Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Carnets de soutenancesGéographie des lieux abandonnés

Carnets de soutenances

Géographie des lieux abandonnés

De l’urbex au tourisme de l’abandon : perspectives croisées à partir de Berlin et Détroit
Aude Le Gallou

Texte intégral

1Ruines et friches urbaines sont souvent perçues comme des espaces marginaux caractérisés par la dégradation matérielle, la dévalorisation économique et la déviance sociale. Depuis quelques années, les lieux dits abandonnés bénéficient pourtant d’une visibilité croissante dans les médias et la culture populaire. Certains sites font désormais l’objet de valorisations touristiques plus ou moins formelles et inspirées de la pratique de l’exploration urbaine (ou urbex), qui consiste en l’exploration souvent illégale de sites à l’abandon (figure 1). Au croisement des travaux relatifs à l’abandon urbain (Edensor, 2005 ; DeSilvey et Edensor, 2012), à l’exploration urbaine (Garrett, 2012 ; Offenstadt, 2018) et aux mutations contemporaines du tourisme urbain (Urry, 1990 ; Maitland et Newman, 2004), les appropriations touristiques des lieux abandonnés restent pourtant largement ignorées. Cette thèse interroge les enjeux géographiques qu’elles soulèvent : en manifestant l’attractivité nouvelle d’espaces auparavant répulsifs, que révèlent-elles de la production et des mutations de ces marges urbaines, mais aussi des pratiques et des imaginaires collectifs dont elles sont investies ?

Figure 1 : Des participants au « Explore Detroit Tour » proposé par l’entreprise Motor City Photography Workshops dans une église abandonnée de Détroit (2018)

Figure 1 : Des participants au « Explore Detroit Tour » proposé par l’entreprise Motor City Photography Workshops dans une église abandonnée de Détroit (2018)

2La thèse propose trois principaux résultats répondant à trois axes de recherche distincts. Le premier correspond à une entrée par les espaces et leurs représentations : que révèle la dénomination lieux abandonnés des évolutions des friches urbaines et des représentations qui leur sont associées ? La thèse approfondit d’abord les définitions existantes de l’abandon en l’envisageant comme une articulation variable de cinq dimensions (légale, fonctionnelle, économique, matérielle et symbolique). Elle montre ensuite que la catégorisation spatiale lieux abandonnés ne traduit pas l’identification d’un nouveau type d’espaces mais la formalisation d’une revalorisation des friches urbaines dans les représentations collectives. D’une part, la diffusion d’un corpus photographique dédié aux ruines contemporaines les dote d’une valeur esthétique ; d’autre part, la popularisation de l’urbex leur confère une valeur expérientielle, au sens où l’exploration de lieux abandonnés est désormais perçue comme une expérience sensible et émotionnelle signifiante ; enfin, la promotion d’un imaginaire de front pionnier fait de cette expérience un vecteur de distinction et attribue ainsi une valeur sociale aux sites investis. Cette redéfinition participe de la construction discursive d’un abandon (réel ou fantasmé) présenté comme désirable et dès lors susceptible de se muer en attraction touristique.

3À partir de ce premier constat, la thèse propose ensuite une entrée par les pratiques pour analyser en géographe le tourisme de l’abandon et de ses articulations avec l’urbex. Elle établit une première définition du tourisme de l’abandon, caractérisé par l’association originale de quatre dimensions : (1) une exploitation de lieux dits abandonnés (2) motivée par cet abandon (3) mobilisant des codes empruntés à l’urbex et (4) valorisant un rapport à l’espace sensoriel et émotionnel. Le développement de cette forme de tourisme est analysé comme manifestant une convergence entre les caractéristiques d’une pratique subversive et confidentielle (l’urbex) et les orientations contemporaines du tourisme urbain, lequel valorise désormais des espaces ordinaires conçus comme des fronts pionniers. Ce travail souligne néanmoins la normalisation de l’exploration urbaine qui se joue dans ses déclinaisons touristiques. Celles-ci reposent sur un triple processus d’intermédiation, de sécurisation/légalisation et de commercialisation qui modifie profondément les modalités du rapport à l’espace spécifique à l’urbex. L’analyse du tourisme de l’abandon met en évidence un processus de renouvellement des pratiques touristiques par les marges, marges dont la revalorisation est indissociable de leur mise en conformité avec les normes dominantes de production et de pratique de l’espace urbain. L’extension progressive du tourisme aux lieux abandonnés incarne ainsi la capacité du capitalisme contemporain à recycler les espaces-déchets qu’il produit, et à les réinsérer dans un cycle de création de valeur.

