Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106Dossier : Crises politiques et re...L’intégration à la monarchie des ...« Altri che hanno servito Francia...

Dossier : Crises politiques et reconfigurations des fidélités. Les élites de la monarchie hispanique des guerres d’Italie à la guerre de Succession espagnole
L’intégration à la monarchie des Habsbourg au temps des guerres d’Italie

« Altri che hanno servito Francia ». La noblesse militaire italienne au service des rois de France pendant les guerres d’Italie (1494-1559)

Giampiero Brunelli
p. 29-45

Résumés

Cultivant leur vocation militaire tout au long de la période moderne, les aristocraties italiennes furent souvent protagonistes de carrières indépendantes de leurs souverains territoriaux respectifs. Ce phénomène fut encore plus évident pendant les guerres d’Italie (1494-1559), lorsque l’engagement aux côtés des rois de France représentait un choix politique et social spécifique. Après une relecture du contexte historiographique, l’article a pour objectif de reconstruire les diverses dimensions de la participation de la noblesse italienne aux expéditions militaires françaises pendant les guerres d’Italie ; de vérifier l’existence de relations entre les diverses personnalités ; de déterminer la présence (ou non) de trajectoires typiques. Un échantillon de 682 présences/actions de nobles militaires italiens, concernant 358 individus, a été obtenu. Il a été analysé en termes de chronologie, d’origines géographiques et d’identités familiales. Un focus a également été consacré aux alliances matrimoniales entre les familles de ces officiers. L’engagement des élites italiennes dans les armées de la France pendant la première moitié du xvie siècle s’est révélé beaucoup plus large que ne le laissaient penser les connaissances actuelles tout en étant pragmatique et non rigide.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jean-Pierre Labatut, Les noblesses européennes de la fin du xve à la fin du xviiie siècle, Paris, (...)
  • 2  Christopher Storrs, « The Military Revolution and the European Nobility, c. 1600-1800 », War in Hi (...)
  • 3  Luciano Pezzolo, « Professione militare e famiglia in Italia tra tardo Medioevo e prima Età Modern (...)
  • 4  Angelantonio Spagnoletti, Stato, aristocrazie e Ordine di Malta, Rome/Bari, École Française de Rom (...)

1Lorsque l’on examine les stratégies de positionnement social et politique des élites européennes à l’époque moderne, le service militaire constitue un domaine d’intérêt bien spécifique. L’ensemble de l’aristocratie conserva sans interruption une vocation pour cette profession et la considérait comme un aspect qualifiant sa propre projection identitaire. Les hommes nobles démontraient donc concrètement cette attitude en combattant dans les armées de leur souverain. Un large spectre de motivations, joignant orgueil de status et intérêts pratiques, alimentait ces pratiques : la profession militaire certifiait la prééminence sociale de la noblesse et lui offrait la possibilité d’accéder à des récompenses symboliques, ainsi qu’à des rétributions concrètes, c’est-à-dire les charges et les soldes1. Mais il faut prêter attention aux variations des cadres temporels et géographiques. Ce que nous avons décrit correspond fidèlement à une sorte de conceptualisation d’un idéal-type de la noblesse militaire au service des États, selon la définition d’André Corvisier concernant l’aristocratie française, reprise, approfondie et comparée à l’ensemble du continent européen par Christopher Storrs2. Ce paradigme n’est que partiellement applicable dans le contexte de l’Italie moderne. Ici aussi, honneur et utilité innervent le réseau de relations entre les souverains et la noblesse, exhortant leurs membres à s’engager dans les armées de leur État. Résumant des études antérieures, parues depuis la fin des années 1980 (alors qu’une nouvelle histoire militaire s’installait en Italie aussi), Luciano Pezzolo a offert une vue d’ensemble de la noblesse militaire des anciens États italiens aux xviie et xviiie siècles, confirmant l’image d’un soutien réciproque et collaboratif entre les gouvernements et les membres des aristocraties : en effet, ces derniers, grâce à leurs réseaux de relations et assez souvent à leurs investissements financiers, aidaient à l’organisation de l’armée de leur État ; en retour, ils obtenaient une puissante reconnaissance de leur statut social, qui profitait également à toute la famille3. Cependant, le tableau d’ensemble comprenait des trajectoires très différentes : en Italie, les élites étaient aussi souvent protagonistes de carrières indépendantes de la figure concrète du souverain territorial respectif. Le phénomène a été interprété par Angelantonio Spagnoletti comme l’expression d’une « politique des loyautés multiples »4, pratiquée sciemment par les membres de l’élite de la péninsule : les jeunes nobles se mettaient au service des souverains qui semblaient garantir l’accumulation d’argent la plus rapide, les rangs et titres les plus honorés et le capital symbolique le plus sûr, sans trop se soucier de dépasser les frontières de l’État de leur propre seigneur. L’accessibilité des nombreuses cours, princières et royales, et des ordres militaires supranationaux encourageaient ces tentatives, entre les xvie et xviie siècles. En outre, l’armée d’une des plus importantes républiques de l’époque, celle de Venise, attirait constamment – surtout de l’Italie centrale – des gentilshommes volontaires qui commençaient leur carrière sous la bannière du Lion de saint Marc.

  • 5  En italien « la posteriore triste fama, in Italia e fuori dei condottieri italiani, traditori per (...)
  • 6  Ibid.
  • 7  Michael E. Mallett, Mercenaries and their masters. Warfare in renaissance Italy, Totowa N.Y., Rowm (...)
  • 8  Marc H. Smith, « Émulation guerrière et stéréotypes nationaux dans les guerres d’Italie », dans Da (...)
  • 9  Christine Shaw, Barons and Castellans : The Military Nobility of Renaissance Italy, Leyde, Brill, (...)

2L’absence d’automaticité dans les relations entre les noblesses militaires et ses propres souverains était encore plus évidente environ un siècle plus tôt, lorsque les guerres pour la domination de la Péninsule étaient en cours. Le scénario évoluait très rapidement. Certains se battaient pour leur ancien seigneur, d’autres se rangeaient du côté des occupants, d’autres enfin entraient au service de souverains, italiens ou étrangers, qui n’étaient impliqués dans les guerres qu’en tant qu’alliés temporaires de l’un des États belligérants. Du fait des équilibres mouvants et de leur difficile lisibilité, les stratégies de la noblesse militaire étaient en perpétuelle reconfiguration. L’historiographie a longtemps jugé les attitudes et les comportements de ces acteurs sociaux comme la simple manifestation d’un caractère supposé original des élites italiennes, avec des caractéristiques bien définies : la priorité accordée exclusivement à la protection de leurs propres intérêts, une propension machiavellica à la trahison, une pratique des revirements soudains. Il y a soixante-dix ans, Piero Pieri, pionnier de l’histoire militaire italienne à l’époque moderne, dénonçait « la triste réputation qu’ont ensuite eue, en Italie et à l’étranger, les condottieri italiens »5 (tous membres de la noblesse militaire), étant considérés au minimum comme « traîtres, quand ils n’étaient pas ineptes ou lâches »6. Michael Mallett s’est efforcé d’éliminer les idées fausses et les généralisations à cet égard en affirmant la nécessité de contextualiser les expériences de service militaire du xve siècle7. D’autre part, les études sur les stéréotypes nationaux à l’époque des guerres d’Italie indiquent que le stéréotype du noble militaire italien infidèle était aussi le résultat de constructions culturelles spécifiques8. Pourtant, ces dernières années encore, même une spécialiste de la noblesse de cette période telle que Christine Shaw finit par adhérer au point de vue qui considérait ces attitudes comme la preuve d’un manque de fiabilité général de la part du groupe social dont nous parlons, tout en étant consciente des motivations complexes qui sous-tendaient les choix de loyauté des militaires nobles italiens entre le xve et le xvie siècle9.

