Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106Dossier : Crises politiques et re...Élites et révoltesLes partisans de Philippe IV pend...

Dossier : Crises politiques et reconfigurations des fidélités. Les élites de la monarchie hispanique des guerres d’Italie à la guerre de Succession espagnole
Élites et révoltes

Les partisans de Philippe IV pendant la révolte de 1640. Un bilan historiographique

Mathias Ledroit
p. 177-194

Résumés

Le sujet des Catalans restés fidèles à Philippe IV demeure encore aujourd’hui dans un angle mort. Pourtant, les questions qu’il invite à poser sont nombreuses et leur élucidation, pour tout ou en partie, permettrait de remettre sur le métier l’étude de certains aspects de la révolte de 1640, laquelle, à bien des égards, comme le suggérait déjà Josep Sanabre à la fin des années 1950, s’apparentait à une guerre civile. Dans cet article, on proposera une synthèse des principales contributions consacrées aux « philippistes » à partir de questions simples. À quels moments, tout d’abord, se pose la question de la fidélité ? Ensuite, peut-on dresser un portrait type des Catalans restés fidèles à Philippe IV ? Enfin, existe-t-il une constance dans leur position tout au long du conflit ou la fidélité est-elle guidée par d’autres intérêts et si oui, lesquels ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Francisco Manuel de Melo, Historia de los movimientos, separación y guerra de Cataluña, San Vicent (...)
  • 2  Luca Assarino, Delle Rivolutioni di Catalogna, Gênes, Per Gio et Maria Farroni, 1645.
  • 3  Antoni Simon i Tarrés, 1640, Barcelone, Rafael Dalmau Editor, 2019.
  • 4  Ivan Gràcia Arnau, Representacions textuals de la violència : Barcelona, Corpus de 1640, thèse de (...)

1La révolte – ou la révolution – des Catalans de 1640 (1640-1652) est un conflit social puis politique qui oppose, dans le contexte de la guerre franco-espagnole (1635-1659), la Principauté de Catalogne et Philippe IV d’Espagne. En janvier 1641, la Principauté catalane proclame Louis XIII comme comte de Barcelone et devient, de facto, une province française, ce qu’elle restera jusqu’à la reprise de Barcelone en 1652 par don Juan José d’Autriche. Elle est, avec la guerre de Succession (1700-1714) l’un des événements de l’histoire de la Catalogne de l’époque moderne sur lesquels on a le plus écrit. On peut, à juste titre, considérer que les premiers textes proposant une histoire des origines du conflit datent de la seconde moitié des années 1640. Parmi les plus connus, on citera, entre autres, le Portugais Francisco de Melo, auteur d’une Historia de los movimientos de Cataluña de 16451, ou encore l’Italien Luca Assarino et son ouvrage intitulé Delle Rivolutioni di Catalogna de la même année2. Les dernières publications en date sont un ouvrage d’Antoni Simon i Tarrés consacré à l’année 16403 et la thèse d’Ivan Gràcia Arnau, soutenue en 2020, portant sur les récits des événements de la Fête-Dieu du 7 juin 1640, connue dans l’historiographie sous l’appellation de « Corpus de Sang »4.

  • 5  Jordi Vidal Pla, Guerra dels Segadors i crisi social : els exiliats filipistes, 1640-1652, Barcelo (...)
  • 6  La généralisation du terme « malaffecté » dans l’ensemble de l’historiographie n’est d’ailleurs pa (...)
  • 7  Bernard Du Plessis Besançon, « Observations et avis nécessaires touchant à la Catalogne » (1645), (...)

2Face à cette bibliographie pléthorique, qui ressortit presque d’une tradition historiographique, un constat s’impose toutefois : très peu d’études d’ensemble ont été consacrées aux Catalans restés fidèles à Philippe IV au cours de la révolte. À l’exception du livre de Jordi Vidal Pla, publié en 1984 et portant sur les exilés « philippistes »5, on ne recense que quelques contributions – certes fondamentales – dans des articles ou des chapitres de livres consacrés à divers aspects de la révolte. Il n’existe pas encore d’étude entièrement consacrée à ceux que l’on appelle conventionnellement les « philippistes » ou, de façon abusive, les « mal-affectés »6, un terme synonyme de « désobéissants », attesté dans la documentation dès les premiers mois de la révolte, et dont la version francisée est, ici, empruntée au maréchal Du Plessis Besançon, dans ses Observations et avis nécessaires touchant à la Catalogne (1645)7.

  • 8  Josep Sanabre, La Acción de Francia en Cataluña en la pugna por la hegemonía de Europa (1640-1659)(...)

