Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103Comptes-rendusHubert Heyriès, Histoire de l’arm...

Comptes-rendus

Hubert Heyriès, Histoire de l’armée italienne, Paris, Perrin, 2021, 597 p.

Éric Anceau
p. 333-335

Texte intégral

1Dans la vie d’un universitaire, il est des tâches qui pèsent mais qui s’imposent, comme celle de recenser le livre d’un collègue et ami trop tôt disparu. Lorsqu’il y a trente ans, Hubert Heyriès et moi parlions de l’avenir, dans son cher Aulus où il m’avait fait l’amitié de m’inviter au milieu des siens, après que nous avions préparé et réussi ensemble l’agrégation, il me disait sa volonté de se spécialiser en histoire militaire italienne. Il portait déjà en lui ce livre. Il est devenu rapidement maître de conférences, puis professeur à l’Université Paul Valéry-Montpellier-III. Il a enchaîné la publication d’ouvrages qui font autorité des deux côtés des Alpes : Les Garibaldiens de 14, splendeurs et misères des chemises rouges en France de la Grande Guerre à la seconde guerre mondiale (2005), Garibaldi, héros d’une Europe en quête d’identité (2007), Les Travailleurs militaires italiens en France pendant la Grande Guerre « héros de la pelle et de la truelle » au service de la victoire (2014), Italia 1866. Storia di una guerra perduta e vinta (2016). La tragique ironie de la vie veut qu’il soit décédé brutalement au moment où sortait son grand œuvre dont il commençait à peine la promotion.

2L’armée italienne a mauvaise réputation pour avoir connu une série de défaites retentissantes au cours de sa jeune histoire (les deux batailles de Custoza, Novare, Lissa, Adoua, Caporetto…) et pour avoir changé de camp aux heures décisives des deux guerres mondiales, comme l’armée du duc de Savoie le faisait déjà sous l’Ancien Régime. La réalité est cependant plus complexe et moins noire car cette armée a aussi eu ses heures de gloire à San Martino, à Rome, à Gorizia, à Vittorio Veneto… C’est tout le mérite de cette première grande synthèse en français de nous le montrer. Elle s’appuie sur une maîtrise parfaite de l’historiographie italienne et de ses importants renouvellements des dernières décennies (Piero Pieri, Mario Isnenghi, Lucio Ceva, Piero Del Negro, Virgilio Ilari, Giorgio Rochat), mais aussi sur une masse de documents inédits. Hubert Heyriès était l’un des tout meilleurs connaisseurs des fonds militaires italiens d’une richesse inouïe, mais d’un accès difficile, tant ils sont dispersés, et jubilait en sillonnant la péninsule en quête de trésors inédits.

3En seize chapitres chronologiques, l’ouvrage propose un panorama clair et synthétique de la question. Trois grandes thématiques en ressortent (le rôle fondamental de l’armée dans la construction et la cohésion nationale ; la place du militaire dans la société et dans l’imaginaire italiens ; la transformation de l’armée dans l’environnement global auquel elle est confrontée). Si l’armée de terre occupe une place centrale dans le livre, ni la marine, ni l’armée de l’air, ni les carabiniers intégrés à l’armée en l’an 2000 ne sont négligés.

4L’armée italienne, née quelques semaines seulement après le Royaume, au printemps 1861, est indissociablement liée au processus de construction nationale, mais les événements militaires constitutifs d’une identité commune sont déjà omniprésents dans l’hymne Fratelli d’Italia composé par Mameli, quatorze ans plus tôt. Comme le montre l’auteur, cette armée est issue de la fusion difficile, autour de l’armée de Piémont-Sardaigne, de celles des autres États d’une Italie morcelée et aux traditions locales vives et cette « piémontisation » a rencontré de fortes résistances réprimées par la force et dans le sang. Elle s’est forgée dans la guerre contre l’Autriche, en 1866, puis dans la prise de la Rome pontificale en 1870 et, dès lors, a constitué le levier privilégié du jeune État italien dans sa démarche unitaire, par le biais de la conscription qui a permis le brassage de la jeunesse, de la proximité de la population et de la gloire militaire. Hubert Heyriès insiste sur le rôle déterminant de Ricotti Magnani qui fut le grand ministre de la Guerre de la période, celui du service militaire universel et obligatoire, de la croissance des effectifs et de la création du corps des chasseurs alpins.

5Dans ces premiers chapitres, l’auteur consacre de belles pages à l’émergence de la société militaire, au soldato povero et au culte de l’offensive, puis il oppose brillamment la crise profonde traversée par l’armée au tournant du xxe siècle (réduction des budgets, traumatisme d’Adoua, malaise des cadres, développement de l’antimilitarisme) et l’œuvre de Giolitti qu’il réévalue (modernisation, réarmement, affirmation du haut commandement, nationalisation des forces armées).

6La partie centrale de l’ouvrage est consacrée aux deux guerres mondiales et à l’entre-deux-guerres. Hubert Heyriès montre parfaitement le retournement spectaculaire de la première guerre et comment celle-ci a servi de ciment à la jeune nation avant d’analyser en détail les rapports complexes de Mussolini à l’armée au cours du ventennio fasciste, la construction d’un Empire entre ombres et lumières et le traumatisme de la Deuxième Guerre qui a droit à trois chapitres : échec de l’attaque contre la France et humiliation par l’allié hitlérien dès juin 1940, mirage africain, cauchemar grec, subordination à la Wehrmacht, impossibilité de mobiliser les esprits, cataclysme de l’armistice de Cassibile en septembre 1943 et enfin division de l’armée en trois forces antagonistes.

7Après-guerre, l’armée renaît de ses cendres, tel le phénix, sous la houlette de Randolfo Pacciardi, ministre de la Défense de 1948 à 1953, dans le cadre de l’OTAN et avec de nouveaux objectifs, car l’Italie a renoncé, dans sa Constitution, à toute guerre agressive. Hubert Heyriès insiste sur les doutes des années 1960-1980 avec le spectre fantasmé du golpisme (le coup d’État militaire) et la réapparition de l’antimilitarisme. Il montre aussi et surtout comment l’armée a su évoluer au cours des dernières décennies : professionnalisation, féminisation, refondation interarmes en unités plus mobiles, redéploiement dans les Balkans, en Méditerranée, au Proche et au Moyen-Orient et en Afrique. Il insiste aussi sur la cote d’amour très forte dont jouit l’armée dans le pays dont les clés se trouvent dans la part qu’elle a prise à la construction nationale mais aussi dans sa tradition d’apolitisme et de respect de l’autorité politique quels que soient les régimes et les choix électoraux des Italiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Anceau, « Hubert Heyriès, Histoire de l’armée italienne, Paris, Perrin, 2021, 597 p. »Cahiers de la Méditerranée, 103 | 2021, 333-335.

Référence électronique

Éric Anceau, « Hubert Heyriès, Histoire de l’armée italienne, Paris, Perrin, 2021, 597 p. »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 103 | 2021, mis en ligne le 15 juin 2022, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/15450 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.15450

Haut de page

Auteur

Éric Anceau

Sorbonne Université
SIRICE

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search