Navigation – Plan du site
Dossier : De l'intérêt d'être consul en Méditerranée, XVIIe-XXe siècle

Molti amici molto onore. De l’avantage d’être consul d’Albanie sous l’Italie fasciste (1922-1939)

Fabrice Jesné
p. 159-177

Résumés

Qu’est-ce qui peut pousser des citoyens italiens à choisir de devenir des consuls d’Albanie dans l’entre-deux-guerres ? L’Albanie est en effet une nation jeune mais pauvre, qui se trouve peu à peu satellisée par l’Italie fasciste. Elle développe un réseau consulaire qui vise surtout à administrer sa diaspora. En Italie, elle n’entretient qu’un consulat général, à Bari. Tous les autres postes sont honoraires. Pour les quelques fonctionnaires albanais, un poste en Italie offre un confort évident. Pour les citoyens italiens qui se font consuls honoraires, il s’agit surtout d’obtenir des gratifications symboliques, même si quelques-uns escomptent des retombées matérielles : Antonio Baldacci, un savant spécialiste de l’Albanie, est de ceux-là.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Les leviers de la construction du réseau consulaire albanais en Italie (1922-1939)
Un marché de dupes ? Antonio Baldacci consul général honoraire d’Albanie à Bologne

Aperçu du texte

À partir de la fin du xixe siècle, les « petits » États imitent les grandes puissances commerciales, se dotant de services consulaires parfois démesurés. Une telle disproportion s’explique par le recours aux consuls honoraires, qui par définition ne coûtent rien à l’État accréditant. Mais à l’inverse, quel peut être l’intérêt ou l’avantage de représenter un État modeste ? La figure du consul honoraire s’inscrit dans une sociabilité locale qu’il convient de connecter aux enjeux des relations internationales. C’est à travers le cas des consuls d’Albanie en Italie à l’époque du fascisme, et tout particulièrement à Bologne, que l’on se propose de mener une telle étude multiscalaire.

Indépendante de jure en 1912, l’Albanie se trouve dans les faits sous l’influence de l’Italie, où viennent se former ses élites et par où transite une grande partie de ses importations. Néanmoins, la jeune république, qui devient une monarchie en 1928, se dote peu à peu d’un service consulaire. L’étude du cas...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Jesné, « Molti amici molto onore. De l’avantage d’être consul d’Albanie sous l’Italie fasciste (1922-1939) », Cahiers de la Méditerranée, 98 | 2019, 159-177.

Référence électronique

Fabrice Jesné, « Molti amici molto onore. De l’avantage d’être consul d’Albanie sous l’Italie fasciste (1922-1939) », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 98 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/11497

Haut de page

Auteur

Fabrice Jesné

Fabrice Jesné est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Nantes, détaché à l’École française de Rome en tant que directeur des études pour les époques moderne et contemporaine. Spécialiste de la politique balkanique de l’Italie libérale, il se consacre à l’étude du service consulaire italien aux xixe et xxe siècles, ainsi qu’au rôle des consuls dans la mondialisation contemporaine et plus généralement dans les relations internationales.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals