Navigation – Plan du site

AccueilNuméros101Mythe des origines et réalités (g...Romani di razza, la romanité dans...

Mythe des origines et réalités (géo)politiques : la Mostra Augustea della Romanità (1937-1938)

Romani di razza, la romanité dans l’iconographie fasciste et raciste après 1938

Romani di razza, romanity in fascist and racist iconography after 1938
Antonella Mauri
p. 129-153

Résumés

Le fascisme a toujours revendiqué ses liens avec l’Empire romain. Après 1938, l’idéologie romanisante est mise au service du discours raciste, et Auguste devient le symbole du triomphe de l’Empire et d’une appartenance raciale : le sang des Romains coulerait encore, tel qu’il l’était à l’époque impériale, dans les veines des Italiens. Maints historiens soulignent qu’Auguste avait sauvé la « race latine » en refusant la citoyenneté aux provinciaux et les métissages. On revendique la pureté de sang et la ressemblance morale et physique de l’Italie fasciste avec la Rome d’Auguste. L’empereur devient le symbole de la beauté classique, de la dignité et de l’élégance. On voit apparaître de plus en plus d’images où l’on compare la physionomie « typiquement italienne », répondant aux canons fascistes, à celle des statues de la Rome d’Auguste, pour en souligner les affinités. On analyse ici un choix d’images et d’articles traitant ce sujet, devenu un thème incontournable du dernier fascisme.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Aperçu du texte

Le parti fasciste a toujours revendiqué des liens idéaux avec l’Empire romain, et cela pour des raisons assez évidentes : chercher ses racines dans le glorieux passé impérial était logique dans un pays jeune, ayant connu un morcellement frôlant parfois l’atomisation pendant les longs siècles qui séparent la chute de l’Empire romain d’Occident en 476 et l’Unité d’Italie en 1861. Revenir aux fastes impériaux permettait au fascisme de se forger une mythologie des origines tout en s’éloignant de l’idéologie libérale du Risorgimento, sans pour autant s’écarter complètement des idéaux des pères fondateurs de l’Italie. Rome et la latinité sont au centre du discours mussolinien : cette ville représente en même temps le cœur de l’antiquité païenne et celui du monde chrétien, la gloire du passé et celle du futur, la capitale de l’Italie et la ville de la Marcia su Roma qui a permis à Mussolini d’arriver au pouvoir. Tout cela charge son image d’un puissant symbolisme, et très vite la fête nati...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonella Mauri, « Romani di razza, la romanité dans l’iconographie fasciste et raciste après 1938 », Cahiers de la Méditerranée, 101 | 2020, 129-153.

Référence électronique

Antonella Mauri, « Romani di razza, la romanité dans l’iconographie fasciste et raciste après 1938 », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 101 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/13829 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.13829

Haut de page

Auteur

Antonella Mauri

Antonella Mauri est titulaire d’un doctorat en Études Italiennes portant sur L’image de l’Autre dans la littérature italienne exotique et coloniale de 1919 à 1935 (Paris 3-Sorbonne Nouvelle 2006). Elle est Maître de Conférences à l’UFR des LEA de l’Université de Lille et membre du CAER (Centre Aixois d’Études Romanes, EA 854). Ses recherches concernent la représentation de Soi et de l’Autre, l’image et l’iconologie, l’histoire des idées identitaires et de la femme en Italie au xxe siècle, la littérature et les récits de voyage, la traductologie et la sociolinguistique.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search