Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106Dossier : Crises politiques et re...Élites et révoltesImaginaire de la déloyauté : élit...

Dossier : Crises politiques et reconfigurations des fidélités. Les élites de la monarchie hispanique des guerres d’Italie à la guerre de Succession espagnole
Élites et révoltes

Imaginaire de la déloyauté : élites et communautés frontalières dans la guerre entre le Portugal et la monarchie hispanique, 1640-1668

David Martín Marcos
p. 161-175

Résumés

L’idée de déloyauté s’est imposée dans les descriptions des communes frontalières au cours de la guerre entre le Portugal et la monarchie hispanique (1640-1668). On affirme que le concept a été utilisé de façon générique par les grandes élites des monarchies ibériques pour faire référence à tout type d’agissements des frontaliers durant le conflit armé. Ainsi, leurs pratiques de nature transnationale ont été observées comme un indice manifeste de manque de fidélité envers leurs souverains. Cependant, cet article prétend démontrer que ce type de comportements des élites locales et des communautés frontalières n’a pas été si différent de ceux adoptés par la haute noblesse ibérique au long du xviisiècle, sans pour autant qu’on ne remette en question la fidélité de ses membres. Face à ce constat, les accusations de déloyauté envers les élites et les communautés frontalières doivent être comprises, non pas depuis une perspective « nationale » mais comme une accentuation de l’altérité sur la base de critères comme la rusticité et la civilité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le présent travail s’inscrit dans le Proyecto de Generación de Conocimiento « Contrahegemonías : C (...)
  • 2  Anthony Disney, « From Viceroy of India to Viceroy of Brazil, The Count of Linhares at Court (1636 (...)

1Miguel de Noronha, quatrième comte de Linhares, fut surpris par le soulèvement portugais du 1er décembre 1640 en plein cœur de la Castille1. Il avait atterri dans la ville de Tordesillas après ne pas avoir obéi avec la promptitude attendue à une décision royale qui l’avait sommé, deux ans auparavant, d’embarquer depuis Lisbonne en direction du Pernambouc comme vice-roi du Brésil. Son incapacité à apaiser les troubles d’Évora (1637-1638) en optant pour une solution non violente face aux insoumis, lors de son voyage vers la ville du Tage depuis Madrid, et les intrigues de son ennemi politique au sein de la cour, Diogo Soares, avaient également pesé dans la décision de l’exil. Son attitude erratique avait terni son image de fidèle partisan des Habsbourg et Linhares lui-même avait pu vérifier de quelle façon, peu à peu, s’estompait l’immense prestige avec lequel il était arrivé en Castille à la fin de 1636 depuis Goa, où il avait été vice-roi des Indes pendant huit ans. Certains auteurs considèrent que, si en 1638, il était parti immédiatement pour le Brésil – comme on lui avait demandé, par ailleurs – il aurait fini par embrasser la cause Bragance lors de la décennie de 16402. Mais ce qui est sûr, c’est que lorsque Linhares prit connaissance de la révolte, durant son exil dans la vallée du Douro, il n’eut d’autre choix que de rester fidèle à Philippe IV.

  • 3  Félix Labrador Arroyo, « Miguel de Noronha », dans Real Academia de la Historia, Diccionario Biogr (...)

2Avec du recul, son choix ne fut pas une mauvaise décision puisqu’il a probablement contribué à une réhabilitation fructueuse. Au fil du temps, il ne fut pas seulement nommé général des galères de Sicile et d’Espagne, mais il reçut également plusieurs titres de noblesse et se vit offrir la condition de Grand d’Espagne. Les prébendes étaient une merveilleuse compensation pour les possessions portugaises qu’il avait dû abandonner aux mains des émeutiers. Dans ce pays, tout son patrimoine avait fait l’objet de confiscations et certaines de ses terres étaient allées grossir les biens des États qui formeraient – avec de nombreux autres biens confisqués à d’autres nobles pro-castillans – la Casa do Infantado, institution créée en 1654, qui devait échoir aux fils cadets des rois du Portugal, qui n’en étaient pas les successeurs immédiats. Une analyse rapide de ses possessions montre que, après le soulèvement en faveur des Bragance, Miguel de Noronha avait perdu le comté de Linhares qui donnait le nom à sa maison, les fiefs de Fornos, Algodres et Pena Verde, mais aussi son poste d’alcalde mayor de Viseu et les territoires de l’ordre d’Aviz de Noudar et Barrancos3.

  • 4  Relação do que sucedeu na vila de Moura e seu termo no ano de 1641. BNL, Reservados, Cód. 6687, re (...)
  • 5  Luís de Meneses, conde da Ericeira, Historia de Portugal restaurado offerecida ao serenissimo prín (...)

3Parmi tous ces territoires, le destin du dernier, situé à la frontière de l’Alentejo, fut particulièrement dramatique : il fut impitoyablement détruit en 1641 par les troupes lusitaniennes. Cette attaque est entrée dans l’histoire comme la première action armée de la guerre qui débutait alors entre le Portugal et la monarchie hispanique, même si c’était un mouvement qui, en théorie, mettait aux prises des Portugais à d’autres Portugais dans une extrémité de l’Alentejo. Selon un récit de l’époque, le motif pour lequel ce territoire avait été ravagé cet été-là était la désaffection notable de ses habitants pour les Bragance. Francisco de Sousa, seigneur de Beringel et alcalde mayor de Beja, noble qui prit la tête de l’opération, donna alors des instructions pour que seuls soient respectés l’église paroissiale et certains des palais que le comte de Linhares y possédait. Sousa ordonna également d’interdire aux barranquenhos de sortir du royaume, même si un grand nombre d’entre eux étaient d’origine castillane ou entretenaient des liens étroits avec certaines villes de l’autre côté de la frontière. Les habitants qui ne purent fuir à temps durent donc rester dans les champs « comme des gitans », pouvait-on lire dans le récit4. Leur proximité avec la Castille, leurs liens de sang et même l’emploi d’un dialecte portugais très influencé par les parlers méridionaux du castillan – au point de le confondre avec les variantes de l’espagnol d’Andalousie – étaient des preuves plus que suffisantes de leur déloyauté, voilà ce que d’autres témoignages de la même époque sur les particularités du village de Barrancos pointaient du doigt pour justifier sa destruction5.

  • 6  Tamar Herzog, Fronteras de posesión. España y Portugal en Europa y las Américas, México, Fondo de (...)

4Interpréter les évènements de Barrancos depuis une perspective qui impliquerait aussi bien leur auteur que les communautés populaires est complexe. Une historiographie centrée sur le local a vu dans l’attaque une conséquence des rivalités et désaccords des barranquenhos avec leurs voisins de Moura quant à l’accès et l’usufruit des ressources agricoles qu’ils se disputaient. Les habitants de Moura auraient profité de la conjoncture pour alimenter le discrédit du village et contrôler, après sa destruction, des pâturages et des terrains en friche qui, jusqu’à présent, avaient fait l’objet de controverses entre les deux villages voisins6. Ils auraient accusé les barranquenhos d’animosité envers la nouvelle dynastie, en raison de leur idiosyncrasie particulière, façonnée par des contacts plus étroits avec la Castille qu’avec le reste du Portugal, qui s’exprimaient dans leurs activités quotidiennes, et qui auraient fait d’eux des suspects de trahison aux yeux du royaume. Cependant, on conçoit facilement que les liens avec les Castillans pesèrent dans les sentiments des barranquenhos face aux nouveaux évènements, de même que le fait que ces terres appartiennent au comte de Linhares. Il ne s’agissait pas tant de le punir de façon directe, mais de profiter qu’étant de l’autre côté de la frontière, ce noble n’aurait rien pu faire pour freiner l’opération de destruction du hameau.

