Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103Dossier : Ecrire la Méditerranée....Territoires et espaces méditerran...La Corse, une « île-montagne » en...

Dossier : Ecrire la Méditerranée. Perspectives historiographiques
Territoires et espaces méditerranéens au prisme historiographique

La Corse, une « île-montagne » en Méditerranée. La construction d’un objet géographique, du regard des humanistes de la Renaissance à l’aboutissement de la géographie classique française à la fin du xxe siècle

Joseph Martinetti
p. 253-272

Résumés

Partagée entre les représentations italiennes qui l’intègrent dans une italianité géographique et l’appartenance française qui contribue depuis le xviiie siècle à en faire un modèle insulaire en Méditerranée, la Corse est devenue un champ privilégié de la géographie classique française depuis l’arrivée de Raoul Blanchard et de l’école de Grenoble au début du xxe siècle. Leurs investigations scientifiques poussent alors à une connaissance naturaliste toujours plus approfondie de l’île, associée de façon complémentaire à l’établissement d’un diagnostic d’ordre économique et social. Cette démarche atteint son plein aboutissement à la fin du xxe siècle avec Pierre Simi qui peut à la fois établir une somme patrimoniale de savoirs et proposer une expertise sur les lieux requise par le débat public. En accordant toutefois une préséance au cadre naturel, garant implicite de la scientificité des géographes, elle conduit également à une utopie scientiste comme en atteste la quête impossible d’une singularité du Sillon central de la Corse sur le modèle du Sillon alpin.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Antoine Albitreccia, La Corse, Paris, Hachette, 1933.
  • 2 André Rondeau, La Corse, Paris, Armand Colin, 1964.

1Soucieuse de valoriser la pratique du terrain comme méthode d’investigation scientifique, l’école française de géographie, connue sous le nom d’école vidalienne, en hommage à son fondateur Paul Vidal de La Blache (1845-1917), a largement investi la Corse, lui attribuant ainsi une incontestable valeur heuristique. Si Paul Vidal de La Blache, préoccupé par une définition « isthmique » de l’identité géographique française, a choisi d’ignorer ce territoire insulaire dans son Tableau géographique de la France (1901), volume premier d’une Histoire de France dirigée par l’historien Ernest Lavisse, son disciple Raoul Blanchard (1877-1965) l’insère au contraire dans le champ des expérimentations de terrain. La Corse offre en effet une « personnalité géographique » associant idéalement « insularité », « fait montagneux » et « méditerranéité » et elle répond aux investigations privilégiées par l’Institut de Géographie alpine de Grenoble sur la diversité des espaces montagnards. En proclamant « qu’il ne faut pas désespérer de la Corse ! », il construit en conséquence une antienne performative qui va structurer dès lors les travaux des principaux géographes français de l’île s’inscrivant dans la démarche classique, d’Antoine Albitreccia1 à André Rondeau2 et de Jeannine Renucci jusqu’à Pierre Simi. Convaincus qu’une connaissance géographique aboutie et exhaustive de l’île est une clé indispensable pour permettre son développement économique et social, tous adoptent avec constance la démonstration géographique initiée par Raoul Blanchard et centrée sur des genres de vie. C’est avec Pierre Simi (1910-1999) que cette démarche scientifique atteint son plein aboutissement dans la seconde moitié du xxe siècle. Maîtrisant parfaitement le terrain corse qu’il arpente dans son entière diversité, le géographe bastiais construit une somme patrimoniale de savoirs géographiques qu’il publie en 1981 comme un très utile Précis de géographie. Sûr de sa méthode scientifique nourrie par la magistrale leçon du maître grenoblois, il peut à la fois compiler une somme impressionnante de savoirs valorisant une approche micro-régionale et proposer une expertise territoriale humaniste mise au service d’un engagement distancié tellement éloigné des manifestations de militantisme radical qui investissent désormais le champ des sciences humaines.

2Pourtant les mécanismes qui permettent d’élaborer cette pensée du territoire sont bien antérieurs. Ils suivent un long cheminement entre Italie et France qui élabore une représentation de l’île insérée dans un ensemble italien ou bien en font un laboratoire de la « méditerranéité ». Quelques grandes étapes de cette mise en lecture géographique sont dès lors nécessaires pour comprendre le traitement que réserve Raoul Blanchard à une « île de Beauté » qu’il voudra moderne et touristique afin de l’émanciper du magistral surplomb fataliste, et pourtant si lucide, qu’en dresse le grand géographe allemand Friedrich Ratzel dans un célèbre article daté de 1899.

Comment la Corse « entre en géographie »

3La Corse entre en géographie sous les regards italiens puis les regards français à partir du xviiie siècle qui dressent des inventaires descriptifs ou construisent des réflexions souvent conçues comme des diagnostics destinés à porter remède aux maux d’un territoire situé aux marges de l’Europe. Le moment classique de la géographie qui en fait un de ses terrains privilégiés d’observation des combinaisons géographiques associant fait montagneux et insularité en est l’héritier. Son exigence de scientificité universitaire ne le conduit pourtant que très rarement à s’en revendiquer.

Une géopolitique de la marginalité insulaire

  • 3 Antoine Franzini, « Un peuple libre, sauvage et vertueux, nature et politique dans la Corse du Qu (...)
  • 4 Gaston Vuillier, Les îles oubliées, Paris, Hachette, 1893 ; Maurice Le Lannou, « Une île oubliée, (...)
  • 5 Francesco Gemelli, Rifiorimento della Sardegna, proposto nel miglioramento di sua agricoltura, Tu (...)
  • 6 Francis Pomponi, « Corse et Sardaigne entre archaïsme et modernité au xixe siècle », Études corse (...)

4Il serait exhaustif et bien ambitieux de décliner l’ensemble des descriptions et analyses de caractère géographique dont la Corse est l’objet. Cela constitue une thématique amplement étudiée en histoire3, anthropologie et ethnologie ou bien encore du point de vue d’une analyse littéraire et esthétique des représentations qui sont données de l’ « île montagne ». Les descriptifs de voyage de la Corse comme de la Sardaigne soulignent à la fois leur étrangeté, leur archaïsme, leur isolement. Ce sont des îles terribles, sauvages, archaïques, inconnues ou même encore oubliées4. Le regard oscille entre indifférence ou volonté d’action par l’énonciation d’un discours performatif. On promeut alors une mise en valeur, « rifiorimento »5, terme qu’utilise la monarchie de Savoie pour préparer en Sardaigne les bases d’un renouveau agricole au nom d’un esprit de rationalité réformiste. Si malgré des différences notables, Corse et Sardaigne partagent une marginalité récurrente et une faible intégration aux systèmes urbains des économies péninsulaires voisines, ce n’est jamais le cas des Baléares voisines ou de la Sicile. Ainsi du viiie au xie siècle, quand l’hégémonie arabe s’impose sur le bassin occidental de la Méditerranée, Baléares et Sicile deviennent des pôles importants du rayonnement islamique tandis qu’au même moment, Corse et Sardaigne sont prisonnières d’un entre-deux entre Islam et Chrétienté et subissent les méfaits de l’insécurité maritime. Au xvie siècle, les deux îles sont une nouvelle fois ouvertes aux raids barbaresques. La désertification des espaces littoraux a entravé avec la même récurrence l’affirmation des villes qui se conçoivent comme des citadelles assiégées, mal reliées à leurs arrière-pays comme Cagliari en Sardaigne, Calvi ou Bonifacio en Corse6.

Les constats géographiques raisonnés d’Agostino Giustiniani

  • 7 Antoine-Marie Graziani, Description de la Corse, préface, notes et traductions du Dialogo nominat (...)
  • 8 Aurelio Cevolotto, Agostino Giustiniani, un umanista tra Bibbia e Cabala, Gênes, ECIG, 1992.
  • 9 Massimo Quaini, « Descrittione dellea Ligurya di Agostino Giustiniani, contributo allo studio del (...)
  • 10 Furnio, un des assistants de Giustiniani : « Amico Socrate, Amico Platone, ma piu mi è amica la V (...)

5Pour le xvie siècle, le Dialogo Nominato Corsica 7 est un des tableaux géographiques les plus éclairants de la Corse. Il est rédigé par un homme d’église, Monseigneur Agostino Giustiniani (1470-1536), évêque génois du Nebbio, cette région prospère au Nord Est de la Corse définie bien plus tard comme un « territoire modèle » par le géographe Pierre Simi. Agostino Giustiniani n’est pas un géographe et son érudition humaniste dans l’exégèse et la connaissance des langues anciennes8, dépasse très largement les seuls questionnements territoriaux. Mais, conduit par ses fonctions épiscopales à gérer les domaines de la Sérénissime République, il valorise une connaissance méthodique et raisonnée des lieux qu’il parcourt. On lui doit ainsi une Description de la Ligurie 9 très novatrice par son utilisation de la cartographie au service d’une valorisation agronomique des terroirs. Ce souci aménagiste répond, il est vrai, au repli géopolitique d’une Sérénissime République contrainte d’abandonner la mer Noire et le bassin oriental de la Méditerranée. Dans ce « dialogue raisonné », trois secrétaires d’Agostino Giustiniani, praticiens avertis des lieux insulaires, dressent un inventaire détaillé des communautés de l’île. Une quête raisonnée de vérité10 les conduit à établir une liste d’aspects positifs et d’aspects négatifs de la Corse et ils tentent pour cela d’évaluer l’influence des éléments naturels, montagne, vent, pluies sur l’état général de la société corse. C’est cependant la violence des Caporali, chefs de factions en état de guerre permanent, qu’ils rendent responsables des malheurs de l’île et de l’indigence de ses communautés.

