Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106Dossier : Crises politiques et re...L’intégration à la monarchie des ...Prendre parti pour ne pas mourir ...

Dossier : Crises politiques et reconfigurations des fidélités. Les élites de la monarchie hispanique des guerres d’Italie à la guerre de Succession espagnole
L’intégration à la monarchie des Habsbourg au temps des guerres d’Italie

Prendre parti pour ne pas mourir : les Rossi di San Secondo entre Espagne, France et Papauté à la fin des guerres d’Italie1

Pierre Nevejans
p. 89-102

Résumés

Durant les guerres d’Italie, les élites italiennes doivent composer avec les différents partis en conflit, qu’ils soient italiens ou ultramontains. De leurs stratégies d’alliance, de ralliement ou de neutralité peut dépendre leur capacité à maintenir les fondements de leur pouvoir (assise territoriale, fonctions et titres prestigieux, clientèles). À travers le cas des Rossi di San Secondo, une famille parmesane, cet article étudie les mécanismes sociaux et politiques permettant à ces élites de survivre aux recompositions politiques et territoriales induites par les guerres d’Italie. Alors que le pape Paul III Farnèse menace leurs positions dans le but de créer les duchés de Parme et de Plaisance pour son fils naturel, les frères Rossi trouvent leur salut auprès de l’un de leurs cousins, Côme de Médicis, duc de Florence. Ce ralliement familial les pousse à quitter progressivement leur attachement traditionnel au royaume de France, pour intégrer l’Italie espagnole. L’article montre que les Rossi parviennent à restaurer puis maintenir leurs positions à Parme par l’obtention de fonctions aux échelles centrale et internationale, au sein du parti espagnol, mais aussi au-delà, en se ménageant une porte de sortie quelle que soit l’issue du pontificat de Paul III d’un côté, des guerres d’Italie de l’autre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Je remercie Héloïse Hermant et Albane Cogné, coordinatrices de ce numéro thématique, de m’avoir in (...)
  • 2  Letizia Arcangeli, « Rossi, Giovan Girolamo de’ », Dizionario Biografico degli Italiani (désormais (...)

1En 1545, Giovan Girolamo de’ Rossi (1505-1564), évêque de Pavie déchu suite aux conflits avec le pape Paul III (1534-1549), passe plusieurs mois en exil en France2. Le 18 mai, il écrit à l’encontre du pape une lettre à Benedetto Accolti (1497-1549), cardinal de Ravenne et son compagnon d’infortune, lui-même réfugié à Florence. Dans cette lettre, conservée dans le fonds Accolti des Archives d’État de Florence, Giovan Girolamo de’ Rossi avoue chercher lui aussi la protection du duc de Florence, Côme de Médicis (1519-1537-1574) :

  • 3  Giovan Girolamo de’ Rossi à Benedetto Accolti, Paris, 18 mai 1545 (ASFi [Archivio di Stato di Fire (...)

Et afin que vous connaissiez l’entièreté de mes intentions, je ne désire pas seulement que Son Excellence se contente de me faire venir en Toscane, mais qu’elle m’aide aussi à passer ensemble ce pontificat si malheureux pour moi, parce que le pape Paul dans sa bonté ne m’a laissé aucune forme de subsistance et parce que je suis maltraité par ceux qui n’ont aucune raison de le faire3.

  • 4  Pour une vision synthétique des guerres d’Italie, voir Marco Pellegrini, Le guerre d’Italia, Bolog (...)
  • 5  Daniela Frigo, « Guerra e diplomazia : gli stati padani nell’età di Carlo V », dans Marcello Fanto (...)
  • 6  Sur la constitution de ces forces, voir Federica Cengarle, « Lordships, fiefs and “small states” » (...)

2Les guerres d’Italie bouleversent la géopolitique interne à la péninsule italienne, entre les différents États qui la composent mais aussi en leur sein4. En grande partie provoquées par des puissances étrangères à la péninsule, les guerres d’Italie sont le moment pour ces dernières de devenir alternativement les observatrices et les arbitres de conflits internes aux élites italiennes qui détenaient jusqu’alors le contrôle du territoire5. Les diverses campagnes militaires et les bouleversements qu’elles induisent à la tête des États obligent à de larges recompositions au sein des forces aristocratiques de l’Italie seigneuriale6. À l’échelle microsociale, ces forces sont le fait de familles aristocratiques, dont les ramifications à l’échelle de la péninsule varient selon l’importance de leur propre territoire (dominio). Dans le contexte des guerres d’Italie et dans le prolongement des conflits touchant la péninsule dans la première moitié du xve siècle, ces familles luttent pour le maintien ou l’accroissement de leur puissance. Giovan Girolamo de’ Rossi, évêque de Pavie en quête d’un nouveau protecteur, est l’un de ces aristocrates touchés par les guerres. Sa famille, les Rossi di San Secondo, est caractéristique de ces élites féodales ébranlées par des conflits entre Italiens et trouvant leur salut dans l’engagement auprès de l’une ou de l’autre des puissances ultramontaines responsables des guerres.

  • 7  Les guelfes sont les partisans de la suprématie du pape dans la péninsule italienne et s’opposent (...)

3Les Rossi di San Secondo viennent de la région de Parme, où le pouvoir se concentre dans la seigneurie de San Secondo. À la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, ils sont parmi les familles les plus puissantes de la région. Historiquement guelfes, ils connaissent une période de crise interne dans les années 1530-1550, alors que le pape Paul III Farnèse tente de se forger un État patrimonial dans la région en créant les duchés de Parme et de Plaisance7. Or, les Rossi, à la tête de puissantes clientèles au cœur des duchés, constituent l’un des premiers obstacles aux ambitions du pape. Pragmatique, Paul III met à mal leurs positions sur le terrain et les prive de leurs principaux atouts politiques. C’est cette mise en danger de leurs positions patrimoniales qui les pousse à rejoindre le parti espagnol. Ce ralliement est la clé de voute de leur stratégie de survie. Il leur permet de conserver leur territoire, mais aussi, à plus large échelle, leur agentivité dans les milieux politiques, en Italie et au-delà. Dans les faits toutefois, ce ralliement ne passe pas par une intégration directe, pleine et entière, dans la sphère des serviteurs de l’empire espagnol. Il passe plutôt, pour des raisons familiales, par le duc de Florence, Côme de Médicis, par ailleurs l’un des pivots de l’Italie habsbourgeoise.

  • 8  Marco Gentile, « La formazione del dominio dei Rossi tra xiv e xv secolo », dans Letizia Arcangeli (...)
  • 9  Parmi de nombreuses publications, d’histoire et d’histoire de l’art, voir Ferdinando Bernini, Il c (...)
  • 10  Cristina Cecchinelli, « Parma al tempo del cardinale Alessandro Farnese (papa Paolo III). Le preme (...)
  • 11  ASFi, MdP [Mediceo del Principato], filze 329-694. Pour une présentation de ce fonds, entièrement (...)

4Le cas des Rossi di San Secondo a été longuement étudié pour comprendre les logiques de leur ascension politique dans la région de Parme du xive siècle au début du xve siècle8. La cour qu’ils entretiennent dans le Parmesan est d’ailleurs considérée comme un modèle de « petite cour » aristocratique9. Les pressions exercées par Paul III à leur encontre dans le cadre de la constitution des duchés de Parme et de Plaisance ont fait elles aussi l’objet de travaux10. Toutefois, les stratégies mises en place par les Rossi di San Secondo face à cette politique agressive sont encore mal connues, en dehors des lignes générales de leurs engagements. Or, divers fonds d’archives italiens, publics et privés, permettent de décortiquer ces stratégies. À Florence, les fonds médicéens conservent les lettres des membres de la famille Rossi adressées au duc et à ses secrétaires. Cet ensemble de plusieurs centaines de lettres est conservé en vrac dans la correspondance universelle du duché de Florence11. Réunies, ces lettres donnent un aperçu des modalités de l’intégration des Rossi à l’Italie espagnole. Par ailleurs, la Biblioteca Corsiniana de Rome conserve ce qu’il reste des archives privées de la famille Rossi, permettant d’attester certaines des logiques politiques construites par les divers membres de la famille. L’un des frères Rossi, Giovan Girolamo, est enfin l’auteur d’une Storia generale, dont un manuscrit complet a été retrouvé dans la seconde moitié des années 2000, édité et publié en 2019. Il y présente sa version des guerres d’Italie.

  • 12  Giovanni Tocci, « Il ducato di Parma », dans Lino Marini, Cesare Mozzarelli, Aldo Stella et Giovan (...)

5La réunion de ces sources permet aujourd’hui de mieux comprendre les logiques ayant permis le maintien des Rossi di San Secondo parmi les élites politiques du Parmesan, malgré le succès de la création d’un État patrimonial dirigé par les Farnèse12. Ainsi, ce cas d’étude permet de poser à nouveaux frais la question des réseaux d’alliances et d’allégeances entretenus par les élites italiennes au cours des guerres d’Italie, notamment lors des moments au cours desquels leur survie est directement menacée. Ce qui semble relever de changements d’allégeance est en fait une stratégie politique banale pour l’époque, celle du non-choix politique d’une part, de la recherche de patrons aux intérêts convergents d’autre part. L’histoire politique des Rossi, qui se lit à l’échelle de plusieurs territoires (Parme, l’Italie centro-septentrionale, l’Empire habsbourgeois, le royaume de France), rejoint ainsi plusieurs des questionnements de ce numéro thématique. Cet article montre que ces familles ébranlées par les guerres d’Italie trouvent leur résilience dans leur capacité à utiliser des formes de solidarités aristocratiques, pour partie d’ordre familial, afin de s’engager dans une voie plus fertile au maintien de leurs positions héréditaires. Mener à bien ces stratégies oblige chacun des membres à jouer de ses propres réseaux afin de bénéficier autant à l’ensemble de la famille qu’à lui-même. In fine, dans le cas des Rossi di San Secondo, ce sont ces formes mêlées de stratégies privées et politiques, individuelles et collectives, qui permettent à la famille de survivre aux guerres d’Italie, en opérant un rapprochement politique inédit – vers le camp espagnol –, par le biais d’attachements familiaux – avec les Médicis.

Les Rossi di San Secondo, de l’ascension à la crise (xive-xvie siècles)

  • 13  Marco Gentile, « La formazione del dominio dei Rossi tra xiv e xv secolo » dans Letizia Arcangeli (...)
  • 14  Ibid., p. 28.
  • 15  Ibid., p. 34.

6Comprendre l’importance stratégique des clientèles et territoires dominés par les Rossi di San Secondo à l’échelle du Parmesan implique de revenir sur les modalités de construction de leur domination sur ce territoire. La famille tire son épingle du jeu au mitan du xive siècle, lorsqu’un Rossi devient évêque de Parme, ce qui lui permet d’offrir une série de seigneuries dépendant de son évêché aux membres de sa famille13. En 1365, il cède à sa famille le château et la terre de San Secondo, qui devient le cœur du pouvoir des Rossi14. En quelques décennies, un dominio Rossi se constitue, appuyé par la construction de réseaux de clientèles, à l’échelle de la région de Parme, si ce n’est du duché de Milan15. Les clients sont attirés par une fiscalité avantageuse, puis intégrés à un système féodal : dès la fin du xive siècle, ils sont les vassaux de celui qui est devenu, entre temps, comte de San Secondo.

  • 16  Luigi Arcangeli, « Rossi, Troilo », DBI, vol. 88, 2017. Sur l’ampleur, la durabilité et les motiva (...)

7Dans la seconde moitié du xve siècle, depuis les marges du duché de Milan dont dépendent leurs seigneuries, les Rossi prennent la tête de l’opposition aux Sforza après que ceux-ci ont pris la tête du duché. En 1450, en mettant la main sur le duché de Milan aux dépens des Visconti, Francesco Sforza déclenche une longue phase de luttes internes au duché. Les Rossi, qui servent les Visconti depuis la fin du xive siècle au travers de magistratures locales et de missions diplomatiques ponctuelles, s’engagent dans une guerre civile contre les Sforza. Le début des guerres d’Italie les conforte dans cette lutte lorsque Louis XII (1498-1515) ambitionne de chasser les Sforza pour prendre lui-même la tête du duché de Milan. Par convergence d’intérêts avec Louis XII, Troilo Rossi devient francophile16.

  • 17  Luigi Arcangeli, « Rossi, Giovan Girolamo de’ », art. cit.

8En parallèle de cette intégration dans les vicissitudes des guerres d’Italie, les Rossi di San Secondo voient naître des tensions au sein même de leur famille. Après la mort de Pietro Maria Rossi (1413-1482), deux branches rivales revendiquent sa succession. L’héritier initial perd une guerre dissymétrique au cours de laquelle il est déclaré félon par le duc de Milan ; en face, son neveu, le même Troilo de’ Rossi, parvient in fine à tirer son épingle du jeu en utilisant le roi de France comme appui : en 1499, il se voit octroyer les châteaux du dominio Rossi par Gian Giacomo Trivulzio, lieutenant de Louis XII dans le Milanais. Dans les deux premières décennies du xvie siècle, ces deux branches rivales de la famille coexistent en Italie, l’une en tant qu’héritière des territoires de Troilo, l’autre en exil, à Venise et à Rome, où Bernardo de’ Rossi, évêque de Trévise, obtient l’oreille attentive du pape. Cette situation s’inverse après la mort dudit Bernardo de’ Rossi en 1527. La branche exilée est alors remplacée à la Curie par la génération détenant les fiefs parmesans. Giovan Girolamo, deuxième fils de Troilo et évêque de Pavie dont les conflits avec le pape sont cités en ouverture de cet article, connaît alors une ascension politique fulgurante au service de Clément VII 17.

  • 18  Cristina Cecchinelli, « Parma al tempo del cardinale Alessandro Farnese… », art. cit., p. 19-21.
  • 19  Ibid., p. 24.
  • 20  Luigi Arcangeli, « Rossi, Pietro Maria de’ », DBI, vol. 88, 2017, p. 710-713 ; Piero Pallassini, « (...)
  • 21  Maria Pia Donato, « Giangirolamo de’ Rossi, vescovo di Pavia, e il suo processo : un caso giudizia (...)
  • 22  Giovanni Tocci, « Il ducato di Parma… », art. cit., p. 224.
  • 23  Amedeo Quondam et Marzio Achille Romani (dir.), Le Corti Farnesiane di Parma e Piacenza : 1545-162 (...)

9Après la mort du pape Médicis Clément VII (1522-1534) et l’élection de Paul III Farnèse à la tête de la Chrétienté, la place tenue par l’évêque de Pavie à la Curie vient contrarier les ambitions parmesanes du nouveau pape. Dans le contexte des guerres d’Italie, celui-ci affiche en effet l’ambition de créer ex nihilo un État territorial pour les Farnèse. Il se tourne vers la région de Parme et Plaisance, à cheval entre les juridictions impériales et pontificales18. Il s’y montre agressif envers l’aristocratie installée, en tête de laquelle les familles disposant de bénéfices ecclésiastiques, qu’il perçoit comme une entrave potentielle à son projet dynastique19. En 1539, à la suite de son passage dans le Parmesan et d’un incident causé par l’un des frères Rossi, Giulio, il ordonne le démantèlement des fortifications de San Secondo20. Au même moment, Giovan Girolamo est arrêté et emprisonné au château Saint-Ange (où il partage la cellule d’un certain Benvenuto Cellini). À la suite d’un procès peu équitable, il est déchu de son évêché de Pavie21. Fort de s’être débarrassé de cet opposant, Paul III fait créer en 1545 les duchés de Parme et de Plaisance, à la tête desquels il place son fils naturel, Pier Luigi Farnèse22. Sur le plan extérieur, cette création tend à aggraver les relations de Paul III avec Charles Quint (1500-1519-1558), Parme et Plaisance dépendant juridiquement à la fois de l’investiture pontificale et de la suzeraineté du duché de Milan, dont est souverain le roi d’Espagne depuis 1535. Au sein des nouveaux duchés, l’arrivée des Farnèse bouleverse les étiquettes politiques et les rapports de force qui y ont traditionnellement cours23. À nouveau, les Rossi comme le reste de l’aristocratie parmesane n’ont d’autre choix que de se tourner vers des puissances extérieures, dans le but d’assurer leurs positions patrimoniales d’une part, d’éviter l’instauration d’un régime qu’ils qualifient de tyrannique d’autre part.

Les Rossi et l’entre-trois des dernières guerres d’Italie

  • 24  Elena Bonora, Aspettando l’imperatore : principi italiani tra il papa e Carlo V, Turin, Einaudi, 2 (...)
  • 25  Guillaume Alonge, Ambasciatori : diplomazia e politica nella Venezia del Rinascimento, Rome, Donze (...)
  • 26  Julien Guinand et Pierre Nevejans, « Les possibilités de l’entre-deux : pour une relecture des gue (...)

10Les années 1530-1550 sont celles de la mutation des guerres d’Italie autour de grands partis diplomatiques. Récemment, les travaux d’Elena Bonora, puis de Guillaume Alonge, ont permis de distinguer trois voies principales : celle de l’Empereur, celle du pape et celle du roi de France, qui renaît progressivement de ses cendres après la défaite de Pavie. Charles Quint est dans une position quasi hégémonique : le rejoindre revient à admettre cet état de fait. Le pape est son principal opposant dans la péninsule, compte-tenu de la neutralité affichée de Venise24. Le roi de France fait office de troisième voie, implantée via des réseaux diplomatiques à Venise et à Rome25. Dans ce contexte, par tradition, par conviction ou par pragmatisme, les élites italiennes ont l’occasion de s’attacher à l’un ou l’autre de ces partis. L’idée ici est de voir en cette situation géopolitique non pas une forme de soumission, mais une opportunité, la capacité de choisir un camp en fonction de ses intérêts propres comme de ses convictions politiques26. Cette situation créerait pour les élites italiennes un espace de « marge de manœuvre ». Or, dans le cas des Rossi di San Secondo, cet « entre-trois » créé par les guerres d’Italie constitue bien une porte de sortie aux conflits les mettant en danger dans le Parmesan.

  • 27  Letizia Arcangeli, « Rossi, Pietro Maria de’ », art. cit. Le diplôme en est conservé sous forme de (...)
  • 28  Bernardo de’ Medici à Côme de Médicis, Fontainebleau, 27 décembre 1544 (ASFi, MdP [Mediceo del Pri (...)

11Au cours des années 1540, Giovan Girolamo et ses frères et sœurs jouent sur les différents partis en présence – à l’exclusion bien sûr du parti pontifical, qui cherche à les détruire –, afin d’assurer les conditions de leur survie. Par exemple, Pietro Maria de’ Rossi, fils aîné et comte de San Secondo, s’attache à plusieurs membres de l’Italie de l’Empereur. Il épouse en 1523 Camilla Gonzaga, fille de l’un des principaux soutiens de Charles Quint dans la péninsule italienne. Cette alliance lui permet, dans la seconde moitié des années 1530, de vivre à Mantoue, sous la protection des Gonzaga (1539-1542). En parallèle, il sert à de nombreuses reprises dans les armées espagnoles, en Hongrie (1532), en Tunisie (1535) ou en Provence (1536) contre les Français. Au cours de ces campagnes, il est plusieurs fois mis en cause à propos d’actes anti-impériaux parmi les troupes italiennes qu’il commande. En 1542, il quitte Mantoue pour endosser la charge de capitaine des infanteries italiennes du roi de France27. Il renoue alors avec la politique francophile de son père, dans un contexte de relance du conflit entre Valois et Habsbourg sur le sol italien. Très proche des Gonzaga, éminents membres de l’Italie impériale, il est aussi serviteur du roi de France : le voilà entre deux partis. Son frère, Giovan Girolamo, met en place une stratégie similaire au cours de son exil en France. Alors même qu’il tente, comme on l’a vu, d’intégrer l’Italie de l’Empereur, Giovan Girolamo de’ Rossi est aumônier de Catherine de Médicis, ce qui lui assure une place de choix dans les clientèles italiennes de la cour de France, au même titre que son frère28. Dans les deux cas, cette situation hybride leur permet de jouer sur tous les tableaux, de ne se fermer aucune porte, assurant ainsi leur survie quelles que soient l’évolution et l’issue des guerres d’Italie.

La Mikropolitik appliquée à la question des ralliements

  • 29  Wolfgang Reinhard, « Amici e creature. Micropolitica della curia romana nel xvii secolo », Dimensi (...)
  • 30  Ibid., p. 16.

12La manière dont les Rossi di San Secondo pensent et organisent leur stratégie de survie face aux Farnèse rejoint ce que Wolfgang Reinhard théorise avec le concept de « mikropolitik ». Selon Reinhard, « les élites ne sont pas constituées par des données sociales équivalentes de leurs membres, mais par les interdépendances sociales entre ces membres »29. C’est ainsi la capacité des élites à interagir entre elles, sur la base de relations interpersonnelles, innées ou acquises, qui est à l’origine de leur agentivité et de leur capacité de résilience. Après avoir établi ce constat général, Wolfgang Reinhard étudie, à travers la curie romaine du début du xviie siècle, la façon dont ces interdépendances sont employées par les individus. Ainsi, les relations interpersonnelles seraient mises à profit, de façon informelle, à des fins politiques, formelles30. La marque des élites tiendrait à leur capacité à « tirer des ficelles », à se faire recommander ou à user de rapports personnels, dans le cadre de leurs fonctions politiques. Or, c’est exactement ce que font les Rossi di San Secondo avec les Médicis.

  • 31  Giovan Girolamo de’ Rossi, Storia generale, éd. Pier Luigi Poldi Allaj, Castello, Associazione pal (...)
  • 32  Pompeo Litta, Famiglie celebri d’Italia. Rossi di Parma, Turin, 1832, table IV.
  • 33  Laetizia Arcangeli, « Principi, homines e “partesani” nel ritorno dei Rossi », dans Laetizia Arcan (...)
  • 34  Massimo Carlo Giannini, « Politica imperiale ed ecclesiastici filo-francesi nello Stato di Milano (...)

13En 1537, après l’avènement de Côme de Médicis comme duc de Florence, Paul III choisit Giovan Girolamo de’ Rossi pour visiter et féliciter le nouveau duc. Dans sa Storia Generale, écrite à la fin de sa vie, Giovan Girolamo raconte qu’il s’agit d’une ruse : en coulisse, il est chargé de négocier le renversement de Côme avec Alessandro Vitelli, général à la tête des forteresses florentines pour le compte de l’empereur31. Au-delà de la seule conjoncture de 1537, Giovan Girolamo de’ Rossi se serait trouvé dans une impasse politique du fait de ses relations familiales avec les gens qu’il devait duper. Les Rossi di San Secondo sont en effet liés à Côme de Médicis du côté maternel. Troilo de’ Rossi, le père, avait épousé Bianca Riario, elle-même issue du premier mariage de Caterina Sforza. Or, cette dernière s’était remariée à Giovanni de’ Medici, le grand-père paternel de Côme de Médicis32. Les Rossi et le duc de Florence sont donc cousins. Ces liens familiaux résultent d’un hasard de remariage d’une Sforza avec un Médicis, mais aussi d’un rapprochement voulu sur le plus long terme par les Rossi avec Florence33. Le contexte de la seconde partie des années 1530 renforce ce rapprochement, dans la mesure où le duc de Milan n’existe plus vraiment et que Charles Quint semble plutôt disposé à démanteler les clientèles au passé francophile qu’à les défendre contre des attaques extérieures34. Giovan Girolamo de’ Rossi est également lié à Alessandro Vitelli, l’époux de sa sœur, Angela. C’est ce lien familial que le pape lui demande d’activer contre Côme de Médicis. Dans le texte de la Storia generale toutefois, l’évêque dit sa réticence à choisir entre des membres de son cercle familial : se conformer à ses instructions « officielles » est une manière de ne pas choisir.

  • 35  Pietro Maria de’ Rossi à Côme de Médicis, San Secondo, 4 mars 1537 (ASFi, MdP 330, fo 236r).
  • 36  Voir par exemple Giovan Girolamo de’ Rossi à Côme de Médicis, Castello, 21 août 1541 (ASFi, MdP 35 (...)

14Du fait de ces liens familiaux, les Rossi entretiennent une correspondance régulière avec le duc de Florence, dès les premiers mois de son principat. En un sens, la mission de Giovan Girolamo de’ Rossi à Florence lui permet d’effectuer un attendu social des élites, à savoir la présentation de ses félicitations à un autre membre de la haute société récemment entré en fonctions, le tout sous couvert d’une mission diplomatique au nom d’un autre souverain. Son frère, Pietro Maria, en fait de même en mars 1537, par le biais de l’un de ses serviteurs, envoyé présenter ses hommages à son cousin35. Ces liens sont par la suite régulièrement entretenus. Après sa mission à Florence au nom du pape, l’évêque de Pavie multiplie les recommandations de serviteurs auprès du duc. La rencontre de 1537 lui permet de mettre en place une solidarité des élites qui vit par ces lettres de recommandation et demandes de services. Une partie de ces lettres de Giovan Girolamo à destination de Florence passe par le biais de la correspondance entretenue avec le duc de Florence par Angela de’ Rossi et Alessandro Vitelli, notamment au début des années 1540, alors que l’évêque, libéré de prison, vit chez eux36. Ces lettres entretiennent le lien, sur la base d’une relation familiale autant que sur celle d’une relation politique dissymétrique assumée.

  • 37  Giovan Girolamo de’ Rossi à Éléonore de Tolède, Château Saint-Ange, 23 octobre 1540 (ASFi, MdP 347 (...)
  • 38  Le même à Côme de Médicis, Castello, 1er août 1540 (ASFi, MdP 353, fo 142r).
  • 39  Le même au même, Castello, 29 septembre 1541 (ASFi, MdP 354, fo 143r).
  • 40  Giovan Girolamo de’ Rossi à Côme de Médicis, Castello, 7 août 1541 (ASFi, MdP 353, fo 67r).

15En 1539, lorsque Paul III se fait plus offensif à l’encontre des frères Rossi, ces derniers utilisent ces relations cordiales avec le duc de Florence pour activer un système de protection. Interrompre ce lien aurait coupé la possibilité de se tirer d’une situation difficile. C’est ce qui explique que Giovan Girolamo de’ Rossi continue de recommander des gens à Côme de Médicis et son épouse, Éléonore de Tolède, même depuis sa cellule du château Saint-Ange37. En 1540, il avoue que sa libération a été obtenue grâce à l’intercession du duc de Florence38. À sa sortie de prison, Cosimo lui propose d’abord d’améliorer sa condition en lui confiant l’évêché de Lucques, ce qu’il refuse, obstinément décidé à obtenir la restitution de son évêché de Pavie39. C’est là une affaire d’honneur, valeur souveraine des élites nobiliaires. Mais, le pape étant aussi opposé au duc de Florence qu’à l’empereur, Côme de Médicis n’a toutefois pas les moyens de lui offrir cette restitution tant désirée. Le duc d’ailleurs ne répond pas toujours à ses lettres, ni ne lui propose de fonctions particulières. Lui fournir des chevaux et lui proposer un autre évêché sont ses seules marges de manœuvre40. Dans l’attente, quelques années durant, Giovan Girolamo reste en « exil » chez sa sœur, à Città di Castello, obéissant par là au pape qui lui interdit de quitter les États pontificaux.

Les stratégies du ralliement

  • 41  Giulio Alvarotti à Ercole II d’Este, Paris, 30 mars 1546, citée depuis Carmelo Occhipinit (éd.), C (...)
  • 42  Luigi Arcangeli, « Rossi, Pietro Maria de’ », art. cit.

16Ainsi, l’Italie de l’Empereur ne suffit pas à offrir aux Rossi les conditions de leur maintien dans la société des élites italiennes. Que font-ils alors ? Rien de plus simple : ils maintiennent une présence auprès de la troisième puissance impliquée dans les guerres d’Italie, c’est-à-dire le roi de France. Le paradoxe tient même à ce que Pietro Maria, puis Giovan Girolamo, usent de leur ancrage dans le parti impérial pour s’implanter en France. En 1542, Pietro Maria de’ Rossi devient capitaine des infanteries italiennes au service de François Ier, ce qui l’oblige à passer un certain temps en France et à la cour. Il y est hébergé et protégé par le cardinal Ippolito d’Este, via les réseaux ferrarais, eux-mêmes membres de l’Italie espagnole41. C’est commode : cela lui permet, comme c’est le cas du cardinal d’Este, de servir le roi de France – et de bénéficier des largesses de celui-ci, qui lui garantit une rente importante42 – en gardant un pied dans le camp impérial. Certaines sources décrivent un engagement plus fluctuant encore. En 1544, l’ambassadeur vénitien en poste en France explique ainsi que :

  • 43  Marino Cavalli au Conseil des Dix de Venise, Paris, 20 septembre 1544 (ASVe [Archivio di Stato di (...)

Par un bon courrier j’écrivis à Vos Excellences que le comte de San Secondo était venu à moi, désirant entrer au service de votre État illustrissime, et j’oubliais alors de vous écrire de remettre et la nature de sa mission et le montant de sa provision, même s’il montra vouloir diriger une bande de gens d’armes, mais cela aussi il le remettait à votre décision, tant qu’il avait l’occasion de servir votre Illustrissime Seigneurie, laquelle il désire ardemment servir43.

  • 44  Giovan Girolamo de’ Rossi à Côme de Médicis, Venise, 25 juin 1544 (ASFi, MdP 366, fo 177r).
  • 45  Benvenuto Cellini, Vita, éd. Ettore Camesasca, Rome, Rizzoli, 1985, p. 396-397 (livre I, ch. 126) (...)
  • 46  Guido Rebbechini, ‘Un altro Lorenzo’ : Ippolito de’ Medici tra Firenze e Roma, 1511-1535, Venise, (...)
  • 47  Pietro Maria de’ Rossi à Côme de Médicis, San Secondo, 30 mars 1544 (ASFi, MdP 370, fo 753r).
  • 48  Bernardo de’ Medici à Côme de Médicis, Fontainebleau, 31 décembre 1544 (ASFi, MdP 4590, fo 38-40r  (...)
  • 49  Bernardo de’ Medici à Côme de Médicis, Fontainebleau, 10 janvier 1545 (ASFi, MdP 4590, fo 53).

