Navigation – Plan du site
Dossier : De l'intérêt d'être consul en Méditerranée, XVIIe-XXe siècle

Entre clientélisme, compétence et intérêt individuel : de l’avantage d’être agent général de France à Madrid (1702-1793)

Sylvain Lloret
p. 45-56

Résumés

Entre 1702 et 1793, un agent général de la Marine et du Commerce de France à Madrid était nommé aux côtés de l’ambassadeur français en Espagne. L’article vise à analyser en quoi la nomination et la carrière d’un tel agent, technicien des questions économiques, était le fruit des attentes propres à l’administration qui le recrutait, mais aussi de stratégies individuelles et familiales que ces hommes étaient en mesure de déployer. Pour ce faire, nous analysons en premier lieu la logique clientélaire de la fonction, dont l’exercice permettait de réactiver un lien personnel avec le secrétaire d’État de la Marine. En outre, la carrière de l’individu ne pouvait se penser isolément de la famille et des stratégies d’ascension du groupe social auquel il appartenait. Enfin, l’étude met en évidence l’importance de la compétence acquise dans l’exercice de la fonction, compétence qui constituait un atout parfois réactivé dans la suite de la carrière.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

La « créature » du secrétaire d’État de la Marine
Stratégies familiales et individuelles au service d’une carrière
Acquérir et mobiliser des compétences

Aperçu du texte

En décembre 1745, le marquis d’Argenson, secrétaire d’État des Affaires étrangères, recommandait au roi Jean-Baptiste Partyet, agent général français à Madrid, pour devenir négociateur auprès de la cour de Turin : « C’est la candeur même, jointe à une grande étendue de connaissances, plein d’idées qu’il ne faut que rectifier et modérer, sage et désintéressé ». Le secrétaire d’État évoquait ici le désintéressement de Partyet dans l’exercice de sa fonction, notion sur laquelle nous souhaiterions revenir dans la présente analyse. Cette notion faisait l’objet d’une réflexion des acteurs administratifs du temps. À l’instar des autres consuls français, l’agent général ne pouvait pas, en théorie, être un négociant, afin d’éviter la confusion des intérêts privés et de ceux de l’État. Cependant, les agents généraux français à Madrid ne se réduisaient pas à la simple projection mécaniste des intérêts de leur prince en terre ibérique : ils s’inséraient dans un système de relations, d’allégeanc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Lloret, « Entre clientélisme, compétence et intérêt individuel : de l’avantage d’être agent général de France à Madrid (1702-1793) », Cahiers de la Méditerranée, 98 | 2019, 45-56.

Référence électronique

Sylvain Lloret, « Entre clientélisme, compétence et intérêt individuel : de l’avantage d’être agent général de France à Madrid (1702-1793) », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 98 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/11272

Haut de page

Auteur

Sylvain Lloret

ATER à l’université de Caen Normandie depuis septembre 2017, ancien membre scientifique de la Casa de Velázquez, Sylvain Lloret a soutenu une thèse de doctorat en histoire moderne à Sorbonne Université sous la direction du professeur Lucien Bély. Son travail s’inscrit dans le champ de l’histoire des relations internationales, des pratiques diplomatiques et des consuls. Il porte sur l’agent général de la Marine et du Commerce de France à Madrid entre 1702 et 1793.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals