Navigation – Plan du site
Noblesse et espace social

Noblesse et diplomatie dans la Monarchie Hispanique. Le marquis de Mirabel, ambassadeur à la cour de Louis XIII (1620-1632)1

Álvaro Bueno Blanco
p. 229-242

Résumés

À la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, la noblesse n’a plus le rôle militaire qu’elle a exercé pendant des siècles. Cela oblige ce groupe social à chercher de nouvelles voies de grandeur et de promotion sociale, trouvant dans le service à la monarchie une forme privilégiée pour atteindre ce but. En d’autres termes, les nobles suivent la voie de la diplomatie, source de grandes récompenses et d’opportunités, pour obtenir du prestige. Toutefois, pour cela, il y a de nombreux prérequis. Cet article se propose d’étudier le profil socio-économique des ambassadeurs, à travers un exemple, celui du marquis de Mirabel, ambassadeur en France dans la décade des années 1620.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Traduit de l’espagnol par María Ghazali, CMMC, Université Côte d’Azur (UCA).
  • 2  Antonio Domínguez Ortiz, Las clases privilegiadas en el Antiguo Régimen, Madrid, Istmo, 1979, p. 1 (...)
  • 3  David García Hernán, « La función militar de la nobleza en los orígenes de la España moderna », Gl (...)
  • 4  José Martínez Millán, « La Corte del Barroco. Cambios culturales y de comportamiento », dans Maria (...)

1Au Moyen Âge, la noblesse est intimement liée à une fonction militaire, en vertu du principe que, du sang, découlent la valeur et le courage, l’honneur et la réputation, et que toutes ces qualités se manifestent à travers l’exercice des armes2. Au début de l’époque moderne, la noblesse castillane, comme les autres noblesses européennes, s’éloigne peu à peu de cette occupation. Cette perte d’intérêt, qui s’intensifie au xvie siècle, n’empêche pas pour autant le maintien de la vocation guerrière et des idéaux médiévaux qui lient le noble aux armes3. La noblesse se transforme progressivement en noblesse courtisane et commence à occuper des postes de responsabilité dans l’administration de l’État, le service à la monarchie devenant un moyen d’obtenir honneur et récompenses4.

  • 5  Ignacio Atienza Hernández, « La nobleza en el Antiguo Régimen : clase dominante, grupo dirigente » (...)
  • 6  Antonio Domínguez Ortiz, Las clases privilegiadas…, op. cit., p. 143-144.
  • 7  David García Hernán, La nobleza en la España moderna, Madrid, Istmo, 1992, p. 24-25.

2L’historiographie a allégué plusieurs causes à la transformation de la noblesse en noblesse de cour sous Philippe III, toutes reliées aux changements qui se sont opérés au début de l’époque moderne en Espagne : fixation de la cour à Madrid en 1561, concentration du pouvoir entre les mains du monarque, ainsi que des raisons propres à la noblesse elle-même (attrait pour les plaisirs et pour la jouissance des richesses qu’elle possède5 et, selon Antonio Domínguez Ortiz, certaines causes psychologiques)6. En se stabilisant à la cour, les nobles deviennent serviteurs de la monarchie par leur participation au gouvernement. Bien que Charles Quint et Philippe II aient tenté d’empêcher la monopolisation des hautes charges par l’aristocratie7, les nobles du xvie siècle et surtout du xviie occupent de plus en plus les postes de gouvernement. Les compétences assumées par les membres de l’aristocratie sont multiples et l’on définit les fonctions des nobles ainsi :

  • 8  Antonio Domínguez Ortiz, « La nobleza como estamento y grupo social… », art. cit., p. 126.

Ils servent à la tête des armées, ils sont nécessaires pour gouverner les provinces, pour les ambassades particulières, pour les assemblées (diètes), pour escorter les reines8.

  • 9  David García Hernán, La nobleza…, op. cit., p. 24-25.
  • 10  Porfirio Sanz Camañes, « Sentido del deber, patronazgo y lealtad del conde de Gondomar en Londres  (...)
  • 11  Adolfo Carrasco Martínez, Sangre, honor y privilegio. La nobleza española bajo los Austrias, Barce (...)
  • 12  Enrique Soria Mesa, La nobleza en la España moderna : cambio y continuidad, Madrid, Marcial Pons, (...)

3Un rôle politique conçu comme naturel à cette époque où prédomine l’idée qu’un noble, parce qu’il est noble, est plus apte à gouverner et qu’il est mieux formé, du fait de son pouvoir économique ; que la noblesse et la monarchie ont besoin l’une de l’autre, le roi tirant profit de la supériorité sociale et du pouvoir de l’aristocratie, et la noblesse les bénéfices que rapporte le service au souverain9. Cette occupation de charges gouvernementales est motivée par le fait qu’elle permet une participation directe au pouvoir, soit par une influence directe sur le roi, soit à travers les organes de pouvoir, avec l’espoir qu’il y ait « une relation de réciprocité entre service et récompense »10. Adolfo Carrasco affirme que « s’il y eut une spécialisation nobiliaire dans certains domaines, ce ne fut pas par conviction idéologique, mais par opportunisme »11, et en effet le service à la Couronne devient l’une des principales voies d’exaltation du lignage, de glorification personnelle et d’ascension sociale12.

  • 13  Francisco Arroyo Martín, El marqués de Leganés. El favorito del valido, Madrid, Sílex, 2017 ; Fern (...)
  • 14  M. S. Anderson, The Rise of Modern Diplomacy (1450-1919), Londres et New York, Longman, 1993 ; Luc (...)

4Les historiens ont souvent privilégié l’étude de personnages ayant occupé d’importantes charges politiques, tels que vice-roi, gouverneur, ambassadeur13 et si plusieurs ouvrages nationaux et internationaux ont étudié la pratique de la diplomatie à l’époque moderne14, peu ont ciblé le profil social de ceux qui occupaient ces postes, et les bénéfices qu’ils tiraient de cette activité. Seront présentées ici les caractéristiques socio-économiques les plus importantes de ceux qui sont nommés ambassadeurs aux xvie et xviie siècles ; le rôle joué par la diplomatie dans le processus de mobilité sociale sera particulièrement étudié à partir du cas d’Antonio Dávila y Zúñiga, marquis de Mirabel et ambassadeur de la Monarchie Hispanique en France de 1620 à 1632.

Servir dans la diplomatie

  • 15  Antonio Domínguez Ortiz, La sociedad española del siglo XVII, Grenade, CSIC et Universidad de Gran (...)
  • 16  M. S. Anderson, The Rise of Modern Diplomacy…, op. cit., p. 32 ; Eulogio Fernández Carrasco, « Gue (...)
  • 17  Enrique Soria Mesa, La nobleza en la España moderna…, op. cit., p. 245.

5Toutes les charges au service de la Couronne n’ont pas la même attractivité pour les nobles. Les plus enviées et sollicitées sont les vice-royautés et les ambassades, au point d’être considérées comme appartenant de droit à la noblesse15. De fait, la diplomatie se convertit en une voie fondamentale pour l’ascension sociale aux xvie et xviie siècles, dont l’attrait réside dans le prestige et le rang que confère la désignation en de telles charges, et dans les récompenses que l’on obtient au retour de ces légations16. Et c’est si vrai que, selon Enrique Soria Mesa, les principaux lignages fondent leurs stratégies familiales sur des alliances avec des réseaux de clientèle qui peuvent les aider dans leur promotion sociale17.

  • 18  Adolfo Carrasco Martínez, Sangre, honor y privilegio…, op. cit., p. 60-61.
  • 19  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique : Honorables ambassadeurs et divins espions face à la Fr (...)
  • 20  Michel Devèze, L’Espagne de Philippe IV (1621-1665), tome 1, Paris, SEDES, 1970, p. 127.
  • 21  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 155-156.