17Lors de ses séjours en France, Pietro Maria de’ Rossi n’écrit jamais directement à Côme de Médicis. Une fois en France, son frère cadet l’imite d’abord en la matière. Giovan Girolamo de’ Rossi arrive à Paris à l’automne 1544, quelques mois après avoir averti Côme de Médicis de son départ pour l’autre côté des Alpes et lui avoir proposé ses services sur place44. À Paris, il est hébergé par Benvenuto Cellini, son ancien compagnon du château Saint-Ange45. Une fois en France, il tente de s’attacher au parti impérial par le biais des agents florentins envoyés à la cour de François Ier. Il se manifeste d’abord auprès de Bernardo de’ Medici, ambassadeur de Florence de décembre 1544 à juillet 1545. Les deux hommes se connaissent depuis les années 1520, lorsqu’ils servaient à la cour du pape Médicis Clément VII. En 1532, ils font partie tous les deux de la suite du cardinal Ippolito de’ Medici pour une nonciature en Hongrie46. Bernardo de’ Medici connait aussi Pietro Maria de’ Rossi, le frère aîné, pour qui il porte un message oral à Côme de Médicis en mars 154447. D’après l’ambassadeur, Rossi dispose d’une place à la cour de France en tant qu’aumônier de la dauphine, ce qui lui donne droit à une chambre dans le château de Fontainebleau. Au bout de quelques mois toutefois, il « paraît déjà épuisé par cette cour »48, ce pourquoi il cherche à rentrer en Italie et se mettre au service du duc de Florence. Afin de se faire bien voir, Giovan Girolamo de’ Rossi informe régulièrement Bernardo de’ Medici, qui affirme très vite au duc que l’évêque « fait ici du bon travail pour Florence »49.

  • 50  Giovan Girolamo de’ Rossi à Benedetto Accolti, Paris, 18 mai 1545 (ASFi, Accolti 6, fo 108-109).

18Les intentions de Giovan Girolamo s’éclaircissent si l’on tient compte d’un panorama plus large à son égard. Il semble en effet n’être impérial que par opportunisme. Sur le plan politique, il se tourne vers les princes italiens sous tutelle impériale, opposés au pape Paul III, son adversaire. Sur le plan personnel, il recherche les conditions de sa réhabilitation comme évêque de Pavie. Sur le plan familial, il souhaite éviter la confiscation de la seigneurie de son frère. L’opposition au pape est ainsi la cause première de son engagement en faveur des impériaux, et, par capillarité, en faveur de Côme de Médicis. Ses demandes répétées à l’ambassadeur florentin visent à lui accorder l’asile à Florence. Il se sert de ses activités en France pour se faire remarquer de Côme en postulant de ses désirs. Ainsi, il est le premier à approcher Guido Guidi, médecin du roi et son colocataire au Petit Nesle, pour le faire venir comme professeur à l’université de Pise, dont la rénovation est au cœur de la politique culturelle de Côme50. Ces tentatives, malgré les nombreuses lettres de l’ambassadeur le mentionnant, sont incomprises du duc lui-même, qui demande à son ambassadeur fin avril 1545 d’éclaircir la situation. Pour lui, si Rossi avait été aussi résolu à lui demander une charge, il aurait écrit par lui-même.

  • 51  Marino Cavalli au Conseil des Dix, Paris, 15 mai 1545 (chiffrée) (ASVe, Capi del consiglio dei Die (...)
  • 52  Giovan Girolamo de’ Rossi à Côme de Médicis, s. l., 20 août 1545 (rescrit) (ASFi, MdP 618, fo 266r (...)
  • 53  Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 22 décembre 1545 (ASFi, MdP 4590, fo 4-6). Sur (...)
  • 54  Giovan Girolamo de’ Rossi à Côme de Médicis, Lyon, 6 octobre 1545 (ASFi, MdP 374, fo 147-148r). Le (...)

19La situation relativement stagnante dans laquelle il se trouve au printemps pousse Giovan Girolamo de’ Rossi à chercher d’autres solutions. Il se sert des milieux diplomatiques de la cour de France pour obtenir, avec son frère, une place quelque part en Italie. En mai 1545, il intercède pour le compte de ce même frère auprès de l’ambassadeur de Venise, qui avait déjà été approché par Pietro Maria quelques mois plus tôt51. Malgré cette recherche tous azimuts, il n’abandonne pas l’idée d’être protégé du duc de Florence. En août 1545, il confirme vouloir rentrer à Florence, et propose ses services en France le temps de sa présence sur place et compte-tenu du départ sans remplaçant de Bernardo de’ Medici52. Mais un autre – un certain Pandolfo Della Stufa, échanson de Catherine de Médicis – est choisi à sa place. Pourtant, Rossi est déjà sur le terrain, où il dispose lui aussi d’une fonction officielle dans la maison de la dauphine53. Côme de Médicis lui accorde plutôt ce qu’il demande, à savoir sa protection, en Toscane54. Le voilà un serviteur du duc de Florence et, par extension, un membre de l’Italie espagnole.

Membres de l’Italie espagnole

  • 55  Giovan Girolamo de’ Rossi à Côme de Médicis, Pescia, 16 septembre 1547 (ASFi, MdP 383, fo 215r).
  • 56  Le même au même, Plaisance, 11 septembre 1547 (ASFi, ASFi, MdP 385, fo 39-40r). 
  • 57  Ibid. : « Finalmente io, lasciato da canto ogni respetto per com[ission]e del s[ign]or don Ferrant (...)
  • 58  Lorenzo Pagni à Giovan Girolamo de’ Rossi, s. l., 22 octobre 1547 (minute) (ASFi, MdP 9, fo 117).

20À partir de l’automne 1545, l’engagement des frères Rossi en faveur du duc de Florence et du parti impérial se fait plus clair. Giovan Girolamo passe quelques mois parmi la sphère intellectuelle florentine, puis devient le correspondant florentin auprès de Ferrante Gonzaga, lieutenant de Charles Quint dans le Milanais. Il est envoyé par Côme de Médicis lorsque les troupes impériales envahissent le duché de Plaisance et menacent le Parmesan, à la suite de l’assassinat de Pier Luigi Farnese, commandité par Charles Quint (septembre 1547). Les nombreuses lettres de Giovan Girolamo au duc et à ses secrétaires au cours de cette campagne témoignent de sa volonté de combiner le service de l’Empereur, les intérêts politiques du duc de Florence et ses propres intérêts patrimoniaux. Il met notamment au service de l’action espagnole ses réseaux patrimoniaux de San Secondo55. Il n’est pas étonnant qu’il ait du mal à cacher sa jubilation au moment de l’invasion de Plaisance : les Farnèse n’ont plus d’autre choix que de se ranger dans le camp de l’Italie espagnole56. Il est aussi notable qu’il utilise les surnoms employés par d’autres membres de l’Italie espagnole pour désigner Paul III, dont le « Truffaldino » employé par Benedetto Accolti et Ercole Gonzaga, avec qui il correspond régulièrement57. Ses lettres ne laissent aucun doute quant à son adhésion au parti espagnol, mais aussi quant à son pragmatisme et sa volonté que tout cela « ruisselle » sur sa propre famille58.

21Son frère, le comte de San Secondo, quitte définitivement le sol français en 1546, mais pas le service du roi de France. À partir de là, il se met à détailler dans ses lettres à son frère les agissements de Piero Strozzi, ennemi intime du duc de Florence, lui aussi au service du roi de France. Giovan Girolamo transfère le contenu de ces lettres au duc. Il s’agit là d’une manière de se faire bien voir de Côme de Médicis, avide d’informations à ce sujet. Il s’agit aussi d’une manière de servir ses propres intérêts, dans la mesure où Pietro Maria de’ Rossi et Piero Strozzi sont concurrents directs à la cour de France pour la direction des troupes italiennes du roi.

  • 59  Luigi Arcangeli, « Rossi, Pietro Maria de’ », art. cit.
  • 60  Ibid.
  • 61  Côme de Médicis à Giovan Girolamo de’ Rossi, s. l., 17 octobre 1547 (minute) (ASFi, MdP 9, fo 101) (...)
  • 62  Ces lettres sont toutes contenues dans les registres du Carteggio universale du fonds MdP de l’ASF (...)
  • 63  Cession et licence du pape Paul III en faveur de Giovan Girolamo de’ Rossi, Rome, 9 avril 1554 (BA (...)
  • 64  Sur l’ascension politique de Côme de Médicis, voir Michel Plaisance, L’Accademia e il suo principe (...)