  • 7  Ana Isabel Buescu, « Aspectos do bilinguismo português-castelhano na Época Moderna », Hispania, no(...)

5Dans cette conjoncture, le fait que les palais du comte de Linhares soient partiellement exemptés de destruction n’est pas un détail, quand bien même Miguel de Noronha, décédé à Madrid en 1647, ne retourna jamais au Portugal. Cette circonstance invite à penser qu’il existait une façon de procéder et de punir différente lorsqu’il s’agissait de nobles ou de membres du peuple, qui contrastait, par exemple, avec la violente réaction populaire contre le palais de la puissante famille Moura à Castelo Rodrigo comme représailles pour sa fidélité aux Habsbourg. Cependant, dans le cas de Barrancos, il est encore plus significatif que la géographie, le lien de parenté et la langue aient opéré comme des preuves de déloyauté quand, en réalité, durant toute la période moderne, ces éléments – inhérents également aux pratiques sociales et culturelles des élites ibériques – furent loin d’être considérés comme des indices absolus d’un manque de fidélité des familles nobles du Portugal et de la monarchie hispanique envers leurs souverains. En guise de preuve, rappelons la trajectoire du roi Jean IV de Portugal, hissé sur le trône de Lisbonne grâce à la révolte. João IV comptait, parmi les territoires de sa famille, de grands domaines à proximité de la frontière avec la Castille. Il était marié avec une Andalouse, Louise-Françoise de Guzman, fille du huitième duc de Medina Sidonia et parlait couramment le castillan, qu’il avait utilisé dans certaines de ses compositions musicales7. C’était là un profil répandu au sein de la noblesse portugaise (avec son parallèle en Castille), celui d’une élite nobiliaire qui tissait des liens de l’autre côté de la frontière et comprenait tantôt des partisans du duc de Bragance, tantôt des partisans des Habsbourg et, parmi ces derniers, tout un groupe de pression qui avec le temps deviendrait important à Madrid et réclamerait des compensations pour sa fidélité, à l’instar du propre Miguel de Noronha.

6S’il est clair aujourd’hui que les variantes dans le choix des fidélités des grands représentants des noblesses ibériques obéirent à des questions dépassant un cadre national – comme d’ailleurs ils en étaient conscients –, il est toujours aussi surprenant que les attitudes des communautés de frontière – y compris, parmi elles, certaines élites locales – qui maintenaient au quotidien ce genre de relations, aient nourri une inquiétude permanente à partir de topiques et de traits grossis, soulignant à peine leurs particularités. Cet article prétend étudier les raisons pour lesquelles les pratiques d’interaction transnationale, lorsqu’elles étaient exécutées par les agents locaux de la frontière, ont fait l’objet d’une qualification négative de la part des groupes issus des classes privilégiées et au sein de territoires géographiquement éloignés de cette réalité. Nous affirmons que ces mêmes sujets ne trouvèrent rien à redire lorsque les grandes élites ibériques se comportèrent de la même façon. Les pages qui suivent prétendent explorer les raisons de cette disparité et dessiner la vision de la haute noblesse sur ces communautés et leurs groupes dirigeants tout au long de la guerre hispano-portugaise. Nous réfléchirons sur l’idée de loyauté et sur sa transposition vers les groupes populaires de la frontière, en démontrant une certaine tendance à l’incompréhension de la part des privilégiés et des membres de l’appareil bureaucratique face aux comportements et aux attitudes des frontaliers. Face à cela, on cherchera à faire la lumière sur les pratiques subversives et contraires aux grands objectifs militaires des monarchies qui, cependant, contribuèrent parfois à une « frontiérisation » tracée de bas en haut dans des confins en guerre. Ainsi, nous essaierons de souligner les contradictions de l’assimilation récurrente des frontaliers à des collectifs de traîtres et les supposées complexités inhérentes aux décisions des élites nobiliaires les plus distinguées dans leur soutien aux Habsbourg ou aux Bragance.

Étrangers à la frontière

  • 8  Memória que Sua Magestade mandou fazer… relativa à Provincia de Traz os Montes, Biblioteca da Ajud (...)

7Dans un mémoire écrit en 1645, rendant compte de l’état de la province portugaise de Tras-os-Montes, il était conseillé de ne pas inclure les paysans des zones frontalières dans les garnisons qui protégeaient les places fortes. La raison invoquée reposait sur le fait qu’ils étaient « totalement perdus et découragés puisqu’ils ne comprenn[ai]ent pas cette raison d’État »8. Les modes de vie des frontaliers, au vu de l’argumentation, n’étaient pas seulement grossiers et étranges pour les étrangers qui leur rendaient visite, mais ils démontraient également une méconnaissance absolue, de la part des paysans, des motivations politiques qui animaient la guerre, ce qui provoquait une grande confusion. L’éloignement entre les élites des monarchies ibériques et les communautés rurales atteindrait donc des proportions qui, comme ailleurs en Europe, ne pouvaient être tues. Cela démontrait également que la catégorisation des frontaliers était construite sur des topiques fortement basés sur le discours lettré. La rusticité, la stupidité et un retard social et économique, conséquences de leur supposée inculture et d’un environnement inhospitalier et isolé, constituaient la toile de fond d’une description qui les infantilisait. De sorte qu’en contexte guerrier, ces paramètres nourrissaient une interprétation nécessairement méfiante de leurs us et coutumes.

  • 9  Antonio Domínguez Ortiz, « La movilización de la nobleza castellana en 1640 », Anuario de historia (...)

8Dans la même veine, on peut dire que la méfiance envers les habitants de La Raya, nom espagnol sous lequel on connaît encore aujourd’hui la frontière hispano-portugaise (Raia, en portugais et en galicien), fut partagée par les élites de l’appareil bureaucratico-administratif des monarchies ibériques détachées dans la région durant l’époque de la Modernité. Les relations quotidiennes des frontaliers avec leurs voisins de l’autre côté de la frontière, que ce soit pour des motifs liés à leurs liens familiaux, au commerce légal ou à la contrebande et même aux disputes pour des espaces et des ressources dont les limites n’étaient pas clairement définies, suscitaient l’étonnement des visiteurs. Les rustres étaient mal vus et contrastaient avec le rôle prépondérant qui avait été concédé à la noblesse à la frontière au début de la guerre. Dans la partie espagnole de La Raya, divisée depuis fin 1640 en districts à la tête desquels s’étaient distingués des nobles avec des titres et des propriétés sur le territoire, cette indifférence avait été un motif commode pour justifier la faible capacité d’action des nouveaux commandements, qui se déchargeaient ainsi de leurs responsabilités sur les communautés frontalières9.