La Corse vue d’Italie

6Les analyses d’Agostino Giustiniani permettent de comprendre « avant la lettre » l’organisation spatiale de la Corse, ce que la géographie classique inversement tendra à occulter au profit d’une vision naturo-centrée. Le descriptif laisse en effet entrevoir l’existence de gradients d’influence à partir des centres urbains péninsulaires, et il expose en conséquence le positionnement des cités corses en rapport avec la topographie générale de l’île. Cette dernière permet en effet de distinguer deux grands ensembles de part et d’autre d’une ligne faîtière de hauts sommets franchis par des cols de haute altitude. Au nord-est, un « En Deçà des Monts », nommé en italien « Di là dagli Monti » ou « Banda di dentro » fait face à un « Au-delà des Monts », « Di qua dagli Monti » ou « Banda di fuori » qui s’étend à l’ouest et au sud. La topographie opposant les versants tyrrhéniens aux versants méditerranéens prime sur la distinction privilégiée plus tard par les géographes classiques qui confrontent une « Corse granitique » à une « Corse schisteuse » ou « alpine ». À la distinction topographique entre « Au-delà » et « En-deçà » s’ajoute une dimension culturelle et sociale qui permet à Giustiniani de souligner avec justesse le profond déséquilibre entre les deux ensembles. La « Banda di dentro » est plus densément peuplée et nettement plus pacifiée et elle révèle l’existence d’un « tropisme italique » qui modèle l’organisation urbaine de toute l’île à partir de la ville de Bastia. Cette Corse qualifiée d’ « intérieure », sous-entendue à l’Italie tyrrhénienne, est ouverte aux côtes péninsulaires tyrrhéniennes par opposition à une Corse extérieure ouverte sur un grand large méditerranéen plus incertain.

La Corse inscrite dans une symétrie d’une Italie ptoléméenne

  • 11 Massimo Donattini, Spazio e modernità, libri, carte e isolari nell’eta della scoperte, Bologne, C (...)
  • 12 Leandro Alberti, Descrittione di tutta Italia et isole pertinenti ad essa, Venise, Paolo Ugolino, (...)
  • 13 Jeffrey A. White, « Chorography as culture, Biondo Flavio and Leandro Alberti », Commentaria Clas (...)

7Ces constats raisonnés s’inscrivent à la suite d’un vaste ensemble d’études cartographiques concevant la Corse comme une « pars Italiae ». Depuis les tables de Ptolémée dans l’Antiquité, l’île est en effet insérée dans une « Italia insulare » avec la Sicile et la Sardaigne complétant ainsi les deux Italie, continentale et péninsulaire. Inversement les Atlas insulaires à partir des portulans médiévaux construits pour faciliter la navigation maritime circumméditerranéenne ont valorisé la représentation individualisée des îles ou groupes d’îles à l’image des Atlas du moine florentin Cristoforo Buondelmonte au xve siècle réalisant des Isolarii11. C’est le moine érudit Leandro Alberti12 (1479-1559) qui initie le retour des îles dans le cadre péninsulaire des Tables de Ptolémée. Pour ses dernières éditions, sa Descrittione di tutta l’Italia s’élargit ainsi aux « isole attenanti a l’Italia » et ce choix se confirme pour les siècles suivants. On définit ainsi une « régionalité » italienne et pour la justifier géographes et cartographes recourent aux descriptions antiques. Leandro Alberti se réfère ainsi à Strabon, Pline, Ptolémée et surtout à l’Itinéraire d’Antonin qui lui permet d’associer les îles à l’Italie. Inversement Flavio Biondi da Forli (1392-1463) se limite toujours dans son Italia illustrata aux dix-huit régions péninsulaires. On vise ainsi à construire une conscience territoriale unitaire malgré la diversité des souverainetés qui divisent pour longtemps encore l’Italie13.

Corse et Sardaigne sous le regard des Lumières

  • 14 Joseph Martinetti, « Une géohistoire des systèmes urbains de la Corse et de la Sardaigne », Cahie (...)
  • 15 Sergio Moravia, Philosophie et géographie à la fin du xviiie siècle, Genève, Studies on Voltaire (...)
  • 16 Francis Pomponi, « Les îles du bassin occidental de la Méditerranée et la redécouverte par la Fra (...)
  • 17 Jean-Marc Olivesi, « D’un chaos baroque à un ordre classique, les Corses et le plan Terrier », da (...)

8On constate que parmi les îles de la Méditerranée occidentale, la Corse et la Sardaigne sont les seules à pouvoir envisager une réelle synergie territoriale en raison de leur proximité. Toutefois le jeu de bascule de leur appartenance politique14 invalidera à deux reprises cette éventualité. Une fois encore, au xviiie siècle, les deux îles se tournent le dos en s’arrimant l’une au Piémont puis à l’Italie unifiée et l’autre à la France. Les deux souverainetés partagent toutefois pour ces îles marginales le même souci de « régénération » inspiré des questionnements philosophiques des Lumières15. En conséquence, des réflexions plus approfondies sur les rapports entre Homme et Nature succèdent aux descriptifs géographiques et ils inaugurent en particulier en France et en Allemagne une universitarisation de la discipline géographique, un siècle environ avant l’émergence de l’école vidalienne. Mais ce regard éclairé s’inscrit dans un contexte géopolitique particulier qui fait de la Méditerranée un terrain de lutte hégémonique entre la France et l’Angleterre depuis le xviie siècle. Le royaume de France veut limiter les ancrages britanniques dans le bassin méditerranéen et il consolide sa position méditerranéenne en prenant position en Corse dès 1737 par la convention de Versailles, prenant ainsi le relais du Saint-Empire pour soutenir Gênes dans sa lutte contre les notables corses en révolte depuis 1729. Après le traité de Paris de 1763, la Monarchie française qui renonce désormais à une immense partie de ses ambitions coloniales extra-européennes et s’inquiète de la reprise de Minorque par la Marine britannique16 annexe la possession insulaire génoise. Elle y investit alors son opération scientifique de « mise en cartes du monde » et sous l’impulsion de Choiseul une mission cartographique s’intéresse à la Corse afin de connaître son territoire et ses potentialités pour mieux le « régénérer ». Les « cartographes du Roy » sont alors confrontés au chaos baroque d’une terre italienne et ils en dressent un état des lieux particulièrement remarquable17.

L’invention scientifique d’une île de Méditerranée

  • 18 Marie-Noëlle Bourguet, Bernard Lepetit, Daniel Nordman et Maroula Sinarellis (dir.), L’invention (...)

9La Corse devient alors un des premiers terrains d’investigation de la modernité scientifique en Méditerranée et elle participe à une « invention scientifique de la Méditerranée » bien avant l’Égypte, l’Algérie ou la Morée18. On cherche sur ce terrain nouvellement conquis une voie de passage au capitalisme sous l’influence intellectuelle du regard physiocratique et à partir de 1770 les mémoires privés, les récits de voyage, les rapports et les enquêtes officielles se multiplient sur la Corse. Le Plan Terrier est programmé dès 1770 et il doit permettre d’établir de l’ordre dans la gestion du droit à la propriété. Le but est clairement de favoriser la grande et moyenne propriété et la suppression d’une relative égalité communautaire considérée comme préjudiciable au progrès agronomique. On cherche également à y promouvoir de nouvelles cultures et à coloniser les espaces agricoles littoraux abandonnés au seul pacage hivernal en raison de l’insécurité géopolitique qui y a longtemps dominé.

Une première inflexion critique au regard des Lumières ; Volney et l’Idéologie

  • 19 Jean Gaulmier, L’idéologue Volney 1757-1820. Contribution à l’histoire de l’orientalisme en Franc (...)

10L’arrivée en Corse de Constantin-François de Chasseboeuf, Comte Volney marque pour la géographie de la Corse une étape décisive. Le célèbre philosophe- voyageur rédige en effet deux courtes études géographiques sur l’île où il va résider pendant un an environ de 1792 à 1793 et qu’il va quitter sur un échec personnel retentissant19. La première étude est un Précis de l’état de la Corse qu’il rédige à la fin de son séjour. Elle sera publiée dans le Moniteur, journal politique de l’éditeur Panckouke qui diffuse les débats de l’Assemblée nationale et l’auteur y dresse un tableau très critique de la Corse :

  • 20 Comte Volney, Précis de l’état de la Corse, dans Œuvres de Volney, tome 7, Paris, Parmentier, 182 (...)

D’une société pauvre par le sol, divisée par haine de familles, et agitée de passions violentes20.

  • 21 Le terme clan apparait dans l’ouvrage de Paul Bourde, En Corse, l’esprit de clan, les mœurs polit (...)
  • 22 Comte Volney, Voyage en Égypte et en Syrie, 1783, 1784 et 1785, Paris, Volland et Desenne, 1787 e (...)
  • 23 Anne Godlewska, Geography unbound, French geographic science from Cassini to Humboldt, Chicago, C (...)
  • 24 Georges Gusdorf, La conscience révolutionnaire. Les idéologues, vol. VIII, Paris, Payot, 1978.
  • 25 Paule Petitier, « D’un tableau à l’autre, Le tableau de la France de Michelet et le tableau de la (...)
  • 26 Comte Volney, État physique de la Corse, Paris, Parmentier, 1825, p. 281-311.
  • 27 Nicole Hafid Martin y voit l’annonce des guides de voyage dans Voyage et connaissance au tournant (...)

11Ce tableau sans complaisance rappelle l’analyse de Giustiniani et il expose l’idée qu’une régénération est impossible dans une société gangrénée par l’archaïsme factieux, on ne parle pas encore de clan à cette époque21. Ayant songé à faire de la Corse « ses petites Indes » où l’on peut récolter canne à sucre et tabac, Volney est en fait rattrapé par les réalités du monde agro-pastoral corse qu’il avait occultées au nom du rationalisme des Lumières. Son expérience novatrice au domaine de la Confina près d’Ajaccio tourne court face à l’hostilité des communautés de la Gravona, privées de leurs pacages hivernaux. Ce rapport amer et désabusé s’inscrit dans la magistrale lignée des évocations du « philosophe voyageur » en Amérique du Nord et en Orient22. Dresser cet état moral n’a toutefois une signification que si l’on peut lui adjoindre un tableau physique précis et détaillé. Sa démarche scientifique se veut globale, prenant toujours en compte physique et moral selon les termes définis par son proche confrère l’Idéologue Cabanis, inspiré par le sensualisme. Pour Anne Godlewska23, l’idéologie est d’ailleurs une occasion manquée de constituer dès la fin du xviiie siècle une science géographique de synthèse, un siècle avant l’affirmation des écoles nationales de géographie. Georges Gusdorf24 considère pour sa part que les notes de voyages des Idéologues s’ancrent bien dans une réflexion sociale qui interroge les liens entre éléments naturels et l’état des sociétés. Selon Paule Petitier25, elle serait même le chaînon entre la démarche empirique de la New Science anglaise de la fin du xviie siècle et la géographie classique de Vidal de la Blache, fondée également sur l’observation. C’est à la fin de sa vie que Volney peut enfin dresser son État physique de l’île, première « géographie physique » de la Corse26. Mais elle reste inachevée et ne sera publiée qu’en 1825 après sa mort. Construite à partir d’un solide appareil comparatif, cette étude repose sur la description des étagements altitudinaux qui font de la Corse une synthèse du continent européen par la diversité de ses climats et de ses paysages végétaux. Il décrit trois climats qui s’échelonnent de la mer aux plus hauts sommets. Jusqu’à 300 mètres d’altitude c’est le climat de l’Italie ou de l’Espagne, puis de 300 à 1000 mètres, celui du Morvan ou de la Bourgogne et enfin, au-delà de 1000 mètres s’offre le climat de la Norvège. Sa géographie comprend une dimension esthétique et annonce la sensibilité romantique avec ses belles « scènes de la nature »27. La question centrale posée inlassablement dans les Leçons d’Histoire que Volney dispense à l’Ecole Normale, est celle des influences :

  • 28 Comte Volney, Leçons d’histoire prononcées à l’Ecole normale en l’an III de la République françai (...)

L’influence qu’exerce sur les mœurs et le caractère d’un peuple, l’état physique de son sol considéré dans toutes les circonstances de froid ou de chaud, de sec ou d’humide28.

  • 29 Camille Vallaux, « Deux précurseurs de la géographie humaine, Volney et Charles Darwin », Revue d (...)

12L’état physique de la Corse reste toutefois inachevé et Volney ne peut établir les liens qui le relieraient à son état moral. S’il en appelle à la géographie, s’il tente même de la construire afin qu’elle fournisse des clés d’élucidation sur l’état des sociétés, il ne peut formuler les notions aptes à l’établir. Tout comme les États-Unis ou l’Orient, la Corse a constitué pour le philosophe sensualiste un théâtre où se livre un combat entre vérité et sensibilité. Ces interrogations scientifiques seront ensuite menées en Allemagne, devenant au xixe siècle la première nation géographe. Plus tard, Camille Vallaux (1870-1945) n’hésitera pas à faire de Volney un précurseur de la géographie classique en estimant que la notion de genre de vie est toujours implicite dans ses observations29 Mais convaincu de l’importance dans la science géographique du politique et du social, Vallaux restera marginal au sein de l’école française après le net recentrage épistémologique naturaliste de ses collègues Gallois et De Martonne.

Identité nationale et romantisme des lieux

  • 30 Georges Gusdorf, Naissance de la conscience romantique au siècle des Lumières, Paris, Payot, 1976 (...)
  • 31 Paul Claval, « Les grandes coupures de l’histoire de la géographie », Hérodote, no 25, mai-juille (...)

13Sous l’influence de Herder (1744-1803), les géographes allemands s’interrogent alors sur la nature des liens qui relient nature et sociétés. Les géographes deviennent ainsi des Naturphilosopher sous l’influence croissante de la sensibilité romantique30. En se référant aux travaux de Max Rouché et d’Isaiah Berlin, Paul Claval a expliqué comment Herder lie le devenir des peuples à la nature, en suggérant l’existence d’un « esprit des lieux »31. À l’intérieur des limites qui lui sont fixées, chaque peuple, chaque civilisation possède son identité intrinsèque où prennent sens les notions de « progrès », « droit » ou « perfection ». Herder infléchit ainsi le message universaliste des Lumières et y adjoint le principe des identités nationales. Le géographe-explorateur Alexandre de Humboldt, nourri à la fois de l’Encyclopédisme des Lumières et des réflexions herdériennes s’interroge ainsi sur la « destinée des hommes » et leur quête d’harmonie entre Cosmos et lieux de vie. En France, Jules Michelet reprend ces interrogations comme en atteste son Tableau de la France, traité de « géographie physique, politique et morale » où les différentes régions de France sont personnifiées et dotées de qualités morales. La Corse n’y figure pas, Michelet, comme Vidal de la Blache quelques décennies plus tard, estimant la forme insulaire incompatible avec la « personnalité géographique de la France ». Le géographe Conrad Malte-Brun dans l’édition Lavallée de 1855 de sa Géographie Universelle reprend cette représentation :

  • 32 Conrad Malte-Brun, Géographie Universelle, Paris, Lavallée, tome 2, livre VIII, chapitre 8, 1855.

La Corse, île et département français comme une grande île, italienne de position, de mœurs et de langue et selon les lois de la géographie physique est totalement étrangère à la France et se trouve en dehors du cadre de l’ancienne Gaule32.

  • 33 Joseph Martinetti, « Le regard d’un géographe de l’Italie pré-unitaire sur la Corse », Études cor (...)
  • 34 Descrizione dell’Italia, Florence, Libreria popolare, Poligrafia italiana, 1846 ; Francesco Costa (...)
  • 35 « La Providenza fece l’Italia ».
  • 36 Joseph Martinetti, « Le Bulletin royal de la société de géographie italienne », Études corses, no(...)
  • 37 Gino Bottiglioni Guido Colucci, Atlante linguistico etnografico della Corsica, Pise, 1933-1942 ; (...)

14Inversement on l’inscrit dans une italianité géographique qui reprend et accentue les réflexions des humanistes italiens. La pensée pré-risorgimentale s’attache alors à définir une « harmonie territoriale du monde » italien dans laquelle la Corse trouve toute sa place. Francesco Costantino Marmocchi33, Attilio Zuccagni Orlandini, Adriano Balbi34 recourent à la naturalité, les fleuves, les mers, les montagnes, pour définir les limites de l’Italie qu’ils associent à des considérations historiques et culturelles, offrant ainsi une vision organique du territoire. La Geografia Patria définit une symétrie parfaite, produit de la Providence35 et elle s’accomplit selon une double partition ternaire, le Nord, le Centre et le Sud ou bien encore « l’Italia continentale », « l’Italia peninsulare » et « l’Italia insulare ». Après l’unification, le romantisme pré-unitaire laisse place à une interprétation plus réaliste et la géographie se met au service de la quête de grandeur du nouvel État unifié. Le Bulletin royal de Géographie de Rome36 participe alors à la constitution d’un Empire colonial en Méditerranée et en Afrique. Mais il ne tarde pas à soulever également la question des « terres irrédentes » dès les années 1870. Les territoires sous administration autrichienne, bien plus que la Corse, sont alors l’objet de leurs investigations scientifiques. C’est surtout à l’époque du Ventennio fasciste dans l’entre-deux-guerres que les arguments scientifiques d’une italianité géographique de la Corse vont largement s’intensifier37.

Une Corse investie l’école géographique française

15C’est dans ce contexte que la géographie classique française en cherchant à définir et consolider ses méthodes s’investit sur le terrain insulaire. Plusieurs raisons invitent les géographes français à apporter leur contribution à la lecture géographique d’une île sous souveraineté française. D’une part le constat politique et moral d’un abandon de l’île explique le réveil d’un sentiment régionaliste sur l’île qui même s’il reste très minoritaire pose à nouveau la question de l’appartenance nationale. Très ouverts aux échanges avec leurs confrères scientifiques européens, les géographes n’en sont pas moins des patriotes à un moment où les tensions sont fortes entre la France et l’Italie de Francesco Crispi. Ne faut-il pas rompre avec le dogme naturaliste d’une italianité géographique au moment même où Renan définit désormais le concept d’une citoyenneté française élective ?

16D’autre part, l’affirmation d’une géographie positiviste autour de Giovanni Marinelli en Italie sensibilise les géographes français à l’importance des applications techniques novatrices qui valident la scientificité de leur démarche. Les mesures rationalisent la géographie et l’inscrivent solidement dans la catégorie des sciences dures, non sans prises de risques épistémologiques toutefois. Mais une troisième raison convainc également les géographes français. C’est la publication dans les Annales de géographie, revue fondée en 1891 par Vidal de La Blache, de l’unique article de Friedrich Ratzel dans cette revue. Il y pose un regard surplombant sur la Corse qui intemporalise l’identité géographique de l’île. Les géographes français se doivent d’y répondre et de proposer d’un point de vue épistémologique leur propre conception possibiliste de la géographie.

La mesure de la Corse dans la géographie positiviste

  • 38 Olinto Marinelli, « La distribuzione altimetrica della popolazione in Sicilia », Rivista geografi (...)
  • 39 Giovanni puis Olinto Marinelli évoquent aussi la diversité ethnique des Alpes orientales, sujet s (...)
  • 40 Giovanni Marinelli fonde avec Filippo Maria Pasanisi la Rivista Geografica Italiana en 1894 à Flo (...)
  • 41 Nicolas Ginsburger, « La Belle Époque d’un géographe colonial : Marcel Dubois, universitaire et f (...)
  • 42 Giovanni Anfossi, « Volumétrie de la Corse », Recueil de l’institut de géographie alpine, vol. 6, (...)
  • 43 Raoul Blanchard, « Giovanni Anfossi, nécrologie », Recueil de l’institut de géographie alpine, vo (...)

17L’affirmation d’une géographie positiviste pose, en Italie comme en France, la question d’une autonomie des savoirs scientifiques vis-à-vis des considérations politiques ou sociales. Dans les deux pays la géographie cherche en effet à s’institutionnaliser au sein de l’Université. Paul Vidal de La Blache comme Giovanni Marinelli (1846-1900) souhaitent construire la géographie en la tenant à distance des savoirs politiques tandis qu’émergent dans le champ universitaire de nouvelles sciences sociales concurrentes. Giovanni Marinelli, homme du nord de l’Italie, natif d’Udine dans le Frioul, promeut sous l’influence de l’Université allemande une géographie minutieuse privilégiant les études naturalistes. Son fils Olinto Marinelli (1876-1926) accentue cette orientation. Grand connaisseur des Alpes carniques qu’il maîtrise à la fois comme scientifique et comme alpiniste, il se spécialise dans les travaux topographiques, l’analyse morphologique et la glaciologie. Ses études altimétriques inspirées par l’école allemande seront appliquées sur l’ensemble du monde insulaire italien38 ainsi qu’à la Corse. Marinelli fils récuse certes l’idée d’une dépendance mécanique des faits physiques et des faits humains par crainte du déterminisme naturel mais sa méthode relève tout de même des principes issus des sciences naturelles et physiques. Observer, décrire, comparer et classer permettent d’exprimer in fine l’existence de « lois générales ». Si les thèmes humains ou anthropo-géographiques restent importants, cette école positiviste marque une inflexion des champs de la recherche au détriment des questionnements sociaux et politiques39. Giovanni Marinelli prendra ainsi ses distances vis-à-vis de la politique coloniale italienne promue par le Bulletin royal de géographie, en particulier après la défaite d’Adua en 1896 et il qualifiera d’ « errore geografico » les expéditions coloniales éthiopiennes40. Vidal de La Blache et Lucien Gallois, dans les années 1890, ont opéré une inflexion comparable contre Marcel Dubois (1856-1916), promoteur d’une géographie politique et coloniale et évincé en 1895 de la direction de la revue des Annales de Géographie 41. Giovanni Anfossi (1876-1918) va appliquer cette méthode mathématique à la Corse, à la Sardaigne et aux îles qui entourent la Sicile. Il rédige ainsi une volumétrie de la Corse42 traduite et publiée en 1918 dans la revue de géographie alpine. Elle révèle les liens scientifiques étroits entre l’école de Grenoble autour de Raoul Blanchard et les positivistes italiens. Son article met en exergue les mécanismes qui permettent de passer d’une définition topographique minutieuse à son interprétation en termes de distribution géographique des populations. Anfossi dresse un constat rigoureux qui doit servir à s’interroger sur une meilleure répartition des populations. Mais l’ingénieur hydraulicien s’interdit toutefois les interprétations trop engagées dans le champ social et prospectif. Raoul Blanchard dira d’ailleurs de lui dans sa nécrologie « qu’il restait ingénieur en devenant géographe, se caractérisant par la coquetterie et le souci de l’exactitude attestée par les chiffres »43. Ses travaux contiennent toutefois quelques interprétations implicites, ne serait-ce que le choix d’une comparaison des différentes insularités italiennes. Les îles sont pour lui des objets heuristiques parfaits pour opérer les calculs mais leur connaissance contient aussi une dimension civique visant à mieux les connaitre pour assurer leur mise en valeur. Il qualifie ainsi la Corse et la Sardaigne d’ « îles-sœurs » reprenant une thématique magnifiée ensuite par le fascisme. Il n’hésite pas également à suggérer l’idée que la meilleure connaissance géographique de la Sardaigne s’explique par une politique bien plus attentionnée des autorités italiennes. Sa rigueur toute mathématique apporte une caution de scientificité aux inventaires géographiques qui comme l’ouvrage monumental La Terra, trattato di geografia universale (1899) de Giovanni Marinelli continuent d’intégrer la Corse dans leur conception de l’italianité géographique.

Le surplomb ratzélien sur la Corse

  • 44 Marie-Claire Robic, « La réception de Friedrich Ratzel en France et ses usages au temps de l’inst (...)
  • 45 Lucien Febvre, La terre et l’évolution humaine, Paris, La Renaissance du Livre, 1922.
  • 46 Ferdinand Gregorovius, Corsica, Bastia, Ollagnier, 1884.
  • 47 Francis Pomponi, « Gregorovius entdeckt Korsika », dans Arnold Esch et Jens Petersen (éd.), Ferdi (...)
  • 48 Elisée Reclus, Nouvelle géographie Universelle, volume Europe méridionale, Paris, Hachette, 1881, (...)
  • 49 Friedrich Ratzel, « La Corse, étude anthropo-géographique », Annales de géographie, tome VIII, 18 (...)

18Mais réinvestir le terrain corse pour la géographie française est également une réaction aux travaux de Friedrich Ratzel (1844-1904) qui, en 1899 a publié dans les nouvelles Annales de géographie une magistrale synthèse anthropo-géographique sur la Corse. Ce géographe allemand qui a contribué au renouveau scientifique de la discipline en s’inspirant du darwinisme suscite en France des réactions paradoxales. Si les géographes le lisent avec un grand intérêt et s’inspirent de ses concepts novateurs44, les historiens et en particulier Lucien Febvre45 ne tarderont pas à dénoncer ses ambitions holistes à comprendre les sociétés par le sol et ils vont caricaturer à outrance le déterminisme ratzélien. L’école historique des Annales cherche en effet à restreindre les champs explicatifs de la géographie en se réservant les domaines explicatifs du social et du politique. Si Lucien Febvre définit à juste titre cette géographie comme possibiliste, il cherche aussi à la circonscrire à une simple description exhaustive des faits sociaux en l’incitant à chercher son label de scientificité dans la géomorphologie et la climatologie. Les termes d’ « anthropo-géographie » ou « géographie politique » sont alors délaissés au profit du terme plus conciliant de géographie humaine. L’article de Friedrich Ratzel est pourtant riche d’enseignements. Il est le fruit d’une lente maturation qui commence dès 1880 quand Ratzel fréquente l’historien Ferdinand Grégorovius46 chez son ami Moritz Wagner. Ce spécialiste de l’Italie a publié un retentissant ouvrage Corsica, tableau particulièrement distancié de la Corse au début du Second Empire47. L’Université allemande s’illustre au même moment par la qualité des études dialectologiques sur l’aire italo-romane et Ratzel n’ignore pas les travaux linguistiques qui permettent de partager la Corse entre l’aire centrale des parlers italiques et l’aire méridionale avec la Sicile et la Sardaigne. Aussi l’étude de Friedrich Ratzel, souvent résumé par sa célèbre formule « la Corse, un pays de montagnes dans la mer » est un exemple abouti de réflexion systémique en géographie. On y retrouve les accents de la Naturphilosophie que les lecteurs français connaissent avec Elisée Reclus, lequel a d’ailleurs rédigé un chapitre fameux sur « La Corse, île d’Italie », dans sa Géographie universelle 48. Ratzel structure son article49 autour de la situation, de l’étendue, du sol et des côtes, de l’île et les relie aux faits historiques et à l’organisation sociale. Par ce biais, il est amené à évoquer les principaux caractères de l’organisation spatiale du territoire corse : le tropisme italien, l’existence de couloirs intérieurs entre la Plaine orientale, Corte et Bastia et surtout le poids des structures communautaires et claniques. Une distanciation anhistorique donne à cet article un surplomb quasi-philosophique venant a fortiori d’un visiteur dégagé de tout investissement affectif et patriotique sur son objet d’étude. Ratzel ne s’aventure pas dans le champ prospectif et il ne propose aucune solution aménagiste. Ses constats restent lucides quand il constate l’écartèlement de la société corse entre son tropisme pour le fonctionnariat et l’Armée et son fonctionnement identitaire :

  • 50 Ibid., p. 310-311.

Les Corses ont réussi à interdire l’accès de leur île à la vie moderne. Ils ont la ferme volonté de ne rien laisser changer à leurs conditions d’existence qui leur sont chères ; et ils ont persévéré dans cette voie quoiqu’il ait pu arriver dans le monde… La succession des régimes politiques leur a surtout servi à rester ce qu’ils étaient50.

19C’est peut-être sur ce constat que réside le reproche de « fatalisme déterministe » qu’on épingle à Friedrich Ratzel car la force des lieux reposant sur une subtile combinaison entre histoire, organisation sociale et faits de nature semble dès lors sans issue et délégitime toute entreprise performative. C’est à la suite de ces travaux que l’institut de géographie alpine de Grenoble investit à son tour le terrain corse.

« Une île-montagne en Méditerranée » investie par l’école de géographie alpine

  • 51 Jean Dresch et Pierre George, « Raoul Blanchard, (1877-1965), nécrologie », Annales de géographie(...)
  • 52 Raoul Blanchard, La Corse, Grenoble, Rey-Arthaud, 1927, p. 8.
  • 53 « Ce que je sais de meilleur sur la Picardie ce sont les paysans qui me l’ont appris », Raoul Bla (...)
  • 54 Philippe Veitl, « Un géographe engagé, Raoul Blanchard et Grenoble 1910-1930 », Genèses, no 13, 1 (...)