22À partir de là, le parcours général des Rossi suffit à montrer les bienfaits de leur stratégie de ralliement. Pietro Maria de’ Rossi meurt prématurément en 1547 59. À la mort de Paul III en 1549, Giovan Girolamo récupère son évêché de Pavie des mains du pape Jules III, très favorable à Côme de Médicis (1550)60. Une partie des adversaires de la famille dans le Parmesan est enfermée à Milan, sous bonne garde des soldats du roi d’Espagne. Dès 1547, Côme de Médicis offre au troisième frère, Giulio de’ Rossi, comte de Caiazzo, une place à son service61. En 1551, Giovan Girolamo devient gouverneur de Rome. Plusieurs années durant, depuis Rome, il mène un double jeu : gouverneur de la Ville éternelle (serviteur du pape, donc), il y est aussi un agent de Côme de Médicis, à qui il écrit quasi chaque semaine, comme le ferait n’importe quel autre agent diplomatique62. À la Curie, il bénéficie des faveurs de Jules III (1550-1555), qui finit par lui garantir la libre transmission de ses biens ecclésiastiques63. Dans ses lettres florentines, il conseille Côme de Médicis à propos des jeux d’influence dans la Curie ; lors de la guerre de Parme et de Plaisance (1551-1552), il permet à Côme de Médicis de s’imposer comme le principal souverain italien aux yeux du pape, assurant par la même opération de protéger à nouveau son clan d’éventuelles reconfigurations politiques dans le Parmesan. L’influence croissante de Côme de Médicis en Italie est due à des agents puissants comme Giovan Girolamo de’ Rossi, qui met au service de son cousin ses propres réseaux parmi les élites italiennes et sa maîtrise des rapports de force entre elles64. Tout cela pousse même, au début des années 1550, à redéfinir la carte de l’Italie espagnole, à mesure que les élites italiennes qui l’ont intégrée se montrent capables de la moduler selon leurs propres intérêts. Dans ce contexte, Côme de Médicis devient, quelques années durant, une alternative crédible à l’hégémonie espagnole : l’action d’agents comme l’évêque de Pavie permet l’émergence d’un « parti florentin », y compris à la Curie.

23Après 1555, Giovan Girolamo de’ Rossi se retire à la cour des Médicis, où il intègre les milieux savants et littéraires. C’est dans cette période finale de sa vie qu’il écrit la Storia generale. En Toscane, il peut retrouver son neveu, Sigismondo, devenu l’un des très proches de Côme de Médicis dans les années 1550, plusieurs fois ambassadeur auprès des Habsbourg, en Espagne auprès de Philippe II (1566, 1570) et à Vienne auprès de Maximilien II (1565, 1576), reconduit dans sa faveur par Francesco de’ Medici, fils et héritier de Cosimo. Son autre neveu, Troilo de’ Rossi (1525-1591), prend la suite de Pietro Maria à la tête de la seigneurie de San Secondo. À la mort de Giovan Girolamo en 1564, son troisième neveu, Ippolito, récupère l’évêché de Pavie. Ainsi, tous les intérêts de la famille sortent préservés des guerres d’Italie.

Conclusion

  • 65  Elena Bonora, Aspettando l’imperatore…, op. cit.

24Le cas des Rossi di San Secondo dans les années 1530-1550, ici brièvement et partiellement exposé, complexifie notre vision de l’Italie espagnole au moment de sa mise en place65. Ainsi, les membres de l’Italie impériale sont aussi capables de jouer d’autres partis en présence dans le but de préserver leurs intérêts. Membres à part entière de cette mouvance espagnole, les Rossi di San Secondo sont aussi provisionnés par le roi de France, qui leur assure les conditions d’une rente nécessaire à court terme, leur entrouvre la possibilité d’une intervention militaire contre les Farnèse dans la péninsule italienne à moyen terme. De même, si la crise connue par les Rossi di San Secondo dans le Parmesan est pleinement liée aux guerres d’Italie, il faut toutefois noter qu’elle n’est pas le fait de la puissance espagnole. Au contraire, les Rossi rejoignent le parti espagnol lorsque celui-ci devient l’une des garanties de leur survie politique, en s’assurant de l’allégeance des duchés de Parme et de Plaisance, entre la fin des années 1540 et le début des années 1550. Pour les Rossi, cette stratégie de ralliement répond à une situation personnelle plus qu’à un engagement idéologique. Le rattachement des Rossi à l’Espagne est aussi très nuancé. D’une part, il est indirect : les Rossi, Giovan Girolamo en tête, se tournent d’abord vers le duc de Florence, leur cousin. L’usage de réseaux interpersonnels, internes à la société aristocratique italienne, leur permet d’être plus facilement introduits et écoutés. D’autres n’ayant pas ces codes, comme par exemple le poète Gabriele Simeoni, ne sont pas acceptés par Côme de Médicis à son service, même lorsqu’ils présentent un profil politique similaire. D’autre part, il n’est pas total : Pietro Maria de’ Rossi s’engage dans les armées françaises au cœur de la crise familiale ; les frères continuent de parler avec d’autres puissances, à la recherche d’une protection assurée. Faire durer l’entre-deux est pour eux une manière de ne pas se fermer de portes. Cette « porte de sortie » n’est d’ailleurs jamais fermée par les Rossi di San Secondo : plusieurs membres de la génération suivante servent encore dans les rangs français, marquant un retour progressif, après la crise, au patronage « traditionnel » de la famille.

Haut de page

Notes

1  Je remercie Héloïse Hermant et Albane Cogné, coordinatrices de ce numéro thématique, de m’avoir invité à y participer, ainsi que Jean Sénié, dont la patience à la relecture n’a d’égal que l’acuité.

2  Letizia Arcangeli, « Rossi, Giovan Girolamo de’ », Dizionario Biografico degli Italiani (désormais DBI), vol. 88, 2017, p. 633-636.

3  Giovan Girolamo de’ Rossi à Benedetto Accolti, Paris, 18 mai 1545 (ASFi [Archivio di Stato di Firenze], Accolti, 6, fo 108-109) : « Et accioché la sappia interamente la mia intentione, io non desidero semplicemente che S. Ecc.tia si contenti del venir mio costi, ma che insieme mi dia aiuto a passar questo pontificato così mal avventuroso per me, poiché Papa Paulo per sua bontà non m’ha lasciato alchuna substanza, et essendo stato mal trattato da quelli che per niuna ragione lo dovevano fare ».

4  Pour une vision synthétique des guerres d’Italie, voir Marco Pellegrini, Le guerre d’Italia, Bologne, Il Mulino, 2017 [1e édition 2009] et Christine Shaw et Michael Mallet, The Italian Wars, 1494-1559 : war, state and society in early modern Europe, Harlow, Pearson, 2012. Des références plus précises sont citées au fil de l’article.

5  Daniela Frigo, « Guerra e diplomazia : gli stati padani nell’età di Carlo V », dans Marcello Fantoni (dir.), Carlo V e l’Italia : Seminario di studi, Georgetown University a Villa Le Balze, 14-15 dicembre 2000, Rome, Bulzoni editore, 2000, p. 25.

6  Sur la constitution de ces forces, voir Federica Cengarle, « Lordships, fiefs and “small states” », dans Andrea Gamberini et Isabella Lazzarini (dir.), The Italian Renaissance State, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 284-303.

7  Les guelfes sont les partisans de la suprématie du pape dans la péninsule italienne et s’opposent aux gibelins qui soutiennent la suprématie de l’empereur germanique.

8  Marco Gentile, « La formazione del dominio dei Rossi tra xiv e xv secolo », dans Letizia Arcangeli et Marco Gentile (dir.), Le signorie dei Rossi di Parma tra xiv e xvi secolo, Florence, Firenze University Press, 2007, p. 23-56.