  • 10  Marqués de Villanueva del Fresno. Villanueva del Fresno, 9 juillet 1641, Archivo General de Simanc (...)
  • 11  Duque de Alba a Lázaro de los Ríos, La Abadía, 2 septembre 1643, AGS, GyM, leg. 1497.

9Il était compliqué, comme le comprenait en juillet de cette année le marquis de Villanueva del Fresno, depuis la localité d’Estrémadure qui donnait le nom à son titre nobiliaire, que ses voisins puissent se poser la question d’entrer en guerre contre les Portugais, si un grand nombre d’entre eux étaient déjà Portugais et si bien d’autres avaient des liens de parenté avec Mourão et d’autres localités portugaises proches. Comment espérer qu’ils osent « offenser leur propre sang », se demandait le marquis qui présumait également que, en ne menant pas une offensive à bon port, toute opération affecterait de façon négative sa propre « réputation »10. Un sentiment qui, plus au nord, était également partagé à cette époque par le duc d’Albe. Ce dernier, en 1643, reconnaissant d’avoir été exonéré du poste pour lequel il avait été requis à Ciudad Rodrigo, affirmait que sa réputation– la même à laquelle le marquis de Villanueva del Fresno faisait allusion – s’était vue « dans une situation plus qu’hasardeuse », les deux ans où il avait dû s’occuper de sa partie de la frontière sans presque aucune assistance11.

  • 12  Rafael Valladares, La rebelión de Portugal, 1640-1680. Guerra, conflictos y poderes en la Monarquí (...)
  • 13  Luis Salas Almela, « El duque de Medina Sidonia en la crisis de 1640 : contexto e hipótesis para u (...)

10Ces déclarations montrent que les intérêts des frontaliers ne coïncidaient pas a priori avec ceux de la monarchie hispanique dans sa volonté de récupérer le Portugal. Cependant, il apparaît clairement que ces déclarations étaient des excuses pour éviter d’agir avec la célérité et l’urgence demandées par la cour de Madrid. En jetant un rapide coup d’œil à la liste des nobles espagnols en charge des districts frontaliers lors des premières années de la guerre, on constate en effet que Albe et Villanueva del Fresno n’ont pas fait exception. Dans la région de La Raya andalouse par exemple, peu de choses indiquait que parmi les prétentions du duc de Medina Sidonia et du marquis de Ayamonte, qui finiraient par être accusés de conspiration en 1641, figurait l’organisation d’une attaque contre le Portugal. La correspondance de Medina Sidonia avec Philippe IV et Olivares soulignait l’impatience du gouvernement de la Monarchie face à l’incapacité manifeste du duc – s’il ne comptait pas sur des ressources de la Couronne – pour arrêter la rébellion menée par son beau-frère, le roi portugais12. Bien au-delà des liens de parenté avec les Bragance, une telle inaction traduisait probablement une diminution notable des attentes des nobles espagnols face à la faible possibilité d’obtenir des revenus et des honneurs et à la perspective de se voir, au contraire, très affectés par l’effritement de leur réputation et les frais qu’ils présumaient très élevés13.

  • 14  Conde de Óbidos a João IV, Faro, 25 janvier 1641, Arquivo Nacional da Torre do Tombo (désormais AN (...)
  • 15  Meneses, História do Portugal Restaurado…, op. cit.
  • 16  Fernando Dores Costa, « A nobreza é uma elite militar ? O caso Castanhede-Marialva 1648-1665 », da (...)

11Si au Portugal l’attitude des nobles chargés des quartiers généraux militaires n’a pas été aussi apathique, leur opinion des communautés frontalières n’en a pas été pour autant différente de celle des grands d’Espagne. Selon le comte d’Óbidos, gouverneur des armes de l’Algarve, dans la région dont il était à la tête depuis le mois de janvier 1641, il y avait pléthore d’individus apparentés à la Castille (dont certains « nobles mélangés avec eux »), c’est pour cela que, pour prévenir de graves inconvénients, il valait mieux qu’on lui fournisse, à lui et ses subordonnés, des troupes provenant d’autres régions. Autour de lui, assurait-il, les gens du cru se montraient peu courageux, novices et dépourvus d’armes14. Rien à voir avec l’intégrité et le dévouement dont faisaient preuve les membres de sa caste, voilà ce que l’on pourrait déduire de son témoignage et du message qu’essayait déjà de transmettre la propagande au service des nobles. Des feuillets, des relations et des nouvelles commençaient progressivement à donner forme à un récit hagiographique sur leur mission rédemptrice qui atteint probablement son zénith à la fin du conflit avec la publication, en 1679, du premier volume de História do Portugal Restaurado du comte da Ericeira15. C’est lui qui fixa dans la mémoire du royaume de quelle façon ses pairs avaient contribué à ce que le duc de Bragance prenne le pouvoir et comment il avait résisté aux assauts de la monarchie hispanique. Car, même si Ericeira reconnaissait que de nombreux commandants portugais avaient peu, voire aucune expérience dans le domaine militaire, Lisbonne s’était tout de même appuyée sur eux et sur leur autorité « naturelle » pour organiser, tant bien que mal, son système défensif16.

  • 17  Consulta do Conselho de Estado, Lisboa, 17 juillet 1642. ANTT, CG, Consultas, mç. 2-E, no 304.
  • 18  Vizconde de Vila Nova da Cerveira al Conselho de Guerra. Giela, 9 octobre 1659, ANTT, CG, Consulta (...)
  • 19  Consulta del Conselho de Guerra, Lisboa, 7 de junio de 1642, ANTT, CG, Consultas, mç 2-C, no 169.

12Le problème était donc toujours le même selon les commandants militaires : les membres des communautés frontalières ne participaient pas à une stratégie restauratrice prétendument commune à tout le corps politique du royaume du Portugal, que ce soit par méconnaissance, désintérêt ou déloyauté. « À cause de l’inconstance que démontre généralement les habitants de la zone frontalière », disait l’officier fronteiro Francisco de Sampaio à Freixo-de-Espada-à-Cinta, il valait mieux compter, pour se défendre, sur des personnes qui n’habitaient pas cette commune. Ses habitants, poursuivait Sampaio dans une lettre lue en 1642 au Conselho de Guerra, avaient des parents castillans et tout pouvait arriver si ces derniers prenaient les armes contre la localité sans qu’il n’y ait de réaction17. Les habitants de Valadares e Monção, à la frontière avec la Galice, paraissaient tous être « en bons termes avec l’ennemi », selon une appréciation du vicomte de Vila Nova da Cerveira en 165918. Alors qu’à Tras-os-Montes certains des habitants n’avaient pas eu de scrupules à signaler, face aux abus de certains des officiers détachés dans la région, que « les Castillans les traitaient de façon moins tyrannique », anéantissant ainsi l’idée d’unité que l’on prétendait transmettre à travers l’appel à la « portugalité »19.

  • 20  Luis Marinho de Azevedo, Relaçam de duas vitorias, que os moradores da aldeya de S. Aleixo ; & das (...)
  • 21  Luis Marinho de Azevedo, Commentarios dos valerosos feitos, que os portuguezes obraram em defensa (...)