20Si Vidal de la Blache ignore le terrain corse et reste préoccupé par une définition isthmique de l’identité géographique de la France, l’institutionnalisation de la géographie classique dans les universités régionales françaises permet d’appliquer les méthodes possibilistes à des échelles plus locales. Ainsi Raoul Blanchard (1877-1965), qui a soutenu une première thèse sur la Flandre en 1906, obtient un poste à l’Université de Grenoble où il crée l’institut de géographie alpine puis fonde la Revue de Géographie alpine en 1913. Après avoir rédigé une des premières études de géographie urbaine sur Grenoble, sa nouvelle ville d’adoption, Blanchard parcourt les Alpes françaises qu’il va connaitre dans ses moindres détails associant en effet enquêtes de terrain et randonnées sportives. Le géographe est en effet un marcheur infatigable contribuant en scientifique à développer une éthique de la marche dans la lignée des grands philosophes et esthètes randonneurs comme le furent Rousseau ou Nietzsche. En 1937 à soixante ans il évoque ainsi le plaisir de marcher à nouveau dans les Alpes : « J’ai repris avec joie les gros souliers de l’alpiniste pour courir de nouveau la montagne »51. Dans son magnifique guide touristique sur la Corse publié en 1930 chez Arthaud, il rappelle dans son avant-propos qu’il « Aime la Corse que j’ai parcourue deux fois à pied pénétrant ainsi dans son intimité »52. Sa géographie de terrain repose sur les entretiens qu’il recherche avec les paysans53 et d’une façon plus générale les « gens simples », se revendiquant du message de Charles Péguy, lui-même orléanais, et ancien aîné au lycée d’Orléans puis à Normale-Sup. Il s’inspire également de Péguy pour magnifier l’harmonie des campagnes françaises et de leurs terroirs54. À sa suite, Pierre Simi évoquera toujours ce besoin de recourir aux témoignages des gens de la terre, véritables gardiens d’une mémoire des liens qui unissent les hommes au milieu naturel. Si Raoul Blanchard pratique avant la lettre une égo-géographie, il est aussi le promoteur d’une « géographie active et appliquée » et collabore efficacement avec le monde de l’entreprise dans une région grenobloise caractérisée par son dynamisme entrepreneurial. Investi dans le Touring-Club, il sera un fervent partisan d’une promotion touristique de la Corse. Pour lui application pratique et questionnement savant vont toujours de pair.

  • 55 Charles Anthelme Roux, « Grenoble, le cours Berriat, étude géographique d’une rue », Recueil de l (...)
  • 56 Raoul Blanchard, « Les genres de vie en Corse et leur évolution », Revue de géographie alpine, vo (...)
  • 57 Louis Pierrein, « Nécrologie Ernest Bénévent (1883-1967) », Méditerranée, vol. 9, no 1, 1968, p.  (...)

21Si à partir de 1913 les premiers numéros du Recueil des travaux de l’Institut de géographie alpine sont exclusivement consacrés aux Alpes françaises avec des travaux de géographie physique, de géographie rurale et même urbaine avec une étude originale d’une rue de Grenoble55, l’année 1914 offre deux articles magistraux sur la Corse56, constituant d’ailleurs la première ouverture des travaux de l’Institut à un espace non alpin. Le premier est un article de Raoul Blanchard lui-même intitulé « les genres de vie en Corse et leur évolution », article volumineux de 56 pages qui constituera un vademecum de la géographie de la Corse pour le siècle à venir. Le second est un article de climatologie « la pluviosité de la Corse » d’Ernest Bénévent (1883-1967) qui a rejoint l’équipe des anciens autour de Blanchard avec Allix, Arbos, Blache, Gibert, Pardé. Bénévent sera ensuite nommé à la faculté d’Aix-en-Provence en 1920 où se cristallisera autour de lui un pôle d’études géographiques sur le monde méditerranéen57 avec Jules Blache et Hildebert Isnard.

Pourquoi les genres de vie pour comprendre la Corse ?

  • 58 Paul Vidal de La Blache, « Les genres de vie dans la géographie humaine », Annales de géographie, (...)
  • 59 Vincent Berdoulay, La formation de l’école française de géographie (1870-1914), Paris, Bibliothèq (...)
  • 60 Henri Hauser, « En Corse, une terre qui meurt », Revue du mois, t. VIII, 1909, p. 539-569.
  • 61 Angelo Cossu, Sardegna e Corsica, geografia patria, Turin, UTET, 1932.

22L’article de Raoul Blanchard se veut une réponse à l’étude de Friedrich Ratzel et il constitue une mise au point méthodologique. À la différence de la synthèse ratzélienne, Blanchard préfère l’analyse méthodique et la classification. Son article est constitué de deux parties. La première d’entre elles présente et explique les « cadres physiques » insulaires et ne s’occupe que de l’organisation structurale et géomorphologique. Blanchard définit ainsi trois grandes régions naturelles, la Corse « granitique », la Corse « schisteuse » et entre les deux un « Sillon central », choisi quelques années plus tard par Pierre Simi pour devenir l’objet de sa thèse dans les années 1960. Ce sillon est une réplique morphologique du « Sillon central alpin » et il pourrait constituer le gage d’un ordonnancement efficace des sociétés humaines face à la montagne. La structure géologique détermine donc le découpage régional de l’île et elle exerce une primauté sur l’organisation sociale ou historique. La seconde partie de l’article de Blanchard privilégie une thématique de géographie humaine autour de la notion de « genre de vie » qui permet au géographe d’expliquer les rapports entre société et nature. Le « genre de vie » est défini par Vidal de la Blache dans deux articles fondateurs des Annales de géographie 58 et il ouvre la voie à ce que l’on nommera le possibilisme, résumé par la formule célèbre « la nature propose et l’homme dispose ». On y reconnait ainsi une place prééminente aux sociétés humaines afin de contrer un déterminisme naturaliste tant décrié en France par la philosophie de la contingence59. Mais paradoxalement l’énoncé rigoureux de Raoul Blanchard sur les genres de vie corses repose sur une aporie. Ce ne sont pas les structures morphologiques exposées dans la première partie qui les définissent et ils sont au contraire associés à la seule répartition altitudinale. Ainsi comme l’avait déjà suggéré Volney, les genres de vie selon Blanchard s’étagent des côtes vers les plus hauts sommets avec d’abord un type maritime, puis un type méditerranéen et ses variantes comme le type de la châtaigneraie, un type de la transhumance et enfin un type alpin. Le descriptif analytique permet au géographe de sous-entendre que les genres de vie les plus « primitifs » sont ceux observés aux plus hautes altitudes. En attribuant aux genres de vie une perspective évolutive, Blanchard laisse envisager des transformations qui permettront d’en abandonner les formes les plus archaïques pour les remplacer par des formes adaptées à la modernité dans une Corse désormais acquise à la paix civile et en conséquence davantage littoralisée. La connaissance scientifique aide à conjurer la fatalité de l’isolement et de la pauvreté comme l’ont déjà évoqué Giustiniani ou Volney. Aussi l’article se conclut-il par cette formule maintes fois reprise au cours du xxe siècle : « il ne faut pas désespérer de la Corse ». Elle s’inscrit dans la série de constats et de rapports officiels qui se succèdent depuis la fin du xixe siècle. On retiendra en particulier l’article de l’économiste et historien Henri Hauser (1866-1946), « une terre qui meurt », publié en 1909 dans la Revue parlementaire 60. Pierre Simi la reprendra souvent dans ses travaux. Résolument optimiste et sans dénier les difficultés inhérentes à cette entreprise de modernisation, le géographe grenoblois évite toutefois d’intervenir dans la sensible question des appartenances politiques et malgré des recours fréquents à la longue durée historique, ce fameux « poids de l’histoire », il assume l’appartenance française comme un truisme. C’est d’ailleurs avec les travaux géographiques de l’équipe grenobloise que les classifications intégrant la Corse dans l’aire italique cessent en France. La rigueur analytique des typologies permet en effet de contourner les arguments d’ordre politique et ils sont de plus confortés par l’affirmation d’une conception élective de la citoyenneté française bien défendue par Vidal de la Blache dans son essai de géographie politique La France de l’est. Dans la Revue de géographie alpine, Laurent Champier fait même part de son étonnement de voir la Corse présentée comme une terre italienne dans l’ouvrage du géographe sarde Angelo Cossu61 :

  • 62 Laurent Champier, « Comptes rendus critiques Angelo Cossu », Revue de géographie alpine, vol. 20, (...)

On s’étonnera sans doute au moins en France de voir la Corse figurer dans une collection publiée sous la rubrique générale Geografia d’Italia-la Patria. Il ne viendrait à personne de ce côté-ci des Alpes l’idée d’annexer sans façons dans un volume ou une collection scientifique et sous le titre de Patrie française une partie de la Belgique ou de la Suisse sans compter la vallée d’Aoste62.

  • 63 Joseph Martinetti, « Aimer la Corse, l’habiter, la cultiver… Une leçon de géographe d’Ambroise Am (...)

23Il est vrai que les années 1930 connaissent une exacerbation des revendications irrédentistes. À l’opposé, le professeur Ambroise Ambrosi63, cicérone de Raoul Blanchard sur l’île en 1913, construit une contre-thèse en n’hésitant pas à convoquer la géologie et la géomorphologie pour prouver la « francité » de la Corse, plus proche des Maures que de l’Appenin. Agrégé d’histoire, il est un acteur important de la vie intellectuelle insulaire et il veut contrer l’émergence de l’autonomisme corse ainsi que les manifestations annexionnistes du fascisme. Il sera ainsi le premier auteur à faire figurer les toponymes locaux en langue corse dans ses manuels géographiques pour mieux détacher l’île de son environnement italique. Mais à la différence de Raoul Blanchard qui évitera soigneusement de se laisser piéger par cette thématique sensible, Ambrosi pratiquera une sorte de déterminisme jusqu’au-boutiste dans sa lecture des liens entre nature et sociétés.

L’application du modèle du Sillon alpin en Corse ?

  • 64 Roger Brunet, « La capture du Sillon alpin », Mappemonde, no 89, 2008.

24Dans son inventaire des cadres physiques de la Corse, Raoul Blanchard a mis en valeur l’existence d’un « sillon central » qui s’étend de Saint-Florent au sud de la plaine orientale en passant par Corte. Il est morphologiquement l’équivalent de la zone affaissée qui se situe entre les Préalpes et le cœur du massif alpin avec ses vallées bien dessinées dans lesquelles se placent les villes dynamiques d’Annecy, Chambéry et Grenoble. Ce sillon alpin qui englobe ainsi le Grésivaudan, la combe de Savoie et la vallée de l’Arly est le « berceau » de l’hydro-électricité64 et le foyer d’une économie particulièrement innovante associant de façon équilibrée, agriculture, industrie et tourisme et jouant également le rôle d’un couloir majeur vers l’Italie du Nord et la Suisse. Il présente ce Sillon central comme un « modèle conceptuel » qui permet d’établir une symétrie parfaite entre géographie physique et géographie humaine. Avec sa réplique inachevée, la Corse peut-elle dès lors envisager pareil dynamisme ?

Pierre Simi, l’aboutissement de la démarche de la géographie classique française sur le terrain corse

  • 65 Pierre Simi, L’adaptation humaine dans la Dépression centrale de la Corse, Gap, Ophrys, 1966.
  • 66 Pierre Simi, « Les aspects régionaux de la Corse ; le Nebbio », Revue de géographie alpine, vol.  (...)

25C’est le géographe Pierre Simi (1911-1999) qui va dès lors exploiter cette similitude en allant au bout de la démonstration initiée par Raoul Blanchard. Professeur de classes préparatoires au lycée de Bastia dans une Corse qui n’est pas alors dotée d’établissement universitaire, Simi représente la déclinaison la plus aboutie de l’appareillage méthodologique et conceptuel de la géographie classique française appliquée au terrain corse. En s’initiant dans un premier temps à la climatologie sous la direction d’Ernest Bénévent à Aix-en-Provence, Pierre Simi poursuit les questionnements géographiques initiés par Raoul Blanchard. Il reprend ainsi le thème du « Sillon central » et en fait l’objet de sa thèse qu’il soutient à l’Université d’Aix-en-Provence en 1965 sous la direction du spécialiste de géographie physique Jean Pouquet avec l’accompagnement bienveillant du « patron » aixois Hildebert Isnard. Son « adaptation humaine dans la dépression centrale de la Corse »65 reprend sans ambigüité la partition classique de la géographie vidalienne en débutant par une partie physique présentant l’originalité et la diversité de la Dépression centrale. Il s’agit de définir le cadre des activités humaines avec toutefois un item novateur sur l’importance des voies de communication qui ont utilisé cette dépression topographique. Tout comme Blanchard a été conduit à opposer « le fouillis inextricable » des Alpes du Sud à la parfaite symétrie des Alpes du Nord, Pierre Simi constate que la nature a « mal déblayé le sillon corse ». Les bassins qui se succèdent, du Nord au Sud, le long de cet axe géomorphologique, Lama, Ponte-Leccia, Corte, Vezzani puis le Travo sont trop cloisonnés pour qu’une unité de l’ensemble puisse être dégagée. Inabouti, le sillon corse n’est qu’une esquisse. Seule échappe à ce constat amer d’incomplétude, la « conque du Nebbio », bassin topographique de la petite ville de Saint Florent. C’est précisément cette microrégion qui est l’objet d’une des premières publications scientifiques de Pierre Simi dans la revue de géographie alpine en 195766. Il y voit l’amorce parfaite du Sillon central offrant ainsi toutes les aptitudes aux sociétés pour construire une harmonie paysagère et géographique idéale. Elle est attestée selon Simi par un réel équilibre entre les activités agricoles, « une agriculture équilibrée où la transhumance n’envahit pas tout avec la démesure du pasteur destructeur », les activités artisanales et industrielles et le tourisme naissant à l’aube des années 1960 :

  • 67 Ibid., p. 762.

Le Nebbio peut servir d’exemple pour la plupart des riches plaines insulaires dont seule la mise en valeur assurera une économie saine et rentable au pays et le sortira du marasme présent67.

26Cette microrégion plus densément peuplée est érigée en modèle géographique pour la Corse. Pierre Simi reprend alors l’antienne énoncée par Raoul Blanchard :

  • 68 Ibid., p. 711.

Fort heureusement quelques symptômes encourageants permettent de ne pas désespérer de la Corse ; les beaux vignobles du Sartenais, de la Casinca ou du Patrimonio, la réelle activité de Bastia et d’Ajaccio, importants marchés de gros, les petits centres industriels du Sillon et les mines d’amiante de Canari, les nombreuses parcelles rationnellement cultivées de la plaine orientale68.

  • 69 Pierre Simi, « Démographie et mise en valeur de la Corse », dans Mélanges d’études corses offerts (...)
  • 70 Jeannine Renucci, Corse traditionnelle, Corse nouvelle, Lyon, Audin, 1974.
  • 71 Maurice Le Lannou, Pâtres et paysans de Sardaigne, Tours, Arrault, 1941.
  • 72 Maurice Le Lannou, Géographie humaine, Paris, Flammarion, 1947 ; Pierre George, « Crépuscule de l (...)

27L’expertise du géographe doit guider le réveil économique de l’île vers le modèle de cette conque du Nebbio. Toutefois l’accentuation du processus de littoralisation et les déséquilibres qu’il engendre font très vite du géographe un témoin nostalgique de la disparition d’un monde rural, façonné par des siècles d’histoire agraire. Simi décrit avec une certaine amertume dans un article69 dédié à Paul Arrighi les bouleversements de la « Corse nouvelle », objet de la thèse magistrale d’une consœur, élève de Maurice Le Lannou, Jeannine Renucci70. Il rend alors un hommage toujours plus appuyé aux gens simples qui ont légué des terroirs patiemment aménagés et retrouve les accents de Blanchard et de Charles Péguy que Maurice Le Lannou, le grand spécialiste de la Sardaigne rurale71 illustre également avec sa théorie de « l’homme-habitant »72 :

  • 73 Pierre Simi, L’adaptation humaine…, op. cit., p. 8.

En toute sincérité, notre reconnaissance la plus vive doit aller à ce monde des champs, où nous avons trouvé nos plus précieux collaborateurs, souvent à leur insu. Tous sont des gens simples aux besoins limités parfaitement heureux de leur sort, la plupart du reste amis d’enfance dont la franche estime ne s’est jamais démentie73.

  • 74 Pierre Simi, Précis de géographie physique, humaine, économique, régionale de la Corse, Bastia, S (...)
  • 75 André Rondeau et Pierre Gabert, « La 48e excursion géographique interuniversitaire (Corse, avril (...)
  • 76 Roberto Almagia, L’Italia, Turin, UTET, 1959. À propos de cet ouvrage, Anne Marie Seronde précise (...)
  • 77 Maurice Le Lannou, Le déménagement du territoire, Rêveries d’un géographe, Paris, Seuil, 1967. Vo (...)
  • 78 Yeramiehl Kolodny, Géographie urbaine de la Corse, Paris, SEDES, 1962 ; Monique Dacharry, Tourism (...)

28Il continue néanmoins son entreprise de recensement de nature encyclopédique qui culmine dans les années 1980 avec la publication du Précis de géographie 74 toujours incontournable aujourd’hui pour comprendre l’île dans toute sa diversité. Pierre Simi veut aller jusqu’au bout de la démarche classique sur le terrain corse et il assume l’exhaustivité de son entreprise scientifique de recensement. Il est devenu d’ailleurs son référent sur le terrain, le point d’orgue de sa mission étant l’organisation avec André Rondeau75 et Pierre Gabert de la 48e excursion géographique en Corse. Devenu désormais le géographe de la Corse, il collabore étroitement avec les géographes italiens qui autour de Berardo Cori sont en contact étroit avec les géographes d’Aix-en-Provence et ont désormais cessé depuis Roberto Almagia76 de recenser la Corse dans une naturalité géographique italienne. Pierre Simi va progressivement s’inscrire dans le tournant social d’une géographie classique sollicitée par le débat public. Un peu malgré lui toutefois, car il reste profondément convaincu de son impératif de neutralité axiologique et d’objectivité scientifique tout comme Maurice Le Lannou qui dénonce dans des éditoriaux le productivisme du « déménagement » du territoire77 dans le journal Le Monde. La géographie classique est alors à son acmé sur ce terrain corse en pleine mutation. Elle l’étudie autour de pertinentes problématiques sociales, urbaines et économiques. On note en particulier les travaux de Yeramiehl Kolodny, Jeannine Renucci ou encore Monique Dacharry78 Tous s’inscrivent dans une forte inclination sociale et économique de leurs thèmes de recherche et tous cherchent à résoudre l’aporie mise en exergue par Maurice Le Lannou, faisant des géographes :

  • 79 Maurice Le Lannou, La géographie humaine, op. cit., p. 5.

Des érudits universels, des touche-à-tout où les mêmes peuvent fournir une étude de chronologie quaternaire, une étude sur les structures agraires, une troisième sur les coopératives de consommation79.

29C’est déjà le moment où une génération de vidaliens nés dans les années 1930 cherche une issue épistémologique à la crise d’une géographie classique désormais si surchargée.

  • 80 Antonio Loi, Per una geografia umana della Sardegna, Cagliari, Annali della facoltà di magistero, (...)
  • 81 Pascal Clerc, « La géographie coloniale en France, une catégorie à déconstruire », Terra Brasilis(...)

