Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103Dossier : Ecrire la Méditerranée....Regards sur la construction d'obj...La Méditerranée des Lumières exis...

Dossier : Ecrire la Méditerranée. Perspectives historiographiques
Regards sur la construction d'objets d'étude méditerranéens

La Méditerranée des Lumières existe-t-elle ?

Pierre-Yves Beaurepaire
p. 83-98

Résumés

Si les historiens de la première modernité ont largement investi le champ de la Méditerranée dans le sillage des spécialistes des mondes antiques et médiévaux, la Méditerranée du xviiie siècle a été peu parcourue par l’histoire culturelle. Lorsqu’il s’agit des Lumières, elle pourrait même apparaître comme une zone aveugle en comparaison d’un espace atlantique qui semble capter toute l’attention des historiens. Le bilan n’est cependant pas totalement négatif. Il est même des raisons d’espérer à condition d’un investissement coordonné de l’espace méditerranéen par les chercheurs qui travaillent sur les Lumières et les Révolutions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 [Guillaume Martin], Voyage à Constantinople : fait à l’occasion de l’ambassade de M. le comte de Ch (...)

M. de Choiseul ne put arriver à Toulon que le 27 juillet [1784] […] Ainsi notre vaisseau sera en quelque sorte une petite académie ambulante1.

La lumière sans les Lumières

  • 2 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme (xve-xviiie siècles), Paris, Arma (...)

1Rendant compte dans la Revue d’Histoire moderne et contemporaine de l’un des chefs-d’œuvre de Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme (xve-xviiie siècles)2, Michel Morineau écrit :

  • 3 Michel Morineau, « Un grand dessein : Civilisation matérielle, économie et capitalisme (xve-xviiie  (...)

De quel peintre, d’ailleurs, rapprocher F. Braudel ? Car il n’y a pas un peintre hollandais mais une foule. Hobbema, pour la technique, Beuckelaer pour les nourritures terrestres franchement étalées sur les tables, Job Berckheyde pour la Bourse d’Amsterdam ? Aucune palette ne satisfait. Tout compte fait, l’ampleur fait défaut et la lumière n’est pas la même. F. Braudel est plus martial. Alors, rêvons, nous aussi, aux analogies : pourquoi pas Claude Gellée dit le Lorrain ? Le style de F. Braudel en a bien le volume et la perspective, et la lumière, surtout, cette lumière héroïque et blonde, héroïque et soyeuse, héroïque et picturale, qui s’attarde sur la mer, les grands vaisseaux et les palais des marchands. Le Lorrain, oui, c’est cela, le retour aux sources et à la Méditerranée…3

  • 4 Omar Carlier, « Braudel avant Braudel ? Les années algériennes (1923-1932) », Insaniyat, no 19-20, (...)
  • 5 Richard Millet, Dictionnaire amoureux de la Méditerranée, Paris, Plon, 2015, entrée « Lumière », p. (...)

2Le clin d’œil n’est pas innocent car après tout, Michel Morineau aurait pu tout aussi bien citer Joseph Vernet peintre de nombreux couchers de soleil sur la mer Méditerranée. Mais Braudel est lui-même lorrain. Il a découvert la Méditerranée quand, jeune agrégé d’histoire, il a été nommé professeur au Lycée de Constantine4, avant d’enseigner à Alger, et il a toujours insisté sur le pouvoir d’attraction de la lumière. De fait, elle est associée à toutes les représentations de la Méditerranée, au point que dans son Dictionnaire amoureux de la Méditerranée, Richard Millet n’hésite pas à écrire que « c’est la lumière qui unifie la Méditerranée. Elle lui donne sa plus immédiate des particularités, qu’on soit en Andalousie ou en Crète, sur l’Adriatique ou aux îles Kerkennah, dans le golfe de Tarente ou dans les Dardanelles, au large de la Croatie comme au cœur des Baléares, à Marseille comme à Nauplie, Haïfa, La Valette ou Oran »5.

3Cette lumière peut être également celle des trois religions du livre qui embrassent à leur manière la Méditerranée, d’Est en Ouest et du Nord au Sud. C’est encore la Méditerranée antique sillonnée par les navigateurs et les colons grecs et phéniciens, administrée par l’Empire romain qui en fait un Mare Nostrum. Ce serait encore, plus récemment, la Méditerranée comme destination touristique majeure à l’échelle du globe, promesse d’un soleil généreux et d’un accès facile au rivage, qui ne seraient plus limités aux hivernants fortunés de la fin du xixe siècle. Ce peut être aussi le prétendu régime alimentaire méditerranéen – crétois pour certains – qui permettrait de redécouvrir les bienfaits d’une alimentation saine et naturelle. On l’a compris, ce panorama des idées reçues autour de la Méditerranée source de lumière est loin d’être épuisé. L’essentiel tient au fait que, consciemment ou non, il informe notre perception et notre lecture de la Méditerranée, que nous soyons touriste ou savant, consommateur ou lecteur, artiste ou spectateur.

  • 6 L’annonce de la parution prochaine de Stefan Hanß, Dorothea McEwan, The Habsburg Mediterranean 1500 (...)
  • 7 Voir notamment Renaud Morieux, Une mer pour deux royaumes. La Manche, frontière franco-anglaise, xv (...)
  • 8 Cécile Mary-Trojani, L’écriture de l’amitié dans l’Espagne des Lumières. La Real sociedad bascongad (...)
  • 9 Jean-Philippe Genet et François-Joseph Ruggiu (dir.), Les idées passent-elles la Manche ? Savoirs, (...)
  • 10 Alastair Hamilton, Maurits H. van den Boogert et Bart Westerweel (éd.), The Republic of Letters and (...)
  • 11 C’est notamment le cas dans Michel Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, Paris, PUF, 19 (...)

4Mais paradoxalement, la Méditerranée, si présente dans les travaux et publications des spécialistes des xvie et xviie siècles, toutes générations d’historiens confondues, sans compter bien évidemment les recherches des antiquisants et des médiévistes, est peu présente dans l’historiographie des Lumières. Bien sûr, on peut facilement convoquer des travaux sur la France méridionale au xviiie siècle, la péninsule italienne, l’Espagne du Levant, mais d’ouvrages qui embrassent véritablement la Méditerranée au siècle des Lumières, il n’en est pas6. Quant à la rive Sud, avec laquelle les interactions sont pourtant si importantes, aussi bien sur le plan du commerce, que des épidémies, des enjeux stratégiques, diplomatiques que religieux, plus qu’un angle mort, elle est comme une façade aveugle pour les non-spécialistes. Le contraste avec l’Europe du Nord-Ouest est saisissant. C’est comme si à partir du xviie siècle, cette dernière captait toute la lumière. Elle fait l’objet de travaux d’ampleur, où les approches globales et comparées sont nombreuses, qu’il s’agisse d’étudier les puissances maritimes, le Refuge huguenot, la Manche7, d’articuler migrations, dissidences, livres et Lumières. Tout aussi significatif et révélateur de ce déséquilibre, le regard porté par les voyageurs du Nord, souvent protestants, sur Rome et Naples livrées au papisme et à l’obscurantisme religieux a été longtemps dominant. Quant à l’Espagne, c’est surtout la « Vascongada », la Real Sociedad Bascongada de los Amigos del País8, les milieux réformateurs et les interactions avec l’Atlantique qui ont retenu l’attention. Évidemment, en chacun de ces domaines ou territoires, les spécialistes ont une toute autre vision et perception des choses, mais ils n’ont jamais tenté cette pesée globale des Lumières en Méditerranée, qui clairement reste à entreprendre et suppose de changer d’échelle, de lancer et surtout de coordonner des chantiers collectifs, et d’interroger plus intensément les circulations et leurs vecteurs à l’œuvre entre les rives ou d’un territoire à l’autre. Significativement, une des rares tentatives d’histoire comparée, The Case for the Enlightenment : Scotland and Naples, 1680-1760, est venue de l’histoire des idées et d’un universitaire britannique, John Robertson, comme si elle restait difficile à imaginer parmi les universitaires méditerranéens eux-mêmes. Si un colloque a pu s’interroger en 2003 sur la question : Les idées passent-elles la Manche ? Savoirs, représentations, pratiques : France-Angleterre, xe-xxe siècles9, la question n’a pas encore été posée à propos de la Méditerranée. De même, l’ouvrage collectif The Republic of Letters and the Levant, dirigé par ­Alastair Hamilton, Maurits H. Van Den Boogert et Bart Westerweel, fait largement l’impasse sur le siècle des Lumières au profit de la première modernité10. Notons enfin qu’on ne trouve pas d’entrée « Méditerranée » dans les principaux dictionnaires encyclopédiques consacrés au siècle des Lumières, tandis que la dimension culturelle et les Lumières sont largement absentes des différentes synthèses écrites ou dirigées par David Abulafia qui prétendent pourtant redonner de la chair à la Méditerranée11.

