Navigation – Plan du site

AccueilNuméros101Notes et travaux de recherchesLe double jeu de Florence dans se...

Notes et travaux de recherches

Le double jeu de Florence dans ses rapports avec l’Orient ottoman après le concile de 1439

Florence double dealings with the Ottoman empire after the 1439 council
Sophie Salviati
p. 171-184

Résumés

Le concile de Florence, en 1439, avait présenté la ville des Médicis comme « rempart de la chrétienté » : avec l’unification nécessaire et urgente des Églises latine et grecque, un bloc chrétien semblait se dégager dans la lutte contre les Infidèles ; la déferlante ottomane semble alors ralentie par des décisions communes entre états occidentaux. Mais bientôt Florence elle-même, qui entretient un rapport lucratif avec la Sublime Porte, par le biais de ses marchands, ses financiers et ses espions, n’entend pas renoncer à ses avantages. La Ville et ses gouvernants défendent âprement leurs privilèges contre les revendications de Venise ou Gênes, ces puissances qui règnent jalousement sur les possessions occidentales en Méditerranée. Florence joue donc un double jeu dans ses relations avec le Turc : celle qui s’était érigée en gardienne de l’Église romaine et des états latins voit désormais son avenir à l’Orient.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2021.

Aperçu du texte

Au milieu du xve siècle, à Florence, la notion de « rempart de la chrétienté » est toujours d’actualité : la ville retentit encore des projets de croisade défensive propagés par le cardinal Bessarion auprès des cours d’Italie et illustrés par Piero della Francesca dans sa Flagellation, et le concile de 1439 doit la réalisation de l’union entre Grecs et Latins en grande partie à l’urgence de former une coalition contre les Ottomans. Cependant, cette idée de « bloc occidental » évolue car il y a en jeu beaucoup d’intérêts financiers en Méditerranée. Les États comme Florence, Venise ou Gênes tiennent donc un double discours auprès de la Porte, renvoyant toujours l’unification et la croisade au lendemain, tandis que leurs comptoirs tournent à plein et enrichissent marchands et patriciens.

Lorsque Florence conquiert un port en prenant Pise en 1406, on assiste au développement de son commerce avec le Levant puis, rapidement, la ville se trouve en concurrence avec Venise. Les Florentins qui...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Salviati, « Le double jeu de Florence dans ses rapports avec l’Orient ottoman après le concile de 1439 », Cahiers de la Méditerranée, 101 | 2020, 171-184.

Référence électronique

Sophie Salviati, « Le double jeu de Florence dans ses rapports avec l’Orient ottoman après le concile de 1439 », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 101 | 2020, mis en ligne le 15 juillet 2021, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/13915 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.13915

Haut de page

Auteur

Sophie Salviati

Sophie Salviati est professeur agrégé d’italien, docteur en Littérature et civilisation italiennes et chercheuse associée au CMMC. Elle a rédigé une thèse portant sur la politique orientale des premiers Médicis (1434-1492). Ses domaines de recherches concernent le syncrétisme, la diplomatie et les échanges en Méditerranée au xve siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search