6De même que tous les postes de gouvernement ne présentent pas le même intérêt en prestige et en importance, toutes les ambassades n’ont pas le même rang. Les missions extraordinaires sont considérées de plus grande valeur par les nobles, puisqu’elles ne sont pas soumises aux difficultés des ambassades ordinaires18, et c’est dans ces légations que l’on emploie les meilleures familles, dans le but de mettre en valeur l’importance d’une négociation19. Dans les ambassades ordinaires, Rome et Vienne arrivent en tête dans le classement, suivies de la France. Michel Devèze affirme, pour expliquer cette importance, que « l’ambassade de Paris est pour les Espagnols de toute première importance, la France étant le pays le plus concerné par la politique espagnole, le pays le plus dangereux pour l’Espagne, le pays rival »20, ce qui se traduit dans les récompenses obtenues par tous ceux qui y sont envoyés et par le salaire qu’ils perçoivent durant leur séjour en territoire français, soit 2 000 écus, somme supérieure à celle versée aux ambassadeurs en poste à Londres21.

Devenir ambassadeur

7La responsabilité du poste est telle qu’il est important de bien choisir la personne qui doit l’occuper. C’est ce que suggèrent certains auteurs de traités, comme Cristóbal de Benavente y Benavides, ambassadeur en France en remplacement du marquis de Mirabel jusqu’à la déclaration de guerre de 1635. Le légat écrit que :

  • 22  Cristóbal Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores dedicadas al ser (...)

Le choix judicieux d’un ambassadeur pourrait bien être l’action la plus grande qu’un Prince doit accomplir de toute sa vie […] car, en choisissant des hommes de médiocre qualité, il s’expose à souffrir un affront22.

  • 23  Juan Antonio Vera y Zúñiga, El embajador, Sevilla, 1620 (Biblioteca Histórica Marqués de Valdecill (...)

8Quant à Juan Antonio de Vera y Zúñiga, auteur de L’ambassadeur, un des plus célèbres traités sur la diplomatie à l’époque moderne, il affirme que ledit métier « n’admet aucune comparaison avec aucun autre de la République, et il n’y en a aucun autre où la confiance est si nécessaire », de sorte que si « le royaume qui fait un mauvais choix dans ses ministres est malheureux, celui qui se trompe dans le choix de ses ambassadeurs l’est encore plus »23.

  • 24  Et c’était si vrai qu’en 1627, Philippe IV se plaignait à Isabelle Claire Eugénie de lui avoir env (...)
  • 25  Juan Antonio Vera y Zúñiga, El embajador, op. cit., p. 121.

9Les postes d’ambassadeurs reviennent à la noblesse pour deux raisons : d’une part, les nobles sont convaincus que les postes diplomatiques doivent leur revenir ; d’autre part, la monarchie et le Conseil d’État ont la conviction que les ambassadeurs doivent être d’un rang élevé24. « L’ambassadeur doit être illustre par le sang, égal au meilleur du royaume qui l’envoie », écrit Juan Antonio de Vera y Zúñiga25. Bien que ce ne soit pas un prérequis aussi strict que celui de la noblesse de sang, être originaire de la péninsule Ibérique, et surtout de la Couronne de Castille, constitue une préférence de la Couronne, comme on a pu le constater depuis le règne de Charles Quint, et qui se justifie, selon Cristóbal Benavente y Benavides, du fait que :

  • 26  Cristóbal Benavente y Benavides, Advertencias para reyes…, op. cit., p. 116-117.

L’on ne peut nier que le sujet est né avec de plus grandes obligations de fidélité et il est plus difficile de le corrompre, autant par l’amour qu’il doit à son Prince que par ses propres intérêts d’honneur et de richesses, car il perd tout s’il manque à la fidélité qu’il doit26.

  • 27  Archivo Histórico de la Nobleza (AHNOB), Osuna, CP 5, d. 22 ; AHNOB, Osuna, CP 6, d. 11 ; Alonso L (...)
  • 28  David García Hernán, « La cultura de la sangre y el teatro de Siglo de Oro », dans David García He (...)
  • 29  Fernando Bouza, « Servir de lejos. Imágenes y espacios del Cursus Honorum cortesano en la España d (...)

10Sur les sept ambassadeurs envoyés en France, pendant la période de paix comprise entre 1598 (traité de Vervins) et 1635 (déclaration de la guerre à l’Espagne), tous sont d’origine aristocratique, et seulement deux d’origine hors-péninsulaire : Juan Bautista de Tassis, d’une famille de Bergame, et Héctor Pignatelli, duc de Monteleón, né à Naples. L’ambassadeur Antonio Dávila y Zúñiga était le troisième fils de don Pedro Dávila, IIe marquis de Las Navas et IVe comte d’El Risco, et de Jerónima Enríquez, fille de don Enrique Enríquez de Guzmán, IVe comte d’Alba de Liste. De plus, Antonio épouse sa cousine Francisca Dávila y Zúñiga, IIIe marquise de Mirabel. Il est donc apparenté à plusieurs hauts lignages, comme les Dávila, les Enríquez ou les Zúñiga, parmi lesquels on remarque Baltasar de Zúñiga, ambassadeur à Paris au début du xviie siècle puis principal ministre d’Espagne au début des règnes de Philippe III et de Philippe IV27. Le choix se fait parmi les plus loyaux et les plus proches du roi28. Fernando Bouza souligne l’importance « d’avoir une entrée auprès du souverain », c’est-à-dire un accès direct au roi. La mise en place de l’étiquette bourguignonne ayant rendu difficile la proximité avec la personne royale, ceux qui peuvent approcher le roi et traiter directement avec lui sont de fait les plus influents29 :

  • 30  Cristóbal Benavente y Benavides, Advertencias para reyes…, op. cit., p. 129.

Les Princes devraient choisir les ambassadeurs parmi ceux qui sont élevés auprès de leurs personnes, et qui, à leur contact et communication ainsi que grâce à la proximité avec les grands et les ministres, auraient acquis ainsi des connaissances sur les actions royales30.

  • 31  José Martínez Millán et Maria Antonietta Visceglia (dir.), La monarquía de Felipe III : la Casa de (...)

11De nombreux ambassadeurs envoyés à Paris sous les règnes de Philippe III et de Philippe IV, jusqu’en 1635, ont été des serviteurs de la Maison du Roi : Juan Bautista de Tassis a exercé en tant que surintendant des postes ; Baltasar de Zúñiga, comme gentilhomme de bouche ; Íñigo de Cárdenas possède déjà la charge de gentilhomme de bouche sous Philippe II et est nommé majordome sous le règne de Philippe III ; le marquis de Mirabel est également majordome du roi ; et Cristóbal de Benavente y Benavides exerce comme gentilhomme de la Maison du Roi sous Philippe III31. Toutes ces charges donnent un accès direct au souverain et, par la confiance qu’elles suscitent, expliquent en partie la nomination de ces nobles en tant qu’ambassadeurs.

  • 32  Archivo General de Simancas (AGS), Estado (E), K-1431, nº 8, Consulta del Consejo de Estado sobre (...)
  • 33  José Martínez Millán et José Hortal Muñoz (dir.), La Corte de Felipe IV (1621-1665) : Reconfigurac (...)
  • 34  M. S Anderson, The Rise of Modern Diplomacy…, op. cit., p. 11.

12La manière dont le marquis de Mirabel est nommé est révélatrice. En 1618, le Conseil d’État se réunit et propose au roi plusieurs candidats à l’ambassade en France, mais pas le nom de Mirabel. C’est donc Philippe III qui ordonne que Mirabel le représente à Paris32, preuve du rôle joué par le service dans la Maison du Roi. Les voies d’obtention d’un office dans cette dernière étant très limitées (il faut gagner la confiance d’un patron de la cour ou appartenir à l’une des familles ayant déjà des membres qui y travaillent)33, cela prouve que Mirabel est déjà bien introduit auprès du monarque en tant que majordome. Ce que certains auteurs ont qualifié de « professionnalisation » du service diplomatique34 n’est rien d’autre que la nécessité de suivre un Cursus Honorum, tremplin vers une charge de plus grand prestige et de plus grande responsabilité. Au moment de sa nomination comme légat à Paris en effet, Mirabel est non seulement majordome, mais aussi commandeur de Castilserás, de l’ordre de Calatrava, et membre du Conseil de Guerre.

Les caractéristiques du parfait ambassadeur

  • 35  Juan Antonio Vera y Zúñiga, El embajador, op. cit., p. 11.
  • 36  Cristóbal Benavente y Benavides, Advertencias para reyes…, op. cit., p. 129-130.
  • 37  M. Rivero Rodríguez, Diplomacia y relaciones exteriores en la Edad Moderna…, op. cit., p. 22.
  • 38  Julio Mazarino, Breviario de los políticos. De los cuadernos de notas del cardenal Mazarino, Barce (...)

13Le candidat à une ambassade doit présenter plusieurs caractéristiques que le marquis Juan Antonio de Vera y Zúñiga et Cristóbal Benavente y Benavides énumèrent : « la foi, le talent, la vertu, la richesse, la pratique des affaires, le courage, l’ingéniosité », selon le premier35 ; « la religion catholique, la vérité, la fidélité, la prudence, la force et la tempérance », selon le second36. Ces qualités révèlent une certaine capacité à bien négocier et attestent de la valeur démontrée au cours de la carrière, dans d’autres postes de l’administration, par la possession des qualités du parfait courtisan et par le fait d’être très riche en biens. Comme le souligne Manuel Rivero Rodríguez, le diplomate est donc le paradigme du courtisan37, ce qui constitue un argument supplémentaire en faveur des membres de l’aristocratie. L’époque du Baroque est un temps où prolifèrent les manuels de cour, qui tous imposent les normes et détaillent le comportement qu’il faut suivre à la cour. Le cardinal de Mazarin, dans son Bréviaire des politiques, conseille de savoir simuler, dissimuler, se défier, dire du bien de tout le monde et prévoir ce que l’on va faire38. Caractéristiques parfaitement applicables à l’action diplomatique et l’on ne doit pas oublier que l’ambassadeur est un politique courtisan dans une cour étrangère, ce qui l’oblige à suivre les conseils de dissimulation, de méfiance et de prudence, et à les porter à leur degré le plus élevé. Quant à la nécessité de disposer d’une grande fortune, Cristóbal Benavente y Benavides l’explique de la façon suivante :

  • 39  Cristóbal Benavente y Benavides, Advertencias para reyes…, op. cit., p. 219.

Voilà pourquoi il convient à l’ambassadeur d’être riche, car si la fortune est héritée des anciens, elle est presque toujours accompagnée d’une bonne éducation ; et si elle est acquise, elle indique qu’il y a eu habileté pour l’obtenir ; et si elle est bien employée, elle montre l’existence d’une âme généreuse. Et si l’ambassadeur est pauvre, il ne pourra traiter avec autorité et ostentation, et très vite son Prince aura des doutes à son propos et suspectera que l’intérêt pourrait le corrompre39.

14Le traité de du marquis de Mirabel ajoute

  • 40  Juan Antonio Vera y Zúñiga, El embajador, op. cit., p. 125.

[…] qu’il convient que l’ambassadeur soit riche, car, s’il ne l’est pas, il pourra difficilement parer et vêtir son office comme il est juste qu’il le soit, ni traiter avec la splendeur nécessaire40.

  • 41  AGS, E, K-1665, nº 65, Sueldo del marqués de Mirabel por el cargo de embajador en Francia.

15Le service diplomatique est en effet source de nombreuses dépenses pour le fonctionnement de l’ambassade, mais également parce que l’ambassadeur se doit de faire ostentation de ses richesses, et qu’en maintes occasions, les apports financiers de la Couronne sont rares et faibles. Si les ambassadeurs reçoivent de leur souverain un salaire fixe et des aides pour subvenir aux dépenses de voyages et aux déplacements, les sommes allouées s’avèrent souvent insuffisantes. Antonio Dávila y Zúñiga, marquis de Mirabel, perçoit au début de son ambassade un salaire de base de 6 000 écus par an41, le même que ses prédécesseurs, mais l’importance du contexte oblige Philippe III à lui accorder en plus une grâce extraordinaire de 2 000 écus :

  • 42  AGS, E, K-1665, nº 66, Sueldo extraordinario que se entrega al marqués de Mirabel.

[…] considérant votre qualité et d’autres causes que je garderai de par moi, ainsi que d’autres obligations de dépenses que l’on doit vous augmenter, je vous fais grâce de deux mille écus de plus par an42.

  • 43  AGS, E, K-1665, nº 62, Ayuda de costa al marqués de Mirabel.
  • 44  Michel Devèze, L’Espagne de Philippe IV…, op. cit., p. 133.
  • 45  AGS, E, K-1665, nº 63, Dotación para los gastos de la embajada de Francia.
  • 46  AGS, E, K-1476, nº 92, Carta de Mirabel a Felipe III sobre las condiciones de su embajada.

16Il reçoit également une aide financière de 20 000 écus pour couvrir les frais de son voyage en France43. Ces dotations sont cependant insuffisantes : il envoie plusieurs demandes à Madrid pour obtenir de l’argent pour pouvoir accompagner Louis XIII dans ses voyages44, et une dotation de 8 000 ducats pour les frais de l’ambassade45. L’ambassadeur utilise plusieurs arguments pour justifier ses requêtes : le supplément financier pour les voyages doit permettre d’emmener avec lui son épouse, de pourvoir aux dépenses de l’ambassade et surtout de verser les salaires du personnel, sous peine de faire des avances sur ses propres fonds46.

  • 47  Antonio Domínguez Ortiz, Instituciones y sociedad en la España de los Austrias, Barcelone, Ariel, (...)
  • 48  Michel Devèze, L’Espagne de Philippe IV…, op. cit., p. 133.
  • 49  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 156-158.
  • 50  AGS, E, K-1665, nº 61, Merced de una encomienda al hijo del embajador.
  • 51  Miguel Ángel Ochoa Brun, Historia de la diplomacia española. Vol. VII, La Edad Barroca, Madrid, Mi (...)

17De sorte que si les ambassades représentent des opportunités de promotion et de rayonnement personnels, elles peuvent être pour leur titulaire un véritable gouffre financier. Selon Antonio Domínguez Ortiz, très souvent, les légats se voient obligés de grever leur propre patrimoine, puisque les sommes allouées par la Couronne sont insuffisantes47. Service diplomatique rime donc parfois avec difficultés économiques : en 1624, la femme du secrétaire de l’ambassade d’Espagne à Paris vend ses bijoux pour faire face aux dettes, après plusieurs mois sans revenu de Madrid48. Pour pallier ce problème, la monarchie recourt aux dotations et à l’octroi de commanderies des ordres militaires49. Avant son départ pour la France, on fait grâce au fils du marquis de Mirabel d’une commanderie, sans spécification de l’ordre, pour une valeur de 3 000 ducats par an50, puis, en décembre 1610, alors qu’il est déjà en poste à Paris, on octroie une nouvelle commanderie, mais cette fois-ci à l’ambassadeur lui-même, pour une valeur de 5 000 ducats par an51.

Les fonctions des ambassadeurs

  • 52  Manuel Rivero Rodríguez, Diplomacia y relaciones exteriores en la Edad Moderna…, op. cit., p. 22.
  • 53  M. S. Anderson, The Rise of Modern Diplomacy…, op. cit., p. 42 ; Alain Hugon, Au service du Roi Ca (...)

18L’ambassadeur anglais Francis Walsingham, qui réside en France entre 1570 et 1572, affirme que le succès d’une mission diplomatique repose sur une connaissance parfaite du Prince et de sa cour, ce qui n’est rendu possible que par un accès direct à la personne du souverain52, et sur une scrupuleuse maîtrise des codes du comportement courtisan. Le premier objectif des ambassadeurs ordinaires est de connaître le royaume où ils sont envoyés, ses coutumes, ses lois, ses institutions, et d’être au fait de tout ce qui s’y passe, afin de pouvoir en informer leur souverain53. C’est ce que l’on recommande à Mirabel dans les instructions qu’on lui donne :

  • 54  AGS, E, K-1665, nº 55, La instrucción que ha de llevar el marqués de Mirabel.

Vous devez avoir grand soin de dresser peu à peu un état des lieux afin de comprendre la situation dans laquelle se trouve ledit roi, comment se portent ses finances, quels sont les sentiments d’estime et d’amour que lui portent ses sujets et comment ils lui font la démonstration de leur reconnaissance, ses intentions et celles des Français, entre eux et vis-à-vis de leurs voisins, contre le bien commun, et en particulier envers mes royaumes et là où travaillent leurs services secrets, et, en particulier les sentiments et relations d’amitié que ledit roi aurait avec le roi d’Angleterre, les raisons de leur fondement et tout ce qu’il pourrait y avoir entre eux, car il est très nécessaire de le savoir quel que soit le cas, et vous m’aviserez en particulier de tout ce que vous entendrez et comprendrez […] sur les changements qu’il pourrait y avoir là-bas ou qui seraient sur le point de se produire, aussi bien ceux qui pourraient être en dommage de mes affaires ou causer préjudice à mes confédérés que ceux entre eux-mêmes, vous aurez soin aussi en même temps de me donner votre avis54.

19L’importance de cette fonction apparaît clairement à travers l’existence d’une partie budgétaire intitulée « dépenses secrètes », destinée à payer des espions et des informateurs. Cependant, comme pour l’argent alloué aux ambassadeurs, la quantité est négligeable, et Mirabel s’en plaint d’ailleurs dans une lettre au roi de 1619 :

  • 55  AGS, E, K-1476, nº 92, Carta de Mirabel a Felipe III sobre las condiciones de su embajada.

Pour ce qui est de pourvoir aux dépenses secrètes, j’espérais que la somme fût beaucoup plus importante. En ce qui concerne l’état dans lequel se trouvent aujourd’hui les affaires de la France et de l’Italie, et tout ce que je pourrais apporter au service de Sa Majesté, il conviendrait d’affermir son ambassadeur en lui octroyant beaucoup plus de crédit, car sans lui ma meilleure volonté et mon travail seront de peu de poids, et j’avoue à Votre Majesté que je le regretterai. Plus de dispositions ne devraient pas être nécessaires, alors que j’attendais qu’il y eût un approvisionnement de deux-cent-mille ducats, si du moins la somme se réduit à celle que Votre Majesté m’annonce parfois55.

  • 56  Jean-François Dubost, « La reina de la paz. Conservación, concordia y arte de la diplomacia bajo l (...)

20Mais la fonction d’ambassadeur ne se réduit pas à un simple travail d’information, compte tenu des conditions particulières de sa légation. Il est envoyé en France, État que l’on peut considérer comme principal ennemi de la Monarchie Catholique, en un temps de convulsions politiques internes dans les royaumes d’Espagne et particulièrement délicat du point de vue des relations hispano-françaises. Les années 1617-1620 sont l’époque des affrontements entre Louis XIII et Marie de Médicis pour le contrôle du pouvoir et des soulèvements protestants, conflits qui entament grandement les finances de Louis XIII et compromettent son action hors des frontières. L’entrée en majorité du monarque français met fin à sept années d’entente diplomatique avec l’Espagne56, incarnée par les mariages de 1615 ; désormais, les tensions se ravivent entre les deux couronnes, du fait notamment du retour au gouvernement des ministres ayant servi sous Henri IV, ce que déplore Philippe III :

  • 57  AGS, E, K-1665, nº 56, Instrucción aparte al marqués de Mirabel para la embajada de Francia.

Vous devez considérer et avoir très présent le fait que certains ministres, qui actuellement ont la main sur le gouvernement, sont ceux qui servaient Henri IV, et ils sont tellement affects des protestants et du grand Turc, et de leurs confédérations et ligues, qu’ils s’en éloignent de mauvaise grâce, ce qui oblige à ce que vous vous comportiez avec beaucoup de doigté, en les déviant, les rassurant et essayant de les gagner à notre cause par la douceur57.

21Malgré le contexte, le roi charge son légat d’œuvrer au maintien de la paix entre les deux États :

  • 58  AGS, E, K-1665, nº 55, La instrucción que ha de llevar el marqués de Mirabel.

[…] je désire que la paix poursuive son chemin et j’apprécierais qu’à l’occasion vous mettiez tout en œuvre pour sa conservation58.

  • 59  Jean-François Dubost et María José del Río Barredo, « La presencia extranjera en torno a Ana de Au (...)
  • 60  AGS, E, K-1431, nº 8, Consulta del Consejo de Estado sobre quién debe sustituir al duque de Montel (...)

22Le marquis de Mirabel doit tenir compte de la présence à la cour d’une infante espagnole, Anne d’Autriche, dont la situation est délicate. Quand l’ambassadeur est nommé en février 1618, plusieurs serviteurs espagnols de la Maison de la Reine ont été expulsés et sont retournés en Espagne59, de sorte que l’épouse de Louis XIII est bien isolée : « ma fille la reine est si seule », écrit Philippe III en ce mois de février60. En outre, le mariage n’est pas consommé avant janvier 1619, ce qui rend la situation d’Anne d’Autriche d’autant plus vulnérable. Benavides écrit :

  • 61  Cristóbal Benavente y Benavides, Advertencias para reyes…, op. cit., p. 118-119.

Tous les hommes ne sont pas valables pour toutes les ambassades. Raison pour laquelle, le Prince, sage et prudent, doit considérer la qualité de l’affaire pour laquelle il envoie son ambassadeur, de façon à bien choisir la personne qui conviendra à l’affaire61.

  • 62  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 161-162.
  • 63  La diplomatie fait peu de place aux femmes à l’époque moderne, du moins dans la diplomatie directe (...)

23Ce qui conditionne la nomination de Mirabel est la nécessité d’entourer la reine d’un personnel de confiance. L’accord pour les mariages entre Anne d’Autriche et Louis XIII, et entre Isabelle de Bourbon et le prince Philippe, stipulait que les ambassadeurs respectifs revêtiraient également la charge de majordome de la Maison de la Reine, ce qui explique que le légat soit présent en permanence dans l’entourage d’Anne62. L’expulsion des serviteurs espagnols donne aux femmes de diplomates un rôle fondamental63, dont attestent les débats au Conseil d’État espagnol de 1618 : le candidat à l’ambassade devrait idéalement être déjà marié. L’atout des comtes d’Olivarès et d’Aguilar tient en partie au fait qu’

  • 64  AGS, E, K-1431, nº 8, Consulta del Consejo de Estado sobre quién debe sustituir al duque de Montel (...)

[…] ils ont des femmes qui ont été élevées au palais et elles pourront fort à propos accompagner la reine, la Très Chrétienne infante64.

24C’est cette même raison qui contribua au choix de Mirabel :

  • 65  AGS, E, K-1431, nº 8, Consulta del Consejo de Estado sobre quién debe sustituir al duque de Montel (...)

Et parce que je connais les qualités du marquis de Mirabel, je le nomme pour cette ambassade en France ; et sa femme comme l’on sait convient tout à fait ; et ainsi on envoie une personne mariée avec les qualités requises ; et il faut qu’on lui demande de partir au plus vite, car ma fille la reine est si seule65.

  • 66  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 162.