5Cet article voudrait donc à la fois proposer un tour d’horizon, à la fois partiel et inévitablement partial – il a fallu faire des choix – de chantiers parmi les plus actifs, et surtout qui offrent le plus de possibilités d’interrogations croisées et articulées, car ce sont bien elles qui font défaut. Pour comprendre dans quel esprit il faudrait procéder pour combler cette lacune historiographique, revenons un instant à la présentation de l’ambassade de M. de Choiseul-Gouffier près la Sublime Porte qui embarque à bord du Séduisant, navire de ligne de 74 canons récemment sorti de l’arsenal de Toulon, que le roi de Suède lui-même, alors en France, vient voir. Le hard power n’exclut pas le soft power. L’aumônier du bord précise :

  • 12 [Guillaume Martin], Voyage à Constantinople…, op. cit., p. 2.

Il [l’ambassadeur] était accompagné […] d’un seigneur turc, appelé Isaac Bey ; de M. d’Ansse de Villoison, de M. l’abbé Delille, de l’abbé d’Hauterive, d’un ­médecin, d’un astronome, de deux dessinateurs, etc. ; plusieurs de ces messieurs sont de l’Académie française, ou de celle des Inscriptions et belles-lettres12.

  • 13 Voir notamment Frédéric Barbier, Le rêve grec de Monsieur de Choiseul. Les voyages d’un Européen de (...)
  • 14 Georges Koutzakiotis, « À la recherche du royaume antique. Les investigations de Choiseul-Gouffier (...)

6À elle seule, cette liste illustre les enjeux multiples d’une telle ambassade. Très bien documentée, elle est bien connue car Choiseul-Gouffier est l’une des figures centrales de la sensibilité antiquaire au xviiie siècle13. Il sait parfaitement mettre à profit les postes consulaires qui maillent l’espace méditerranéen pour solliciter leurs titulaires. Comme l’a montré Georges Koutzakiotis, il n’hésite pas même à bousculer l’étiquette et à s’affranchir un temps des préséances pour écrire en premier à un nouveau consul, en l’espèce Esprit-Marie Cousinéry, consul de France à Salonique, afin de l’accueillir mais surtout de lui adresser une première liste de demandes14. En partant d’une telle ambassade, qui fait face de surcroît aux changements de régime politique en France et à ses répercussions dans les communautés françaises des Échelles, il est tout à fait possible de décloisonner les approches en termes d’orientalisme, d’histoire des relations internationales, des réseaux consulaires pour proposer un essai d’histoire totale. Or, c’est précisément ce qui manque à l’heure actuelle.

  • 15 Pour une mise en perspective, François Pouillon (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue fr (...)
  • 16 Fredrik Thomasson, The Life of J. D. Åkerblad. Egyptian Decipherment and Orientalism in Revolutiona (...)
  • 17 Bibliothèque nationale du Danemark, NKS 1698, Silvestre de Sacy à Friedrich Münter, Paris, 4 juin 1 (...)
  • 18 Jean-Baptiste-Gaspard d’Ansse de Villoison (1750-1805), helléniste, membre de l’Académie des inscri (...)
  • 19 Friedrich Münter, Nachrichten Von Neapel und Sizilien auf einer Reise in den Jahren 1785 und 1786… (...)
  • 20 Friedrich Münter, Aus den Tagebüchern Friedrich Münters 1772-1787. Wander- und Lehrjahre eines däni (...)
  • 21 Nico Perrone, La Loggia della Philantropia. Un religioso danese a Napoli prima della rivoluzione. C (...)
  • 22 Voir notamment à ce sujet, Jan Assmann, Religio Duplex. Comment les Lumières ont réinventé la relig (...)

7L’observation vaut également pour Johan David Åkerblad, l’une des figures pionnières de l’orientalisme15, diplomate au service de Suède, voyageur infatigable en Méditerranée, linguiste hors pair. Fredrik Thomasson lui a consacré une thèse érudite et il intéresse tous ceux qui travaillent sur l’orientalisme à la charnière des xviiie et xixe siècle16. Mais ici encore, il s’est retrouvé isolé dans une catégorie et dans un champ de recherches qu’on pourrait qualifier de niche, alors même que les nombreuses sources dont on dispose sur ses activités peuvent alimenter une histoire globale de la Méditerranée des Lumières. Prenons l’extrait de lettre qui ouvre l’étude que Fredrik Thomasson consacre à « Sylvestre de Sacy et J.-D. Åkerblad. Compétition et coopération dans les études égyptiennes », publié dans un recueil au titre prometteur : Silvestre de Sacy. Le projet européen d’une science orientaliste, édité par Michel Espagne, Nora Lafi et Pascale Rabault-Feuerhahn : « Je me rappelle […] avoir eu le plaisir de voir M. Åkerblad […] à Paris – en 1789 –, portant alors le costume grec et accompagné de M. de Villoison »17. Cette lettre, précise Fredrik Thomasson, est écrite par Silvestre de Sacy à leur ami commun Friedrich Münter, « élève de Stefano Borgia à Rome avant de devenir évêque et l’un des principaux orientalistes danois ». Nous avons ici à la fois un vecteur – la correspondance –, une interaction – la rencontre à Paris –, et une passion partagée – l’orientalisme savant unit aussi bien les deux correspondants qu’Åkerblad et la figure emblématique d’Ansse de Villoison, celui-là même qui embarque sur le Séduisant en rade de Toulon cinq ans plus tôt, voyage dont il tire la matière du livre De l’Hellade à la Grèce. Voyage en Grèce et au Levant (1784-1786)18. Cette passion unit et divise des chercheurs qui sont aussi des rivaux. Mais ce n’est pas tout, car avant d’être un orientaliste confirmé et un évêque luthérien – faut-il le préciser ? – au royaume du Danemark, Friedrich Münter a d’abord été étudiant, chargé par la couronne de rechercher des manuscrits du Nouveau Testament conservés dans un monastère proche de Raguse (l’actuelle Dubrovnik) chère à Fernand Braudel, sur la côte dalmate, en vue de préparer une grande édition critique en langue danoise de la Bible, financée par le roi Christian VII. Pour ce faire, il effectue du 16 mai 1784 au 10 juillet 1787 un voyage de formation intellectuelle et de recherches scientifiques, un tour des principaux savants vivant dans les États qu’il traverse. Il en tire non seulement une ample correspondance mais aussi un récit de voyage à Naples et en Sicile traduit du danois en allemand à Copenhague où il est publié en 179019. Parallèlement et secrètement, il mène une mission pour les Illuminaten – qui ne sont pas encore les Illuminati de John Robison ni les Illuminés de Bavière de l’abbé Barruel20. Il est chargé d’un état des lieux, en Europe méridionale et en Italie tout particulièrement, des cercles, loges et sociétés qui seraient susceptibles de se rallier aux Lumières radicales21. Ce faisant, il est la preuve vivante que le Nord s’intéresse à la Méditerranée aussi bien comme dépositaire d’une longue tradition érudite, comme réservoir de langues et de matériaux documentaires, mais aussi comme un espace où les Lumières peuvent encore le disputer aux anti-Lumières, quoi qu’on dise du papisme. Significativement, c’est d’ailleurs à Rome et à Naples que Münter envisage d’implanter les Illuminaten, mission périlleuse s’il en est, alors que les persécutions ont déjà commencé dans la très catholique Bavière, et que lui-même est luthérien. Comment dans son cas séparer le voyage de formation et d’érudition qui le mène en Méditerranée de son engagement militant en faveur des Lumières radicales et dans un ordre où les dimensions scientifique – les Illuminaten se pensent à la fois comme une société secrète et une société savante – et pédagogique – y compris en revisitant les cultes à mystère que la Méditerranée antique a vu éclore, d’Éleusis à l’Égypte – sont centrales22 ?

