Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106Dossier : Crises politiques et re...Élites et révoltesEntre service et renégociation de...

Dossier : Crises politiques et reconfigurations des fidélités. Les élites de la monarchie hispanique des guerres d’Italie à la guerre de Succession espagnole
Élites et révoltes

Entre service et renégociation de la loyauté : les noblesses des Pays-Bas et Philippe II (1559-1598)

Yves Junot
p. 143-159

Résumés

La question de la loyauté des élites nobiliaires dans les Pays-Bas espagnols au temps de Philippe II porte finalement moins sur l’enjeu confessionnel d’une guerre de religion, que sur les voies du service à la dynastie et sur l’hispanophilie comme pratique de cohésion entre elles et la monarchie hispanique. L’interprétation de ce service par ses différents protagonistes amène tout d’abord une crise majeure de la gouvernance locale à laquelle le roi réagit par le châtiment (1566-1572). Mais l’effondrement du pouvoir royal élargit les opportunités d’action pour mener une pacification nobiliaire, avec ou sans le roi (1572-1579). Et si la réconciliation s’opère après 1579, elle questionne les formes d’une hispanophilie restaurée par laquelle le roi peut rétablir et renforcer son arbitrage sur les élites nobles.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est réalisé dans le cadre du projet PID2021-124823NB-C22 financé par le MCIN/ AEI /10.13039/501100011033/ et par le FEDER Una manera de hacer Europa.

Texte intégral

Introduction : les limites du service du roi

  • 1  Hans Cools, Mannen met macht. Edellieden en de Moderne Staat in de Bourgondisch-Habsburgse landen (...)
  • 2  Frédérick Buylaert, « La noblesse et l’unification des Pays-Bas. Naissance d’une noblesse bourguig (...)
  • 3  Violet Soen et Yves Junot, Noblesses transrégionales. Les Croÿ et les frontières pendant les guerr (...)
  • 4  Henk van Nierop, « The Nobles and the Revolt », dans Graham Darby (dir.), Origins and Development (...)
  • 5  Violet Soen, Vredehandel. Adellijke en Habsburgse verzoeningspogingen tijdens de Nederlandse Opsta (...)

1La construction territoriale des Pays-Bas bourguignons à partir du xive siècle et leur incorporation à la monarchie hispanique de Charles Quint stimulent le développement d’une noblesse de service1. Elle s’inscrit sous le patronage de ses princes naturels dont la fonction arbitrale est essentielle pour la cohésion de l’ensemble politique qu’ils construisent, et elle-même joue un rôle d’intermédiation entre le souverain et ses sujets. Mais ce processus de consolidation d’une élite nobiliaire attachée à la dynastie est relativisé par le jeu autonome d’identification politique des familles nobles fortes de leurs réseaux interrégionaux et transnationaux2. Le choix des alliances et l’endogamie, le jeu des branches cadettes et des accommodements transfrontaliers avec les souverainetés française et germanique permettent de maintenir une grande flexibilité dans leurs rapports avec le souverain, dans la définition de leur service comme dans l’exercice de leurs engagements3. Avec Philippe II d’Espagne, la question confessionnelle et sa réponse intransigeante de défense de la foi catholique mettent progressivement sous tension la gouvernance du territoire et le rapport aux élites locales, nobiliaires et urbaines. Le contexte consécutif à la paix avec la France et au départ du roi des Pays-Bas en 1559 devient déterminant. Le gouvernement qui s’opère à distance doit faire face à une contestation nouvelle de la politique royale de répression du protestantisme, puis au déclenchement de la révolte des Pays-Bas dont la noblesse, dans sa pluralité, porte une responsabilité aux yeux de Philippe II lui-même4. À la mort du roi en 1598, la cession des Pays-Bas constitue une nouvelle étape de la réconciliation des Habsbourg avec les élites à la fois nobiliaires et urbaines par le transfert des provinces difficilement retournées à l’obéissance, de la couronne espagnole à l’infante Isabelle et son époux Albert d’Autriche. Tout au long du règne de Philippe II, les nobles des Pays-Bas se montrent en « faiseurs de paix » en prétendant jouer leur rôle lors des diverses tentatives de réconciliation5.

  • 6  Yves Junot et José Javier Ruiz Ibáñez, « Someterse al rey, restaurar la república. La hispanofilia (...)

2La question de leur loyauté porte finalement moins sur l’enjeu confessionnel lui-même, mais plutôt sur l’exercice du service à la dynastie et sur l’hispanophilie comme pratique de cohésion de la monarchie hispanique avec ses élites6. L’interprétation de ce service par ses différents protagonistes amène tout d’abord une crise majeure de la gouvernance locale à laquelle le roi réagit par le châtiment (1566-1572). Mais l’effondrement du pouvoir royal élargit les opportunités individuelles ou collectives d’action pour mener une pacification nobiliaire, avec ou sans le roi (1572-1579). Et si la réconciliation s’opère après 1579, elle questionne les formes d’une hispanophilie restaurée par laquelle le roi peut rétablir et renforcer son arbitrage sur les élites nobles.

De la crise de gouvernance au châtiment de la noblesse (1559-1572)

  • 7  Paul Rosenfeld, The provincial governors from the minority of Charles V to the Revolt, Louvain/Par (...)
  • 8  Comme sur le versant français : David Potter, War and Government in the French Provinces. Picardy (...)
  • 9  Henk van Nierop, « The Nobles and the Revolt », art. cit., p. 50.

3L’aristocratie des Pays-Bas espagnols se définit par l’exercice des fonctions « naturelles » de relais entre la monarchie hispanique, héritière des ducs de Bourgogne, et les pouvoirs locaux. La vocation noble des armes fait de ses représentants des capitaines de compagnies de bandes d’ordonnances et des gouverneurs de province ou stadhouders. À ce titre, ils procèdent au renouvellement annuel des échevinages urbains et président les États provinciaux auprès desquels ils sollicitent au nom du souverain les aides nécessaires à la défense du territoire7. Proches du prince ou de son représentant à Bruxelles, ils bénéficient de son patronage en tant que courtisans, chevaliers de la Toison d’Or et conseillers, combinant fonctions et dignités. Le façonnage de l’ensemble composite des Pays-Bas espagnols par Charles Quint (avec la création des trois conseils centraux de gouvernement à Bruxelles en 1531, la Transaction d’Augsbourg de 1548 qui donne l’autonomie juridique du Cercle de Bourgogne par rapport au Saint-Empire et la Pragmatique Sanction de 1549 qui unifie le régime successoral au profit du futur Philippe II) renforce la place de la haute noblesse. La dimension internationale de la monarchie hispanique lui ouvre aussi le champ de service des missions diplomatiques, où elle met à profit la dimension transnationale de ses propres réseaux familiaux. Et la guerre contre la France, dont le centre de gravité glisse progressivement de l’Italie vers les Pays-Bas après la bataille de Pavie, valorise davantage le rôle militaro-administratif de cette aristocratie, notamment à travers les charges de gouverneurs des provinces frontalières8. La concentration de plus de la moitié de ces gouvernorats provinciaux entre les mains de sept lignages seulement (Berghes, Croÿ, Egmont, Lalaing, Lannoy, Montmorency, Orange-Nassau) au cours des deux premiers tiers du xvie siècle, confirme la structuration et l’influence de ce groupe aristocratique9.

  • 10  Helmut Georg Koenigsberger, « Patronage, Clientage and Elites in the Politics of Philip II, Cardin (...)
  • 11  Liesbeth Geevers, Gevallen vazallen. De integratie van Oranje, Egmont en Horn in de Spaans- Habsbu (...)

4Si la surveillance de la frontière et la répression du protestantisme façonnent le service de cette aristocratie des gouverneurs sous Charles Quint et Philippe II, le départ de ce dernier pour la péninsule ibérique en 1559 ouvre des tensions nouvelles liées aux projets politiques globaux du souverain. Sa volonté de mener à terme la Réforme catholique aux Pays-Bas conduit au renforcement de la législation caroline antiprotestante, au détriment des juridictions ordinaires et des privilèges locaux, et à une réorganisation des diocèses qui freine les facilités d’accès des cadets des familles aristocratiques aux sièges épiscopaux. Par ailleurs, une consulta ou triumvirat, avec le juriste Viglius d’Aytta, président des Conseils d’État et privé, Berlaymont, chef du conseil des Finances, et le franc-comtois Granvelle, évêque d’Arras promu archevêque de Malines et cardinal en 1561, assiste la gouvernante générale Marguerite de Parme, sœur du roi, et devient un réseau majeur de clientèle du gouvernement10. Cette consulta fait de ce fait concurrence aux aristocrates du conseil d’État qui s’estiment dévalorisés dans leurs aspirations politiques et courtisanes. Pour contrebalancer cette perte d’influence, le comte d’Egmont, le prince d’Orange et le comte de Hornes animent en 1562-1563 une ligue des Mécontents. Ils font la grève du Conseil d’État et demandent le renvoi de Granvelle, que Philippe II finit par concéder à regret en 1564. Mais en dépit de ce succès et de la réception d’Egmont en Espagne en 1565 pour proposer des remèdes à la situation des Pays-Bas, le roi maintient sa ligne politique dure de défense du catholicisme tridentin et de répression des hérésies par les Lettres du Bois de Ségovie en octobre 1565 : il pose ainsi les « limites de la confiance » qu’il accorde à ses vassaux11.

  • 12  Gustaaf Janssens, « Un noble ambitieux entre guerre et paix pendant la Révolte des Pays-Bas. L’opp (...)
  • 13  Liesbeth Geevers, « Family Matters : William of Orange and the Habsburgs after the Abdication of C (...)

5Si le renvoi de Granvelle marque le retour d’influence des Mécontents au sein du Conseil d’État et leur volonté de faire reconnaitre la prééminence de celui-ci sur les autres conseils en affichant une apparente soumission devant Marguerite de Parme, la situation exacerbe en fait les rivalités infra-aristocratiques. La concurrence politique entre Orange et Egmont s’avive, le premier parvenant à prendre l’ascendant sur le second, tandis que face à eux Philippe III de Croÿ, duc d’Aarschot, capte la faveur du roi et de sa sœur en appuyant ostensiblement Granvelle, ce dont il est récompensé par une nomination au Conseil d’État en 156512. Les logiques d’identité et d’intérêts de la haute noblesse des Pays-Bas espagnols sont par ailleurs liées au Saint-Empire que la succession de Charles Quint vient de séparer de la monarchie hispanique et de laisser à la branche autrichienne. L’Empire reste un espace en marge des intérêts stratégiques de la branche espagnole, car les princes germaniques sont opposés à l’augmentation du pouvoir politique et religieux de la dynastie impériale. La Paix d’Augsbourg de 1555, paix de religion par laquelle Ferdinand Ier accorde des droits aux princes luthériens selon le « cujus regio, ejus religio », renforce les velléités de son neveu Philippe II d’empêcher ce scénario dans ses domaines bourguignons. Or la haute noblesse des Pays-Bas est constituée de lignages transrégionaux à dimension européenne : leur identité familiale est davantage pan-Habsbourg qu’hispanique13. Egmont épouse en 1546 la sœur de Frédéric III de Bavière-Simmern, converti au calvinisme la même année et prince électeur du Palatinat à partir de 1559, et Orange, catholique issu d’une famille germanique luthérienne, se remarie en 1561, malgré les réticences de Madrid, avec la luthérienne Anne de Saxe. De fait, cette orientation germanique des intérêts de famille, désapprouvée par Philippe II, accroît les divergences entre le souverain et ses principaux vassaux, elles-mêmes amplifiées par la dégradation des relations interpersonnelles cristallisées par Granvelle et l’intolérance religieuse du roi.

  • 14  Henk van Nierop, « The Nobility and the Revolt of the Netherlands : Between Church and King, and P (...)
  • 15  Violet Soen, « Between Dissent and Peacemaking. The Dutch Nobility on the Eve of the Revolt (1564- (...)
  • 16  Liesbeth Geevers, Gevallen vazallen…, op. cit., p. 182-185.

6Le relais que constitue l’aristocratie, alors même que celle-ci est un élément médiateur et modérateur vis-à-vis de la politique confessionnelle du souverain comme des mobilisations de masse et des violences des protestants, est désormais fragilisé14. Elle ignore la distorsion croissante entre le rôle « naturel » de conseiller qu’attend le roi et celui d’acteur politique et de « faiseur de paix » par rapport aux tensions religieuses15. Et elle se révèle peu intégrée aux jeux des factions de la Cour d’Espagne, pourtant essentiels dans la conduite des affaires des Pays-Bas16. Il en résulte une paralysie dans le gouvernement central et l’administration des provinces qui renforce les manifestations publiques des protestants.

  • 17  Aline Gossens, Le comte Lamoral d’Egmont (1522-1568) : les aléas du pouvoir de la haute noblesse à (...)
  • 18  Alain Lottin, La révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut : politique, religion et société (...)
  • 19  Hugues Daussy, Le parti Huguenot. Chronique d’une désillusion (1557-1572), Genève, Droz, 2014 ; Vi (...)

7Petite et moyenne noblesses, représentées au sein des pouvoirs municipaux comme aux États provinciaux, sont intégrées localement aux clientèles patronnées par les aristocrates. Or après la proclamation des Lettres de Ségovie, des gentilshommes de sensibilité protestante se rencontrent secrètement chez le comte de Culembourg à Bruxelles pour former une nouvelle ligue demandant l’abolition de l’Inquisition et la modération des placards réprimant l’hérésie. Il en résulte un manifeste ou Compromis des Nobles que près de 400 d’entre eux signent. Pourtant, si presqu’aucun nom d’aristocrates ne figure dans la liste des seigneurs confédérés, les liens de clientèle et de patronage comme la présence de familiers des entourages d’Orange et d’Egmont montrent que ceux-ci suivent de près cette contestation d’un genre nouveau, même s’ils refusent l’un et l’autre d’en prendre la tête17. Le mouvement prend une visibilité particulière lorsqu’une délégation de 300 gentilshommes en armes présente le 5 avril 1566 la pétition à Bruxelles devant une gouvernante réduite à l’impuissance face à ces « Gueux » qui bénéficient par ailleurs du relais des États provinciaux comme tribune devant l’aristocratie et le gouvernement central. Ceux des seigneurs confédérés qui se sont convertis peuvent désormais s’afficher dans les prêches calvinistes aux portes des villes et prendre un rôle actif dans la vague iconoclaste d’août 1566 18. Mais, globalement, les Grands adoptent une voie prudente et médiane vis-à-vis des Confédérés et de la question religieuse, sans constituer comme en France un parti huguenot cherchant à établir un royaume protestant19.

8Les premières réponses de Marguerite de Parme traduisent son impuissance devant le fait accompli des calvinistes. La gouvernante s’appuie sur les chevaliers de la Toison d’Or qui concluent le 23 août un accord avec les Confédérés autorisant les prêches là où ils avaient déjà lieu, et elle met hors la loi les iconoclastes le 25 août. Les gouverneurs provinciaux se retrouvent en charge de la délicate mise en œuvre de cet édit : Orange en Hollande et Zélande et à Anvers, Egmont en Flandre et Artois et Hornes à Tournai favorisent le retour à l’ordre en concédant la cohabitation confessionnelle, alors même que Rassenghien en Flandre wallonne et Noircarmes en Hainaut ne la tolèrent qu’a minima lors de négociations très tendues avec les calvinistes. Le retournement provoqué par l’ordonnance du 4 décembre 1566, qui annule les concessions faites aux protestants et proscrit les prêches, met les gouverneurs « conciliants » dans une position embarrassante vis-à-vis des protestants comme de Marguerite de Parme, alors même que les calvinistes les plus radicaux lèvent des renforts pour appuyer les villes de Tournai et Valenciennes, déclarées rebelles, en prétendant agir au nom des « princes » et en particulier du comte d’Egmont. Déjà tenus de rédiger des justifications de leur conduite politique en novembre 1566, Egmont, Hornes et Orange se voient contraints de renouveler un serment de fidélité sans restriction au roi, comme l’a demandé Marguerite de Parme à tous ses conseillers, aux militaires et aux échevinages urbains en janvier 1567. Si Egmont finit par signer, Orange ne s’exécute pas, marquant là sa rupture définitive et celle des Confédérés, avec le gouvernement royal.

  • 20  Aline Goossens, Le comte Lamoral d’Egmont…, op. cit., p. 97.
  • 21  Andrew Sawyer, « The Tyranny of Alva : the creation and development of a Dutch patriotic image », (...)

