pour le droit à la ville pour tous. Distincts de leurs camarades « radicaux », ils sont démarqués du reste des publics : « On parle la même langue. Vous, vous avez de l’expérience14 », dit un technicien à un des membres de l’association. Les « radicaux » ne sont pas reçus ; les dissidents peuvent solliciter des rendez-vous, comme cette rencontre en 2014.

Le matin, les techniciens se sont réunis pour savoir que dire et que taire devant les militants. L’heure approche désormais, l’équipe se dirige vers la salle de réunion. Tout en étant plus vaste, la salle est moins visible que celle des trois interlocuteurs précédents. Elle est à l’étage, enfoncée dans les bureaux. J’accompagne la chargée de concertation accueillir ses hôtes. Souriant, la technicienne tend une main tout en invitant de l’autre les invités à entrer dans le hall central : « Ça faisait longtemps ! », dit-elle d’un air complice. Le groupe suit et gagne la salle de réunion.

Un membre de l’association explique leur demande de rendez-vous : « On a toujours déclaré être favorable à la nécessité des opérations mais aussi attentif à l’articulation de la légitimité de faire bouger la ville et le respect des intérêts des habitants, surtout des locataires et des propriétaires occupants, pour que les opérations bénéficient aux uns et aux autres […]. Ce qui ne va pas, c’est que les rapports disent que les gens doivent bouger sans traces écrites pour savoir la motivation de leur déménagement. Ce qui me choque, c’est la tradition orale qui laisse libre cours à la rumeur, aux craintes qui génèrent la résistance. Cette absence d’écrit est une source d’inquiétude, elle laisse prise à toutes les rumeurs possibles […]. L’idéal serait un diagnostic qui recense la situation et qui permette à tout moment des vérifications et pas seulement des déclarations d’intention ».

Devant le silence de ses collègues, un directeur de projet coupe court : « Moi, je vais vous expliquer les conventions de relogement avec l’ANRU », et part dans un développement détaillé des procédures, chiffres et pourcentages à l’appui. Sans répondre à l’inquiétude de son interlocuteur, il parvient à l’amener sur son terrain. Il développe les chiffres, les conventions et les normes. Les informations techniques que donne le technicien sont comprises de ses interlocuteurs et il le sait. Plusieurs membres de l’association ont auparavant œuvré dans l’aménagement urbain et l’urbanisme, parfois directement pour la municipalité. En choisissant le volet technique, il maitrise les échanges. Le dialogue se poursuit jusqu’à ce qu’un autre membre intervienne :

« Je ne peux cacher un sentiment fort quand j’entends les chiffres, les incertitudes. J’ai un passé d’aménageur. Je sais donc que des opérations comme ça sont inchiffrables, quand vous dites 30 ans, c’est… un fort sentiment de démesure entre la réalité et votre projet. Comment on va informer la mémé qui s’angoisse ? Cette carte [le plan guide] collée là-dessus [la carte aérienne] c’est violent. Je ne peux pas cacher ce sentiment. Je n’arrive pas à penser que c’est faisable.

Le directeur de projet : Mais le territoire tel qu’il est actuellement est violent.

Une technicienne : On revient à la question de départ : comment informer ? Ici on est attablé c’est facile !

Le directeur de projet : Mais d’abord parce qu’on parle la même langue. Vous, vous avez de l’expérience ».

(Journal de terrain. 29/01/2014)

  • 15 Journal de terrain. 29/01/2014

28Dans cet échange, la position et les arguments des membres de l’association sont minimisés par leur mise en concurrence avec le point de vue de l’EPAEM. Lorsque le directeur de projet oppose la violence du territoire actuel à la violence du projet, il réduit l’argument de son interlocuteur à un point de vue contre un autre. Le technicien joue sur le passé d’aménageur de son hôte. Puisque vous avez été aménageur, vous pouvez nous comprendre. En même temps, le technicien ne se contente pas de ramener l’argument de son interlocuteur dans son horizon de pensée urbanistique : il introduit subtilement une échelle de priorités. En opposant la violence du territoire à celle du projet, il oppose un mal pour un bien. Cet équilibre fragile instauré entre ces militants et l’EPAEM est caractéristique des rapports que les techniciens entretiennent avec l’association. Pour les aménageurs d’Euroméditerranée, ces militants «  sont pas des méchants15 ». Ils les comprennent, mais ils pensent qu’ils se trompent de cible en interpelant l’EPAEM. Malgré une certaine appréhension à leur égard, ils acceptent de les recevoir et ne craignent pas de les voir assister aux réunions publiques ; l’écran et le quatrième mur ne sont pas nécessaires ici.

29Tout en donnant à voir des traitements différents selon les publics, ces trois situations ont en commun une appréhension distanciée par les techniciens de l’EPAEM des publics d’Euroméditerranée, ramenés au mieux à la relativité de leurs positions et, au pire, à leur incompréhension des enjeux d’un projet majeur. En face de chacun de ces publics, les experts aménageurs savent et font en conséquence.

La ville vue d’en haut : les aménageurs et la ville de papier quadrillée

30Afin de rendre compte des modalités de faire des aménageurs d’Euroméditerranée, deux situations sont proposées. La première donne à voir le bout de ville de papier quadrillé sur lequel les techniciens de l’Aménagement pensent et projettent les opérations. La seconde développe l’enjeu opératoire de ce bout de papier que la main de l’aménageur peut modifier à son gré.

