Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Carnets de soutenancesTravailleurs agricoles migrants e...

Carnets de soutenances

Travailleurs agricoles migrants et tomates à industrie en Italie du Sud : les enjeux d’une délocalisation sur place

Romain Filhol

Texte intégral

1Ma thèse est l’aboutissement d’un parcours de recherche initié au lendemain de la « révolte de Rosarno » durant laquelle, en janvier 2010, plusieurs centaines d’ouvriers agricoles ouest-africains s’élevaient contre la violence qu’ils expérimentaient dans les espaces de production agricole intensive du Mezzogiorno. Ce faisant, elle confirmait la centralité acquise par le travail migrant dans les espaces d’agriculture intensive du Mezzogiorno ; mais elle marquait aussi le retour d’une conflictualité autour d’une figure du « bracciante agricolo » – l’ouvrier·e agricole qui ne possède que ses bras – que l’on croyait, entre exode rural et vieillissement, disparue.

2A rebours des discours qui tentaient d’expliquer ces violences par « le laxisme des politiques migratoires », « la mafia » ou le racisme supposé des italien·ne·s, je cherchais à mettre en lumière le caractère structurel de l’usage d’une main d’œuvre sous-payée, précarisée et altérisée (Berlan, 1986). Pour ce faire, je décidais de me concentrer sur les espaces de production de tomate à industrie afin de m’appuyer sur le concept de « délocalisation sur place » (Terray, 1999), permettant de tracer un lien entre la restructuration interne de filières productives peu ou pas délocalisables et le recours massif à une main d’œuvre migrante illégalisée et soumise au régime de la déportabilité (De Genova, 2002). J’appliquais ainsi la démarche proposée par Ian Cook (2004), appelant à « suivre l’objet » (follow the thing), en l’occurrence la boîte de conserve de tomate pelée, afin de mettre en lumière la somme des déterminants pesant sur son élaboration.

Problématique

3Croisant les analyses consacrées au travail des étranger·e·s avec celle des filières productives – suivant l’évolution des recherches sur le thème du travail agricole migrant (Gertel et Sippel, 2014) – je posais l’hypothèse selon laquelle le recours à une main d’œuvre migrante dans les espaces de production de tomate à industrie était liée à la restructuration interne d’une filière de la tomate à industrie symbole du « made in Italy » dans le monde.

Illustration 1 : Récolte manuelle de la tomate à industrie par des travailleurs agricoles ouest-africains

Illustration 1 : Récolte manuelle de la tomate à industrie par des travailleurs agricoles ouest-africains

Manfredonia, 10 septembre 2014, cliché de l’auteur

Terrain et méthodologie

4Mon enquête s’est déroulée autour de quatre espaces liés au travail agricole migrant et à la production et transformation de tomates à industrie (carte 1) :

  • Le Tavoliere delle Puglie, première région productive de tomate à industrie d’Italie et principale concentration de camps informels de travailleurs agricoles migrants.

  • Le Vulture Alto-Bradano, espace de production tardive au sein d’exploitations de plus petite taille.

  • La Pianura Campana, espace de production historique de tomate à industrie et espace d’attente, d’une saison à l’autre, pour les saisonnier·e·s de la tomate.

  • L’Agro-Nocerino-Sarnese, principal espace de transformation de tomates à industrie du Mezzogiorno, caractérisé par un tissu dense d’usines de transformation.

Carte 1 : les lieux de l’enquête

Carte 1 : les lieux de l’enquête

Romain Filhol, Université-Paris Est, 2020

5Afin d’étayer mes hypothèses de recherche, je me tournais principalement vers des méthodes de recherche qualitatives. Au-delà de ma volonté d’analyser le plus finement possible les rapports de domination à l’œuvre entre les acteur·trice·s de la production et transformation de tomate à industrie, ce choix me fut dicté par la part importante d’informalité et de dissimulation caractérisant aussi bien l’agriculture du Mezzogiorno que les processus liés au travail migrant.

6L’essentiel de mes données est donc issu, d’une part, d’une soixantaine d’entretiens avec des acteurs du travail agricole migrant, de la production et la transformation de tomate à industrie, et de la gestion publique des migrations ; et de l’autre, de plusieurs centaines d’heures d’observations dans les lieux du travail et de la vie quotidienne des travailleurs agricoles migrants du Mezzogiorno, comme par exemple le « Grand Ghetto » (carte 2), situé au cœur du Tavoliere delle Puglie.