3Le sujet des Catalans restés fidèles à Philippe IV demeure donc encore aujourd’hui dans un angle mort. Pourtant, les questions qu’il invite à poser sont nombreuses et leur élucidation, pour tout ou en partie, permettrait de « remettre sur le métier » l’étude de certains aspects de la révolte de 1640, laquelle, à bien des égards, comme le suggérait déjà Josep Sanabre à la fin des années 1950, s’apparentait à une guerre civile8. Dans les pages qui suivent, on proposera une synthèse des principales contributions consacrées aux « philippistes » à partir de questions simples. À quels moments, tout d’abord, se pose la question de la fidélité ? Ensuite, peut-on dresser un portrait type des Catalans restés fidèles à Philippe IV ? Enfin, existe-t-il une constance dans leur position tout au long du conflit ou la fidélité est-elle guidée par d’autres intérêts et si oui, lesquels ?

À quels moments se pose la question de la fidélité ?

  • 9  Mathias Ledroit, « Cataluña desgarrada », eSpania, no 24, juin 2016. En ligne : https://journals.o (...)
  • 10  La Députation catalane ou Généralité (Generalitat) est l’institution représentant le royaume en de (...)
  • 11  Basili de Rubí, Un segle de vida caputxina a Catalunya (1564-1664). Aproximació histórica-bibliogr (...)
  • 12  Mathias Ledroit, « Les ambassadeurs catalans à Madrid en 1640 : chronique d’une guerre annoncée ?  (...)

4À la suite des émeutes du « Corpus de Sang » à Barcelone le 7 juin 1640, qui se soldent par la mort du vice-roi Santa Coloma, le Conseil d’État décrète, le 14 août, l’invasion militaire de la Catalogne, afin d’y rétablir l’ordre royal9. À Barcelone, la Députation du Général et le Conseil des Cent n’ont pas la même perception des événements10. La correspondance échangée entre le président de la Députation du Général, Pau Claris (1586-1641), et son ambassadeur à la cour, le frère Bernardino de Manlleu (1586-1644)11, révèle que l’invasion a davantage été perçue comme une campagne militaire punitive destinée à abolir les fueros catalans en guise de représailles12.

  • 13  Víctor Ferro, El Dret civil català, Vich, Eumo Editorial, 2001, p. 286-287.
  • 14  Basili de Rubí, Les Corts generals de Pau Claris, Barcelone, Fundació Vives Casajuana, 1976, p. 58 (...)
  • 15  Il s’agit d’une assemblée ad hoc, créée pour pourvoir aux besoins militaires. Le sens du terme « j (...)
  • 16  Id.
  • 17  Id.
  • 18  Dietari de le Generalitat, resolució de braços, 22 septembre 1640, fol. 474v. L’insaculació est un (...)
  • 19  Eva Serra, « 1640 : una revolució política. La implicació de les institucions », dans Eva Serra (d (...)
  • 20  Dietari de la Generalitat, 22/09/1640, fo 474v.
  • 21  Basili de Rubí, Les Corts generals de Pau Claris, op. cit., p. 312-313.

5Le 27 août, Pau Claris réunit une junta de braços, une assemblée particulière comprenant les représentants des trois ordres résidant à Barcelone ou dans les environs. L’assemblée décide, le 31 août, de prolonger son activité et de constituer une divuitena, une commission formée de 18 membres, chargés d’organiser la défense de la Principauté13. Les membres de la divuitena prennent rapidement conscience de l’insuffisance de la junta de braços pour freiner l’avancée des troupes royales et préconisent à la Députation du Général de convoquer au plus vite « toutes les personnes des trois états de cette Principauté et des Comtés, ainsi que des universités, villes et lieux […] »14. La nouvelle assemblée constituée – que l’historiographie postérieure a appelée « Corts de Pau Claris » – décide de créer une trenta-sisena, une autre commission, de 36 personnes, chargées d’organiser la guerre. Le 21 septembre, cette assemblée, rebaptisée junta de guerra (assemblée de guerre)15, propose aux braços de contraindre les particuliers et les représentants des institutions politiques catalanes d’assister aux séances de l’assemblée, sous peine d’être condamnés à la confiscation de leurs biens. Le 27 septembre, obligation est faite aux participants de jurer fidélité à la patrie. Le serment est à la fois personnel et collectif. Il engage les collectivités sur lesquelles certains particuliers exercent une juridiction, ainsi que « la conformité avec les autres personnes et les autres universités […] pour la défense naturelle […] et pour la conservation des constitutions »16. L’une des clauses insiste, en outre, sur le fait que les membres de l’assemblée suivent, sans jamais s’en écarter, les ordres et les décisions prises par les députés et par la junta de guerra : « […] je ne m’écarterai pas de ce qui sera ordonné par les Très Illustres Députés et autres personnes qui auront reçu mandat de Leurs Seigneuries, dans les affaires sur lesquelles auront délibéré les braços »17. Une résolution du 22 septembre de la junta de braços nous apprend que tous ceux qui n’auraient pas prêté serment dans un délai de 24 heures seraient « déclarés ennemis de la patrie ». Leurs biens seraient, dès lors, confisqués pour « financer la défense qu’organisait ladite province ». On envisage aussi qu’ils puissent être desinsaculats, c’est-à-dire que leur nom soit retiré des listes officielles permettant d’être tiré sort pour exercer un office dans l’administration catalane18. Eva Serra a rappelé qu’en Catalogne la confiscation des biens n’intervenait qu’en cas de crimes de lèse-majesté19. Par conséquent, le serment met implicitement sur un pied d’égalité les notions de « patrie » et de « majesté » et crée, donc, le délit d’ « ennemi de la patrie », qui peut frapper des villes, comme Tortosa le 22 septembre 164020, ou des particuliers, comme le marquis de Los Vélez ou encore l’évêque de la Seu d’Urgell, Pau Duran21.