8C’est bien de cet effort de décloisonnement que viendra la possibilité d’une histoire de la Méditerranée des Lumières.

La Méditerranée au prisme du Grand Tour et du voyage savant

  • 23 Jeremy Black, The British abroad. The Grand Tour in the Eighteenth Century, Stroud, Alan Sutton et (...)
  • 24 Gilles Bertrand, Le grand tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français (...)
  • 25 Parmi les plus récents, citons Paola Bianchi et Karin Wolfe (éd.), Turin and the British in the Age (...)
  • 26 Ève Carlotti, Entre identité et altérité. Les voyageuses britanniques dans les villes de Nice, Turi (...)
  • 27 Sylviane Llinares, « Voyage par mer et tourisme aristocratique au xviiie siècle », Histoire, Économ (...)
  • 28 C’est le cas notamment des travaux d’Émilie Beck Saiello, Napoli e la Francia. I pittori di paesagg (...)
  • 29 Silvia Marzagalli et Jörg Ulbert (dir.), « Les consuls dans tous leurs états : essais et bibliograp (...)
  • 30 Pierre-Yves Beaurepaire, Les Lumières et le Monde. Voyager, explorer, collectionner, Paris, Belin, (...)
  • 31 Maurits H. van den Boogert, « Scottish Freemasonry in Ottoman Izmir », dans Maurits H. van den Boog (...)
  • 32 Alexandre Drummond, Travels through Different Cities of Germany, Italy and Greece and Several Parts (...)

9C’est dans cette perspective qu’il faut accorder toute notre attention aux travaux sur le Grand Tour. Des synthèses existent, à l’instar de celle qu’a proposée Jeremy Black23 et surtout de très ambitieuses recherches ont été publiées, amenant dans leur sillage de nombreux travaux de recherches. Pour la France, je me limiterai à mentionner les travaux de Gilles Bertrand et leur remarquable effet d’entraînement sur plusieurs générations de chercheurs24. Le rôle moteur des Britanniques dans le Grand Tour et leur forte présence en Italie, une présence qui s’allonge géographiquement au cours du siècle jusqu’au royaume de Naples et en Sicile, a également nourri de très nombreux travaux25. Récemment, l’intérêt pour les ego-documents de voyageurs et l’écriture d’une histoire au féminin se sont rencontrés pour donner lieu à des recherches particulièrement réussies26. Je pense notamment aux travaux en cours d’Ève Carlotti mais aussi aux recherches qui proposent à partir des correspondances et des fragments d’écrits du for privé une histoire matérielle du voyage à travers la Méditerranée, et notamment des témoignages féminins27. Quant aux historiens d’art, de plus en plus soucieux de replacer les itinéraires d’artistes dans leur environnement de production et de réception, mais aussi en relation avec leurs commanditaires et les acteurs du marché de l’art, ils renouvellent en profondeur notre connaissance de la période28. Notons que ces travaux, s’ils s’appuient souvent sur des écrits bien connus, comme ceux d’Elizabeth Craven ou de Lady Montagu, ont aussi permis d’exhumer et de réunir d’importants volumes de sources et de productions graphiques, car la pratique du dessin en voyage tient une place essentielle dans la mise en scène de soi et du paysage que l’on traverse. Les travaux sur les consuls auxquels les Cahiers de la Méditerranée accordent une large place, sont abondants et souvent novateurs29. Ils permettent de s’intéresser, au-delà des fonctions proprement consulaires que les titulaires de postes ont à remplir, à leur rôle d’intermédiaire culturel, aux passions qui les ­animent, notamment antiquaires et naturalistes pour le xviiie siècle, aux correspondances personnelles qu’ils entretiennent, et plus largement aux écrits et témoignages qu’ils laissent, qu’ils soient publiés ou restés inédits. Il y a là des gisements documentaires et des possibilités de mises en valeur remarquables, y compris pour la première moitié du xviiie siècle. J’en ai donné quelques exemples pour les Français dans cette même revue et dans Les Lumières et le monde 30, mais on pourrait également, parmi les Britanniques, citer le consul d’origine écossaise Alexander Drummond – il a été vice-consul à Alexandrette, consul à Chypre et à Alep –, antiquaire, franc-maçon et voyageur, sur lequel Maurits H. van den Boogert a apporté d’intéressants éclairages biographiques et critiques31. Drummond a produit une importante correspondance, échangé objets, conseils de lecture avec ses pairs, y compris français comme le consul Lemaire à Chypre, et ceux qu’il nomme ses « fils ». Il publie en 1754, à Londres, ses Travels through Different Cities of Germany, Italy and Greece and Several Parts of Asia, as Far as the Banks of the Euphrate, où il n’hésite pas à décrire sa vie sociale et les espaces de sociabilité mixte qu’il fréquente32. Un extrait montre l’intérêt de ces ego-documents pour comprendre que des formes caractéristiques de la sociabilité des Lumières méritent d’être étudiées non seulement sur la rive nord mais également sur la rive sud – on a des témoignages d’activité maçonnique dans la correspondance de la loge Saint-Jean d’Écosse de Marseille par exemple – et au Levant. La scène se déroule à Smyrne dans les années 1740 :

  • 33 « L’Équerre et le croissant. La Franc-maçonnerie en terre d’islam », numéro thématique des Cahiers (...)
  • 34 Alexandre Drummond, Travels through Different Cities…, op. cit., p. 121-122. Je suis ici la traduct (...)

Le consul Crawley m’a fait l’honneur de me présenter, la première nuit de cette réunion. Étant donné que j’ai constitué une loge de francs-maçons en ce lieu, les dames se sont fait une idée étrange de ma personne ; qui plus est, quelques prêtres m’ont présenté à leurs yeux comme un magicien (conjurer) de haut niveau qui a le démon à ses ordres et qui peut ressusciter les morts à l’aide de ses incantations […]. Comme j’ai mentionné cette loge de francs-maçons, je ne peux m’empêcher de me féliciter d’avoir eu l’opportunité de constituer tant de frères de qualité en ce lieu, et de fonder la seule loge existant au Levant – ce qui n’est pas exact33. Et ma joie est encore plus grande, sachant que tous ses membres sont des gentlemen d’agréable compagnie et, réciproquement, qu’ils sont honorés d’appartenir à la société des maçons libres et acceptés. Ces terribles présupposés, au lieu de les effrayer [les dames], n’ont fait qu’exciter leur curiosité. Aussi, lorsque je pénétrai dans la salle, elles me dévisagèrent avec une véritable précision féminine. Après avoir satisfait leurs yeux pendant plus d’une minute d’observation, il me semble qu’elles en conclurent que je n’étais pas très différent des autres enfants d’Adam. Elles se familiarisèrent ensuite avec ma personne au point que l’une d’entre elles insista pour danser avec moi. Elle sortit indemne de cette danse, ce qui décida une ravissante personne à prendre la suite. Je fis ensuite avec celle-ci une petite marche de sept minutes au cours de la soirée34.

  • 35 Antoine Lilti et Céline Spector (dir.), Penser l’Europe au xviiie siècle. Commerce, civilisation, e (...)
  • 36 Il a également bien d’autres entreprises à son actif, notamment l’édition des Mémoires de la Sociét (...)
  • 37 Voir Pierre-Yves Beaurepaire, Les Lumières et le Monde…, op. cit.
  • 38 « Le peintre, l’écrivain et l’archéologue : Catel, Custine et Millin dans la Calabre napoléonienne  (...)
  • 39 Antoine Lilti, L’héritage des Lumières. Ambivalences des Lumières, Paris, Éditions de l’EHESS-Galli (...)
  • 40 Voir notamment, Henri Besse, « Un homme des Lumières face aux langues du sud de la Méditerranée, ou (...)