  • 10  David Parrott, The Business of War : Military Enterprise and Military Revolution in Early Modern E (...)
  • 11  Elena Bonora, Aspettando l’imperatore. Principi italiani tra il papa e Carlo V, Turin, Einaudi, 20 (...)
  • 12  Julien Guinand et Pierre Nevejans, « Les possibilités de l’entre-deux : pour une relecture des gue (...)

3Le paysage historiographique a été profondément renouvelé grâce à une nouvelle approche récemment consolidée. On ne parle plus guère d’aventuriers, de mercenaires, d’affairistes de la guerre. Au contraire, dans le cadre d’une compétition politico-militaire de plusieurs décennies – telles que l’étaient les guerres d’Italie –, les différentes formes de partenariat militaire public-privé, dans lesquelles se distinguent des formes de collaboration dans les domaines financier et logistique entre les nobles militaires et les souverains, ont été réinterprétées et considérées dans le cadre plus large de la mobilisation de pouvoirs alternatifs et distincts de ceux des États au moment de l’effort de guerre : pouvoirs d’abord personnels, détenus surtout par les membres de la noblesse militaire susmentionnée. Et il ne s’agissait pas seulement de grands nobles, mais aussi – vraisemblablement – de leurs adhérents, ainsi que des membres du patriciat urbain10. Se ranger du côté des rois de France signifiait – à un moment donné – faire des choix politiques et sociaux spécifiques, qui, souvent, ne coïncidaient pas avec une simple adhésion au parti du Roi Très Chrétien. L’image des élites italiennes au xvie siècle, telle qu’elle a été dessinée par la récente historiographie, paraît trop floue, si l’on met l’accent sur de nets clivages entre des loyautés qui coïncideraient de manière rigide avec des alignements politiques11. L’Italia dell’Imperatore (c’est-à-dire la faction fidèle aux Habsbourg), l’Italia del Cristianissimo, l’Italie du Pape et, pourquoi pas, l’Italie vénitienne (composée de nobles au service de la Serenissima, qui restent à étudier en profondeur) étaient en contact, notamment en raison de liens familiaux bien établis. Les espaces interstitiels de l’entre-deux étaient constamment fréquentés pendant les guerres d’Italie12.

4En conséquence, les objectifs de cet essai ne sont pas d’élargir les frontières de l’Italie du Cristianissimo, mais avant tout de reconstruire les dimensions de la participation de la noblesse militaire italienne aux expéditions militaires françaises pendant les guerres d’Italie, puis de vérifier l’existence d’entrelacs entre les personnalités impliquées dans le phénomène et enfin de déterminer la présence (ou non) de trajectoires typiques, en tenant toujours compte des césures critiques constituées par les victoires des ennemis espagnols. Parce qu’à la fin les Espagnols l’ont emporté, les nobles militaires ont dû, autant que possible, se repositionner. On pourra également donner des indications sur le passage d’une fidélité à une autre.

Contexte historiographique

  • 13  Émile Picot, Les Italiens en France au xvie siècle (réimpression anastatique de l’édition Bordeaux (...)
  • 14  Daniel Roche, « Préface. Réflexions sur la différence », dans Jean-François Dubost, La France ital (...)
  • 15  Jean-François Dubost, La France italienne…, op. cit., p. 61.
  • 16  Ibid.

5Jusqu’à présent, les historiens n’ont pas analysé en détail la participation des nobles italiens aux initiatives militaires des rois de France dans la première moitié du xvie siècle. Dans son étude Les Italiens en France, Émile Picot – qui s’intéressait principalement à l’histoire de la culture – avait fait le récit de plusieurs capitaines célèbres et de membres des familles italiennes les plus proches des intérêts politiques des rois de France. Il en résultait une galerie de portraits, de cas jugés exemplaires, allant des premiers partisans de Charles VIII à la fin du xve siècle jusqu’à Piero Strozzi, mort au siège de Thionville le 21 juin 1558. Tous les nobles militaires semblaient être simplement « suivis par une foule de parents »13. Le sujet a été repris par Jean-François Dubost dans le cadre d’une vaste enquête sur l’immigration italienne en France entre 1570 et 1680 en recourant à des gisements importants de documents non publiés. L’auteur atteignait certainement son but de « conduire une interrogation globale d’histoire sociale »14, mais – en ce qui concerne le groupe spécifique des nobles militaires du xvie siècle – il ne peut que consolider l’impression de « familles entières de condottieri recrutant et équipant des compagnies pour le roi de France : Trivulzio, Visconti, Gonzague, Este, Birague, Fregoso »15. Parmi eux, certains – les Strozzi avant tout – ont été reconnus comme des membres de familles initialement actives dans le domaine financier « qui trouvent, par ces commandements militaires, un moyen de parfaire leur insertion dans le second ordre »16. Voilà donc, pour la première fois, des preuves d’une analyse sociale de la noblesse militaire italienne du xvie siècle au service des rois de France : mais pas beaucoup plus que cela. À partir des registres de comptes de l’Épargne entre 1548 et 1557, Dubost signalait tout de même la présence de quarante Italiens (dont dix-sept Napolitains), ayant reçu des pensions royales pour leurs services passés ou pour avoir commandé les garnisons des diverses places fortes.

  • 17  David Potter, Renaissance France at War, Armies, Culture and Society, c.1480-1560, Woodbridge, The (...)
  • 18  Ibid., p. 146, 148 (ma traduction).
  • 19  André Corvisier, « La noblesse militaire : aspects militaires de la noblesse française du xvie au (...)
  • 20  André Corvisier, Armée et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, PUF, 1976, p. 110.
  • 21  Jonathan Dewald, « Rethinking the 1 percent : the failure of the nobility in old regime France », (...)
  • 22  Cesare Mozzarelli, « Onore, utile, principe, stato », dans Adriano Prosperi (dir.), La Corte e il (...)
  • 23  Ibid., p. 252 (ma traduction).
  • 24  Hervé Drévillon et Diego Venturino (dir.), Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne : actes du (...)