9  Parmi de nombreuses publications, d’histoire et d’histoire de l’art, voir Ferdinando Bernini, Il castello dei Rossi in San Secondo, Parme, La Biblioteca di Avrea Parma, 1936 ; Marco Pellegri, Il castello e la terra di San Secondo nella storia e nell’arte, San Secondo, Comune, 1979 ; Maria Cristina Basteri et Patrizia Rota, « Il palazzo Rossi di San Secondo a Cremona », Palladio, 1991, p. 518 ; Giuseppe Bertini, « Il Parmigianino e i conti Rossi fra San Secondo e Casalmaggiore », dans Parmigianino e la scuola di Parma : atti del Convegno, Casalmaggiore e Viadana, 5 aprile 2003, Casalmaggiore, Rotary Club, 2004, p. 115-121 ; Maria Cristina Basteri, La rocca dei Rossi a San Secondo : un cantiere della grande decorazione bolognese del Cinquecento, Parme, PPS Editrice, 1995.

10  Cristina Cecchinelli, « Parma al tempo del cardinale Alessandro Farnese (papa Paolo III). Le premese del ducato », dans Giuseppe Bertini (dir.), Storia di Parma. IV : il ducato farnesiano, Parme, Monte Università Parma Editore, 2014, p. 7-36, notamment p. 19 sqq.

11  ASFi, MdP [Mediceo del Principato], filze 329-694. Pour une présentation de ce fonds, entièrement indexé ces dernières décennies, voir Anna Bellinazzi et Claudio Lamioni, Carteggio universale di Cosimo I de’ Medici, Florence, Giunta Regionale Toscana / La nuova Italia, 1982.

12  Giovanni Tocci, « Il ducato di Parma », dans Lino Marini, Cesare Mozzarelli, Aldo Stella et Giovanni Tocci (dir.), I Ducati Padani, Trento e Trieste, Turin, Unione Tipografico-Editrice Torinese, 1979, p. 215-276 ; Gian Luca Podestà, « Pier Luigi e Ottavio Farnese (1545-1586). Gli albori del ducato di Parma e Piacenza », dans Giuseppe Bertini (dir.), Storia di Parma…, op. cit., p. 37-66.

13  Marco Gentile, « La formazione del dominio dei Rossi tra xiv e xv secolo » dans Letizia Arcangeli et Marco Gentile (dir.), Le signorie dei Rossi di Parma…, op. cit., p. 23-56.

14  Ibid., p. 28.

15  Ibid., p. 34.

16  Luigi Arcangeli, « Rossi, Troilo », DBI, vol. 88, 2017. Sur l’ampleur, la durabilité et les motivations de ces ralliements francophiles dans le Milanais, voir Séverin Duc, La guerre de Milan. Conquérir, gouverner, résister dans l’Europe de la Renaissance, Ceyérieu, Champ Vallon, 2019, notamment p. 91-92, ainsi que, du même auteur, « Les élites lombardes face à l’effondrement du duché de Milan (ca. 1500 - ca. 1540) », dans Laurent Coste et Sylvie Guillaume (dir.), Élites et crises, du xvie au xxie siècle, Paris, Armand Colin, 2014, p. 101-111.

17  Luigi Arcangeli, « Rossi, Giovan Girolamo de’ », art. cit.

18  Cristina Cecchinelli, « Parma al tempo del cardinale Alessandro Farnese… », art. cit., p. 19-21.

19  Ibid., p. 24.

20  Luigi Arcangeli, « Rossi, Pietro Maria de’ », DBI, vol. 88, 2017, p. 710-713 ; Piero Pallassini, « Una fonte inedita per la Guerra di Siena », Bullettino Senese di Storia Patria, no 114, 2007, p. 97-213, p. 102.

21  Maria Pia Donato, « Giangirolamo de’ Rossi, vescovo di Pavia, e il suo processo : un caso giudiziario del secolo xvi », dans Salvatore Lo Re et Francesco Tomasi (dir.), Varchi e altro Rinascimento. Studi offerti a Vanni Bramanti, Rome, Vecchiarelli, 2013, p. 551-578.

22  Giovanni Tocci, « Il ducato di Parma… », art. cit., p. 224.

23  Amedeo Quondam et Marzio Achille Romani (dir.), Le Corti Farnesiane di Parma e Piacenza : 1545-1622, Rome, Bulzoni, 1978 ; Gian Luca Podestà, « Pier Luigi e Ottavio Farnese, 1545-1586 : gli albori del ducato di Parma e Piacenza », dans Giuseppe Bertini, Storia di Parma…, op. cit., p. 37-65, ici p. 38-40.

24  Elena Bonora, Aspettando l’imperatore : principi italiani tra il papa e Carlo V, Turin, Einaudi, 2014.

25  Guillaume Alonge, Ambasciatori : diplomazia e politica nella Venezia del Rinascimento, Rome, Donzelli, 2019.

26  Julien Guinand et Pierre Nevejans, « Les possibilités de l’entre-deux : pour une relecture des guerres d’Italie », Histoire, Économie & Société, no 4, 2021, p. 4-14. Sur cette stratégie appliquée aux élites lombardes, voir Letizia Arcangeli, « Appunti su guelfi e ghibellini in Lombardia nelle guerre d’Italia (1494-1530) », dans Letizia Arcangeli et Marco Gentile (dir.), Guelfi e ghibellini nell’Italia del Rinascimento, Rome, Viella, 2005, p. 391-472, p. 396-397.

27  Letizia Arcangeli, « Rossi, Pietro Maria de’ », art. cit. Le diplôme en est conservé sous forme de copie dans les archives familiales des Rossi, près la BANLC [Biblioteca dell’Accademia Nazionale dei Lincei e Corsiniana] (Rome), Cors. 2408, série I, 27, no 521-2.

28  Bernardo de’ Medici à Côme de Médicis, Fontainebleau, 27 décembre 1544 (ASFi, MdP [Mediceo del Principato] 4590, fo 32-33r).

29  Wolfgang Reinhard, « Amici e creature. Micropolitica della curia romana nel xvii secolo », Dimensioni e Problemi della Ricerca Storica, no 2, 2001, p. 59-78, p. 61-62, ici cité et traduit depuis Sébastien Schick, Des liaisons avantageuses : ministres, liens de dépendance et diplomatie dans le Saint-Empire romain germanique (1720-1760), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018, p. 14.

30  Ibid., p. 16.

31  Giovan Girolamo de’ Rossi, Storia generale, éd. Pier Luigi Poldi Allaj, Castello, Associazione palazzo Vitelli a Sant’Egidio, 2019 [1562], p. 89-91.

32  Pompeo Litta, Famiglie celebri d’Italia. Rossi di Parma, Turin, 1832, table IV.

33  Laetizia Arcangeli, « Principi, homines e “partesani” nel ritorno dei Rossi », dans Laetizia Arcangeli et Marco Gentile, Le signorie dei Rossi di Parma…, op. cit., p. 231-306, p. 278.

34  Massimo Carlo Giannini, « Politica imperiale ed ecclesiastici filo-francesi nello Stato di Milano tra fedeltà e interessi (1535-1548) », dans Juan Carlos D’Amico et Jean-Louis Fournel (dir.), François Ier et l’espace politique italien : États, domaines, territoires, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2018, p. 105-128.

35  Pietro Maria de’ Rossi à Côme de Médicis, San Secondo, 4 mars 1537 (ASFi, MdP 330, fo 236r).

36  Voir par exemple Giovan Girolamo de’ Rossi à Côme de Médicis, Castello, 21 août 1541 (ASFi, MdP 353, fo 212r). Une fois Giovan Girolamo de’ Rossi entré à la cour de Florence, cette pratique s’inverse : Angela fait passer des informations à destination de Côme de Médicis par son frère, afin qu’il puisse les transmettre oralement. Voir : Angela de’ Rossi-Vitelli à Côme de Médicis, Castello, 27 juillet 1546 (ASFi, MdP 330, fo 427r), ou, de la même au même, Castello, 3 août 1546 (ASFi, MdP 378, fo 11r).