« On la met où ? Sur A1 ? Sur B1 ? »

Nous sommes réunis autour du directeur de l’Aménagement. L’école Ruffi pose problème : des parents se plaignent que l’école soit abritée dans des containers en attendant la rénovation des bâtiments tandis que l’école privée de la rue adjacente sera déplacée dans des locaux neufs. En outre, l’école se situe sur un bassin de rétention : « C’est un sujet brûlant ». Un technicien s’écrie au-dessus du chahut général : « Mais c’est pas au-dessus du bassin, c’est à côté ! ». Le sujet est bien connu de l’équipe qui exprime son exaspération. Le directeur de l’Aménagement poursuit : la question est de savoir si on peut la déplacer provisoirement ou s’il faut l’envisager de manière définitive. Une collègue nuance : « Cela dit, l’école privée aura une entrée par derrière, pas dans la rue de celle de l’école publique ». Mais le directeur rappelle qu’il faut de toute façon envisager de déplacer l’école Ruffi. Le technicien ouvre un dossier et sort un plan : « Elle est actuellement à cheval sur 3A et 3B ». Le directeur se penche sur le plan : « On pourrait la mettre sur A1 ? ». Son collègue s’oppose. « Sur B1 alors ? ». Il explose : « Non ! Y a plus de réserve ! ». Usé, le directeur clôt la discussion : « Alors faut faire une étude de terrain pour voir ce qu’il reste de libre à Arenc ».

(Journal de terrain, 09/12/2013)

31Lorsque les aménageurs se réunissent pour concevoir les futurs aménagements, ils travaillent sur une feuille de papier et sur un périmètre découpé en lignes droites qui ne rendent pas compte de l’épaisseur sociale de la ville. Celle-ci se retrouve aplatie et géométrisée en parcelles simples et identifiables : 1A, 1B, 4C, et des carrés découpés à remplir : avec des habitants, des fonctions, des espaces publics, des infrastructures. Ceux qui restent deviennent des « réserves », des carrés de terrain en stock, « ce qu’il reste de libre ». La ville des aménageurs est opératoire et maniable. On y construit bout par bout. Les techniciens parlent de « morceaux de ville ».

32La feuille de papier des aménageurs, comme la carte des géographes, crée un microcosme qui fonctionne comme une simplification maniable du réel, auquel elle se substitue. Comme l’énonce Alain Corboz :

« La carte est plus pure que le territoire car elle obéit au prince. Elle s’offre à tout dessein, qu’elle concrétise par anticipation et dont elle parait démontrer le bienfondé. » (Corboz, 1983 : 81)

33La ville aplatie des aménageurs fonctionne comme un trompe-l’œil : elle ne visualise pas seulement le territoire auquel elle se réfère ; elle donne corps à ce qui n’est pas. Les carrés dessinés et colorés qui découpent la ville esquissent un territoire qui n’est pas appréhendable depuis les trottoirs. D’en bas, en foulant l’asphalte des rues, les traits parfaitement droits des îlot 3A et 3B s’évanouissent devant des immeubles irréguliers, séparés par des routes trouées et différenciés par des usages multiples. Si la ville de papier est nécessaire pour maitriser les phénomènes complexes, elle ne décolle pas moins du réel. En ce sens, nous pouvons reprendre l’analyse d’Alain Corboz qui parle, à propos de la carte, d’un « outil démiurgique » car, comme elle, la ville de papier « restitue le regard vertical des dieux et leur ubiquité. Le paysage, en revanche, s’offre à l’œil des hommes qui ne sont qu’en un lieu à la fois et se donne à voir à l’horizontal » (Ibid, 1983 : 82).

« Faut péter, il faut qu’on maille ! »

Le directeur de l’Aménagement nous attend pour faire un point sur l’extension. Est convié le chargé de la direction de l’Architecture et de l’Urbanisme. Le directeur s’affaire autour de la table ronde de son bureau, jonchée de documents issus du plan guide d’Euroméditerranée 2. Il lance la réunion : le plan guide est trop flou, il faut accélérer la projection des opérations. Les suggestions fusent.

« Il faut que ce soit poreux, avec une ouverture sur le parc. Il faut faire interpénétrer les espaces », propose le chargé de l’Architecture. « L’idée c’est d’anticiper sur le franchissement du parc : ouvrir vers le foyer rue Edgard Quinet jusqu’au boulevard Allar ; il faut péter, mailler, il faut qu’on maille ». Le technicien se lève et se penche sur la table. De son doigt, il indique sur le plan les rues autour de la passerelle : « On maille là ? Ou là ? ». Une technicienne fronce les sourcils et se lève pour avoir une vue d’ensemble : « Oh là c’est gros ! A mon avis là, ça commence à être des gros bébés ! ». Sa collègue, sans se lever, tend son doigt à son tour : « Et là sinon ? ». Le chargé de l’Architecture, assis, jambes croisées, bras entretenus sur la poitrine, intervient : « Il faut que ce boulevard Allar ait une attractivité, une animation… En curant les îlots ? ». « Bon, quels équipements est-ce qu’on va mettre et où ? » demande le directeur de l’Aménagement, « Pour revenir au percement de la rue de Simiane, il faut mailler non ? ». Le chargé de l’Architecture suggère de recourir à Google Map. Le directeur nous invite à passer derrière son bureau. Penché sur son écran, il tape le nom des Crottes dans la barre de recherche. En quelques secondes, les rues apparaissent sur l’écran. Un technicien approche sa main de l’écran et pose son doigt sur un toit d’immeuble : « On peut faire un passage là. Mais faut péter donc ». Après discussions sur cette option, le directeur retourne à la table. Assis de nouveau, le chargé de l’Architecture fait tourner son stylo entre ses doigts. Les techniciens énoncent à voix haute des scénarios d’activités : des pépinières artistiques ? Un fab lab ? Une plateforme de services publics ? Soudain le directeur de l’Aménagement rompt l’entre-soi de son équipe : « Mais ce qu’on est en train de faire entre techniciens, faudrait le dire aux habitants non ? ». Une technicienne se lève, pose son doigt sur le toit de l’immeuble auparavant visé : « Ben pas à celui-ci ! », et se rassied en riant.

(Journal de terrain. 20/01/2014)

34Autour d’une table ou devant l’écran, le sort d’un quartier est réduit à des images et des objectifs projetés sur un format artificiel, à des portions de ville découpées et des obstacles à gommer. La ville des aménageurs se crée d’un placement de doigt. Cette ville de papier, ville-objet appréhendée dans une salle de 15 m2, contraste avec les km2 d’un quartier habité.

