Navigation – Plan du site

AccueilNuméros101Mythe des origines et réalités (g...Italo Bertoglio et l’art moyen. S...

Mythe des origines et réalités (géo)politiques : la Mostra Augustea della Romanità (1937-1938)

Italo Bertoglio et l’art moyen. Sur quelques photographies des expositions fascistes (1932-1937)

Italo Bertoglio and “middle-brow art”. Photographs from the Fascist exhibitions (1932-1937)
Barbara Meazzi
p. 155-168

Résumés

Le numéro d’octobre 1937 de La Rivista illustrata del « Popolo d’Italia » contient cinq pages d’illustrations de l’inauguration de la Mostra augustea della romanità. Le choix et le nombre assez réduit des images s’explique sans doute par le fait que l’actualité de la publication est constituée par le voyage de Mussolini en Allemagne. La revue propose un choix d’images légèrement retravaillées. La photographie doit servir le régime, qu’elle soit pratiquée par des professionnels, des photojournalistes en l’occurrence travaillant au service du régime, ou qu’elle soit pratiquée par des photographes amateurs. Parmi ces photographes amateurs, nous avons choisi de travailler sur Italo Bertoglio, un ingénieur turinois partagé entre la construction d’ouvrages de toute sorte (des centrales électriques et téléphoniques, principalement) et la pratique photographique. Ses archives, conservées au Museo nazionale del cinema - Fondazione Maria Adriana Prolo de Turin, contiennent environ trois mille images, des clichés photographiques réalisés essentiellement dans les années trente et dont une partie – exiguë et néanmoins singulière – concerne le régime fasciste et en contient les traces. Ce sont bien ces signes, ces empreintes et ces emprunts du climat politique ambiant qui nous intéressent dans l’œuvre photographique de Bertoglio, et que nous avons analysés dans notre travail.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Aperçu du texte

Le numéro d’octobre 1937 de La Rivista illustrata del « Popolo d’Italia » contient cinq pages d’illustrations de l’inauguration de la Mostra Augustea della Romanità. Le choix et le nombre assez réduit d’images est pour le moins curieux, étant donné que le directeur de la publication, Manlio Morgagni, un ami proche du Duce, est à la tête de l’agence de presse Stefani, et a fait de la communication politique – comme on dirait aujourd’hui – son métier : il devrait y en avoir davantage, s’agissant d’un événement majeur. En dehors de l’image de l’entrée de l’exposition (fig. 1) et de la photo où Mussolini est peu visible (fig. 2), sans doute parce qu’il est en passe de se transfigurer en Auguste (deux photos de la statue sont juxtaposées à celle du Duce), le reportage ne contient toutefois que quatre autres illustrations, des statues assez anodines ; une dizaine de pages plus loin, la revue publie une photo de la réouverture de la Mostra della rivoluzione fascista à Valle Giulia (fig. 3)...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Meazzi, « Italo Bertoglio et l’art moyen. Sur quelques photographies des expositions fascistes (1932-1937) », Cahiers de la Méditerranée, 101 | 2020, 155-168.

Référence électronique

Barbara Meazzi, « Italo Bertoglio et l’art moyen. Sur quelques photographies des expositions fascistes (1932-1937) », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 101 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/13838 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.13838

Haut de page

Auteur

Barbara Meazzi

Barbara Meazzi enseigne la littérature et la civilisation italiennes à l’Université Côte d’Azur à Nice. Elle s’occupe du futurisme et a notamment travaillé sur la réception du futurisme en France. Parmi ses publications : Le Futurisme entre l’Italie et la France - 1909-1919 (Éditions de l’Université Savoie Mont Blanc, 2010), et la direction de la correspondance Soffici-Hélène d’Œttingen et Serge Férat (L’Âge d’Homme, 2013). Avec Jérémy Guedj, elle a dirigé le dossier La culture fasciste entre latinité et méditerranéité, paru dans le numéro 95 des Cahiers de la Méditerranée; avec Manuela Bertone, elle a dirigé le numéro 97/1 des Cahiers de la Méditerranée consacré à L’autre front / Il fronte interno. Art, culture et propagande dans les villes italiennes de l’arrière (1915-1918). Elle a traduit Cento novelle in tre righe de Félix Fénéon (Babbomorto editore, 2020).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search