9Fidèle à sa ligne de miles Christi et scandalisé par l’iconoclasme, Philippe II prépare dès l’été 1566 une réponse dure aux troubles. Il s’agit de rétablir l’ordre, remettre la noblesse à sa place et punir le crime de lèse-majesté commis par les briseurs d’images et ceux qui ont pris les armes contre le roi. La punition doit aussi frapper ceux qui les ont soutenus ou laissé agir au sein des élites municipales et nobiliaires. En attendant de revenir aux Pays-Bas pour accorder en personne un pardon général de clôture, le roi y envoie le duc d’Albe en 1567 pour remplacer Marguerite de Parme et mener la répression judiciaire et militaire. Albe avait déjà conseillé en 1563 à Philippe II de punir sévèrement les membres de la ligue aristocratique pour leur manque de respect envers l’autorité du souverain20. Les délégations de nobles des Pays-Bas en Espagne en font les frais : Montigny, frère de Hornes, est emprisonné en 1566 et éliminé dans des circonstances troubles. Arrêtés en septembre 1567, Egmont et Hornes sont rapidement jugés par une juridiction d’exception, le Conseil des Troubles, sans tenir compte de leurs privilèges de chevaliers de la Toison d’Or, et condamnés à mort sur volonté expresse du roi. Leur exécution à Bruxelles le 5 juin 1568 crée une onde de choc au-delà des frontières et donne jour à la légende noire de Philippe II et de la « tyrannie » du duc d’Albe : elle devient un élément de l’hispanophobie militante anti-habsbourgeoise jusqu’à la Paix de Westphalie en 164821. Orange, beaucoup plus compromis, ne doit son salut qu’à la fuite dans le Saint-Empire, mais il perd sa fortune domaniale et financière des Pays-Bas et de Franche-Comté, confisquée, et une bonne partie de son réseau clientélaire.

  • 22  Monica Stensland, Habsburg Communication in the Dutch Revolt, Amsterdam, Amsterdam University Pres (...)
  • 23  Henk van Nierop, « The Nobles and the Revolt », art. cit., p. 54.
  • 24  Yves Junot et Violet Soen, « User ou abuser des confiscations : les voies tortueuses de la punitio (...)

10L’application de la punition, qui se veut exemplaire, va au-delà des réponses traditionnelles aux rébellions qui prévoient le châtiment des meneurs de la révolte, le pardon de la multitude et la restauration rapide de l’ordre public. Des mesures symboliques touchent l’honneur des condamnés nobles, comme la destruction de la demeure de Culembourg, siège des réunions confédérées, remplacée par une colonne commémorative de la « conspiration », et l’effacement des armoiries d’Egmont de ses propriétés confisquées22. En remettant en cause le régime politique des Pays-Bas par des procédures d’exception et en frappant directement les élites nobiliaires, Philippe II s’inscrit dans les voies nouvelles de l’affirmation d’un exécutif régalien, qui supporte mal des limitations pourtant inscrites dans les « constitutions » territoriales et les serments d’intronisation du prince naturel telle la Joyeuse Entrée de Brabant23. L’instrumentalisation du crime de lèse-majesté pour punir une aristocratie rebelle, désobéissante ou ligueuse, perceptible depuis le siècle précédent en France avec les procès contre de grands féodaux, les connétables de Saint-Pol (1475) et de Bourbon (1523), témoigne de cette politisation de la justice dont use à son tour Philippe II 24.

  • 25  Gustaaf Janssens, « L’emploi des biens confisqués par le Conseil des Troubles : un moyen pour le r (...)

11Un autre volet de la pacification des Pays-Bas par Albe prévoit la reconstruction de la loyauté par le ralliement prioritaire de la noblesse à la cause royaliste. Cette voie mêlant répression et clémence est discutée devant le roi à Madrid où l’examen d’un mémoire d’Albe recommande en 1569 la distribution d’encomiendas et de mercedes à l’aristocratie et à la noblesse seconde pour renouer des liens de fidélité mis à mal. Hopperus, le conseiller pour les Pays-Bas, préconise d’y affecter les deux tiers du produit des confiscations opérées depuis 1567, ce qui est mis en œuvre l’année suivante au profit des membres des conseils centraux et de 40 gouverneurs de province et de place forte25. La noblesse restée loyale, bénéficiaire des confiscations sur les rebelles, trouve aussi moyen d’affirmer sa fidélité par les armes, aux côtés des tercios espagnols, en participant aux opérations militaires contre les tentatives d’invasion des Pays-Bas de 1568 et de 1572 par les Gueux et les troupes d’Orange levées en France et en Allemagne.

Hispanophobie, opposition loyale, transnationalité : les voies de traverse de la pacification nobiliaire (1572-1579)

12L’année 1572 marque un tournant dans le rétablissement de l’ordre aux Pays-Bas. L’implantation réussie des Gueux de mer en Zélande et Hollande met en lumière les limites de l’action militaire du duc d’Albe, alors même que les finances de la monarchie hispanique peinent à soutenir l’effort de guerre et que les pardons généraux, trop restrictifs, n’enclenchent pas la réconciliation escomptée par le roi.

  • 26  Hugues Daussy, « Louis de Nassau et le parti huguenot », dans Yves Krunemacker (dir.), Entre Calvi (...)
  • 27  Henk van Nierop, Treason in the Northern Quarter : War, Terror, and the Rule of Law in the Dutch R (...)
  • 28  Henk van Nierop, « The Nobles and the Revolt », art. cit., p. 62 ; Édouard Poncelet, « Guillaume d (...)

13Utilisant leurs réseaux transnationaux, Orange et son frère Louis de Nassau, réfugiés en France après l’échec de leur invasion de 1568, y cherchent l’alliance du parti huguenot. Ils incitent Catherine de Médicis et Charles IX à appuyer une intervention militaire française aux Pays-Bas en 157226. Arrivé en mai appuyé de « revenants » et de seigneurs huguenots de Picardie, Nassau échoue à se maintenir à Valenciennes et Mons, qui se rend à Albe en septembre après l’élimination des alliés huguenots lors de la Saint-Barthélemy. Orange se retire alors dans les villes de Zélande et Hollande prises ou livrées aux Gueux au printemps, et le prince en récupère les deux gouvernorats qu’il détenait avant son exil. Albe priorise en fait la défense du flanc sud des Pays-Bas contre la France, en mobilisant la noblesse wallonne au siège de Mons, mais néglige les demandes de secours du comte de Boussu, gouverneur loyaliste de Hollande, où la crise de confiance entre autorités locales et population, hostile à l’entrée de garnisons espagnoles, profite à Orange. Albe se retourne ensuite à l’automne contre les villes tenues par les Gueux, menaçant de les mettre à sac. Orange peut alors susciter la prise d’armes en sa faveur contre la ligne dure incarnée par Albe et Boussu et pour la restauration des privilèges anciens27. Autour d’Orange, converti au calvinisme en 1573, se regroupent des exilés dont les engagements religieux se sont radicalisés dans la rupture. Le quart des capitaines de la flotte des Gueux de 1572 sont nobles, et parmi eux figurent des anciens confédérés des provinces francophones comme Trélon, Lumbres, Famars et Lumey, auteurs du massacre de Gorcum réprouvé par Orange28. Ils récupèrent aussi leurs biens confisqués ou obtiennent ceux des loyalistes qui ont fui. Cette reconstruction d’un capital politique par Orange et les seigneurs confédérés rentrés d’exil se base sur la promotion du calvinisme (qui devient le seul culte public dans les zones contrôlées par les rebelles), et sur une hispanophobie dénonçant la violence des soldats étrangers et la « tyrannie » espagnole. Pour autant, Orange n’instrumentalise pas l’identification à une guerre religieuse, puissant mécanisme d’incorporation territoriale et de discipline, mais bien sa capacité à être le protecteur des provinces dissidentes. Même s’il reste formellement sous l’autorité nominale de Philippe II jusqu’en 1581, il incarne une rupture. Exclu du pardon général de 1574, ses premières négociations avec Luis de Requesens, le successeur d’Albe, échouent en 1575.

  • 29  Violet Soen, « Collaborators and Parvenus ? Berlaymont and Noircarmes, Loyal Noblemen in the Dutch (...)
  • 30  Mémoire et remonstrances de Rassenghien à Son Excellence sur l’emprise de la charge que Son Exce l (...)
  • 31  Gustaaf Janssens, « Brabant in het verweer ». Loyale oppositie tegen Spanje’s bewind in de Nederla (...)

14La figure d’Orange ne doit pas occulter le fait que la grande majorité des nobles, pour qui les troubles constituent une opportunité de service, reste fidèle au roi. L’ascension sociale de Noircarmes, issu de la noblesse seconde, qui devient gouverneur de province à la faveur de la répression de la révolte de 1566 et chef des Finances, est l’illustration d’une trajectoire profitable de « parvenu ». Mais ces collaborateurs et parvenus, bénéficiaires des patronages du roi et d’Albe, savent aussi se montrer critiques de la stratégie militaire et de la politique fiscale de ce dernier29. Rassenghien, gouverneur de Lille, négocie avec Requesens en 1574 l’extension des prérogatives de gouverneur loyaliste de Hollande pour réduire les villes rebelles « soit par force ou par voye et accord amyable [et vu] la difficulté d’y parvenir par la force des armes seule », d’être « authorisé particulièrement à toutes choses […], la religion catholicque et supreme authorité du Roy tousiours saulfz, […] sans souffrir la dilation d’en attendre la responce de Son Exce »30. Cette limite dans l’hispanophilie ouvre la voie à une opposition loyale31. En cédant la régence des Pays-Bas à Requesens en 1573, Albe reconnaît que peu de nobles sont utiles à la cause royale. Mais beaucoup entendent retrouver un rôle dans la conduite d’une pacification ou réconciliation des provinces, quitte à prendre leurs distances avec le parti du roi. L’effondrement de l’autorité royale à la mort de Requesens en 1576, sur fond de banqueroute et de mutineries au sein de l’Armée de Flandres, accélère l’affaiblissement du parti du roi au sein des élites nobiliaires.

  • 32  Peter Arnade, Beggars, Iconoclasts & Civic Patriots…, op. cit., p. 260-303.

15La convocation par les États de Brabant et sans l’aval du roi d’États Généraux incluant les représentants de Hollande et Zélande, débouche en novembre 1576 sur la Pacification de Gand qui met fin aux persécutions religieuses, entérine un statu quo confessionnel entre les deux provinces rebelles calvinistes et les autres provinces catholiques, et ordonne le départ des troupes royales étrangères. Le nouveau gouverneur général, don Juan d’Autriche, frère de Philippe II, marque le retour de la dynastie mais doit accepter les termes de la Pacification de Gand. En se retirant à Namur en juillet 1577, il rejette le pacte avec les États Généraux qui le déclarent avec ses troupes espagnoles « ennemis de la Patrie ». L’aristocratie a déjà majoritairement rejoint le camp des États, où les vieilles rivalités de clans entre Orange, les Croÿ (Aarschot et son frère Havré) et les Lalaing se ravivent autour de la répartition des charges et crédits militaires accordés par les provinces de la généralité, et du choix des alliances extérieures pour faire la guerre au parti royaliste. Orange, qui n’a jamais reconnu don Juan, se présente en Pater Patriae, s’impose en Brabant lors des rituels d’entrée tirés de la culture politique bourguignonne et s’appuie sur l’alliance anglaise32. Les Croÿ sollicitent pour leur part l’archiduc Mathias d’Autriche, frère de l’empereur Rodolphe II, pour le substituer à don Juan et faire contrepoids à Orange. La défaite des États Généraux à Gembloux en janvier 1578 et la réactivation de la question confessionnelle (avec des calvinistes radicaux au pouvoir dans les villes de Flandre et de Brabant, la Paix de religion d’Orange contraire à l’interprétation catholique de la Pacification de Gand, et la crainte des catholiques d’être marginalisés dans le corps civique) accélèrent la désintégration de la généralité. Les Lalaing se tournent alors vers l’alliance française du duc d’Anjou, frère du roi Henri III, qui leur fournit aide financière et militaire et fait son entrée en Hainaut en juillet 1578 sans pour autant obtenir l’adhésion des bourgeoisies locales.

  • 33  Violet Soen, « Les Malcontents au sein des États-Généraux des Pays-Bas (1578-1581) : défense du po (...)
  • 34  Judith Pollmann, Catholic Identity and the Revolt of the Netherlands : 1520-1635, Oxford, Oxford U (...)

16Le mouvement des Malcontents reste complexe dans ce contexte d’extrême fragmentation politique et d’étiage de l’hispanophilie. Il ne se résume pas à un engagement de nobles catholiques des provinces méridionales, par opposition avec des villes flamandes et hollandaises à moindre concentration nobiliaire et sous contrôle calviniste33. L’Artois et le Hainaut ont été en effet un épicentre de la première phase de la révolte et du mouvement confédéré en 1566. La réorganisation politique s’opère à partir de 1578 sur fonds de compétition entre aristocrates, de positionnements variés sur la question religieuse, et de tensions avec les pouvoirs municipaux là où ces nobles jouissent traditionnellement d’un rôle prééminent. La conjonction inattendue entre les forces municipales catholiques et des nobles prêts à se distancier des lignes orangiste, calviniste radicale ou francophile, précipite inopinément la relance du dialogue, déjà amorcée par d’autres canaux, avec les représentants de Philippe II. Les différents protagonistes de cette réaction catholique craignent la marginalisation politique et confessionnelle dans un contexte de guerre civile où la cause catholique n’a pas été jusque-là l’élément fédérateur vers le parti royal34. La perception de cette menace amène localement à négocier sa place auprès du successeur de don Juan, Alexandre Farnèse, et à construire une réconciliation catholique à partir des provinces méridionales.

  • 35  Yves Junot, « La réincorporation des Pays-Bas espagnols dans la monarchie hispanique (1578-1598) : (...)

17En Artois, le gouverneur d’Arras Oudart de Bournonville, qui a fait campagne avec Albe avant de rallier, par l’entremise d’Orange, les États Généraux en 1576, rompt brutalement avec ceux-ci quand les tribuns patriotes demandent à l’archiduc Mathias son remplacement par Lumbres, influent confédéré calviniste lieutenant du prince d’Orange, revenu à Saint-Omer à la faveur de la Pacification de Gand. Bournonville collabore alors avec les milices bourgeoises catholiques dans un contrecoup de force municipal en octobre 1578. Il expulse dans la foulée la garnison des États Généraux, avant de procéder au renouvellement de l’échevinage dont les membres sont désormais acquis à une réconciliation avec le roi. Il en tire ensuite le bénéfice politique en négociant sa réconciliation particulière avec le roi : il est maintenu dans sa charge de gouverneur, sa seigneurie d’Hénin-Liétard est élevée en comté et il est nommé au Conseil d’État en 1579. La réconciliation de Saint-Omer, en novembre 1578, est le fait d’un médiateur issu de la noblesse seconde, le seigneur de la Motte, qui quitte aussi les Malcontents pour rallier le parti du roi. Gouverneur de Gravelines, il exploite opportunément les visées des Gueux de Flandre et celles du duc d’Anjou contre sa place forte flamande, et son refus de la liberté de conscience portée par Orange. La Motte reçoit de Philippe II un mandat, des renforts espagnols pour garantir sa sécurité et le transfert de fonds depuis Calais. En concertation avec le baron de Montigny, victorieux contre les troupes calvinistes de Gand, il traite avec succès à Saint-Omer avec le gouverneur et le capitaine catholique de la garnison des États, contestés par les patriotes locaux, et avec les notables mobilisés par le refus de la paix de religion et par la perspective d’une réconciliation avec le roi sous le régime de la Pacification de Gand35. La Motte est récompensé par un siège au Conseil de guerre en 1579 et participe aux campagnes de Farnèse contre les Provinces-Unies et en France.

  • 36  Résolution des États d’Artois, Hainaut et Flandre wallonne, 22 août 1579, Médiathèque Arras, ms. 2 (...)
  • 37  Violet Soen, « Les limites du “devoir de révolte” aux Pays-Bas. Les réconciliations de Philippe de (...)
  • 38  Yves Junot et Violet Soen, « User ou abuser des confiscations… », art. cit., p. 127-128.

18Grâce au ralliement des villes d’Artois au parti royal à l’automne 1578, l’Union d’Arras est conclue en janvier 1579 et s’engage sur la conservation de la foi catholique, l’obéissance au souverain et l’accomplissement de la Pacification de Gand, conditions acceptées par Farnèse en mai lors de la Paix d’Arras. Mais l’aristocratie malcontente reste initialement en retrait de ce processus, par réticence peut-être à la tutelle des États de cette union catholique qui tiennent les finances et exigent des commandants nobles ainsi qu’un regard sur les actions militaires à entreprendre36. Si Montigny et son frère Lalaing se rallient à La Motte et aux émissaires de Farnèse pour permettre la conclusion de la Paix d’Arras après la retraite du duc d’Anjou, d’autres pèsent le pour et le contre et gardent encore leurs distances. Les Croÿ s’engagent dans un autre processus de pacification en jouant la carte impériale à la conférence de Cologne en novembre 1579, avant de revenir vers Farnèse qui restitue en 1580 les biens d’Aarschot ; mais son fils Chimay retourne en dissidence en se convertissant au calvinisme avec son épouse et en servant les États Généraux en Flandre jusqu’à la réconciliation de Bruges en 158337. Georges de Lalaing, comte de Renneberg, en s’appuyant sur la faction catholique locale contre les protestants, réincorpore la Frise dans le camp royal en 1580 et conserve son gouvernorat. Mais Guillaume de Hornes, seigneur de Hèze, rallié en 1579, est exécuté en 1580 pour avoir comploté afin de prendre Mons, de s’y emparer de Farnèse et d’y permettre l’entrée au duc d’Anjou. Cette condamnation vaut avertissement pour des Malcontents isolés par leurs choix francophiles au moment où les bourgeoisies catholiques reviennent à l’hispanophilie. Elle se complète d’une gestion prudente des confiscations relancées en 1580 contre ceux qui refusent la réconciliation. Philippe II recommande expressément la restitution aux membres loyalistes des lignages, des biens aristocratiques confisqués, pour réintégrer les Malcontents. Les biens de Hèze sont ainsi concédés en merced à sa sœur, épouse du fils Egmont, réconcilié en 1579, et ceux du gouverneur de Tournai, le prince d’Épinoy, resté fidèle aux États Généraux, passent en usufruit, sans procès ni sentence, à son frère Richebourg et à ses sœurs, pour éviter le basculement de la famille dans le camp adverse38.

  • 39  Peter Arnade, Beggars, Iconoclasts and Civic Patriot…, op. cit., p. 272-303.
  • 40  Arie Theodorus van Deursen, Maurits van Nassau, 1567-1625. De winnaar die faalde, Amsterdam, Bakke (...)

19La réussite de la politique de réconciliation de Farnèse vis-à-vis des villes de Flandre et de Brabant entre 1581 et 1585 affaiblit la généralité des États : l’archiduc Mathias quitte les Pays-Bas en 1581 et le retour du duc d’Anjou comme protecteur des Pays-Bas se conclut sur un nouvel échec en 1583. La voie de la rupture se résume désormais à la figure de Guillaume d’Orange qui redéfinit radicalement sa position par rapport à Philippe II. Mis au ban par le roi en 1580, il répond par l’Acte d’abjuration l’année suivante, avec le concours des États Généraux39. En fait, Orange compense cette rupture par les appuis de sa large parentèle (branches cadettes et alliés), des États de Hollande qui ont consolidé leur capacité d’agir au sein de l’union antiespagnole d’Utrecht de 1579, mais aussi par les alliances conclues avec l’Angleterre et la France. Son assassinat en 1584 ne brise pas la dynamique familiale puisque son fils Maurice est investi des principales responsabilités de stadhouder de son père et s’impose par ses succès militaires après avoir remplacé le protecteur anglais Leicester comme capitaine général de l’armée en 1587 40. Dans ces Provinces-Unies séparées des Pays-Bas réconciliés, Guillaume d’Orange et Maurice de Nassau opèrent avec les pouvoirs locaux, sans plus subir la compétition et le jeu politique d’autres lignages aristocratiques.

Le renforcement du patronage royal ? Récompenser, contrôler et hispaniser

  • 41  Farnèse au roi, 21 mai 1581, Arch. Gen. Simancas (AGS), Estado 584, 123 et mémorial de Philippe de (...)

20Servir les Habsbourg sur la frontière face à la France a constitué un espace de promotion sociale, au-delà de l’aristocratie, pour une noblesse seconde comme pour des commandants étrangers nommés gouverneurs de place. La paix de 1559, loin de défaire cet espace de promotion, le pérennise en le laissant sous le contrôle direct du roi et non du gouverneur général. Et lors des crises de 1566 et de 1578, c’est de ce vivier frontalier que proviennent les premières ressources loyalistes pour restaurer l’ordre. Ce service pour le roi en temps de révolte et de guerre civile entraîne des pertes de revenus conséquentes au cours des décennies 1570 et 1580 : l’insécurité et les mesures de rétorsion prises contre les biens des loyalistes affectent gravement leurs revenus domaniaux, alors même que la redistribution des ressources de la monarchie hispanique s’épuise, les confiscations d’Albe n’ayant constitué qu’une bulle éphémère tarie avec les restitutions de la Pacification de Gand. Dans un contexte encore fragile de réconciliation, les mémoriaux présentés auprès de la cour d’Espagne en 1581 par des nobles loyalistes développent une dialectique de la récompense pour avoir engagé leur fidélité et leur honneur à leurs frais41. Le profit de la reconquête entre 1581 et 1587 permet à Farnèse et au roi de satisfaire en partie ces fidèles comme les réconciliés par l’octroi de nouvelles charges, de titres, de pensions et faveurs, ou de seigneuries nouvellement confisquées sur les non-réconciliés.

  • 42  Violet Soen, « Collaborators and Parvenus ? Berlaymont and Noircarmes… », art. cit., p. 26.
  • 43  Paul Rosenfeld, The provincial governors…, op. cit., p. 57 ; Granvelle au roi, 11 août 1563, dans (...)
  • 44  José Eloy Hortal Muñoz, « La concesión de mercedes en los Países Bajos durante el gobierno del duq (...)
  • 45  Farnèse au roi, 20 juin 1583, Correspondance de Philippe II…, op. cit., t. II, p. 390.

21L’exercice du patronage royal sur l’appareil militaire reste très marqué par la main même du souverain. Si l’arrivée d’Albe fait glisser la prise de décision en matière de guerre et de paix des aristocrates du Conseil d’État aux membres de la maison du gouverneur général réunis dans le Conseil de guerre, le roi maintient cependant le vieux système de patronage et paie directement ses criados de l’armée de Flandres, affaiblissant par là même le pouvoir des commandants locaux42. Le mécontentement des grands nobles se nourrit aussi de la méfiance du « roi prudent » qui recourt aux listes, comme pour le contrôle des élites municipales, pour soupeser les mérites individuels et accorder ses récompenses. La distribution de la charge de gouverneur de province montre que Philippe II cherche à limiter à la fois l’hérédité des grands lignages et la mise à disposition sans examen des bénéfices pour la monarchie catholique, au-delà de l’arbitrage de la compétition entre postulants. En 1563, la Flandre wallonne, peu stratégique, est revendiquée par Egmont, Lalaing, Aarschot et Hachicourt, chef des Finances. Mais sur les conseils de Granvelle, et pour tenir les prétendants dans l’espérance, Philippe II diffère la nomination jusqu’en 1566, et choisit alors, dans un contexte d’agitation religieuse, un outsider, Rassenghien43. Albe se montre aussi favorable à un mandat limité dans le temps des gouvernorats de province, ce que le roi n’officialise pas44. À son tour, Farnèse propose à Philippe II de nommer dorénavant les gouverneurs pour trois ans en inaugurant cette pratique par le siège mineur de la province de Lille, à peine réconciliée, à la mort de Rassenghien en 158245. Cette règle limitative de l’office reste de nouveau à l’état de projet, mais la non formalisation des nominations permet de maintenir la marge de manœuvre royale. Philippe II et son administration centrale exercent en fait leur sélection à la fois selon des critères de confiance et de mérite élaborés depuis Madrid et Bruxelles, mais ils doivent s’accommoder des normes nouvellement imposées par les traités de réconciliation conclus avec l’Union d’Arras en 1579.

  • 46  Raymond Fagel, « La imagen de dos militares españoles decentes en el ejército del duque de Alba : (...)
  • 47  Dame de Billy au roi et Farnèse au roi, avril 1585, AGS, Estado, Flandes, 589, 62 et 107 ; avisos (...)
  • 48  Raymond Fagel, Protagonists of War. Spanish Army Commanders and the Revolt in the Low Countries, L (...)
  • 49  Sumario de consultas de Nicolas Damant en materia de cargos, 25 avril 1592, AGS, Estado, Flandes, (...)

22La question de la naturalité, portée dans le débat public dès la Pacification de Gand de 1576 et inscrite dans les clauses de la Paix d’Arras de 1579, oblige au départ des troupes étrangères et réserve les emplois aux naturels des Pays-Bas. Or, les commandants non naturels assurent de fait de longues carrières pendant le règne de Philippe II. Gaspar de Roblès, un noble d’origine portugaise, est d’abord nommé gouverneur de la forteresse frontalière de Philippeville en 1559. Possessionné en Artois par mariage comme seigneur de Billy, il participe avec sa garnison au rétablissement de l’ordre autour de Valenciennes et Lille en 1566, sur demande de Marguerite de Parme qui le missionne ensuite en Espagne pour relater au roi l’écrasement des rebelles. À partir de ce moment, il assiste Albe qui l’envoie avec un régiment wallon seconder le seigneur de Hierges, gouverneur de Frise et Groningue, à qui il succède dans cette fonction entre 1573 et 1576. Il meurt en service au siège d’Anvers en 158546. Sa veuve assure auprès de Farnèse et du roi l’avenir de leur progéniture, et leur fils Juan tient le gouvernement de Flandre wallonne de 1593 à 1621 47. Les Espagnols Mondragón, Verdugo ou Mexia, présentent des profils semblables. En dépit de leur arrivée avec les tercios, ce sont la plupart du temps des régiments wallons qu’ils dirigent, tout en s’insérant dans les clientèles aristocratiques du pays (Verdugo, protégé de Mansfeld, gouverneur du Luxembourg, en épouse la fille illégitime en 1578) et en cultivant de bonnes relations avec les autorités locales des places et gouvernorats dont ils exercent la charge48. Leur éloignement imposé en 1576 et 1579 est donc relatif et provisoire. Sous Farnèse, une marge de manœuvre s’instaure par rapport à la Paix d’Arras de 1579, assouplie dès 1581 avec le retour des garnisons royales. La nomination par provision d’un Franc-Comtois, Varambon, comme gouverneur de Frise en 1590 puis d’Artois en 1591, souligne donc la continuité des pratiques visant à favoriser le mérite et l’expérience des militaires étrangers au détriment de la naturalité et des accords de réconciliation, comme le résume le président du conseil des Pays-Bas à Madrid : il sera « sûr comme Bourguignon, bien que les naturels puissent murmurer, mais il est plus important d’y pourvoir bien »49.

  • 50  Discours anonyme, 1591, AGS, Estado, Flandes, 601, 14.
  • 51  Alicia Esteban Estríngana, « Cabos de guerra : satisfacción de la oficialidad y eficacia bélica en (...)
  • 52  Archiduc Albert à Philippe III, 25 février 1601, AGS, Estado, Flandes, 618, 120.
  • 53  Avisos de Esteban de Ibarra, op. cit. et États d’Artois à Farnèse, 6 octobre 1592, AGR, PEA 686, f(...)

23Cette gestion des cursus de la noblesse de service sur un terrain de guerre primordial pour le souverain espagnol face à ses sujets rebelles et aux intérêts français et anglais jusqu’à la politique de pax hispanica de 1598-1609, attise aussi les rivalités entre Espagnols et autres nations étrangères. Un rapport critique de 1591 sur l’action de Farnèse relate les reproches de Mondragón au gouverneur général « d’avoir amené des Italiens dans ces États et d’être gouvernés par eux »50. La plainte semble commune parmi les officiers et gentilshommes de l’armée de Flandres issus de la petite et de la moyenne noblesse de Castille et d’Aragon, en quête de charges, de crédits militaires et de récompenses. Ils déplorent que cette voie de promotion soit amenée à se réduire du fait de la concurrence de leurs homologues italiens et locaux, un phénomène qui va croissant à la mort de Farnèse en 1592 et avec la cession des Pays-Bas en 1598 51. Les arbitrages gouvernementaux sont complexes sur ce sujet. Le sicilien Gaston Spinola, gouverneur de Béthune en Artois de 1594 à 1597, puis du Limbourg et Outre-Meuse de 1597 à 1612, est proposé sans succès pour succéder en 1601 à Sancho de Leyra à la tête de la citadelle de Cambrai : le poste stratégique est toujours confié à un Espagnol52. Le secrétaire du Conseil de guerre aux Pays-Bas, Estebán de Ibarra, dans ses avisos de 1596 dresse de lui un portrait positif de « sujet consciencieux », mais rapporte l’obstacle de son extranéité mis en avant par les États d’Artois, en dépit de son mariage en 1586 avec la dame de Bruay, nièce de Récourt, le gouverneur de Flandre wallonne. Ibarra préconise en même temps d’espagnoliser le commandement des places fortes stratégiques de Maastricht, Thionville et Gravelines pour y mettre « un homme de plus grande confiance, et pouvoir y faire entrer un Espagnol » sur le modèle des citadelles d’Anvers, Gand et Cambrai53. Les arbitrages de service réalisés par la monarchie hispanique oscillent donc entre une répartition internationalisée des responsabilités militaires, le ménagement des intérêts stratégiques castillans et la réinterprétation des pactes politiques contractés avec les élites locales réconciliées en 1579.

  • 54  Petra van Houtte, « “Poner una pica en Flandes”. Filips-Willem van Nassau, prins van Oranje (1554- (...)
  • 55  René Vermeir, « “Je t’aime, moi non plus”. La nobleza flamenca y España en los Siglos xvi-xvii », (...)

24La mémoire des troubles et son corollaire de la confiance marquent encore la fin du règne de Philippe II, quand le retour à l’obéissance des provinces rebelles marque le pas et que se prépare l’alternative de la cession des Pays-Bas. La réconciliation farnésienne a certes permis d’éteindre le phénomène des Malcontents, signe que les différentes parties du système tirent globalement satisfaction des nouveaux équilibres. Mais Madrid garde une mémoire sensible des engagements passés au moment de rendre ses arbitrages et d’exercer son patronage. Philippe-Guillaume d’Orange, fils aîné du Taciturne, retenu prisonnier en Espagne depuis 1568 et héritier du titre princier à la mort de son père, a vu ses biens maintenus sous la main des confiscations du roi dans les provinces réconciliées et en Franche-Comté. Son retour à la Cour de Bruxelles est tardif : Philippe II ne lui accorde la permission de retourner aux Pays-Bas qu’en 1596, avec l’archiduc Albert, lors d’une nouvelle tentative de réconciliation avec les Provinces-Unies et comme moyen de semer la zizanie avec son demi-frère Maurice de Nassau54. L’examen des requêtes individuelles comme les enquêtes collectives sur la noblesse de service des Pays-Bas témoignent d’une mise en mémoire des fidélités et déloyautés passées durant les troubles. Les avisos d’Estebán de Ibarra en 1596 répertorient, sur un ton souvent acerbe, les mérites de 27 aristocrates et 29 gouverneurs de places frontalières. Les portraits distinguent les fidèles (Solre, « créature du roi », et Arenberg, Beaurieu, Bucquoy, Isenghien, Varambon), ceux aptes au service en dépit de parents rebelles (Berghes, Boussu, Egmont, Ligne, Orange), mais aussi ceux susceptibles d’animer une opposition (Chimay et son oncle Havré, « ami de l’outrage du peuple contre son maître »), en rappelant les appartenances passées aux Malcontents et les prises d’armes contre le roi. Derrière ce répertoire de la « confiance », de la « bonne opinion » et de la « fidélité », la vision de la haute administration espagnole oscille entre les velléités d’hispanisation des élites de service et une méfiance politique profondément enracinée envers des lignages aristocratiques portant la « tache » de leurs dissidences passées55.

  • 56  Dries Raeymaekers, One Foot in the Palace. The Habsburg Court of Brussels and the Politics of Acce (...)
  • 57  José Eloy Hortal Muñoz, La Casa de Borgoña. La casa del rey de España, Louvain, Leuven University (...)

25Certes, la cession de 1598 aux archiducs souverains Albert et Isabelle renforce la réconciliation par l’intégration au modèle hispano-bourguignon de la Cour de Bruxelles, et la promotion d’Orange, Aarschot, Havré, Ligne, Egmont et Solre à la Toison d’Or en 1599 sonne comme l’oubli des troubles dont leurs parents ou eux-mêmes ont été acteurs56. Mais le service direct de cette aristocratie hors des Pays-Bas, auprès de la Cour d’Espagne, reste structurellement limité par la prédominance de l’élément castillan au sein du système composite d’une monarchie dont le patronage, tout au long du règne de Philippe II, limite l’incorporation des élites non castillanes et en particulier celle des nobles des Pays-Bas, finalement les moins représentés57.

Conclusion

26Le long conflit entre Philippe II d’Espagne et une partie de sa noblesse des Pays-Bas, parmi laquelle un nombre significatif de lignages aristocratiques, montre une crise d’articulation d’une monarchie composite et polycentrique. Les élites locales nobles manifestent un mécontentement durable lié à une divergence de vue sur la conception du « bon gouvernement » à propos des questions confessionnelles et de la défense des libertés. La construction de l’hégémonie hispanique contre la France a profité tout au long du siècle au renforcement d’une noblesse de service engagée dans la guerre et la défense de la frontière. Ces opportunités sont tout d’abord réorientées après 1566 vers la répression de la révolte protestante, puis rendues confuses par la guerre civile des années 1570 qui bouleverse les réalités territoriales et institutionnelles, délite les fidélités et accroît la compétition entre les élites nobles. L’étiage de l’hispanophilie comme outil de leur intégration au parti du roi entre 1572 et 1579 interroge. La répression du mécontentement aristocratique et de la révolte protestante par le duc d’Albe entre 1568 et 1572 est, certes, dans un premier temps, une manifestation de la majesté du roi et de la toute-puissance de son arbitrage, qui se traduisent par des condamnations spectaculaires parmi les Grands mais aussi par une association étroite des noblesses loyalistes au retour à l’ordre dont elles tirent un profit matériel, honorifique et politique. Cependant, cette voie de rigueur s’avère à moyen terme un échec. Le délitement de l’autorité royale qui s’ensuit ouvre des voies multiples d’action pour une aristocratie rôdée aux jeux transnationaux ou locaux et aux discours « patriotiques ». Si l’attractivité du parti du roi redevient évidente, sur fond de réaction catholique, pour les bourgeoisies urbaines de l’Union d’Arras de 1579, rejointes par celles de Flandre et de Brabant contraintes par la reconquête farnésienne, le ralliement est plus complexe pour des nobles qui veulent maintenir leur autonomie politique. À rebours des méthodes du duc d’Albe, Alexandre Farnèse procède avec prudence pour rallier les Malcontents dans un processus négocié de réconciliation, en leur accordant titres, restitution de biens et réincorporation dans le service du roi. La radicalisation dans la révolte reste finalement rare et l’Acte d’Abjuration de 1581 du prince d’Orange, qui a lié son identité au calvinisme, un résultat extrême mais isolé. La reconstruction des fidélités nobiliaires après 1579 atteste de la transformation de l’arbitrage de Madrid à l’égard des noblesses locales, avec la volonté de minorer l’aristocratie et de promouvoir des élites de substitution en intégrant davantage la noblesse seconde et en confortant l’élément ibérique dans l’appareil militaire et administratif, non sans frictions.

Haut de page

Notes

1  Hans Cools, Mannen met macht. Edellieden en de Moderne Staat in de Bourgondisch-Habsburgse landen (1475-1530), Zutphen, Walburg pers, 2001 ; Paul Janssens, « De la noblesse médiévale à la noblesse moderne. La création dans les anciens Pays-Bas d’une noblesse dynastique (xve-début xviie siècles) », The Low Countries Historical Review, no 123, 2008, p. 490-514.

2  Frédérick Buylaert, « La noblesse et l’unification des Pays-Bas. Naissance d’une noblesse bourguignonne à la fin du Moyen Âge ? », Revue Historique, no 653, 2010, p. 3-25.

3  Violet Soen et Yves Junot, Noblesses transrégionales. Les Croÿ et les frontières pendant les guerres de Religion (France, Lorraine et Pays-Bas, xvie et xviie siècle), Turnhout, Brepols, 2021.

4  Henk van Nierop, « The Nobles and the Revolt », dans Graham Darby (dir.), Origins and Development of the Dutch Revolt, Londres/New York, Routledge, 2001, p. 48-66.

5  Violet Soen, Vredehandel. Adellijke en Habsburgse verzoeningspogingen tijdens de Nederlandse Opstand, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2012.

6  Yves Junot et José Javier Ruiz Ibáñez, « Someterse al rey, restaurar la república. La hispanofilia como instrumento de reconstrucción política en los Países bajos (1580-1600) », dans José Javier Ruiz Ibáñez et Bernard Vincent (dir.), Las formas de la hispanofilia, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca, 2021, p. 77-98.

7  Paul Rosenfeld, The provincial governors from the minority of Charles V to the Revolt, Louvain/Paris, E. Nauwelaerts/B. Nauwelaerts, 1959.

8  Comme sur le versant français : David Potter, War and Government in the French Provinces. Picardy 1470-1560, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

9  Henk van Nierop, « The Nobles and the Revolt », art. cit., p. 50.

10  Helmut Georg Koenigsberger, « Patronage, Clientage and Elites in the Politics of Philip II, Cardinal Granvelle and William of Orange », dans Antoni Maçzak (dir.), Klientelsysteme im Europa der Frühen Neuzeit, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 1988, p. 127-148.

11  Liesbeth Geevers, Gevallen vazallen. De integratie van Oranje, Egmont en Horn in de Spaans- Habsburgse monarchie (1559-1567), Amsterdam, Amsterdam University Press, 2008, p. 88-114.

12  Gustaaf Janssens, « Un noble ambitieux entre guerre et paix pendant la Révolte des Pays-Bas. L’opposition loyale de Philippe III de Croÿ, duc d’Aarschot et comte de Beaumont (1565-1577) », dans Violet Soen et Yves Junot, Noblesses transrégionales…, op. cit., p. 155-172.

13  Liesbeth Geevers, « Family Matters : William of Orange and the Habsburgs after the Abdication of Charles V (1555-67) », Renaissance Quarterly, vol. 63, no 2, 2010, p. 459-490.

14  Henk van Nierop, « The Nobility and the Revolt of the Netherlands : Between Church and King, and Protestantism and Privileges », dans Philip Benedict, Guido Marnef, Henk van Nierop et Marc Venard (dir.), Reformation, Revolt and Civil War in France and the Netherlands 1555-1585, Amsterdam, Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences, 1999, p. 83-98.

15  Violet Soen, « Between Dissent and Peacemaking. The Dutch Nobility on the Eve of the Revolt (1564-1567) », Revue belge de Philologie et d’Histoire, vol. 86, no 3-4, 2008, p. 735-758.

16  Liesbeth Geevers, Gevallen vazallen…, op. cit., p. 182-185.

17  Aline Gossens, Le comte Lamoral d’Egmont (1522-1568) : les aléas du pouvoir de la haute noblesse à l’aube de la Révolte des Pays-Bas, Hainin, Hannonia, 2003, p. 126-135.

18  Alain Lottin, La révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut : politique, religion et société au xvie siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016, p. 43-56.

19  Hugues Daussy, Le parti Huguenot. Chronique d’une désillusion (1557-1572), Genève, Droz, 2014 ; Violet Soen, « Between Dissent and Peacemaking… », art. cit., p. 735-758.

20  Aline Goossens, Le comte Lamoral d’Egmont…, op. cit., p. 97.

21  Andrew Sawyer, « The Tyranny of Alva : the creation and development of a Dutch patriotic image », De Zeventiende Eeuw, no 19, 2003, p. 181-211.

22  Monica Stensland, Habsburg Communication in the Dutch Revolt, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2012, p. 30-32 ; Peter Arnade, Beggars, Iconoclasts & Civic Patriots. The Political Culture of the Dutch Revolt, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2008, p. 181-191.

23  Henk van Nierop, « The Nobles and the Revolt », art. cit., p. 54.

24  Yves Junot et Violet Soen, « User ou abuser des confiscations : les voies tortueuses de la punition, du pardon et de la récompense par les Habsbourg d’Espagne durant la Révolte (Pays-Bas espagnols, 1566-1609) », dans id. (dir.), Confisquer, restituer, redistribuer. Punition et réconciliation matérielles dans les territoires des Habsbourg et en France (xvi e et xvii e siècles), Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2020, p. 107-109.

25  Gustaaf Janssens, « L’emploi des biens confisqués par le Conseil des Troubles : un moyen pour le roi Philippe II de restaurer la fidélité de ses loyaux sujets (Pays-Bas espagnols, 1569-1573) », dans Yves Junot et Violet Soen (dir.), Confisquer, restituer, redistribuer…, op. cit., p. 169-174.

26  Hugues Daussy, « Louis de Nassau et le parti huguenot », dans Yves Krunemacker (dir.), Entre Calvinistes et Catholiques. Les relations religieuses entre la France et les Pays-Bas du Nord (xvie-xviiie siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 31-43 ; Jan van Tol, « William of Orange in France and the Transnationality of the Sixteenth-Century Wars of Religion », The Low Countries Historical Review, vol. 134, no 4, 2019, p. 33-58.

27  Henk van Nierop, Treason in the Northern Quarter : War, Terror, and the Rule of Law in the Dutch Revolt, Princeton, Princeton University Press, 2009, p. 51-71.

28  Henk van Nierop, « The Nobles and the Revolt », art. cit., p. 62 ; Édouard Poncelet, « Guillaume de la Marck, seigneur de Lummen, chef des Gueux de mer, 1542-1578 », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, no 100, 1936, p. 5-91.

29  Violet Soen, « Collaborators and Parvenus ? Berlaymont and Noircarmes, Loyal Noblemen in the Dutch Revolt », Dutch Crossing, vol. 35, no 1, 2011, p. 20-38.

30  Mémoire et remonstrances de Rassenghien à Son Excellence sur l’emprise de la charge que Son Exce luy veult donner du gouvernement d’Hollande Utrecht et des gens de guerre de Pardeçà, juillet 1574, Arch. Gén. du Royaume (AGR), Papiers de l’État et Audience (PEA) 1737/1.

31  Gustaaf Janssens, « Brabant in het verweer ». Loyale oppositie tegen Spanje’s bewind in de Nederlanden van Alba tot Farnese 1567-1578, Kortrijk-Heule, 1989, p. 254.

32  Peter Arnade, Beggars, Iconoclasts & Civic Patriots…, op. cit., p. 260-303.

33  Violet Soen, « Les Malcontents au sein des États-Généraux des Pays-Bas (1578-1581) : défense du pouvoir de la noblesse ou défense de l’orthodoxie ? », dans Ariane Boltanski et Franck Mercier (dir.), La noblesse et la défense de l’orthodoxie xiii e-xviii e siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 135-149.

34  Judith Pollmann, Catholic Identity and the Revolt of the Netherlands : 1520-1635, Oxford, Oxford University Press, 2011.

35  Yves Junot, « La réincorporation des Pays-Bas espagnols dans la monarchie hispanique (1578-1598) : quand le pouvoir royal s’accommode des pouvoirs locaux », dans Gibran Bautista y Lugo et Valentina Favarò (dir.), Violencia, mediación y resistencia. La configuración de los imperios ibéricos en el siglo xvi, Madrid, Casa de Velázquez, en préparation.

36  Résolution des États d’Artois, Hainaut et Flandre wallonne, 22 août 1579, Médiathèque Arras, ms. 211 fo 3r.

37  Violet Soen, « Les limites du “devoir de révolte” aux Pays-Bas. Les réconciliations de Philippe de Croÿ, duc d’Aarschot, et de son fils Charles, prince de Chimay (1576-1584) », dans Violet Soen et Yves Junot (dir.), Noblesses transrégionales…, op. cit., p. 183-198.

38  Yves Junot et Violet Soen, « User ou abuser des confiscations… », art. cit., p. 127-128.

39  Peter Arnade, Beggars, Iconoclasts and Civic Patriot…, op. cit., p. 272-303.

40  Arie Theodorus van Deursen, Maurits van Nassau, 1567-1625. De winnaar die faalde, Amsterdam, Bakker, 2000.

41  Farnèse au roi, 21 mai 1581, Arch. Gen. Simancas (AGS), Estado 584, 123 et mémorial de Philippe de Recourt, ibid., 128.

42  Violet Soen, « Collaborators and Parvenus ? Berlaymont and Noircarmes… », art. cit., p. 26.

43  Paul Rosenfeld, The provincial governors…, op. cit., p. 57 ; Granvelle au roi, 11 août 1563, dans Louis-Prosper Gachard, Correspondance de Philippe II sur les affaires des Pays-Bas, t. I, Bruxelles, Librairie ancienne et moderne, 1848, p. 264.

44  José Eloy Hortal Muñoz, « La concesión de mercedes en los Países Bajos durante el gobierno del duque de Alba. La importancia del control del gobierno de las ciudades y provincias », dans Jesús Bravo Lozano, Actas del congreso internacional Espacios de poder : Cortes, ciudades y villas, vol. I, Madrid, Universidad Autónoma, 2002, p. 187-215.

45  Farnèse au roi, 20 juin 1583, Correspondance de Philippe II…, op. cit., t. II, p. 390.

46  Raymond Fagel, « La imagen de dos militares españoles decentes en el ejército del duque de Alba : Cristóbal de Mondragón y Gaspar de Robles », dans Patrick Collard, Miguel Norbert Ubarri et Yolanda Rodríguez Pérez (dir.), Encuentros de ayer y reencuentros de hoy. Flandes, Países Bajos y el mundo Hispánico en los siglos xvi-xvii, Gand, Academia Press, 2009, p. 73-91.

47  Dame de Billy au roi et Farnèse au roi, avril 1585, AGS, Estado, Flandes, 589, 62 et 107 ; avisos de Esteban de Ibarra, 1596, id., 612.

48  Raymond Fagel, Protagonists of War. Spanish Army Commanders and the Revolt in the Low Countries, Louvain, Leuven University Press, 2021.

49  Sumario de consultas de Nicolas Damant en materia de cargos, 25 avril 1592, AGS, Estado, Flandes, 595, 109.

50  Discours anonyme, 1591, AGS, Estado, Flandes, 601, 14.

51  Alicia Esteban Estríngana, « Cabos de guerra : satisfacción de la oficialidad y eficacia bélica en el ejército de Flandes, entre los siglos xvi y xvii », dans Juan Francisco Pardo Molero et Manuel Lomas Cortés (dir.), Oficiales reales. Los ministros de la Monarquía Católica (siglos xvi-xvii), Valence, Universitat de Valencia, 2012, p. 265-293.

52  Archiduc Albert à Philippe III, 25 février 1601, AGS, Estado, Flandes, 618, 120.

53  Avisos de Esteban de Ibarra, op. cit. et États d’Artois à Farnèse, 6 octobre 1592, AGR, PEA 686, fo 8.

54  Petra van Houtte, « “Poner una pica en Flandes”. Filips-Willem van Nassau, prins van Oranje (1554-1618) en zijn familiale belangen en contacten in Noord en Zuid », dans Liesbeth De Frenne et Luc Duerloo (dir.), Verscheurd of verbonden ? Adel in Noord en Zuid (1568-1648), Maastricht, Shaker Publishing, 2011, p. 11-22.

55  René Vermeir, « “Je t’aime, moi non plus”. La nobleza flamenca y España en los Siglos xvi-xvii », dans Bartolomé Yun Casalilla (dir.), Las Redes Del Imperio : Élites Sociales En La Articulación de La Monarquía Hispánica, 1492-1714, Madrid, Marcial Pons, 2009, p. 313-337.

56  Dries Raeymaekers, One Foot in the Palace. The Habsburg Court of Brussels and the Politics of Access in the Reign of Albert and Isabella, 1598-1621, Louvain, Leuven University Press, 2013, p. 44-51.

57  José Eloy Hortal Muñoz, La Casa de Borgoña. La casa del rey de España, Louvain, Leuven University Press, 2014, p. 441-446 ; René Vermeir, « “Je t’aime, moi non plus”… », art. cit., p. 318-319.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Junot, « Entre service et renégociation de la loyauté : les noblesses des Pays-Bas et Philippe II (1559-1598) »Cahiers de la Méditerranée, 106 | 2023, 143-159.

Référence électronique

Yves Junot, « Entre service et renégociation de la loyauté : les noblesses des Pays-Bas et Philippe II (1559-1598) »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 106 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/16938 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.16938

Haut de page

Auteur

Yves Junot

Maître de conférences en histoire moderne à l’UPHF de Valenciennes, Yves Junot est cofondateur et coordinateur depuis 2014 du nœud « Bourgogne Flandres » de la Red Columnaria (Réseau de recherche thématique sur les frontières des monarchies ibériques) dont sont issus les ouvrages thématiques Confisquer, restituer, redistribuer (2020), Noblesses transrégionales (2021) et Revolt, Pacification and Reconciliation in the Spanish Habsburg Worlds (en préparation, 2023). Ses recherches, depuis l’analyse des dynamiques sociales urbaines dans Les bourgeois de Valenciennes. Anatomie d’une élite dans la ville, 1500-1630 (2009), sont centrées sur la société des Pays-Bas espagnols. Elles portent sur les migrations et les exils, les mobilités et les frontières, les politiques de pacification et la régulation des violences, les projections politiques et la renégociation de l’obéissance entre groupes d’intérêts, élites locales et souverain dans la monarchie hispanique.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search