Navigation – Plan du site

AccueilNuméros102Comptes-rendusCarmine Pinto, La guerra per il M...

Comptes-rendus

Carmine Pinto, La guerra per il Mezzogiorno. Italiani, borbonici e briganti 1860-1870, Rome-Bari, Laterza, 2019, 510 p.

Pierre-Marie Delpu
p. 209-210

Texte intégral

1Dans une large partie Sud de l’Italie, l’histoire de la construction de l’État italien à partir de 1860 a suscité d’importantes polémiques qui ont opposé partisans et adversaires de l’unification et ont acquis une visibilité médiatique au moment des célébrations du cent-cinquantenaire de l’Unité en 2011. Dans ce contexte marqué par des réécritures idéologiques de l’histoire, qui envisagent le processus unitaire en termes de « vainqueurs » et de « vaincus », les voies d’intégration de l’ancien royaume des Deux-Siciles au nouvel État italien ont suscité un intérêt renouvelé de la part des historiens spécialistes, qui se sont attachés à réévaluer ce processus en tant que transition politique. C’est dans cette perspective que se situe le livre de Carmine Pinto, consacré aux conflictualités sociales et politiques qui ont accompagné cette évolution tout au long des années 1860. En croisant la documentation administrative, policière, judiciaire et militaire – les archives provinciales sud-italiennes ont particulièrement retenu l’attention de l’auteur – avec la production publiée de l’époque, Carmine Pinto s’attache à montrer que la première guerre italienne s’est jouée dans le Sud de la péninsule, autour d’enjeux de contrôle social et de maintien de l’ordre, dans un espace qui s’est pourtant montré très majoritairement favorable à son annexion au nouvel État italien. Le plan du livre éclaire les dimensions multiples de cette évolution, entre transition d’État et de régime, conflit civil et pratiques de maintien de l’ordre qui continuent d’être perçues, par une mémoire locale rémanente, comme un processus de domination coloniale. Les cinq premiers chapitres suivent le déroulé de la transition politique, particulièrement dans les deux premières années de son existence, pour montrer comment les actions menées par l’État italien et la contre-offensive conduite par ses adversaires méridionaux se suivent et se répondent. Les quatre chapitres suivants s’attachent à restituer les structures du conflit, pour comprendre les représentations dont il est l’objet et les significations multiples que lui ont données les partisans et les adversaires de l’unification.

2L’un des problèmes principaux que ce livre soulève est la difficile imposition du nouvel État italien dans ses provinces les plus méridionales. Il montre la difficile confrontation de la couronne déclinante des Bourbons de Naples, souveraine jusqu’en 1860, avec la structure bureaucratisée du Royaume d’Italie. Par-delà ces différences de fonctionnement et de dynastie, Carmine Pinto voit dans la continuité de l’idée monarchique l’un des principaux moyens mobilisés par l’État unitaire pour assurer le gouvernement des masses méridionales. À ce titre, la guerre menée par les Italiens – expression que l’auteur emploie pour désigner les partisans de l’unification – est d’abord un conflit de maintien de l’ordre, discuté à la Chambre des députés, facilité par le voyage du roi d’Italie Victor-Emmanuel II à Naples en 1862. Contre cet effort, l’ancienne couronne de Naples s’est repliée dans l’État pontifical où elle a constitué un royaume parallèle depuis l’exil, autour du roi François II, en s’appuyant sur la haute noblesse napolitaine et sur le haut-clergé du royaume. À ce titre, la couronne napolitaine en exil est très tôt devenue une autorité politique et morale pour les contre-révolutionnaires européens, au point qu’elle a acquis d’importants soutiens de la part de légitimistes français et espagnols qui lui ont fourni des volontaires armés, parmi lesquels le Vendéen Cathelineau et le carliste Borjes qui ont appuyé les combattants pro-bourboniens sur le terrain méridional.

3Carmine Pinto interroge aussi et surtout les liens entre l’État bourbonien et le « Grand Brigandage », posant par là même la question du sens à donner à ce mouvement, entre criminalité ordinaire et résistance politique. En observant avec attention le déploiement des mobilisations dans les provinces où elles ont été les plus efficaces, particulièrement en Basilicate, l’auteur montre la force symbolique du brigandage, qui a fourni au bourbonisme une image de la résistance. Il décrit les voies diverses de la mobilisation des brigands, entre fidélité au roi, ferveur religieuse et réseaux de rétribution de l’engagement, constitués à l’échelle locale. Mais, l’auteur le montre, le mouvement a pâti des soutiens distants qu’il a reçus des notables et des officiers bourboniens établis à Rome, ainsi que de la difficile structuration des bataillons. Il décrit les juntes locales constituées dès 1860 pour permettre l’extension du mouvement, puis les comités bourboniens développés à partir de 1863 à l’échelle des provinces.

4Enfin, dans la continuité de ses travaux antérieurs, l’auteur observe la construction de patriotismes opposés qui permettent, dans un sens comme dans l’autre, de justifier et d’entretenir le conflit. À rebours de l’historiographie traditionnelle, qui a identifié le patriotisme à l’attachement à l’État-nation italien, Carmine Pinto s’attache à déconstruire les discours portés par l’un et l’autre des deux camps, qui se stigmatisent l’un l’autre et se dotent chacun de héros et de martyrs. Il montre les stratégies de délégitimation de l’adversaire portées à la fois par les Italiens et par les bourboniens, tout en étudiant les relais qu’elles trouvent dans le secours aux victimes. La commission mise sur pied par l’État italien à partir de 1862 pour soutenir les victimes du brigandage constitue un rouage majeur de ce dispositif, qui facilite l’identification et le soutien des civils au Royaume d’Italie. Par l’intérêt qu’il porte aux logiques d’acteurs, à la fois partisans et adversaires de l’unification, Carmine Pinto livre ainsi une histoire à parts égales de la guerre italo-bourbonienne. Il fournit donc une contribution d’importance à l’histoire du Risorgimento et, plus largement, à celle des conflictualités socio-politiques qui ont marqué le xixe siècle européen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Marie Delpu, « Carmine Pinto, La guerra per il Mezzogiorno. Italiani, borbonici e briganti 1860-1870, Rome-Bari, Laterza, 2019, 510 p. », Cahiers de la Méditerranée, 102 | 2021, 209-210.

Référence électronique

Pierre-Marie Delpu, « Carmine Pinto, La guerra per il Mezzogiorno. Italiani, borbonici e briganti 1860-1870, Rome-Bari, Laterza, 2019, 510 p. », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 102 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/14269 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.14269

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search