6Quelques noms de plus furent ajoutés par David Potter dans le cadre de son analyse des structures militaires françaises entre 1480 et 156017. Potter présentait les actions des quarante-six militaires italiens (plus deux officiers corses autochtones), issus d’une vingtaine de familles. Toutefois, le nombre de noms mentionnés restait loin du chiffre total de 96 que l’on peut obtenir de l’étude de Picot pour la période 1494-1558 ; en outre, le niveau d’analyse des cas présentés par Potter reste malheureusement superficiel, l’auteur se contentant de relever l’aspect le plus macroscopique des choix effectués par ces nobles au service des rois de France, sans résister à la tentation d’ajouter des jugements moralistes lapidaires. Deux en particulier : « les dynastes italiens, bien qu’ils puissent se battre pour la France, ont toujours eu leurs propres agendas » ; « les commandants italiens peuvent être largement divisés entre les loyaux et les opportunistes »18. Comme s’il eût été possible que des membres de maisons princières italiennes (et européennes) du xvie siècle renoncent à leurs projets de consolidation politico-dynastique ; comme si les contemporains n’eussent pas trouvé parfaitement normal que les aristocrates contractent leurs allégeances tout en ne les rendant disponibles que sous condition. La chronologie proposée par André Corvisier sur ces questions est datée, mais toujours valable. Jusqu’en 1560, l’entrée de la noblesse dans l’armée du Roi – la noblesse française, voulait-il dire et donc a fortiori la noblesse en général – n’en était qu’à ses débuts19. Le même auteur avait précédemment précisé que « le libre service militaire de la noblesse fut la règle dans la plupart des pays où un État fort s’était installé »20 : tels étaient précisément, bien que sous des formes très différentes, la France et les États italiens. Dans le royaume de France, libre service signifiait que, comme cela a été calculé, seuls 20 % des nobles du xvie siècle avaient connu une quelconque expérience militaire21. Ensuite, en se référant au contexte italien qui nous concerne de plus près, nous savons que le concept, ou plutôt l’idéologie de l’honneur, pour reprendre la formule de Cesare Mozzarelli, était la seule boussole du comportement aristocratique. Dans une certaine mesure, le sentiment de l’honneur postulait « l’indifférence, pourrions-nous dire, à l’égard d’une figure donnée de souverain »22, et était lié à l’utile, au profit, c’est-à-dire à la prospérité économique de la maison, considéré comme un reflet évident – en même temps, cause et effet – « de l’interaction étroite dans la société de l’Ancien Régime des conditions économiques, sociales et politiques »23. Cela était particulièrement vrai dans le cadre français : l’horizon du sens monarchique, que l’historiographie a focalisé sur le thème de l’honneur24 – une proposition politico-culturelle qui aurait conduit à la satisfaction des gentilshommes d’obéir au roi – n’avait pas encore imprégné le service militaire de la noblesse française dans les premières décennies du xvie siècle. A fortiori, il n’aurait pas pu s’enraciner dans les relations entre la Couronne et les nobles italiens du Cinquecento, incapables de prévoir leur avenir à court terme dans le cadre des guerres d’Italie, qui ont duré plus de cinquante ans.

  • 25  Letizia Arcangeli, « Carriere militari dell’aristocrazia padana nelle guerre d’Italia », dans Mari (...)
  • 26  Mario Rizzo, « Serving foreign monarchs in times of trouble. Rivalries, loyalties, risks, and oppo (...)

7Des conclusions plus analytiques sont disponibles grâce à l’étude de Letizia Arcangeli sur les nobles militaires de la vallée du Pô et sur la présence de Lombards dans les institutions militaires du duché de Milan conquis par les Français (1499-1512 ; 1515-1522). Arcangeli a soutenu que la participation des Lombards dans les forces permanentes du roi était faible, même si – en temps de guerre – des postes de commandement temporaires étaient disponibles, principalement dans l’infanterie et la cavalerie légère. Les résultats de la recherche d’Arcangeli ont cependant donné lieu à d’importantes réflexions, comme le rôle clé des alliances matrimoniales entre les lignées ayant le plus grand potentiel militaire et politique, ou la propension des rois de France à confier les emplois militaires à des membres de l’aristocratie capables d’assurer une médiation efficace avec les demandes des territoires, encore divisés entre Guelfes et Gibelins. Parmi ces sujets, la famille Pallavicini, qui avait ses fiefs entre Crémone et la rivière du Taro, a été confirmée comme une véritable puissance territoriale, qui réussissait à articuler sa propre politique parmi les souverains en guerre, en tenant des membres dans chaque armée25. De son côté, Mario Rizzo a confirmé que, chez les aristocrates lombards (mais aussi chez les aristocrates italiens en général), les loyautés changeantes ou divisées au sein des familles peuvent être considérées comme le résultat d’un désir d’avoir plusieurs cordes à son arc. La diversification des allégeances était délibérément conçue comme une sorte de stratégie d’atténuation des risques et un moyen de maximiser les possibilités de carrière, de prestige et d’enrichissement26. Il y a donc matière à une nouvelle enquête de grande ampleur.

Analyse quantitative du service à la France : chronologie et familles

8Les critères fondamentaux pour la formation du corpus peuvent être résumés en quelques traits. Seuls les noms d’Italiens au service des rois de France, sur les champs de bataille, dans des garnisons, ou comme ingénieurs militaires, et dotés de grades militaires (de l’enseigne au maréchal), ont été inclus. Les simples sympathisants de la Couronne – appelés franciosanti – n’ont pas été retenus. Les cas où un doute subsiste sur le fait que la personne n’a servi qu’en tant que volontaire non rémunéré ont été signalés. La chronologie de référence devait initialement être plus large, mais l’afflux de noms a obligé à s’arrêter à 1559. La consultation de la base de données Fichoz a donné les 33 premiers noms27. L’enquête s’est ensuite poursuivie avec les Diarii de Marin Sanudo28, les tables généalogiques de Pompeo Litta29 et, finalement, une utilisation extensive de la bibliographie secondaire. La table de données réalisée est disponible en ligne30.

9Le travail de rassemblement et de gestion des données biographiques a bénéficié des applications Microsoft Office, bien connues, et a donné lieu à une fiche prosopographique qui comprend noms, mariages, grades, dates de service aux armées, souverains servis, références bibliographiques et notes. L’exemple de Fichoz-Actoz a toutefois encouragé la valorisation des actions individuelles, regroupées et identifiées, dans le cas présent, avec l’année d’emploi ou – si postérieure à la première – de service actif. Ainsi, si, selon les recherches bibliographiques effectuées, le total des officiers militaires italiens au service du roi de France de 1494 à 1559 est de 358 individus, le nombre total des années pendant lesquelles ils apparurent effectivement en service s’élève à 682. Ces expériences de service sont réparties par année comme l’illustre le graphique suivant.

Graphique 1. Effectifs italiens au service de la France par année (1494-1559)

Graphique 1. Effectifs italiens au service de la France par année (1494-1559)

10Comme on peut le constater, après une bonne implication dans les années de Charles VIII (avec 42 présences/actions de nobles militaires italiens entre 1494 et 1498), les années de Louis XII touchent un premier point culminant de 158 cas, articulés dans les deux pics de 1503 (30) et de 1509 (26). Ce n’est pas surprenant : ce sont respectivement les années de la défense du royaume de Naples et de l’attaque à Venise. Puis, la période 1521-1528 voit, logiquement, un grand effort : le nombre d’expériences de service des Italiens dans les armées françaises, selon les sources, atteint 180. Les moments forts sont ceux des années de la défense de Milan, de la bataille de Pavie, de l’expédition de Lautrec au royaume de Naples. Mais la période qui a suivi la première stabilisation politique de la péninsule par les Habsbourg ne doit pas être sous-estimée. De l’année 1530 à la mort de François Ier, on relève 117 autres cas de présence dans les armées françaises. Finalement, le nombre d’expériences de service sous le règne d’Henri II est particulièrement élevé : 140 au total, avec un pic de 94 pendant les années de la guerre de Sienne. Par conséquent, ni la défaite de Pavie (24 février 1525), ni la paix de Cambrai (3 août 1529) ne constituent le tournant le plus visible. De nombreux nobles et experts militaires italiens fondaient manifestement leurs espoirs sur un renversement de la situation politique en Italie, jusqu’à la signature du traité du Cateau-Cambrésis (1559).

  • 31  Maria Antonietta Visceglia et Judith Revel, « Un groupe social ambigu : Organisation, stratégies e (...)
  • 32  Émile Picot, Les Italiens en France…, op. cit., p. 16-19, 27-31, 45-48 ; Michele Maria Rabà, « Les (...)
  • 33  François Dubost, La France italienne…, op. cit., p. 61.
  • 34  Voir les entrées du DBI, vol. 50, Rome, Istituto per la Enciclopedia Italiana fondato da G. Trecca (...)
  • 35  Émile Picot, Les Italiens en France…, op. cit., p. 26-28 ; Gian Carlo Montanari, Guido Rangoni : u (...)
  • 36  David Parrott, « Italian Soldiers in French Service… », art. cit., p. 20. Voir aussi Michele Maria (...)
  • 37  Pompeo Litta, Famiglie celebri italiane, op. cit., Sanvitale di Parma ; la famille guelfe Sanvital (...)
  • 38  Il s’agit d’Este, Fieschi, Pallavicini, Pico di Mirandola, Rossi, Scotti (3) ; Baratta, Barone, Bo (...)