  • 22  Ibid.
  • 23  Si son titre de comte de Barcelone apparaît régulièrement dans la documentation, celui de Louis II (...)
  • 24  Josep Sanabre, La Acción de Francia en Cataluña…, op. cit. ; Òscar Jané Checa, França i Catalunya (...)
  • 25  Biblioteca Universitaria de Barcelona, Dietari o memoria de moltes coses que succehiren en la pres (...)

6Au lendemain de l’alliance avec la France et de l’acclamation de Louis XIII comme comte de Barcelone le 23 janvier 1641, les institutions catalanes mettent en place une politique de persécutions systématiques et d’expulsion des « mal-affectés », qui s’intensifie à partir de 1642-164322. La signature du Traité de Péronne le 19 septembre 1641 entraîne un changement important dans les relations entre la France et la Catalogne. Cette dernière, qui bénéficiait du statut de protectorat depuis le mois d’octobre 1640, devient une province de la Monarchie française et Louis XIII, comte de Barcelone, sous le titre de Louis II23. Cette évolution pose la question de l’allégeance envers le nouveau souverain24. Un dietari anonyme écrit entre le début de l’année 1641 et la fin du siège de Lérida en 1644, nous renseigne sur la façon dont les persécutions à l’encontre des « philippistes » se sont intensifiées dès 1642. Le récit mentionne, ainsi, les nombreuses exécutions ou peines de torture infligées publiquement, sur la « Place des Traîtres » à Barcelone, aux personnes suspectées ou coupables d’intelligence avec l’ennemi, c’est-à-dire avec les « Castillans »25.

  • 26  Memorial Histórico Español [dorénavant MHE], t. XVI, Carta de algunos padres de la Compañía de Jes (...)
  • 27  MHE, op. cit., p. 69.
  • 28  Jordi Vidal Pla, Guerra dels Segadors i crisi social…, op. cit., p. 104-107.
  • 29  Òscar Jané Checa, França i Catalunya…, op. cit.
  • 30  Alexandra Testino-Zafiropoulos, « La conspiration d’Hyppolite d’Aragon en Catalogne. Une courtisan (...)

7Tout indique que c’est le changement d’allégeance et les premières persécutions qui ont provoqué les départs des « philippistes », et non les soulèvements populaires survenus en 1640. On conserve certes des traces des craintes ressenties par la noblesse propriétaire terrienne face à l’hostilité exprimée par les populations paysannes. La duchesse de Cardona, par exemple, évoque dans une lettre du 18 novembre 1640 « la cupidité avec laquelle ils lorgnent les biens et possessions des seigneurs pour se les répartir »26 et ajoute que « Les nobles ont subi de nombreuses duperies venant des plébéiens ; et en admettant qu’il serait possible que cette province, devenue république, soit plus sûre, il ne serait pas impossible qu’un jour, les plébéiens égorgent tous les nobles ou, pour le moins, qu’ils les réduisent en une misérable servitude »27. Toutefois, comme l’a montré Jordi Vidal Pla, ce sont bien les conséquences des accords avec la France qui entraînent la première vague de départ en 1641, laquelle est suivie d’une deuxième, plus importante, en 1642-164328. Òscar Jané Checa signale un troisième moment, de moindre envergure, en 1646-1647, qui s’explique par les représailles lancées par le vice-roi Harcourt29 contre les personnalités ayant participé à la conspiration en faveur de Philippe IV, organisée par Hyppolite d’Aragon et Gispart d’Amat, alors député ecclésiastique et président de la Députation du Général de Catalogne30.

Les Catalans restés fidèles à Philippe IV : approche générale

  • 31  Jordi Vidal Pla, Guerra dels Segadors i crisi social…, op. cit., p. 188-215.
  • 32  Jordi Nadal et Emili Giralt, « Ensayo metodológico para el estudio de la población catalana de 155 (...)
  • 33  Alain Hugon, La grande migration. De l’Espagne à l’Amérique. 1492-1700, Paris, Vendémiaire, 2019. (...)

