Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Vers une géographie critique… et ...

Vers une géographie critique… et réflexive !

Toward a critical… and reflexive geography!
Fabrice Ripoll et Leïla Frouillou

Texte intégral

Approches critiques de la dimension spatiale des rapports sociaux : un colloque pour des débats transdisciplinaires et transnationaux

  • 1 Voir notamment, dans l’ordre chronologique : Norois, 2005 ; Annales de géographie, 2009 ; Bret et a (...)

1Depuis le milieu des années 2000, la question de la dimension spatiale des rapports sociaux, et plus spécifiquement des inégalités sociales, des rapports de pouvoir ou de domination, semble de plus en plus investie par les géographes français/francophones. En témoignent les séminaires et colloques, les publications individuelles et collectives qui se sont multipliés – autour des questions d’appropriation de l’espace, de justice spatiale, de gentrification, de discrimination territoriale, etc. – et qui donnent à lire les principales filiations françaises du colloque à l’origine de ce dossier1. Plus que d’une nouveauté, il s’agit sans doute d’un nouveau seuil dans la mise en œuvre, mais aussi dans la visibilité, la convergence et la structuration de ces orientations – que l’on dira « critiques » pour simplifier et reprendre une étiquette de plus en plus mobilisée par celles et ceux qui travaillent sur ces objets. Les filiations sont en effet multiples et articulent des dynamiques endogènes à la géographie française/francophone et l’importation de démarches rencontrées dans d’autres sciences sociales ou d’autres géographies, notamment anglophones, les unes et les autres étant inséparables de leurs contextes sociaux, économiques et surtout politiques.

  • 2 Voir par exemple le dossier sur cette question proposé en 2019 par la revue Mouvements : https://mo (...)

2À la faveur sans doute des mouvements sociaux redevenus importants dans la France des années 1990-2000 (grandes grèves de 1995, mouvements des « sans » : sans-papiers, sans-logis, sans-emploi, mouvements altermondialistes...), de l’explosion des inégalités socio-économiques puis de la crise financière internationale de 2007-2008, les sciences sociales françaises ont connu un certain « retour des classes sociales » (Bouffartigue, 2004). Dans la géographie française, cette entrée analytique avait été portée par les promoteurs et promotrices de la géographie sociale dans les années 1980 (Noin, 1983 ; Frémont et al., 1984…). Elle connaît récemment un regain d’intérêt autour de la géographie radicale anglophone, avec notamment les nombreuses traductions des ouvrages de David Harvey (2010) et l’attention accrue aux questions telles que la gentrification ou la ville néolibérale (Gintrac, Giroud, 2014). C’est aussi du monde anglophone que des chercheurs et chercheuses, pour une part issu·es de la géographie culturelle, ont importé et mis sur le devant de la scène d’autres inégalités, discriminations ou rapports de domination jusqu’ici peu ou pas travaillés dans la géographie française : de sexe ou genre, de sexualité et de « race » notamment (Staszak et al., 2001). Si des travaux plus anciens, notamment féministes, existaient déjà dans les autres sciences sociales du champ académique francophone, une même importation des études de genre puis postcoloniales ou subalternes y avait lieu à peu près au même moment et résonnait avec certaines mobilisations récentes (autour de la parité, du Pacs et du « mariage pour tous », des « émeutes des banlieues » en 2005, des « aspects positifs de la colonisation » de la loi de la même année, des différentes « affaires du voile », etc.). Plus encore, c’est l’analyse de l’intersectionnalité, de l’imbrication ou de la consubstantialité de ces différentes inégalités et rapports de domination qui est à l’agenda depuis plus d’une dizaine d’années et fait débat dans les sciences sociales francophones2, mais dont le développement est encore limité en géographie.

  • 3 Voir la bibliographie proposée dans Pailloux, Ripoll, 2019.
  • 4 « Cinquante ans après « Le droit à la ville : quelle actualité ? » (Tours, mars 2018) ; « Henri Lef (...)

3En parallèle, l’espace ou la dimension spatiale des rapports sociaux ont commencé à être intégrés plus largement dans les analyses des autres sciences sociales (sociologie, science politique, histoire...), mais pas toujours de façon explicite et systématique. Si l’on met de côté certaines spécialités anciennes, telles que la sociologie urbaine, le « tournant spatial » évoqué par Edward Soja dès 1989 commence seulement à trouver une certaine réalité en France, à la faveur des débats sur la « mondialisation » et des autres « tournants » qu’ils semblent avoir suscités : autour des questions de mobilités ou circulations, des études « globales » ou « transnationales » (Caillé, Dufoix, 2013 ; Siméant, 2015 ; Wagner, 2020). Particularité peut-être du champ académique français, ces amorces ne coïncident pas nécessairement avec une prise en considération des travaux des géographes alors que la discipline est relativement plus institutionnalisée et présente que dans d’autres pays. Et surtout, elles ne coïncident pas toujours avec un tournant critique... Mais les analyses des rapports de domination intégrant de facto leur dimension spatiale semblent bien se multiplier, par exemple à travers l’interrogation des effets d’échelle dans la sociologie critique (Sapiro, 2013 ; Laferté, 2014 ; Actes de la recherche en sciences sociales, 2017), les premières recherches sur la dimension spatiale des mouvements sociaux3, ou par différents travaux en appelant à Henri Lefebvre et à son marxisme hétérodoxe, l’année 2018 ayant même été consacrée cinquantenaire du Droit à la ville, fêté dans plusieurs événements4.

4Organisé par l’UMR ESO (Espaces et sociétés) et le Groupe transversal JEDI (Justice, espace, discriminations, inégalités) du Labex « Futurs urbains » (Université Paris-Est), le colloque « Approches critiques de la dimension spatiale des rapports sociaux : débats transdisciplinaires et internationaux » a eu lieu à Caen en juin 2019 et a réuni près de 150 participant·es. Cette manifestation scientifique entendait s’inscrire dans le prolongement de toutes les dynamiques collectives qui viennent d’être évoquées et se donnait pour objectif de contribuer à les renforcer, mais aussi à les faire converger en instaurant un espace-temps de rencontres et de discussions transnationales et transdisciplinaires : entre les diverses géographies critiques francophones ; entre ces dernières et celles d’autres champs nationaux ou internationaux (notamment anglophones) ; entre les approches critiques de diverses sciences sociales désireuses d’approfondir l’analyse de la dimension spatiale. Ce débat est nécessaire car les chercheurs et chercheuses qui les portent n’ont pas suivi les mêmes formations ni les mêmes trajectoires intellectuelles, ne mobilisent pas les mêmes références ou les mêmes outils, ne s’inscrivent pas dans les mêmes démarches, et sont loin d’être toujours d’accord. Il est donc important de mettre ces différentes options sur la table et d’en débattre afin de faire un état des lieux, de permettre des acculturations réciproques, d’identifier les points d’accord comme les points de blocage, et de faire avancer les réflexions. Comment analyser la dimension spatiale des inégalités et des rapports de domination et leurs articulations ? Sur quelles bases faire se rencontrer les différentes approches critiques ? Quelles différences d’un contexte national à l’autre, d’une discipline à l’autre, d’une génération à l’autre, etc. ? Quels sont leurs points forts et leurs faiblesses, les tensions qui les traversent ? Sur quoi devrait-on mettre l’accent dans les années à venir ?