25Mais la marquise ne fut pas seulement un faire-valoir pour la nomination de son époux en tant qu’ambassadeur, car elle joua un rôle prépondérant durant toute la mission diplomatique. De sorte que lorsque Mirabel se rendit en Flandres en 1629, c’est elle qui fut en charge de l’ambassade à Paris66.

Des récompenses pour le service en diplomatie

  • 67  BNE, MSS/18428, f. 85r, Cartas del marqués de Mirabel.
  • 68  Archivo Histórico Nacional (AHN), Estado (E), leg. 3457, nº 26, Instrucciones para la embajada de (...)

26Si servir dans la diplomatie représente un grand honneur pour la noblesse, cela implique parfois des difficultés économiques et politiques, comme c’est le cas en France après la régence de Marie de Médicis, en raison de l’hostilité des Français envers les Espagnols et leurs représentants, considérés comme des espions. La cour parisienne empêche régulièrement leurs visites à la reine Anne d’Autriche, ce qui motive en partie des demandes de licences de retour depuis Paris. En 1623, Mirabel écrit à Madrid en demandant son retour en Espagne, car il n’y a pas « d’affaire où il ne pourrait se rendre utile au service de Sa Majesté », et où il affirme qu’il considérera cette grâce comme l’une des plus grandes qu’il puisse recevoir67. Bien qu’en 1624 don Hernando de Toledo soit nommé pour le substituer68, le Conseil d’État révoque cette désignation. Deux nouvelles fois, Mirabel réclame vainement sa licence de retour ; ce n’est qu’en 1631 qu’il rentre à Madrid, et sa permission n’est effective qu’en 1632.

  • 69  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 155-156.
  • 70  José Martínez Millán et José Hortal Muñoz, La Corte de Felipe IV…, op. cit. ; José Martínez Millán(...)

27Compte tenu des conditions difficiles, ceux qui ont servi en France reçoivent à leur retour de grandes récompenses. Sur les sept ambassadeurs nommés pendant les 37 ans de paix, quatre entrent au Conseil d’État, et deux autres au Conseil de Guerre69. Mirabel, qui est nommé au Conseil d’État comme voix autorisée pour les affaires françaises, endosse également la charge de grand majordome (récompense reçue auparavant par celui qui avait été chargé de négocier les doubles mariages de 1615, Íñigo de Cárdenas), charge de grand honneur, puisque cela suppose de diriger tous les offices de la Maison du Roi et que cette fonction fait de lui l’une des plus grandes autorités du palais et l’une des personnes les plus proches du souverain70. Pendant le dernier tiers du xviie siècle, on définit la fonction de cette charge ainsi :

  • 71  Archivo General de Palacio (AGP), Sección Administrativa, leg. 939/20, p. 470, Real Orden del 18 d (...)

La juridiction du grand majordome de Votre Majesté émane directement de la personne royale de Votre Majesté, qui est celle qui commande, et le grand majordome est celui qui distribue ses ordres royaux pour tout ce qui concerne la Maison Royale71.

Clientélisme social et diplomatie culturelle

  • 72  Isabel Enciso Alonso-Muñumer, Linaje, poder y cultura. El Virreinato de Nápoles a comienzos del XV (...)
  • 73  Diana Carrió-Invernizzi, « Royal and Viceregnal Art Patronage in Naples (1500-1800) », dans Tommas (...)
  • 74  Diana Carrió-Invernizzi, « Manuel de Lira, Spanish Ambassador to The Hague (1671-1678). The home o (...)
  • 75  David García Hernán, Humanismo y sociedad del Renacimiento, Madrid, Síntesis, 2017.
  • 76  Alain Hugon, « Prólogo », dans Diana Carrió-Invernizzi (dir.), Embajadores culturales…, op. cit., (...)

28Les avantages consécutifs à une ambassade ne proviennent pas seulement de la Couronne. Les séjours dans les cours étrangères offrent à la noblesse l’opportunité de tisser des liens avec les familles renommées de ces États étrangers, et de nouer des contacts avec les artistes les plus en vue, deux éléments essentiels à l’enrichissement de leur famille72. Cette forme de diplomatie culturelle intéresse les historiens de la « nouvelle histoire diplomatique », dont les travaux analysent les aspects de la pratique diplomatique, qui vont au-delà des négociations politiques elles-mêmes, et qui se sont particulièrement développées dans le cadre de la présence espagnole en Italie et particulièrement dans le royaume de Naples73. Récemment, des études ont concerné également des États autres que ceux de la péninsule italienne74. De tels réseaux de clientèle placent parfois les ambassadeurs au cœur de luttes de factions au sein des cours étrangères. Ainsi, le duc de Monteleón, qui a tissé des liens étroits avec Concini et son entourage, connaît de nombreux déboires après la chute du favori de la reine-mère et ne peut plus remplir correctement son rôle de diplomate. Au moment d’établir des contacts politiques, la culture joue un rôle fondamental. La noblesse du xviie siècle manifeste en effet un goût certain pour celle-ci et y trouve un moyen de se distinguer75. Les biens culturels s’échangent comme des cadeaux, dans un système informel de don et de contre-don, où il va de soi que les présents que l’on offre exigent une réciprocité. Et c’est ainsi que se tissent des réseaux de clientèles, en offrant des cadeaux en échange de faveurs et d’influences76.

  • 77  AGS, E, K-1478, nº 42, Gastos de la embajada de Francia del 21 de septiembre de 1620 al 28 de febr (...)
  • 78  AGS, Cámara de Castilla, Cédula 0368, nº 529 et no 556, Cédula de paso del marqués de Mirabel. Ces (...)
  • 79  Bernardo García García, « Regalos diplomáticos y bienes suntuarios en la corte española (1580-1665 (...)
  • 80  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., 2004, p. 282.
  • 81  AGS, CCA, ced. 0368, nº 561, Cédula de paso del marqués de Mirabel.

29Le clientélisme social, la diplomatie culturelle et le rôle des ambassadeurs dans la circulation des biens, sont des aspects qui méritent d’être étudiés et analysés plus en détail. La documentation conservée sur l’ambassade de Mirabel permet de connaître ses dépenses en achats de cadeaux, comme les bijoux qu’il offre à Madame de Bonneuil en 162077. Les autorisations de sortie (cédulas de paso) que porte avec lui Dávila y Zúñiga quand il part à Paris, et qui décrivent tous les objets avec lesquels il voyage, illustrent également ce phénomène. Les manuscrits illustrent l’ostentation que doit faire l’ambassadeur de sa richesse, et donc de son pouvoir, aussi bien dans sa résidence qu’à l’extérieur, si l’on en juge par le Mémoire des vêtements et du linge, bijoux et argent ciselé que le marquis de Mirabel emporte pour le service de la marquise. Quant à la circulation des biens culturels, l’ambassadeur voyage avec quelques « babioles des Indes ». Ces documents d’archives nous montrent également le profit qu’il compte en tirer78 : des cadeaux, parmi lesquels certains sont destinés à la reine Anne d’Autriche, ou des objets de dévotion qu’on a coutume d’offrir aux reines79, comme les chapelets en coco qu’il porte. Il peut aussi s’enrichir en exportant des chevaux, autorisation dont seuls les diplomates peuvent bénéficier80, et dont profite effectivement le marquis de Mirabel en emportant en France « six chevaux espagnols, une jument blanche napolitaine et un roussin de campagne pour le service de sa propre personne »81.

  • 82  Bartolomé Yun Casalilla, « Mal avenidos, pero juntos. Corona y oligarquías urbanas en Castilla en (...)
  • 83  Enrique Soria Mesa, La nobleza en la España moderna…, op. cit., p. 213.