35L’usage de plans et de cartes est à la base du travail des architectes et des urbanistes. Il leur faut représenter l’espace, le dessiner, l’imager. Aussi l’analyse du rapport de ces techniciens à la feuille de papier peut paraître sans pertinence du fait même de sa banalité. Toutefois, un regard extérieur sur la relation essentielle de ces techniciens à la représentation de la ville sur papier informe sur la rationalité urbanistique. La ville qu’ils abordent est vidée de sa richesse sociale et humaine. Or c’est sur cette ville de papier que les aménageurs formulent leurs exigences : « il faut » répètent-ils. Sur ces découpages géométriques, ils s’approprient le pouvoir ultime de décider pour les gens qui y habitent. Comme pris d’une conscience de leur manque de recul sur la réalité du territoire, ils s’en remettent aux images satellites sur un écran de cinquante centimètres de large. Les tuiles des toits visibles ne nuancent toutefois pas leurs représentations de la ville qu’ils ont à charge de transformer. Au contraire, elles leur permettent de visualiser davantage l’ampleur des démolitions à réaliser.

36La ville opératoire éclaire la relation qu’entretiennent les aménageurs avec les habitants. Absents de leurs plans de travail, ces derniers ne sont convoqués qu’après les projections, les définitions, les programmations. Ils peuvent prétendre à être mis au fait de ce qui se joue et se trame mais ils ne participent pas. La distance que posent les techniciens avec les publics est nécessaire pour le bon fonctionnement du processus. Les spectateurs sont invités à voir dérouler le Powerpoint des experts de bureaux, certaines personnes peuvent obtenir un rendez-vous discret dans les bureaux de l’EPAEM, mais ils n’obtiendront pas plus que des explications des choix pris en interne. Et puis il y a les opposants. Si les plus durs n’ont pas de droit de visite, les institutionnels peuvent partager leurs avis d’anciens pairs mais leur positionnement en dehors des frontières de responsabilités des experts de l’EPAEM les exclut de toute concertation réelle.

37Dès lors qu’il y a doute ou méfiance, les publics perdent leur qualité de sujets agissants, ceux-là même qui « émergent en imposant leur parole contre l’identité inscrite dans le langage qui les soumet, les infériorise ou les diminue » (Agier, 2012 : 68). L’habitant n’est pas seulement « minoré » (Vareilles, 2006 : 230), il est dénié de sa subjectivité, celle qui fait irruption comme « un réel qui s’impose brutalement à nous, remettant en cause nos façons habituelles de penser » (Zizek, 2006 : 19). Cette dénégation du sujet habitant pèse sur la capacité des aménageurs à considérer ses paroles et appréhensions. L’exposition des conduites et des considérations des techniciens d’Euroméditerranée vis-à-vis du territoire et des publics donne à voir la violence du regard aménageur. Si cette violence est moins visible que celle des expulsions ou de la protection policière des réunions publiques, elle n’en est pas moins conséquente : toute inquiétude est dénuée de crédibilité, car elle ne saisit pas l’enjeu d’Euroméditerranée pour Marseille. Mais comment mesurer cet enjeu ? Il s’agit désormais de questionner l’objet de la discorde, le motif de la mécompréhension : la nécessité d’agir. Un examen des arguments des aménageurs en faveur d’Euroméditerranée permet d’éclairer les conditions de légitimité de leurs pratiques et représentations.

Marseille ou la ville à sauver d’elle-même

  • 16 Les archives d’Euroméditerranée sont pour la plupart conservées dans la bibliothèque de l’Agence d’ (...)

38Euroméditerranée a été théorisé sur un diagnostic catastrophique de l’état de la ville (voir archives d’Euroméditerranée, Agam16). Les aménageurs ici cités n’ont pas vécu les années de configuration du projet (fin 1980 – 1995). Pourtant, ils n’en partagent pas moins encore aujourd'hui la rationalité des premières projections pour la future cité phocéenne. Il ne s’agit pas ici de traiter de la véracité du contexte qui a justifié Euroméditerranée mais de situer les représentations des aménageurs contemporains qui sous-tendent et justifient, à leurs yeux, la nécessité et le bienfondé de leurs missions. Pour situer Euroméditerranée dans la rationalité de sa conception et sa mise en œuvre, je me base notamment sur les entretiens menés auprès des aménageurs.

Un constat accablant, un marasme socio-économique et politique

39L’état des lieux catastrophique de la ville et de ses territoires d’intervention qui justifiait dans les années 1980-1990 la mise en route d’un grand projet de rénovation urbaine demeure à l’époque de mon terrain un argument fort et intériorisé par les aménageurs. Lorsque je les interroge sur la raison d’être initiale du projet, tous répètent le discours des premiers auteurs des documents de préfiguration d’Euroméditerranée : une ville qui périclitait, qui perdait des habitants, qui coulait économiquement. Dans ce cadre sinistre, quelqu’un devait agir.

  • 17 Journal de terrain. Entretien, 26/06/2015.

« Faut repartir de l’origine d’Euroméditerranée, en 92-93, le centre, tout ce quartier-là était un quartier à l’abandon, y avait plus personne qui investissait sur le bâti, c’était un bâti laissé à l’abandon depuis la rue de la République. C’était à l’abandon depuis Haussmann quoi, les grands bourgeois qui avaient acheté n’avaient pas réinvesti dessus, donc ça s’est petit à petit abimé, ça a fait le bonheur d’un certain nombre de personnes qui n’avaient pas forcement de moyens. Les loyers étaient pas chers mais le patrimoine était en train de se dégrader, de s’abimer, y avait plein de trucs à l’abandon, des terrains SNCF qui servaient à rien, des entrepôts qui étaient abandonnés. Tout ça a fait qu'à un moment donné les collectivités locales et l’Etat se sont dit ‘’Marseille ça devient un vrai problème’’. Et l’Etat s’est senti responsable de ce problème parce que c’est la 2e ville de France, parce qu’il y a des problèmes sociaux, économiques, et parce qu’ils avaient réalisé Fos et que la réalisation de Fos a eu des impacts sur le centre de Marseille. Donc tout ça a fait qu’à un moment donné les collectivités locales et l’Etat se sont dit ‘’on y va ensemble’’. Et l’Etat a dit ‘’c’est de ma responsabilité, c’est pour ça que je conçois une OIN [Opération d’intérêt national]’’, il a déclaré un périmètre d’OIN et il a dit ‘’j’y mettrai les moyens et j’en prends la responsabilité’’17 ».