30Île-montagne en Méditerranée, partagée entre un tropisme italien péninsulaire qui va structurer son organisation spatiale et une appartenance française qui contribue davantage à singulariser et autonomiser cette île en Méditerranée occidentale, la Corse a été progressivement construite comme un objet privilégié de la géographie. Sans pouvoir énumérer l’ensemble des contributions qui ont tenté plus ou moins scientifiquement de comprendre ce territoire, il s’est agi d’en montrer les principales étapes en se focalisant plus précisément sur le moment classique de la géographie française qui, de Raoul Blanchard à Pierre Simi, a investi scientifiquement le terrain insulaire. On a pu ainsi souligner la récurrence des regards diagnostics visant à remédier aux retards observés dans les communautés rurales de cette île aux marges de l’Europe. Ils sont souvent associés à une perception esthétique de cette montagne dans la mer qui peut effrayer ou séduire. Tous vont progressivement contribuer à construire une représentation scientifique de l’île indissociablement liée toutefois à une subjectivité inhérente aux sciences sociales. Le recours à des argumentaires physiques et naturalistes conçus comme des gages de scientificité ne pourront combler les limites d’une neutralité axiologique et ils entraineront dangereusement la science géographique vers un écartèlement schizophrénique entre faits naturels et faits de société. Dès les années 1990, Antonio Loi, géographe à l’Université de Cagliari invite à juste titre les géographes à remettre en cause les lieux communs qui ont affecté tous ces regards scientifiques sur la Corse et la Sardaigne80. Depuis les années 1980, ce sont les îles elles-mêmes par le biais de leurs institutions régionales et de leurs commandes institutionnelles qui fabriquent et formatent désormais le discours sur le territoire. Leur but plus ou moins affiché de promotion touristique ou de réappropriation du discours identitaire dans la droite ligne d’une tradition réinventée sont-ils pour autant des gages de scientificité ? Ne perçoit-on pas déjà plus modestement une entreprise de déconstruction qui semble désormais inexorablement dériver vers des campagnes moralisatrices et anachroniques, nourrie d’injonctions morales et militantes comme on l’observe dans la lecture81 faite récemment de la géographie coloniale française. Cette géographie accompagnant indéniablement l’entreprise coloniale est analysée, non sans un souci téléologique, comme si elle était encore opératoire dans la géographie du xxie siècle ? C’est pourquoi on préfèrera en référer à cette quête d’un esprit des lieux qui imprègne tant les travaux des derniers géographes « classiques » et les rendent, aujourd’hui encore et malgré leurs imperfections et leurs maladresses, indispensables pour ceux qui cherchent à démêler la subtilité des liens qui se tissent entre hommes et lieux.

Haut de page

Notes

1 Antoine Albitreccia, La Corse, Paris, Hachette, 1933.

2 André Rondeau, La Corse, Paris, Armand Colin, 1964.

3 Antoine Franzini, « Un peuple libre, sauvage et vertueux, nature et politique dans la Corse du Quattrocento », Médiévales, no 47, 2004, p. 63-78 ; Gisèle Mathieu-Castellani, La représentation de la Corse dans les textes antiques, du miel et du fiel, Ajaccio, Piazzola, 2004.

4 Gaston Vuillier, Les îles oubliées, Paris, Hachette, 1893 ; Maurice Le Lannou, « Une île oubliée, la Sardaigne », Annales du Centre universitaire méditerranéen, 1947-1948, p. 163-170.

5 Francesco Gemelli, Rifiorimento della Sardegna, proposto nel miglioramento di sua agricoltura, Turin, G. M. Briolo, 1776.

6 Francis Pomponi, « Corse et Sardaigne entre archaïsme et modernité au xixe siècle », Études corses, no 81-82, 2015-2016, p. 73-94.

7 Antoine-Marie Graziani, Description de la Corse, préface, notes et traductions du Dialogo nominato Corsica, Ajaccio, Piazzola, 1993.

8 Aurelio Cevolotto, Agostino Giustiniani, un umanista tra Bibbia e Cabala, Gênes, ECIG, 1992.

9 Massimo Quaini, « Descrittione dellea Ligurya di Agostino Giustiniani, contributo allo studio della tradizione corografica ligure », dans Miscellanea di geografia storica e di storia della geografia in onore di Paolo Revelli, Gênes, Fratelli Bozzi, 1971, p. 23-61 ; voir également Daniela Galassi, Maria-Pia Rota et Antonietta Scrivano, « Popolazione e insediamento in Liguria secondo la testimonianza di Agostino Giustiniani », dans Gaetano Ferro (éd.), Comitato dei Geografi Italiani - Commissione per la Geografia Storica delle sedi umane in Italia, Florence, Olschki, 1979.

10 Furnio, un des assistants de Giustiniani : « Amico Socrate, Amico Platone, ma piu mi è amica la Verita, percio che senza rispetto veruno hai narrato con pura verita li mali e pessimi costumi de li Corsi, tuoi coinsulani. (Je suis l’ami de Socrate, je suis l’ami de Platon mais je suis surtout l’ami de la vérité, parce que tu as décrit sans fard les mauvaises coutumes des Corses, tes concitoyens) », Antoine-Marie Graziani, Description de la Corse…, op. cit., p. 310-311.

11 Massimo Donattini, Spazio e modernità, libri, carte e isolari nell’eta della scoperte, Bologne, Clueb, 2000.

12 Leandro Alberti, Descrittione di tutta Italia et isole pertinenti ad essa, Venise, Paolo Ugolino, 1596.

13 Jeffrey A. White, « Chorography as culture, Biondo Flavio and Leandro Alberti », Commentaria Classica, no 6, 2019, p. 61-84.

14 Joseph Martinetti, « Une géohistoire des systèmes urbains de la Corse et de la Sardaigne », Cahiers de la Méditerranée, no 86, juin 2013, p. 195-206.

15 Sergio Moravia, Philosophie et géographie à la fin du xviiie siècle, Genève, Studies on Voltaire and the eighteenth century, vol. 57, 1967 ; Sergio Moravia, La Scienza dell’uomo nel Settecento, Rome-Bari, Laterza, 1970 ; Numa Broc, La géographie des philosophes géographes et voyageurs français au xviiie siècle, Paris, Ophrys, 1975.

16 Francis Pomponi, « Les îles du bassin occidental de la Méditerranée et la redécouverte par la France d’une politique méditerranéenne (1769-1799) », Études corses, no 81-82, 2015-2016.

17 Jean-Marc Olivesi, « D’un chaos baroque à un ordre classique, les Corses et le plan Terrier », dans Mesure de l’île, le plan Terrier de la Corse (1770-1795), Ajaccio, Musée de la Corse, 1997, p. 9-25.

18 Marie-Noëlle Bourguet, Bernard Lepetit, Daniel Nordman et Maroula Sinarellis (dir.), L’invention scientifique de la Méditerranée. Égypte, Morée, Algérie, Paris, Éditions de l’EHESS, 1998.

19 Jean Gaulmier, L’idéologue Volney 1757-1820. Contribution à l’histoire de l’orientalisme en France [1951], Paris-Genève, Slatkine, 1980.

20 Comte Volney, Précis de l’état de la Corse, dans Œuvres de Volney, tome 7, Paris, Parmentier, 1825. Cet écrit fut publié pour la première fois dans le Moniteur des 20 et 21 mars 1793.

21 Le terme clan apparait dans l’ouvrage de Paul Bourde, En Corse, l’esprit de clan, les mœurs politiques, les vendettas, le banditisme, Paris, Calmann-Lévy, 1887.

22 Comte Volney, Voyage en Égypte et en Syrie, 1783, 1784 et 1785, Paris, Volland et Desenne, 1787 et, du même auteur, Tableau du climat et du sol des États-Unis d’Amérique, Paris, Courgier et Dentu, 1803.

23 Anne Godlewska, Geography unbound, French geographic science from Cassini to Humboldt, Chicago, Chicago University Press, 1999.

24 Georges Gusdorf, La conscience révolutionnaire. Les idéologues, vol. VIII, Paris, Payot, 1978.

25 Paule Petitier, « D’un tableau à l’autre, Le tableau de la France de Michelet et le tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de La Blache », dans Marie-Claire Robic (dir.), Tableau de la Géographie de la France. Le labyrinthe des formes, Paris, CTHS, 2000.

26 Comte Volney, État physique de la Corse, Paris, Parmentier, 1825, p. 281-311.

27 Nicole Hafid Martin y voit l’annonce des guides de voyage dans Voyage et connaissance au tournant des Lumières (1780-1820), Oxford, Voltaire Foundation, 1995.

28 Comte Volney, Leçons d’histoire prononcées à l’Ecole normale en l’an III de la République française, 1799.

29 Camille Vallaux, « Deux précurseurs de la géographie humaine, Volney et Charles Darwin », Revue de synthèse, vol. 15, no 2, 1938, p. 81-93.

30 Georges Gusdorf, Naissance de la conscience romantique au siècle des Lumières, Paris, Payot, 1976.

31 Paul Claval, « Les grandes coupures de l’histoire de la géographie », Hérodote, no 25, mai-juillet 1982, p. 129-151.

32 Conrad Malte-Brun, Géographie Universelle, Paris, Lavallée, tome 2, livre VIII, chapitre 8, 1855.

33 Joseph Martinetti, « Le regard d’un géographe de l’Italie pré-unitaire sur la Corse », Études corses, no 55, 2002, p. 141-170.

34 Descrizione dell’Italia, Florence, Libreria popolare, Poligrafia italiana, 1846 ; Francesco Costantino Marmocchi, Geografia politica storica etnografica e statistica d’Italia, a spese dell’editore, 1851 ; Attilio Zuccagni-Orlandini, Corografia fisica, storica e statistica dell’Italia e delle sue isole, Florence, Éd. Tommaso Branchi, 1836-1845 ; Adriano Balbi, Miscellanea italiana ragionamenti di geografia e statistica patria di Adriano Balbi raccolti da Eugenio Balbi, Milan, Civelli, 1845.