  • 5 D’autres publications tirées de ce colloque sont en cours : un livre centré sur les questions urbai (...)

5Ce dossier décline ces questionnements généraux5 de deux grandes façons. D’une part, il propose un certain nombre de textes qui illustrent différentes manières de faire vivre ces approches critiques, y compris dans le cadre de thèses (présentées dans la rurique Carnets de soutenance). D’autre part, il adopte comme angle spécifique une conviction et une orientation de recherche qui viennent non seulement s’ajouter mais aussi s’articuler avec les approches critiques plus classiques et nous semblent émerger de façon significative dans la géographie francophone, à travers divers appels et labels : approche(s) critique(s), savoirs situés, positionnalité, réflexivité… que nous avons rassemblés derrière ce dernier terme. Plusieurs articles qui composent ce dossier reconnaissent ainsi, chacun à sa manière, la « réflexivité » comme un élément incontournable et transversal des approches critiques, en géographie comme ailleurs. C’est sur cet enjeu que nous souhaitons mettre l’accent.

La réflexivité comme démarche scientifique, contre le scientisme et le relativisme

  • 6 Il n’est pas lieu ici de proposer une discussion ni même une présentation de ces usages variés. Sou (...)

6Mettre en pratique une approche qui se veut « critique », quel que soit le sens donné à ce terme ‒ et il en existe de nombreux qui ne s’équivalent pas6 ‒, n’est pas de tout repos. Difficile en effet de se reposer sur ses acquis, de s’adosser simplement au statut scientifique de son travail pour le croire assuré de sa pertinence et de sa qualité, de demander au reste du monde social de le prendre et de l’accepter ainsi, en bloc et les yeux fermés. Les approches critiques ‒ au sens large et largement partagé de la mise en doute et de la remise en question plus ou moins radicales de l’existant ‒ ont la fâcheuse tendance à se faire critique des savoirs les mieux établis, des institutions scientifiques les plus solides et du pouvoir qu’elles peuvent détenir, et finalement… de leurs propres orientations et des effets que celles-ci peuvent avoir dans le reste du monde (et pas seulement social). Et dans le cas contraire, leurs concurrents et adversaires ne manquent pas de leur rappeler. Cette mise en question prend diverses formes concrètes : analyses des usages sociaux (économiques, politiques…) des résultats de la recherche, de leur fausse « neutralité », souvent proclamée par celles et ceux qui condamnent et disqualifient toute implication (engagement, militantisme) assumée par les approches critiques, affirmation et mise en évidence que les savoirs sont toujours-déjà nécessairement situés d’un point de vue social (à entendre au sens large, incluant les assignations de genre et de race par exemple), que les savants et savantes doivent donc reconnaître leur position et construire leur positionnalité, faire montre d’une vigilance épistémologique et plus largement d’une auto-critique des croyances et des intérêts sociaux dont ils et elles sont solidaires, mais aussi des objets, des méthodes, des questions, des catégories dont ils et elles héritent et mettent en œuvre, qu’ils et elles le sachent et le veuillent ou non ‒ autant de processus qui convergent pour aboutir à une conviction : la réflexivité est une « exigence » (Bourdieu, Heilbron, dans Bourdieu, 2022), un « impératif » (Naudier, Simonet, 2011).

  • 7 Les références mobilisées pour souligner le caractère socialement déterminé, construit ou situé des (...)

7Mais si la réflexivité occupe aujourd’hui une place centrale dans les approches critiques, la déconstruction des catégories et processus de classements ainsi que la compréhension des discours scientifiques comme socialement (donc aussi historiquement et géographiquement) situés7 devraient être considérées comme impératives dans toute démarche de recherche, quels soient le courant adopté ou la discipline de rattachement. Pour une raison simple : tous les chercheurs et toutes les chercheuses sont des êtres humains comme les autres. De ce fait, ils et elles sont né·es quelque part, à une certaine époque, dans un certain milieu social, avec certaines caractéristiques, et pas d’autres ; ils et elles ont suivi une trajectoire et vécu diverses expériences sociales (incluant la formation académique dans sa forme disciplinaire), qui les ont socialisé·es d’une certaine manière et pas d’une autre, intériorisant et s’appropriant des connaissances et compétences en même temps que des valeurs spécifiques, et plus profondément encore des schèmes de perception et d’action, des dispositions à (ré)agir d’une certain manière, un ethos, qui n’ont rien de naturel et d’universel, et qui sont nécessairement importés ou impliqués dans leurs pratiques de recherche, dans le moindre de leurs actes, dans la plus apparemment insignifiante ou évidente des décisions prises au quotidien. En outre, loin d’être isolé·es dans leur tour d’ivoire, les chercheurs et chercheuses sont nécessairement inscrit·es dans différentes configurations de relations sociales, de situations d’interactions mais aussi de relations d’interdépendances, de concurrence, de pouvoir et de domination, donc de rapports sociaux qu’ils et elles le sachent et le veuillent ou non : rapports avec les collègues qui sont simultanément ou respectivement partenaires et concurrent·es au sein du champ scientifique, et en particulier au sein des (familles de) disciplines, spécialités thématiques, orientations théoriques et méthodologiques investies ; rapports avec diverses institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche, ses universités et autres établissements, ses départements, ses laboratoires, ses disciplines, ses structures de plus en plus bureaucratiques et foisonnantes, donc du champ académique, et, par son intermédiaire, avec les autres institutions de l’Etat ; rapports avec les éventuels commanditaires qui financent la recherche, des collectivités locales aux ministères, des petites associations aux entreprises nationales ou multinationales, en passant par les agences et autres organismes ad hoc, qu’ils soient grands ou petits, publics ou privés, plus ou moins directifs et intrusifs ; rapports avec les enquêté·es bien entendu, rapports directs et même sensibles dans le cas des enquêtes de terrain, rapports indirects sans doute mais rapports tout de même car ils ne sont pas moins réels, dans le cas des analyses statistiques et plus largement documentaires ; rapports avec les différents publics possibles auprès de qui les recherches sont diffusées, ou ne le sont pas, selon divers processus qui incluent la restitution informelle, l’édition, la médiatisation, l’enseignement, etc. Autant de processus de socialisation et de formes d’inscription dans des rapports sociaux bien actuels dont il nous faut prendre conscience en ce qu’ils ont des effets plus ou moins importants sur l’ensemble de nos pratiques.