  • 18 Journal de terrain. Entretien, 26/06/2015
  • 19 Journal de terrain. Entretien, 16/09/2015

40Les paroles de Bernard illustrent l’acceptation généralisée d’une ville qu’il faut sauver d’elle-même mais également la légitimité d’EPAEM pour cette mission. « L’Etat s’est senti responsable », « l’Etat a dit c’est de ma responsabilité ». Cette manière de raconter l’histoire d’Euroméditerranée, bien que sciemment simplifiée, reflète l’enjeu originel du projet et la conviction de devoir faire. Bernard justifie d’ailleurs la rénovation de la rue de la République, fusse-t-elle mal faite, en termes de nécessité inexorable qui ne laissait d’autre choix que de faire. « C’est retombé sur Euromed, on a considéré que c’était Euromed. Vous faites tout pour le quartier d’affaires, etc. mais il fallait qu’on ait ce quartier d’affaire au départ pour avoir ensuite de l’argent, pour pouvoir aménager, voilà. C’est un système qui petit à petit s’est autoalimenté, mais fallait bien amorcer la pente quoi. Et c’est vrai que le choix qui a été fait ça a été de l’amorcer par la venue d’entreprises extérieures, de bureaux essentiellement18 ». Passant de l’Etat à l’EPAEM, Bernard montre la continuité de la mission initialement donnée à l’Etat et investie dans l’Etablissement. Les aménageurs ont fait leur la mission de transformer Marseille et ont adopté le discours fondateur d’Euroméditerranée. Dit autrement par Laurent, « Euroméditerranée reste un projet passionnant dans ce qu’il porte, dans les enjeux qu’il porte sur Marseille, la manière dont il a fait bouger les choses à Marseille et dans cette partie de Marseille que j’ai connue en train de péricliter19 ».

  • 20 Journal de terrain, 16/09/2015
  • 21 Journal de terrain. Entretien, 10/06/2015

41Leur mission est d’autant plus noble qu’ils s’érigent contre une situation initiale essentiellement négative. « Les gens ont en marre de l’état des rues, ils sont contents que ça change au pied de leur magasin, de leur bâtiment, que ce soit plus un dépotoir, un coupe-gorge20 », dit Laurent. La posture de cette autre technicienne n’échappe pas à cet affrontement entre un contexte désastreux et une mission rédemptrice. « On a créé du centre-ville. Une zone qui était pas du tout du centre-ville à Marseille, tu te rappelles rue de la République il y a 20 ans ? Des logements à 600 francs par mois. République, moi j’y venais deux fois par an pour aller en Corse et c’était un petit peu la zone ou alors on faisait des teufs. J’ai des souvenirs de fête, 500 personnes à la consigne Pouillon, c’était la folie, là où maintenant y a le restaurant Regards de Provence, c’était squatté pendant des années, c’était vraiment punk à chien, défonce à tous les étages, guitare, djembé, et pareil dans les Docks, c’était la zone, y faisait noir, y avait des gens bizarres, la Joliette c’était ça vraiment à l’époque, y avait des kilomètres de voies SNCF désaffectées21 ».

42Le tableau est noir et la ville repoussante. Clara affirme que l’EPAEM a créé du centre-ville, ôtant toute urbanité à ces quartiers avant leur transformation. Il est intéressant de relever l’association que fait Clara entre urbanité et citadinité. L’urbanité désigne l’état spécifique de l’organisation des objets de société au sein d’une situation urbaine donnée. La citadinité renvoie à la dimension actorielle de l’urbanité et constitue une notion dynamique entre un acteur et l’objet urbain. Clara assimile le caractère non urbain de la Joliette à son quotidien de « punk à chien ». En intervenant sur le territoire, l’EPAEM ne produit pas seulement une rue plus belle mais une rue mieux utilisée. Clara témoigne d’une idéologie spatialiste. En postulant un déterminisme causal entre l’espace, qui serait « une chose-en-soi », et les faits sociaux, l’idéologie spatialiste décrète que les problèmes sociaux s’inscrivent et trouvent leur visibilité dans l’espace. C’est ce dernier qui les induit et c’est sur l’espace physique, bâti, qu’il s’agit d’agir pour les résoudre.

  • 22 Journal de terrain. Entretien, 13/05/2015

43Les aménageurs assument la transcendance de leur mission : agir sur l’espace pour améliorer la vie des gens. Ainsi Luc, architecte pour l’équipe Leclercq, argumente-t-il lorsque je l’interroge sur les impacts négatifs que peut avoir le projet sur les habitants : « Alors après est-ce que tu peux nous reprocher de penser qu’on va améliorer la vie des gens et des habitants parce qu’un projet ne va pas profiter qu’aux habitants directement ?22 ». Luc sait qu’une opération de valorisation du quartier – comme ici la création du Parc Bougainville aux pieds des quartiers Nord – peut déstabiliser le quartier qui risque d’être valorisé et de voir ses prix immobiliers et fonciers rehaussés. Néanmoins, ces impacts n’ôtent rien à l’intention initiale d’améliorer le quotidien de tous les habitants, fussent-ils extérieurs au quartier.

44Le contexte du projet est également entaché de problèmes politiques. Les acteurs politiques territoriaux et le système en place sont visés comme causes actives « des fragilités urbaines » de la ville (Hernandez et al., 2013 : 7). Les analyses du contexte de configuration d’Euroméditerranée soulignent la réticence, dans la seconde moitié des années 1980, des communes métropolitaines à se soumettre à « l’égotisme marseillais » (Beaugrard et al., 2007 : 107), alors prises dans « le jeu confus des pouvoirs locaux » (Dubois et al., 2004 : 105) et la « la folie de la concurrence » (Morel, 2001 : 25). En outre, s’ajoutaient des tensions politiques et institutionnelles entre la Mairie, le Conseil Régional et le Département (Morel, 2001) accusés de manquer d’unicité de vision politique. Enfin, le sort de Marseille subissait les inimitiés entre la Municipalité et le Port Autonome, dont les autorités refusaient de se défaire d’une partie de leur domaine foncier (Guénod, 2012). Ces luttes interinstitutionnelles expliquaient l’incapacité des « collectivités à bâtir ensemble un projet d’avenir » (Bertoncello et al., 2010 : 13).

