Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103Dossier : Ecrire la Méditerranée....Introduction. (Ré)écrire la Médit...

Dossier : Ecrire la Méditerranée. Perspectives historiographiques

Introduction. (Ré)écrire la Méditerranée : un bilan et quelques enjeux

Jérémy Guedj
p. 9-13

Texte intégral

  • 1 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II [1949], t. I (...)

Nous ne saurons donc pas sans peine quel personnage historique peut être la Méditerranée. […] je crois que tous les problèmes que pose la Méditerranée sont d’une richesse humaine exceptionnelle, qu’ils intéressent par suite les historiens et les non historiens. Je pense même qu’ils portent leurs lumières jusqu’au temps présent, qu’ils ne sont pas dépourvus de cette « utilité » au sens strict, que Nietzsche exigeait de l’histoire elle-même. […] La Méditerranée ne nous aurait-elle obligé qu’à sortir de nos habitudes qu’elle nous aurait déjà rendu service1.

  • 2 Barbara Meazzi et Jean-Paul Pellegrinetti (dir.), « La Méditerranée en partage. 50 ans de recherc (...)

1En 2020, les Cahiers de la Méditerranée ont fêté leur cinquantième anniversaire. Le contexte, alors, n’était guère propice aux réjouissances. La sidération face à l’inédit – de mémoire d’homme en tout cas – et les temps de confinement bouleversèrent, entre autres, la vie universitaire et éditoriale. Malgré tout, nous avions à cœur de souligner l’importance de ce tournant en proposant à nos lecteurs de découvrir ou redécouvrir certains articles qui, depuis 1970, avaient compté au sein des domaines de prédilection d’une revue qui a paru sans interruption depuis sa naissance2. Pour autant, il ne s’agissait pas de prêter le flanc à l’autocélébration car cinquante ans, c’est aussi l’âge des défis ! Relire les collections des Cahiers avec une satisfaction, certes légitime, ne pouvait suffire et il fallait aussi regarder vers l’avenir. Plutôt que de proposer un numéro programmatique qui n’aurait sans doute pas manqué de souffle mais aurait pu différer le temps des réalisations effectives, l’idée d’un bilan historiographique de vaste ampleur s’est rapidement imposée. Et tout bilan porte en lui une part significative de perspectives d’avenir, ne serait-ce que face à l’immensité de ce qui reste encore à explorer, dans des champs déjà balisés ou à peine défrichés. C’est le fruit de cette démarche que propose le présent numéro.

La Méditerranée par l’historiographie

2Historiographie. Le terme apparaît en réalité plus pratique que fidèle à l’objet de ce numéro, car les Cahiers de la Méditerranée se sont signalés très tôt par leur ancrage pluridisciplinaire. La revue n’a d’ailleurs jamais cherché à faire école ni n’a donné dans les querelles de chapelles scientifiques qui n’épargnent aucune discipline. Le seul mot d’ordre a résidé dans la défense d’une Méditerranée résolument ouverte et plurielle, abordée par tous les prismes de la connaissance. Qu’il suffise, pour s’en convaincre, de parcourir la table des matières de nos cent livraisons. Dans le deuxième numéro de la revue, alors que les Cahiers se pensaient encore comme un bulletin – on mesurera le chemin parcouru depuis ! – André Nouschi, fondateur de la revue, affichait un objectif qui semble toujours d’actualité :

  • 3 André Nouschi, « Avant-propos », Cahiers de la Méditerranée, no 2, juin 1971, p. 3.

[…] nous souhaiterions que ce bulletin réalise la liaison scientifique entre le Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine et les centres et chercheurs dispersés ici et là. […] Le bulletin […] facilitera […] la liaison entre chercheurs « Méditerranéens » – entendons par là ceux que préoccupent les problèmes propres à la Méditerranée et aux pays riverains3.

3Revue portée par le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine et nourrie par ses membres, les Cahiers de la Méditerranée accueillent les études de chercheurs de tous horizons et se veulent un espace de dialogue scientifique. Il faudra d’ailleurs, un jour, lors d’un prochain anniversaire peut-être, faire l’histoire de la manière dont la revue a contribué à construire l’objet méditerranéen. Les articles rassemblés dans les pages qui suivent accordent d’ailleurs, dans leur panorama historiographique, une place de choix aux textes publiés dans les Cahiers.