  • 8 Outre les travaux cités plus haut, nous renvoyons ici au volume inédit du dossier d’habilitation de (...)
  • 9 Cela plaide pour ne pas traduire le « standpoint » par « point de vue » mais par « positionnement » (...)

8En tant que reconnaissance et prise en considération concrète de cette nécessaire inclusion de la recherche dans le monde social, et par conséquent de cette présence du monde social en chaque moment de la recherche, la réflexivité est donc bel et bien un impératif. Un impératif à la fois éthique et scientifique : dans les deux cas, celui de la responsabilité comme celui de la visée d’objectivité, mieux vaut savoir ce que l’on fait au moment où on le fait, pouvoir l’expliciter et en tirer toutes les conséquences pratiques. Mais les deux exigences ne se confondent pas pour autant. La question est complexe et mériterait des développements8. Peut-être est-il possible de se risquer ici à un énoncé qui semblera tautologique, mais qu’il faut sans doute bien garder en tête : un savoir situé n’est pas un non-savoir, un simple point de vue9 ou un simple jugement de valeur. En énonçant et analysant les conditions sociales (non seulement épistémologiques, mais aussi institutionnelles et matérielles) dans lesquelles elles se construisent, donc aussi leurs éventuelles difficultés voire contradictions, les approches critiques et réflexives tentent ainsi d’échapper aux deux écueils symétriques du relativisme et du scientisme.

  • 10 Il est ainsi intéressant d’observer comment les discours politiques mobilisent les savoirs scientif (...)
  • 11 On pense ici au fameux livre de Thomas Kuhn qui fut un véritable coup de tonnerre (Kuhn, 1983). La (...)

9Avec ce dernier terme il s’agit de désigner ici le discours sur « le vrai » ou « la vérité » qui, en prétendant s’imposer de lui-même sans contestation possible au nom de « LA Science » et de sa « neutralité », rejoint souvent le discours ou même la doxa dominante sur le monde en ceci qu’il délimite et donc réduit des possibles et des pensables, tout en masquant ou naturalisant cette opération qui devrait rester une question éthique et politique10. À l’inverse, la sociologie et l’histoire des sciences montrent que les démarches scientifiques fonctionnent précisément par remises en cause successives et parfois radicales des théories et « paradigmes » installés, déconstruction de ce qu’on nommait la « vérité scientifique » à un moment et en un lieu donnés, pour l’inscrire dans une dynamique où les théories sont reconnues comme situées, comme historiquement constituées, et donc provisoires11, sans cesser pour autant de viser l’objectivité et l’universel (Bourdieu, 2001). À l’opposé du dogme, l’approche scientifique est donc une dynamique de complexification de la compréhension des processus qui nous entourent. Mais en retour, cette explosion des certitudes figées et dogmatisées sur le monde peut nourrir un certain relativisme : si tout est situé, alors que reste-t-il du discours scientifique et de sa visée d’objectivité ? N’est-il pas devenu un simple point de vue et discours parmi d’autres ?

  • 12 Selon certaines philosophies des sciences, pour qu’un savoir scientifique puisse être partagé (donc (...)

10Au scientisme peut ainsi répondre un refus de principe des consensus scientifiques assimilés à une pure doxa, comme l’ont récemment montré les vifs débats sur la vaccination et la pandémie. La réflexivité constitue alors un moyen (le seul ?) de ne pas démissionner et jeter le bébé avec l’eau du bain, de construire des notions communes, autrement dit une légitimité partagée de certains résultats scientifiques à un moment donné. La visée de transparence à soi-même et aux autres des démarches adoptées et de ce qu’elles impliquent permet de saisir ce qui fait le raisonnement et le travail proprement scientifiques12, donc de les replacer comme positionnement spécifique sur le monde sans pour autant les dissoudre dans la cacophonie des points de vue, des opinions du moment ou même des expériences individuelles plus ou moins anecdotiques et trop hâtivement généralisées. De la même manière, un savoir situé n’est pas réductible à un simple jugement de valeur. Adopter une approche revendiquée comme critique, ou reconnaître plus généralement l’impossibilité de se débarrasser des exigences éthiques ou des présupposés normatifs qui orientent nos recherches, n’implique pas d’abandonner toute visée descriptive ou explicative au profit de la seule visée normative, toute visée d’énonciation au profit de la seule dénonciation. Toute personne qui confère une certaine valeur aux principes démocratiques et donc d’égalité entre les êtres humains doit reconnaître qu’en matière normative ‒ éthique et politique ‒, les chercheurs et chercheuses n’ont qu’une voix parmi d’autres et ne peuvent se prévaloir d’aucun privilège, a fortiori d’aucun monopole, quand il s’agit de « dire ce qui doit être » (ou de dénoncer ce qui devrait ne pas être). Inversement, si la recherche peut apporter quelque chose pour défendre ou faire vivre la démocratie, c’est en faisant tout son possible pour dire « ce qui est » (ou ce qui n’est pas, ce qui n’est que mensonge, erreur ou illusion) et donner ainsi à chacun et chacune les moyens d’un jugement (le plus, ou le moins mal) informé.

  • 13 Pour une mise au point salvatrice sur les positions de Max Weber, l’invention de la catégorie de «  (...)

11La réflexivité invite ici à reconnaître la tension sans doute inévitable entre cette visée descriptive (ou explicative) de la démarche scientifique, et les positionnements normatifs dont les chercheurs et chercheuses ne peuvent jamais totalement se défaire. Admettre que la recherche n’est pas neutre et ne se contente jamais de dire (simplement) « ce qui est » (ne serait-ce que parce qu’elle ne montre alors que certaines facettes de la réalité en en laissant d’autres dans l’ombre), n’implique pas d’abandonner cette visée et cette fonction, comme le semblent le défendre certaines approches radicales ou critiques, et plus encore « post-modernes », qui se revendiquent parfois de ces adjectifs pour cette raison même. Ce serait passer d’une illusoire « neutralité axiologique »13 qui pense pouvoir démarquer clairement et définitivement le descriptif du normatif, à une confusion des deux ordres qui n’a pas lieu d’être et surtout ne mène nulle part. En dénaturalisant le monde social, en montrant la construction sociale (historique et géographique) des institutions, des dispositions subjectives comme des espaces matériels, les approches critiques et réflexives semblent se contenter de dire « ce qui est », mais ce faisant, elles montrent que « ce qui est pourrait ne pas être » ou « être autrement » et contribuent ainsi à ouvrir le champ des possibles et des pensables. Loin d’être une simple entreprise de dénonciation parmi d’autres, en cela facile à relativiser et disqualifier, elles persistent à allier l’exigence scientifique et la visée d’émancipation qui les définit dans la plupart de leurs définitions (Aldhuy, 2006).