  • 23 Journal de terrain, 14 janvier 2014
  • 24 Pour une actualisation de cette critique : PUJOL P. (2016), La fabrique du monstre. 10 ans d’immers (...)
  • 25 Journal de terrain. Entretien, 27/10/2015

45Dans la lignée de ces analyses, un aménageur de l’EPAEM m’expliquait que Marseille avait besoin d’une vision urbaine, soit : « […] concevoir un aménagement de la ville sur le long terme et avec une cohérence entre tous les aménagements pensés. Pas comme ça s’est toujours fait à Marseille, où les promoteurs privés aménagent des petites parcelles en voyant pas plus loin que leur 500 mètres carrés23. » Pour l’ancien directeur général, Jean-Michel Guénod, le maire Robert Vigouroux manquait d’ambition. Marseille avait « une particularité locale par rapport aux autres grandes métropoles françaises : nul homme providentiel à Marseille [capable] de mobiliser les énergies locales » (Bertoncello et al., 2010). Dans ce contexte, l’opacité était de mise entre la Municipalité et les promoteurs et les architectes. Aussi, le choix d’un EPA administré et financé initialement par un Etat majoritaire et qui échappe à la sélection par la Mairie des maitres d’œuvres est un argument clé (Donzelot et al., 2017). Un technicien d’une collectivité territoriale renchérit : « [Avec] Euroméditerranée, on a commencé à travailler sur du diagnostic et à faire des projets en fonction du diagnostic et non pas en fonction… d’amitiés politiques ou de renvois d’ascenseurs. » (Hagel, 2013 : 207)24. Comme le résume Jean-Michel Guénod : « Si l’Etat s’investit, c’est le constat tristement vrai que les édiles, les forces vives marseillaises, comme d’habitude, si elles n’ont pas de coup de main de l’Etat, la ville s’en sortira pas toute seule. »25

Des territoires affectés

  • 26 Journal de terrain, 16/12/2013

46Les territoires du périmètre d’Euroméditerranée partagent les problèmes de la ville mère : une économie tertiaire sous-développée, des secteurs morcelés et des quartiers inanimés, de mauvaise qualité et non intégrés à l’identité marseillaise (Agam, 1995). A l’intérieur de leur armature urbaine défectueuse, ils ont les mêmes défauts sociaux : une « monoculture » des ménages en voie de paupérisation, une population qui diminue, et des logements insalubres et inadaptés. Toutefois, la qualification de ces territoires est davantage aux prises avec l’affect. Rompant avec le registre de la ville organique, dans lequel Marseille était « aspirée » mécaniquement dans la dépression, les périmètres d’Euroméditerranée reçoivent une approche misérabiliste, prête à « décompter d’un air navré toutes les différences comme autant de manques, toutes les altérités comme autant de moindre-être » (GRIGNON et al., 1989 : 43-44). Les territoires d’Euroméditerranée 2 sont « irrespirables », « ingrats et austères ». La population « n’a pas d’emplois et […] vit dans des immeubles… ». Sommairement, il s’agit de « publics en difficulté » dans des « quartiers difficiles », de « pauvres dans un quartier pauvre » conclut un directeur de projet devant des étudiants en urbanisme26. Les quelques éléments positifs disponibles (leur accessibilité, la mer et quelques infrastructures) n’atténuent pas les négativités des territoires qui demeurent « des territoires compliqués » car, comme l’explique ce même directeur de projet, si ce n’était pas le cas, « on ne serait pas là ».

47Les représentations qu’ont les aménageurs vis-à-vis de l’état critique de Marseille rendent compte de l’acceptabilité générale du diagnostic d’une ville qu’il faut prendre en main. Par un strabisme misérabiliste doublé d’une cécité institutionnelle (Tarrius, 2015), Marseille et ses territoires sont d’avance considérés comme nécessitant un grand projet urbain. Ses pauvres et leur culture, niés dans leurs capacités d’initiative et de production (Tarrius, 1995), sont appréhendés comme une pauvre culture que seul un grand projet urbain saurait « revaloriser ». La négativité du territoire sur lequel doit œuvrer l’EPAEM renvoie à l’imaginaire schizomorphe (Chalas, 1989) selon lequel l’urbanisme ne peut que constituer un mieux vis-à-vis de la situation initiale. L’imaginaire des professionnels de la ville reste fondé sur des couples d’opposition. L’urbaniste construit positivement sa mission contre les besoins et les manques qu’il identifie et qu’il doit satisfaire. Dans un « imaginaire schizomorphe », « l’urbaniste n’associe pas, il s’élève contre » (Chalas, ibid. : 66). Yves Chalas parle de « vocation » plus encore que de profession. Nous retrouvons cet imaginaire dualiste chez les aménageurs de l’EPAEM qui doivent remédier aux malheurs marseillais. Yves Chalas établit un parallèle entre la « ville nouvelle » bâtie par les urbanistes et la « vie nouvelle » des habitants qu’ils créent dans leurs bureaux. Clara établit le même parallèle lorsqu’elle lie l’état dégradé de la Joliette et la vie qui y régnait – vie de « défonce » et « de gens bizarres ». En contre-modèle, la Joliette d’Euroméditerranée devient un vrai quartier de centre-ville fréquentable. L’EPAEM a le pouvoir de métamorphoser le décor et les acteurs en même temps.