30Le cas Mirabel atteste que le profil social des ambassadeurs est celui de membres de l’aristocratie, généralement castillane. L’appartenance des diplomates à la noblesse facilite la relation avec des lignages importants, ainsi que la possibilité d’être proche du souverain, facteurs qui peuvent apporter beaucoup d’opportunités de promotion sociale. De plus, ils possèdent toutes les compétences requises pour une mission diplomatique, comme la pratique politique, une éducation courtisane (preuve qu’ils savent se mouvoir dans une cour étrangère), et une abondance financière qui permet de parer aux dépenses liées à leur ambassade. D’origine castillane, apparenté aux Dávila, Zúñiga et Enríquez, majordome du roi, le marquis de Mirabel illustre la manière dont la noblesse parvient à se saisir des opportunités offertes par la Monarchie Hispanique, transformée en « toute-puissante machine de promotion sociale » selon Yun Casalilla82. Une ascension sociale qui est, selon Soria Mesa, « un des éléments de plus grande transcendance de tous ceux qui caractérisent la société moderne »83.

31Dávila y Zúñiga y arrive en profitant d’abord de l’administration locale, puis des contacts de famille, pour entrer au service du roi dans sa Maison, et c’est cette proximité avec le souverain qui l’aide à obtenir l’une des plus prestigieuses ambassades ; enfin, le service diplomatique lui permet de finir sa carrière comme membre du Conseil d’État et grand majordome du roi. La diplomatie joue ainsi un rôle capital dans la promotion sociale, permettant à des cadets de la noblesse d’atteindre les postes les plus prestigieux de l’État, mais de parvenir aussi à l’enrichissement, favorisant l’élévation en dignité des lignages. De toute évidence, le service diplomatique, tout comme l’aspiration à d’autres postes de l’administration, joue un rôle prépondérant dans les stratégies familiales. La diplomatie explique surtout la survivance de la noblesse en tant que groupe social privilégié, aussi bien en droit qu’en considération sociale, bien qu’elle ait « oublié », du moins en partie, sa fonction principale d’auxilium du souverain.

Haut de page

Notes

1  Traduit de l’espagnol par María Ghazali, CMMC, Université Côte d’Azur (UCA).

2  Antonio Domínguez Ortiz, Las clases privilegiadas en el Antiguo Régimen, Madrid, Istmo, 1979, p. 143.

3  David García Hernán, « La función militar de la nobleza en los orígenes de la España moderna », Gladius, nº 20, 2000, p. 285-300 ; David García Hernán, « La nobleza castellana y el servicio militar. Permanencias y cambios en los siglos XVI y XVII a partir de los conflictos con Portugal », dans Enrique García Hernán et Davide Maffi (éd.), Guerra y sociedad en la Monarquía Hispánica. Política, estrategia y cultura en la Europa Moderna (1500-1700), Madrid, Ediciones del Laberinto, 2007.

4  José Martínez Millán, « La Corte del Barroco. Cambios culturales y de comportamiento », dans Mariano de Campa Gutiérrez, Esther Jiménez Pablo et Antonio Rey hazas (coord.), La Corte del Barroco. Textos literarios, avisos, manuales de corte, etiqueta y oratoria, Madrid, Polifemo, 2016, p. 7-8.

5  Ignacio Atienza Hernández, « La nobleza en el Antiguo Régimen : clase dominante, grupo dirigente », Estudios de Historia Social, nº 36-37, 1986, p. 465-495 ; Antonio Domínguez Ortiz, Las clases privilegiadas…, op. cit. ; Antonio Domínguez Ortiz, « La nobleza como estamento y grupo social en el siglo XVII », dans María del Carmen Iglesias et Gonzalo Anes, Nobleza y sociedad en la España Moderna, Oviedo, Ediciones Nobel, 1997, p. 113-134 ; Francisco Tomás y Valiente, « El poder político, validos y aristócratas », dans María del Carmen Iglesias et Gonzalo Anes, Nobleza y sociedad…, op. cit., p. 135-156.

6  Antonio Domínguez Ortiz, Las clases privilegiadas…, op. cit., p. 143-144.

7  David García Hernán, La nobleza en la España moderna, Madrid, Istmo, 1992, p. 24-25.

8  Antonio Domínguez Ortiz, « La nobleza como estamento y grupo social… », art. cit., p. 126.

9  David García Hernán, La nobleza…, op. cit., p. 24-25.

10  Porfirio Sanz Camañes, « Sentido del deber, patronazgo y lealtad del conde de Gondomar en Londres », Libros de la Corte, no 1, 2014, p. 321.

11  Adolfo Carrasco Martínez, Sangre, honor y privilegio. La nobleza española bajo los Austrias, Barcelone, Ariel, 2000, p. 53-54.

12  Enrique Soria Mesa, La nobleza en la España moderna : cambio y continuidad, Madrid, Marcial Pons, 2007, p. 215. Il y avait deux voies d’ascension sociale, soit par la possession d’une fortune permettant d’acquérir du pouvoir et un statut au niveau local, soit par le service à la monarchie.

13  Francisco Arroyo Martín, El marqués de Leganés. El favorito del valido, Madrid, Sílex, 2017 ; Fernando Bartolomé Benito, Don Diego Sarmiento de Acuña, conde de Gondomar, Gijón, Trea, 2005 ; Isabel Enciso Alonso-Muñumer, Nobleza, poder y mecenazgo en tiempos de Felipe III. Nápoles y el conde de Lemos, San Sebastián de los Reyes, Actas, 2007 ; Manuel Fernández Álvarez, Tres embajadores de Felipe II en Inglaterra, Madrid, Instituto Jerónimo Zurita, 1951 ; Antonio Feros Carrasco, El duque de Lerma : realeza y privanza en la España de Felipe III, Madrid, Marcial Pons, 2002 ; Carlos José Hernando Sánchez, Castilla y Nápoles en el siglo XVI. El virrey Pedro de Toledo : linaje, estado y cultura (1532-1553), Valladolid, Consejería de Cultura y Turismo, 1994 ; Ana Minguito Palomares, Nápoles y el virrey conde de Oñate. La estrategia de poder y el resurgir del reino (1648-1653), Madrid, Sílex, 2011 ; Porfirio Sanz Camañes, « Sentido del deber, patronazgo y lealtad del conde de Gondomar en Londres », Libros de la Corte, no 1, 2014, p. 319-336.

14  M. S. Anderson, The Rise of Modern Diplomacy (1450-1919), Londres et New York, Longman, 1993 ; Lucien Bély et Géraud Poumarède (éd.), L’incident diplomatique (xvie-xviiie siècle), Paris, Pedone, 2010 ; Lucien Bély (éd.), L’invention de la diplomatie, Paris, PUF, 1998 ; Lucien Bély, Les relations internationales en Europe. xviie-xviiie siècle, Paris, PUF, 1998 ; Keith Hamilton et Richard Langhorne, The Practice of Diplomacy : its evolution, theory and administration, Londres, Routledge, 2010 ; Miguel Ángel Ochoa Brun, Historia de la diplomacia española, Madrid, Ministerio de Asuntos Exteriores, 1990 ; Manuel Rivero Rodríguez, Diplomacia y relaciones exteriores en la Edad Moderna. De la cristiandad al sistema europeo, 1453-1794, Madrid, Alianza, 2000.

15  Antonio Domínguez Ortiz, La sociedad española del siglo XVII, Grenade, CSIC et Universidad de Granada, 1992, p. 270-271.

16  M. S. Anderson, The Rise of Modern Diplomacy…, op. cit., p. 32 ; Eulogio Fernández Carrasco, « Guerra y diplomacia en la Edad Moderna », Revista de Derecho UNED, nº 10, 2012, p. 183-207 ; M. Rivero Rodríguez, Diplomacia y relaciones exteriores en la Edad Moderna…, op. cit., p. 30-31.

17  Enrique Soria Mesa, La nobleza en la España moderna…, op. cit., p. 245.

18  Adolfo Carrasco Martínez, Sangre, honor y privilegio…, op. cit., p. 60-61.

19  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique : Honorables ambassadeurs et divins espions face à la France, Madrid, Casa de Velázquez, 2004, p. 153-154.