12En ouvrant le champ des pensables et donc des possibles, la réflexivité assumée des approches critiques s’inscrit résolument dans un processus à visée émancipatrice de défense et de réappropriation intellectuelles où les démarches et pratiques scientifiques (plus que les statuts académiques ou les convictions personnelles) permettent de contribuer à leur manière à accroître, informer et donc armer les autres formes de critique et de réflexivité déjà pratiquées dans le monde social.

La réflexivité en pratiques

13A l’université, l’impératif de réflexivité est sans doute de plus en plus pris en compte ces dernières années. Diverses formes de « vigilance épistémologique », appelée de leurs vœux par Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron il y a plus de cinquante ans (2021 [1968]), structurent en effet de plus en plus souvent la « construction des objets » de recherche mais aussi les enseignements universitaires, notamment de méthodes, de la licence au doctorat. En géographie, comme dans les autres sciences sociales, quelles que soient les orientations théoriques, il est devenu incontournable dans la recherche comme dans l’enseignement d’expliciter son positionnement, ainsi que ceux des travaux mobilisés ou discutés, de les replacer dans des courants de pensée voire des épistémologies spécifiques, de pointer les limites techniques inévitables des « données » et autres matériaux utilisés dans la description de faits sociaux, voire de s’interroger sur les enjeux éthiques des enquêtes par observation, questionnaire ou entretien, etc.

14C’est l’une des fonctions que la revue a données à sa rubrique « Carnets de terrain », qui est plus largement une rubrique de questionnements méthodologiques et réflexifs. Dans ce dossier, l’article de Julie Gangneux-Kebe montre que l’approche photographique, décrite comme une « narration des espaces » permettant d’interroger les catégorisations et de rendre visible des pratiques ordinaires, constitue plus largement une méthode d’objectivation où la réflexivité se traduit techniquement par le choix des angles de cadrage des clichés, par la variation de profondeur du champ et la focale utilisée, mais aussi par la position de la photographe dans l’espace urbain de Conakry (quel appareil utiliser, comment le positionner dans les activités quotidiennes ?). Chadia Arab et Nasima Moujoub présentent quant à elles les effets et transformations de leurs enquêtes sur de jeunes Marocaines à Dubaï. Elles montrent comment leurs « appréhensions » initiales structurent leur première approche du terrain. La position des chercheuses, qui, comme franco-marocaines diplômées, sont identifiées en dehors des stéréotypes liés au travail sexuel, configure fortement leur accès aux lieux et aux personnes enquêtées. Le « décentrement par le bas » permis par la démarche ethnographique construite sur le temps long permet alors de jouer sur les identifications et présentations de soi plurielles des chercheuses pour ouvrir l’investigation à d’autres dimensions et d'autres trajectoires professionnelles d'abord invisibles.

  • 14 Les travaux se sont multipliés ces dernières années. Voir par exemple : Robic et al., 2006 : Clerc (...)
  • 15 Pour une présentation synthétique, voir par exemple les petits manuels d’Yves Gingras (2013) et Dom (...)

15Pour mettre pleinement en pratique cette vigilance épistémologique avec le regard propre des sciences sociales, il est donc possible et souhaitable d’aller collectivement plus loin qu’une vigilance simplement technique, aussi importante et nécessaire soit-elle. Un pas supplémentaire est opéré quand on identifie et donne à voir (donc à diffuser, s’approprier, discuter, remettre en cause) la construction sociale des savoirs scientifiques, en les replaçant explicitement dans leur(s) contexte(s) de production, discussion, circulation, usage, etc. Cette construction est institutionnelle autant qu’intellectuelle, ce qui suppose de connaître, de s’approprier et de transmettre les travaux d’histoire et d’épistémologie de sa propre discipline14, mais aussi plus largement le champ des études scientifiques du champ scientifique (science studies dans le monde anglophone)15, c’est-à-dire les enquêtes de sciences sociales, qu’elles soient historiques, sociologiques, anthropologiques… et pourquoi pas géographiques, portant sur les chercheurs et chercheuses et tout ce qui constitue leur(s) univers.

16Il ne s’agit pas de plaider pour une forme d’érudition. Si ces objets ont bien entendu une valeur en eux-mêmes et pour eux-mêmes ‒ après tout le champ scientifique et l’université font partie du monde social et méritent d’être étudiés en tant que tels ‒, leur lecture et leur mobilisation ne doivent pas être laissés aux spécialistes. Tout au contraire, parce que cet univers constitue notre univers, parce que sa connaissance permet d’identifier les différents facteurs qui ont contribué à notre formation et, plus profondément, à notre socialisation, chaque avancée dans ces travaux documentant les champs académiques et scientifiques peut et doit être réinvestie dans nos pratiques d’enseignement comme de recherche, et cela quels que soient les objets sur lesquels elles portent.

17Telle que nous la comprenons et la mettons en œuvre, la réflexivité ne peut pas en effet se réduire à une forme de solipsisme, d’introspection solitaire, de pensée sur la pensée qui se bouclerait ainsi sur elle-même, en enfermant définitivement les chercheurs et chercheuses dans leur tour d’ivoire où chacun et chacune serait condamnée à ne plus regarder que son propre nombril. Il ne s’agit pas non plus d’une simple « égo-géographie ». L’exercice, repris des collègues d’histoire (Nora, 1987), n’est pas inintéressant en ce qu’il peut aider, à certaines conditions, à une forme de distanciation et de compréhension de soi, mais il peut vite tomber dans le piège de la reconstruction rationalisée de sa propre trajectoire, voire de l’auto-hagiographie ‒ notamment quand il s’agit de se mettre en scène, par exemple en retraçant son « parcours » dans un dossier pour l’obtention d’une habilitation à diriger des recherches, ou dans un livre visant à construire sa propre image sociale… Pour aller plus loin, et avoir une chance d’identifier les effets que peuvent avoir sur sa recherche le fait d’être soi-même un être humain inscrit dans le monde social, il faut objectiver ses propres intérêts, valeurs, dispositions, préjugés, obsessions, aveuglements et autres produits de sa formation et plus largement de sa trajectoire et position sociales, autrement dit faire une véritable « enquête autobiographique » (Lagrave, 2021) et analyse sociologique, une « auto-socio-analyse » comprise comme « objectivation du sujet de l’objectivation » selon les termes de Bourdieu (1984, 2001…). Cela passe donc bien évidemment par une compréhension de nos trajectoires personnelles, mais ne s’y limite pas.

