Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Carnets de soutenancesQuand le périurbain est militant....

Carnets de soutenances

Quand le périurbain est militant. L’engagement associatif local en faveur de l’environnement

Elodie Dupuit

Texte intégral

1Cette thèse aborde les différentes facettes de l’engagement associatif local en faveur de l’environnement des classes moyennes et populaires périurbaines. Plus largement, ce travail s’intéresse aux dynamiques sociales et politiques que ces classes moyennes et populaires portent au sein des espaces périurbains.

2Cette approche se distingue des critiques les plus fréquemment adressées aux habitants du périurbain, notamment de la critique environnementale, qui met en cause les modes de vie, et en particulier l’usage quasiment exclusif de la voiture individuelle dans ces espaces. A cette disqualification environnementale s’ajoute une condamnation morale des habitants du périurbain du fait de leur comportement électoral : depuis les élections présidentielles de 2002, les scores du Rassemblement National dans les périphéries lointaines des villes ont gagné en importance et sont à l’origine de nombreux discours négatifs (Ripoll, Rivière, 2007). Les habitants du périurbain sont également souvent présentés comme se mobilisant, non pas pour l’intérêt collectif, mais d’abord pour défendre leur cadre de vie dont dépend la valeur de leurs biens immobiliers, à l’image des mobilisations Nimby (pour « Not in my backyard », voir par exemple Subra, 2014).

3Ainsi, du fait de ces différentes représentations, médiatiques comme scientifiques, les dynamiques collectives en faveur de l’environnement dans le périurbain restent un objet relativement peu étudié et peu visible. Pourtant, les associations environnementales locales constituent un lieu d’engagement important pour les classes moyennes et populaires périurbaines.

4Cette thèse s’est proposée d’étudier des mobilisations qui s’inscrivent dans le prolongement de la « vague rose » qui a touché les territoires périurbains dans les années 1970 et 1980, lorsque les « nouvelles classes moyennes », souvent liées au Parti socialiste, souhaitaient conquérir les mairies périurbaines afin d’acquérir une certaine maîtrise collective de leur environnement résidentiel. Sur ce chemin vers la scène politique locale, l’implication dans la vie associative jouait un rôle important. Les « aventuriers du quotidien » (Bidou, 1984) sont l’emblème de ces « nouvelles classes moyennes » qui se caractérisent par un modèle culturel, des modes de vie spécifiques ainsi que par une volonté de transformation sociale. Ce groupe a été nommé en référence à son investissement dans la vie quotidienne hors travail. Dans quelle mesure les classes moyennes périurbaines actuelles souhaitent-elles acquérir une certaine maîtrise de leur environnement résidentiel et comment tentent-elles d’y parvenir ? La figure de « l’aventurier du quotidien » existe-t-elle encore à l’identique, a-t-elle évolué, voire disparu ? Comment les changements institutionnels survenus depuis les années 1970 modifient-ils les formes que prend leur engagement ?

5Cette thèse s’appuie sur une enquête au sein de deux associations de défense de l’environnement, Environ et La pie verte, actives dans le quadrant sud-est du périurbain lyonnais. Les deux associations retenues pour l’enquête se mobilisent en faveur du développement du vélo comme mode de déplacement quotidien et, plus largement, pour un ensemble de thématiques en faveur de l’environnement. Pour étudier les différentes facettes de l’engagement local au sein de ces deux associations, une démarche ethnographique a été adoptée. L’entretien semi-directif et l’observation participante constituent les deux principales méthodes de recherche. La thèse s’appuie sur quarante-cinq entretiens, réalisés entre 2016 et 2018, avec trois ensembles d’acteurs : les militants des deux associations, qui constituent la majorité des enquêtés (28 entretiens), des élus communaux et intercommunaux et des techniciens des services intercommunaux. Pour ce qui est de l’observation participante, nous avons, dès le début de l’enquête, fait le choix d’adhérer au collectif Environ. Nous avons ainsi passé deux ans au sein d’Environ, comme adhérente, et avons également fréquenté sur le temps long les militants de La pie verte, notamment lors de réunions entre militants et élus, de réunions internes à l’association et d’actions.

6Après un premier chapitre consacré à la méthodologie, le cœur de la démonstration est constitué des cinq chapitres suivants. Le deuxième chapitre met en évidence la grande variété des profils de militants engagés en faveur du développement du vélo comme mode de transport quotidien. Une typologie, qui distingue cinq profils de militants (nommés les concernés, les mécaniciens, les aménageurs, les engagés et les sociables) rend compte des raisons de leur engagement en faveur de l’environnement et de leurs caractéristiques sociales. Un sixième profil (les naturalistes) se dessine en creux.

7Le troisième chapitre montre que tous les militants rencontrés adhèrent à certaines des valeurs promues par les « aventuriers du quotidien », telles que la solidarité, le partage ou l’ouverture aux autres. Cela dit, les associations étudiées entretiennent en parallèle des liens avec des luttes qui se rapprochent des mouvements Nimby. Si une première lecture de ces mobilisations, notamment adoptée par les porteurs de projets, est de les considérer comme une manifestation de l’égoïsme des périurbains, les engagements Nimby sont rarement dénués de sens politique et les associations étudiées semblent plutôt passer au cours du temps de mobilisations de type Nimby à des activités moins strictement réactives.