Carte 2 : Le « Grand Ghetto »

Carte 2 : Le « Grand Ghetto »

Romain Filhol, Université Paris Est, 2018

7La volonté de m’adresser aussi bien aux acteurs dominants qu’aux acteurs dominés de la filière de la tomate à industrie m’a fréquemment poussé à des arbitrages difficiles, entre nécessité de mener à bien l’enquête de terrain, de protéger mes interlocuteurs, et d’être en accord avec mon propre système de valeur. La prise en compte de la position sociale de mes interlocuteurs m’a poussé à adapter ma méthodologie, privilégiant les entretiens formels avec les acteurs dominants, et l’observation et les discussions plus informelles avec les acteurs dominés.

Principaux résultats

8En remontant la chaine de valeur aboutissant à la production d’une boite de tomate pelée, mon travail montre en quoi l’usage d’une main d’œuvre exogène aux espaces de production, sous-payée et sans aucune protection légale s’impose comme condition sine qua non pour produire une tomate à industrie achetée entre 6 et 10 centimes d’euros le kilo par les industries de transformation. Mais ce n’est pas tout : mon enquête montre également dans quelle mesure, dans un contexte de concurrence entre transformateurs alimentée par le monopole croissant de la grande distribution, l’achat de matière première agricole à un prix aussi bas apparait à son tour comme une condition essentielle pour produire des boites de tomate que les distributeurs refusent – pour le format le plus courant d’un demi-kilo – de payer plus d’une trentaine de centimes d’euros la boîte.

9Dépassant les interprétations culturalistes qui structurent une grande partie des discours sur le lien entre informalité et Mezzogiorno, ma thèse souligne le rôle joué par les pouvoirs publics dans la (re)production des dynamiques informelles sur lesquelles repose la filière de la tomate à industrie. A travers le confinement des migrant·e·s dans des camps situés au cœur des espaces de production agricole intensive, qui deviennent de fait de véritable réservoirs de main d’œuvre captive ; à travers le démantèlement des organismes publiques et syndicaux de placement de main-d’œuvre, qui donnent aujourd’hui au caporale le monopole de la gestion du marché du travail agricole ; et à travers une absence de régulation de l’échange de matière première agricole, permettant au commerciante de se faire usurier ; mon travail souligne la responsabilité de l’Etat italien dans la création et le maintien d’un terreau fertile à l’informalité et l’illégalité.

10A travers une analyse des trajectoires migratoires des migrant·e·s originaires d’Afrique Sub-saharienne dans les espaces de production agricole intensive du Mezzogiorno – qui apparaissent à la fois comme un « sas » permettant une mobilité seconde plus avantageuse et un « piège » dont il devient difficile de s’extraire – et en reprenant à mon compte le tryptique « Exit, voice, loyalty » de l’économiste Albert Hirschman (1970), mon travail tente de répondre à la question : comment des travailleurs et des travailleuses exploité·e·s au plus haut point peuvent échapper, ou non, à la domination qu’ils et elles subissent ? Et dans quel mesure l’espace intervient-il dans la mise en œuvre de ces stratégies ?

11Ainsi, j’ai désigné à travers « l’exit » une stratégie de contestation principalement individuelle qui repose sur la défection et la mobilité spatiale d’une commune à l’autre. Aussi efficace soit-elle, cette stratégie présente un risque élevé puisqu’elle implique de perdre le peu que les espaces de production de tomate à industrie ont à offrir : quelques journées de travail, et le soutien de ses pairs dans les camps informels de main d’œuvre.

12La « loyauté » apparait au contraire comme l’acceptation des règles du jeu pour tenter, grâce à l’expérience acquise au fil des ans, d’acquérir une position sociale plus avantageuse dans les espaces de production agricole intensive du Mezzogiorno. Mais cette stratégie est elle aussi risquée : au-delà du fait que rien ne garantit son succès, devenir « caporale » semble être l’une des uniques voies d’ascension sociale permise aux ouvriers agricoles migrants. Or l’activité d’intermédiation du « caporale », outre l’opprobre sociale qu’elle suscite, est depuis 2016 passible de six ans de prison.

13Enfin, la « prise de parole » est, même lorsqu’elle est collective, la plus difficile à mettre en œuvre. Précarité du statut légal et arrivée constante de nouveaux candidats à l’emploi agricole semblent être autant de freins à la construction de mouvements de contestation permettant de réélaborer le contexte existant. Elle permet pourtant, comme le montre mon analyse du Mouvement des Migrants et Réfugiés de Caserta (Filhol, 2016), de créer des ponts entre communautés migrantes et communautés locales qui, en plus d’offrir des possibilités de s’extraire du travail agricole, participent à la création de subjectivités politiques nouvelles ouvrant la voie à une reconnaissance du désormais cosmopolitisme de fait des campagnes du Mezzogiorno.

