Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Carnets de lectureValérie Gelézeau, Benjamin Joinau...

Carnets de lecture

Valérie Gelézeau, Benjamin Joinau (dir.), Faire du terrain en Corée du Nord. Ecrire autrement les sciences sociales

Paris : Atelier des cahiers, collection Essais, 2021, 330 p.
Marie Morelle
Référence(s) :

Valérie Gelézeau, Benjamin Joinau (dir.), 2021, Faire du terrain en Corée du Nord. Ecrire autrement les sciences sociales, Paris, Atelier des cahiers, collection Essais, 330 p.

Texte intégral

En terrain trouble

1Boussole en Corée du Nord se traduit par « aiguille indiquant le nord » mais en Corée du Sud, par « aiguille indiquant le Sud » apprend-on dans Faire du terrain en Corée du Nord. Ecrire autrement les sciences sociales, édité par l’Atelier des cahiers en 2021 (p. 274). Cette traduction, me semble-t-il, peut introduire l’impression de désorientation qui découle de sa lecture.

2Cet ouvrage collectif dirigé par Valérie Gelézeau, géographe, et Benjamin Joineau, anthropologue, rassemble neufs contributrices et contributeurs émargeant aux mêmes disciplines ou non. Certains sont ainsi historiens, parfois architecte en sus, tandis que l’une se définit strictement comme coréaniste, du moins dans ce livre. Chaque participant.e a pu adopter un ton libre et se définir comme bon lui semblait, non pas seulement dans les pages introductives mais de manière générale dans ce qu’il (ou elle) a voulu restituer d’un terrain collectif mené en 2013 en Corée du Nord. La Corée fonde le lien existant entre l’ensemble des chercheurs et chercheuses, au point de souvent se dire « coréaniste », ce qui n’intrigue sans doute pas les spécialistes mais bien davantage les personnes extérieures dont je suis.

3Si je choisis à l’instant le seul terme de « Corée », c’est parce qu’il apparait de façon plurielle au fil des pages : après tout, les uns sont historiens de la Corée médiévale (Yannick Bruneton) ou moderne (Koen De Ceuster, Alain Delissen) étudiant un pays aux frontières changeantes, d’autres spécialistes de la Corée du Sud (Evelyne Chérel-Riquier). Quelques-uns découvrent la Corée du Nord pour la première fois sans jamais avoir connu celle du Sud (Françoise Ged, Pauline Guinard), l’un ne s’y rend tout simplement pas jouant un rôle amont et aval dans cette recherche (Henri Desbois). Enfin, plusieurs s’essaient à mener des enquêtes dans les deux pays (Koen De Ceuster, Valérie Gelézeau, Benjamin Joinau), ce qui ravive autant des images et des mots sud-coréens au gré de leur expérience du terrain nord-coréen. L’un des Etats apparait rarement sans l’autre, sans prétendre que le premier soit l’avers du second (ou inversement, voir notamment le texte d’Evelyne Chérel-Riquier).

4Finalement, de ces premières lignes, on peut se demander ce qu’est l’objet de l’ouvrage. La difficulté n’est pas des moindres. Lit-on un essai sur la Corée du Nord, sur la ville de Pyongyang… et dans ce cas, sur son architecture en particulier ? Car le point de départ réside dans une mission organisée en 2013 dans le cadre du programme CITY-NKOR (« Ville, architecture et urbanisme en Corée du Nord ») financé par l’ANR, suivie d’une seconde mission conduite en 2018.

5Si d’architecture et d’urbanisme il est question, nous pensons les découvrir par la quête de thomassons, « ces éléments insolites du paysage urbain, tels un escalier qui ne mène nulle part, un poteau sans fonction, etc., qui échappent à l’ordre utilitaire de la ville contemporaine et acquièrent de ce fait un statut ironique d’œuvre d’art. » (Desbois, p. 57). Le thomasson est aussi « le signe de la disparition du contexte qui lui donnait sens » dans une ville en profonde mutation d’ordre capitaliste (du moins dans le contexte japonais de son apparition). Celle-ci est dénoncée par la présence mais aussi la quête de ces thomassons, ces « anomalies » subversives. Si l’équipe trouve finalement un thomasson, et pour lui donner quel sens, il appartient au lecteur ou à la lectrice de le découvrir. Et la question n’est peut-être pas là finalement. Ce livre ne prétend pas explicitement rendre compte de la réalité architecturale et urbanistique de la capitale de la Corée du Nord, ni même d’en révéler les failles (les thomassons) en réponse à un contexte politique nord-coréen qui contrôle et encadre tout, poussant les chercheurs à faire de leurs guides-interprètes à la présence imposée leurs quasi-uniques « collaborateurs » (p. 37). L’équipe a déplacé sa quête : non pas l’architecture de la capitale mais la possibilité même de conduire une en-quête et de produire un terrain. Et si le terrain est ce processus relationnel et non pas ce simple espace topographique… de quelles relations peut-il être question ?