13Des frontaliers portugais, on aurait plutôt souhaité qu’ils soient de fervents défenseurs de la cause corognaise et, de fait, c’est cette lecture faite de plusieurs affrontements situés dans l’Alentejo entre certaines communautés rurales et les envahisseurs espagnols. Ainsi, l’épisode durant lequel le petit village de Santo Aleixo réussit à repousser, par deux fois, les troupes de la Monarchie Hipanique en octobre 1641, fut repris par Luis Marinho de Azevedo, capitaine et secrétaire du gouverneur des armées de l’Alentejo, comte de São Lourenço, dans une relation imprimée à Lisbonne, comme une démonstration d’attachement naturel à la patrie qui devrait être imitée par tous les groupes populaires20. Mais en vérité, face aux aspirations de la propagande, ces cas n’étaient pas très communs et il était plus habituel de critiquer les frontaliers. Ce n’est pas sans raison que Marinho de Azevedo initia un éloge de Santo Aleixo, qui fut récupérée dans un climat d’exaltation nationale au xixe siècle. Cependant, il n’en demeure pas moins que c’est également lui qui contribua à décrire de façon méprisante les traits des frontaliers, en affirmant dans ses Commentarios dos valerosos feitos, que os portuguezes obraram em defensa de seu Rey, & patria na guerra de Alentejo (1644), que les habitants de Barrancos, paradigme de l’interaction avec les Castillans, « étaient Portugais sans l’être »21. De plus, Santo Aleixo finit par proposer, selon les informations recueillies du côté espagnol à la fin de l’année 1641, des « zones de paix » à leurs voisins castillans pour garantir leur conservation et afin que les prés de leur territoire puissent être accessibles sans danger, comme cela avait été la norme en temps de paix. Mais ces prétentions, identiques dans de nombreuses autres communautés de La Raya et intrinsèquement liées à l’existence et à la défense des habitants, ainsi que les actions précédemment accomplies lors des affrontements contre les Espagnols, ne seraient pas reprises dans les chroniques pour chanter leurs vertus.

Une élite guerrière à la marge

  • 22  Relaçam da entrada que o mestre de campo Dom Francisco de Souza fez na villa de Valença de Bomboy (...)
  • 23  Ynformazión para pedimento de Don Francisco Pérez Infante, Encinasola, 2 novembre 1641, AGS, GyM, (...)

14La proposition de Santo Aleixo d’établir une trêve locale s’adressait aux habitants du village espagnol d’Encinasola. Terre de la Couronne située sur un promontoire des contreforts occidentaux de Sierra Morena, le village se trouvait également à proximité de Barrancos et ses habitants avaient reçu des nouvelles de première main des attaques contre les barranquenhos lors de l’été 1641, ainsi que de la destruction, quelques semaines plus tard, de la localité de Valencia de Mombuey22. D’après la proposition, l’accord comptait déjà avec l’approbation du capitaine général de Moura. Cependant, il n’avait pas été bien reçu par Francisco Pérez Infante, titulaire d’un habit de l’ordre d’Alcántara et à cette époque capitaine des enrôlés d’Encinasola. Grâce aux attaques que lui et ses hommes avaient menées tout au long de la frontière, les Portugais s’étaient abstenus de leurs excès et c’est également pour cette raison qu’il n’avait pas voulu signer d’accords « sans l’ordre de Sa Majesté », comme il l’écrivit dans une requête à Philippe IV où il demandait de rester à la tête de la défense d’Encinasola en novembre de cette même année23.

  • 24  Acuerdo del cabildo, Encinasola, 28 juin 1641, AME (Archivo Municipal de Encinasola), Actas Capitu (...)
  • 25  Ynformazión para pedimento…, op. cit., AGS, GyM, leg. 1400.

15Francisco Pérez Infante avait été nommé capitaine des habitants d’Encinasola par cette municipalité dont il était natif, juste après la destruction de Barrancos24, sans interférence avec le fait qu’on lui ait imputé, à lui, à son père, Juan Domínguez Infante, et à son frère, Benito Infante, la mort d’un certain Juan Domínguez Carvajo. L’homicide avait poussé les trois hommes à fuir au Portugal en 1638. Mais comme il s’agissait d’un homme expérimenté, dont dépendait dorénavant le futur de la ville, il semblait opportun dans la localité qu’il puisse continuer à assurer les affaires militaires de cette frontière. C’est du moins ce qui ressortait des déclarations de plusieurs témoins de la ville accompagnant la demande et dans lesquelles on soulignait ses vertus militaires et sa capacité à garantir la protection maximum de l’enclave. Ainsi, un témoin avait rapporté comment Francisco Pérez Infante et son frère Benito avaient réussi à capturer le capitaine João Ronquilho et son lieutenant, deux habitants de Barrancos fidèles aux Portugais qui avaient servi à la frontière depuis leur base du château de Noudar et qui avaient fait, signalait-il, « de nombreux dommages » dans la région. Un autre individu avait assuré que le savoir-faire du capitaine des habitants d’Encinasola s’était manifesté lors de sa tentative pour prendre le château de Noudar. S’il n’avait pas réussi, justifiait l’informateur, c’était à cause des obstacles imputables à la justice ordinaire de la ville. Mais ses qualités militaires, ajoutait ce même témoin, étaient pleinement vérifiables depuis l’époque où il avait servi en Inde sous les ordres du comte de Linhares, du temps où ce dernier était vice-roi de Goa25.

  • 26  Félix Sancha Soria, La Guerra de Restauración portuguesa en la sierra de Aroche (1640-1645), Huelv (...)

16Sa relation avec Linhares en Inde se révèle extrêmement intéressante, car Barrancos, le village sur lequel le comte avait exercé son autorité, avait maintenu historiquement des liens très étroits avec Encinasola, traduits par les fréquents mariages mixtes et le profit commun de différentes ressources agricoles. On peut donc présumer que les réseaux de clientélisme du comte de Linhares avaient permis le séjour de Francisco Pérez Infante en Inde. On peut également penser que le prestige du capitaine d’Encinasola était tel lors de son retour dans la région, que l’accusation de crimes de sang dont il était l’objet n’avait pas posé problème pour ses voisins, connus dans cette zone comme « marochos ». Même si l’on ne sait pas grand-chose sur l’altercation qui l’avait mené à se réfugier au Portugal lors de la décennie de 1630, le fait de s’abriter de l’autre côté pour fuir la justice était une pratique courante de La Raya. Mais le plus remarquable est que Francisco Pérez Infante ait été demandé par la municipalité au début de la guerre et que ses membres aient bon espoir que les besoins de défense en contexte guerrier puissent faire passer la procédure judiciaire au second plan26.

  • 27  Ibid., p. 111.
  • 28  Benito Infante a Felipe IV, Encinasola, 8 novembre 1641, AGS, GyM, leg. 1400.
  • 29  Benito Infante a Felipe IV, Encinasola, 17 mai 1642, AGS, GyM, leg. 1461.

