Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103Comptes-rendusBenoît Pouget, Un choc de circula...

Comptes-rendus

Benoît Pouget, Un choc de circulations. La puissance navale française face au choléra en Méditerranée, 1831-1856, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 353 p.

Xavier Huetz de Lemps
p. 329-331

Texte intégral

1Disons-le d’emblée, le seul défaut tout à fait mineur de cet ouvrage est, à mes yeux, son titre principal, le titre secondaire étant, lui, parfaitement explicite. Les « circulations » auxquelles l’auteur fait référence sont celles des forces navales françaises et celles du vibrion cholérique, mais la formule « un choc de circulations » ne me semble pas résumer de manière heureuse la substance de ce livre, et, d’une manière générale, les titres des parties et des sous-parties pourraient être plus courts et plus percutants. Ce sera pratiquement la seule critique formulée à l’égard d’un ouvrage à la fois impeccable au plan scientifique, passionnant sur le fond et stimulant par les perspectives qu’il ouvre. Je ne m’attarderai pas sur l’effet de résonance et ces échos troublants qu’engendre constamment, dans le contexte de la pandémie régnante de Covid-19, sa lecture. Alors qu’elles ont été écrites avant le début de cette nouvelle crise sanitaire globale, l’excellente préface d’Anne Rasmussen, comme l’introduction de l’auteur – ce dernier s’appuie sur l’épidémie du virus Ebola en Afrique pour montrer l’actualité des problématiques de sa recherche historique, mais on imagine sans peine que, s’il avait écrit au printemps 2020, il aurait fait son miel de la contamination de masse par le Covid-19 de l’équipage de « notre » porte-avions Charles-de-Gaulle –, soulignent fort justement l’importance clef qu’ont jouée, au xixe siècle, les pandémies successives de choléra et d’autres maladies infectieuses dans la naissance du monde moderne et, en particulier, dans l’évolution des relations internationales, en Europe et hors d’Europe.

2Ce volume est la version remaniée d’une thèse de doctorat en histoire soutenue en 2017 à Aix-Marseille Université. Parce que son étude porte sur une période relativement courte – de 1831, début de la deuxième pandémie de choléra en Méditerranée, à 1856, fin de la guerre de Crimée et de la troisième pandémie – et sur un espace relativement restreint – une Méditerranée dont les limites géographiques ne posent pas problème puisqu’il s’agit ici pour l’essentiel de l’espace maritime –, Benoît Pouget a pu exhumer des archives de la marine et de la diplomatie françaises une documentation impressionnante pour la mettre au service d’un sujet lui aussi neuf : comment la Marine française a tenté de relever le défi sanitaire, nouveau et terrifiant, posé par l’irruption du choléra.

3En premier lieu, l’ouvrage se situe donc au carrefour de l’histoire militaire et de l’histoire de la médecine. Les navires de la Marine française sont en première ligne dans cette « guerre » contre le choléra : leur monde clos est particulièrement vulnérable et, par leurs déplacements constants et de plus en plus rapides du fait de l’expansion progressive de la propulsion à vapeur, ils sont des vecteurs du fléau ; à l’inverse, leur engagement au service de la protection sanitaire peut contribuer à protéger le sanctuaire national en bloquant au large la maladie. De fait, l’ouvrage montre que les officiers de santé de la Marine ont apporté une contribution notable à la construction et à la diffusion des savoirs médicaux sur le choléra et qu’ils ont activement participé aux débats qui divisent alors les sciences médicales sur la nosologie, l’étiologie, la thérapie et la prophylaxie de cette maladie nouvelle en Occident. Comme cette production dépend en partie des conditions et des finalités particulières de l’exercice de la médecine navale, l’auteur apporte aussi au lecteur un nombre considérable d’informations nouvelles sur les différents corps de santé engagés, sur l’insuffisance de leurs moyens humains et matériels, sur la chaîne de commandement qui encadre leur action.

  • 1 Par exemple : David Todd, A Velvet Empire. French Informal Imperialism in the Nineteenth Century, P (...)

4À cette première gerbe d’analyses, vient s’entremêler un second faisceau de problématiques qui, elles, s’intéressent au « télescopage temporel » (l’irruption du choléra et le début de la conquête en Algérie sont des événements concomitants) entre, d’une part, les contraintes nouvelles et imprévisibles engendrées par les crises épidémiques et, d’autre part, la volonté de la France, clairement affichée et systématiquement poursuivie par-delà les changements de régimes, de redevenir une puissance méditerranéenne et mondiale. L’angle d’attaque rejoint ici celui d’autres travaux récents qui se sont saisis des notions d’impérialisme informel et d’impérialisme de libre-échange, notions forgées dans les années 1950 pour comprendre la politique britannique dans le monde entre les dernières décennies du xviiie siècle et les années 1850-1860, afin de montrer que, malgré leurs limites, elles peuvent être pertinentes pour d’autres puissances européennes rivales de la Grande-Bretagne, la France et l’Espagne en particulier1. Parce que l’étude d’un impérialisme – et à plus forte raison s’il prend des formes subtiles qui ne passent pas nécessairement par la conquête territoriale – est toujours une analyse multifactorielle, le risque était grand d’isoler et de surévaluer les politiques sanitaires par rapport aux autres impératifs (diplomatiques, militaires, économiques, migratoires, scientifiques, religieux etc.). Benoît Pouget n’est pas tombé dans ce piège, tout en avançant une hypothèse suggestive, en particulier dans le dernier chapitre qui mobilise avec bonheur les sources consulaires : si le contexte épidémique a inévitablement contrarié la projection de la puissance navale française en Méditerranée, il ne l’a en aucun cas bloquée ; bien plus, les modalités sanitaires et les enjeux territoriaux de la lutte anticholérique ont pu à la fois légitimer et servir la politique d’influence de la France dans le bassin méditerranéen. Pour dire les choses autrement, à la politique brutale de la canonnière serait subtilement venue s’ajouter, dès les années 1830-1850, la politique humanitaire du navire-hôpital. Dans cette instrumentalisation au moins partielle des questions sanitaires, le degré d’intentionnalité des acteurs reste cependant une question ouverte.