18Tout au contraire d’un simple retour sur soi, cette réflexivité-là est donc un ensemble de manières de faire très concrètes, à commencer par des pratiques de recherche et d’enquête, qui intègrent dans l’objet ou même se donnent pour objet la recherche et l’enquête, en les replaçant dans l’ensemble de leurs conditions sociales de possibilité et d’effectuation : des conditions individuelles et subjectives sans doute, évidemment intellectuelles mais aussi émotionnelles/affectives et éthiques, mais aussi des conditions matérielles et institutionnelles. Et ces conditions ne sont pas autre chose que des relations sociales, des rapports sociaux plus ou moins dissymétriques et cristallisés qui peuvent être à leur tour plus ou moins perturbés, sinon transformés par la recherche et l’enquête. Ce sont donc l’ensemble des relations évoquées plus haut qu’il s’agit de prendre en considération et d’investiguer : les relations aux institutions qui permettent aux géographes (et aux scientifiques en général) de faire leur métier, et plus largement à l’État qui encadre, autorise ou interdit ces pratiques professionnelles, les relations aux commanditaires et autres organismes qui orientent les recherches, les relations aux enquêté·es et autres personnes concernées par la recherche, les relations aux étudiant·es et autres publics auprès desquels la recherche est diffusée, donc les relations aux médias et autres moyens d’édition et de diffusion de la recherche, les relations enfin au reste du monde. Cette dimension est particulièrement sensible dans les recherches participatives qui discutent les statuts d’enquêteur·ices / enquêté·es à partir de partenariats et de positions (changeantes) de l’ensemble des personnes incluses dans la démarche de recherche (Bacqué et Demoulin, 2022).

19S’il est nécessaire de connaître et mobiliser les études sur les sciences pour mieux construire et mener nos recherches ordinaires, réciproquement, pour faire ce travail réflexif, ainsi conçu comme partie intégrante du travail de recherche voire comme un ensemble de recherches à part entière, c’est l’ensemble des acquis de la géographie et des autres sciences sociales qui peut et doit être réinvesti, l’ensemble des méthodes et techniques à disposition qui peuvent et doivent être mobilisées (archives, données statistiques, questionnaires, entretiens, terrains ethnographiques, etc.).

20Ainsi, les articles de ce dossier proposés dans la rubrique « Carnets de recherches » présentent de véritables enquêtes sur différents types de rapports sociaux dans lesquels les universitaires, chercheurs et chercheuses sont pris, qu’ils et elles le veuillent ou non, et dans lesquels ils s’impliquent de diverses manières.

21C’est ainsi dans le cadre d’une thèse qu’Annaig Oiry a été amenée à analyser les formes de participation des membres de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche aux projets industriels de « transition énergétique » portés par certaines fractions des champs politique et économique. Elle identifie ce qu’elle appelle un « biais technophile » en montrant que les critiques anti-industrielles sont peu nombreuses et parfois invisibilisées. Camille Vergnaud présente aussi des éléments d’une thèse ayant comme terrain les universités de Nanterre et Syracuse (aux États-Unis), avec comme angle d’analyse les relations « partenariales » de formation et de recherche qui y sont développées avec des personnes et institutions non académiques, et comme arrière-plan la montée en puissance des logiques « managériales ». Pourquoi et dans quelles conditions se lancer dans de tels partenariats ? Quelles sont les tenants et aboutissants des stratégies ainsi déployées, notamment par une partie des universitaires qui se pensent comme « critiques » ? Ces deux textes ont en commun de montrer à la fois la diversité interne de l’ESR, celle des positions et positionnements de ses membres, mais aussi certaines des transformations contemporaines structurantes de ses institutions, dans leurs rapports au monde social, mais aussi, ce faisant, dans leur mode de fonctionnement interne. Ils montrent notamment certaines limites de l’indépendance de la recherche à l’heure de « l’autonomie » proclamée des établissements.

22Avec l’article proposé par Xavier Dunezat, Anne-Cécile Hoyez et Pascal Jarno, ce sont d’autres types de relations qui sont analysées dans leurs tensions ou ambivalences, à la faveur d’une mobilisation d’un collectif de soutien aux personnes sans-papiers, enquêté sur les lieux même de travail de la chercheuse. Ambivalence des identités ou statuts du côté des deux auteurs et de l’autrice, ce texte associant respectivement un docteur en sociologie, devenu enseignant du secondaire qui se définit comme « militant-chercheur », un médecin de santé publique qui se définit comme « militant-professionnel de santé », et une chercheuse CNRS qui se définit comme « chercheuse-sympathisante ». Tension déstabilisante dans les situations extraordinaires provoquées par l’occupation de l’université, la chercheuse se trouvant coincée entre les enquêté·es et les collègues universitaires, brisant les routines dans les relations auparavant établies avec les un·es comme avec les autres.

23Les résultats des recherches critiques et réflexives peuvent et doivent être réinvestis dans l’ensemble de nos pratiques, pas seulement des enquêtes elles-mêmes. Par exemple dans nos pratiques de communication et de discussion de nos travaux, ou réciproquement, de nos pratiques d’apprentissage si l’on veut bien considérer que l’on n’en a jamais fini d’apprendre les unes des autres. Ainsi, le « carnet de débats » de Frédérique Blot, Judicaelle Dietrich et Anne-Laure Pailloux présente et plaide pour de nouvelles pratiques d’échange lors des colloques et autres manifestations scientifiques, à partir d’une expérience tentée lors du colloque de Caen. Il s’agit d’explorer des formes plus horizontales et réciproques de discussion, qui prennent donc acte des rapports de pouvoir qui traversent aussi notre univers savant. Cerise sur le gâteau, le travail a porté sur la question de « l’engagement », encore trop hâtivement opposé à la fois à la « neutralité » et à la « scientificité ».

24Plus généralement, contre les tendances à l’appropriation privée de certaines recherches financées par des commanditaires pouvant en appeler au secret, adopter une démarche critique et réflexive implique de mettre en œuvre une publicisation large des résultats mais aussi des conditions de production de ces travaux, afin de les diffuser mais aussi de les soumettre à discussion et à la critique collectives ‒ au minimum au sein de la discipline, si possible au sein du champ des sciences sociales, voire du champ scientifique en général, et, dans l’idéal, dans l’ensemble du monde social.

25Cette publicisation passe bien entendu, et au premier chef, par l’enseignement. Si, en tant qu’enseignant·es, les chercheurs et chercheuses pratiquent une certaine forme de réflexivité avec les étudiant·es, souvent à partir de questions sur les conséquences des choix (théoriques, thématiques et méthodologiques) opérés, c’est sans doute que la réflexivité est non seulement un impératif de la recherche, mais aussi un outil pédagogique crucial dans tout enseignement que l’on pratique à l’université (et pas seulement dans la formation à la recherche par la recherche). A ce premier niveau, la réflexion sur les méthodes étant transversale aux démarches scientifiques, il s’agit plutôt, dans les approches critiques comme dans les autres, d’assumer et de rendre visible « la cuisine » de la recherche. En poussant l’analyse, la réflexivité peut devenir non seulement une pratique de formation à la recherche, mais aussi une pratique pédagogique. C’est ce que montre le « carnet d’enseignement » de Maria Kherbouche : un atelier sur les pédagogies féministes en géographie montre bien comment les critiques épistémologiques (notamment autour du positionnement) peuvent nourrir (dans certaines conditions institutionnelles et matérielles) un renouvellement des pratiques pédagogiques (relations sachant·e/non sachant·e, place des émotions). Dans son article, Jean-François Thémines se demande ce que peut être le travail d’un « enseignant critique » dans le cadre d’une formation à l’enseignement secondaire (ici en histoire-géographie) confrontée à toute une rhétorique et des injonctions pratiques à la « professionnalisation », « synonyme de recherche d’une adaptabilité des futurs agents de l’Education nationale et d’une flexibilité de leur part qui garantirait l’efficacité de cette organisation »… Il analyse dans quelle mesure les ressources disciplinaires leur permettent d’interroger leurs pratiques et expériences professionnelles dans le cadre d’exercices réflexifs appuyés sur la constitution de portfolios. La formation des futur·es enseignant·es pourrait constituer ainsi un terrain très riche pour saisir l’articulation entre recherche épistémologique, approches didactiques et pratiques pédagogiques.

  • 16 Voir dans nos colonnes : Collectif de participant·es au cycle de « Géographie sociale » à Saint-Den (...)

26Mais la publicisation de nos démarches peut et doit aller plus loin que nos salles de cours et toucher plus largement que le public étudiant. Dans ce dossier, Marion Tillous et Ségolène Darly poursuivent en l’approfondissant une réflexion engagée dans cette revue en 201716 sur la prise en compte à la fois des conditions matérielles (salles, modalités d’échange) et institutionnelles (université / bourse du travail) dans la construction d’un espace de pédagogies critiques hors les murs de l’université. Les ateliers de la Dyoniversité interrogent les dynamiques territoriales (préparation des Jeux Olympiques en Seine-Saint-Denis) en croisant les approches et les publics (étudiant·es souvent non dyonisien·nes, universitaires habitant·es, habitant·es formé·es aux méthodes de recherche et lecteur·ices de travaux critiques en sciences sociales).

27Finalement, ce dossier, publié dans une revue en ligne en accès libre, tente donc, à sa manière, de publiciser largement ces recherches et réflexions, de les soumettre à la discussion mais aussi de promouvoir une démarche à la fois critique et réflexive qui ne demande sans doute qu’à se développer. Bien évidemment, partager cette démarche implique de ne se faire aucune illusion sur les possibilités réelles de « diffusion », c’est-à-dire de lecture et surtout d’appropriation, de ces textes et de cette démarche par de plus larges pans de la population : à l’inégale distribution des capitaux culturels nécessaires à cette appropriation, la dégradation des services publics d’éducation, d’enseignement supérieur et de recherche, qui va de pair avec une dégradation des conditions de travail (celles des différentes catégories de personnels, des précaires bien entendu, mais aussi des titulaires, comme celles des étudiant·es), ne peuvent que limiter en pratique le temps que l’on peut consacrer à cette entreprise collective. Ainsi, la réflexivité interroge non seulement la démarche scientifique et ses conditions de possibilités, mais aussi plus largement (et parfois bien loin des universités ou des laboratoires) les processus d’émancipation par la recherche et l’apprentissage dans le monde social.

Haut de page

Bibliographie

Accardo A. (2006 [1991]), Introduction à une sociologie critique. Lire Pierre Bourdieu, 3e édition revue et actualisée, Marseille, Agone.

Actes de la recherche en sciences sociales (2017), no 219 : « Des classes sociales européennes ? ».

Aldhuy J. (2006), « Modes de connaissance et géographie sociale », in Séchet R., Veschambre V. (dir.), Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, PUR « Géographie sociale », pp. 31-46.

Annales de géographie (2009), no. 665-666 : « Justice… spatiale ! ».

Backouche I., Ripoll F., Tissot S., Veschambre V. (dir.) (2011), La dimension spatiale des inégalités. Regards croisés des sciences sociales, Rennes, PUR « Géographie sociale ».

Bacqué M.-H., Demoulin J. (2022), « La recherche au défi de la participation. L’expérience de la recherche ‘Les quartiers populaires au prisme de la jeunesse’ », Sociologie, vol. 13, no. 3, pp. 297-315.

Best U. (2009), « Critical geography », in Kitchin R., Thrift N. (eds), International Encyclopedia of Human Geography, volume 2, Oxford, Elsevier, pp. 345-357.

Blanchon D., Gardin J., Moreau S. (dir.) (2011), Justice et injustices environnementales, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest « Espace et justice ».

Bonny Y., Bautès N., Goueset V. (dir.) (2017), L’espace en partage. Approche interdisciplinaire de la dimension spatiale des rapports sociaux, Rennes, PUR « Géographie sociale ».

Bonny Y., Ollitrault S., Keerle R., Le Caro Y. (dir.) (2012), Espaces de vie, espaces enjeux. Entre investissements ordinaires et mobilisations politiques, Rennes, PUR « Géographie sociale ».

Boltanski L. (2009), De la critique. Précis de sociologie l’émancipation, Paris, Gallimard « Nrf Essais ».

Bouffartigue P. (dir.) (2004), Le retour des classes sociales. Inégalités, dominations, conflits, Paris, La Dispute.

Bourdieu Pierre, 1984, Homo academicus, Paris, les Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (2001), Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France 2000-2001, Paris, Raisons d’agir « Cours et travaux ».

Bourdieu P. (2022), Retour sur la réflexivité, édition établie et présentée par J. Bourdieu et J. Heilbron, Paris, Éditions de l’EHESS « Audiographie ».

Bourdieu P., Chamboredon J-C., Passeron J-C. (2021 [1968]), Le métier de sociologue. Préalables épistémologiques, texte présenté par P. Pasquali, Paris, Éditions de l’EHESS.

Bret B., Gervais-Lambony P., Hancock C., Landy F. (dir.) (2010), Justice et injustices spatiales, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest « Espace et justice ».

Caillé A., Dufoix S. (dir.) (2013), Le tournant global des sciences sociales, Paris, La découverte.

Carnets de géographes (2012), no. 4 : « Géographies critiques », https://10.4000/cdg.972

Carnets de géographes (2017), no. 10 : « Pour une réflexion collective sur l'enseignement de la géographie à l'Université », https://10.4000/cdg.1115

Clerc P. (dir.), avec la collab. de F. Deprest, G. Labinal et D. Mendibil (2019), Géographies. Épistémologie et histoire des savoirs sur l’espace, Paris, A. Colin « U géographie ».

Clerval A., Fleury A., Rebotier J., Weber S. (dir.) (2015), Espace et rapports de domination, Rennes, PUR « Géographie sociale ».

Clerval A., Gardesse C., Rivière J. (dir.) (à paraître), Actualité de la critique dans les études urbaines, Paris, L’œil d’or « Critiques & Cités ».

Collectif de participant·es au cycle de « Géographie sociale » à Saint-Denis (2017), « L’expérimentation d’une formation conjointe d’enseignement université institutionnelle – université populaire : la "géographie sociale" à Saint-Denis », Carnets de géographes, no. 10, DOI : https://doi.org/10.4000/cdg.1139

Devaux C., Mahoudeau A., Oiry-Varacca M., Uhel M., Walker É. (dir.) (à paraître), Rapports de domination et résistances : approches de géographie sociale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes « Géographie sociale ».

Éribon D. (2016), Principes d’une pensée critique, Paris, Arthème Fayard / Pluriel.

Ferretti F. (2019), « Critical geographies », in Kobayashi A. (ed.), International Encyclopedia of Human Geography, 2de edition, volume 3, Amsterdam, Elsevier, pp. 37-43.

Frémont A., Chevalier J., Hérin R., Renard J. (1984), Géographie sociale, Paris, Masson.

Frère B. (dir.) (2015), Le tournant de la théorie critique, Paris, Desclée de Brouwer « Solidarité et société ».

Gautier C., Zancarini-Fournel M. (2022), De la défense des savoirs critiques. Quand le pouvoir s’en prend à l’autonomie de la recherche, Paris, La Découverte.

Gingras Y. (2013), Sociologie des sciences, Paris, PUF « Que sais-je ? ».

Gintrac C., Giroud M. (dir.) (2014), Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain, Paris, Les Prairies ordinaires « Penser/croiser ».

Haag P., Lemieux C. (dir.) (2012), Faire des sciences sociales. Critiquer, Paris, Éditions de l’EHESS « Cas de figure ».

Hancock C., Lelévrier C., Ripoll F., Weber S. (dir.) (2016), Discriminations territoriales. Entre interpellation politique et sentiment d’injustice des habitants, Paris, L’œil d’Or « Critiques et Cités ».

Harding S. (ed.) (2004), The Feminist Standpoint Theory Reader. Intellectual and Political Controversies, New York / London, Routledge.

Haraway D. (1988), “Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective”, Feminist Studies, vol. 14, no. 3, pp. 575-599.

Harvey D. (2010), Géographie et capital. Vers un matérialisme historico-géographique, Paris, Syllepse « Mille marxismes ».

Heilbron J. (2017), « Pour une sociologie historique et réflexive des sciences humaines et sociales », Revue d’histoire des sciences humaines, no. 30, pp. 277-288. DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.681

Ibos C., Fassin E. (dir.) (2021), Défense et illustration des libertés académiques. Textes du colloque « La savante et le politique », Ebook, Médiapart.

Johnston R., Sidaway J. D. (2015) (7e éd.), Geography and Geographers. Anglo-American Geography since 1945, London & New York, Routledge.

Keucheyan R. (2010), Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, Zones, Paris.

Kuhn T. S. (1983 [1962]), La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion « Champs » (éd. orig. augm. revue par l’auteur, 1970, The Structure of Scientific Revolutions)

Laferté G. (2014), « Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés », Sociologie, vol. 5, no. 4, pp. 423-439.

Lagrave R.-M. (2021), Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe, Paris, La découverte « L’envers des faits ».

Le Roulley S., Uhel M. (dir.) (2020), Chercheur·e·s critiques en terrains critiques, Lormont, Le Bord de l’eau « Documents ».

Lojkine J. (dir.) (2002), Les sociologies critiques du capitalisme. En hommage à Pierre Bourdieu, Paris, PUF « Actuel Marx confrontation ».

Naudier D., Simonet M. (dir.) (2011), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte.

Noin D. (ed.) (1983), Géographie sociale. Actes du colloque de Lyon, 14-16 octobre 1982, CNRS / Université de Paris I.

Nora P. (dir.) (1987), Essais d’égo-histoire, Paris, Gallimard.

Norois (2005), no. 195 : « L’appropriation de l’espace. Sur la dimension spatiale des inégalités sociales et des rapports de pouvoir », https://10.4000/norois.153

Pailloux A-L., Ripoll F. (2019), « Géographie(s) des mobilisations. Explorer la dimension spatiale de l’action collective », Carnets de géographes, no. 12, https://doi.org/10.4000/cdg.5142

Pestre D. (2006), Introduction aux Science Studies, Paris, La découverte, coll. « Repères ».

Regards sociologiques (2010), no. 40 : « Mobilité/autochtonie : sur la dimension spatiale des ressources sociales », http://www.regards-sociologiques.fr/category/2010-2

Ripoll F., Caillault S. (dir.) (à paraître), Espaces critiques. Penser la dimension spatiale des rapports sociaux et l’espace de la critique dans le champ scientifique, Rennes, PUR « Géographie sociale ».

Robic M.-C., Mendibil D., Gosme C., Orain O., Tissier J.-L. (2006), Couvrir le monde. Un grand XXe siècle de géographie française, Paris, ADAPF, 231 p.

Sapiro G. (2013), « Le champ est-il national ? La théorie de la différenciation sociale au prisme de l'histoire globale », Actes de la recherche en sciences sociales, no. 200, pp. 70-85.

Scott J. W. (2009), Théorie critique de l’histoire. Identités, expériences, politiques, Paris, Fayard.

Siméant J. (dir.) (2015), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, Paris, CNRS Éditions.

Soja E. W. (1989), Postmodern Geographies. The Reassertion of Space in Critical Social Theory, London / New York, Verso.

Staszak J-F., Collignon B., Debarbieux B., Géneau De Lamarlière I., Hancock C. (textes rassemblés et présentés par), 2001, Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin « Mappemonde ».

Topalov C. (2001), « Des livres et des enquêtes : pour un historicisme réflexif (Post-scriptum) », dans B. Lepetit et C. Topalov (dir.), La ville des sciences sociales, Paris, Belin « Histoire et société », pp. 307-313.

Topalov C. (2015), Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Paris, Classiques Garnier.

Wagner A-C. (2020), La mondialisation des classes sociales, Paris, La Découverte « Repères ».

Weber M. (2005), La science, profession & vocation, Suivi de Leçons wébériennes sur la science & la propagande, introduction par I. Kalinowski, Marseille, Agone « Banc d’essais ».