8Jordi Vidal Pla a comptabilisé 470 départs31 au cours de la guerre, ce qui est à la fois peu et beaucoup. Peu ramené à la population de la Catalogne, qui, au mi-temps du xviie siècle, est estimée à un demi-million d’habitants32. Beaucoup si l’on considère ce chiffre à travers le prisme des catégories sociales des exilés. On ne conserve de traces écrites que des catégories sociales les plus élevées de la société catalane, celles-là mêmes qui avaient suffisamment d’argent et de contacts pour pouvoir quitter la Catalogne. Il faut en effet se rappeler qu’en temps de guerre, seules les catégories les plus privilégiées ont les moyens de fuir33. Quatre secteurs sociologiques sont principalement concernés, surtout après l’installation de l’administration française : la haute noblesse, le clergé, les militaires et les membres – ou anciens membres – de l’administration royale. Les études convergent sur un point : la monarchie hispanique a déployé une politique destinée à capter la sympathie et le soutien des exilés.

  • 34  Jordi Vidal Pla, Guerra dels Segadors i crisi social…, op. cit., p. 150.
  • 35  Ibid., voir l’annexe 1, p. 188-215.
  • 36  Diana Carrió-Invernizzi, « Imagen y propaganda de los exiliados de la guerra de Cataluña en Madrid (...)

9Selon Jordi Vidal Pla, 28,44 % des philippistes ont trouvé refuge à la cour, pour bénéficier de son soutien et de l’aide financière distribuée par le Conseil d’Aragon34. Parmi ces exilés, on compte les nobles et des cavallers, des ecclésiastiques, ainsi que des membres de la Real Audiencia. Si l’on dispose d’une liste précise des arrivants à la cour, on dispose en revanche de très peu d’études consacrées aux trajectoires individuelles35. Le choix de la cour semble motivé par une volonté de se rapprocher du centre du pouvoir afin de bénéficier du soutien du souverain et d’obtenir une rente, comme le mettent en lumière les memoriales adressés par les exilés au Conseil d’Aragon. Cette aide est institutionnalisée à partir de 1645, grâce à la création de la Junta de Socorro de catalanes, composée par les régents du Conseil d’Aragon, Cristóbal Crespí de Valldaura et Vicente Hortiga, ainsi que par deux représentants du Consejo de Hacienda, le comte de Molina et Juan García Dávila Muñoz36.

10La période d’activité de cette Junta s’étend de 1645 à 1648. Son rôle est de venir en aide à ceux qui ne peuvent plus bénéficier des revenus de leur patrimoine en Catalogne. Les exilés peuvent, dès lors, bénéficier de deux types d’aide : d’une part, les ayudas de costas, concédées aux Catalans servant dans l’armée ou dans l’administration royale de Catalogne ; d’autre part, les alimentos, une pension mensuelle accordée à ceux qui résidaient à Madrid. Les aides et les faveurs qu’elle distribue aux exilés ne sont, toutefois, pas gratuites. Jordi Vidal Pla constate, en effet, que ces deux types d’aide ne sont pas cumulables et que pour pouvoir bénéficier de l’une ou de l’autre, les exilés doivent participer à l’effort de guerre. Il s’agit donc bien, pour le gouvernement royal, de créer une relation de dépendance, accentuée par la concession de titres de noblesse. On estime que 25 % des exilés ont reçu un titre ou des habits de l’un des trois ordres religieux castillans (Santiago, Calatrava ou Alcántara), ce qui, pour Jordi Vidal Pla, toujours, a contribué à renforcer le processus de castillanisation de la noblesse catalane, dans le but, pour le pouvoir royal, de s’assurer de sa fidélité.

  • 37  Le terme juriste désigne une catégorie de fonctionnaires catalans ayant obtenu un titre in utroque (...)
  • 38  Jon Arrieta Alberdi, « La “Junta para la materias políticas e inteligencias de Cataluña” (1640-164 (...)
  • 39  Jon Arrieta Alberdi, dans son article, précise qu’on ignore dans quelle mesure Philippe IV a suivi (...)

11Une politique similaire est menée en direction des juristes ayant travaillé au service de l’administration royale en Catalogne37. On leur confie des offices dans l’administration catalane en exil ou dans l’administration royale, en Catalogne ou dans d’autres territoires de la Monarchie. L’état actuel des recherches et l’absence d’études de cas ou d’une approche prosopographique empêchent d’avoir une vision précise de la façon dont les juristes restés fidèles à Philippe IV ont participé à l’effort de guerre ou encore de comment cette politique de distribution des offices pourrait être considérée comme une tentative de créer une fonction d’État plus homogène. Le seul exemple mieux connu qui révèle la façon dont le pouvoir royal sollicite les nobles, les cavallers et les anciens membres de la Real Audiencia en Catalogne est la Junta para la materias políticas e inteligencias de Cataluña, créée en 1641 à la suite d’une consulte du Conseil d’Aragon38. Cette assemblée est constituée dans le but de réunir les solutions préconisées par les philippistes pour une résolution rapide du conflit. On conserve aux Archives de la Couronne d’Aragon l’ensemble de ces propositions soumises ensuite à Philippe IV : augmenter la pression militaire sur la Catalogne, concéder des pardons généraux pour favoriser les renversements d’allégeance et éviter – comme cela avait été envisagé – d’envoyer des « philippistes » sur place pour provoquer une révolte contre l’administration française. Dans ce dernier cas, le Conseil d’Aragon a jugé qu’il s’agissait d’un stratagème qui présentait le risque que des Catalans puissent être captés par les agents du roi de France39.

La haute noblesse

  • 40  MHE, op. cit., t. XXII, Crónica de Miquel Parets, Madrid, Real Academia Española, 1989, vol. III, (...)
  • 41  Pere Molas Ribalta, « Va haver-hi una fusió de les elites a la Catalunya dels Àustries ? », Manusc (...)
  • 42  Pere Molas Ribalta, L’alta noblesa catalana a l’Edat Moderna, Eumo, Vic, 2004.

12La haute noblesse est très majoritairement restée fidèle à Philippe IV. On ne connaît en effet aucune grande famille qui ait soutenu l’administration française. L’allégeance réaffirmée envers Philippe IV dès 1640-1641 peut s’expliquer, tout d’abord, par un refus de renoncer à la fidélité envers le roi et de prêter allégeance à un souverain étranger, qui, de surcroît, est en guerre contre l’Espagne. La duchesse de Cardona rappelle, ainsi, à ses fils, qu’ils doivent rester fidèles au roi et à Dieu : « Mes fils, un Dieu et un roi »40. Cependant, on peut y voir une autre explication, d’ordre plus sociologique et relevant de l’évolution de la haute noblesse à l’époque moderne. Pere Molas Ribalta a mis en lumière le processus de « castillanisation » de cette catégorie sociale au cours du xvie siècle41. Par cette expression, il désigne à la fois le processus d’acculturation des nobles, mais, plus important encore, la fusion qui s’est produite, par l’intermédiaire de la politique matrimoniale, entre les grands lignages catalans et castillans, au point que les premiers ont été assimilés par les seconds. En effet, tous les grands titres catalans appartiennent, au xviie siècle, à des lignages enracinés en Castille. Les Cardona, par exemple, sont liés aux Fernández de Córdoba, et le duc de Cardona lui-même – qui a été vice-roi de Catalogne à trois reprises (en 1630-1632, puis en 1633-1638 et enfin en juin-juillet 1640) – est né en Andalousie. De même, les Requesens sont alliés au lignage des Benavente et des Los Vélez, et c’est d’ailleurs le marquis de Los Vélez qui se trouve, en 1640, à la tête de l’armée royale qui reconquiert le Sud de la Catalogne. La fidélité envers Philippe IV peut donc certes relever de la conviction personnelle, mais aussi d’une impossibilité de rompre avec l’Espagne du fait d’une logique familiale et patrimoniale42.

  • 43  Pere Molas Ribalta, « La Duquesa de Cardona en 1640 », Cuadernos de Historia Moderna, no 29, 2004, (...)

13Les études de cas sont peu nombreuses et s’avèrent insuffisantes pour reconstituer avec précision les trajectoires individuelles et les logiques familiales ou, encore, de groupe. On se bornera donc, dans ce paragraphe, à dégager quelques lignes de force à partir de deux études de cas. L’une réalisée par Pere Molas Ribalta sur la duchesse de Cardona (1590-1646) ; l’autre, d’Antoni Simon i Tarrés, consacrée à Josep Galceran de Pinós i Perapertusa (1617 ?-1680). Ces travaux révèlent, premièrement, que, malgré les facilités qu’ils pouvaient avoir à quitter la Catalogne par rapport aux autres catégories sociales, les nobles n’ont pas été maîtres de leur exil. Certaines familles – à l’instar de deux cas présentés – ont été placées et déplacées au gré des événements pour œuvrer en faveur d’un retournement d’obédience. Deuxièmement, la noblesse a été un enjeu pour le gouvernement royal, qui a œuvré pour s’attirer sa participation, grâce à la distribution de faveurs. Troisièmement, la noblesse semble avoir activé des réseaux de solidarité entre les « philippistes », comme le suggère le cas de la duchesse de Cardona, qui est le mieux renseigné, grâce à la Relación del lebantamiento de Ramón de Rubí de Marimón, juge à la Real Audiencia, à un ensemble de lettres écrites par la duchesse elle-même, ainsi qu’aux comptes rendus des sessions de la junta de braços qui permettent de suivre son activité dans les premiers temps de la guerre43.

  • 44  Ramón de Rubí De Marimón, Relación del lebantamiento, op. cit., p. 283.
  • 45  Ibid., p. 297. « Son excellence était la voix du roi, à qui nous obéissions tous ».
  • 46  Mathias Ledroit, « El bombardeo de Perpiñán (junio de 1640). Símbolo de la tiránica barbàrie », da (...)

14Catalina Fernández de Córdoba y Figueroa, duchesse de Cardona, a tout d’abord été sollicitée comme intermédiaire entre le gouvernement royal et les institutions catalanes, à la demande de ces dernières. Elle a aussi agi comme protectrice des « philippistes », auxquels elle a proposé de trouver refuge dans ses terres de Cardona, dans le Bages44. Selon Rubí de Marimón, elle était « la voix du roi, à laquelle nous obéissions tous »45. À la suite de la mort de son époux qui avait tenté une dernière réconciliation à Perpignan en juin 1640 avant de s’éteindre au mois de juillet, la duchesse de Cardona est approchée par les institutions catalanes pour servir d’intermédiaire entre les braços et le roi46. Elle refuse dans un premier temps, prétextant, nous dit Rubí de Marimón, que la période de deuil n’était pas révolue. Elle finit par accepter et arrive à Barcelone le 28 septembre. Les braços lui adressent une ambassade solennelle le 6 octobre pour lui demander d’intervenir auprès du roi pour qu’il arrête les préparatifs de l’invasion militaire. Elle reçoit, pour les mêmes raisons, une autre ambassade le 8 octobre, de la part du Conseil des Cent.

15On ignore les détails de cette médiation, en partie par manque de sources connues. Pere Molas Ribalta, en s’appuyant sur les comptes rendus des séances des braços et sur le Dietari de la Generalitat, parvient à la conclusion que la médiation de la duchesse a été jugée inutile par les institutions catalanes et qu’elle n’a pas permis d’arrêter les préparatifs militaires. On lui reproche même d’avoir com-muniqué au roi des informations relatives aux négociations entre les Catalans et les Français. En décembre 1640, elle est suspectée d’œuvrer en secret pour favoriser un rétablissement de l’autorité de Philippe IV. Elle est alors assignée à résidence, surveillée par le Cinquième Conseiller de Barcelone et par l’oïdor militar de la Généralité. À la suite des insurrections survenues le 24 décembre à Barcelone, les autorités catalanes lui intiment l’ordre de quitter son palais de Barcelone, ce qu’elle refuse dans un premier temps, avant de s’y résoudre le 21 janvier 1641, soit quelques jours après la proclamation de la république catalane et quelques jours avant l’acclamation de Louis XIII comme comte de Barcelone. Elle se réfugie au couvent des Carmélites déchaussées de Barcelone. La supérieure du couvent lui demande de partir, car sa présence représente un danger pour les sœurs. Finalement, un accord est trouvé avec la junta de braços : la duchesse est officiellement captive du consistoire de la Généralité et du Conseil des Cent.

16En novembre 1641, elle fait partie des otages échangés entre Madrid et Paris. Philippe IV accepte de libérer les ambassadeurs du Conseil des Cent et de la Généralité qui étaient retenus à Madrid depuis l’été 1640 ; en échange, Louis XIII autorise plusieurs éminents « philippistes » à quitter la Catalogne, parmi lesquels, la duchesse de Cardona et ses fils, Pedro Antonio de Aragón, marquis de Povar, et Antonio, membre du Conseil de l’Inquisition. Font aussi partie de l’échange la comtesse de Montagut et la sœur du marquis d’Aitona, ainsi que certains anciens membres de l’administration royale et leurs proches. La duchesse est envoyée par Philippe IV à Huesca, en Aragon, afin qu’elle puisse, selon Pere Molas Ribalta, exercer son influence sur ses vassaux, dans le but de susciter une révolte contre les autorités françaises. C’est dans le même but que Pedro Antonio de Aragón est nommé capitaine général de l’armée royale, pour préparer l’expédition sur le front aragonais de 1642. L’expédition est un échec pour les troupes de Philippe IV et le fils de la duchesse de Cardona en est jugé responsable, ce qui lui vaut d’être emprisonné. La duchesse de Cardona n’est toutefois pas le seul membre de la haute noblesse dont l’aide a été sollicitée par Philippe IV. Pere Molas Ribalta mentionne également la comtesse d’Erill, la duchesse de Montagut ou encore Francisca del Pinós, sur qui des études sont encore à mener.

  • 47  Antoni Simon i Tarrés, Del 1640 al 1705. L’autogovern de Catalunya i la classe dirigent catalana e (...)
  • 48  Ibid., p. 55.

17L’idée selon laquelle la haute noblesse quitte la Catalogne à cause de l’installation de l’administration française est confirmée par l’exemple d’autres lignages, comme par exemple les Pinós qui, dans les premiers mois de la révolte, ont soutenu les institutions catalanes. On dispose de quelques données sur Josep Galceran de Pinós i Perapertusa (1617 ?-1680), qui s’est distingué par l’aide militaire qu’il a apportée aux députés de la Députation du Général contre les abus des soldats. Il a accompagné le député militaire Francesc Tamarit dans le Roussillon en septembre 1640. Il a participé au secours porté en octobre 1640 à la ville d’Illa, assiégée par les soldats du tercio de Juan de Garay. Il reste en Catalogne jusqu’en 1643, date à laquelle il est expulsé, en même temps que d’autres nobles et prélats, par les autorités françaises, en direction de Gênes, comme en témoignent les lettres adressées à Philippe IV par son ambassadeur, Juan Eraso47. À la suite de la chute de La Mothe-Houdancourt en janvier 1644, le comte d’Harcourt, nouveau vice-roi français, entreprend de faire revenir les nobles qui avaient été expulsés. Philippe IV autorise Josep Galceran de Pinós à retourner en Catalogne, d’où il milite, dans un premier temps, en faveur des autorités françaises. Après la chute de Barcelone en 1652, il s’exile à Perpignan jusqu’en 1653, où il revient à Gérone pour aider les armées de don Juan José d’Autriche à expulser les Français de Catalogne. Antoni Simon i Tarrés a montré que dans le cas de Josep Galceran de Pinós, l’intérêt pour Philippe IV de le faire rentrer en Catalogne résidait dans le fait qu’il avait manifesté le « désir de trouver là-bas, dans sa terre, les occasions d’œuvrer en faveur de Votre Majesté, comme tous les autres cavallers catalans qui se trouvent dans cette cité [Gênes] »48.

Le clergé

18Le clergé est une autre catégorie sociale pour laquelle on dispose de quelques données, qui sont, toutefois, anciennes et qui mériteraient réévaluation. Les travaux concernent l’expulsion des moines du monastère de Montserrat en 1641 et le haut clergé, notamment les évêques. Tout comme pour la noblesse, il est difficile de parvenir à une vision précise du comportement du clergé dans son ensemble.

  • 49  Josep Sanabre, « Les repercussions de la Guerra dels Segadors en el monastir de Montserrat », Anna (...)
  • 50  Ernesto Zaragoza Pascual, Historia del Real Monasterio de Montserrat de Madrid, Barcelone, Publica (...)

19Josep Sanabre avait étudié les répercussions sur la communauté des moines bénédictins du monastère de Montserrat du pacte de fraternité entre la Catalogne et la France et de la rupture politique avec la monarchie hispanique. Le 16 février 1641, Pau Claris ratifie, en effet, le décret de la junta de guerra ordonnant leur expulsion. Le texte vise principalement les moines castillans, mais s’applique aussi aux autres, Catalans, Valenciens, Aragonais et Portugais, qui souhaiteraient quitter le monastère en même temps que leurs coreligionnaires49. Si l’ordre semblait motivé, a priori, par une volonté de mettre à l’écart les Castillans, il répond surtout à la crainte que les moines et l’abbé Espinosa ne viennent en aide aux troupes du marquis de Los Vélez. L’expulsion se déroule le 23 février 1641 et concerne, selon Ernesto Zaragoza Pascual, une soixantaine de religieux : trente-quatre moines, six ermites, quatorze frères convers et trois servants d’hôtel50. Le dietari anonyme de 1644, mentionné plus haut, nous apprend que cette politique d’expulsion des religieux s’est poursuivie jusqu’en 1643, qui en constitue le point culminant :

  • 51  Bibilioteca Universitària de Barcelona, Dietari o memoria de moltes coses, ms. 211, fo 306 : « Als (...)

Dans les premiers jours de ce mois, on ordonna à tous les prélats des différents ordres que fussent expulsés de Catalogne tous les religieux castillans, aragonais, valenciens et majorquins, ce qui fut mis à exécution ; tous repartirent dans leurs terres, à l’exception de quelques-uns qui préférèrent partir en France plutôt qu’en leur patrie51.

  • 52  Diana Carrió-Invernizzi, « Imagen y propaganda de los exiliados… », art. cit.

20Accompagnés par une escorte, les moines de Montserrat arrivent à la cour le 25 mars 1641, où ils sont accueillis au monastère de San Martín. Le 15 juin 1641, Philippe IV ordonne la fondation d’un nouveau monastère de Montserrat à El Abroñigal, sur la route d’Alcalá. Le monastère est ensuite transféré en plusieurs étapes à Madrid52.

  • 53  Joan Busquets, « Dues cartes del bisbe de Girona, Gregorio Parcero, des de l’exili (1643) », Annal (...)
  • 54  Josep Sanabre, La Acción de Francia en Cataluña…, op. cit., p. 215.

21Ces expulsions ont également concerné le haut clergé, les évêques, majoritairement restés fidèles à Philippe IV. Certains d’entre eux avaient déjà quitté la Catalogne avant la rupture de janvier 1641, comme par exemple, Pau Duran (Vic) ou encore Pedro de Santiago (Solsona)53. À partir de 1642, ce fut le tour de Pérez Roy (Elne) et de García Gil Manrique (Barcelone)54. Les deux derniers évêques expulsés sont Gregorio Parcero (Gérone) le 6 février 1643 et en 1646, Ramon de Sentmenat, qui avait remplacé Pau Duran à Vic en 1640.