17Les constantes demandes de la municipalité pour que le capitaine ne soit pas obligé d’abandonner Encinasola démontrent que les choses ne se déroulèrent pas ainsi. Si lui et ses proches étaient maintenus à distance d’Encinasola conformément aux préconisations des autorités judiciaires, « il n’y avait aucun doute que le village disparaîtrait, que ses habitants quitteraient leurs maisons et qu’il serait dépeuplé, et cela était également valables pour les villages alentours qui seraient face à un risque notable », affirmait un mémoire adressé par la municipalité à Philippe IV en septembre 1642 27. À cette époque, la situation dans le village et dans tout son canton s’était notablement détériorée. Depuis un an, les entrées des Portugais contre « les labours et le bétail » s’étaient multipliées, provoquant le fort appauvrissement de ses habitants qui, pour beaucoup, avaient dû quitter leurs maisons afin de subvenir à leurs besoins grâce à des salaires journaliers dans d’autres régions28. Mais, en mai 1642, une attaque directe du village eut des conséquences réellement dramatiques en se soldant par de nombreux dégâts, des saccages et pillages et notamment la crémation d’une trentaine de maisons, même si les Infante avaient réussi à repousser les envahisseurs. « J’ai dépensé ma fortune avec ma compagnie en m’exposant aux plus grands dangers », écrivit Benito Infante dans une lettre au roi, afin d’indiquer que le problème restait le même : la possibilité d’une nouvelle attaque si Encinasola ne renforçait pas sa défense et que les appels au secours étaient ignorés29.

18Malgré le sang qu’ils avaient sur les mains, les frères Infante apparaissaient comme des pièces clé dans le contrôle de La Raya, même après avoir enflammé la frontière au moment de leur fuite. On mesure ainsi comment un dispositif de démarcation pouvait être utilisé de façons complètements opposées et comment les procédés de « frontiérisation », à des moments déterminés, n’avaient pas lieu de dépendre des desseins des monarchies ibériques ou des capacités d’exécution d’agents étroitement liés à l’écosystème frontalier. Les Infante disposaient d’un vaste réseau de soutiens autour d’Encinasola et parvinrent à démontrer, grâce à leurs actions, que leur présence stratégique dans la ville, en plus d’être utile pour leurs trajectoires personnelles et leur survie, était nécessaire pour les prétentions espagnoles qui visaient à protéger les territoires du royaume de Séville des assauts portugais.

  • 30  João Salgado de Araújo, Sucessos militares das armas portuguesas em suas fronteiras depois da real (...)
  • 31  Francisco Pérez Infante a la reina, Encinasola, 12 avril 1644, AGS, GyM, leg. 1559.

19Cependant, dans certains secteurs de l’appareil de la monarchie hispanique, l’idée prit progressivement forme que les Infante, à l’instar de nombreux autres soldats espagnols et portugais, faisaient de la guerre et des pillages un moyen de s’enrichir. « L’exercice militaire est si noble qu’il permet d’appeler seigneurs des voleurs à cheval qui viennent voler nos brebis ; et retraite, la fuite qu’ils prennent avec ces brebis pour se mettre à l’abri », résuma le chroniqueur João Salgado de Araújo à cette même période30. Même si dans le cas d’Encinasola, le vrai sujet d’inquiétude était que les dégâts considérés incontrôlables de l’autre côté de la frontière n’obéissaient pas à une stratégie générale hispanique contrôlée par le généralat. « Je reconnais [que] j’exaspère bien trop l’ennemi et il est vrai que mon désir est de l’offenser sans d’autre intérêt que celui qu’il se tienne de l’autre côté, de lui reprendre les biens qu’il a essayé de voler dans cette région et qui sont encore à sa portée », se défendait Francisco Infante au printemps 1644, pour assurer qu’il ne disposait pas non plus de grandes fortunes. Il rappelait qu’il servait « aux frontières de la ville de Séville » depuis le soulèvement du Portugal avec la même approbation que celle dont il avait preuve en Inde31.

  • 32  Junta de Guerra de Sevilla a Felipe IV, Sevilla, 9 avril 1644, AGS, GyM, leg. 1545.
  • 33  Concejo de Cumbres Mayores a Felipe IV, Cumbres Mayores, 18 mai 1644, AGS, GyM, leg. 1559.

20Cependant, pour le conseil de guerre de Séville, organisme chargé de la logistique militaire dans la partie occidentale de l’Andalousie, les inconvénients de ce mode de fonctionnement l’emportaient sur ses bénéfices. Dans un mémoire au gouvernement de Madrid, ses membres signifièrent que les pillages et les vols faisaient augmenter les dépenses en poudre et autres munitions, qui manquaient par ailleurs alors qu’elles étaient nécessaires à d’autres opérations réellement réglementées. De plus, ce type de mouvements provoquerait, de l’autre côté de la frontière, un effet boomerang chez les Portugais, qui essayaient systématiquement de répondre dans ces régions par des actions similaires32. Mais, même si tout cela nourrissait les critiques des grandes élites militaires à l’égard des actions de Francisco Infante et de son frère Benito Infante, les Infante comptaient dans les montagnes occidentales de la Sierra Morena sur des soutiens qu’il était difficile d’ignorer et qui allaient bien au-delà des alentours immédiats de leur ville. Ainsi, lorsque le Conseil de Cumbres Mayores fut averti qu’à la demande du conseil de guerre de Séville, le marquis de Torrecuso voulait l’écarter de son poste de capitaine des habitants d’Encinasola pour le remplacer par un autre, il n’hésita pas à écrire à Philippe IV pour louer la figure du marocho et accuser le Conseil d’utiliser de « faux rapports ainsi que des informations crasses ». Une telle destitution conduirait à la ruine totale d’Encinasola mais également « à la nôtre », finissait par déclarer le Conseil33.

  • 34  Junta de Guerra de Sevilla a Felipe IV, Sevilla, 30 de agosto de 1644, AGS, GyM, leg. 1551.
  • 35  Barón de Molinghem al marqués de Leganés, Cassa [Cala ?], 18 mai 1645, AGS, GyM, 1559.
  • 36  Marqués de Távara a Felipe IV. Badajoz, 10 septembre 1647, AGS, GyM, leg. 1673.

21Le conseil de guerre de Séville ne se laissa pas intimider par ces accusations et repartit à la charge contre les Infante quelques mois plus tard. Les nombreux rapports informant qu’à Encinasola, Aroche et dans d’autres lieux de leur juridiction, on introduisait du bétail, des esclaves et d’autres marchandises du Portugal, issus de razzias, et que les soldats refusaient de payer le quinto real destiné aux caisses du Trésor Royal pour les animaux capturés, invitaient à agir. On décida donc d’envoyer des mandataires dans la région pour saisir leurs biens et faire payer les impôts dus. Mais, avant leur arrivée, Francisco Infante et son frère avaient fui, accompagnés de leurs subordonnés, laissant les places sans défense, selon les dires du Conseil34. Les faits semblaient indiquer que les Infante jouissaient d’une extraordinaire marge de manœuvre et qu’il serait difficile de les faire abandonner leur modus vivendi. En effet, presque un an plus tard, lorsque le marquis de Leganés, à la tête de l’armée d’Estrémadure en remplacement de Torrecuso, ordonna au baron de Molinghem d’organiser un plan pour les appréhender, les frères démontrèrent leur aptitude à esquiver leurs opposants. Lorsque Molinghem invita de façon amicale les Infante à dîner dans sa résidence afin de les capturer, ces derniers s’enfuirent par une fenêtre35. Peu d’informations nous sont parvenues sur ce qu’ils devinrent par la suite, même si, à en croire un accord du Conseil d’Encinasola de 1647, leur mémoire perdurera dans la région : « Tous souhaitent que Don Benito et Don Francisco Infante puissent revenir prendre du service, pour s’être bien trouvés auprès d’eux », expliqua, peu après son incorporation au gouvernement militaire de Badajoz, le marquis de Távara, qui n’y voyait pas d’inconvénient36. Peut-être sa vision de la frontière était-elle moins rigide que celle de ses prédécesseurs et sa façon d’agir plus pragmatique. Ou peut-être ignorait-il qui avaient été les Infante et ce qu’ils avaient fait dans la région de La Raya.

Pactes, trèves et accords : indices d’une diplomatie par le bas

22À la lumière des évènements d’Encinasola et d’autres lieux de la frontière, on pourrait penser que les élites militaires des monarchies ibériques ont toujours désap-prouvé les incursions des frontaliers en territoire ennemi si elles n’obéissaient pas à un plan qu’elles auraient défini au préalable. Cela n’implique pas que ces mêmes élites voient d’un bon œil les tentatives des communautés frontalières d’éviter à tout prix la confrontation avec leurs voisins de l’autre côté. En pleine guerre, ceci leur paraissait tout aussi inconcevable. En réalité, les réactions partagées des élites militaires face à ces pratiques tendanciellement opposées indiquent que, pour ces dernières, la subordination inconditionnelle des groupes populaires à leurs desseins – indépendamment de leur orientation – était avant tout le corollaire de la conception organique de la société propre à l’Ancien Régime. Selon cette dernière, l’harmonie et la défense de la communauté du royaume reposait sur l’action conjointe et réglementée de tous les sujets du roi respectant l’ordre strict établi. Mais une telle conception pouvait contredire un topique bien enraciné à l’époque : celui du bien commun de la communauté locale. Pour que ce dernier soit conservé en temps de guerre, beaucoup avaient compris que sur certains théâtres, il valait mieux que la paix règne sur leurs territoires. C’est pourquoi cette prétention se matérialisa en de nombreux endroits au début de la guerre, grâce à des dispositions adoptées par les autorités municipales.

  • 37  Consulta del Conselho de Guerra, Lisboa, 17 septembre 1642. ANTT, CG, Consultas, mç 2-E, no 289.
  • 38  Conde de Santisteban a Felipe IV, Zafra, 23 octobre 1643, AGS, GyM, leg. 1513.

23À Zarza la Mayor, localité d’Estrémadure proche de la frontière, ce désir conduisit au maintien, jusqu’à la moitié de l’année 1642, de relations cordiales avec Salvaterra do Extremo, village portugais distant d’une lieue. Ainsi, immédiatement après l’attaque de la localité par les troupes espagnoles en août, les maires de Zarza se rendirent sur place pour exprimer leur compassion aux habitants. Les représentants du Conseil « étaient connus de tous et […] avec de grands bâtons et démonstrations de sentiments, ils venaient s’excuser dans ce village suite à ce qui avait eu lieu », selon les dires d’un témoin dans une lettre au Conselho de Guerra de Lisbonne. Selon lui, les membres de la municipalité de Zarza avaient expliqué que Juan de Garay, un militaire en provenance de Badajoz, avait organisé l’attaque et que, malheureusement, ils n’avaient rien pu faire37. D’une certaine façon, en se focalisant sur un agent externe – et donc étranger à la réalité locale – les autorités municipales de Zarza faisaient comprendre que les conséquences les plus lourdes de la guerre venaient de l’extérieur et que, si les élites locales ne faisaient rien pour les éviter, cela finirait par affecter les deux localités à égalité. Même si, au fil du temps, les dynamiques de la guerre feraient s’affronter Zarza et Salvaterra sans solution de continuité, il faut souligner que, lors des premiers moments du conflit, le désir commun de prospérité les unissait plus qu’il ne les séparait. En 1643, le comte de Santiesteban, à la tête de l’armée d’Estrémadure, regrettait que le commerce entre les deux localités continue comme si de rien n’était, avec l’arrivée en Castille de sel venant de Salvaterra, ce qui engendrait un flux bien complexe à freiner38.

  • 39  Conde de Villamediana a Felipe IV, Valencia de Alcántara, 30 avril 1641, AGS, GyM, leg. 1404.

24Non loin de là, c’est le respect pour les cultures et les labours agricoles que les localités défendent. En avril 1641, à Valencia de Alcántara, ville proche de la localité portugaise de Marvão, les autorités demandent de permettre aux Portugais qui avaient des terres semées dans leur juridiction, de pouvoir en récolter les fruits. La demande, dans tous les cas, était moins une preuve de solidarité que de pragmatisme. Selon une lettre au roi qui rendait compte de cette demande, il s’agissait d’éviter de possibles représailles de la part des victimes, dont on disait qu’elles pourraient brûler les champs de céréales des alentours si elles se retrouvaient dans une situation désespérée. En suivant cette approche, on expliquait également au monarque que son image, en mettant en avant sa pitié paternelle, se verrait renforcée au Portugal face à « la tyrannie du duc de Bragance » et que cela donnerait à de nombreux habitants l’opportunité de démontrer « combien ils étaient de véritables vassaux de Sa Majesté »39. Valencia de Alcántara plantait ainsi un décor dans lequel ses intérêts locaux coïncidaient avec ceux de la monarchie, même si, à dire vrai, cette convergence était difficile à conserver à la frontière.

  • 40  Renaud Morieux, « Diplomacy from below and belonging : fishermen and cross-channel relations in th (...)

25Il était sans doute compliqué, depuis Madrid ou Lisbonne, d’évaluer les besoins réels des populations locales au-delà des plans de militarisation. En revanche, depuis la frontière on pouvait clairement voir qu’il était nécessaire de procéder avec le plus grand respect des équilibres régionaux lorsqu’ils étaient encore en vigueur. Dans un recours adressé au fronteiro-mor de Portela pour que plusieurs Galiciens détenus au Portugal en 1642 soient libérés, le père Riaño Saravia affirmait « qu’ils ne sont d’aucune utilité là-bas alors qu’ici ils subviennent aux besoins de leurs familles […]. Pour que cette frontière soit préservée de la guerre, j’ai fait ce que j’ai pu pour éviter l’arrivée de troupes et pour que Votre Grâce soit en sécurité ». Il était donc également nécessaire que, de l’autre côté de la frontière, les accords soient respectés. On tient là une preuve de ce que l’on a appelé une diplomacy from below 40. L’étude de ce type d’attitudes est utile pour comprendre qu’une histoire internationale – dans ce cas luso-espagnole – n’est pas exclusivement une question qui implique deux pouvoirs politiques. Les relations socio-économiques derrière ces attitudes (et également les agressions auxquelles on a fait précédemment allusion) suggèrent, en réalité, que les schémas suivis par les populations frontalières ne devaient pas nécessairement obéir à ceux dictés par les centres de pouvoir des monarchies, sans que cela n’implique de leur part un désintérêt envers les pratiques de négociation de nature vernaculaire.