48Le complexe de Noé désigne la « propension à vouloir sauver, construire ou produire la ville contre les eaux de toutes sortes de chaos qui menacent de l’anéantir » (Chalas, ibid. : 73). Pierre Merlin ne dit pas autre chose lorsqu’il affirme que l’urbanisme a pour mission de « créer une situation ordonnée, jugée à ce titre préférable à une situation résultant du jeu spontané des acteurs » (Merlin, 2002 : 4). Appliqué à Marseille, Euroméditerranée constitue le projet approprié à « la spirale du déclin ».

49« Tout acte linguistique est aussi toujours un acte social, doté d’une performance et investi d’une spatialité (…). Organiser le territoire (…), c’est d’abord produire du texte, du langage, sur le territoire et son organisation » (Lussault, 2007 : 132). Les mots posés sur Euroméditerranée introduisent la matérialité de la ville à venir (Mondada, 2000). Dans ce contexte de marasme et d’urgence d’agir, le choix d’un EPA pour régler les défaillances politiques locales, et une liste d’objectifs ambitieux s’imposent avec évidence. Il s’agit de mettre la ville au pas tertiaire ; de moderniser les infrastructures et les espaces publics ; d’améliorer les conditions de logement ; de favoriser le rayonnement culturel. Les techniciens de l’EPAEM s’efforcent de mettre en œuvre la « thérapie de choc » préconisée dès 1992 par l’ingénieur général Alain Masson (Bertoncello et al., 2009 : 30).

Conclusion

50L’urbanisme comme discipline et savoir-faire a évolué : la mentalité techniciste et fonctionnaliste de ses débuts a laissé place à un urbanisme soucieux d’horizontalité et de considération pour le territoire et ses habitants. Elle répond ainsi à une société en demande de plus de démocratie et de moins de verticalité politique et technique. Les aménageurs et les urbanistes ont dû s’adapter et développer une plus grande sensibilité pour les publics. Néanmoins, aujourd'hui encore, les modalités de faire et de considérer l’existant continuent d’interroger. Les multiples groupes de travail du Club Ville Aménagement sur la violence de leurs métiers (de l’architecte à l’aménageur) en sont un exemple. De nombreuses interventions mentionnent les enjeux politiques et économiques, les normes et les réglementations comme obstacles à un urbanisme volontaire, encadré et contraint par les normes infranationales, la fiscalité et le code de l’urbanisme. Mais les intentions de ces professionnels ne sont guère interrogées, ni leurs pratiques de faire ni leurs représentations. Or l’examen des coulisses des bureaux des aménageurs d’Euroméditerranée montre des techniciens physiquement et mentalement éloignés de la ville habitée qu’ils travaillent sur des cartes quadrillées et numérotées et qu’ils appréhendent et considèrent via des rencontres publiques médiatisées et distanciées. Le quotidien des aménageurs d’Euroméditerranée révèle une autre violence que celle des impacts des opérations. C’est une violence invisible qui se manifeste dans la verticalité physique et mentale de leurs positions mais également depuis les constats posés sur la ville qui donnent à voir un imaginaire aménageur schizomorphe (Chalas, op.cit.). Cette épistémè de l’aménageur est puissante et essentielle pour analyser la violence visible de l’aménagement. Elle dépasse la réception des pratiques et des opérations par les populations touchées par les projets urbains et est déjà perceptible dans les manières des aménageurs de considérer les publics et de fabriquer la ville. La figure de l’urbaniste démiurge a peut-être laissé place à un chef d’orchestre ensemblier, l’aménageur d’Euroméditerranée, qui continue de penser et faire pour et non avec les habitants. Mais n’est-ce propre qu’aux techniciens de l’EPAEM ? Marseille a l’habitude d’être montrée du doigt, et la gestion de la cité également. Nous pourrions être tentés de conclure à la spécificité de la production urbaine phocéenne. Mais ce serait méprendre l’ambition empirique (Olivier de Sardan, 1995) de l’anthropologie qui s’attache à la description d’un rapport particulier. Néanmoins, en s’appuyant sur une analyse approfondie de la cohérence formée par les propriétés de la réalité humaine et sociale décrite et en problématisant la logique qui encadre et régit cette réalité (Agier, 1997), elle peut entrevoir son sujet (et son terrain) comme expérience d’être au monde et donc dans son universalité. Il n’en reste pas moins, toutefois, qu’il serait intéressant de poursuivre notre questionnement par l’ethnographie d’autres coulisses de projets urbains afin d’interroger la violence « pré-opérationnelle » de l’urbanisme d’un point de vue comparatif.

Haut de page

Bibliographie

AGIER M. (1997), « Nouveaux contextes nouveaux engagements. Comment être sur le terrain aujourd'hui ? », in Agier M. (dir.), Anthropologues en danger. L’engagement sur le terrain, Paris, Jean-Michel Place, pp. 9-28.

AGIER M. (2009), Esquisses d'une anthropologie de la ville. Lieux, situations, mouvements, Bruxelles, Academia Bruylant.

AGIER M. (2015), Anthropologie de la ville, Paris, PUF.

AMBROSINO C. (2017), « L’artiste, un urbaniste (pas) comme les autres ? », in Arab N., Özdirlik B., Vivant E. (dir.), Expérimenter l’intervention en urbanisme, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, L’observatoire, no. 49, pp. 98-99

ARAB N. (2011), « Projet urbain : l’objet sociotechnique et la structure des négociations », in Hamman P. (dir.), Le tramway dans la ville. Le projet urbain négocié à l’aune des déplacements, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Collection « Espace et Territoires », pp. 73-89.

ARAB N. (2018), « Pour une théorie du projet en urbanisme », Revue européenne des sciences sociales, no. 56, pp. 219-240, https://doi.org/10.4000/ress.4050

ARSAC M. (2007), « Des utopies urbaines au gouvernement d’agglomération, les mutations de la notion de cohérence entre urbanisme et déplacements », Thèse de doctorat de Géographie, aménagement et urbanisme.

ASCHER F. (2001), Les nouveaux principes de l’urbanisme, La tour d’Aigues, Editions de l’Aube.