11Si l’on examine plus précisément le corpus, en désagrégeant l’ensemble des individus, plus des deux tiers de ceux-ci (68 %) appartiennent à la noblesse féodale, dans ses différentes gradations. Une autre subdivision devient évidente lorsque l’on classe le groupe en fonction du nombre de membres d’une même famille entrés au service du roi de France pendant la période considérée. Ce n’est que dans le cas d’une famille, les Trivulzio de Milan, que ce total atteint deux douzaines. Ensuite, nous avons six familles qui donnent à l’armée française dix à dix-neuf membres : les Orsini (17), les Sanseverino (15), les Gonzague (13), les Birago (10), les Fregoso (10), les Guasco (10). Ce premier groupe comprend distinctement les deux familles lombardes partisanes de la France par excellence (-Trivulzio et Birago) ; la famille romaine guelfe ayant le plus grand poids politique en l’Italie centrale (Orsini) ; « des feudataires [du royaume de Naples] de second rang mais d’ancienne noblesse »31, certainement éminents au sein de la faction angevine (-Sanseverino) ; une maison régnante sur un important fief impérial aux frontières de la Lombardie, que l’historiographie considère au sommet de l’Italia dell’imperatore dès les années 1530-1540 (Gonzague) ; une famille piémontaise très active, à laquelle les historiens commencent à accorder l’attention qu’elle mérite (Guasco)32 ; finalement, la famille génoise qui donna « un nombre impressionnant de chefs de guerre et de condottieri au service de la France » (-Fregoso)33. En ce qui concerne cette dernière, l’implication la plus intense eut lieu sous François Ier après de premières charges exercées par des personnages tels que Battista, Paolo Battista et Giano Fregoso dans les forces armées de Charles VIII. Annibale, Cesare, Federico, Niccolò, Ottaviano obtinrent des grades dans toute la hiérarchie militaire : du capitaine au commandant général d’une expédition34. En poursuivant l’analyse du corpus, neuf familles employèrent cinq à neuf de leurs membres dans les armées françaises. Ce sont les Rangoni de Modène, les Savoie, les Visconti, les Vitelli (7), les Baglioni, les Saluzzo (6), les Sanvitale, les Acquaviva et les Mauruzi de Tolentino, dans la région des Marches (5). Les trajectoires des Rangoni, Visconti et Acquaviva sont déjà bien connues35. Le cas de la famille de Savoie – apparentée, comme on le sait, à la maison royale de France – est plus complexe qu’on ne le pensait. Si Honoré de Savoie combattit à Saint-Quentin (10 août 1557) contre son oncle Emanuele Filiberto, ce n’est pas à cause d’une neutralité calculée, comme on aurait pu le croire36. Bien qu’ils ne soient pas de solides alliés du roi de France, les ducs Philippe II, Philibert II et Charles II occupèrent tous des postes militaires dans l’armée française depuis 1499, année où le duc Philibert apparaît sur la liste des compagnies de lanciers avec son fils René, dit le Bâtard, qui donna naissance à la lignée des Savoie-Villars. Les fils de René – Claude, comte de Tende, et Honoré, époux de Clarice Strozzi, fille du maréchal de France, Piero – jouèrent un rôle remarquable dans l’armée française. Dans la même région du Piémont, les marquis de Saluzzo furent aussi des clients du roi de France : Michele Antonio et Francesco Ludovico furent, tous deux, nommés lieutenants généraux. Dans ce même groupe, celui des familles qui employèrent cinq à neuf de leurs membres dans les armées françaises, les carrières des individus originaires d’Italie centrale et de la vallée du Pô méritent également d’être approfondies. Gianfrancesco Sanvitale, à la bataille de Fornovo (6 juillet 1495), se battit contre la Lega italica ; Gian Galeazzo, en 1510, commandait 50 lanciers et 100 archers ; puis, en 1518, il était commandant général des lanciers de l’État de Milan. En 1539-1540, enfin, il tenta un assaut contre Crémone. Trois autres Sanvitale, Federico, Giacomantonio et Luigi, servirent en 1552 dans la guerre de Sienne37. Mais l’aspect qui n’avait pas du tout émergé jusqu’à présent est l’ampleur de la participation de familles originaires des États pontificaux (de cinq à neuf membres chacun, rappelons-le). Pour l’instant, notons les noms des Vitelli, Baglioni et Mauruzi. Il conviendra de traiter ensemble ce groupe de parcours personnels, qui représentent 23 % du corpus. Ces familles d’Italie centrale sont également bien représentées parmi celles qui ont donné quatre membres aux armées françaises. Il s’agit notamment des Bentivoglio, des Orsini dell’Anguillara et des Colonna. On trouve aussi, dans ce groupe, les Barbiano di Belgioioso, les Caracciolo, les Carafa, les Da Thiene de Vicence, les Del Carretto, les Strozzi. Finalement, il va sans dire que le groupe de familles dont au moins deux ou trois hommes ont servi le roi de France est encore plus large38.

12Nous avons déjà mentionné les résultats inattendus de l’analyse des répartitions géographiques. En fait, pour 344 noms sur 358 (96 % du total), il a été possible d’identifier plus ou moins précisément l’origine géographique et, comme on peut le voir sur le graphique, les zones territoriales les plus représentées ne sont pas celles sur lesquelles l’historiographie s’est le plus souvent focalisée.

  • 39  Mario Rizzo, « Serving Foreign Monarchs… », art. cit., à paraître.
  • 40  Claude de Seyssel et Jean D’Auton, Histoire de Louis XII Roy de France […], À Paris, chez Abraham (...)
  • 41  Biagio Aldimari, Historia genealogica della famiglia Carafa, t. III, In Napoli, nella stamperia di (...)
  • 42  Letizia Arcangeli, « Appunti su guelfi e ghibellini in Lombardia nelle guerre d’Italia (1494-1530) (...)

13Milan et la Lombardie, puis Naples et son royaume, apparaissent respectivement en deuxième et troisième position. Le plus grand nombre de nobles militaires dans les armées françaises, entre 1494 et 1558, provient des États pontificaux. Ce point mérite une grande attention mais examinons d’abord rapidement la situation des deux États amenés à faire partie de l’Italie espagnole et qui est la mieux connue. Parmi les 62 Lombards, les Trivulzio et les Birago représentent environ 50 % du total, mais on trouve aussi des membres de familles moins attendues, comme les sept représentants de la maison Visconti, d’orientation gibeline. Il s’agissait de personnages très actifs, tels Galeazzo, Ettore, Bernabò et d’autres, sur lesquels l’historiographie a récemment porté son attention39. On peut encore mentionner les deux Borromeo qui entrèrent au service de Louis XII, Giberto et Ludovico : ils apparurent à la bataille d’Agnadello « moult bien accoustrez »40. Giovan Pietro Serbelloni s’illustra également au service de la France tandis que son fils, Gabrio (1509-1580), passa toute sa carrière militaire au service des Habsbourg, marquant ainsi un changement d’orientation politique d’une génération à l’autre41. Nous devons enfin à un membre de la famille Vignati de Lodi le seul témoignage direct de ces événements, du point de vue d’un soldat-écrivain. Il s’agit d’Alberto Vignati, commissaire général et surintendant des fortifications en Italie sous le règne de François Ier, qui fut l’auteur des Memorie istoriche dall’anno 1447 al 1513 et d’un Itinerario militare. Le point de vue exprimé, surtout dans le premier ouvrage de Vignati, confirme ce qui ressort également du comportement des nobles militaires en question : l’appartenance au parti guelfe n’était nullement indispensable pour accéder au rang d’officier dans les armées françaises. Les membres des deux factions y étaient accueillis42.