35 « La Providenza fece l’Italia ».

36 Joseph Martinetti, « Le Bulletin royal de la société de géographie italienne », Études corses, no 79, 2014, p. 29-52.

37 Gino Bottiglioni Guido Colucci, Atlante linguistico etnografico della Corsica, Pise, 1933-1942 ; Gioacchino Volpe (dir.), Archivio storico di Corsica, 1925-1942, Milan, Tyrrhenia, édition, en ligne Emeroteca - Biblioteca Nazionale Centrale di Roma (sbn.it) ; Antonio Renato Toniolo, Le ragione geografiche dell’italianità della Corsica, Rome, Societa italiana Arte grafiche, 1940.

38 Olinto Marinelli, « La distribuzione altimetrica della popolazione in Sicilia », Rivista geografica italiana, année 1, fasc. 2, avril 1893.

39 Giovanni puis Olinto Marinelli évoquent aussi la diversité ethnique des Alpes orientales, sujet sensible à ce moment et ils travailleront sur les études rurales, en particulier l’habitat à l’origine de nombreuses recherches en Italie, Osvaldo Baldacci pour la Sardaigne, « La casa rurale in Sardegna », dans Renato Biasutti (dir.), Ricerche sulle dimore rurali in Italia, Florence, 1952, comme d’ailleurs en France le travail de Paul Méjean dans l’entre-deux-guerres, « Note sur la maison corse », Revue de géographie alpine, 1932, p. 655-676.

40 Giovanni Marinelli fonde avec Filippo Maria Pasanisi la Rivista Geografica Italiana en 1894 à Florence dans un souci de quête d’objectivité scientifique.

41 Nicolas Ginsburger, « La Belle Époque d’un géographe colonial : Marcel Dubois, universitaire et figure publique, entre Affaire Dreyfus et Entente cordiale (1894-1905) », Cybergeo, 2018 (en ligne).

42 Giovanni Anfossi, « Volumétrie de la Corse », Recueil de l’institut de géographie alpine, vol. 6, no 1, 1918, p. 27-69 et dans le même numéro « Recherches sur la distribution de la population en Corse », p. 71-135.

43 Raoul Blanchard, « Giovanni Anfossi, nécrologie », Recueil de l’institut de géographie alpine, vol. 7, no 2, 1919, p. 425-426.

44 Marie-Claire Robic, « La réception de Friedrich Ratzel en France et ses usages au temps de l’installation de la géographie à l’Université (années 1880-1914) », Revue germanique internationale, no 20, 2014, p. 13-39.

45 Lucien Febvre, La terre et l’évolution humaine, Paris, La Renaissance du Livre, 1922.

46 Ferdinand Gregorovius, Corsica, Bastia, Ollagnier, 1884.

47 Francis Pomponi, « Gregorovius entdeckt Korsika », dans Arnold Esch et Jens Petersen (éd.), Ferdinand Gregorovius und Italien, Tübingen, Niemeyer, 1993.

48 Elisée Reclus, Nouvelle géographie Universelle, volume Europe méridionale, Paris, Hachette, 1881, p. 671-688.

49 Friedrich Ratzel, « La Corse, étude anthropo-géographique », Annales de géographie, tome VIII, 1899, p. 304-329.

50 Ibid., p. 310-311.

51 Jean Dresch et Pierre George, « Raoul Blanchard, (1877-1965), nécrologie », Annales de géographie, no 407, janvier-février 1966, p. 1-5.

52 Raoul Blanchard, La Corse, Grenoble, Rey-Arthaud, 1927, p. 8.

53 « Ce que je sais de meilleur sur la Picardie ce sont les paysans qui me l’ont appris », Raoul Blanchard, Ma jeunesse sous l’aile de Péguy, Paris, Fayard, 1961.

54 Philippe Veitl, « Un géographe engagé, Raoul Blanchard et Grenoble 1910-1930 », Genèses, no 13, 1993, p. 98-117.

55 Charles Anthelme Roux, « Grenoble, le cours Berriat, étude géographique d’une rue », Recueil de l’institut de géographie alpine, vol. 1, no 2, 1913.

56 Raoul Blanchard, « Les genres de vie en Corse et leur évolution », Revue de géographie alpine, vol. 2, no 2, 1914, p. 187-238 ; Ernest Bénévent, « La pluviosité de la Corse », Revue de géographie alpine, vol. 2, no 2, 1914, p. 239-264.

57 Louis Pierrein, « Nécrologie Ernest Bénévent (1883-1967) », Méditerranée, vol. 9, no 1, 1968, p. 3-4.

58 Paul Vidal de La Blache, « Les genres de vie dans la géographie humaine », Annales de géographie, no 111 et no 112, 1911, p. 193-212 et p. 289-302.

59 Vincent Berdoulay, La formation de l’école française de géographie (1870-1914), Paris, Bibliothèque Nationale-Mémoires de la section de géographie, 1981.

60 Henri Hauser, « En Corse, une terre qui meurt », Revue du mois, t. VIII, 1909, p. 539-569.

61 Angelo Cossu, Sardegna e Corsica, geografia patria, Turin, UTET, 1932.

62 Laurent Champier, « Comptes rendus critiques Angelo Cossu », Revue de géographie alpine, vol. 20, no 4, 1932, p. 823-828.

63 Joseph Martinetti, « Aimer la Corse, l’habiter, la cultiver… Une leçon de géographe d’Ambroise Ambrosi », Strade, no 23, 2016.

64 Roger Brunet, « La capture du Sillon alpin », Mappemonde, no 89, 2008.

65 Pierre Simi, L’adaptation humaine dans la Dépression centrale de la Corse, Gap, Ophrys, 1966.

66 Pierre Simi, « Les aspects régionaux de la Corse ; le Nebbio », Revue de géographie alpine, vol. 45, no 4, 1957, p. 711-762.

67 Ibid., p. 762.

68 Ibid., p. 711.

69 Pierre Simi, « Démographie et mise en valeur de la Corse », dans Mélanges d’études corses offerts à Paul Arrighi, Aix-en-Provence, Centre d’études corses d’Aix-Presses de l’Université d’Aix-en-Provence, 1971, p. 245-283.

70 Jeannine Renucci, Corse traditionnelle, Corse nouvelle, Lyon, Audin, 1974.

71 Maurice Le Lannou, Pâtres et paysans de Sardaigne, Tours, Arrault, 1941.

72 Maurice Le Lannou, Géographie humaine, Paris, Flammarion, 1947 ; Pierre George, « Crépuscule de l’homme habitant », Géocarrefour, vol. 68, no 4, 1993, p. 213-214.

73 Pierre Simi, L’adaptation humaine…, op. cit., p. 8.

74 Pierre Simi, Précis de géographie physique, humaine, économique, régionale de la Corse, Bastia, Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, 1981.

75 André Rondeau et Pierre Gabert, « La 48e excursion géographique interuniversitaire (Corse, avril 1965) », Annales de géographie, no 410, 1966, p. 432-447.

76 Roberto Almagia, L’Italia, Turin, UTET, 1959. À propos de cet ouvrage, Anne Marie Seronde précise : « À la fin de cette série de chapitres, qu’il me soit permis à ce propos, au nom de la sœur latine, de signaler à nos amis italiens que la Corse est française depuis 1768 ». En conséquence elle ignore le chapitre Corse. Anne-Marie Seronde, Pierre George et Pierre Gabert, « Trois grands ouvrages sur la géographie de l’Italie », Annales de géographie, t. 70, no 380, 1961, p. 410-417.

77 Maurice Le Lannou, Le déménagement du territoire, Rêveries d’un géographe, Paris, Seuil, 1967. Voir Partie III : « La Corse se donne et se refuse », p. 189-195.

78 Yeramiehl Kolodny, Géographie urbaine de la Corse, Paris, SEDES, 1962 ; Monique Dacharry, Tourisme et transport en Méditerranée occidentale, Baléares, Corse, Sardaigne, Paris, PUF, 1964.

79 Maurice Le Lannou, La géographie humaine, op. cit., p. 5.

80 Antonio Loi, Per una geografia umana della Sardegna, Cagliari, Annali della facoltà di magistero, vol. 18, 1995, p. 109-138.

81 Pascal Clerc, « La géographie coloniale en France, une catégorie à déconstruire », Terra Brasilis, no 8, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Martinetti, « La Corse, une « île-montagne » en Méditerranée. La construction d’un objet géographique, du regard des humanistes de la Renaissance à l’aboutissement de la géographie classique française à la fin du xxe siècle »Cahiers de la Méditerranée, 103 | 2021, 253-272.

Référence électronique

Joseph Martinetti, « La Corse, une « île-montagne » en Méditerranée. La construction d’un objet géographique, du regard des humanistes de la Renaissance à l’aboutissement de la géographie classique française à la fin du xxe siècle »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 103 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/15259 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.15259

Haut de page

Auteur

Joseph Martinetti

Joseph Martinetti est enseignant-chercheur à l’Université Nice Côte d’Azur où il enseigne géographie politique et géopolitique. Il est membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC), Après un doctorat traitant du concept géopolitique de marginalité en Méditerranée occidentale, à partir des cas insulaires de la Corse et de la Sardaigne, il a progressivement élargi sa réflexion à l’ensemble de la Méditerranée en centrant ses travaux sur les rivalités de puissance qui caractérisent aujourd’hui ce bassin maritime intérieur. Il participe aux travaux de publication de la revue Hérodote autour de Béatrice Giblin et il a récemment animé une équipe de recherches sur le thème du « retour russe en Méditerranée » avec la Fondation méditerranéenne des études stratégiques de Toulon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search