Navigation – Plan du site

AccueilNuméros101Mythe des origines et réalités (g...Réceptions françaises de la Mostr...

Mythe des origines et réalités (géo)politiques : la Mostra Augustea della Romanità (1937-1938)

Réceptions françaises de la Mostra Augustea della Romanità

The French reception of the Mostra Augustea della Romanità
Jérémy Guedj
p. 115-127

Résumés

La Mostra s’ouvrit à une époque où les relations franco-italiennes se distendaient de manière inédite. Diplomatiquement parlant, France et Italie avaient rompu toute discussion ; leurs échanges ne traduisaient que malentendu et méfiance. Qu’en était-il culturellement ? Le temps de la culture ne suit d’ordinaire pas celui de la politique. Les réceptions françaises de la Mostra le confirment : les observateurs, souvent spécialistes de l’Antiquité, délaissaient en fait le présent pour se plonger dans le passé. Au point d’oublier – volontairement ou non – les enjeux si politiques de l’Exposition augustéenne.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Plan

1937, année charnière dans les relations franco-italiennes
Un événement historique et culturel
Une présence aveuglante de la politique

Aperçu du texte

Dans la Rome ancienne, aux jeux du cirque, l’Empereur, penché sur le rebord de sa loge, ordonnait d’un mouvement du doigt la mise à mort des gladiateurs ou des martyrs. Après vingt siècles de distance, on assiste au même spectacle. Mussolini, penché sur l’Europe, abaissera-t-il le pouce pour ordonner la mort ou le lèvera-t-il pour faire grâce.

C’est en ces termes que, dans les colonnes du Populaire, Léon Blum, dix jours avant l’invasion de l’Éthiopie, décrivait la situation géopolitique d’une Europe vouée aux caprices expansionnistes du fascisme, à l’heure de ce qu’il est convenu d’appeler la montée des périls. On sait combien les contemporains désireux de s’opposer politiquement à la « sœur latine » puisèrent dans leur fonds de culture classique, en détournant l’opérateur de légitimité que constituait la romanité pour l’Italie fasciste. Si bien qu’ils usèrent et abusèrent de la comparaison avec l’Antiquité, penchant qu’ils partageaient d’ailleurs avec leur ennemi politique. Image co...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémy Guedj, « Réceptions françaises de la Mostra Augustea della Romanità », Cahiers de la Méditerranée, 101 | 2020, 115-127.

Référence électronique

Jérémy Guedj, « Réceptions françaises de la Mostra Augustea della Romanità », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 101 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/13818 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.13818

Haut de page

Auteur

Jérémy Guedj

Jérémy Guedj est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Côte-d’Azur, membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC). Ses recherches portent principalement sur l’histoire des minorités en France et en Méditerranée : il y a notamment consacré sa thèse, Gouverner ou choisir. La IVe République et l’immigration (Nice, 2015), en cours de publication, et un ouvrage, co-dirigé avec Anne-Laure Zwilling, Réalité(s) du communautarisme religieux en France (CNRS Éditions, 2020). Sur le fascisme, il a entre autres publié : Le Miroir des désillusions. Les Juifs de France et l’Italie fasciste (1922-1939) (Classiques Garnier, 2011) et, en co-direction avec Barbara Meazzi, « La culture fasciste entre latinité et méditerranéité (1880-1940) », Cahiers de la Méditerranée, no 95, décembre 2017.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search