Haut de page

Notes

1 Voir notamment, dans l’ordre chronologique : Norois, 2005 ; Annales de géographie, 2009 ; Bret et al., 2010 ; Regards sociologiques, 2010 ; Backouche et al., 2011 ; Blanchon et al., 2011 ; Bonny et al., 2012 ; Carnets de géographes, 2012 ; Clerval et al., 2015 ; Hancock et al., 2016 ; Bonny et al., 2017 ; Carnets de géographes, 2017 ; l’ensemble des numéros de la revue Justice spatiale / Spatial Justice fondée en 2008…

2 Voir par exemple le dossier sur cette question proposé en 2019 par la revue Mouvements : https://mouvements.info/intersectionnalite/

3 Voir la bibliographie proposée dans Pailloux, Ripoll, 2019.

4 « Cinquante ans après « Le droit à la ville : quelle actualité ? » (Tours, mars 2018) ; « Henri Lefebvre, Le Droit à la ville (1968-2018). Rencontres internationales » (Paris, avril 2018) ; « Le droit à Lefebvre » (Caen, juin 2018).

5 D’autres publications tirées de ce colloque sont en cours : un livre centré sur les questions urbaines est à paraître aux éditions L’œil d’or (Clerval, Gardesse, Rivière, à paraître) ; deux autres sont à paraître dans la collection « Géographie sociale » des Presses Universitaires de Rennes, l’un sur la dimension spatiale et l’imbrication des rapports de domination et de résistance (Devaux et al., à paraître), l’autre qui rassemble des contributions plus épistémologiques ou méthodologiques ainsi que des travaux réflexifs assez proches de ceux présentés ici (Ripoll, Caillault, à paraître). Les quatre paragraphes qui précèdent cette note sont à peu de choses près communs aux introductions de ces différentes publications, afin d’en souligner la filiation commune.

6 Il n’est pas lieu ici de proposer une discussion ni même une présentation de ces usages variés. Soulignons simplement qu’il existe de nombreuses publications ces vingt dernières années dans les sciences sociales qui revendiquent ou se réfèrent à l’idée de pensée ou d’approche « critique », à commencer par la sociologie initiée par et autour de Pierre Bourdieu qui est de plus en plus qualifiée de « sociologie critique » (Accardo, 2006), y compris par ses concurrents, mais aussi bien d’autres courants de diverses disciplines qui ne définissent pas toujours le terme de la même façon. Pour quelques exemples en français, qui viennent s’ajouter aux références géographiques données en début de cette introduction, voir : Lojkine, 2002 ; Boltanski, 2009 ; Scott, 2009 ; Éribon, 2016 ; Frère, 2011 ; Haag, Lemieux, 2012 ; Keucheyan, 2010 ; Le Roulley, Uhel, 2020 ; Gautier, Zancarini-Fournel, 2021. Une bonne part de la géographie humaine anglophone/internationale se reconnaît dans cet adjectif tout en s’adossant à des approches théoriques et méthodologiques variées (Best, 2009 ; Ferretti, 2019).

7 Les références mobilisées pour souligner le caractère socialement déterminé, construit ou situé des savoirs ou connaissances scientifiques s’inscrivent dans différents champs de recherche ou disciplines, et différentes orientations théoriques, notamment à partir des travaux marxiens, foucaldiens, bourdieusiens (Bourdieu, 1984, 2001, 2022), ou encore des contributions féministes (Harding, 2004 ; Harraway, 1988), pour ce qui est des approches spécifiquement critiques, mais il en existe d’autres, en sociologie des sciences par exemple.

8 Outre les travaux cités plus haut, nous renvoyons ici au volume inédit du dossier d’habilitation de l’un d’entre nous (Ripoll, 2018) qui propose de tels développements, issus de réflexions remontant pour la plupart à la thèse.

9 Cela plaide pour ne pas traduire le « standpoint » par « point de vue » mais par « positionnement » (Harding, 2004).

10 Il est ainsi intéressant d’observer comment les discours politiques mobilisent les savoirs scientifiques voire les instrumentalisent. Pour exemple, les prises de position du ministre de l’éducation nationale critiquant en 2021 l’intersectionnalité ou la pensée « woke », ouvrant sur un colloque début janvier 2022 intitulé « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture ». Sur ces attaques, voir par exemple : Gautier, Zancarini-Fournel, 2021 ; Ibos, Fassin, 2021.

11 On pense ici au fameux livre de Thomas Kuhn qui fut un véritable coup de tonnerre (Kuhn, 1983). La bibliographie, depuis, est devenue immense. Voir par exemple la Revue d’histoire des sciences humaines (RFSH).

12 Selon certaines philosophies des sciences, pour qu’un savoir scientifique puisse être partagé (donc devenir commun à plusieurs individus), il est nécessaire que les résultats puissent être reproduits par n’importe qui renouvelant l’expérience dans les mêmes conditions d’enquête (reproductibilité), que les résultats déduits à partir des méthodes utilisées puissent être vérifiés par n’importe qui (démonstration), et que n’importe qui puisse remettre en cause ces résultats ou ces méthodes à partir d’un argumentaire logique (discussion). Cela dit, cet idéal est rarement atteint ni même toujours atteignable, y compris en sciences dites « dures ».

13 Pour une mise au point salvatrice sur les positions de Max Weber, l’invention de la catégorie de « neutralité axiologique » et les usages militants qui ont pu en être faits, voir le travail d’Isabelle Kalinowski dans Weber, 2005.

14 Les travaux se sont multipliés ces dernières années. Voir par exemple : Robic et al., 2006 : Clerc et al. (2019) ; Johnston, Sidaway (2015).

15 Pour une présentation synthétique, voir par exemple les petits manuels d’Yves Gingras (2013) et Dominique Pestre (2006). Voir aussi les plaidoyers de Johan Heilbron (2017) ou Christian Topalov (2001, 2015), respectivement pour une sociologie historique réflexive et un historicisme réflexif des sciences sociales.

16 Voir dans nos colonnes : Collectif de participant·es au cycle de « Géographie sociale » à Saint-Denis (2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Ripoll et Leïla Frouillou, « Vers une géographie critique… et réflexive ! »Carnets de géographes [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/cdg/8428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdg.8428

Haut de page

Auteurs

Fabrice Ripoll

Maître de conférences HDR, Univ Paris Est Creteil, Lab’urba
Chercheur associé à l’UMR CNRS Géographie-Cités, équipe EHGO
fabrice.ripoll[at]u-pec.fr

Articles du même auteur

Leïla Frouillou

Maîtresse de conférences, Université Paris Nanterre, UMR CRESPPA-GTM
Leila.frouillou[at]parisnanterre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search