  • 41  Juan de Balboa a la villa de El Cerro. [1655], AGS, GyM, leg. 1876.

26Face à cela, on peut se demander si, comme l’ont souvent indiqué les élites militaires, ces comportements étaient de véritables preuves de déloyauté ou autre chose. En 1655, évoquant les troupes des monarchies ibériques qui frappaient de l’autre côté de la frontière et menaçaient ces accords locaux, le militaire espagnol Juan de Balboa affirmait aux membres de la municipalité de El Cerro, proche de la frontière de l’Alentejo : « Il ne faut pas les appeler du nom que Votre Grâce leur donne en déclarant qu’ils entrent ici pour voler : ils viennent pour prendre des nouvelles, il viennent pour essayer de briser l’ennemi, ils viennent pour faire diversion et agir ailleurs et ils viennent pour générer des hostilités, ce qui revient à leur porter préjudice ». C’est pourquoi, poursuivait Balboa, si l’on prouvait qu’un village frontalier du Portugal informait de ses mouvements pour protéger ses voisins portugais, il n’hésiterait pas à le détruire : « il est notoire que ce village a été contaminé et il est nécessaire de trancher dans le vif au plus vite pour que la gangrène ne se propage pas aux autres membres [du corps] »41. De sorte que c’étaient toujours les actions indépendantes de ces petites communautés et de leurs autorités qui, sans demander d’autorisation, éveillaient les soupçons des chefs militaires. Mais peu importait au fond si ces mouvements constituaient pour leurs acteurs un moyen de remettre en cause la souveraineté des monarques sur un territoire déterminé. Contrairement à ce que voulaient transmettre des déclarations comme celles de Balboa, ce qui animait généralement les communautés locales de la frontière était leur propre survie et non une sorte de déloyauté comprise comme inhérente à la nature de ces individus. Leurs mouvements étaient en général jugés selon une perspective entièrement extérieure aux préoccupations locales, en plaquant des débats qui n’avaient pas toujours eu lieu d’y être abordés.

27Tout au long de la guerre opposant le Portugal à la monarchie hispanique, les communautés frontalières, souvent rangées derrière les élites locales, mirent en pratique un éventail varié de solutions pour garantir leur existence. Au fil de ces années, la fuite fut loin d’être la seule pratique des frontaliers. Les populations ont aussi bien participé à des attaques contre leurs voisins de l’autre côté de la frontière, qu’essayé d’établir de petites trêves locales pour se protéger de la violence. Dans les deux cas, la survie dans le temps des communautés primait, que ce soit à travers la provision de biens issus de razzias ou de vols garantissant leur subsistance ou bien par des pactes de non-agression, qui permettaient l’usufruit de terrains jusqu’alors partagés entre Portugais et Espagnols. Si ces actions mettent en évidence une chose, c’est la grande autonomie de ces communautés tout au long du conflit. Même s’il s’agissait de comportements diamétralement opposés, ceux-ci furent généralement considérés avec méfiance par les observateurs externes qui arrivaient à une même conclusion : une déloyauté congénitale.

28De cette façon, les rayanos – y compris les élites locales et l’ensemble de leurs communautés – furent appréhendés comme des traîtres en puissance, capables de s’allier avec leurs voisins à la moindre opportunité pour former d’inquiétantes têtes de pont face à une invasion imminente. Cependant, il est probable que cette catégorisation des frontaliers comme déloyaux ait au fond peu de liens avec le scénario inaugural du soulèvement du Portugal face à la monarchie hispanique, et qu’elle soit davantage liée à une longue trajectoire en marge, rendue visible par le regard que les monarchies ibériques posèrent sur la frontière péninsulaire. Ce processus, faible et encore inachevé au cours des siècles modernes, avait conduit à la construction de stéréotypes sur les frontaliers dans lesquels dominait leur attachement à des relations vernaculaires, évidentes dans ces régions que l’on imaginait lointaines et barbares, où l’appareil bureaucratico-administratif était quasi inexistant et où prédominaient des échanges culturels et commerciaux qui ne tournaient pas nécessairement autour des centres politiques de l’Espagne et du Portugal. Pour ces raisons, on peut penser que la construction d’un imaginaire autour de la déloyauté de ces individus a été un épisode en plus d’un processus de construction d’altérité régi par des paramètres liés au couple civilité/rusticité et non par une conception « nationale » de la différenciation.

29En réfléchissant depuis cette perspective à l’affrontement entre le Portugal et la monarchie hispanique, un exercice de dénationalisation sert à présenter les communautés frontalières à partir de leurs propres particularités et non à partir d’un portrait erroné de leurs attitudes marqué par les perceptions des grandes élites ibériques. Nous ne nions pas que la déloyauté ait pu être présente dans certaines de leurs actions, tout comme la fidélité et l’allégeance derrière certains de leurs mouvements. Mais il semble pertinent de dépasser cette dualité réductrice pour interpréter chacun de leurs gestes et plaider pour l’étude de formes d’action ne répondant pas nécessairement à la subversion ou à la consolidation d’une frontière. Ce que certains appelaient loyauté et d’autres déloyauté, n’était peut-être qu’une simple forme de survie.

Haut de page

Notes

1  Le présent travail s’inscrit dans le Proyecto de Generación de Conocimiento « Contrahegemonías : Comunidad, alteridad y resistencia en los márgenes del mundo ibérico, siglos xvi-xviii » (PID2021-127293NA-I00). Financement : MCIN/AEI/10.13039/501100011033/FEDER, UE.

2  Anthony Disney, « From Viceroy of India to Viceroy of Brazil, The Count of Linhares at Court (1636-1639) », Portuguese Studies, no 17, 2001, p. 114-129.

3  Félix Labrador Arroyo, « Miguel de Noronha », dans Real Academia de la Historia, Diccionario Biográfico electrónico (en ligne : https://dbe.rah.es/biografias/54506/miguel-de-noronha, consulté le 18 février 2022).

4  Relação do que sucedeu na vila de Moura e seu termo no ano de 1641. BNL, Reservados, Cód. 6687, retranscrit dans João Cosme, Elementos para a história do Além-Guadiana Português (1640-1715), Mourão, Câmara Municipal de Mourão, 1996, p. 331-342.

5  Luís de Meneses, conde da Ericeira, Historia de Portugal restaurado offerecida ao serenissimo príncipe Dom Pedro Nosso Senhor, Lisbonne, Officina de João Galrão, 1679, vol. I, p. 217.

6  Tamar Herzog, Fronteras de posesión. España y Portugal en Europa y las Américas, México, Fondo de Cultura Económica, 2018 [2015], p. 191-244.

7  Ana Isabel Buescu, « Aspectos do bilinguismo português-castelhano na Época Moderna », Hispania, no 216, 2004, p. 34.

8  Memória que Sua Magestade mandou fazer… relativa à Provincia de Traz os Montes, Biblioteca da Ajuda (désormais BA), 51-IX-7, f. 23 [1645].

9  Antonio Domínguez Ortiz, « La movilización de la nobleza castellana en 1640 », Anuario de historia del derecho español, no 25, 1955, p. 812-813.