Graphique 2. Provenance géographique des militaires italiens au service de la France (1494-1559)

Graphique 2. Provenance géographique des militaires italiens au service de la France (1494-1559)
  • 43  Gérard Delille, Famiglia e proprietà nel Regno di Napoli, xv-xvi secolo, Turin, Einaudi, 1988, p.  (...)
  • 44  Blaise de Monluc, Commentaires et lettres, édition revue sur les manuscrits et publiée avec les va (...)

14En continuant l’analyse des provenances géographiques, parmi les 46 noms de régnicoles napolitains, certains représentent le groupe de familles qui adhérèrent le plus à la cause « angevine », non pas tant par une simple soumission à la Couronne française ni par un comportement rebelle anarchique inné, mais plutôt parce qu’ils exprimaient, de cette manière, une culture et une pratique politique pleinement propres aux grands barons de ce royaume. D’éminentes familles – comme les Acquaviva, les Sanseverino, les Caracciolo, les Carafa (28 membres dans les armées françaises au total) – promouvaient avec prudence la division interne en plusieurs lignées, dont au moins une n’était pas pro-française ou bien ouvertement pro-espagnole, au cas où ils seraient obligés de faire face à des événements politiques funestes. En outre, elles étaient sensibles au mythe chevaleresque véhiculé par la noblesse française, adaptant leur projection identitaire à une conception militaire de la vertu nobiliaire43. à côté d’elles, nous trouvons d’autres membres des plus anciennes maisons du royaume, tels, en 1503, Sigismondo Cantelmo, quatrième duc de Sora, et Giovanni Battista Marzano, prétendant au titre de prince de Rossano, tous deux capitaines dans l’armée française. Giampaolo Coscia, fils des barons de Procida, fut également capitaine de 200 fantassins (et non de lanciers à cheval), dans l’armée qui descendit en Italie en décembre 1527 ; Eligio Della Marra reçut de Lautrec, en 1528, le commandement des hommes d’armes laissés dans les Pouilles et son parent Giovanni fut nommé gouverneur militaire de Bitonto la même année. Mais on retrouvait aussi des personnes d’une naissance moins illustre, comme les deux Calabrais Barone, ou réellement ordinaires, comme Moretto Calabrese, également connu sous le nom de Battista de Cantarollo (peut-être l’actuel Cantalo, près de Reggio Calabria). Il combattit de 1528 à 1558 aux côtés des Français et atteignit le grade de colonel, comme le mentionne Monluc et d’autres auteurs après lui44.

  • 45  Maria Antonietta Visceglia, « “Farsi imperiale” : faide familiari e identità politiche a Roma nel (...)
  • 46  Ascanio Centorio degli Ortensi, La seconda parte de’ commentarii delle guerre, & de’ successi più (...)
  • 47  Alessandro Serio, Una gloriosa sconfitta…, op. cit., p. 121-122 ; Ascanio Centorio degli Ortensi, (...)
  • 48  Historiographie résumée et élucidée par Gérard Delille, « Governo locale e identità urbana : il ca (...)
  • 49  Francesco Papalini, Effemeridi della città di Fermo e suo antico Stato, In Loreto, dalla tipografi (...)
  • 50  Thomas V. Cohen, Love and Death in Renaissance Italy, Chicago, University of Chicago Press, 2004, (...)
  • 51  Ascanio Centorio degli Ortensi, La seconda parte…, op. cit., p. 5-6 ; Camillo Lilii, Dell’historia (...)

15En ce qui concerne les nobles militaires des États pontificaux, outre les différentes branches de la famille Orsini et des Baglioni – qui se présentaient clairement comme des Guelfes – et des Vitelli déjà mentionnés, nous connaissons les vicissitudes de la maison Caetani et de la maison Colonna pendant les guerres d’Italie grâce aux études de Maria Antonietta Visceglia et Alessandro Serio45. Il faut cependant noter que d’autres membres de familles de barons romains, que nous serions enclins à identifier à la cause des Habsbourg, rejoignirent également les armées françaises, presque jusqu’à la fin des guerres d’Italie. Par exemple, Alto et Torquato Conti – le premier avait désigné le second comme héritier, lui laissant la moitié du château de Patrica – ont combattu respectivement pendant la guerre de Sienne et la guerre de Paul IV et Henri II contre les Espagnols46. Luzio Savelli participa aux mêmes campagnes en 1552-1554, répétant le choix pro-français fait à la fin du siècle précédent par ses parents Antonello, capitaine d’une compagnie de lanciers, Troilo et Troiano, promoteurs de la prise d’Ostie47. Et ceci sans citer l’exemple bien connu d’Orazio Farnese et de Carlo et Mario Sforza di Santa Fiora, tous trois proches parents du pape Paul III (Orazio étant son neveu direct), actifs dans les années 1550. Ce que nous voulons souligner dans ce rapide tour d’horizon, c’est plutôt la présence importante de membres du patriciat provincial, objets de toute une série d’études à la fin du xxe siècle48. Il faut ensuite mentionner les noms de Simone et Vincenzo Tebaldi, patriciens romains, d’Alessandro Tomassoni de Terni (une famille fidèle aux Farnèse), de Giustiniano Severoli de Faenza, du gibelin de Ravenne Giovanni Sassatelli, de Vincenzo et Sermatteo Raccamadoro de Fermo, entrés dans les armées françaises en 1528, « fuggendo le cittadine discordie »49, c’est-à-dire pour échapper aux discordes intestines de la ville. Saporoso Matteucci était originaire de cette même ville de la région des Marches : il combattit jusqu’en 1554, date à laquelle il fut blessé. Les noms d’autres officiers français pendant la guerre de Sienne sont également connus : Pompeo Giustini da Castello, célèbre pour une affaire judiciaire parfaitement reconstituée de la seconde moitié du xvie siècle50, Bassotto Fantuzzi, consul de Porta San Pietro à Bologne en février 1551, Cornelio Bandini de Camerino, ami de Piero Strozzi, tombé pendant les dernières guerres du Piémont. Ils sont rejoints par des capitaines dont les noms de famille ne sont pas connus, comme Agapito de Todi et Capoaguzza de Pérouse, et surtout par des membres de la féodalité provinciale, parmi lesquels, Antonio, Guido et Cornelio Bentivoglio, Bolonais ; Galeotto et Malatesta Malatesta, Romagnols ; Clemente et Sforza Monaldeschi della Cervara, Antonio, Baldo, Fabrizio, Giovanni, et Nicolò Mauruzi, comtes de Tolentino51.

Le support des alliances matrimoniales aux réseaux français

16Les liens parentaux des militaires de l’Italie centrale ont invité à effectuer une vérification plus approfondie sur le plan des choix matrimoniaux. 202 épouses de nobles militaires figurant dans notre corpus ont été identifiées. Parmi ces alliances, 57 liens conjugaux peuvent être considérés comme endogamiques, car ils ont eu comme acteurs 51 nobles militaires mariés à des femmes issues de familles également impliquées dans le service militaire pour les rois de France. Ces unions nous invitent à vérifier l’existence d’une réelle propension endogamique au sein de notre corpus.

