Navigation – Plan du site

AccueilNuméros101Mythe des origines et réalités (g...Impérialisme romain et fascisme, ...

Mythe des origines et réalités (géo)politiques : la Mostra Augustea della Romanità (1937-1938)

Impérialisme romain et fascisme, entre adhésion idéologique et opposition à la construction d’un mythe. L’Istituto di Studi Romani et la critique augustéenne

Jan Nelis
Traduction de Jean-Philippe Bareil
p. 59-70

Résumés

Cet article examine le rôle de l’Istituto di Studi Romani dans les années précédant le bimillénaire d’Auguste de 1937-1938 en confrontant les activités de l’Istituto, qui répondait pleinement aux exigences idéologiques du régime fasciste, avec un cas rare d’opposition à la propagande autour de la figure d’Octavien-Auguste, celui d’Ettore Ciccotti. L’article montre comment, dans un climat d’intérêt croissant pour la supposée grandeur du passé romain, il y eut de moins en moins de place pour des voix « discordantes » qui, même si elles n’étaient pas totalement ignorées, étaient souvent qualifiées de secondaires ou « passéistes », voire subversives, conséquence directe du climat toujours plus restrictif et réactionnaire dans lequel les mondes académique et culturel se trouvaient pendant le ventennio fascista.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Aperçu du texte

Cet article examine brièvement le rôle de l’Istituto di Studi Romani dans les années précédant le bimillénaire d’Auguste de 1937-1938 en confrontant les activités de l’Istituto, qui répondait pleinement aux exigences idéologiques du régime fasciste, avec un cas rare d’opposition à la propagande autour de la figure d’Octavien-Auguste. Il montre comment, dans un climat d’intérêt croissant pour la supposée grandeur du passé romain impérial (et en partie aussi tardo-républicain), il y eut de moins en moins de place pour des voix « discordantes » qui, même si elles n’étaient pas totalement ignorées, étaient souvent qualifiées de secondaires ou « passéistes », voire de subversives, conséquence directe du climat toujours plus restrictif et réactionnaire dans lequel les mondes académique et culturel se trouvaient pendant le Ventennio fascista .

À part les nombreuses publications de l’Istituto di Studi Romani (revue Roma, monographies et actes de conférences…), une source indispensable pour l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jan Nelis, « Impérialisme romain et fascisme, entre adhésion idéologique et opposition à la construction d’un mythe. L’Istituto di Studi Romani et la critique augustéenne », Cahiers de la Méditerranée, 101 | 2020, 59-70.

Référence électronique

Jan Nelis, « Impérialisme romain et fascisme, entre adhésion idéologique et opposition à la construction d’un mythe. L’Istituto di Studi Romani et la critique augustéenne », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 101 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/13659 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.13659

Haut de page

Auteur

Jan Nelis

Jan Nelis est titulaire d’un doctorat sur la romanité fasciste (langues et lettres classiques, Université de Gand, 2006). Il a aussi travaillé sur la réception de l’Antiquité sous le nazisme, sur la relation entre fascisme et catholicisme (Italie-Europe), et sur le thème de la religion et de la laïcité en Europe (xxie siècle). Il est actuellement chercheur à la Fondation de la Mémoire contemporaine (CIERL-ULB).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search