BARLES S. (2018), « L’aménagement et l’urbanisme : disciplines de l’interface, interdisciplines », Revue Européenne des sciences sociales no. 56-1, pp. 203-218, https://doi.org/10.4000/ress.4043

BEAUGRARD M., DOUAY P. (2007), « L’agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise : entre ambitions métropolitaines et contingences politiques », Territoire en mouvement. Revue de géographie et aménagement, no. 2, pp. 102-112, https://doi.org/10.4000/tem.699

BERTONCELLO B., RODRIGUES-MALTA R., DUBOIS J. (2009), Opération Euroméditerranée : une affaire d’Etat, rapport de recherche au programme POPSU, Paris, Ministère de l’Équipement.

BERTONCELLO B., DUBOIS J. (2010), Euroméditerranée. Accélérateur de métropole, Marseille, Editions Parenthèses.

BOURDIEU P. (1998), La domination masculine, Paris, Seuil.

BOUTINET J-P. (1990), Anthropologie du projet, Paris, PUF.

CHALAS Y. (1989), « L’imaginaire aménageur ou le complexe de Noé », Les annales de la recherche urbaine, vol. 42, no. 1, pp. 66-73.

CHOAY F. (1979), L’urbanisme : utopies et réalités. Une anthologie, Paris, Editions du Seuil.

CLAUDE V., SAUNIER P. (1999), « L'urbanisme au début du siècle. De la réforme urbaine à la compétence technique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no. 24, pp. 25-40.

CLAEYS D. (2016), « Le fantasme du démiurge : L'architecte soumis à la tentation du pouvoir », Acta Europeana Systemica, vol. 6, https://doi.org/10.14428/aes.v6i1.56773

CLERVAL A., VAN CRIEKINGEN M. (2012), « La gentrification, une approche de géographie critique », Carnets de géographes, no. 4, https://doi.org/10.4000/cdg.987

CLERVAL A. (2013), Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte. 

COLLET A. (2015), Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte. 

CORBOZ A. (2001), Le territoire comme palimpseste et autres essais, Paris, Editions de l’Imprimeur, Collection « Tranches de villes ».

CORDOBES S. (2021), « Repenser l’aménagement des territoires », Constructif, no. 60, pp. 61-65, https://doi.org/10.3917/const.060.0061

DONZELOT J., PANERAI P. (2017), « Marseille : Euroméditerranée, accélérateur métropolitain ? D’un régime d’exception à sa dilution », Entretien avec Jean-Michel Guénod, Tous urbains, no. 18, pp. 28-37.

DUBOIS J., OLIVE M. (2004), « Euroméditerranée : négociations à tous les étages. État, promoteurs et propriétaires dans une ville en crise », Les Annales de la recherche urbaine, no. 97, pp. 102-111.

GOSSELIN C. (2015), « Quel traitement des enjeux de sécurité par la rénovation urbaine ? », février, Paris, IAU-ÎdF. www.iau-idf.fr/savoir-faire/nos-travaux/edition/quel-traitement-des-enjeux-de-securite-dans-la-renovation-urbaine.html

GRIGNON C., PASSERON J-C. (1989), Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Editions du seuil, Gallimard.

GUENOD J-M. (2012), Desseins de villes, Un retour de l’Etat aménageur ?, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube.

HAGEL Z. (2013), Ville durable : Des concepts aux réalisations, les coulisses d'une fabrique urbaine. Marseille ou l'exemple d'une ville méditerranéenne, Thèse de doctorat en Aménagement de l’espace et urbanisme, Aix-Marseille Université.

HARVEY D. (2004), « L’urbanisation du capital », Actuel Marx, no. 35, pp.41-70.

HARVEY D. (2011), Le capitalisme contre le droit à la ville, Paris, Editions Amsterdam.

HERNANDEZ F. (Responsable scientifique), BERTONCELLO B., MEJEAN P., BERTONI A. (2013), « Marseille : les fragilités comme moteur pour l’invention d’une centralité métropolitaine originale ? », Rapport de recherche, GIP AIGPPAU, Consultation de recherche POPSU 2, 26 juillet.

LACAZE J-P. (1989), « L’urbanisme existe, je l’ai rencontré du côté du pouvoir », Les Annales de la Recherche Urbaine, no. 44-45, pp. 33-39.

LE GALES P. (1995), « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine », Revue française de science politique, 45ᵉ année, no. 1, pp. 57-95.

LEVY A. (2006), « Quel urbanisme face aux mutations de la société postindustrielle ? », Esprit, no. 11, pp. 61-75, https://doi.org/10.3917/espri.0611.0061

LONGUET J. (dir.), (1997), Evry, moment de vie, histoire, architectures, Lausanne, Acatos.

LOUDIER-MALGOUYRES C., VALLET B. (2010), « L'influence de la sécurité sur la conception urbaine », Les Cahiers de l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme de la région Ile-de-France, pp. 25-28.

LUSSAULT M. (2001), « 8. Temps et récit des politiques urbaines », in Paquot T., Le quotidien urbain, Paris, La Découverte, « Cahiers libres », pp. 145-166.

LUSSAULT M. (2007), L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil.

LUSSAULT M. (2014), « Déconstruire l’urbanisme 1. De la puissance », Tous urbains, no. 6, pp. 10-11, https://doi.org/10.3917/tu.006.0010

MARTOUZET D. (2002), « Normativité et interdisciplinarité en aménagement-urbanisme », Revue d’économie Régionale et Urbaine, no. 4, pp. 619-642, https://doi.org/10.3917/reru.024.0619

MASBOUNGI A. (2016), Le plaisir de l’urbanisme, Marseille, Editions Parenthèses.

MATTHEY L. (2011), « Urbanisme fictionnel : l’action urbaine à l’heure de la société du spectacle », Métropolitiques, 28 octobre, http://www.metropolitiques.eu/Urbanisme-fictionnel-laction.html

MERLIN P. (1990), « Géographie et aménagement » Travaux de l'Institut Géographique de Reims, no. 79-80, « 20 ans de TIGR, 20 ans de géographie », pp. 21-28.

MERLIN P. (2002), L’urbanisme, Paris, PUF, Que sais-je?, Cinquième édition.

MERLIN P., CHOAY F. (dir.), (2009), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, Presses Universitaires de France, 2e édition.