  • 4 C’est notamment la perspective proposée par Peregrine Horden et Nicholas Purcell, The Corrupting (...)

4Pour ce numéro, les auteurs n’avaient d’autre commande que l’approche historiographique. Chacune et chacun a donc eu toute latitude pour proposer l’objet de son choix, puisqu’il paraissait évident qu’aucune exhaustivité n’était envisageable – ni souhaitable. On retrouvera donc des textes sur la construction d’objets d’histoire méditerranéenne ou de la Méditerranée, à commencer par l’ « invention » de cet espace, ici présentée sous l’œil de la littérature (Véronique Mérieux). De grands moments de cette histoire au long cours sont relus au prisme de la production scientifique : la Grande Guerre (Jean-Paul Pellegrinetti), la période fasciste, si liée aux destinées méditerranéennes (Olivier Forlin) ou la Guerre froide (Nicolas Badalassi). Certains objets sont également questionnés dans le contexte méditerranéen, comme les épidémies (Benoît Pouget), la révolution industrielle (Arnaud Bartolomei) et se pose même, parfois, la question si importante de la fécondité de l’échelle méditerranéenne, comme à propos des Lumières (Pierre-Yves Beaurepaire). Un tel dossier ne pouvait faire l’économie d’une réflexion sur la territorialité de la Méditerranée et ses éventuelles spécificités : comment, en effet, saisir la Méditerranée à l’heure des histoires globale et connectée (Silvia Marzagalli) ? Les comparaisons atlantiques sont précieuses en l’espèce (Antonio Trampus). Se pose également l’enjeu de l’unité et de la diversité méditerranéennes, débat épineux sur lequel nous reviendrons : car l’histoire de la Méditerranée est celle d’un espace cohérent toutefois marqué par des frontières internes, dont le poids varie suivant les époques, mais qui constituent une donnée incontournable (Anne Brogini), tout autant que, d’un autre côté, le poids des rencontres ; le cosmopolitisme (Marie-Carmen Smyrnelis) et les migrations (Jérémy Guedj) appartiennent en plein au répertoire des études méditerranéennes, mais leur compréhension a progressé, au fil des recherches et de l’évolution récente de cet espace, qui n’est pas sans modifier notre regard. L’histoire de la Méditerranée étant autant celle de sa globalité que de ses différents espaces internes ou « micro-régions »4, plusieurs articles resserrent la focale et proposent des éclairages sur la Méditerranée orientale (Mathieu Grenet), le prolongement adriatique (Barbara Meazzi), la Corse (Joseph Martinetti) – et l’on sait le rôle crucial des îles dans l’édifice méditerranéen – la Provence (Jean-Marie Guillon) et le Maghreb contemporain (Pierre Vermeren). Le résultat permet une vue emboîtée de problématiques et d’enjeux qui, souvent, se font écho, d’un article à l’autre. Le lecteur ne sera d’ailleurs pas long à remarquer que diverses approches et traditions, rendues possibles par la variété des auteurs, travaillent ce numéro, qui offre des perspectives de débats et de discussions.

Les enjeux du renouvellement d’une « area study » : l’ombre portée braudélienne

  • 5 Brigitte Marin, « Historiographie », dans Maryline Crivello, Dionigi Albera et Mohamed Tozy (dir. (...)

5Dans une belle mise au point sur l’historiographie de la Méditerranée, Brigitte Marin souligne que l’œuvre de Braudel est considérée de longue date comme un « programme de travail »5. Quand bien même des études souhaiteraient prendre leurs distances par rapport aux hypothèses et pistes si nombreuses élaborées par Fernand Braudel, elles se déterminent toujours par rapport à ce massif – d’où l’exergue braudélien choisi en tête de ce numéro. Preuve en est, l’objectif de notre entreprise collective ne consistait en rien à questionner la portée des paradigmes braudéliens, mais l’enjeu se posa naturellement, directement ou non, dans plusieurs textes. Ceux-ci ne convergent d’ailleurs pas vers une position unanime, signe d’un questionnement en plein bouillonnement.