10  Marqués de Villanueva del Fresno. Villanueva del Fresno, 9 juillet 1641, Archivo General de Simancas (désormais AGS), GyM (Guerra y Marina), leg. (legajo) 1405.

11  Duque de Alba a Lázaro de los Ríos, La Abadía, 2 septembre 1643, AGS, GyM, leg. 1497.

12  Rafael Valladares, La rebelión de Portugal, 1640-1680. Guerra, conflictos y poderes en la Monarquía Hispánica, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1998, p. 39.

13  Luis Salas Almela, « El duque de Medina Sidonia en la crisis de 1640 : contexto e hipótesis para una conjura », Anais de História de Além-Mar, no 10, 2009, p. 17-18.

14  Conde de Óbidos a João IV, Faro, 25 janvier 1641, Arquivo Nacional da Torre do Tombo (désormais ANTT), CG (Conselho de Guerra), Consultas, mç. (maço) 1, no 32.

15  Meneses, História do Portugal Restaurado…, op. cit.

16  Fernando Dores Costa, « A nobreza é uma elite militar ? O caso Castanhede-Marialva 1648-1665 », dans Nuno G. Monteiro, Pedro Cardim et Mafalda Soares da Cunha (coord.), Optima Pars. Elites Ibero-Americanas do Antigo Regime, Lisbonne, Imprensa de Ciências Sociais, 2005, p. 167-190.

17  Consulta do Conselho de Estado, Lisboa, 17 juillet 1642. ANTT, CG, Consultas, mç. 2-E, no 304.

18  Vizconde de Vila Nova da Cerveira al Conselho de Guerra. Giela, 9 octobre 1659, ANTT, CG, Consultas, mç 19-B.

19  Consulta del Conselho de Guerra, Lisboa, 7 de junio de 1642, ANTT, CG, Consultas, mç 2-C, no 169.

20  Luis Marinho de Azevedo, Relaçam de duas vitorias, que os moradores da aldeya de S. Aleixo ; & das villas de Mourão, & Monsarâs alcançarão dos castelhanos a 6. & 16. deste mês de octubro ; & socorros que lhes mandou o general Martím Affonso de Mello, & de outro sucesso na villa de Campo Mayor em o mesmo mês de Outubro 641, Lisbonne, Por Jorge Rodrigues, 1641.

21  Luis Marinho de Azevedo, Commentarios dos valerosos feitos, que os portuguezes obraram em defensa de seu Rey, & patria na guerra de Alentejo que continuava o Capitaõ Luis Marinho d’Azevedo, Lisbonne, Lourenço de Anveres, 1644, p. 15-16.

22  Relaçam da entrada que o mestre de campo Dom Francisco de Souza fez na villa de Valença de Bomboy em sábado tres de Agosto deste presente anno de mil & seiscentos, & quarenta, & hum, Lisbonne, Por Iorge Rodrigues, 1641.

23  Ynformazión para pedimento de Don Francisco Pérez Infante, Encinasola, 2 novembre 1641, AGS, GyM, leg. 1400.

24  Acuerdo del cabildo, Encinasola, 28 juin 1641, AME (Archivo Municipal de Encinasola), Actas Capitulares, leg. 1, 26v-27v.

25  Ynformazión para pedimento…, op. cit., AGS, GyM, leg. 1400.

26  Félix Sancha Soria, La Guerra de Restauración portuguesa en la sierra de Aroche (1640-1645), Huelva, Diputación de Huelva-Servicio de Publicaciones, p. 109-111.

27  Ibid., p. 111.

28  Benito Infante a Felipe IV, Encinasola, 8 novembre 1641, AGS, GyM, leg. 1400.

29  Benito Infante a Felipe IV, Encinasola, 17 mai 1642, AGS, GyM, leg. 1461.

30  João Salgado de Araújo, Sucessos militares das armas portuguesas em suas fronteiras depois da real aclamação contra Castella. Com a geografia das províncias e nobreza dellas, Lisbonne, Paulo Craesbeeck, 1644, f. 125r.

31  Francisco Pérez Infante a la reina, Encinasola, 12 avril 1644, AGS, GyM, leg. 1559.

32  Junta de Guerra de Sevilla a Felipe IV, Sevilla, 9 avril 1644, AGS, GyM, leg. 1545.

33  Concejo de Cumbres Mayores a Felipe IV, Cumbres Mayores, 18 mai 1644, AGS, GyM, leg. 1559.

34  Junta de Guerra de Sevilla a Felipe IV, Sevilla, 30 de agosto de 1644, AGS, GyM, leg. 1551.

35  Barón de Molinghem al marqués de Leganés, Cassa [Cala ?], 18 mai 1645, AGS, GyM, 1559.

36  Marqués de Távara a Felipe IV. Badajoz, 10 septembre 1647, AGS, GyM, leg. 1673.

37  Consulta del Conselho de Guerra, Lisboa, 17 septembre 1642. ANTT, CG, Consultas, mç 2-E, no 289.

38  Conde de Santisteban a Felipe IV, Zafra, 23 octobre 1643, AGS, GyM, leg. 1513.

39  Conde de Villamediana a Felipe IV, Valencia de Alcántara, 30 avril 1641, AGS, GyM, leg. 1404.

40  Renaud Morieux, « Diplomacy from below and belonging : fishermen and cross-channel relations in the Eighteenth Century », Past & Present, no 202, 2009, p. 83-125 ; Natividad Planas, « Diplomacy from Below or Cross-Confessional Loyalty ? The “Christians of Algiers” between the Lord of Kuko and the King of Spain in the Early 1600s », Journal of Early Modern History, vol. 19, no 2-3, 2015, p. 153-173.

41  Juan de Balboa a la villa de El Cerro. [1655], AGS, GyM, leg. 1876.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Martín Marcos, « Imaginaire de la déloyauté : élites et communautés frontalières dans la guerre entre le Portugal et la monarchie hispanique, 1640-1668 »Cahiers de la Méditerranée, 106 | 2023, 161-175.

Référence électronique

David Martín Marcos, « Imaginaire de la déloyauté : élites et communautés frontalières dans la guerre entre le Portugal et la monarchie hispanique, 1640-1668 »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 106 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/16988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.16988

Haut de page

Auteur

David Martín Marcos

David Martín Marcos est professeur d’histoire moderne à l’Université Nationale d’Enseignement à Distance. Formé à l’École Espagnole d’histoire et d’archéologie à Rome, il a obtenu un doctorat à l’Université de Valladolid, qu’il a consacré à la politique pontificale durant la guerre de Succession espagnole et qui a été récompensé par un prix extraordinaire (Premio extraordinario). Il a été professeur auxiliaire invité à l’Universidade Nova de Lisboa et a réalisé des séjours de recherche à l’Université de Vienne (Autriche), à l’Universidade Federal Fluminense (Brésil) et à l’Université Nationale du Cap Vert. Sa dernière monographie s’intitule People of the Iberian Borderlands. Community and Conflict between Spain and Portugal, 1640-1715 (New York - Londres, Routledge, 2023) et traite des pratiques locales de la politique des communautés de frontière dans le monde ibérique.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search