10La tendance est également au décloisonnement chronologique et à l’enjambement des siècles, qui seuls permettent d’intégrer le phénomène de générations, si important pour comprendre les Lumières. L’invention de la Méditerranée, qui est aussi une invention des racines de la civilisation et un moyen de penser l’Europe35, se fait à cheval entre le xviiie et le xixe siècle, entre cosmopolitisme et construction des identités nationales. De Winckelmann à Goethe mais aussi jusqu’à Schliemann, non seulement l’Allemagne se passionne pour la Méditerranée et pour l’esthétique antique, mais elle s’invente un passé grec, tandis qu’en France, une figure centrale mais peu connue hors du cercle restreint des experts, comme Aubin-Louis Millin, conservateur des antiques, médailles et pierres gravées à la Bibliothèque nationale et professeur d’antiquités36, fait la jonction entre les deux siècles, les antiquités et l’histoire naturelle, le collectionnisme et la régénération par le retour aux sources des civilisations. Il se passionne pour le « caillou Michaux », premier objet recouvert d’écritures cunéiformes rapporté en France37, mais effectue aussi un remarquable voyage en Calabre de mai à juillet 1812, accompagné du peintre Franz Ludwig Catel et de l’écrivain Astolphe de Custine. En résultent un journal de voyage passionnant et des dizaines de dessins, objet en 2021 d’une exposition à la Maison de Chateaubriand, domaine départemental de la Vallée-aux-Loups, et d’une publication en deux magnifiques volumes (l’un consacré au journal de Millin, l’autre aux dessins de Catel) sous l’égide de la Bibliothèque nationale de France38. Ces écrits et ces productions qu’on redécouvre aujourd’hui à travers le prisme du patrimoine et d’une mise en valeur sous forme de beaux livres, sont l’occasion de montrer à quel point ces hommes de la fin du xviiie siècle et du début xixe siècle sont à la fois tributaires d’une perception de la Méditerranée héritée de leurs devanciers, et comment ils s’approprient à leur tour son histoire et sa géographie pour penser l’Europe et ce qu’il (se) présente comme sa civilisation. À noter cependant que Constantin-François de Chasseboeuf (1757-1820), comte de Volney, occupe une place à part, et que périodiquement redécouvert, il mériterait d’être mieux pris en compte. Comme le rappelle Antoine Lilti dans L’héritage des Lumières. Ambivalences des Lumières, il ne débat pas depuis son cabinet, mais est un homme de terrain ; il a appris l’arabe, voyagé au Levant à partir de 1783, et lorsqu’il rédige son Voyage en Syrie et en Égypte pendant les années 1783, 1784 et 1785 publié en 1787, il se démarque clairement du récit de voyage habituel39. Il reproche à l’histoire universelle d’être en fait une histoire européenne. Son livre rencontre un grand succès, et Volney qui avait pensé initialement voyager en Amérique, est sollicité dans le cadre de l’Expédition d’Égypte, notamment concernant les questions linguistiques sur lesquelles il travaille pendant plusieurs décennies40. Pourtant, lui aussi intègre ses réflexions sur les empires, notamment l’Empire ottoman, dans un schéma qui ne laisse guère de place à la Méditerranée pour elle-même, alors même qu’il la connaît bien.

Tropisme insulaire

11Le regard et la curiosité des voyageurs et des érudits ne se sont cependant pas arrêtés au sud de la péninsule italienne, ils embrassent en effet les espaces insulaires méditerranéens dont on sait à quel point l’histoire est riche depuis l’Antiquité, et comment ils ont été des lieux à la fois de rencontres interculturelles – la Sicile –, mais aussi de conflits – au contact des deux bassins méditerranéens, Malte en est l’un des symboles au xvie siècle, comme la Crète pour le bassin oriental – et au xviiie siècle de rivalités stratégiques – Minorque et la Corse dans la rivalité franco-anglaise en Méditerranée ; la Crimée, ancienne Chersonèse de Thrace, devenue l’horizon du « projet grec » dans une cartographie russe qui intègre le bassin pontique à la Méditerranée aux dépens de l’Empire ottoman. On peut même dire qu’il y a un véritable tropisme insulaire méditerranéen au xviiie siècle du point de vue culturel, qui s’allie tout à fait aux ambitions stratégiques des puissances européennes.

  • 41 Antoine-Laurent Serpentini, Théodore de Neuhoff, roi de Corse. Un aventurier européen du xviiie siè (...)
  • 42 Il a fait notamment l’objet d’une exposition remarquable à Bastia en 2013 sous le titre « Théodore (...)
  • 43 On distinguera, au sein d’une bibliographie immense, le travail pionnier de Franco Venturi, Settece (...)
  • 44 Pour une édition critique récente : James Boswell, État de la Corse suivi de Journal d’un voyage en (...)

12Le cas de la Corse est exemplaire de ce surinvestissement relatif – en comparaison d’autres territoires – de l’espace insulaire méditerranéen par l’historiographie des Lumières. Il est notamment dû au fait qu’en Corse trois hommes « incarnent » à leur manière la période et notamment les Lumières comme projet de régénération sociale et politique : Théodore de Neuhoff (1694-1756), Pasquale Paoli (1725-1807) et James Boswell (1740-1795). Longtemps tourné en ridicule et ravalé au rang d’aventurier du siècle des Lumières, le roi Théodore n’est pas seulement un personnage de roman. Les historiens au premier rang desquels le regretté Antoine-Laurent Serpentini41, l’ont redécouvert, plongeant dans les sources d’un règne bref mais original pour mettre en évidence les nombreuses réformes entreprises à son initiative, faisant de l’île un laboratoire42. C’est la même dimension expérimentale que l’on retrouve avec les recherches menées sur l’État paolien, aussi bien par les historiens du droit que par les historiens de l’île43. L’ouverture vers Naples, pôle majeur de l’Europe des Lumières, est permise à travers l’approche biographique de Paoli, puisqu’il parfait sa formation intellectuelle et militaire à Naples pendant l’exil de son père. Quant à l’extension européenne, elle est liée au grand intérêt que l’Europe continentale porte non seulement aux combats de Paoli, général de la nation corse, mais à l’expérience politique qu’il met en œuvre à Corte et dans le territoire qu’il administre. On la lit bien sûr à travers Jean-Jacques Rousseau, mais aussi James Boswell, à la fois aristocrate écossais, homme et auteur des Lumières, qui contribue remarquablement à la publication en Europe et jusqu’aux Amériques de l’épopée paolienne grâce à son enthousiasme communicatif et à son intense activité éditoriale44. Au-delà de l’éphémère royaume anglo-corse, les rivalités franco-britanniques en Méditerranée font également beaucoup pour cet intérêt que l’Europe du Nord-Ouest et la sphère des Lumières tout entière portent à la Corse du xviiie siècle.

  • 45 Voir par exemple Alain Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle. Des dernières splendeurs à la rui (...)

13À l’inverse, Malte, dont la position est tout aussi stratégique, voire davantage puisqu’elle verrouille la jonction entre les deux bassins occidental et oriental, est vue au prisme du déclin de l’ordre, jusqu’à sa dissolution et à la prise de l’île en 1798 par Bonaparte en route vers l’Égypte – nouveau centre de gravité des ambitions en Méditerranée des puissances globales –, comme si la course et la contre-course étaient surtout associées à la Méditerranée de la première modernité – elles sont pourtant bien présentes au xviiie siècle. Cependant, les chevaliers de Malte, principalement ceux d’origine française mais aussi de langue allemande, méritent l’attention en raison de leur implication dans les réseaux des Lumières, de la sociabilité maçonnique à la circulation des livres et des collections scientifiques45. Il y a donc ici aussi un réinvestissement de la recherche à mener jusqu’à la fin du xviiie siècle et même au-delà.

La rive Sud hors cadre ?

14Si des îles méditerranéennes, on porte le regard sur la rive Sud, force est de constater qu’elle est souvent un point aveugle de l’historiographie européenne des Lumières. Des régences barbaresques, on connaît avant tout ce que les consuls des puissances européennes qui y sont établis en disent. Certes, les travaux sur les consuls ont fait l’objet depuis trois décennies d’un renouveau exceptionnel ainsi que de très nombreux travaux et chantiers dont les Cahiers de la Méditerranée se sont souvent fait l’écho. Mais la perception des observateurs est à la fois partielle et partiale. Seuls certains domaines focalisent l’attention des consuls lorsqu’ils adressent leurs rapports et leur correspondance aux puissances qu’ils servent : successions politiques pacifiques ou surtout chaotiques à la tête des régences, relations avec la Porte et autonomisation croissante, épidémies de peste, course et économie de la course, « traités » signés ou rompus avec les puissances européennes, ordres et désordres sociaux. Comme nous l’avons observé en travaillant à l’édition de la correspondance du consul de Suède à Marseille, François Philippe Fölsch entre le règne de Louis XVI et le Premier Empire, les stéréotypes sont très présents dans ces présentations, et les auteurs voient souvent dans les soubresauts que connaissent les régences, la confirmation de leur perception peu flatteuse de la rive Sud. On lit par exemple dans une lettre du 15 juillet 1785 adressée depuis Marseille au ministre comte de Creutz à Stockholm, par ailleurs figure marquante de l’Europe des Lumières :

  • 46 L’œil de Stockholm. La correspondance du consul François Philippe Fölsch à Marseille (1780-1807), é (...)

On assure de plus que sous peu le roi de Naples va faire également des propositions de paix et que la régence est disposée à les écouter, que son but est même de tourner l’ambition de ses sujets vers le commerce et insensiblement vers l’agriculture ce qui adoucira enfin les mœurs de ces Barbares et annonce une grande révolution dans ces belles contrées que le fanatisme, l’ignorance ont dévastées et tenues si longtemps dans l’abrutissement46.

  • 47 François Moureau (dir.), Captifs en Méditerranée (xvie-xviiie siècles). Histoires, récits et légend (...)
  • 48 Le Voyage botanique de Desfontaines dans les Régences de Tunis et d’Alger 1783-1786, préface de Den (...)

15Dans le même temps, les consuls épistoliers et informateurs contribuent à leur manière à l’invention d’un Orient dont la géographie englobe en fait la rive Sud de la Méditerranée, en même temps qu’ils préparent les bases d’une domination qui va de l’empire informel à l’authentique colonisation. L’autre corpus que constituent les témoignages d’anciens captifs a rarement véhiculé une meilleure image de la rive Sud47. Pourtant, si on s’écarte un temps des témoignages et des topoi sur les relations avec les régences et sur la course et qu’on intègre aux Lumières la passion de l’époque pour l’histoire naturelle et les antiquités, il est possible de faire quelques belles redécouvertes. C’est le cas notamment de la mission d’exploration naturaliste confiée par le Jardin du roi à René Louiche-Desfontaines. Elle a fait l’objet en 2010 d’une édition sous le titre Le Voyage botanique de Desfontaines dans les Régences de Tunis et d’Alger 1783-1786 due à Claudine Rabàa et préfacée par Denise Brahimi48. Mais les moyens limités de la maison d’édition ont réduit l’audience auprès du public d’un voyage connu des spécialistes mais qu’il ne faut pas manquer de relier aux autres grandes missions d’explorations de la fin du xviiie siècle. Notons d’ailleurs que le Journal Général de France prenait bien soin en son temps de replacer le voyage de Desfontaines dans l’ensemble des missions qui sont alors envoyées explorer et collectionner le monde du vivant :

  • 49 Pierre Sonnerat, Voyage à la Nouvelle Guinée dans lequel on trouve la description des lieux, des ob (...)
  • 50 L’article est cité dans [Louis Petit de Bachaumont et al.], Mémoires secrets pour servir à l’histoi (...)

Depuis que le célèbre M. de Buffon, par ses écrits, a tourné les regards et dirigé l’admiration des Français vers l’Histoire naturelle, la nation a porté dans l’étude de cette science, jusqu’à lui trop négligée, la confiance et l’émulation la plus louable. Un grand nombre de nos savants s’en sont occupés spécialement ; nos jeunes gens ont fait des cours d’Histoire naturelle ; des amateurs, des gens riches ont formé des cabinets ; d’autres ont entrepris des voyages lointains ; le gouvernement, lui-même, échauffé par la fermentation générale, a député, à grands frais, dans les différentes parties du monde, des gens instruits, qu’il a chargés d’y chercher et d’en rapporter tout ce qu’ils y trouveraient de précieux.
Du nombre de ces derniers était M. Sonnerat49, envoyé aux Indes, et dont la collection vient d’être placée assez récemment au Jardin du Roi. Un autre voyageur, revenu de Perse plus récemment encore [il s’agit d’André Michaux] a enrichi ce Muséum des trésors de cette riche contrée. Au premier jour doit arriver, avec des richesses d’un autre genre, M… [René Louiche-Desfontaines] envoyé sur les côtes de Barbarie. Qui peut deviner toutes celles que doivent rapporter les Naturalistes, qui viennent de partir, sous la conduite de M. la Pérouse, pour le tour du monde ?50

16Mais, le tropisme Pacifique est tel, qu’ici aussi l’expédition sur les côtes de Barbarie a du mal à soutenir la comparaison avec celles de Bougainville ou de Lapérouse.

Les diasporas rebattent partiellement les cartes

  • 51 Francesca Trivellato, The Familiarity of Strangers. The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross-Cult (...)
  • 52 Voir aussi Jocelyne Dakhlia et Wolfgang Kaiser (dir.), Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe, t (...)
  • 53 Mathilde Monge et Natalia Muchnik, L’Europe des Diasporas (xvie-xviiie siècle), Paris, PUF, 2019.

17Les diasporas des temps modernes ont fait l’objet de très nombreux travaux ces dernières années. Ceux de Francesca Trivellato, Mathieu Grenet – contributeur de ce numéro des Cahiers de la Méditerranée – et Guillaume Calafat notamment, concernent directement la Méditerranée en même temps qu’ils la connectent à des thématiques et à des espaces plus larges51. Ils participent à leur manière du développement d’une histoire transnationale, mais aussi d’une histoire du contact, des connexions à des échelles multiples, qui a le vent en poupe52. Le temps des synthèses est même venu, comme le prouve la parution récente de L’Europe des Diasporas (xvie-xviiie siècle), publié par Mathilde Monge et Natalia Muchnik, qui offre la fois réflexions, outils conceptuels, et approches croisées particulièrement stimulantes53. Enjambant la fin des temps modernes et le début des temps contemporains, le mémoire inédit « L’espace, “un croisement de mobiles”. Parcours en Méditerranée orientale au xixe siècle », présenté par Marie-Carmen Smyrnelis, également contributrice du présent numéro, dans le cadre de son habilitation à diriger des recherches, prend quant à lui à bras-le-corps la problématique des identités plurielles et recomposées à travers les déplacements en Méditerranée de celles et ceux qui espèrent une vie meilleure, fuient le danger, tentent d’oublier et de faire oublier leur passé, et/ou de s’inventer un avenir. Au-delà des questions matérielles, juridiques, institutionnelles et politiques, passionnantes, ce travail s’il ne s’intéresse pas directement aux Lumières, montre qu’à la manière des travaux sur le Refuge huguenot qui ont tant apporté à une histoire véritablement européenne et atlantique de l’Europe des Lumières, il est possible à travers le prisme de l’histoire sociale des pratiques culturelles et d’une histoire attentive aux circulations des individus et à leurs interactions, d’enrichir notre histoire de la Méditerranée aux xviiie-xixe siècle, car certains sont précepteurs, artistes, chanteurs, ingénieurs, étudiants ou encore interprètes.

  • 54 Bernard Heyberger et Chantal Verdeil (dir.), Hommes de l’entre-deux. Parcours individuels et portra (...)
  • 55 Mathieu Grenet, « Alexis Gierra, “interprète juré des langues orientales” à Marseille. Une carriè (...)

18Ils font donc partie de ces figures d’intermédiaires et de médiateurs culturels qui ont mobilisé la recherche historique et littéraire dans les années 1990 et 2000, donnant lieu à de nombreuses publications, mais où la Méditerranée était trop peu présente par rapport au tropisme des Nord-Ouest et Nord-Est européens. L’ouvrage collectif dirigé par Bernard Heyberger et Chantal Verdeil, Hommes de l’entre-deux. Parcours individuels et portraits de groupes sur la frontière de la Méditerranée (xvie-xxe siècle), a donné l’exemple à suivre54, tandis qu’une étude de cas comme celle que propose Mathieu Grenet avec « Alexis Gierra, “interprète juré des langues orientales” à Marseille. Une carrière entre marchands, frères et réfugiés (fin xviiie-premier tiers du xixe siècle) » éclaire sur l’étendue des possibles55. Ces hommes de l’entre-deux laissent des traces documentaires qui permettent de reconstituer au moins partiellement des parcours de vie. Il y a donc une voie à emprunter, des sources à inventer et à mobiliser, pour rééquilibrer notre perception des Lumières en Europe.

Les révolutions sont européennes et atlantiques au xviiie siècle, sont-elles aussi méditerranéennes ?

  • 56 Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli, cartographie de Guillaume Balavoine, Atlas de la Ré (...)
  • 57 Pascal M. Kitromilidis, La Révolution française et l’Europe du Sud-Est, Athènes, Poreia, 2000, 2e(...)
  • 58 Amaury Faivre d’Arcier, Les oubliés de la liberté. Négociants, consuls et missionnaires français (...)
  • 59 Cité par Georges Koutzakiotis dans son compte rendu du livre de Pascal Firges, French Revolutiona (...)

19La question mérite d’être posée. De fait, si la problématique des révolutions atlantiques est désormais ancienne – elle a plus d’un demi-siècle –, elle a clairement bénéficié de l’essor de l’Atlantic History pour revenir sur le devant de la scène historiographique. Je ne la renie d’ailleurs pas et j’ai essayé avec Silvia Marzagalli et Guillaume Balavoine d’en cartographier les dynamiques spatiales, y compris dans le champ culturel56. Mais force est de constater que là aussi l’investissement du champ méditerranéen n’est pas comparable. Les Mediterranean Studies ne se sont pas emparées de la question. Les Lumières balkaniques sont lues et étudiées comme préfiguration de l’émancipation nationale du joug ottoman pour la Grèce, ou comme contestation sur l’Adriatique de la tutelle des Habsbourg57. Par ailleurs, le modèle centre-périphérie est encore très présent alors qu’il n’entrave pas l’étude des Lumières écossaises ou scandinaves. Mettre l’accent sur quelques poignées d’esprits « avancés » permet a contrario d’insister sur le retard de développement en termes d’accès aux Lumières, sans prendre en compte la complexité des phénomènes, leur caractère multipolaire et l’importance des phénomènes d’appropriation partielle et de réinterprétation. Le bassin occidental de la Méditerranée est mieux connu en raison de l’importance du Triennio (1796-1799) en Italie ou des persécutions des libéraux et des afrancesados dans l’Espagne de la réaction monarchique, après la défaite de Napoléon. Des recherches sur les mouvements carbonari et plus largement sur les conspirations politiques d’inspiration libérale du premier tiers du xixe siècle ont cherché à remonter, avec plus ou moins de bonheur, le fil des générations qui mène des Lumières aux Révolutions. Mais il reste beaucoup à faire et notamment plus loin en Méditerranée, où les répliques aux ondes de choc révolutionnaires sont souvent étudiées à l’intérieur des « nations » franques, à partir des témoignages des agents consulaires58. À l’instar de Barère qui déclarait dans une envolée lyrique à la Convention nationale : « Ces Grecs assaillis inopinément, au mépris des lois de la neutralité, ont été animés d’une indignation généreuse ; et, voyant à leur tête un républicain français, ils se sont rappelés aussi que leurs ancêtres étaient des républicains »59, il est difficile de se déprendre d’un prisme franco- ou européo-centré.

  • 60 À propos de la chaire d’arabe vulgaire en relation avec le dépôt des réfugiés égyptiens de Marsei (...)
  • 61 L’ouvrage a été traduit en français en 2014 avec un sous-titre qui s’éloigne clairement de l’édit (...)
  • 62 Lucette Valensi, Mardochée Naggiar. Enquête sur un inconnu, Paris, Stock, 2008.
  • 63 Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, 1798-1876(...)

20Pourtant, travaillant à partir de l’Expédition d’Égypte, l’historien californien Ian Coller a tenté en 2011 d’inverser la perspective, en étudiant la présence « arabe » en France, notamment à Marseille60, entre 1798 et 1831, dans Arab France. Islam and the Making of Modern Europe (1798-1831)61. Une décennie plus tard, il vient de récidiver avec Muslims and Citizens. Islam, Politics and the French Revolution, dont le premier chapitre s’intitule « Paris Turned Turk » et le dernier « Bonaparte’s Burka ». Ses livres font débat de ce côté-ci de l’Atlantique car on leur reproche comme souvent pour l’historiographie de langue anglaise, de trop peu mobiliser les travaux en langue française, mais ils offrent sans doute l’occasion de souligner que, des Lumières aux Révolutions des années 1770-1830, la Méditerranée a bel et bien son mot à dire et mérite clairement un investissement scientifique comparable à celui dont elle bénéficie sur le plan culturel pour les périodes antérieures. C’est aussi, le caractère provocateur en moins, ce que Lucette Valensi a réussi dans un livre passionnant, Mardochée Naggiar. Enquête sur un inconnu62, qu’elle suit entre Paris où il traverse la Révolution et l’Empire, Trieste et Tunis et qui est à l’échelle de la Méditerranée et de l’Europe des Révolutions, une performance comparable à celle qu’Alain Corbin avait réalisée avec Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, 1798-1876 pour la France rurale du xixe siècle63.

21Parvenus au terme de ce panorama provisoire, par-delà l’analyse lucide des manques dans notre connaissance de la Méditerranée des Lumières, les raisons d’espérer sont donc bien réelles.

Haut de page

Notes

1 [Guillaume Martin], Voyage à Constantinople : fait à l’occasion de l’ambassade de M. le comte de Choiseul-Gouffier à la Porte ottomane par M. l’abbé **, Paris, F. Plée, 1821, p. 2-3. L’auteur accompagne la célèbre ambassade du comte de Choiseul-Gouffier comme aumônier du Séduisant.

2 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme (xve-xviiie siècles), Paris, Armand Colin, 1979.

3 Michel Morineau, « Un grand dessein : Civilisation matérielle, économie et capitalisme (xve-xviiie siècles) de Fernand Braudel », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, t. 28, no 4, octobre-décembre 1981, p. 632.

4 Omar Carlier, « Braudel avant Braudel ? Les années algériennes (1923-1932) », Insaniyat, no 19-20, 2003, p. 143-176.

5 Richard Millet, Dictionnaire amoureux de la Méditerranée, Paris, Plon, 2015, entrée « Lumière », p. 519.

6 L’annonce de la parution prochaine de Stefan Hanß, Dorothea McEwan, The Habsburg Mediterranean 1500-1800, Archiv für Österreichische Geschichte, Band : 145, Vienne, Verlarg der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2021, serait-elle le signe d’un tournant ? On l’espère, mais il est trop tôt pour le dire. Relevons d’ailleurs qu’à la manière des synthèses et manuels britanniques, il englobe tous les temps modernes et ne se concentre pas sur les Lumières proprement dites.

7 Voir notamment Renaud Morieux, Une mer pour deux royaumes. La Manche, frontière franco-anglaise, xviie-xviiie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

8 Cécile Mary-Trojani, L’écriture de l’amitié dans l’Espagne des Lumières. La Real sociedad bascongada de los amigos del país, d’après la source épistolaire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2004.

9 Jean-Philippe Genet et François-Joseph Ruggiu (dir.), Les idées passent-elles la Manche ? Savoirs, représentations, pratiques : France-Angleterre, xe-xxe siècles, Paris, PUPS, 2007.

10 Alastair Hamilton, Maurits H. van den Boogert et Bart Westerweel (éd.), The Republic of Letters and the Levant, Leiden, Brill, 2005.

11 C’est notamment le cas dans Michel Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, Paris, PUF, 1997 et David Abulafia (éd.), The Mediterranean in History, Londres, Thames & Hudson, 2003.

12 [Guillaume Martin], Voyage à Constantinople…, op. cit., p. 2.

13 Voir notamment Frédéric Barbier, Le rêve grec de Monsieur de Choiseul. Les voyages d’un Européen des Lumières, Paris, Armand Colin, 2010.

14 Georges Koutzakiotis, « À la recherche du royaume antique. Les investigations de Choiseul-Gouffier et ses collaborateurs en Macédoine (1787-1792) », O Eranistis, no 25, 2005, p. 119-155.

15 Pour une mise en perspective, François Pouillon (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, IISMM-Karthala, 2008.

16 Fredrik Thomasson, The Life of J. D. Åkerblad. Egyptian Decipherment and Orientalism in Revolutionary Times, Leiden-Boston, Brill’s Studies in Intellectual History, 2013.

17 Bibliothèque nationale du Danemark, NKS 1698, Silvestre de Sacy à Friedrich Münter, Paris, 4 juin 1800, cité par Fredrik Thomasson, « Sylvestre de Sacy et J.-D. Åkerblad. Compétition et coopération dans les études égyptiennes », dans Michel Espagne, Nora Lafi et Pascale Rabault-­Feuerhahn (dir.), Silvestre de Sacy. Le projet européen d’une science orientaliste, Paris, Éditions du Cerf, 2016, p. 271.

18 Jean-Baptiste-Gaspard d’Ansse de Villoison (1750-1805), helléniste, membre de l’Académie des inscriptions et des belles-lettres, qui voyage en Grèce et au Levant au milieu des années 1780. On peut lire De l’Hellade à la Grèce. Voyage en Grèce et au Levant (1784-1786) dans l’édition qu’en a proposé Étienne Famerie chez Georg Olms Verlag, en 2006, accompagnée de nombreux documents.

19 Friedrich Münter, Nachrichten Von Neapel und Sizilien auf einer Reise in den Jahren 1785 und 1786… Aus Dem Dänischen Übersezt. Mit Kupfern, Kopenhagen, 1790, bey Christian Gottlob Proft, Universitäts Buchhändlern.

20 Friedrich Münter, Aus den Tagebüchern Friedrich Münters 1772-1787. Wander- und Lehrjahre eines dänischen Gelehrten, hg. von Øjvind Andreasen, t. 1 : 1772-1785 ; t. 2 : 1785-1787 ; t. 3 : Kommentar, Register, Copenhague-Leipzig, Haase-Harrassowitz, 1937 ; Elisabeth Rosenstrauch-Königsberg, Freimaurer, Illuminat, Weltburger. Friedrich Münters Reisen und Briefe in ihren europäischen Bezügen, Brief und Briefwechsel im 18. und 19. Jahrhundert als Quellen den Kulturbeziehungsforschung, Bd.2, Essen, Reimar Hobbing Verlag, 1987.

21 Nico Perrone, La Loggia della Philantropia. Un religioso danese a Napoli prima della rivoluzione. Con la corrispondenza massonica e altri documenti, Palerme, Sellerio, 2006.

22 Voir notamment à ce sujet, Jan Assmann, Religio Duplex. Comment les Lumières ont réinventé la religion des Égyptiens, trad. fr. Jean-Marc Tétaz, Paris, Aubier, 2013.

23 Jeremy Black, The British abroad. The Grand Tour in the Eighteenth Century, Stroud, Alan Sutton et New York, St Martin’s Press, 1992.

24 Gilles Bertrand, Le grand tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu xviiie siècle - début xixe siècle, Rome, École française de Rome, 2008. L’ouvrage a été réédité en 2020 à l’EFR dans la collection des Classiques. Parmi les travaux les plus remarqués de ses élèves, citons ceux de Gilles Montègre, La Rome des Français au temps des Lumières. Capitale de l’antique et carrefour de l’Europe, 1769-1791, Rome, École française de Rome, 2011, et récemment, la thèse encore inédite de Philippe Prudent, La Rome des Britanniques dans la seconde moitié du xviiie siècle. Voyageurs et résidents à l’épreuve de la Ville éternelle, thèse de doctorat en histoire, Université de Grenoble Alpes, 2020.

25 Parmi les plus récents, citons Paola Bianchi et Karin Wolfe (éd.), Turin and the British in the Age of the Grand Tour, Cambridge, Cambridge University Press, 2017.

26 Ève Carlotti, Entre identité et altérité. Les voyageuses britanniques dans les villes de Nice, Turin et Gênes au xviiie siècle, thèse préparée en co-direction entre Liliane Hilaire-Pérez, Université de Paris - EHESS et Pierre-Yves Beaurepaire, Université Côte d’Azur.

27 Sylviane Llinares, « Voyage par mer et tourisme aristocratique au xviiie siècle », Histoire, Économie & Société, vol. 28, no 2, 2009, p. 15-35. L’auteure s’appuie notamment sur les Mémoires d’Elizabeth Craven, princesse Berkeley, édition présentée et annotée par Jean-Pierre Guicciardi, Paris, Mercure de France, 1991. Pour une approche plus large, voir Gilles Bertrand, « Le voyage et les usages de l’espace méditerranéen à l’époque du Grand Tour », ILCEA, Revue de l’Institut des langues et cultures d’Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie, no 28, 2017 (en ligne).

28 C’est le cas notamment des travaux d’Émilie Beck Saiello, Napoli e la Francia. I pittori di paesaggio da Vernet a Valenciennes, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2010 ; id., L’Académie de France à Rome. Le Palais Mancini : un foyer artistique dans l’Europe des Lumières (1725-1792), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016. L’auteure achève l’édition critique du livre de raison de Joseph Vernet, dont la publication est très attendue. Elle illustre significativement une de ses conférences par l’œuvre de Claude-Joseph Vernet, Port méditerranéen au soleil couchant avec l’artiste, sa fille Émilie Chalgrin, son fils Carle Vernet, sa belle-fille Fanny Moreau et son serviteur Saint-Jean, 1788, huile sur toile, 87 x 113,6 cm, collection particulière.

29 Silvia Marzagalli et Jörg Ulbert (dir.), « Les consuls dans tous leurs états : essais et bibliographie (avant 1914) », Cahiers de la Méditerranée, no 93, décembre 2016 ; Silvia Marzagalli et Jörg Ulbert (dir.), « De l’intérêt d’être consul en Méditerranée, xviie-xxe siècle », Cahiers de la Méditerranée, no 98, juin 2019.

30 Pierre-Yves Beaurepaire, Les Lumières et le Monde. Voyager, explorer, collectionner, Paris, Belin, 2019. Pour une mise en contexte, Pierre-Yves Beaurepaire, « Réflexions sur les “loisirs” antiquaires des consuls », Cahiers de la Méditerranée, no 93, décembre 2016, p. 35-47.

31 Maurits H. van den Boogert, « Scottish Freemasonry in Ottoman Izmir », dans Maurits H. van den Boogert (éd.), Ottoman Izmir. Studies in Honour of Alexander H. de Groot, Leyde, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 2007, p. 103-121.

32 Alexandre Drummond, Travels through Different Cities of Germany, Italy and Greece and Several Parts of Asia, as Far as the Banks of the Euphrate, Londres, W. Strahan, 1754.

33 « L’Équerre et le croissant. La Franc-maçonnerie en terre d’islam », numéro thématique des Cahiers de l’Orient, no 69, 2003.

34 Alexandre Drummond, Travels through Different Cities…, op. cit., p. 121-122. Je suis ici la traduction française qu’en propose Thierry Zarcone, Le croissant et le compas. Islam et Franc-maçonnerie, de la fascination à la détestation, Paris, Dervy, 2015, p. 25-26.

35 Antoine Lilti et Céline Spector (dir.), Penser l’Europe au xviiie siècle. Commerce, civilisation, empire, Oxford, Voltaire Foundation, Oxford University Studies in the Enlightenment, 2014.

36 Il a également bien d’autres entreprises à son actif, notamment l’édition des Mémoires de la Société d’histoire naturelle de Paris, des Monumens antiques inédits ou nouvellement expliqués ainsi que du Magasin Encyclopédique.

37 Voir Pierre-Yves Beaurepaire, Les Lumières et le Monde…, op. cit.

38 « Le peintre, l’écrivain et l’archéologue : Catel, Custine et Millin dans la Calabre napoléonienne », Domaine départemental de la Vallée-aux-Loups – Maison de Chateaubriand, 18 septembre-19 décembre 2021. Corinne Le Bitouzé et Gennaro Toscano, À travers la Calabre napoléonienne. Journal de voyage d’Aubin-Louis Millin. Dessins de Franz Ludwig Catel, Paris, BnF-Le Passage, 2021, 2 vol.

39 Antoine Lilti, L’héritage des Lumières. Ambivalences des Lumières, Paris, Éditions de l’EHESS-Gallimard-Seuil, 2019, p. 118-138.

40 Voir notamment, Henri Besse, « Un homme des Lumières face aux langues du sud de la Méditerranée, ou Volney et sa “méthode alfabétique” [sic] », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, no 28, 2002, p. 155-176.

41 Antoine-Laurent Serpentini, Théodore de Neuhoff, roi de Corse. Un aventurier européen du xviiie siècle, Ajaccio, Albiana, 2012. À noter que Albiana, dont le travail éditorial de qualité est bien connu, se présente comme « éditeur en Méditerranée », ce qui dans le contexte de cet article mérite d’être mentionné. Voir aussi Antoine-Marie Graziani, Le roi Théodore, Paris, Tallandier, 2005.

42 Il a fait notamment l’objet d’une exposition remarquable à Bastia en 2013 sous le titre « Théodore de Neuhoff, roi de Corse, prince des chimères », prolongée par un catalogue d’exposition richement illustré.

43 On distinguera, au sein d’une bibliographie immense, le travail pionnier de Franco Venturi, Settecento riformatore, La rivoluzione di Corsica, le grandi carestie degli anni sessanta, la Lombardia delle riforme, vol. V, Turin, Einaudi, 1987. On pourra compléter par Antoine-Marie Graziani, Pascal Paoli. Père de la patrie corse, Paris, Tallandier, 2016 ; Michel Vergé-Franceschi, Pascal Paoli. Un Corse des Lumières, Paris, Fayard, 2005 ; Fernand Ettori, « La formation intellectuelle de Pascal Paoli (1725-1755) », Annales historiques de la Révolution française, no 218, octobre-décembre 1974, p. 583-507. Voir également La correspondance générale de Pascal Paoli, éditée par Antoine-Marie Graziani et Carlo Bitossi, Ajaccio-Rome, Éditions Alain Piazzola/Istituto Storico Italiano per l’Età Moderna e Contemporanea, 7 vol., 2003-2019.

44 Pour une édition critique récente : James Boswell, État de la Corse suivi de Journal d’un voyage en Corse et Mémoires de Pascal Paoli, traduction et édition critique par Jean Viviès, suivi de An Account of Corsica, introduction de Gordon Turnbull, Ajaccio, Albiana, 2019.

45 Voir par exemple Alain Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle. Des dernières splendeurs à la ruine, Paris, Bouchene, 2002 et Pierre Mollier, « Malte, les chevaliers et la Franc-maçonnerie », Cahiers de la Méditerranée, no 72, juin 2006, p. 1-15.

46 L’œil de Stockholm. La correspondance du consul François Philippe Fölsch à Marseille (1780-1807), éditée par Pierre-Yves Beaurepaire, Silvia Marzagalli et Fredrik Thomasson, avec le concours de Gustav Fryksen, Paris, Classiques Garnier, 2021, p. 316-317.

47 François Moureau (dir.), Captifs en Méditerranée (xvie-xviiie siècles). Histoires, récits et légendes, Paris, PUPS, 2008.

48 Le Voyage botanique de Desfontaines dans les Régences de Tunis et d’Alger 1783-1786, préface de Denise Brahimi, Introduction, notes et bibliographie de Claudine Rabàa, Carthage, éditions Cartaginoiseries [sic], 2010.

49 Pierre Sonnerat, Voyage à la Nouvelle Guinée dans lequel on trouve la description des lieux, des observations physiques et morales, et des détails relatifs à l’histoire naturelle dans le règne animal et le règne végétal, Paris, chez Ruault, 1776.

50 L’article est cité dans [Louis Petit de Bachaumont et al.], Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des Lettres en France…, tome XXXI, Londres, chez John Adamson, 1788, p. 41-42.

51 Francesca Trivellato, The Familiarity of Strangers. The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven, Yale University Press, 2009 ; Mathieu Grenet, La fabrique communautaire. Les Grecs de Venise, Livourne et Marseille, 1770-1840, Athènes-Rome, École française d’Athènes-École française de Rome, 2016 ; Guillaume Calafat, Une mer jalousée. Contribution à l’histoire de la souveraineté (Méditerranée, xviie siècle), Paris, Seuil, 2019.

52 Voir aussi Jocelyne Dakhlia et Wolfgang Kaiser (dir.), Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. II : Passages et contacts en Méditerranée, Paris, Albin Michel, 2013.

53 Mathilde Monge et Natalia Muchnik, L’Europe des Diasporas (xvie-xviiie siècle), Paris, PUF, 2019.

54 Bernard Heyberger et Chantal Verdeil (dir.), Hommes de l’entre-deux. Parcours individuels et portraits de groupes sur la frontière de la Méditerranée (xvie-xxe siècle), Paris, Les Indes savantes-Rivages des Xantons, 2009.

55 Mathieu Grenet, « Alexis Gierra, “interprète juré des langues orientales” à Marseille. Une carrière entre marchands, frères et refugiés (fin xviiie-premier tiers du xixe siècle) », dans Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Olivier Raveux (dir.), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2013, p. 55-70.

56 Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli, cartographie de Guillaume Balavoine, Atlas de la Révolution française, Paris, Autrement, 2010, 2e éd. refondue, Atlas de la Révolution française 1770-1803. Un basculement mondial, 2016, 3e éd., 2021.

57 Pascal M. Kitromilidis, La Révolution française et l’Europe du Sud-Est, Athènes, Poreia, 2000, 2e éd.

58 Amaury Faivre d’Arcier, Les oubliés de la liberté. Négociants, consuls et missionnaires français au Levant pendant la Révolution (1784-1798), Bruxelles, Peter Lang, 2007 ; Pascal Firges, French Revolutionaries in the Ottoman Empire. Diplomacy, Political Culture, and the Limiting of Universal Revolution, 1792-1798, Oxford, Oxford University Press, 2017.

59 Cité par Georges Koutzakiotis dans son compte rendu du livre de Pascal Firges, French Revolutionaries in the Ottoman Empire…, op. cit., paru dans The Historical Review/La Revue Historique, no 15, 2018, p. 326-327.

60 À propos de la chaire d’arabe vulgaire en relation avec le dépôt des réfugiés égyptiens de Marseille, voir Marie-Hélène Clavères, « L’enseignement de l’arabe au lycée de Marseille au xixe siècle », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, no 28, 2002, p. 177-202.

61 L’ouvrage a été traduit en français en 2014 avec un sous-titre qui s’éloigne clairement de l’édition en langue anglaise pour faire écho aux débats français actuels : Ian Coller, Une France arabe, 1798-1831. Histoire des débuts de la diversité, traduit de l’anglais par Frédéric Joly, Paris, Alma, 2014.

62 Lucette Valensi, Mardochée Naggiar. Enquête sur un inconnu, Paris, Stock, 2008.

63 Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Beaurepaire, « La Méditerranée des Lumières existe-t-elle ? »Cahiers de la Méditerranée, 103 | 2021, 83-98.

Référence électronique

Pierre-Yves Beaurepaire, « La Méditerranée des Lumières existe-t-elle ? »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 103 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/14950 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.14950

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Beaurepaire

Pierre-Yves Beaurepaire est professeur d’histoire moderne à l’Université Côte d’Azur, membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC) et membre de l’Institut Universitaire de France. Ses recherches portent notamment sur la sociabilité, les réseaux de correspondance et les circulations dans l’Europe et le monde des Lumières. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages personnels, il a dirigé La communication en Europe de l’âge classique aux Lumières (Belin, 2014), édité avec Katsumi Fukasawa et Benjamin Kaplan, Coexistence and Dialogue : Religious Interactions in Europe and the Mediterranean World. 12th-20th Century (Routledge, 2017) et récemment publié Les Lumières et le Monde. Voyager, explorer, collectionner (Belin, 2019) ; Atlas de l’Europe moderne. De la Renaissance aux Lumières (Autrement, 2019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search