37  Giovan Girolamo de’ Rossi à Éléonore de Tolède, Château Saint-Ange, 23 octobre 1540 (ASFi, MdP 347, fo 272r).

38  Le même à Côme de Médicis, Castello, 1er août 1540 (ASFi, MdP 353, fo 142r).

39  Le même au même, Castello, 29 septembre 1541 (ASFi, MdP 354, fo 143r).

40  Giovan Girolamo de’ Rossi à Côme de Médicis, Castello, 7 août 1541 (ASFi, MdP 353, fo 67r).

41  Giulio Alvarotti à Ercole II d’Este, Paris, 30 mars 1546, citée depuis Carmelo Occhipinit (éd.), Carteggio d’arte degli ambasciatori estensi in Francia (1536-1553), Pise, Scuola Normale Superiore di Pisa, 2000, p. 128.

42  Luigi Arcangeli, « Rossi, Pietro Maria de’ », art. cit.

43  Marino Cavalli au Conseil des Dix de Venise, Paris, 20 septembre 1544 (ASVe [Archivio di Stato di Venezia], Capi del consiglio dei Dieci, Lettere degli ambasciatori in Francia, 10, fo 231r-232r).

44  Giovan Girolamo de’ Rossi à Côme de Médicis, Venise, 25 juin 1544 (ASFi, MdP 366, fo 177r).

45  Benvenuto Cellini, Vita, éd. Ettore Camesasca, Rome, Rizzoli, 1985, p. 396-397 (livre I, ch. 126) et p. 462-463 (livre II, chap. 24). Giovan Girolamo de’ Rossi arrive à Paris au cours de l’automne, après avoir effectué un passage par Mantoue en octobre 1544 (Elena Bonora, Aspettando l’imperatore…, op. cit., p. 150). Il est déjà installé à la cour en décembre 1544, où il est aumônier de Catherine de Médicis (voir infra).

46  Guido Rebbechini, ‘Un altro Lorenzo’ : Ippolito de’ Medici tra Firenze e Roma, 1511-1535, Venise, Marsilio, 2010, p. 97.

47  Pietro Maria de’ Rossi à Côme de Médicis, San Secondo, 30 mars 1544 (ASFi, MdP 370, fo 753r).

48  Bernardo de’ Medici à Côme de Médicis, Fontainebleau, 31 décembre 1544 (ASFi, MdP 4590, fo 38-40r ; passage coupé dans l’édition d’Abel Desjardins et Giuseppe Canestrini, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, 6 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1859-1886, vol. 3, p. 140-141) : « Il vescovo di Pavia è qui, come sa l’Ex[cellentia] V[ostra], et secondo il parlare suo, pare già stracco di questa corte, et che desideria fare vita con l’Ex[cellentia] V[ostra] et servirla ».

49  Bernardo de’ Medici à Côme de Médicis, Fontainebleau, 10 janvier 1545 (ASFi, MdP 4590, fo 53).

50  Giovan Girolamo de’ Rossi à Benedetto Accolti, Paris, 18 mai 1545 (ASFi, Accolti 6, fo 108-109).

51  Marino Cavalli au Conseil des Dix, Paris, 15 mai 1545 (chiffrée) (ASVe, Capi del consiglio dei Dieci, Lettere degli ambasciatori in Francia, 10, fo 239-240).

52  Giovan Girolamo de’ Rossi à Côme de Médicis, s. l., 20 août 1545 (rescrit) (ASFi, MdP 618, fo 266r).

53  Bernardo de’ Medici à Lorenzo Pagni, Fontainebleau, 22 décembre 1545 (ASFi, MdP 4590, fo 4-6). Sur le départ de Bernardo de’ Medici et son remplacement, voir Delphine Chiocci et Pierre Nevejans, « Politesse et cordialité, révélateurs de la nature des relations franco-florentines à la fin du règne de François Ier », dans Guillaume Alonge et Raffaele Ruggiero (dir.), Relations diplomatiques franco-italiennes dans l’Europe de la première modernité. Communication politique et circulation des savoirs, Lecce, Pensa editore, 2020, p. 293-322, p. 307-310.

54  Giovan Girolamo de’ Rossi à Côme de Médicis, Lyon, 6 octobre 1545 (ASFi, MdP 374, fo 147-148r). Le droit de se réfugier en Toscane lui est promis dès le printemps, par le biais de Benedetto Accolti. Giovan Girolamo de’ Rossi en remercie chaudement le duc de Florence dès le mois de mai 1545 (ASFi, MdP 376, fo 522r).

55  Giovan Girolamo de’ Rossi à Côme de Médicis, Pescia, 16 septembre 1547 (ASFi, MdP 383, fo 215r).

56  Le même au même, Plaisance, 11 septembre 1547 (ASFi, ASFi, MdP 385, fo 39-40r). 

57  Ibid. : « Finalmente io, lasciato da canto ogni respetto per com[ission]e del s[ign]or don Ferrante, venì in Piacenza, dove sono rimasto tanto contento delle carezze fatemi da S. Ex. et della intentione datami di rillevarmi della oppositione di Truffaldino ». Sur la constitution et l’usage de ces surnoms par les membres de l’Italie impériale, voir Elena Bonora, Aspettando l’imperatore…, op. cit., p. 193-198.

58  Lorenzo Pagni à Giovan Girolamo de’ Rossi, s. l., 22 octobre 1547 (minute) (ASFi, MdP 9, fo 117).

59  Luigi Arcangeli, « Rossi, Pietro Maria de’ », art. cit.

60  Ibid.

61  Côme de Médicis à Giovan Girolamo de’ Rossi, s. l., 17 octobre 1547 (minute) (ASFi, MdP 9, fo 101).

62  Ces lettres sont toutes contenues dans les registres du Carteggio universale du fonds MdP de l’ASFi.

63  Cession et licence du pape Paul III en faveur de Giovan Girolamo de’ Rossi, Rome, 9 avril 1554 (BANLC, Cors. 2048, série I, cart. 29, no 555).

64  Sur l’ascension politique de Côme de Médicis, voir Michel Plaisance, L’Accademia e il suo principe : cultura e politica a Firenze al tempo di Cosimo I e di Francesco de’ Medici = L’Académie et le prince : culture et politique à Florence au temps de Côme Ier et de François de Médicis, Rome, Vecchiarelli, 2004.

65  Elena Bonora, Aspettando l’imperatore…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Nevejans, « Prendre parti pour ne pas mourir : les Rossi di San Secondo entre Espagne, France et Papauté à la fin des guerres d’Italie »Cahiers de la Méditerranée, 106 | 2023, 89-102.

Référence électronique

Pierre Nevejans, « Prendre parti pour ne pas mourir : les Rossi di San Secondo entre Espagne, France et Papauté à la fin des guerres d’Italie »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 106 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/16803 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.16803

Haut de page

Auteur

Pierre Nevejans

Agrégé d’histoire et ATER à l’université Clermont-Auvergne (2021-2022), Pierre Nevejans est doctorant en histoire moderne à l’École normale supérieure de Lyon. Travaillant sous la direction des professeurs Romain Descendre (ENS de Lyon) et Nicolas Le Roux (Sorbonne Université), il achève actuellement une thèse de doctorat sur les agents diplomatiques de Côme de Médicis envoyés en France à la fin des guerres d’Italie (1537-1559). Il est l’auteur de plusieurs articles sur les relations internationales de la première modernité, ainsi que le coéditeur d’un numéro de la revue Histoire, Économie & Société consacré aux pratiques politiques des Italiens pendant les guerres d’Italie (2021/4).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search