  • 6 Voir Dionigi Albera, Christian Bromberger et Anton Blok (dir.), L’anthropologie de la Méditerrané (...)
  • 7 Claudia Moatti, « Introduction », dans id. (dir.), La Méditerranée introuvable. Relectures et pro (...)

6Or, en plus des travaux cités de Peregrine Horden, Nicholas Purcell et David Abulafia, des chercheuses et chercheurs ont pris leurs distances avec le modèle braudélien, de la remise en question de certaines conclusions à l’accusation de « méditerranéisme »6, en passant par une critique de l’intérêt trop réduit porté aux parcours individuels. Récemment, un ouvrage collectif dont il convient de discuter les apports stimulants, sous la direction de Claudia Moatti, cherche La Méditerranée introuvable et note que « par les pistes de recherche qu’elle a ouvertes et explorées, l’œuvre de Braudel a donné naissance à un nombre important de travaux, mais elle a aussi pendant longtemps empêché le renouvellement conceptuel de ce champ de recherches »7. En creux, la question innerve les différents articles historiographiques présentés ici, mais les Cahiers de la Méditerranée, qui ne renient pas une certaine tradition braudélienne, cherchent moins à prendre parti dans le débat – fort passionnant – qu’à l’éclairer. Ils ne peuvent toutefois en rien l’ignorer et ce numéro peut aussi être abordé grâce à cette clé de lecture.

  • 8 Peregrine Horden et Sharon Kinoshita, « Introduction », dans id. (dir.), A Companion to Mediterra (...)
  • 9 Voir Masao Miyoshi et Harry Harootunian (éd.), Learning Places. The Afterlives of Area Studies, D (...)
  • 10 Voir John Watkins, « The New Mediterranean Studies : A Mediator Between Area Studies and Global S (...)
  • 11 « Cinq questions à François Hartog », introduction à la réédition de Fernand Braudel (dir.), La M (...)

7Deux éléments en découlent directement et engagent l’avenir de nos recherches. Tout d’abord, faire l’histoire de la Méditerranée, est-ce « toujours à maints égards, du moins pour le moment, écrire contre des catégories établies »8 ? Par ailleurs, à quel type d’ « area study » voulons-nous contribuer ? L’expression, aujourd’hui, a perdu toute charge polémique et idéologique9 pour constituer une modalité de la recherche scientifique. Le constat pourrait s’appliquer à tout espace – la tentation de travailler sur un objet « unique » ne peut être trompée que par les comparaisons et jeux d’échelle – mais, par les représentations qu’elle charrie et difficultés qu’elle connaît, la Méditerranée n’est jamais un objet neutre10. Cinq décennies d’historiographie révèlent aussi des évolutions et bouleversements historiques. Revenons ici à Braudel, vu par François Hartog pour qui : « La Méditerranée est aussi une ample méditation sur le cours du monde »11. Cela vaut pour toute l’historiographie de la Méditerranée.

  • 12 Anthony Jones, « Research Agendas for the Mediterranean Region : opportunities and challenges », (...)

8Les textes qui suivent répondent donc à un objectif affiché par les Cahiers il y a quelques années, formulé dans leurs colonnes par Anthony Jones : étudier la Méditerranée « n’est pas seulement un effort de compréhension d’un espace géo-politique particulier mais un élément absolument essentiel au cœur de nos tentatives visant à comprendre les forces globales qui travaillent le xxie siècle »12. La rédaction de la revue espère, grâce à ce numéro spécial, s’être montrée à la hauteur d’un tel objectif, qu’elle applique au « temps long ». Le bilan propose donc aussi des perspectives dont on peut penser qu’elles nourriront les travaux en cours ou à venir. De quoi nous occuper pour – au moins – cinq décennies encore…

Haut de page

Notes

1 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II [1949], t. I, préface de la première édition, Paris, Armand Colin, 2e éd. 1966, p. 13-16.

2 Barbara Meazzi et Jean-Paul Pellegrinetti (dir.), « La Méditerranée en partage. 50 ans de recherche », Cahiers de la Méditerranée, no 100, juin 2020. Cette démarche avait déjà été adoptée dans le no 90, pour les 40 ans de la revue.