5Grâce à son habileté analytique, à son érudition et à ses talents de plume, l’auteur parvient à mener de front des enquêtes qui relèvent de genres historiques différents. L’équilibre entre les analyses microhistoriques des tragédies humaines que le choléra a engendrées et les considérations géostratégiques est harmonieux. Au plus près des acteurs, l’auteur restitue dans un premier temps l’atrocité de cette maladie, la peur bleue face aux mystères de sa propagation, le dévouement mais aussi l’impuissance thérapeutique des personnels de santé navale. Le récit d’une expérience humaine aussi terrifiante et la description de ce qu’il est difficile de ne pas qualifier d’échec sanitaire ont, pour eux-mêmes, une valeur anthropologique considérable. Dans les chapitres suivants, l’analyse des logiques spatiales qui sous-tendent les tentatives françaises de contrôle d’un espace sanitaire en Méditerranée permet de prendre de la hauteur et de comprendre que, dans les décennies centrales du xixe siècle, la lutte contre le choléra est devenue pour la France à la fois une urgence vitale, celle de la protection de sa population et, au premier chef, de son armée, et, par la projection de la puissance navale, un instrument de consolidation de son influence en Méditerranée, au plan matériel comme symbolique.

  • 2 Alex Chase-Levenson, The Yellow Flag. Quarantine and the British Mediterranean World, 1780-1860, Ca (...)

6Au-delà de ces importantes avancées scientifiques, cet ouvrage ouvre des perspectives comparatistes auxquelles la trop brève conclusion ne rend pas suffisamment justice. D’abord avec d’autres puissances maritimes présentes en Méditerranée, comme la Grande-Bretagne qui vient de faire l’objet d’une étude assez similaire dans son positionnement thématique comme chronologique2. Ensuite, avec d’autres aires géographiques : justement parce que le choléra devient pandémique, la circulation des savoirs et des expériences déborde largement la Méditerranée ; justement parce que la troisième pandémie est marquée par les balbutiements d’une coopération sanitaire internationale (première conférence sanitaire de Paris, 1851), la question requiert une approche multilatérale et la confrontation des sources françaises à d’autres fonds européens et extra-européens. Enfin, dans le temps : d’une part, la lutte anticholérique en ce début du xixe siècle ne peut être dissociée des dimensions internationales qu’ont prises la lutte contre la peste, à l’époque moderne, ou, peu de temps avant l’apparition du choléra, la diffusion planétaire de la vaccination antivariolique, points surtout évoqués dans l’ouvrage par des références bibliographiques ; d’autre part, la pesée des parts respectives du cynisme et de l’altruisme dans le volet humanitaire des politiques internationales à l’époque contemporaine n’est certes pas un champ vierge, mais gageons que la pandémie actuelle stimulera, et pour longtemps, la recherche historique dans ce domaine et que ce livre figurera dans la liste des ouvrages de référence sur la question.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : David Todd, A Velvet Empire. French Informal Imperialism in the Nineteenth Century, Princeton, Princeton University Press, 2021 ; dossier thématique sous la direction d’Arnaud Bartolomei, Xavier Huetz de Lemps, Martin Rodrigo Y Alharilla, « L’impérialisme informel de la France et de l’Espagne au xixe siècle », Outre-Mers. Revue d’histoire, no 410-411, 1er semestre 2021.

2 Alex Chase-Levenson, The Yellow Flag. Quarantine and the British Mediterranean World, 1780-1860, Cambridge, Cambridge University Press, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Huetz de Lemps, « Benoît Pouget, Un choc de circulations. La puissance navale française face au choléra en Méditerranée, 1831-1856, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 353 p. »Cahiers de la Méditerranée, 103 | 2021, 329-331.

Référence électronique

Xavier Huetz de Lemps, « Benoît Pouget, Un choc de circulations. La puissance navale française face au choléra en Méditerranée, 1831-1856, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 353 p. »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 103 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/15443 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.15443

Haut de page

Auteur

Xavier Huetz de Lemps

Université Côte-d’Azur
Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search