20  Michel Devèze, L’Espagne de Philippe IV (1621-1665), tome 1, Paris, SEDES, 1970, p. 127.

21  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 155-156.

22  Cristóbal Benavente y Benavides, Advertencias para reyes, príncipes y embajadores dedicadas al serenísimo príncipe de las Españas don Baltasar Carlos de Austria, nuestro señor, Madrid, 1643 (Biblioteca Nacional de España (BNE), R/8096, p. 109-113).

23  Juan Antonio Vera y Zúñiga, El embajador, Sevilla, 1620 (Biblioteca Histórica Marqués de Valdecilla, FOA 1370, p. 10-11).

24  Et c’était si vrai qu’en 1627, Philippe IV se plaignait à Isabelle Claire Eugénie de lui avoir envoyé en service diplomatique un certain Rubens, « un simple peintre » (« un simple pintor »). Voir Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 134, 153-154.

25  Juan Antonio Vera y Zúñiga, El embajador, op. cit., p. 121.

26  Cristóbal Benavente y Benavides, Advertencias para reyes…, op. cit., p. 116-117.

27  Archivo Histórico de la Nobleza (AHNOB), Osuna, CP 5, d. 22 ; AHNOB, Osuna, CP 6, d. 11 ; Alonso López de Haro, Nobiliario genealógico de los reyes y títulos de España (volumen II), 1622, p. 92-96 et p. 442-444.

28  David García Hernán, « La cultura de la sangre y el teatro de Siglo de Oro », dans David García Hernán et Miguel Fernando Gómez Vozmediano (éd.), La cultura de la sangre en el Siglo de Oro, Madrid, Sílex, 2016, p. 25-26.

29  Fernando Bouza, « Servir de lejos. Imágenes y espacios del Cursus Honorum cortesano en la España de los Austrias », dans Fernando Bouza (dir.), Europa : proyecciones y percepciones históricas, Salamanque, Editorial Universidad de Salamanca, p. 74-76.

30  Cristóbal Benavente y Benavides, Advertencias para reyes…, op. cit., p. 129.

31  José Martínez Millán et Maria Antonietta Visceglia (dir.), La monarquía de Felipe III : la Casa del Rey, vol. II, Madrid, Fundación Mapfre-Instituto de Cultura, 2008.

32  Archivo General de Simancas (AGS), Estado (E), K-1431, nº 8, Consulta del Consejo de Estado sobre quién debe sustituir al duque de Monteleón. [Note de la traductrice M. Ghazali : La consulta était la réunion des membres d’un Conseil – quel qu’il fût, ici du Conseil d’État – pour traiter d’une affaire. Un compte-rendu, avec différentes propositions, était soumis ensuite au souverain, qui décidait ce qu’il fallait faire.]

33  José Martínez Millán et José Hortal Muñoz (dir.), La Corte de Felipe IV (1621-1665) : Reconfiguración de la Monarquía católica (T. I-Vol. I), Madrid, Polifemo, 2015, p. 462-463.

34  M. S Anderson, The Rise of Modern Diplomacy…, op. cit., p. 11.

35  Juan Antonio Vera y Zúñiga, El embajador, op. cit., p. 11.

36  Cristóbal Benavente y Benavides, Advertencias para reyes…, op. cit., p. 129-130.

37  M. Rivero Rodríguez, Diplomacia y relaciones exteriores en la Edad Moderna…, op. cit., p. 22.

38  Julio Mazarino, Breviario de los políticos. De los cuadernos de notas del cardenal Mazarino, Barcelone, Acantilado, 2011, p. 141, cité par E. Villalba, « De patria común a laberinto cortesano. Corte y privilegio en el Siglo de Oro », dans David García Hernán et Miguel Fernando Gómez Vozmediano (éd.), La cultura de la sangre…, op. cit., p. 173. [Jules Mazarin, Breviarum politicorum secundum rubricas Mazarinicas, traduction François Rosso, Bréviaire des politiciens, 1997.]

39  Cristóbal Benavente y Benavides, Advertencias para reyes…, op. cit., p. 219.

40  Juan Antonio Vera y Zúñiga, El embajador, op. cit., p. 125.

41  AGS, E, K-1665, nº 65, Sueldo del marqués de Mirabel por el cargo de embajador en Francia.

42  AGS, E, K-1665, nº 66, Sueldo extraordinario que se entrega al marqués de Mirabel.

43  AGS, E, K-1665, nº 62, Ayuda de costa al marqués de Mirabel.

44  Michel Devèze, L’Espagne de Philippe IV…, op. cit., p. 133.

45  AGS, E, K-1665, nº 63, Dotación para los gastos de la embajada de Francia.

46  AGS, E, K-1476, nº 92, Carta de Mirabel a Felipe III sobre las condiciones de su embajada.

47  Antonio Domínguez Ortiz, Instituciones y sociedad en la España de los Austrias, Barcelone, Ariel, 1985, p. 21.

48  Michel Devèze, L’Espagne de Philippe IV…, op. cit., p. 133.

49  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 156-158.

50  AGS, E, K-1665, nº 61, Merced de una encomienda al hijo del embajador.

51  Miguel Ángel Ochoa Brun, Historia de la diplomacia española. Vol. VII, La Edad Barroca, Madrid, Ministerio de Asuntos Exteriores, 1990, p. 346.

52  Manuel Rivero Rodríguez, Diplomacia y relaciones exteriores en la Edad Moderna…, op. cit., p. 22.

53  M. S. Anderson, The Rise of Modern Diplomacy…, op. cit., p. 42 ; Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 129.

54  AGS, E, K-1665, nº 55, La instrucción que ha de llevar el marqués de Mirabel.

55  AGS, E, K-1476, nº 92, Carta de Mirabel a Felipe III sobre las condiciones de su embajada.

56  Jean-François Dubost, « La reina de la paz. Conservación, concordia y arte de la diplomacia bajo la regencia de María de Médicis (1610-1614) », dans Bernardo García García, Manuel Herrero Sánchez et Alain Hugon (éd.), El arte de la prudencia. La Tregua de los Doce Años en la Europa de los Pacificadores, Madrid, Fundación Carlos de Amberes, 2012, p. 327-333.

57  AGS, E, K-1665, nº 56, Instrucción aparte al marqués de Mirabel para la embajada de Francia.

58  AGS, E, K-1665, nº 55, La instrucción que ha de llevar el marqués de Mirabel.

59  Jean-François Dubost et María José del Río Barredo, « La presencia extranjera en torno a Ana de Austria (1615-1666) », dans Chantal Grell (dir.), Ana de Austria. Infanta de España y reina de Francia, Madrid, Centro de Estudios Europa Hispánica, 2009, p. 114-119 ; Oliver Mallick, « Clients and friends : the ladies-in-waiting at the court of Anne of Austria (1615-66) », dans Nadine Akkerman et Birgit Houben, The politics of female households. Ladies-in-waiting across Early Modern Europe, Leiden et Boston, Brill, 2004, p. 233-244 ; Laura Oliván Santaliestra, « Retour souhaité ou expulsion réfléchie ? La maison espagnole d’Anne d’Autriche quitte Paris (1616-1622) », dans Giulia Calvi et Isabelle Chabot (éd.), Moving Elites : Women and Cultural Transfers in the European Court System, Fiesole, 2008, p. 23-27.

60  AGS, E, K-1431, nº 8, Consulta del Consejo de Estado sobre quién debe sustituir al duque de Monteleón.

61  Cristóbal Benavente y Benavides, Advertencias para reyes…, op. cit., p. 118-119.

62  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 161-162.