8Les quatrième et cinquième chapitres rendent compte des différentes formes que prend l’engagement des militants rencontrés. Les militants aménageurs de La pie verte ont choisi de s’investir dans les dispositifs de concertation mis en place par la communauté d’agglomération, en particulier ceux qui concernent l’élaboration et le suivi du schéma directeur vélo, qui avait pour objectif de définir les aménagements cyclables à réaliser à l’horizon 2020 (chapitre 4). Dans ce cadre, les militants rencontrés se trouvent tiraillés entre participation institutionnalisée et stratégie contestataire. La thèse revient sur le cheminement de La pie verte, de la lutte frontale contre des projets d’aménagement à l’intégration dans des dispositifs de concertation, qui semble avoir modéré leur contestation.

9L’engagement des militants d’Environ (chapitre 5) prend une forme bien différente et rejoint en de nombreux points les caractéristiques du « nouveau militantisme » (Ion, Franguiadakis, Viot, 2005). Si ces thèses ont été discutées et nuancées (Mathieu, 2013), elles s’avèrent ici utiles. Le collectif se caractérise ainsi par une atténuation des hiérarchies, une horizontalité, une multi-appartenance associative et un recours à des formes d’action intégrant l’humour. Ainsi, leur principale forme d’engagement se déploie dans la rue, sous forme d’une Vélorution, et les militants tentent de se présenter sous des traits sympathiques lors de cet évènement mis en scène de façon humoristique.

10Enfin, le sixième chapitre examine la dimension spatiale de la mobilisation. Le développement de l’intercommunalité, initié dans les années 1990, soulève la question de l’émergence de la scène intercommunale comme nouvel espace de mobilisation pour les associations locales. Cette question est d’autant plus vive que la logique de l’intercommunalité est approfondie par les réformes des dernières décennies mais que celle-ci reste marquée par un déficit démocratique (Desage, Guéranger, 2011). Dans ce cadre, la thèse interroge les ressorts du développement du champ d’action de La pie verte et de sa mise à l’échelle de l’intercommunalité, en rapport aux confrontations qui opposent plusieurs groupes de militants portant des visions différentes du devenir de l’association. L’enquête montre que l’intercommunalité se constitue pour les associations locales comme une nouvelle échelle de dialogue et d’action mais que l’échelle communale reste déterminante pour les militants. Elle révèle également le difficile accès des classes populaires à la scène associative intercommunale et l’investissement des rôles associatifs importants sur la scène intercommunale par des représentants des classes moyennes fortement dotés en capital culturel.

11Cette thèse contribue à la déconstruction des représentations dominantes sur le périurbain et à sa normalisation. Ces espaces ne sont pas uniquement le lieu de mobilisations réactives. Certains habitants du périurbain se mobilisent pour l’environnement dans lequel ils vivent et expriment, plus largement, une volonté de transformation sociale. La protection de l’environnement, ainsi que le développement du vélo quotidien, ne font pas écho aux valeurs traditionnellement attachées au périurbain et montrent que d’autres valeurs, notamment écologiques, sont présentes dans ces espaces. Enfin, les militants rencontrés recherchent des formes de sociabilités ouvertes à l’altérité et expriment également une volonté de solidarité et de partage, éléments qui semblent bien éloignés des phénomènes de repli sur la sphère privée et des caractéristiques du Rassemblement National.

Haut de page

Bibliographie

BIDOU C. (1984), Les aventuriers du quotidien. Essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, Presses Universitaires de France.

DESAGE F., GUERANGER D. (2011), La politique confisquée. Sociologie des réformes et institutions intercommunales, Vulaines-sur-Seine, Editions du Croquant.

ION J., FRANGUIADAKIS S., VIOT P. (2005), Militer aujourd’hui, Paris, Editions Autrement.

JAILLET M.-C. (2004), « L’espace périurbain. Un univers pour les classes moyennes », Esprit, no. 303, pp. 40-62.

MATHIEU L. (2013), « Un militantisme qui n’a de “nouveau” que le nom », in FRERE B., JACQUEMAIN M. (dir.), Résister au quotidien ?, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 223-240.

RIPOLL F., RIVIÈRE J., 2007, « La ville dense comme seul espace légitime ? Analyse critique d’un discours dominant sur le vote et l’urbain », Les Annales de la recherche urbaine, no. 102 : « Individualisme et production de l’urbain », pp. 121-130.

SUBRA P. (2014), Géopolitique de l’aménagement du territoire, 2ème édition, Paris, Armand Colin.

Fiche informative

Lien électronique si la thèse est disponible en ligne
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02930232/document

Discipline
Géographie, aménagement, urbanisme

Directeur
Eric Charmes

Université
Université de Lyon

Membres du jury de thèse, soutenue le 6 juillet 2020
Eric Charmes, Directeur de recherche, Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat (directeur)
Rodolphe Dodier, Professeur, Université d’Aix-Marseille (rapporteur)
Violaine Girard, Maîtresse de conférences, Université de Rouen (examinatrice)
Marie-Christine Jaillet, Directrice de recherche, CNRS, Université de Toulouse (présidente)
Stéphanie Vermeersch, Directrice de recherche, CNRS (rapporteure)

Situation professionnelle à l’issue de la thèse
Attachée temporaire d’enseignement et de recherche en géographie et aménagement à l’Université de Tours

Courriel de l’auteur
elodie.dupuit[at]univ-tours.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Dupuit, « Quand le périurbain est militant. L’engagement associatif local en faveur de l’environnement »Carnets de géographes [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 10 novembre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/cdg/7924 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdg.7924

Haut de page

Auteur

Elodie Dupuit

ATER, Université de Tours
elodie.dupuit[at]univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search