4Cette thèse aborde enfin son objet au prisme des trajectoires des lieux et s’interroge sur les conditions, les modalités et les conséquences de l’inscription du tourisme de l’abandon dans leurs mutations. Elle montre d’abord que le développement de cette forme de tourisme dépend de configurations actorielles variables. Celles-ci s’articulent à une inégale acceptation du tourisme de l’abandon sur les deux terrains en fonction des enjeux matériels et symboliques que soulèvent les espaces de l’abandon pour les sociétés locales. Ce travail souligne par ailleurs le fait que les valorisations touristiques des lieux abandonnés obéissent à des temporalités multiples et s’insèrent dans des dynamiques de patrimonialisation très différentes selon les terrains. En fonction des configurations (micro-)locales, le tourisme de l’abandon s’inscrit donc de manière variable dans les processus de production et d’évolution des lieux abandonnés. À partir de ces analyses, la thèse propose de distinguer deux modèles de tourisme de l’abandon (figure 2). Observé à Détroit, un modèle interstitiel correspond à une exploitation touristique informelle et temporaire qui tire parti des interstices spatiaux, temporels et légaux qu’offre momentanément la crise urbaine. À Berlin se déploie au contraire un modèle transitionnel caractérisé par un tourisme de l’abandon légal plus pérenne, plus adaptable et donc paradoxalement plus à même d’accompagner la transition des lieux exploités.

Figure 2 : Modèle interstitiel et modèle transitionnel : un ou des tourisme(s) de l’abandon ?

Figure 2 : Modèle interstitiel et modèle transitionnel : un ou des tourisme(s) de l’abandon ?

Fiche informative

Lien électronique : la thèse sera mise en ligne dans les semaines à venir

Discipline
Géographie

Directeurs/directrices
Maria Gravari-Barbas et Boris Grésillon

Université
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Membres du jury de thèse, soutenue le 03/12/2021
Maria Gravari-Barbas, Professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (co-directrice)
Boris Grésillon, Professeur, Aix-Marseille Université / Centre Marc Bloch Berlin (co-directeur)
Sonia Lehman-Frisch, ¨Professeure, Université Paris Nanterre (rapporteure)
Frédéric Leriche, Professeur, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (rapporteur)
Johannes Novy, Senior Lecturer, University of Westminster (examinateur)
Jean-François Staszak, Professeur, Université de Genève (examinateur)

Situation professionnelle à l’issue de la thèse
Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à Sorbonne Université

Courriel de l’auteure
alegallou[at]outlook.fr

5DESILVEY C., EDENSOR T. (2012), “Reckoning with ruins”, Progress in Human Geography, https://doi.org/​10.1177/​0309132512462271

6EDENSOR T. (2005), Industrial Ruins: Spaces, Aesthetics and Materiality, Berg, Oxford.

7GARRETT B. L. (2012), Place Hacking: Tales of Urban Exploration, Thèse de doctorat en Géographie, University of London.

8MAITLAND R., NEWMAN P. (2004), “Developing Metropolitan Tourism on the Fringe of Central London”, International Journal of Tourism Research, vol. 6, no. 5, pp. 339-348. https://doi.org/​10.1002/​jtr.496

9OFFENSTADT N. (2018), Le Pays Disparu. Sur les traces de la RDA, Paris, Stock.

10URRY J. (1990), The Tourist Gaze, Newbury Park (CA), SAGE.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Des participants au « Explore Detroit Tour » proposé par l’entreprise Motor City Photography Workshops dans une église abandonnée de Détroit (2018)
URL http://journals.openedition.org/cdg/docannexe/image/7930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Titre Figure 2 : Modèle interstitiel et modèle transitionnel : un ou des tourisme(s) de l’abandon ?
URL http://journals.openedition.org/cdg/docannexe/image/7930/img-2.png
Fichier image/png, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Le Gallou, « Géographie des lieux abandonnés »Carnets de géographes [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 22 mars 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/cdg/7930 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdg.7930

Haut de page

Auteur

Aude Le Gallou

ATER, Sorbonne Université
alegallou[at]outlook.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search