Tableau 1. Les pratiques endogamiques des nobles italiens au service de la France (1494-1559)

Tableau 1. Les pratiques endogamiques des nobles italiens au service de la France (1494-1559)

(en gras : noms de famille dont des membres sont au service du roi de France entre 1494 et 1558)

17Disons tout de suite qu’il n’y a pas de familles solidement liées au parti pro- français. Ceci n’est pas surprenant : nous avons mis en évidence la non-rigidité de cette orientation politique, à l’exception de quelques lignées « angevines » bien identifiées. Néanmoins, un noyau d’échanges matrimoniaux qui innerve le groupe le plus nettement favorable au roi de France, tout au long des guerres d’Italie, est tout de même évident. Une fois encore, dans ce classement, les Orsini remportent la palme, avec 17 femmes issues des différentes branches de la famille. Il s’agit du nombre le plus élevé, même si l’on considère que 8 de ces mariages ont eu lieu au sein de leur clan familial élargi. Ainsi, les deux épouses de Vitellozzo et Paolo Vitelli, parmi les premiers à se battre avec Charles VIII, sont des Orsini (respectivement Girolama – sœur d’Alfonsina, épouse de Piero di Lorenzo de’ Medici – et Porzia, fille de Paolo Orsini, seigneur de Mentana). Une autre Orsini – Giovanna – était l’épouse de Federico Gonzaga di Bozzolo, qui commandait 4 000 hommes durant l’été 1521 et fut fait prisonnier à Pavie. Après eux, 8 viennent de la Casa Trivulzio. Elisabetta, fille naturelle de Gian Giacomo, était la troisième épouse d’Antonio Maria Pallavicino, marquis de Busseto et gouverneur militaire de Bergame de 1509 à 1512. Sa sœur naturelle, Francesca, épousa Ludovico Pico della Mirandola, au service des Français jusqu’en 1504. Une troisième fille naturelle du même maréchal de France a épousé le turbulent Galeazzo Visconti. De son côté, la parentèle des Sanseverino apparaît bien articulée à l’échelle de la péninsule, et non refermée sur les seuls horizons du royaume de Naples. Parmi les femmes mariées à des nobles militaires au service du roi de France (7), les filles du comte de Cajazzo Roberto, Giulia et Ginevra, épousèrent respectivement Giovan Tommaso Carafa, castellano d’Amaltea et du Castel dell’Ovo en 1494, qui fut présent à la bataille d’Agnadello (1509) et le Bolonais Lucio Malvezzi, gouverneur militaire d’Alessandria à partir de 1503. Giovanna Sanseverino de Scalea épousa Nicolò Mauruzi de Tolentino, qui avait débuté dans les escadrons de Gian Giacomo Trivulzio et servit comme lieutenant de Renzo da Ceri même lorsque ce dernier passa au service du roi de France, entre 1522 et 1525.

  • 52  En italien, « a pigliar esemplo dalli altri che hanno servito Francia che mai hanno avuto cosa di (...)
  • 53  Le « pragmatisme de tous […] entre le Rhône et le Pô » a également été évoqué dans un essai récent (...)

18« Altri che hanno servito Francia » : les mots cités dans le titre de cet article sont ceux d’Isabella de’ Medici, épouse de Paolo Giordano Orsini et sont contenus dans une lettre de 1566, destinée à décourager son époux d’accepter les offres de la Couronne française. Elle le suppliait de « prendre exemple sur d’autres qui avaient servi la France et qui n’avaient jamais rien eu de ce qui leur avait été promis » et insistait sur le risque d’une déception finale : « je sais que pour vous amener à une telle chose on vous promettra monts et merveilles, et quand vous observerez ce ne sera rien »52. Ce jugement, rendu quelques années après la conclusion des guerres d’Italie par une femme issue d’une lignée qui avait immédiatement jeté son dévolu sur les Habsbourg, ne devrait pas immédiatement recouper le nôtre. À ce stade de la recherche, il faut tout d’abord constater l’ampleur – et d’une certaine manière le pragmatisme53 – de l’engagement des élites italiennes dans les armées de la France. Le sommet, atteint dans les années 1550, n’aurait pas été possible si une saison de déceptions généralisées avait été derrière elle. Le renversement complet de la situation militaro-politique devait encore sembler à portée de main.

Haut de page

Notes

1  Jean-Pierre Labatut, Les noblesses européennes de la fin du xve à la fin du xviiie siècle, Paris, PUF, 1978.

2  Christopher Storrs, « The Military Revolution and the European Nobility, c. 1600-1800 », War in History, no 3-1, janvier 1996, p. 1-41 (republié dans Jeremy Black (dir.), Warfare in Europe : 1650-1792, Aldershot, Ashgate, 2005, p. 3-43).

3  Luciano Pezzolo, « Professione militare e famiglia in Italia tra tardo Medioevo e prima Età Moderna », dans Anna Bellavitis et Isabelle Chabot (dir.), La justice des familles. Autour de la transmission des biens, des savoirs et des pouvoirs (Europe, Nouveau Monde, xiie-xixe siècles), Rome, École française de Rome, 2011, p. 341-366, en particulier p. 358-360.

4  Angelantonio Spagnoletti, Stato, aristocrazie e Ordine di Malta, Rome/Bari, École Française de Rome/Università di Bari, 1988, p. 4 ; Mario Rizzo, « Il mestiere delle armi nell’Italia moderna fra esercizio del potere, creazione del consenso, formazione e impiego del capitale umano (sec. xvi-xviii) », dans Paola Bianchi et Nicola Labanca (dir.), L’Italia e il “militare”. Guerre, nazione, rappresentazioni dal Rinascimento alla Repubblica, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2014, p. 75-101 et p. 78 en particulier, où il confirme « la réalité d’une circulation intense de soldats et d’officiers » (cette traduction et les suivantes sont effectuées par l’auteur de l’article).

5  En italien « la posteriore triste fama, in Italia e fuori dei condottieri italiani, traditori per lo meno, quando non fossero degli inetti o del vili ». Piero Pieri, Il Rinascimento e la crisi militare italiana, Turin, Einaudi, 1952, p. 652, n. 1.

6  Ibid.

7  Michael E. Mallett, Mercenaries and their masters. Warfare in renaissance Italy, Totowa N.Y., Rowman and Littlefield, 1974, p. 5.

8  Marc H. Smith, « Émulation guerrière et stéréotypes nationaux dans les guerres d’Italie », dans Danielle Boillet et Marie-Françoise Piéjus (dir.), Les guerres d’Italie (1494-1559) : histoire, pratiques, représentations, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2002, p. 155-176.

9  Christine Shaw, Barons and Castellans : The Military Nobility of Renaissance Italy, Leyde, Brill, 2015, p. 198.

10  David Parrott, The Business of War : Military Enterprise and Military Revolution in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2012 ; Michele M. Rabà et Mario V. Rizzo, « Nel tourbillon delle Guerre d’Italia. Circuiti clientelari internazionali e strategia imperiale asburgica nell’Italia settentrionale (1516-1559) », dans Francisco Toro Ceballos (dir.), Carolus. Homenaje a Friedrich Edelmayer, Alcalá la Real, Ayuntamiento, 2017, p. 311-322 ; Séverin Duc et Mario Rizzo, « Les Habsbourg, les Valois et l’enjeu de la guerre. Stratégies en comparaison dans le Milanais au cours de la première moitié du xvie siècle », dans Juan Carlos D’Amico et Jean-Louis Fournel (dir.), François Ier et l’espace politique italien : États, domaines et territoires, Rome, École Française de Rome, 2018, p. 49-65 ; Michele M. Rabà, « Mobilitare risorse per la guerra », dans Paola Bianchi et Piero Del Negro (dir.), Guerre ed eserciti nell’età moderna, Bologne, Il Mulino, 2018, p. 211-238.