MICHAUD Y. (2018), La violence, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?.

MONDADA L. (2000), Décrire la ville. La construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte, Paris, Economica.

MOREL B. (2001), « Marseille, pouvoirs politiques et mutations économiques depuis 1945 », Méditerranée, no. 96, « Politique urbaines à Naples et à Marseille : regards croisés », pp. 17-27.

OLIVIER de SARDAN, J-P. (1995), « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie », Enquête, no. 1, https://doi.org/10.4000/enquete.263

PAQUOT T. (2013), Repenser l’urbanisme, Gollion, Editions Infolio.

PINSON D. (2016), « Préface à la réédition de Au-delà de l’urbanisme (Georges Meyer-Heine, 1968), La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

PINSON G. (2005), « L’idéologie des projets urbains : l’analyse des politiques urbaines entre précédent anglo-saxon et « détour italien », Sciences de la Société, no. 65, pp. 28-51.

PINSON G. (2009), Gouverner la ville par projets, Urbanisme et gouvernance des villes européennes, Paris, Presses de Sciences Po.

PREVOT M., LECLERCQ C. (2010), « De la prolifération des études au projet sans auteur », Géocarrefour, vol. 85, no. 4, pp. 283-292, https://doi.org/10.4000/geocarrefour.8151

PUAUD D. (2016), « L’approche situationnelle en anthropologie », e-Migrinter, no. 14, https://doi.org/10.4000/e-migrinter.735

PUJOL P. (2016), La fabrique du monstre. 10 ans d’immersion dans les quartiers nord de Marseille, la zone la plus pauvre d’Europe, Paris, Editions des Arènes.

SANTAMARIA F. (2009), « Vers une prise en compte de la société civile dans les actions d’aménagement ? », L’information géographique, vol. 73, pp. 8-9.

SANTAMARIA F. (2016), « Origines et fondements de l’aménagement du territoire », in Desjardins X., Geneau de Lamarlière I., L’aménagement du territoire en France, Paris, La Documentation française.

SMITH N. (1996), The New Urban Frontier: Gentrification and the Revanchist City, Londres, Routledge.

TARRIUS A. (avec la coll. de MISSAOUI L.), (1995), Arabes de France dans l'économie mondiale souterraine, La Tour d’Aigue, Editions de l’aube.

TARRIUS A. (2015), Etrangers de passage, Poor to poor, peer to peer, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube.

TOMAS F. (1998), « Vers une nouvelle culture de l’aménagement des villes », in Toussaint J-Y., Zimmermann M., Projet urbain, ménager les gens, aménager la ville, Bruxelles, Editions Mardaga.

TOUSSAINT J-Y. (2003), Projets et usages urbains. Fabriquer et utiliser les dispositifs techniques et spatiaux de l'urbain, Géographie, Université Lumière – Lyon II.

VAREILLES S. (2006), Les dispositifs de concertation des espaces publics lyonnais. Eléments pour une analyse du rôle de la concertation des publics urbains dans la fabrication de la ville, vol. 1 et 2, Institut National des Sciences Appliquées de Lyon.

ZIZEK S. (2006), La Subjectivité à venir. Essais critiques, Paris, Flammarion.

Haut de page

Annexe

Documents institutionnels

Agam (1995), « Euroméditerranée. Un nouveau quartier du centre-ville à Marseille. Contributions à la définition des opérations de logements », AGAM, février 1995

Club Ville Aménagement (2016), Les 8èmes entretiens de l’aménagement, Strasbourg, 7 et 8 avril 2016, « A la recherche de la co-errance ».

EPAEM (2011), IN MEDIAS RES, « Euromed, Acte 2. Propositions pour une stratégie de concertation 2012/2015, le 25/11/2011 », pp. 5-8.

Haut de page

Notes

1 Les prénoms des techniciens cités ont été changés et leurs statuts spécifiques au sein de l’EPAEM ont été brouillés afin de permettre leur anonymisation.

2 Cette division de directions était valable lors de mon stage. En 2015, l’EPAEM a déménagé et ses différentes directions ont été restructurées, la direction de l’Aménagement revenant sous la direction directe de la Direction Générale.

3 Parmi eux, on comptait alors deux formations d’ingénieur en aménagement, trois formations en architecture, trois formations en urbanisme, et une formation en droit de l’urbanisme.

4 Journal de terrain, entretien, 27/10/2015.

5 Ce terme revient à plusieurs reprises dans la bouche d’un aménageur à propos des publics.

6 Journal de terrain, 09/12/2013

7 Journal de terrain, 18/03/2014

8 Journal de terrain. Entretien, 08/12/2017

9 Journal de terrain, 14/01/2014

10 Journal de terrain. Entretien, 10/06/2015

11 Journal de terrain, 14/01/2014

12 Journal de terrain, 10/12/2013

13 Journal de terrain. 29/01/2014

14 Journal de terrain. 29/01/2014

15 Journal de terrain. 29/01/2014

16 Les archives d’Euroméditerranée sont pour la plupart conservées dans la bibliothèque de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise (Agam).

17 Journal de terrain. Entretien, 26/06/2015.

18 Journal de terrain. Entretien, 26/06/2015

19 Journal de terrain. Entretien, 16/09/2015

20 Journal de terrain, 16/09/2015

21 Journal de terrain. Entretien, 10/06/2015

22 Journal de terrain. Entretien, 13/05/2015

23 Journal de terrain, 14 janvier 2014

24 Pour une actualisation de cette critique : PUJOL P. (2016), La fabrique du monstre. 10 ans d’immersion dans les quartiers nord de Marseille, la zone la plus pauvre d’Europe, Paris, Editions des Arènes.

25 Journal de terrain. Entretien, 27/10/2015

26 Journal de terrain, 16/12/2013

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Beschon, « La violence de la fabrique de la ville »Carnets de géographes [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 07 novembre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/cdg/7845 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdg.7845

Haut de page

Auteur

Marie Beschon

Docteure en anthropologie, EHESS, Cems
marie.beschon[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search