Haut de page

Bibliographie

Perspectives

Mon travail est un plaidoyer pour une « géographie économique par le bas » théoriquement ambitieuse et attentive au rôle qu’elle peut jouer en faveur de celles et ceux qui, à cause de leur classe, leur couleur de peau ou leur genre, sont dépossédé·e·s de la capacité d’agir dans et sur les espaces où ils et elles vivent. En s’ouvrant aux autres disciplines des sciences humaines et aux traditions géographiques issues d’autres pays – notamment la « labor geography » – j’espère que mon travail contribuera à développer et légitimer les approches qui, par leur volonté de « lever le voile » sur les implications sociales et spatiales du mode de production capitaliste, contribuent à œuvrer en faveur du changement social.

Discipline
Géographie

Directeur·trice·s
Claire Hancock (directrice), Adelina Miranda (directrice de cotutelle), Serge Weber (co-directeur).

Universités
Université Paris Est Créteil (UPEC), Università degli Studi di Napoli Federico II (UNINA)

Membres du jury de thèse, soutenue le 25/11/2020
Fabio Amato, Professeur associé à l’Università degli Studi di Napoli L'Orientale.
Enrica Amaturo, Professeure à l’Università degli Studi di Napoli Federico II.
Salvatore Engel di Mauro, Professeur à la State University of New York at New Paltz, prérapporteur.
Claire Hancock, Professeure à l’Université Paris-Est Créteil, directrice.
Adelina Miranda, Professeure à l’Université de Poitiers, co-directrice.
Pierpaolo Mudu, Professeur associé à l’University of Washington, Tacoma.
Swanie Potot, Chargée de recherches HDR au CNRS (Urmis), pré-rapporteure.
Serge Weber, Professeur à l’Université Paris-Est Marne-La-Vallée, co-encadrant.

Situation professionnelle à l’issue de la thèse
Chercheur associé au Lab’Urba (Université Paris Est Créteil – Université Gustave Eiffel)

Courriel de l’auteur
romain.filhol[at]-pec.fr ; filhol.romain[at]gmail.com

BERLAN J-P. (1986), « Agriculture et migrations », Revue européenne des migrations internationales, no. 2 (3), pp. 9-32.

COOK I. (2004), « Follow the Thing: Papaya », Antipode, no. 36 (4), pp. 642‑64.

DE GENOVA N. (2002), « Migrant “illegality” and deportability in everyday life », Annual review of anthropology, no. 31 (1), pp. 419–447.

FILHOL R. (2016), « When migrants meet squatters: the case of the movement of migrants and refugees in Caserta », in Chattopadhyays S., Mudu P. (dir.), Migration, squatting and radical autonomy: Resistance and destabilization of racist regulatory policies and B/ordering mechanisms, London, Routledge, pp. 232-247.

GERTEL J., SIPPEL S. (2014), Seasonal workers in Mediterranean agriculture: The social costs of eating fresh, London, Routledge.

HIRSCHMAN A. O. (1970), Exit, voice, and loyalty: Responses to decline in firms, organizations, and states, Cambridge, Harvard University Press.

TERRAY E. (1999), « Le travail des étrangers en situation irrégulière ou la délocalisation sur place », in Balibar E., Chemillier-Gendreau M., Costa-Lascoux J. et Terray E. (dir.), Sans-papiers : l’archaïsme fatal, Paris, La Découverte, pp. 9-34.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Récolte manuelle de la tomate à industrie par des travailleurs agricoles ouest-africains
Légende Manfredonia, 10 septembre 2014, cliché de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/cdg/docannexe/image/8283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Carte 1 : les lieux de l’enquête
Légende Romain Filhol, Université-Paris Est, 2020
URL http://journals.openedition.org/cdg/docannexe/image/8283/img-2.png
Fichier image/png, 945k
Titre Carte 2 : Le « Grand Ghetto »
Légende Romain Filhol, Université Paris Est, 2018
URL http://journals.openedition.org/cdg/docannexe/image/8283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Filhol, « Travailleurs agricoles migrants et tomates à industrie en Italie du Sud : les enjeux d’une délocalisation sur place »Carnets de géographes [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 07 novembre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/cdg/8283 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdg.8283

Haut de page

Auteur

Romain Filhol

Chercheur associé au Lab’Urba (Université Paris Est Créteil – Université Gustave Eiffel)
romain.filhol@u-pec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search