11  Elena Bonora, Aspettando l’imperatore. Principi italiani tra il papa e Carlo V, Turin, Einaudi, 2014 ; Guillaume Alonge, Ambasciatori : Diplomazia e politica nella Venezia del Rinascimento, Rome, Donzelli, 2019.

12  Julien Guinand et Pierre Nevejans, « Les possibilités de l’entre-deux : pour une relecture des guerres d’Italie », Histoire, économie & société, vol. 40, no 4, 2021, p. 4-14.

13  Émile Picot, Les Italiens en France au xvie siècle (réimpression anastatique de l’édition Bordeaux, Imprimeries Gounouilhou, 1918, avec une introduction de Nuccio Ordine), Manziana, Vecchiarelli, 1995, p. 8.

14  Daniel Roche, « Préface. Réflexions sur la différence », dans Jean-François Dubost, La France italienne, Paris, Aubier, 1997, p. II.

15  Jean-François Dubost, La France italienne…, op. cit., p. 61.

16  Ibid.

17  David Potter, Renaissance France at War, Armies, Culture and Society, c.1480-1560, Woodbridge, The Boydell Press, 2008, p. 146-151.

18  Ibid., p. 146, 148 (ma traduction).

19  André Corvisier, « La noblesse militaire : aspects militaires de la noblesse française du xvie au xviiie siècle », Histoire sociale – Social History, vol. 11, no 22, 1978, p. 336-355, p. 338.

20  André Corvisier, Armée et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, PUF, 1976, p. 110.

21  Jonathan Dewald, « Rethinking the 1 percent : the failure of the nobility in old regime France », American Historical Review, vol. 124, no 3, 2019, p. 911-932, p. 923 ; William Beik, A social and cultural history of early modern France, Cambridge et New York, Cambridge University Press, 2009, p. 75-77.

22  Cesare Mozzarelli, « Onore, utile, principe, stato », dans Adriano Prosperi (dir.), La Corte e il Cortegiano. II : Un modello europeo, Rome, Bulzoni, 1980, p. 241-253, p. 249 (ma traduction).

23  Ibid., p. 252 (ma traduction).

24  Hervé Drévillon et Diego Venturino (dir.), Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne : actes du colloque organisé à Metz par le Centre régional universitaire lorrain d’histoire du 20 au 22 novembre 2008, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

25  Letizia Arcangeli, « Carriere militari dell’aristocrazia padana nelle guerre d’Italia », dans Mario Del Treppo (dir.), Condottieri e uomini d’arme nell’Italia del Rinascimento, Naples, Liguori, 2001, p. 360-416 (republié dans Gentiluomini di Lombardia. Ricerche sull’aristocrazia padana nel Rinascimento, Milan, Unicopli, 2003, p. 71-121) ; id., « Marignano, una svolta ? Governare Milano dopo la “battaglia dei giganti”. Note a margine di studi recenti », Archivio storico lombardo, no 141, 2015, p. 223-263. L’analyse d’Arcangeli est confirmée par David Parrott, qui – pour la période 1494-1559 – ne fait mention que de treize carrières de nobles militaires italiens, ajoutant que les Birago, Malatesta, Baglioni, Rangoni, Orsini, Sanseverino ducs de Somma « et une série d’autres familles » (ma traduction) ont enrôlé des unités. David Parrott, « Italian Soldiers in French Service, 1500-1700. The Collapse of a Military Tradition », dans Paola Bianchi, Davide Maffi et Enrico Stumpo (dir.), Italiani al servizio straniero in età moderna, Milan, Franco Angeli, 2008, p. 15-39 et p. 18-21 en particulier.

26  Mario Rizzo, « Serving foreign monarchs in times of trouble. Rivalries, loyalties, risks, and opportunities for Lombard Magnates during the Italian Wars, 1494-1535 », à paraître.

27  https://actoz.db.huma-num.fr/fmi/webd/Actoz_actions (11 mars 2022).

28  Marino Sanudo, I diarii, publiés par Guglielmo Berchet, Nicolò Barozzi, Federico Stefani, Rinaldo Fulin, Marco Allegri, 58 vol., Bologne, Forni, 1969-1979 (reproduction anastatique de l’édition originale Venise, F. Visentini, 1879-1902).

29  Pompeo Litta, Famiglie celebri italiane, 148 opuscules, Milan, Tip. Paolo Emilio Giusti, Tip. Giulio Ferrario, 1819-1883.

30  http://t.ly/MTEd (url raccourcie, qui pointe vers le fichier installé dans le Google Workspace Sapienza).

31  Maria Antonietta Visceglia et Judith Revel, « Un groupe social ambigu : Organisation, stratégies et représentations de la noblesse napolitaine xvie-xviie siècles », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 48, no 4, 1993, p. 819-851, p. 845.

32  Émile Picot, Les Italiens en France…, op. cit., p. 16-19, 27-31, 45-48 ; Michele Maria Rabà, « Les choix de la noblesse lombarde dans les guerres d’Italie : “services”, “faveurs” et négociations (1529-1559) », intervention présentée au colloque Crises politiques et reconfiguration des fidélités. Les élites de la monarchie hispanique des guerres d’Italie à la guerre de Succession espagnole et publié dans ce même numéro.

33  François Dubost, La France italienne…, op. cit., p. 61.

34  Voir les entrées du DBI, vol. 50, Rome, Istituto per la Enciclopedia Italiana fondato da G. Treccani, 1998, p. 392-394, 396-399, 424-427 (rédigé par moi-même) ; Pompeo Litta, Famiglie celebri italiane, op. cit., Fregoso di Genova, Tab. IV ; (sur Niccolò) ; Sanudo, I diarii, op. cit., vol. 37, col. 354 (en soutien à Giovanni Dalle Bande Nere autour de Fiorenzuola en décembre 1524).

35  Émile Picot, Les Italiens en France…, op. cit., p. 26-28 ; Gian Carlo Montanari, Guido Rangoni : un condottiero fra Evo Medio e Moderno, Modène, Il Fiorino, 2005 ; Séverin Duc, « Les élites lombardes face à l’effondrement du duché de Milan (c. 1500-c. 1560) », dans Laurent Coste et Sylvie Guillaume (dir.), Élites et crises du xvie au xxie siècle. Europe et Outre-mer, Paris, Armand Colin, 2014, p. 101-111 ; Maria Anna Noto, Elites transnazionali : gli Acquaviva di Caserta nell’Europa asburgica (secoli XVI-XVII), Milan, Franco Angeli, 2018.

36  David Parrott, « Italian Soldiers in French Service… », art. cit., p. 20. Voir aussi Michele Maria Rabà, « Sulla strada per Milano e Napoli. Il Piemonte di Francesco I (1536-1547) nelle fonti italiane e spagnole : guerra di logoramento, geopolitica e patronage », dans Juan Carlos D’Amico et Jean-Louis Fournel (dir.), François Ier et l’espace politique en Italie…, op. cit., p. 211-226, 221-222.

37  Pompeo Litta, Famiglie celebri italiane, op. cit., Sanvitale di Parma ; la famille guelfe Sanvitale, à la tête d’une squadra au xve siècle, avait rejoint la faction connue sous le nom de « Tre Parti » au début du siècle suivant : Marco Gentile, Fazioni al governo. Politica e società a Parma nel Quattrocento, Rome, Viella, 2009.