6Que dire de la Corée du Nord et de Pyongyang quand passées les longues et stressantes étapes d’obtention d’une autorisation et de la délivrance de visas, il reste à négocier l’emploi du temps quotidien et à accepter les nombreuses visites imposées, accompagnées des incontournables dépôts de gerbes de fleurs et de signatures de livres d’or. A ce titre, la photographie de Valérie Gelézeau (p. 323), cheffe de délégation dès lors assignée à ces tâches, est éloquente : elle y apparait si petite au pied de l’immense musée de la Guerre de libération victorieuse de la patrie. Comment ne pas se sentir déniée (voire écrasée) dans son libre arbitre, instrumentalisée par le pouvoir en place ? Et jusqu’où l’accepter au nom de la production d’un savoir fragile et incertain ? Valérie Gelezéau ne cache pas sa « honte » (p. 318) et son dégoût d’un tel moment, pourtant immortalisé par la photographie. De manière générale, son dernier texte associé à celui de Benjamin Joinau sont les plus forts de ce livre, parce que plongeant dans leurs émotions à la suite d’un texte « aiguillon » de Pauline Guinard. Benjamin Joinau ne va-t-il pas jusqu’à conclure : « je n’ai plus envie d’aller en Corée du Nord » sans esquiver un potentiel « retour du refoulé » (p. 311) ?

7Toutes ces pages révèlent l’interrogation permanente de l’équipe sur ce qu’elle voit, ou non, soupçonnant des médecins d’un centre de cancérologie (visite obligatoire) de n’être que des figurants, de même que des hommes en costume sur une nouvelle patinoire. Benjamin Joineau va jusqu’à dresser un tableau recensant habitants, officiels, situations, bâtiments, objets divers et inviter ses collègues à en inventorier les différents sens possibles (pp. 280-283). Tout le monde semble se perdre (se raccrocher ?) dans la fabrique de listes : jours et activités dans un compte-rendu de facture classique (Françoise Ged), archivages d’e-mail et notes de terrain en amont de la mission (Valérie Gélézeau), quizz (par un membre de la délégation, on n’en saura guère plus), succession de photographies (Koen de Ceuster), paroles d’un groupe de musique à succès, retranscrites et traduites (Yannick Bruneton), lexique croisant mots nord-coréens, sud-coréens et leur traduction en français (Yannick Bruneton encore) jusqu’au texte très original d’Alain Delissen (courts poèmes ou notes de terrain ?). Nous sommes loin de la tentative d’épuisement d’un lieu à la Pérec mais bien davantage face à des chercheurs et chercheuses refusant l’épuisement induit par ce lieu qui se dérobe à leurs regards et à leurs questions, et qui les laisse souvent avec des sentiments de frustration et de malaise. L’image (relatée par Françoise Ged) d’un peintre nord-coréen représentant des arbres avec feuillage dans le parc de Morabong où ces mêmes arbres en sont pourtant dépourvus est un résumé en quelques phrases de toute l’entreprise et de la difficulté qui l’habite autant qu’elle la fonde : fiction, uchronie, allégorie… Que comprendre sans sur-interpréter, trahir, catégoriser, généraliser… ? Peut-on rentrer bredouille d’un terrain ? Et dans ce cas, ce dernier a-t-il existé ?

8Ce livre ne se prête pas à un compte-rendu habituel, énonçant la problématique, la méthodologie, le plan puis les principaux résultats. Je peux écrire que les parties sont au nombre de cinq, scandées par de nombreuses photographies (trop souvent en noir et blanc et de petite taille), une carte, quelques planches de « bande dessinée » pour relater des situations vécues où l’humour frôle souvent l’angoisse et la colère. Je m’arrête d’ailleurs un instant sur des dessins, autre support iconographique de l’ouvrage, réalisés par l’artiste sud-coréen (mais d’origine nord-coréenne) Sun Mu, contraint de les réaliser à partir des photographies fournies par les chercheurs et chercheuses, ce qui au final renforce ce sentiment de claustration et de contrôle : l’un est contraint de représenter hors de Corée du Nord ce que d’autres y ont vu, du moins ce qu’on leur a laissé voir… A la fin, est-ce la démarche ou l’illustration qui compte ici ?

9Au fil des pages, la lectrice que je suis est happée, moins par la quête des thomassons, que par l’expérience de collègues aux prises avec ce terrain quasi-fictionnel. On ne sait plus vraiment ce que l’on cherche à apprendre, on est porté tout simplement par les émotions qui affleurent toujours plus. On s’est aussi habitué à naviguer entre images et textes, et entre texte principal en noir, et commentaires de la directrice et du directeur de l’ouvrage, en marge, à droite et en rouge, eux-mêmes à l’opposé des notes et références bibliographiques, en marge et à gauche. Pas moins de trois niveaux de lecture sur chaque page ! Et quand on arrive à la dernière page, on hésite à revenir au début et à reprendre la lecture en se disant que nécessairement quelque chose nous aura échappé, nous, plus qu’étrangers à la Corée du Nord, extérieurs au collectif. Peut-être n’avons-nous pas, à notre tour, tout saisi de ce terrain, de ce que des collègues disent de la pratique du terrain, disent de Pyongyang et disent de la Corée (du Nord). Avons-nous été manipulés à notre tour par des chercheurs qui refusent d’imposer une vérité scientifique et nous amènent au même trouble… mais par souci, justement, de ne surtout pas prétendre avoir compris…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Morelle, « Valérie Gelézeau, Benjamin Joinau (dir.), Faire du terrain en Corée du Nord. Ecrire autrement les sciences sociales »Carnets de géographes [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 01 novembre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/cdg/8417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdg.8417

Haut de page

Auteur

Marie Morelle

Professeure de géographie, Université Lumière Lyon 2, UMR 5600 EVS
marie.morelle[at]univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search