Navigation – Plan du site

AccueilNuméros101Mythe des origines et réalités (g...L’Institut d’études romaines et l...

Mythe des origines et réalités (géo)politiques : la Mostra Augustea della Romanità (1937-1938)

L’Institut d’études romaines et le mythe d’Auguste en 1937

The Istituto di Studi Romani and the myth of Augustus in 1937
Donatello Aramini
Traduction de Laura Fournier-Finocchiaro
p. 37-57

Résumés

L’article analyse le mythe d’Auguste développé par les initiatives de l’Institut d’études romaines. À partir de l’analyse de la manière dont la culture italienne, influencée par les études allemandes, a longtemps privilégié le mythe de César, l’article met en évidence comment la redécouverte de l’œuvre du premier empereur romain a coïncidé avec la conquête fasciste de l’Éthiopie. Il examine ainsi les nombreuses initiatives lancées lors du deux millième anniversaire de la naissance d’Auguste et les insérer dans le mythe plus large de la romanité. Dans l’exaltation d’Auguste, l’auteur identifie la prise de forme d’une direction idéologique claire et précise qui reflète le mythe plus général de la romanité répandu par l’Institut d’études romaines. Par un parallélisme continu entre Auguste et Mussolini, et entre la Principauté et le régime fasciste, il voulait donner forme à une idée du fascisme conçue comme une révolution conservatrice. Il s’agit d’une interprétation qui cherchait à façonner une synthèse entre les cultures fasciste, nationaliste et catholique et à promouvoir la rencontre, le choc, l’osmose et l’influence mutuelle entre deux phénomènes typiquement modernes, celui de la sacralisation de la politique et celui de la politisation et idéologisation du religieux, en espérant, surtout après le rapprochement avec l’Allemagne nazie, orienter le fascisme vers un modèle de régime capable, à travers le mythe de la Rome impériale et chrétienne, et se mettre à la tête d’un nouvel ordre civil chrétien européen.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Plan

Un mythe dans l’ombre de César
Un modèle pour la « révolution restauratrice »
Le crépuscule de la Rome impériale et l’aube d’un nouvel ordre chrétien

Aperçu du texte

Un mythe dans l’ombre de César

Il pensiero e, talvolta, addirittura il fantasma di Roma, mi seguono in ogni momento della mia vita di soldato. […] Tutto quello che, nel falso intellettualismo critico dell’adolescenza ambiziosa di novità, mi parve retorica, sento, oggi, nella mia maturità, essere verità concreta : si combatte per Roma, si può combattere per Roma, si deve combattere per Roma. […] L’italianità è in Roma ; ma in Roma, tu intendi, che è già molto più della Capitale : è mito, è somma di principi universali, è forza, che non piegherà, umiliandolo, ma ordinerà, innalzandolo, il mondo. […] Tra le molte cose belle e nobili, che si fanno, in quest’ora solenne, per l’affermazione dei nostri diritti, l’opera dell’Istituto appare a me […] una delle più utili […] delle più pratiche. Rimettere l’idea di Roma tra le idee correnti dell’uomo contemporaneo, italiano e straniero, significa lavorare implicitamente per l’espansione italiana nel mondo.

En 1936, quelques semaines avant de dev...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Donatello Aramini, « L’Institut d’études romaines et le mythe d’Auguste en 1937 », Cahiers de la Méditerranée, 101 | 2020, 37-57.

Référence électronique

Donatello Aramini, « L’Institut d’études romaines et le mythe d’Auguste en 1937 », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 101 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/13628 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.13628

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search