3 André Nouschi, « Avant-propos », Cahiers de la Méditerranée, no 2, juin 1971, p. 3.

4 C’est notamment la perspective proposée par Peregrine Horden et Nicholas Purcell, The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford, Blackwell, 2000. Voir aussi la mise au point rétrospective partant de la « Méditerranée classique » et des « sub-Mediterraneans » proposée par David Abulafia, « Mediterraneans », dans William V. Harris (éd.), Rethinking the Mediterranean, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 67-74.

5 Brigitte Marin, « Historiographie », dans Maryline Crivello, Dionigi Albera et Mohamed Tozy (dir.), Dictionnaire de la Méditerranée, Arles, Actes Sud, 2016, p. 629.

6 Voir Dionigi Albera, Christian Bromberger et Anton Blok (dir.), L’anthropologie de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose, 2001. Sur ces évolutions, voir Brigitte Marin, « Historiographie », art. cit., p. 630.

7 Claudia Moatti, « Introduction », dans id. (dir.), La Méditerranée introuvable. Relectures et propositions, Paris, Karthala, 2020, p. 5. Déjà, en 1999, l’historien Claude Liauzu, pourtant marqué par l’héritage braudélien dans nombre de ses études sur les migrations, écrivait : « Depuis quelques années, s’affirme un regain des études méditerranéennes, en particulier dans le domaine historique. Mais cette dynamique a besoin d’être accompagnée par une réflexion sur les conditions de l’élaboration scientifique et sur les rapports entre celle-ci et les enjeux d’une des régions les plus tourmentées du globe. Ce n’est pas commettre un sacrilège envers l’œuvre de Braudel que d’interroger de ce point de vue les classiques que sont sa thèse et ses travaux consacrés à la Méditerranée » (« La Méditerranée selon Fernand Braudel », Confluences Méditerranée, no 31, automne 1999, p. 179). Voir aussi, entre maints exemples : Peregrine Horden et Nicholas Purcell, « The Mediterranean and “the New Thalassology” », American Historical Review, vol. 111, no 3, juin 2006, p. 722-740 ; Marta Petrusewicz, « Il Mediterraneo dopo Braudel : è possible une nuova storiografia ? », dans Fortunato Cacciatore et Alessia Niger (éd.), Il Mediterraneo. Incontro di culture, Rome, Arcane, 2007, p. 117-128.

8 Peregrine Horden et Sharon Kinoshita, « Introduction », dans id. (dir.), A Companion to Mediterranean History, Oxford, Blackwell, 2014, p. 5, cité par Brigitte Marin, « Historiographie », art. cit., p. 638.

9 Voir Masao Miyoshi et Harry Harootunian (éd.), Learning Places. The Afterlives of Area Studies, Durham, Duke University Press, 2002.

10 Voir John Watkins, « The New Mediterranean Studies : A Mediator Between Area Studies and Global Studies », Mediterranean Studies, vol. 21, no 2, 2013, p. 149-154.

11 « Cinq questions à François Hartog », introduction à la réédition de Fernand Braudel (dir.), La Méditerranée [1977], Paris, Flammarion, 2017, p. 10.

12 Anthony Jones, « Research Agendas for the Mediterranean Region : opportunities and challenges », Cahiers de la Méditerranée, no 89, décembre 2014, p. 234.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémy Guedj, « Introduction. (Ré)écrire la Méditerranée : un bilan et quelques enjeux »Cahiers de la Méditerranée, 103 | 2021, 9-13.

Référence électronique

Jérémy Guedj, « Introduction. (Ré)écrire la Méditerranée : un bilan et quelques enjeux »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 103 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/14818 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.14818

Haut de page

Auteur

Jérémy Guedj

Jérémy Guedj est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Côte d’Azur, membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC) et rédacteur en chef des Cahiers de la Méditerranée. Ses recherches portent d’une manière générale sur les minorités et migrations en France et en Méditerranée au xxe siècle. Il a soutenu à Nice en 2015 une thèse intitulée Gouverner ou choisir. La IVe République et l’immigration (dir. Ralph Schor), sous presse, et a récemment coordonné, avec Anne-Laure Zwilling, Réalité(s) du communautarisme religieux, Paris, CNRS Éditions, 2020.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search