63  La diplomatie fait peu de place aux femmes à l’époque moderne, du moins dans la diplomatie directe, mais il y a des cas, tel que celui que nous exposons ici, dans lequel elles jouèrent un rôle fondamental. Quelques travaux ont étudié l’influence des femmes dans la diplomatie : Carmen María Fernández Nadal, « Damas, poder y diplomacia en el siglo XVII : Antonia de Luna, Luisa de Ayala y María Teresa Ronquillo », Dossiers Feministes, nº 15, 2011, p. 101-126 ; Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 161-164 ; Laura Oliván Santaliestra, « La condesa ya se ha vestido a la española y de incógnito ha ido a visitar a la reina : Johanna Theresia de Harrach, valida y embajadora de Mariana de Austria », dans Gloria Ángeles Franco Rubio et María Ángeles Pérez Samper (coord.), Herederas de Clío : mujeres que han impulsado la Historia, Madrid, Mergablum, 2014, p. 391-404.

64  AGS, E, K-1431, nº 8, Consulta del Consejo de Estado sobre quién debe sustituir al duque de Monteleón.

65  AGS, E, K-1431, nº 8, Consulta del Consejo de Estado sobre quién debe sustituir al duque de Monteleón. Dans un autre document, on affirme, de façon encore plus explicite, que le choix se porta sur lui car la marquise pourrait servir dans la Maison de la Reine. AGS, E, K-1431, nº 80.

66  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 162.

67  BNE, MSS/18428, f. 85r, Cartas del marqués de Mirabel.

68  Archivo Histórico Nacional (AHN), Estado (E), leg. 3457, nº 26, Instrucciones para la embajada de Hernando de Toledo.

69  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., p. 155-156.

70  José Martínez Millán et José Hortal Muñoz, La Corte de Felipe IV…, op. cit. ; José Martínez Millán et Maria Antonietta Visceglia (dir.), La monarquía de Felipe III : la Casa del Rey, vol. I, Madrid, Fundación Mapfre-Instituto de Cultura, 2008, p. 470-472.

71  Archivo General de Palacio (AGP), Sección Administrativa, leg. 939/20, p. 470, Real Orden del 18 de agosto de 1680.

72  Isabel Enciso Alonso-Muñumer, Linaje, poder y cultura. El Virreinato de Nápoles a comienzos del XVII. Pedro Fernández de Castro, VII conde de Lemos, thèse de doctorat, 2002, p. 154-155.

73  Diana Carrió-Invernizzi, « Royal and Viceregnal Art Patronage in Naples (1500-1800) », dans Tommaso Astarita (éd.), A Companion to Early Modern Naples, Leiden, Brill, 2013, p. 383-404 ; Diana Carrió-Invernizzi, « Diplomacia informal y cultura de las apariencias en la Italia española », dans Cristina Bravo Lozano et Roberto Quirós Rosado (éd.), En tierra de confluencias. Italia y la Monarquía de España, siglos XVI-XVIII, Valence, Albatros, 2013, p. 99-110 ; Carlos José Hernando Sánchez, « La cultura nobiliaria en el Virreinato de Nápoles durante el siglo XVI », Historia Social, nº 28, 1997, p. 95-112 ; Carlos José Hernando Sánchez, « Virrey, Corte y Monarquía. Itinerarios del poder en Nápoles bajo Felipe II », dans Luis Antonio Ribot García et Ernest Belenguer ­Cebrià (coord.), Las sociedades ibéricas y el mar a finales del siglo XVI, t. III, El área del Mediterráneo, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 1998, p. 343-390 ; Isabel Enciso Alonso-Muñumer, « Familia y poder : el ascenso y caída del VII conde de Lemos en la corte de Felipe III », Torre de los Lujanes, nº 66, 2010, p. 61-92 ; Valeria Manfrè et Margarita Martín Velasco, « La corte virreinal siciliana del IV duque de Uceda en Sicilia (1687-1696) », dans Cristina Bravo Lozano et Roberto Quirós Rosado (éd.), En tierra de confluencias…, op. cit., p. 61-79 ; Ana Minguito Palomares, « La política cultural del VIII conde de Oñate en Nápoles (1648-1653) », dans José Alcalá-Zamora et Ernest Belenguer (coord.), Calderón de la Barca y la España del Barroco, vol. I, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2001, p. 957-974.

74  Diana Carrió-Invernizzi, « Manuel de Lira, Spanish Ambassador to The Hague (1671-1678). The home of the ambassador and his role as agent of artists and art collectors », dans Diana Carrió-Invernizzi (dir.), Embajadores culturales. Trasferencias y lealtades de la diplomacia española de la Edad Moderna, Madrid, UNED, 2016, p. 205-236 ; Ernesto Oyarbide, « Embodying the portrait of the perfect ambassador : The First Count of Gondomar and the role of print culture and cultural literacy in Anglo-Spanish relations during the Jacobean period », dans Diana Carrió- Invernizzi (dir.), Embajadores culturales…, op. cit., p. 157-186 ; Bartolomé Yun Casalilla (dir.), Las redes del imperio : élites sociales en la articulación de la Monarquía Hispánica (1492-1714), Madrid, Marcial Pons, 2009.

75  David García Hernán, Humanismo y sociedad del Renacimiento, Madrid, Síntesis, 2017.

76  Alain Hugon, « Prólogo », dans Diana Carrió-Invernizzi (dir.), Embajadores culturales…, op. cit., p. 13-14.

77  AGS, E, K-1478, nº 42, Gastos de la embajada de Francia del 21 de septiembre de 1620 al 28 de febrero de 1621.

78  AGS, Cámara de Castilla, Cédula 0368, nº 529 et no 556, Cédula de paso del marqués de Mirabel. Ces autorisations de sortie, et pas uniquement les références en archive, c’est le docteur Alfredo Alvar qui me les a communiquées. Il s’agit de résultats du projet de recherche qu’il dirige au CSIC sur « Échanges culturels tangibles et intangibles aux xvie et xviie siècles » [réf. HAR2014-55233-P, « Intercambios culturales tangibles e intangibles (ss. XVI-XVII) »].

79  Bernardo García García, « Regalos diplomáticos y bienes suntuarios en la corte española (1580-1665) », dans Enrique García Santo-Tomás, Materia crítica : formas de ocio de consumo en la cultura áurea, Madrid, Iberoamericana, 2009, p. 245.

80  Alain Hugon, Au service du Roi Catholique…, op. cit., 2004, p. 282.

81  AGS, CCA, ced. 0368, nº 561, Cédula de paso del marqués de Mirabel.

82  Bartolomé Yun Casalilla, « Mal avenidos, pero juntos. Corona y oligarquías urbanas en Castilla en el siglo XVI », dans Bartolomé Bennassar et al., Vivir en el Siglo de Oro. Poder, cultura e historia en la época moderna. Estudios en homenaje al profesor Ángel Rodríguez Sánchez, Salamanque, Ediciones Universidad de Salamanca, 2003, p. 71.

83  Enrique Soria Mesa, La nobleza en la España moderna…, op. cit., p. 213.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Álvaro Bueno Blanco, « Noblesse et diplomatie dans la Monarchie Hispanique. Le marquis de Mirabel, ambassadeur à la cour de Louis XIII (1620-1632) », Cahiers de la Méditerranée, 97/2 | 2018, 229-242.

Référence électronique

Álvaro Bueno Blanco, « Noblesse et diplomatie dans la Monarchie Hispanique. Le marquis de Mirabel, ambassadeur à la cour de Louis XIII (1620-1632) », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 97/2 | 2018, mis en ligne le 18 juin 2019, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/12184

Haut de page

Auteur

Álvaro Bueno Blanco

Álvaro Bueno Blanco a fait des études d’histoire à l’Université La Complutense de Madrid (licence, puis master d’histoire moderne sur La Monarquía Hispánica). Il est actuellement doctorant à l’université Carlos III de Madrid et fait une thèse sous la direction du professeur David García Hernán. Il a réalisé différents travaux sur la diplomatie à l’époque Moderne, et plus précisément sur l’ambassade du marquis de Mirabel en France. Il poursuit ses recherches sur la noblesse en Espagne à l’époque moderne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals