Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103Dossier : Ecrire la Méditerranée....Regards sur la construction d'obj...La Méditerranée, espace ou systèm...

Dossier : Ecrire la Méditerranée. Perspectives historiographiques
Regards sur la construction d'objets d'étude méditerranéens

La Méditerranée, espace ou système migratoire ? Un essai de réponse par la littérature scientifique (époque contemporaine)

Jérémy Guedj
p. 192-210

Résumés

En partant de l’hypothèse braudélienne présentant la Méditerranée comme un « espace-mouvement » unifié par les mobilités, cet article se propose d’étudier la fécondité de cette approche dans la littérature scientifique sur les migrations à l’époque contemporaine à travers les concepts d’espace et de système migratoire. Il s’agit de se demander comment les études sur la Méditerranée, prise ici dans son ensemble, ont rencontré la production sur les migrations, et inversement. De fait, semble se poser un problème d’échelle : ce que l’on qualifie de migrations ou de migrants « méditerranéens », ne paraît pas toujours mériter ce qualificatif peut-être trop global.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ernst Georg Ravenstein, « The Laws of Migration », Journal of the Royal Statistical Society, vol. (...)
  • 2 Nancy L. Green, Repenser les migrations, op. cit., p. 1.
  • 3 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II [1949], t. I (...)
  • 4 Maurice Aymard, « Migrations », dans Fernand Braudel (dir.), La Méditerranée. Les hommes et l’hér (...)

1À la fin du xixe siècle, alors que les migrations, dites « de masse », des temps contemporains atteignaient des proportions inédites, le géographe anglo-allemand Ernst Georg Ravenstein, l’un des premiers à théoriser des « lois » en la matière, empruntait largement au champ sémantique de l’eau. « Courants », « flux », « vagues », sans parler de « marée humaine », les migrations étaient considérées comme une « citerne d’eau après l’ouverture du robinet », entraînant souvent des « débordements »1. La référence devenait dès lors admise, presque obligée. D’où cette observation très juste de l’historienne Nancy Green : « Les mouvements de population contemporains ont été pour beaucoup une histoire d’eau »2. Cet imaginaire métaphorique des « vases communicants » concernait d’abord les mouvements transatlantiques, mais il nourrit aussi l’approche des migrations en Méditerranée. La similarité entre la nature de cette aire géographique liquide et celle des migrations – fluides – expliquerait-elle que la Méditerranée soit, par essence, un « espace-mouvement », selon le célèbre mot de Fernand Braudel3 ? Ce paradigme ne s’applique cependant qu’imparfaitement à la Méditerranée contemporaine, qui a ses caractères et spécificités propres. Maurice Aymard, dans un ouvrage précisément coordonné par Fernand Braudel, écrivait ainsi : « Pendant trois ou quatre millénaires, les migrations avaient fait l’histoire et l’unité de la Méditerranée : elles menacent aujourd’hui de la défaire »4.

2Cette hypothèse est lourde d’implications. Croiser deux champs de recherche, la Méditerranée et les migrations, en tant qu’objets de réflexion globale, permet d’en éprouver les contours. L’évidence, souvent répétée, d’une unité méditerranéenne par les mouvements humains n’en est peut-être pas une en tout temps. Les migrations en Méditerranée – il y en eut continument – relèvent-elles ainsi d’un modèle ou d’un type méditerranéen global, au-delà de ressemblances, spécificités et points communs réels ? En d’autres termes, généralité ne signifie pas forcément totalité.

  • 5 André Nouschi, « Avant-propos », dossier « Les migrations dans les pays méditerranéens au xviiie (...)

3Les Cahiers de la Méditerranée ont d’ailleurs tôt fait de poser la question en toutes lettres, dans l’un des premiers hors-série publiés, celui de 1974, sur « Les migrations dans les pays méditerranéens au xviiie et au début du xxe siècle ». André Nouschi, fondateur de la revue, y lançait un avertissement en forme d’ « exigence méthodologique : l’impossibilité d’extrapoler les conclusions d’une région ou d’un pays à l’autre ; le recours à des analyses très précises et très localisées. Car les différences régionales sont une des clés du monde méditerranéen »5.

4Unité ou éclatement, donc ? Une abondance d’études penchent clairement pour la première de ces deux visions. L’idée selon laquelle cette unité serait renforcée par les migrations vaut-elle pour l’époque contemporaine ? C’est précisément à cette question que l’on souhaiterait proposer une réponse, nécessairement incomplète, par un examen de la littérature scientifique, sans se limiter à l’histoire, mais en voyant tout de même les choses à travers son prisme. Cet essai de revue interdisciplinaire retiendra principalement – pour des raisons techniques aussi bien que pour resserrer la problématique – les travaux qui mêlent les migrations et l’objet méditerranéen considéré dans une perspective globale et non comme un simple référent, sans quoi le risque d’être noyé ou submergé par la masse menacerait inévitablement. C’est que le champ sémantique de l’eau s’applique aux migrations… et au domaine de la connaissance.

Espace, système et champ migratoire méditerranéen : l’unité en question

5Revenons à Braudel, qui a clairement fait des circulations humaines le témoin mais aussi le moteur de l’unité méditerranéenne :

  • 6 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen…, op. cit., t. I, p. 253-254. La référ (...)

La Méditerranée n’a d’unité que par le mouvement des hommes, les liaisons qu’il implique, les routes qui le conduisent. Lucien Febvre écrivait : « La Méditerranée, ce sont des routes ». […] L’important est de voir ce qu’un tel réseau implique de rapprochements, d’histoire cohérente, à quel point le mouvement des bateaux, des bêtes de somme, des voitures, des gens eux-mêmes, rend la Méditerranée une et, d’un certain point de vue, uniforme malgré les résistances locales6.

  • 7 Akin L. Mabogunje, « Systems Approachs to a Theory of Rural-Urban Migration », Geographical Analy (...)
  • 8 Voir précisément sur ce point Dirk Hoerder, « From Immigration to Migration Systems : New Concept (...)
  • 9 Gildas Simon, La planète migratoire dans la mondialisation, Paris, Armand Colin, 2008, p. 20-21.

6Forts de ces pistes, nombre de chercheuses et chercheurs ont repris cette idée, en apportant leur propre pierre théorique à l’observation de ce phénomène. L’unité révélant une cohérence forte, la Méditerranée n’a donc souvent pas été considérée comme une simple région migratoire, au sens le plus plat et premier du terme – comme un décor passif en somme –, mais bien comme un espace structuré par des flux ininterrompus, où l’on aurait retrouvé, en dépit de situations variées, un peu de la globalité méditerranéenne. Cela se conçoit sans mal, les géographes et les démographes ont joué un rôle de premier ordre dans l’affinement conceptuel de ce postulat, en prêtant une attention nécessaire aux phénomènes de spatialisation et de territorialisation. Dans les années 1970, posant les premiers jalons de ce que l’on appellerait plus tard une « approche intégrée » des espaces migratoires, le géographe nigérian Akin Mabogunje, suivi par James T. Fawcett et, plus tard, Thomas Faist, forgent et nourrissent la notion fertile de « système migratoire », perspective qui insiste sur l’intégration de ce qui, sans interrelation, ne serait qu’un simple espace circulatoire7. Les lieux de migration sont ainsi mis en relation et même en réseaux – Thomas Faist assure en effet la jonction entre une théorie des systèmes-mondes et une approche réticulaire des migrations – au-delà de la simple dichotomie, pourtant parfois difficilement dépassable, entre foyers de départ et d’arrivée. Évolution, voire rupture, épistémologique qui s’est révélée fertile, car, à l’échelle de l’économie globale, des régions et des trajectoires familiales et individuelles, elle a également permis de prendre en compte, dès la fin du xxe siècle, le modèle en vogue de l’ « agency »8, lui aussi désormais largement mobilisé dans les études migratoires. En France, Gildas Simon, également géographe, a largement apporté, depuis sa thèse jusqu’à ses travaux plus théoriques, à la réflexion sur ce concept, que l’on peut entendre comme un ensemble de flux et de relations prenant en compte les zones de départ, de transit et d’établissement ; il s’agit de saisir l’articulation et l’architecture migratoire à une échelle large9. La notion est porteuse, aux yeux du géographe, d’une vision souple des migrations comme lien transnational plutôt que comme rupture entre espaces. Il l’explique en ces termes :

  • 10 Gildas Simon, « Migrations, la spatialisation du regard », Revue européenne des migrations intern (...)

La prise en compte spatialisée, globalisée traversant les frontières, le passage de l’approche segmentée à l’approche globale, constituent, me semble-t-il, l’une des ruptures épistémologiques accomplies dans l’analyse des migrations internationales. La panoplie des termes et des notions actuelles qui intègrent l’ensemble du champ parcouru par les migrants, au-delà des frontières, permet d’englober l’ensemble des lieux et des espaces de vie, non comme une succession d’espaces aux frontières délimitées, mais comme une pluralité de champs à la fois autonomes et articulés, où le rôle des acteurs sociaux apparaît plus efficace dans la dynamique migratoire réelle que celui des États et des acteurs institutionnels classiques10.

  • 11 Daniel Courgeau, « Les champs migratoires en France », Population, vol. 25, no 6, 1970, p. 1179-1 (...)
  • 12 Gildas Simon, La planète migratoire…, op. cit., p. 15. Voir, du même auteur, L’espace des travail (...)
  • 13 Gildas Simon, « Migrations, la spatialisation du regard », art. cit., p. 11.

7Complémentaire, la notion de « champ migratoire », elle aussi défendue par Gildas Simon à la suite du démographe Daniel Courgeau qui l’emploie en 197011, procède de la même logique totalisante mêlant approche sociale et regard géographique. La démarche est évidemment inspirée par les travaux de Pierre Bourdieu et peut être définie comme « l’ensemble de l’espace transnational unissant, quelle que soit la distance, lieux d’origine, de transit et d’installation, c’est-à-dire l’espace parcouru et structuré par des flux stables et réguliers de migrations et par l’ensemble des flux (matériels, idéel) induits par la circulation des hommes »12. Tous concepts et notions considérés comme plus satisfaisants – car plus problématisés – que la simple notion d’ « espace » migratoire, « désignation très englobante [qui] présente aussi les inconvénients d’une notion descriptive »13.

  • 14 Gildas Simon, Géodynamique des migrations internationales dans le monde, Paris, PUF, 1995, p. 320
  • 15 Ibid.
  • 16 Ibid., p. 323.
  • 17 Gérard-François Dumont, « Le système migratoire méditerranéen », Outre-Terre, no 23-3, 2009, p. 2 (...)
  • 18 Ibid., p. 267.
  • 19 Ibid., p. 272.
  • 20 Gérard-François Dumont, « Les flux migratoires en Méditerranée », dans Vincent Moriniaux (dir.), (...)

8Rien d’étonnant, dès lors, à ce que la Méditerranée ait offert un laboratoire privilégié quant à l’observation de tels modèles. Dans sa Géodynamique des migrations internationales dans le monde, le même Gildas Simon considère la Méditerranée comme un système donc, mais aussi comme un « complexe » migratoire, qu’il associe au Moyen-Orient et qui alimente des flux de départ mais exerce également une « fonction d’appel »14, tandis que certains pays, à l’échelle nationale cette fois, cumulent fonctions de départ et d’emploi, sans parler de la réémigration – le départ de migrants après être rentrés une première fois dans leur pays d’origine – au sein d’ « espaces de rebondissement » (Maroc, Tunisie, Turquie, Égypte par exemple)15. La Méditerranée s’y découpe en plusieurs sous-espaces autour de deux « champs » (l’Ouest, polarisé par l’Union européenne, et l’Est, par les États du Golfe) : l’Europe du Sud, « grand foyer historique de l’émigration méditerranéenne qui est désormais arrimé par l’Union européenne aux pays du Nord mais qui exerce une double fonction de transit et surtout d’appel au sein de ce complexe migratoire »16, l’Europe balkanique et le Moyen-Orient. L’espace méditerranéen apparaît donc comme un carrefour et une plaque tournante de ces migrations ; son unité réside dans la connexion qu’il rend possible. Autre géographe, Gérard-François Dumont met pour sa part en regard, au début des années 2000, les caractéristiques nouvelles de ce système méditerranéen – alors qu’il dépasse désormais en volume de flux l’espace américano-mexicain – et le temps long. Par-delà les permanences, trois éléments structurels venaient métamorphoser, sans doute définitivement, les « logiques migratoires » : la globalisation, l’internationalisation des techniques d’information et de communication, ainsi que, en dernier lieu, la mondialisation, conséquence des deux phénomènes précédents pour les agents économiques, selon sa taxinomie17. Ainsi, la Méditerranée des migrations demeure-t-elle bel et bien, au début du xxie siècle, un système, mais un système « complexifié »18, car la diversification des réseaux migratoires met fin aux logiques radiales caractéristiques, au moins, du siècle précédent. L’unité – toujours elle – se trouve donc renforcée par l’accroissement de l’interdépendance entre pays méditerranéens : « Les migrations en Méditerranée, dans leurs causes, dans leur intensité comme dans leurs effets, soulignent, s’il en était besoin, combien tous ses pays riverains appartiennent à un espace commun »19 ; l’unité n’est pas géographique, car Gérard-François Dumont écrit ailleurs que « la géographie méditerranéenne distingue trois espaces migratoires : la Méditerranée africaine, la Méditerranée asiatique et la Méditerranée européenne »20 ; elle est systémique.

  • 21 Camille Schmoll, Hélène Thiollet et Catherine Wihtol de Wenden, « Introduction », dans id. (dir.) (...)
  • 22 Ibid., p. 10.
  • 23 Ibid., p. 11. Voir aussi Camille Schmoll et Giovanni Semi, « Shadow circuits. Urban spaces and mo (...)
  • 24 Camille Schmoll, Hélène Thiollet et Catherine Wihtol de Wenden, « Introduction », art. cit., p. 1 (...)
  • 25 Catherine Wihtol de Wenden, La globalisation humaine, Paris, PUF, 2009, p. 99.
  • 26 Elena Ambrosetti, Donatella Strangio et Catherine Wihtol de Wenden (éd.), Migration in the Medite (...)

9L’association de deux politistes, Catherine Wihtol de Wenden et Hélène Thiollet, et d’une géographe, Camille Schmoll, a permis la réalisation d’un ouvrage essentiel, qui s’interroge sur l’équilibre, en réalité difficile à établir, entre unité et diversité au prisme des migrations. Reprenant la tripartition géographique évoquée plus haut, les coordinatrices annoncent d’emblée : « La Méditerranée n’est pas un ensemble homogène »21. Comment en serait-il autrement d’un espace rassemblant 22 États (Portugal et Jordanie inclus) ? Or, ajoutent-elles, « cette diversité des configurations migratoires permet à la fois de s’interroger sur la spécificité de l’espace méditerranéen, […] sur le système régional qu’il forme, sur le régime de mobilité et de fermeture qu’il dessine, ainsi que sur les continuités et ruptures survenues […] »22. Pour autant, suffisamment d’éléments transnationaux comme les liens migratoires, la mise en place de réseaux commerciaux et de territoires circulatoires font de la Méditerranée le théâtre d’une « mondialisation autre »23. Espace, système et régime migratoire : la Méditerranée correspond pleinement à cette vision, et peut-être plus encore aujourd’hui qu’hier, car « la notion de système migratoire permet de mettre en lumière une donnée essentielle des dynamiques migratoires contemporaines : la mondialisation des migrations s’accompagne paradoxalement d’une régionalisation des flux »24. Les récentes décennies accentuent en effet la faiblesse, qui ne se dément pas, de l’amplitude des champs migratoires. De riches et précises contributions confortent une idée déjà sous-jacente dans les lignes qui précèdent, formulée ailleurs par Catherine Wihtol de Wenden : « la Méditerranée est […] à la fois une ligne de fracture et de passage »25. Direction prise également dans un ouvrage que cette même chercheuse a coordonné avec la démographe Elena Ambrosetti et l’économiste Donatella Strangio26.

  • 27 Voir Jean-Paul Zúñiga (dir.), Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, Paris, La B (...)
  • 28 Raphaël Lutz, « La théorie du champ social et le fait migratoire », dans Clelia Caruso, Jenny Ple (...)

10Les historiens n’ont pas été en reste, mais, s’ils reprennent à leur compte ces concepts plus qu’utiles, aboutissent à des conclusions plus disparates. Le paradigme transnational constitue désormais un outil bien établi dans le domaine migratoire, même s’il n’échappe parfois pas aux séductions excessives que peut exercer un effet de mode – et d’ailleurs, sa nouveauté est discutable dès lors qu’il s’agit d’immigration. Cette approche revêt cependant un indiscutable intérêt, qui n’empêche certes pas quelque limite et a le mérite de renvoyer aux pratiques mêmes des migrants tout autant qu’il constitue un concept construit : en matière migratoire, le transnationalisme offre une grille de lecture sur un phénomène lui-même transnational par essence ; il apparaît pourtant plus historiographique qu’historique, pour reprendre une dichotomie proposée par Nancy Green, car la réalité ne s’éclaire jamais tout entière sous un faisceau unique27. Moins nombreux apparaissent ceux qui reprennent comme objet travaillé la notion de « champ » ; parmi eux, signalons l’intéressante mise au point de Raphaël Lutz, qui insiste surtout sur une application du « champ social » aux migrations plutôt que sur le « champ migratoire » à proprement parler : « par le fait migratoire, écrit-il, le concept de l’espace social subit une transformation radicale : elle perd l’évidence liée aux contraintes spatiales géographiques/physiques qui naturalisent l’espace social et par le fait migratoire les sociétés concernées sont plutôt à imaginer comme des espaces sociaux fractionnés »28. Selon l’historien, les migrations méditerranéennes, pour l’après-1945 du moins, valident l’existence de « champs transnationaux », comme le montre l’existence de réseaux économiques, religieux, de structures et de nouvelles pratiques liant les migrants à leurs pays d’origine (construction d’une maison dans les pays d’origine, mariages transnationaux…) ; il ajoute :

  • 29 Ibid., p. 47.

L’existence prolongée de cet ensemble de pratiques et de réseaux transfrontaliers (légaux et illégaux) n’est que partiellement liée aux mouvements réguliers de personnes mais sa reproduction est surtout le résultat des efforts d’organisations privées ou publiques qui ont donné naissance à une structure autonome liée à la migration comme fait durable29.

  • 30 Le concept est mobilisé par Dirk Hoerder et Leslie Page Moch (dir.), European Migrants. Global an (...)
  • 31 Claudia Moatti, « Introduction », dans id. (dir.), La mobilité des personnes en Méditerranée de l (...)

11L’unité méditerranéenne par les migrations – impliquant un « système » – imprègne en revanche beaucoup plus de travaux au sein de la discipline historique30. Pour les périodes plus anciennes, sur le temps long, Claudia Moatti le formule en toutes lettres dans un collectif ayant fait date sur La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne, et évoque de ce point de vue une « unité indéniable », car les mouvements d’hommes ont unifié une Méditerranée souffrant d’une répartition des ressources matérielles et humaines fort inégales entre les micro-régions31. Pour l’époque contemporaine, les observations diffèrent quelque peu.

  • 32 Cf. Maurice Aymard, « Fernand Braudel, the Mediterranean, and Europe », Mediterranean Historical (...)
  • 33 Peregrine Horden et Nicholas Purcell, The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxfor (...)
  • 34 Claudia Moatti, « De la Méditerranée ou de l’historicité », dans id. (dir.), La Méditerranée intr (...)

12De ce premier cheminement, se dégage une tension, plus qu’une contradiction, mais elle peine à trouver son propre dépassement : la Méditerranée serait, selon une formule facile mais évocatrice, diversité dans l’unité32, grâce à des migrations qui font, on l’a dit, système dans un espace in fine fragmenté. Cela semble contredire l’idée de migrations qui feraient l’unité la Méditerranée. L’unité d’un système, c’est certain – et c’est en cela que le concept est particulièrement porteur ; l’unité d’un espace : l’idée ne va pas de soi. À moins que le terme d’unité ne soit à prendre au sens de phénomènes se ressemblant car répétés à vaste échelle. Sans doute serait-il plus juste de parler d’éléments d’homogénéité, de mise en réseaux et en relations, par-delà le caractère composite de cet espace méditerranéen. Frottement délicat qui prouve la portée toujours puissante des pistes braudéliennes. La lecture du célèbre ouvrage The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, écrit en 2000 par deux historiens britanniques, Nicholas Purcell, antiquisant, et Peregrine Horden, médiéviste, nous en convainc33. Alors que ces derniers entendent prendre à revers la conception braudélienne de la Méditerranée, ils défendent l’idée d’un espace fragmenté, en insistant sur les micro-régions, cependant « connectées » – terme important dans leur argumentation – grâce à la mer, et accordent un intérêt particulier aux échelles réduites. L’objectif est de faire pièce à toute tentation de récit englobant. Or, observe Claudia Moatti dans un ouvrage collectif stimulant, La Méditerranée introuvable, qui questionne précisément la portée – et les présupposés – du modèle braudélien : « derrière une indéniable tentative de renouveler l’approche de la Méditerranée, on retrouve en fait [dans The Corrupting Sea] deux idées de Braudel, poussées à leur extrême : l’unité méditerranéenne et la permanence des circulations humaines dues à la mer »34. En réalité, les travaux qui portent sur les migrations jusqu’aux temps les plus contemporains ne peuvent évidemment occulter le poids des États-nations et de leurs frontières : le système migratoire méditerranéen existe donc dans un espace tantôt ouvert, tantôt cloisonné. Dans un ouvrage récent, Mobilités en Méditerranée. Quotidiens, contrôles assistances (xvie-xxie siècles), qui enjambe donc les périodes moderne et contemporaine, l’historienne Anne Brogini et la sociologue Swanie Potot ne nient en aucune manière cette dualité qui fait problème :

  • 35 Anne Brogini et Swanie Potot, « Introduction. Mobilités, surveillances, assistance en Méditerrané (...)

Depuis deux décennies, les tendances récentes des sciences humaines et sociales ont privilégié une approche « globale » destinée à dépasser les cloisonnements et les raisonnements centrés sur l’histoire d’États-nations, de civilisations et d’aires culturelles. Par le biais de comparaisons entre la Méditerranée et d’autres espaces (atlantique et asiatique), des similitudes de connections et d’échanges ont été soulignées, qui permettent d’appréhender plutôt ce qui unit que ce qui sépare les êtres humains. Des mondes culturellement différents se retrouvent donc liés par une même réalité connectée. L’espace méditerranéen n’échappe pas à la règle. […] Pour autant, ces connexions n’effacent pas les césures inhérentes à l’espace méditerranéen : les « faits de frontières », si prégnants aujourd’hui et matérialisés par des murs (Ceuta), par des centres de rétentions, par des camps aux abords de l’Europe (Libye, Maroc, Malte), sont en réalité attestés dans la longue durée35.

  • 36 Natalia Ribas-Mateos, Migration, Welfare & Borders. The Mediterranean in the Age of Globalization(...)

13Sur le temps récent et immédiat, les sociologues, comme Natalia Ribas-Mateos ou Évelyne Ritaine dressent le même constat ; la seconde se demande en outre précisément ce que la frontière fait à la « modernité liquide », concept forgé par Zygmunt Bauman, à partir du « laboratoire méditerranéen », révélateur de ces contradictions36.

14Une unité sans homogénéité ? C’est ce que semble révéler un premier regard historiographique sur une Méditerranée pensée et présentée comme globale qui se prête à un modèle systémique de « migrations méditerranéennes ». Du vaste ensemble d’enjeux que pose cette hypothèse, on retiendra celui qui déplace la focale, et vise à se demander si l’on peut transférer les mêmes caractères aux migrants eux-mêmes.

Migrants méditerranéens ?

  • 37 Claude Liauzu, Passeur de rives. Changements d’identité dans le Maghreb colonial, Paris, L’Harmat (...)
  • 38 Claude Liauzu, Histoire des migrations en Méditerranée occidentale, Bruxelles, Complexe, 1996.
  • 39 Les pionniers d’une telle théorie sont notamment Paul Gehmäling (Travailleurs au rabais. La lutte (...)
  • 40 D’une manière générale, cf. Virginie Baby-Collin, Stéphane Mourlane et Sophie Bouffier (dir.), At (...)
  • 41 Claude Liauzu, « Pour une histoire méditerranéenne des migrations », Confluences Méditerranée, no(...)
  • 42 Ibid., p. 15 et 19.
  • 43 Voir « Mots et migrants méditerranéens », Cahiers de la Méditerranée, no 54, juin 1997, p. 1-14. (...)

15C’est au regretté Claude Liauzu, infatigable « passeur de rives »37, que l’on doit l’une des premières – et quasiment seules, du reste – synthèses historiques sur les migrations en Méditerranée38. Il y soutient avec raison que ce sont les contrastes internes de cette dernière qui ont engendré les migrations, sans quoi une trop forte homogénéité n’aurait pas imposé d’actionner la machine du « push and pull », si l’on retient un modèle théorique de migrations déterminé par les cycles économiques39. Revenant sur le poids des réseaux et des îles, tout en rappelant que le gros des flux mondiaux n’avait pas la Méditerranée pour décor, mais l’Atlantique, flux que les Méditerranéens n’en nourrissaient pas moins40, Claude Liauzu retrace une histoire de mouvements qui jamais ne se sont taris et n’hésite pas à employer l’expression de « migrations méditerranéennes », non pas seulement dans un sens descriptif et géographique, mais en y repérant des points communs faisant sinon modèle, du moins phénomène commun. Déjà en 1993, trois ans avant la publication de cette synthèse, il avait plaidé « pour une histoire méditerranéenne des migrations » – on aura noté le déplacement de l’adjectif : la tournure est certes courante mais en dit long sur ce que l’auteur appelle un « paradoxe », qu’il déplore évidemment, à savoir « l’absence des migrations dans la problématique des études méditerranéennes, l’absence de dimension méditerranéenne dans la problématique d’étude des migrations »41. Qu’entendre par « migration méditerranéenne » ? Une réalité structurelle, centrale dans l’évolution, la transformation des sociétés et leur mise en relation, puisque, estime-t-il, « 25 millions de Méditerranéens se seraient expatriés » ; à ses yeux, sur les 70 millions d’Européens qui auraient quitté le continent entre la découverte de l’Amérique et les années 1960, un tiers proviendrait des pays méditerranéens42. Un pas fut d’ailleurs franchi par l’auteur dans d’autres études où il parle, cette fois, de « migrants méditerranéens »43. L’expression se prêtait particulièrement à une approche en termes de représentations – d’histoire culturelle, donc – et, expliquait l’auteur :

  • 44 Claude Liauzu, « Morts et migrants méditerranéens », art. cit., p. 2.

On se contente ici de quelques repérages concernant les migrants méditerranéens. Pourquoi ce choix de la Méditerranée ? Parce qu’elle fournit la possibilité d’analyser les emboîtements des représentations qui composent l’image de l’immigré : celle de l’étranger par opposition au national, du mélange par opposition au pur, celles des rapports de travail, celles liées à la colonisation, aux relations entre Occident et tiers-monde44.

  • 45 Il faudrait aussi mentionner les études qui considèrent avant tout la Méditerranée comme un espac (...)
  • 46 Ralph Schor, « La France et les migrations méditerranéennes au xxe siècle », dans Irad Malkin (di (...)
  • 47 Un travail pionnier à signaler : Caroline Douki, Les mutations d’un espace régional au miroir de (...)
  • 48 Daniel J. Grange, L’Italie et la Méditerranée (1896-1911). Les fondements d’une politique étrangè (...)
  • 49 Ibid., p. 7.

16Les migrants font donc système aussi dans les esprits. Mais ce « migrant méditerranéen » existe-t-il, concrètement, dans les faits et non seulement dans les images ? Plusieurs traditions historiographiques en ont précisé les traits possibles45. Un premier ensemble de travaux se dessine, selon lequel les migrants méditerranéens, le pluriel est ici préférable, désignent par généralisation des individus issus de pays de cette région et qui, au même moment et pour des raisons souvent voisines, gagnent un foyer commun d’accueil, raison pour laquelle on peut les rassembler dans une même catégorie. Tel est le cas par exemple de Ralph Schor, dans une étude qui traverse tout le xxe siècle, où l’on voit que le réservoir méditerranéen (Italie, Espagne, Maghreb…) constitue une constante, suivant un mouvement croissant, dans le peuplement allogène de la France : entre 45 et 50 % du total des étrangers présents dans l’entre-deux-guerres provenaient de Méditerranée ; ils étaient 82 % au début des années 1980, les Maghrébins ayant supplanté, dans la distribution interne, les Italiens. Par leur origine, les causes qui déterminaient leur départ, les conditions de leur installation et, souvent, les politiques qui les concernaient, ces « migrants méditerranéens », partageaient une communauté de destin, tout autant que, plus prosaïquement, une trajectoire commune46. Toujours dans ce premier ensemble, on pourra ranger ceux qui renversent la perspective et scrutent, à partir d’un pays, l’émigration vers l’ensemble de la Méditerranée. L’étude des départs appartient à un champ de recherche désormais bien balisé, quoi qu’il le fût plus tardivement que l’immigration47. Peu d’études ont cependant fait de l’ancrage méditerranéen en tant que tel un angle réel d’approche. Une exception de taille, tant la thèse dont fut tiré l’ouvrage est loin d’usurper le qualificatif de monumental, par l’apport comme par le volume : L’Italie et la Méditerranée (1896-1911). Les fondements d’une politique étrangère, de Daniel J. Grange48. Ce travail d’histoire totale des relations internationales, sous la direction de Pierre Guillen et sous l’influence intellectuelle de Jean-Baptiste Duroselle, qui invitait à étudier les forces profondes en la matière, parmi lesquelles les migrations, consacre toute une section aux « colonies italiennes en Méditerranée », laquelle relève d’une recherche générale des « traditions méditerranéennes »49. Daniel J. Grange précise son axe problématique en ces termes :

  • 50 Ibid., p. 413. Voir aussi Fabrice Jesné, « Migration and Nation. The Situation of Italians in the (...)

Avec l’étude des colonies italiennes en Méditerranée nous abordons un facteur de détermination qui relève du mouvement pluriséculaire. L’Italie est le seul pays européen en effet qui puisse faire état de noyaux de population épars dans l’espace méditerranéen et remontant, sans solution de continuité, jusqu’au Moyen Âge, le tout vivifié, au cours des siècles, par la présence de la République de Venise et réalimenté, au xixe siècle, par l’émigration politique de l’époque du Risorgimento, puis par l’émigration populaire de la seconde partie du siècle. Cette réalité, maintenue à travers les âges, avait de quoi légitimer, à elle seule, une politique méditerranéenne50.

  • 51 On peut rapprocher cette perspective de travail de celle exposée par Sakis Gekas, « Colonial migr (...)

17Migrants méditerranéens, les Italiens l’étaient parce qu’ils se faisaient les « bras » d’une politique, à très longue vue rappelle l’auteur, d’italianisation du Mare Nostrum51 ; en tout, c’étaient 900 000 Italiens qui peuplaient le pourtour méditerranéen de Crispi à Giolitti – tous les pays sans exception en accueillaient.

18Un autre pôle historiographique donne à l’adjectif méditerranéen une charge lexicale différente, plus qualitative encore, et prend ses distances avec certains travaux. Ici même en effet, dans le numéro spécial des Cahiers de la Méditerranée publié en 1974, Jean-Pierre Poussou en appelait jadis à la vigilance :

  • 52 Jean-Pierre Poussou, « Introduction à l’étude des mouvements migratoires en Espagne, Italie et Fr (...)

Il n’est certainement pas superflu de rappeler […] qu’il serait sans doute vain de rechercher à nouveau des types méditerranéens de migrations. Les types de migrations que l’on peut rencontrer dans ces régions ne paraissent pas devoir constituer des séries particulières, les tentatives de classification jusqu’ici proposées ayant d’ailleurs largement tenu compte des spécificités méditerranéennes. Est-ce à dire tout de même que le xviiie et le début du xixe siècle n’ont pas eu dans ces régions des caractéristiques précises ? Certainement pas et nous allons essayer de le montrer ?52

  • 53 Ces grands cadres ont été repris par John R. McNeill, The Mountains of the Mediterranean World. A (...)
  • 54 Albera Dionigi et Paola Corti, « Migrations montagnardes dans l’espace méditerranéen. Esquisse d’ (...)
  • 55 Hugo Vermeren, Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de pe (...)
  • 56 Julia A. Clancy-Smith, Mediterraneans. North Africa and Europe in an Age of Migration (c. 1800-19 (...)
  • 57 Sur la question des temporalités, voire l’étude de M’hamed Oualdi, « Une succession d’empires. Le (...)
  • 58 Peregrine Horden et Nicholas Purcell, « The Mediterranean and the “New Thalassology », American (...)
  • 59 Maurizio Isabella et Konstantina Zanou, « The Sea, its People and Their Ideas in the Long Ninetee (...)
  • 60 Maurizio Isabella et Konstantina Zanou, « The Sea, its People and Their Ideas… », art. cit., p. 3
  • 61 Ibid.
  • 62 Ibid., p. 7.
  • 63 Ibid. L’ouvrage se défend de vouloir établir des spécificités, mais entend penser la région comme (...)
  • 64 Thomas W. Gallant, « Writing Mediterranean Diasporas After the Transnational Turn », dans Maurizi (...)

19Le questionnement vaut au-delà de ces deux siècles. Plus d’un chercheur s’est cependant mis en quête, non pas d’un type bien sûr, mais de types possibles de migrations et donc, par conséquent, de migrants méditerranéens. Pensons au questionnement très stimulant que lancent Dionigi Albera et Paola Corti sur les migrations montagnardes en Méditerranée : à partir des Alpes, les auteurs repartent inévitablement de Braudel qui insistait sur le rôle de la montagne, considérée comme assez primitive, en tant que fabrique d’hommes sur lesquels s’exerçait une pression démographique53 – dans les Pyrénées, plus que dans les Alpes, d’ailleurs, chez Braudel – les auteurs parlent, là encore, d’un « système migratoire » spécifique, à échelle plus réduite. Comparant l’Apennin et les montagnes du Maghreb, Dionigi Albera et Paola Corti soulignent qu’on ne peut s’en tenir à une simple analyse en termes de complémentarité entre plaines et campagnes ; plus fertile et pertinente se révèle une approche en termes de comportements sociaux du migrant54. Face aux constructions générales englobantes, pratiques à grande échelle mais plus sujettes à caution dès que l’on resserre l’objectif, les auteurs proposent donc une analyse d’un type de migrations et de migrants qui ne vise pas à devenir un modèle mais prend son sens dans la validité répétée que permettent des comparaisons à vaste portée. Sans exhaustivité aucune, plus récemment, Hugo Vermeren, retraçant l’histoire des Italiens à Bône (Annaba), entre 1865 et 1940, propose lui aussi l’étude d’un type de migrants méditerranéens qui n’ait pas de prétention globale mais affine au contraire notre compréhension des choses. À travers l’exemple des pêcheurs de la « Méditerranée du corail », il questionne justement le poids des « îles et [des] rives [qui] n’ont pas la même fonction mais sont interdépendantes »55 – en insistant sur les îles comme zones de transit et de relais – ainsi que les différentes filières migratoires. Mais d’autres travaux, partant d’études ou de comparaisons de cas, n’hésitent pas à proposer des modèles de migrations et migrants méditerranéens à visée plus systématique. Julia Clancy Smith s’y livre avec brio, à partir des migrations à destination de Tunis au xixe siècle, dans Mediterraneans. North Africa and Europe in an Age of Migration (c. 1800-1900)56, dont l’un des mérites consiste à minorer la distinction entre époque précoloniale et coloniale57, tout en montrant l’importance de la circulation entre Empires. Le titre d’un bel ouvrage collectif coordonné par Maurizio Isabella et Konstantina Zanou, est révélateur de ce courant historiographique : Mediterranean Diasporas. Politics and Ideas in the Long 19th Century. Le terme de « diaspora », également employé, en moindre proportion, dans d’autres ouvrages comme celui de Daniel Grange, traduit en réalité une perspective différente, d’autant que le regard relèverait plus des mobilités au sens large que des migrations. Affichant en toutes lettres l’enjeu – toujours – de comprendre l’unité dans la diversité – à moins que ce ne fût le contraire – dans le cadre de la « New Thalassology » des études méditerranéennes, démarche chère à Peregrine Horden et Nicholas Purcell58, l’ouvrage défend l’idée d’une « Méditerranée pluralisée »59, à la fois par division et par multiplication, et reprend celle de « Méditerranées miniatures » forgée par David Abulafia. De surcroît, Maurizio Isabella et Konstantina Zanou regrettent – on y souscrira pleinement – que nombre de travaux donnent l’impression qu’au plus on entre dans la période contemporaine, au moins la Méditerranée n’existe « comme catégorie d’analyse historique »60, déficit qu’ils se proposent heureusement de combler. Justement, la Méditerranée, ils l’entendent comme « un espace de contact, de rencontre, d’enchevêtrement et d’interaction élastique parmi ses peuples divers et hétérogènes. Son histoire est celle d’interconnexions et de leurs multiples formes : parmi celles-ci, les diasporas et la circulation intellectuelle. Notre histoire de la Méditerranée, ajoutent-ils, est tout entière faite de contacts, aussi bien pacifiques que violents ; c’est une histoire dynamique, faite d’interactions, et transméditerranéenne »61. La caractéristique de ces mobilités méditerranéennes et de leurs acteurs, qui constituent des diasporas, réside dans la possibilité pour celles-ci de produire et réinventer leurs « centres », non d’être produites à partir de ceux-ci. Il s’agit de l’ « expression d’une fragmentation, de multiplicités de fidélités et d’appartenances »62. La Méditerranée, du moins au xixe siècle, était donc bien un « monde polycentrique »63, un monde non fermé sur lui. La conclusion de Thomas W. Gallant, sur l’étude des diasporas méditerranéennes après le « transnational turn », offre une argumentation précieuse et récuse la position périphérique prêtée à la Méditerranée dans les circulations politiques du « siècle des révolutions »64. Un secteur, un angle de vue, une dimension permettent donc, par une vision en coupe, de trouver des migrants méditerranéens.

  • 65 Jean-Claude Passeron et Jacques Revel, « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », da (...)

20Derrière des formulations voisines, se cache donc une infinité de sens et de postulats scientifiques, allant d’observations descriptives à l’élaboration de modèles plus systématiques. Une difficulté méthodologique ne peut cependant être éludée et porte sur les ordres de grandeur de tout raisonnement. Il est en effet tentant, pour éviter l’accusation de courte vue épistémologique ou pour renforcer la fertilité de conclusions que l’on craindrait trop partielles, de « monter en généralité » un peu trop rapidement et de passer de l’étude de cas, si fine et aboutie soit-elle, à un modèle. Tentation présente dans nombre de monographies comme dans plusieurs entreprises collectives où la dimension méditerranéenne à proprement parler ne se donne vraiment à voir que dans les introductions et les conclusions. C’est en réalité le prix à payer pour une connaissance valable, qui ne peut se satisfaire d’une vision surplombante et doit passer par une échelle réduite ou moyenne d’observation. Jean-Claude Passeron et Jacques Revel ont fait la preuve définitive d’un tel écueil et de ses apories. Aussi faut-il prendre soin de distinguer « la singularité et l’occurrence »65 pour établir une preuve scientifique. En l’espèce, le problème peut être dépassé, ou, à tout le moins, temporisé si l’on admet que les « cas » de migrations dites méditerranéennes ne constituent pas des exceptions mais des exemples. À quoi s’ajoute que la résolution de l’enjeu passe aussi par sa prise de conscience et l’objectif de le prendre à bras-le-corps, sans quoi le saut du cas au modèle ne serait pas un changement d’échelle fécond pour saisir des tendances lourdes, mais une simple généralisation. L’une des études exemplaires à ce titre est celle de Dionigi Albera et Paola Corti, plus haut évoquée. Se demandant si la sédentarité apparaissait bien comme un élément fondamental de l’Ancien Régime et si l’image du migrant méditerranéen reflétait une réalité constatable en plusieurs points de ce bassin, les auteurs notent, dans un extrait qui mérite d’être reproduit longuement :

Si le panorama de l’historiographie est encore bigarré, le tableau devient encore plus compliqué si on se déplace dans d’autres domaines disciplinaires. Dans ce cas, nous assistons à des diversifications qui dépassent les frontières entre écoles nationales. Dans le flou des cadres théoriques de référence, la multiplication récente des recherches microanalytiques est-elle destinée à produire une connaissance en miettes ? Comment arriver à des synthèses qui ne se limitent pas à ranger les résultats des enquêtes dans des séquences fortuites et aux résultats peu significatifs ? Enfin, comment éviter le danger d’un revirement trop net des modèles d’interprétation considérés, à juste titre, obsolètes ? S’opposer au « paradigme de la sédentarité » […], ce qui nous semble tout à fait correct, ne peut pas impliquer, par exemple, une attribution aveugle et anhistorique de la mobilité à chaque organisation sociale du passé, ce qui pourrait rappeler l’obscurcissement de la nuit hégélienne.

  • 66 Dionigi Albera et Paola Corti, « Migrations montagnardes dans l’espace méditerranéen… », art. cit (...)

Pour sortir de l’impasse, il faut, croyons-nous, commencer à construire des taxinomies provisoires et détecter les différentes formes de mobilité par le biais de comparaisons qui s’opposent à la fragmentation des recherches et aux difficultés de communication entre l’histoire et des disciplines – telles la géographie, la sociologie ou l’anthropologie – qui s’occupent de la mobilité, en donnant souvent une profondeur chronologique aux analyses66.

21Profession de foi méthodologique à la fois pleine de modestie et d’ambition, qui doit nous faire réfléchir au-delà de l’objet précis qui nous occupe dans ces lignes.

22Faut-il donc renoncer ? En aucun cas, mais les travaux passés ici en revue mettent en garde et montrent que toute prise en compte de l’objet « migrations » doit s’accompagner d’un protocole méthodologique rigoureux. La réalité migratoire n’appartient d’ailleurs pas au passé et constitue une donnée toujours importante qui fait aussi évoluer nos cadres d’approche. Et si l’unité de l’espace migratoire méditerranéen n’était pas à chercher dans les types de mouvements mais dans le cadre – assez récent – qui en assure la gestion et les contraint ? Si la réponse est positive, c’est plus d’ « Euro-Méditerranée » que de Méditerranée qu’il faudrait parler.

Les variations du signifiant méditerranéen et les nouveaux cadres migratoires. Une unité par le politique ?

  • 67 Natalia Ribas-Mateos, Migration, Welfare & Borders…, op. cit., p. 5 sq.
  • 68 Ibid., p. 9.
  • 69 Peter Burke, « Passing through Three Crises », dans Dionigi Albera, Anton Blok et Christian Bromb (...)

23Le temps du « caravansérail » méditerranéen est révolu. Dans ce numéro, Marie- Carmen Smyrnelis revient sur l’historiographie du cosmopolitisme méditerranéen ; il se conjugue au passé de longue date. Comme le remarque à juste titre Natalia Ribas-Mateos, la Méditerranée a abandonné son image d’ « espace commun » pour devenir un espace de friction et de tension parmi les plus brûlants au monde67. Au nombre des évolutions récentes – où l’image du « cimetière » supplante celle du cosmopolitisme – la sociologue distingue une « européanisation de la Méditerranée » qui, sous le regard des anthropologues également, a pour effet de diffracter cet espace, ce dont les migrations sont le vecteur et le témoin. « Ainsi, avec le temps, écrit-elle, l’anthropologie de la Méditerranée a laissé place à l’anthropologie de l’Europe. L’Europe du Sud, l’Afrique du Nord et l’Europe du Sud-Est sont préférées au concept réifié de Méditerranée. Cependant, mon opinion rejoint celle d’autres auteurs en ce que la Méditerranée est aujourd’hui un moyen d’empêcher l’euro-centrisme »68. Tel est l’enjeu de taille qui se dévoile et fut déjà esquissé, à l’orée du xxie siècle, par Peter Burke69. Parler d’ « Euro-Méditerranée » conduit-il à renforcer une Méditerranée connectée au Nord ou contribue-t-il à la dissoudre ? La réponse semble s’écrire en caractères politiques plutôt que géographiques, car la construction et les représentations de la Méditerranée jouent un rôle dans la gestion de la question migratoire.

  • 70 Michal A. Kozakowski, « Making “Mediterranean Migrants” : Geopolitical Transitions, Migratory Pol (...)
  • 71 Sur cette distinction, voir Barbara Meazzi et Jérémy Guedj (dir.), « La culture fasciste entre la (...)
  • 72 Ralph Schor, « L’image de l’Italien dans la France de l’entre-deux-guerres », dans Pierre Milza ( (...)
  • 73 Rappelons ici que, pour poursuivre l’exemple français, la politique officielle d’immigration, apr (...)
  • 74 Michael A. Kozakowski, « Making “Mediterranean Migrants”… », art. cit., p. 191.

24Le phénomène a des racines anciennes. L’historien Michael Kozakowski a rappelé ici même, dans un article précisément intitulé « Making “Mediterranean Migrants” », comment la (géo)politique française forgea l’image de cet archétype introuvable en réalité. On retrouve là des questionnements développés plus haut : le « migrant méditerranéen » est avant tout une figure70. Après la première guerre mondiale, c’était en fait plus le Latin que le Méditerranéen – distinction que le fascisme et ses épigones contribuèrent à creuser71 – qui trouvait grâce, en France par exemple, aux yeux des pouvoirs publics comme d’une partie de la société, Ralph Schor et Laure Teulières ont insisté sur ce point72. Le discours sur la « race méditerranéenne » avait donc des répercussions directes sur la politique migratoire et ne revêtait d’ailleurs pas toujours une connotation négative, même si les « Nordiques » étaient toujours préférés73. La décolonisation et la construction européenne eurent pour effet de « relatiniser » les représentations : en 1974 encore, un rapport du ministère français du Travail, rappelle Michael Kozakowski, distinguait « main-d’œuvre européenne » et « travailleurs du bassin méditerranéen » ; les « Latins » appartenaient au premier groupe74. Si bien que les migrations méditerranéennes, entendues dans l’acception la plus récente de l’expression, retrouvaient une certaine unité : celle d’être soumises à des politiques, voire des institutions communes.

25Les géographes ont fait la preuve ancienne de la frontiérisation par le politique de la Méditerranée ; que l’on pense aux travaux d’Olivier Clochard, pour qui :

  • 75 Olivier Clochard, « La Méditerranée : dernière frontière avant l’Europe », Cahiers d’Outre-mer, n(...)

Cette mer méditerranéenne qui s’est « enrichie » de toute une armada de protections, a généré l’image d’une frontière, d’un vaste limes assiégé par des personnes en quête d’une vie meilleure, avec au Sud et à l’Est, des pays à qui les États de l’Union demandent de devenir à leur corps défendant les gendarmes de l’Europe75.

  • 76 Camille Schmoll, Les Damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, Paris, La Découvert (...)
  • 77 « Marge et frontière occupent deux places complémentaires dans mon propos, car je défendrai l’idé (...)
  • 78 Ibid., p. 21.

26Camille Schmoll, dans un beau livre au titre si parlant, Les Damnées de la mer, explique pourtant que « les migrations actuelles qui traversent l’espace méditerranéen sont plutôt réduites par rapport à certaines périodes du passé »76 ; une spécificité actuelle réside dans la production, par les politiques, de « marges » qui prolongent les frontières et créent des zones brisant l’unité méditerranéenne77. Les « temps forts » de cette frontiérisation euro-méditerranéenne, depuis Schengen, sont la convention de Dublin (1990) et les règlements de Dublin II (2003) et Dublin III (2013) : « ce qui s’est passé depuis les années 2010 relève d’une accélération – plutôt que d’un changement radical – dans la constitution de l’espace euroméditerranéen comme zone frontière, comme borderland »78.

  • 79 Stéphane de Tapia, Système migratoire euroméditerranéen, Bruxelles, Éditions du Conseil de l’Euro (...)

27Et l’on retrouve le débat qui nous occupe ici : doit-on parler d’un « espace » ou d’un « système » euro-méditerranéen ? Pour le géographe Stéphane de Tapia, parler de « système euro-méditerranéen » – il revendique l’expression – conduit à insister sur l’ « autonomisation de l’espace méditerranéen »79 – c’était en 2008. L’extension géographique d’un « espace euroméditerranéen en tant que zonre cristallisant les flux sud-nord » serait la suivante :

  • 80 Ibid., p. 15. L’auteur ajoute : « cet ensemble euroméditerranéen est en soi un espace amplement s (...)

Pays de la rive nord et pays d’immigration de l’Union européenne recruteurs de main-d’œuvre sur la rive sud (par exemple : Marocains de France, de Belgique et de Grande-Bretagne, Turcs d’Allemagne, de France, du Benelux et de Scandinavie, Algériens de France, Tunisiens de France et d’Italie…), nouveaux pays d’immigration de la rive nord (Espagne, Italie, Grèce), pays d’émigration et de transit des rives méridionale et orientale qui commencent à se transformer en nouveaux pays d’immigration ou de rétention – diraient les chercheurs sur le droit d’asile et sur les migrations irrégulières (du Maroc à la Turquie et au Liban) – en font partie80.

  • 81 Cf. Catherine Wihtol de Wenden, « L’espace migratoire méditerranéen et ses enjeux », dans Ali Ben (...)
  • 82 Catherine Wihtol de Wenden, Pour accompagner les migrations en Méditerranée, Paris, L’Harmattan, (...)

28Sur ce point, la politiste Catherine Wihtol de Wenden défend une vue divergente. Elle qui a beaucoup travaillé sur les enjeux géopolitiques du « dialogue euro-méditerranéen » depuis 1995 et le processus de Barcelone, redessine l’architecture générale d’un projet où les migrations s’inscrivaient dans un processus de co-développement, comme l’ont montré les accords MEDA I (1995-1999) et MEDA II (2000-2006)81, mais, dans Pour accompagner les migrations en Méditerranée, elle assume : « cet espace migratoire n’est pas pour autant un système migratoire, car l’Union européenne tourne le dos aux migrations venues du sud, du fait qu’elle s’est construite sur la liberté de circulation, d’installation et de travail à l’intérieur de l’Europe élargie, fermant ses frontières au sud de la Méditerranée tandis qu’elle les ouvrait à l’Est. On assiste donc à un décalage entre la réalité des flux vers l’Europe et l’appareil institutionnel censé les gérer »82. Au terme de l’argumentation et de l’ouvrage, un dernier chapitre a pour titre logique : « Construire un système migratoire euro-méditerranéen ». L’auteur confirme :

  • 83 Ibid., p. 103. Voir aussi Francesca Ippolito, « Conceptualising a migrants’ rights-based EuroMed (...)

Cet espace est le contraire d’un système migratoire. Aucun système institutionnel construit autour de la région euro-méditerranéenne n’accompagne la mobilité des migrants, comme c’est le cas en Europe pour les citoyens de l’Union alors que c’est de la rive sud de la Méditerranée que provient l’essentiel des migrations en Europe83.

  • 84 Anja Wiesbrock, « Euro-Mediterranean labour migration : a mutually beneficial partnership ? », da (...)

29Une vision unifiée peut aussi provenir de l’économie, l’espace euroméditerranéen étant dès lors considéré comme un marché du travail, avec les limites que lui oppose, donc, le politique84. Les historiens se saisiront bientôt, espérons-le, de ces objets pour contribuer à les mettre en temporalités.

  • 85 Voir le beau et novateur dossier coordonné par Constance de Gourcy et Kamel Chachoua, « Mobilités (...)

30De tout ce qui précède, ressort l’idée d’une production éclatée. L’historiographie des migrations croise nécessairement la Méditerranée, et inversement, c’est certain, mais la plupart des entreprises personnelles ou collectives semblent creuser un sillon singulier. Retournons le regret en motif de réjouissance : il reste encore beaucoup à faire, sur le plan documentaire, et en matière de pluridisciplinarité ; là demeurent encore des cloisons visibles. Il conviendrait que les historiens se saisissent de l’histoire immédiate ou soient convoqués par d’autres disciplines dans un autre rôle que celui de rappeler les genèses. La Méditerranée des migrations est donc l’histoire d’une présence forte, qui ne doit pas occulter les absences85, les creux, les ombres… Le travail ne manque pas, ni les efforts à consentir pour faire converger les traditions de recherche vers l’approfondissement d’un objet commun, méditerranéen au sens plein. Tout bilan historiographique, en fait, ne peut se clore que par le souhait d’être frappé d’une rapide obsolescence.

Haut de page

Notes

1 Ernst Georg Ravenstein, « The Laws of Migration », Journal of the Royal Statistical Society, vol. 48, no 2, 1885, p. 167-235 ; vol. 52, no 2, 1889, p. 241-305, cite par Nancy L. Green, Repenser les migrations, Paris, PUF, 2002, p. 2.

2 Nancy L. Green, Repenser les migrations, op. cit., p. 1.

3 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II [1949], t. I, Paris, Armand Colin, 2e éd. 1966, p. 254, terme repris dans La Méditerranée. L’espace et l’histoire [1977], Paris, Flammarion, 1985, p. 77.

4 Maurice Aymard, « Migrations », dans Fernand Braudel (dir.), La Méditerranée. Les hommes et l’héritage, Paris, Flammarion, 1986, p. 131.

5 André Nouschi, « Avant-propos », dossier « Les migrations dans les pays méditerranéens au xviiie et au début du xixe siècle » (Actes des journées d’études de Bendor, 6 et 7 avril 1973), Cahiers de la Méditerranée, série spéciale no 2, 1974, p. 1.

6 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen…, op. cit., t. I, p. 253-254. La référence à Lucien Febvre renvoie à une contribution aux Annales d’histoire sociale, parue le 11 janvier 1940. Le « mouvement » chez Braudel, considéré sur le temps long, désigne des circulations concrètes tout autant qu’intellectuelles, voire spirituelles, comme l’a souligné Jack H. Hexter, « Fernand Braudel and the Monde Braudellien… », The Journal of Modern History, vol. 44, no 4, décembre 1972, p. 505.

7 Akin L. Mabogunje, « Systems Approachs to a Theory of Rural-Urban Migration », Geographical Analysis, vol. 2, no 1, janvier 1970, p. 1-18 ; James T. Fawcett, « Networks, Linkages and Migration Systems », International Migration Review, no 23, hiver 1989, p. 671-680 ; Thomas Faist, The Volume and Dynamics of International Migration and Transnational Social Spaces, Oxford, Clarendon Press, 2000.

8 Voir précisément sur ce point Dirk Hoerder, « From Immigration to Migration Systems : New Concepts in Migration History », OAH Magazine of History, vol. 14, no 1, hiver 1999, p. 6-7 pour les rapports entre systèmes migratoires et agency, ainsi que Mary M. Kritz, Lin L. Lim et Hania Zlotnik (éd.), International Migration Systems. A Global Approach, Oxford, Oxford University Press, 1992 ; Douglas S. Massey, Joacquín Arango, Graeme Hugo, Ali Kouaouci, Adela Pellegrino et J. Edward Taylor, « Theories of International Migration : A Review and Appraisal », Population and Development Review, vol. 19, no 3, septembre 1993, p. 431-466 ; les mêmes auteurs y sont revenus : Douglas Massey, Joachim Arango et Edward Taylor, Worlds in Motion. Understanding International Migration in the End of the Millenium, Oxford, Oxford University Press, 2005 ; Nancy L. Green, « The Comparative Method and Poststructural Structuralism : New Perspectives for Migration Studies », dans Jan et Leo Lucassen (éd.), Migrations, Migration History, History. Old Paradigms and New Perspectives, New York, Lang, 1997, p. 57-72.

9 Gildas Simon, La planète migratoire dans la mondialisation, Paris, Armand Colin, 2008, p. 20-21.

10 Gildas Simon, « Migrations, la spatialisation du regard », Revue européenne des migrations internationales, vol. 22, no 2, 2006, p. 12.

11 Daniel Courgeau, « Les champs migratoires en France », Population, vol. 25, no 6, 1970, p. 1179-1182.

12 Gildas Simon, La planète migratoire…, op. cit., p. 15. Voir, du même auteur, L’espace des travailleurs tunisiens en France. Structures et fonctionnement d’un champ migratoire international, Thèse de doctorat d’État en géographie, Université de Poitiers, 1979 ; et, pour un examen récent de cette notion, David Lessault, William Berthomière, « Le champ migratoire. Une notion fondatrice des théories contemporaines des migrations internationales », dans Yann Scioldo-Zürcher, Marie-Antoinette Hilly et Emmanuel Ma Mung (dir.), Étudier les migrations internationales, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2019, p. 21-60.

13 Gildas Simon, « Migrations, la spatialisation du regard », art. cit., p. 11.

14 Gildas Simon, Géodynamique des migrations internationales dans le monde, Paris, PUF, 1995, p. 320.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 323.

17 Gérard-François Dumont, « Le système migratoire méditerranéen », Outre-Terre, no 23-3, 2009, p. 257-272.

18 Ibid., p. 267.

19 Ibid., p. 272.

20 Gérard-François Dumont, « Les flux migratoires en Méditerranée », dans Vincent Moriniaux (dir.), La Méditerranée, Paris, Éditions du Temps, 2001, p. 203 ; cf. également les propos suggestifs du géographe Bernard Hourcade : « Pierre Gentelle pense que la mer de Chine méridionale comprend trop d’entités différentes et de désordre pour être une Méditerranée… Sans aller jusque-là, on peut se poser la question des limites, de l’ampleur et de la complexité des différences entre les rives opposées. […] La question fondamentale est de savoir ce qui réunit les pôles des Méditerranées. L’explication culturelle est nécessaire mais pas suffisante. Les migrations me semblent jouer un rôle fondamental » (« Le concept de “Méditerranée” », L’Espace géographique, vol. 24-3, 1995, p. 220-221).

21 Camille Schmoll, Hélène Thiollet et Catherine Wihtol de Wenden, « Introduction », dans id. (dir.), Migrations en Méditerranée. Permanences et mutations à l’heure des révolutions et des crises, Paris, CNRS Éditions, 2015, p. 9.

22 Ibid., p. 10.

23 Ibid., p. 11. Voir aussi Camille Schmoll et Giovanni Semi, « Shadow circuits. Urban spaces and mobilities accross the Mediterranean », Identities, vol. 20, no 4, 2012, p. 377-392 ; Alain Tarrius, Lamia Missaoui et Fatima Qacha (dir.), Transmigrants et nouveaux étrangers, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2013. Alain Tarrius parle d’ailleurs – ce qui s’appliquerait très bien à la Méditerranée – d’une « mondialisation par le bas » (« Apparition et diversification des migrations transnationales (1980-2015). La mondialisation par le bas et ses formes migratoires ethniques et cosmopolites », dans Yann Scioldo-Zürcher, Marie-Antoinette Hilly et Emmanuel Ma Mung (dir.), Étudier les migrations internationales, op. cit., p. 69-85).

24 Camille Schmoll, Hélène Thiollet et Catherine Wihtol de Wenden, « Introduction », art. cit., p. 12.

25 Catherine Wihtol de Wenden, La globalisation humaine, Paris, PUF, 2009, p. 99.

26 Elena Ambrosetti, Donatella Strangio et Catherine Wihtol de Wenden (éd.), Migration in the Mediterranean. Socio-economic perspectives, Londres, Routledge, 2016.

27 Voir Jean-Paul Zúñiga (dir.), Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, Paris, La Bibliothèque du CRH, 2011, et surtout, pour une application au domaine migratoire, Nancy L. Green et Roger Waldinger (éd.), A Century of Transnationalism. Immigrants and Their Homeland Connections, Urbana, University of Illinois Press, 2016 ; Nancy L. Green, The Limits of Transnationalism, Chicago, University of Chicago Press, 2019.

28 Raphaël Lutz, « La théorie du champ social et le fait migratoire », dans Clelia Caruso, Jenny Pleinen et Raphael Lutz (éd.), Postwar Mediterranean Migration to Western Europe. Legal and Political Frameworks, Sociability and Memory Cultures, Berne, Peter Lang, 2008, p. 43.

29 Ibid., p. 47.

30 Le concept est mobilisé par Dirk Hoerder et Leslie Page Moch (dir.), European Migrants. Global and Local Perspectives, Boston, Northeastern University Press, 1996 ; l’ouvrage ne porte pas spécifiquement sur la Méditerranée, mais elle y occupe la place qui lui revient.

31 Claudia Moatti, « Introduction », dans id. (dir.), La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne : procédures de contrôle et documents d’identifications, Rome, École française de Rome, 2004, p. 2. Voir aussi, pour la période médiévale plus précisément, entre bien d’autres titres bien sûr, Michel Balard et Alain Ducellier (dir.), Migrations et diasporas méditerranéennes (xe-xvie siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

32 Cf. Maurice Aymard, « Fernand Braudel, the Mediterranean, and Europe », Mediterranean Historical Review, vol. 2, no 1, 1987, p. 102-114 ; voir également, Edmund Burke III, « Toward a Comparative History of the Modern Mediterranean, 1750-1919 », Journal of World History, vol. 23, no 4, décembre 2012, p. 907-939, qui accorde toute une section aux conséquences des migrations sur la construction de la Méditerranée. Signalons enfin l’important et récent travail, qui accorde une grande place aux mobilités, de Marie-Carmen Smyrnelis, Jeux d’identité(s) et d’espace(s) dans la Méditerranée des xviiie et xixe siècles, habilitation à diriger des recherches (garant : Pierre-Yves Beaurepaire), Université Côte-d’Azur, 2020.

33 Peregrine Horden et Nicholas Purcell, The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford, Blackwell Publishers, 2000.

34 Claudia Moatti, « De la Méditerranée ou de l’historicité », dans id. (dir.), La Méditerranée introuvable. Relectures et propositions, Paris, Karthala, 2020, p. 25. Pour une réinterrogation stimulante du modèle braudélien appliquée à un cas précis, voir l’article de Silvia Marzagalli, dans le présent dossier. Dans le cadre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC), nous avons lancé pour notre part, avec Jean-Pierre Darnis, en 2020, un cycle de séminaires sur un objet précis (« La France, l’Italie et leurs Méditerranées, xixe-xxe siècle) qui, sans évidemment tourner le dos au modèle braudélien, se demande quels en sont les éléments toujours tangibles à l’époque contemporaine. Nous organisons depuis ce séminaire en partenariat avec Emidio Diodato et Federico Niglia (Università per Stranieri, Pérouse), ainsi que Maurizio Ridolfi et Sante Cruciani (Unversità della Tuscia, Viterbe).

35 Anne Brogini et Swanie Potot, « Introduction. Mobilités, surveillances, assistance en Méditerranée », dans Anne Brogini, Maria Ghazali et Swanie Potot (dir.), Mobilités en Méditerranée. Quotidiens, contrôles assistances (xvie-xxie siècles), Saint-Denis, Bouchène, 2020, p. 10-11. L’expression « faits de frontières » est justement empruntée à Camille Schmoll, Hélène Thiollet et Catherine Wihtol de Wenden (dir.), Migrations en Méditerranée…, op. cit. Voir aussi Bernard Heyberger et Chantal Verdeil (dir.), Hommes de l’entre-deux. Parcours individuels et portraits de groupes sur la frontière de la Méditerranée (xvie-xxe siècle), Paris, Les Indes Savantes, 2009 ; Anne Brogini et Maria Ghazali (dir.), La Méditerranée au prisme des rivages. Menaces, protections, aménagements en Méditerranée occidentale (xvie-xxie siècles), Saint-Denis, Bouchène, 2015.

36 Natalia Ribas-Mateos, Migration, Welfare & Borders. The Mediterranean in the Age of Globalization, Londres, Transaction Publishers, 2005 ; Evelyne Ritaine, « Postface. The Border : Political Analyser of a Fluid World », dans Lisa Anteby-Yemini, Virginie Baby-Collin, Sylvie Mazzella, Stéphane Mourlane, Cédric Parizot, Céline Régnard et Pierre Sintès (éd.), Borders, Mobilities and Migrations. Perspectives from the Mediterranean (19-21st Century), Berne, Peter Lang, 2014, p. 301. Et pour la référence : Zygmunt Bauman, Liquid Modernity, Cambridge, Blackwell Publishers, 2000.

37 Claude Liauzu, Passeur de rives. Changements d’identité dans le Maghreb colonial, Paris, L’Harmattan, 2000.

38 Claude Liauzu, Histoire des migrations en Méditerranée occidentale, Bruxelles, Complexe, 1996.

39 Les pionniers d’une telle théorie sont notamment Paul Gehmäling (Travailleurs au rabais. La lutte syndicale contre les sous-concurrences ouvrières, Paris, Bloud & Cie, 1910) et Harry Jerome (Migration and Business Cycles, New York, National Bureau of Economic Research, 1926) ; voir Nancy L. Green, Repenser les migrations, op. cit., p. 88-94. Pour une discussion appliquée à l’après-guerre et à des mouvements migratoires provenant en grande partie de Méditerranée, nous nous permettons de renvoyer à Jérémy Guedj, Gouverner ou choisir. La IVe République et l’immigration, Thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Ralph Schor, Université de Nice, 2015, p. 244-248.

40 D’une manière générale, cf. Virginie Baby-Collin, Stéphane Mourlane et Sophie Bouffier (dir.), Atlas des migrations en Méditerranée. De l’Antiquité à nos jours, Arles, Actes Sud, 2021. Pour mettre ces migrations en perspective, voir par exemple Philippe Rygiel, Le temps des migrations blanches. Migrer en Occident du milieu du xixe siècle au milieu du xxe siècle, Paris, Publibook, 2010 ; Paola Corti, Storia delle migrazioni internazionali, Rome-Bari, Laterza, 2007.

41 Claude Liauzu, « Pour une histoire méditerranéenne des migrations », Confluences Méditerranée, no 5, hiver 1993, p. 11.

42 Ibid., p. 15 et 19.

43 Voir « Mots et migrants méditerranéens », Cahiers de la Méditerranée, no 54, juin 1997, p. 1-14. À l’occasion du premier moment marquant l’anniversaire de cette revue, qui consistait en un florilège d’articles qui y avaient paru depuis cinq décennies, il a semblé important de publier de nouveau ce texte, 23 ans plus tard (cf. Barbara Meazzi et Jean-Paul Pellegrinetti (dir.), « La Méditerranée en partage. 50 ans de recherche », Cahiers de la Méditerranée, no 100, juin 2020 ; l’article de Claude Liauzu couvre les pages 259 à 270). Voir aussi, sur un autre registre, toujours du même auteur : « Le migrant méditerranéen, toujours suspect », Confluences Méditerranée, no 42, 2002, p. 65-70.

44 Claude Liauzu, « Morts et migrants méditerranéens », art. cit., p. 2.

45 Il faudrait aussi mentionner les études qui considèrent avant tout la Méditerranée comme un espace d’observation, un laboratoire ; parmi nombre d’exemples, Yves Charbit et Catherine Bertrand, Enfants, familles, migrations dans le bassin méditerranéen, Paris, PUF-INED, 1985.

46 Ralph Schor, « La France et les migrations méditerranéennes au xxe siècle », dans Irad Malkin (dir.), La France et la Méditerranée. Vingt-sept siècles d’indépendance, Leiden, Brill, 1990, p. 275 et 279 pour les proportions citées. Dans le même ordre d’idées, voir le travail de l’historienne Jozefien De Bock, Parallel Lives Revisited. Mediterranean Guest Workers and Their Families at Work and in the Neighbourhood (1960-1980), New York-Oxford, Bergahn Books, 2018, qui étudie un échantillon de « Méditerranéens » à l’échelle d’une ville, Gand, en Belgique, pour le second xxe siècle. Citons aussi, dans une perspective voisine, Manuela Martini et Raphael Lutz, « Illegal Mediterranean Migrations to Western Europe after World War II », Journal of Modern European History, vol. 12, no 1, 2014, p. 80-83.

47 Un travail pionnier à signaler : Caroline Douki, Les mutations d’un espace régional au miroir de l’émigration : l’Apennin toscan (1860-1914), Thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Pierre Milza, Institut d’Études politiques, 1996 ; il fut suivi de synthèses et travaux collectifs importants : Nancy L. Green, François Weil (dir.), Citoyenneté et émigration. Les politiques du départ, Paris, Éditions de l’EHESS, 2006 ; Stéphane Dufoix, Carine Guerassimoff et Anne de Tinguy (dir.), Loin des yeux, près du cœur. Les États et leurs expatriés, Paris, Presses de Sciences Po, 2010. Pour nous en tenir à l’espace méditerranéen – élargi – il convient de citer plusieurs thèses importantes, par nationalité : Victor Pereira, La dictature de Salazar face à l’émigration. L’État portugais et ses migrants en France (1957-1974), Paris, Presses de Sciences Po, 2012 ; Marieke Polfliet, Émigration et politisation. Les Français de New York et la Nouvelle-Orléans dans la première moitié du xixe siècle, Thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Silvia Marzagalli et François Weil, Université de Nice, 2013, qui accorde une place importante au relais algérien ; Jean-Charles Scagnetti, La Wilaya hexagonale. L’Algérie et son émigration : une histoire d’identités (1962-1988), Thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Ralph Schor, Université de Nice, 2014.

48 Daniel J. Grange, L’Italie et la Méditerranée (1896-1911). Les fondements d’une politique étrangère, Rome, École française de Rome, 1994.

49 Ibid., p. 7.

50 Ibid., p. 413. Voir aussi Fabrice Jesné, « Migration and Nation. The Situation of Italians in the Eastern Mediterranean in the Early 19th Century », dans Lisa Anteby-Yemini, Virginie Baby-Collin, Sylvie Mazzella, Stéphane Mourlane, Cédric Parizot, Céline Régnard et Pierre Sintès (éd.), Borders, Mobilities and Migrations…, op. cit., p. 239-250.

51 On peut rapprocher cette perspective de travail de celle exposée par Sakis Gekas, « Colonial migrants and the making of a British Mediterranean », European Review of History, vol. 19, no 1, 2012, p. 75-92, qui s’intéresse au poids des migrations dans les « réseaux impériaux » britanniques en Méditerranée, à ceci près qu’il s’agit là d’un Empire réel et non convoité. Il y encore beaucoup à faire, en langue française, sur les liens entre migrations et Empires ; évoquons, avec de nombreux recoupements méditerranéens : Olivier Dard et Anne Dulphy (dir.), Déracinés, exilés, rapatriés ? Fins d’empires coloniaux et migrations, Berne, Peter Lang, 2020.

52 Jean-Pierre Poussou, « Introduction à l’étude des mouvements migratoires en Espagne, Italie et France méditerranéenne au xviiie siècle », Cahiers de la Méditerranée, série spéciale no 2, 1974, p. 5. Cet article a été republié dans le numéro 100 des Cahiers mentionné plus haut.

53 Ces grands cadres ont été repris par John R. McNeill, The Mountains of the Mediterranean World. An Environmental History, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

54 Albera Dionigi et Paola Corti, « Migrations montagnardes dans l’espace méditerranéen. Esquisse d’une analyse comparative », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 112, no 1, 2000, p. 359-384. L’article se présente comme une critique argumentée de certaines hypothèses braudéliennes.

55 Hugo Vermeren, Les Italiens à Bône (1865-1940). Migrations méditerranéennes et colonisation de peuplement en Algérie, Rome, École française de Rome, 2017, p. 29.

56 Julia A. Clancy-Smith, Mediterraneans. North Africa and Europe in an Age of Migration (c. 1800-1900), Berkeley, University of California Press, 2011, qui s’interroge (p. 18 sq.) sur l’unité et la diversité de la Méditerranée.

57 Sur la question des temporalités, voire l’étude de M’hamed Oualdi, « Une succession d’empires. Les historicités d’une société maghrébine », Annales HSS, vol. 72, no 4, octobre-décembre 2017, p. 1055-1083 ; pour une approche des liens entre temporalités et expériences migratoires : Céline Régnard, Pierre Sintès, Stéphane Mourlane, Sylvie Mazzella et Virginie Baby-Collin (dir.), Migrations et temporalités en Méditerranée. Les migrations à l’épreuve du temps (xixe-xxie siècle), Paris, Karthala, 2017.

58 Peregrine Horden et Nicholas Purcell, « The Mediterranean and the “New Thalassology », American Historical Review, vol. 111, no 3, 2006, p. 722-740.

59 Maurizio Isabella et Konstantina Zanou, « The Sea, its People and Their Ideas in the Long Nineteenth Century », dans id. (éd.), Mediterranean Diasporas. Politics and Ideas in the Long 19th Century, Londres-New York, Bloomsbury, 2016, p. 2. Sur un sujet voisin, mais avec une autre approche, voir Valérie Assan, Bernard Heyberger et Jakob Vogel (dir.), Minorités en Méditerranée au xixe siècle. Identités, identifications, circulations, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

60 Maurizio Isabella et Konstantina Zanou, « The Sea, its People and Their Ideas… », art. cit., p. 3.

61 Ibid.

62 Ibid., p. 7.

63 Ibid. L’ouvrage se défend de vouloir établir des spécificités, mais entend penser la région comme un ensemble, en l’occurrence, une « communauté de pensée », puisque le propos insiste sur les mobilités intellectuelles.

64 Thomas W. Gallant, « Writing Mediterranean Diasporas After the Transnational Turn », dans Maurizio Isabella et Konstantina Zanou (éd.), Mediterranean Diasporas…, op. cit., particulièrement p. 209.

65 Jean-Claude Passeron et Jacques Revel, « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », dans id. (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, p. 15.

66 Dionigi Albera et Paola Corti, « Migrations montagnardes dans l’espace méditerranéen… », art. cit., p. 359-360.

67 Natalia Ribas-Mateos, Migration, Welfare & Borders…, op. cit., p. 5 sq.

68 Ibid., p. 9.

69 Peter Burke, « Passing through Three Crises », dans Dionigi Albera, Anton Blok et Christian Bromberger (dir.), L’anthropologie de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose, 2001, p. 99.

70 Michal A. Kozakowski, « Making “Mediterranean Migrants” : Geopolitical Transitions, Migratory Policy, and French Conceptions of the Mediterranean in the 20th Century », Cahiers de la Méditerranée, no 89, décembre 2014, p. 181-193.

71 Sur cette distinction, voir Barbara Meazzi et Jérémy Guedj (dir.), « La culture fasciste entre latinité et méditerranéité (1880-1940) », Cahiers de la Méditerranée, no 95, décembre 2017.

72 Ralph Schor, « L’image de l’Italien dans la France de l’entre-deux-guerres », dans Pierre Milza (dir.), Les Italiens en France de 1914 à 1940, Rome, École française de Rome, 1986, particulièrement p. 89-92 ; Laure Teulières écrit pour sa part : « s’il est nécessaire de faire appel aux étrangers comme main-d’œuvre, c’est aussi pour assurer la “reconstitution ethnographique après la saignée de la guerre”. Le principe est de faire appel à des migrants provenant de régions proches, peuplées d’éléments “les mieux apparentés”. Si le Languedoc et le Sud-Ouest doivent se tourner vers les Ibères, les Italiens sont théoriquement mieux appropriés pour la Corse et le Sud-Est. Mais l’homogénéité de la culture prime tout et le seul impératif est de recruter des Latins, tous apparentés » (Immigrés d’Italie et paysans de France (1920-1944), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002, p. 75).

73 Rappelons ici que, pour poursuivre l’exemple français, la politique officielle d’immigration, après 1945, prévoyait l’introduction de 50 % de « Nordiques », 30 % de « Méditerranéens » et 20 % de « Slaves », dans le texte. Cf. Jérémy Guedj, « Surveiller et nommer. Les enjeux de la catégorisation des immigrés par l’État en France au lendemain de la seconde guerre mondiale », dans Anne Brogini, Maria Ghazali et Swanie Potot (dir.), Mobilités en Méditerranée…, op. cit., p. 255-276.

74 Michael A. Kozakowski, « Making “Mediterranean Migrants”… », art. cit., p. 191.

75 Olivier Clochard, « La Méditerranée : dernière frontière avant l’Europe », Cahiers d’Outre-mer, no 222, avril-juin 2003, p. 180.

76 Camille Schmoll, Les Damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, Paris, La Découverte, 2020, p. 18.

77 « Marge et frontière occupent deux places complémentaires dans mon propos, car je défendrai l’idée selon laquelle la marge est essentielle au processus de construction et d’extension de la frontière. La marge est un laboratoire, un lieu d’expérimentation politique et de mise en scène de la souveraineté de l’Union européenne : aujourd’hui, on a délégué la gestion des flux migratoires à certains pays du sud de l’Europe – et en particulier aux îles – en pratiquant une forme de sous-traitance du filtrage migratoire à l’intérieur même des frontières de l’UE. De ce point de vue, la porte d’entrée que constituent les marges méridionales de l’Europe se fait bien souvent nasse, dans la mesure où ces espaces sont des lieux privilégiés de captage, de tri et parfois de blocage des flux irréguliers » (ibid., p. 24).

78 Ibid., p. 21.

79 Stéphane de Tapia, Système migratoire euroméditerranéen, Bruxelles, Éditions du Conseil de l’Europe, 2008, p. 14.

80 Ibid., p. 15. L’auteur ajoute : « cet ensemble euroméditerranéen est en soi un espace amplement suffisant pour une réflexion sur les retombées de la migration internationale ».

81 Cf. Catherine Wihtol de Wenden, « L’espace migratoire méditerranéen et ses enjeux », dans Ali Bensaâd (dir.), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Paris, Karthala, 2009, p. 427-437.

82 Catherine Wihtol de Wenden, Pour accompagner les migrations en Méditerranée, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 7.

83 Ibid., p. 103. Voir aussi Francesca Ippolito, « Conceptualising a migrants’ rights-based EuroMed cooperation. Political, legal and judicial rationale », dans Francesca Ippolito et Seline Trevisanut (éd.), Migration in the Mediterranean. Mechanisms of International Cooperation, Cambridge, Cambridge University Press, 2015, p. 15 sq. Pour replacer cela dans un cadre plus large, Catherine Wihtol de Wenden, La question migratoire au xxie siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, 2013.

84 Anja Wiesbrock, « Euro-Mediterranean labour migration : a mutually beneficial partnership ? », dans Francesca Ippolito et Seline Trevisanut (éd.), Migration in the Mediterranean…, op. cit., p. 173-191. Voir aussi, dans le domaine économique, Salvatore Capasso et Eugenia Ferragina (éd.), Mediterranean Migration and the Labour Markets. Policies for Growth and Social Development in the Mediterranean Area, Londres, Routledge, 2020.

85 Voir le beau et novateur dossier coordonné par Constance de Gourcy et Kamel Chachoua, « Mobilités en Méditerranée. Vers une anthropologie de l’absence ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 144, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémy Guedj, « La Méditerranée, espace ou système migratoire ? Un essai de réponse par la littérature scientifique (époque contemporaine) »Cahiers de la Méditerranée, 103 | 2021, 192-210.

Référence électronique

Jérémy Guedj, « La Méditerranée, espace ou système migratoire ? Un essai de réponse par la littérature scientifique (époque contemporaine) »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 103 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/15145 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.15145

Haut de page

Auteur

Jérémy Guedj

Jérémy Guedj est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Côte d’Azur, membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC) et rédacteur en chef des Cahiers de la Méditerranée. Ses recherches portent d’une manière générale sur les minorités et migrations en France et en Méditerranée au xxe siècle. Il a soutenu à Nice en 2015 une thèse intitulée Gouverner ou choisir. La IVe République et l’immigration (dir. Ralph Schor), sous presse, et a récemment coordonné, avec Anne-Laure Zwilling, Réalité(s) du communautarisme religieux, Paris, CNRS Éditions, 2020.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search