38  Il s’agit d’Este, Fieschi, Pallavicini, Pico di Mirandola, Rossi, Scotti (3) ; Baratta, Barone, Borromeo, Castiglioni, Caetani, Cavazzi della Somaglia, Ciocchi Del Monte, Conti di Poli, Della Marra, Doria, Ferrero, Filomarino, Ghilini, Malabaila, Malatesta, Medici di Firenze, Monaldeschi della Cervara, Pio di Carpi, Raccamadoro, Savelli, Sforza (2).

39  Mario Rizzo, « Serving Foreign Monarchs… », art. cit., à paraître.

40  Claude de Seyssel et Jean D’Auton, Histoire de Louis XII Roy de France […], À Paris, chez Abraham Pacard, 1615, p. 348.

41  Biagio Aldimari, Historia genealogica della famiglia Carafa, t. III, In Napoli, nella stamperia di Giacomo Raillard, 1691, p. 643.

42  Letizia Arcangeli, « Appunti su guelfi e ghibellini in Lombardia nelle guerre d’Italia (1494-1530) », dans Marco Gentile (dir.), Guelfi e ghibellini nell’Italia del Rinascimento, Rome, Viella, 2005, p. 391-472, 406-407.

43  Gérard Delille, Famiglia e proprietà nel Regno di Napoli, xv-xvi secolo, Turin, Einaudi, 1988, p. 39-40 ; Maria Antonietta Visceglia, Identità sociali. La nobiltà napoletana nella prima età moderna, Milan, Unicopli, 1998, p. 122-139 ; Raffaele Colapietra, « Abruzzo e Puglia nell’orizzonte feudale degli Acquaviva tra Quattro e Cinquecento », dans id., Baronaggio, Umanesimo e territorio nel Rinascimento meridionale, Naples, Città del Sole, 1999, p. 211-278, 256 ; Giulio Sodano, Da baroni del Regno a Grandi di Spagna. Gli Acquaviva d’Atri : vita aristocratica e ambizioni politiche (secoli xv-xviii), Naples, Guida, 2012, p. 34-35, 51-56 ; Maria Anna Noto, Élites transnazionali : gli Acquaviva di Caserta nell’Europa asburgica (secoli xvi-xvii), Milan, Franco Angeli, 2018.

44  Blaise de Monluc, Commentaires et lettres, édition revue sur les manuscrits et publiée avec les variantes par Alphonse de Ruble, tome 2, Paris, Jules Renouard, 1866, p. 226.

45  Maria Antonietta Visceglia, « “Farsi imperiale” : faide familiari e identità politiche a Roma nel primo Cinquecento », dans Francesca Cantù et Maria Antonietta Visceglia (dir.), L’Italia di Carlo V. Guerra, religione e politica nel primo Cinquecento, Atti del convegno internazionale di studi (Roma 5-7 aprile 2001), Rome, Viella, 2003, p. 477-508 ; Alessandro Serio, Una gloriosa sconfitta. I Colonna tra papato e impero nella prima età moderna (1431-1530), Rome, Viella, 2008, p. 120-122, 136-137, 238-239.

46  Ascanio Centorio degli Ortensi, La seconda parte de’ commentarii delle guerre, & de’ successi più notabili […], In Vinetia, appresso Gabriel Giolito di Ferrarii, 1569, p. 5, 52 ; Felice Contelori, Genealogia familiae Comitum romanorum […], Romae, ex Typographia Reu. Camerae Apost., 1650, p. 45, 56, 58. Alto Conti ne défendait pas Lucignano comme il aurait dû et Piero Strozzi le fit décapiter. Arnaldo D’Addario, Il problema senese nella storia italiana della prima metà del Cinquecento (La guerra di Siena), Florence, Le Monnier, 1958, p. 323.

47  Alessandro Serio, Una gloriosa sconfitta…, op. cit., p. 121-122 ; Ascanio Centorio degli Ortensi, La seconda parte…, op. cit., p. 5.

48  Historiographie résumée et élucidée par Gérard Delille, « Governo locale e identità urbana : il caso italiano in una prospettiva europea », dans Francisco Chacón, Maria Antonietta Visceglia et al. (dir.), Spagna e Italia in età moderna : storiografie a confronto, Rome, Viella, 2009, p. 119-133.

49  Francesco Papalini, Effemeridi della città di Fermo e suo antico Stato, In Loreto, dalla tipografia dei fratelli Rossi, 1846, p. 39.

50  Thomas V. Cohen, Love and Death in Renaissance Italy, Chicago, University of Chicago Press, 2004, p. 74, 79-82 et passim.

51  Ascanio Centorio degli Ortensi, La seconda parte…, op. cit., p. 5-6 ; Camillo Lilii, Dell’historia di Camerino parte seconda, [Macerata, Agostino Grisei, 1652], p. 299 ; Pompeo Litta, Famiglie celebri italiane, op. cit., Mauruzi di Tolentino, Tab. II.

52  En italien, « a pigliar esemplo dalli altri che hanno servito Francia che mai hanno avuto cosa di quelle che sono state promesse loro, et so che per condurvi a tal cosa vi prometteranno mari e monti, et al osservarlo non sarà nulla ». Elisabetta Mori (dir.), Lettere tra Paolo Giordano Orsini e Isabella de’ Medici, Rome, Gangemi, 2019, p. 181.

53  Le « pragmatisme de tous […] entre le Rhône et le Pô » a également été évoqué dans un essai récent sur cinq cas représentatifs d’officiers italiens dans les années 1550. Julien Guinand, « Des gens de cervelle et de service. Les capitaines italiens au service du roi de France au Piémont (1551-1559) », Histoire, économie & société, vol. 40, no 4, 2021, p. 46-66, 65.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Effectifs italiens au service de la France par année (1494-1559)
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/16642/img-1.png
Fichier image/png, 119k
Titre Graphique 2. Provenance géographique des militaires italiens au service de la France (1494-1559)
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/16642/img-2.png
Fichier image/png, 126k
Titre Tableau 1. Les pratiques endogamiques des nobles italiens au service de la France (1494-1559)
Légende (en gras : noms de famille dont des membres sont au service du roi de France entre 1494 et 1558)
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/16642/img-3.png
Fichier image/png, 328k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giampiero Brunelli, « « Altri che hanno servito Francia ». La noblesse militaire italienne au service des rois de France pendant les guerres d’Italie (1494-1559) »Cahiers de la Méditerranée, 106 | 2023, 29-45.

Référence électronique

Giampiero Brunelli, « « Altri che hanno servito Francia ». La noblesse militaire italienne au service des rois de France pendant les guerres d’Italie (1494-1559) »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 106 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/16642 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.16642

Haut de page

Auteur

Giampiero Brunelli

Né à Rome en 1968, Giampiero Brunelli s’est formé à la Sapienza-Università di Roma et à la Scuola Normale Superiore di Pisa. Il enseigne l’histoire moderne à la Sapienza-Università di Roma. Son ouvrage sur le « Saint Conseil » de 1559 (Il Sacro Consiglio di Paolo IV, Viella, 2011) met en lumière une institution de la papauté, jusqu’alors mal connue, à l’époque de la Contre-Réforme. Dans Soldati del papa (Carocci, 2003), il se concentre sur la politique militaire de la papauté au cours des xvie et xviie siècles ainsi que sur l’implication des aristocraties dans l’armée. Sa dernière publication est un manuel d’histoire de la guerre à l’époque moderne (La guerra in età moderna, Laterza, 2021). Il a aussi rédigé plus de cent entrées pour le dictionnaire biographique national italien (Dizionario Biografico degli Italiani, Treccani, 1960-2020).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search