  • 55  Joan Busquets, « Dues cartes del bisbe de Girona… », art. cit. Voir également Luis Batlle Prats, « (...)
  • 56  Celle du 18 mars 1642 est adressée à l’abbé Espinosa, du monastère de Montserrat, expulsé en 1640  (...)
  • 57  Antolín Merino y José de La Canal, España Sagrada, t. XLIV, tratado LXXXII, Madrid, Imprenta de Do (...)

22Dans l’ensemble, l’itinéraire des évêques à la suite de leur expulsion est assez difficile à suivre. Gregorio Parcero est le seul à avoir laissé quelques indices – hélas trop rares – et à avoir fait l’objet de quelques articles, déjà anciens55. Quatre lettres écrites de sa main ont été retrouvées dans les archives (deux de 1643, une de 1653 et une de 165456). Bien qu’il ne soit pas catalan, son cas a retenu l’attention des historiens, en ceci qu’il s’est vivement engagé contre les abus des soldats dans son diocèse au printemps 1640. Il prononce en effet deux interdits locaux puis deux sentences d’excommunication à cause des incendies d’églises et de formes consacrées perpétrés par les tercios de Leonardo Molas et de Juan de Arces, à Riudarenes et à Montiró. Malgré son engagement contre les logements des soldats, Gregorio Parcero demande en octobre 1642 au chapitre de la cathédrale de Gérone l’autorisation de quitter le diocèse, ce qui lui est concédé. Il se réfugie à Blanes, où il reste jusqu’en février 1643. Le 2 février, il écrit de nouveau au chapitre pour faire part des pressions et des violences qu’il subit de la part des agents français57. Il est finalement expulsé de Catalogne pour avoir refusé de jurer allégeance à Louis XIII, alléguant l’impossibilité de rompre le serment de fidélité envers son roi, comme il l’écrit dans sa lettre du 19 septembre 1643 à Urbain VIII :

  • 58  Joan Busquets, « Dues cartes del bisbe de Girona… », art. cit., p. 356-357.

Moi, fils indigne de Votre Sainteté et plus humble des évêques de cette Province, après avoir été victime de persécutions qui ont souvent mis ma vie en danger, à cause de la fidélité envers mon roi et de l’amour envers le troupeau du Seigneur, finalement, opprimé par la violence du vice-roi, du gouverneur et du sénat de cette Province, j’ai été obligé d’abandonner mes brebis […]. Le seul crime dont on puisse m’accuser, c’est d’être convaincu de ne pas devoir renoncer ne serait-ce qu’un instant à l’obédience et à la fidélité envers le Roi Catholique et Seigneur mien, dont je suis sujet par le droit naturel et par la grâce, lequel m’a confirmé comme évêque lors d’un serment public. De sorte que l’on considère comme un crime pour un évêque, ce que l’on appelle vertu chez un homme privé58.

  • 59  Ibid., p. 325. Voir également, Jon Sanabre, La Acción de Francia en Cataluña…, op. cit., p. 323.

23Le cas de Ramon de Sentmenat est plus complexe et a donné lieu à des interprétations divergentes. Selon Joan Busquets, c’est sa condition de catalan qui expliquerait qu’il ait pu rester en Catalogne jusqu’en 1646, à la différence des autres évêques, d’origine castillane59. La question mérite certes d’être posée, mais la réponse semble moins évidente. On ne dispose d’aucune trace écrite permettant de corroborer cette interprétation. En outre, nombreux ont été les Catalans qui ont dû quitter la Catalogne ou qui en ont été bannis, notamment parmi les hauts prélats.

  • 60  Mathias Ledroit, « Les voix dissonantes : récits philippistes et concurrence mémorielle à l’époque (...)
  • 61  Alexandre Ros, Cataluña desengañada, Naples, Egidio Longo, 1646.
  • 62  Enric Querol, « Alexandre Ros, degà de Tortosa i polemista al concili tarraconense del 1636 sobre (...)

24Le troisième cas documenté est celui d’Alexandre Ros (1598-1656), protonotaire apostolique et doyen de la cathédrale de Tortosa, qui s’est distingué, dès 1640, comme partisan de Philippe IV en publiant un opuscule appelant les Catalans à ne pas accepter la signature d’un quelconque traité avec la France60. Son parcours illustre la complexité et la diversité du groupe des philippistes. Il quitte la Catalogne bien avant le début du conflit, bien qu’il soit difficile de déterminer précisément à quel moment. On sait qu’il se trouve à Rome en 1639, au service du cardinal Francesco Barberini, neveu du pape Urbain VIII (r. 1624-1644). On sait également qu’il est toujours à Rome en juillet 1640, grâce à une lettre qu’il adresse au chapitre de la cathédrale de Tortosa. Enric Querol suppose qu’il passe l’année 1640-1641 à Rome avant de prendre l’exil pour Naples, où il se trouve en 1642. Depuis son exil napolitain, il se propose de prendre les armes de la plume pour favoriser la réintégration de la Catalogne dans le giron de la Monarchie catholique en publiant en 1646 Cataluña Desengañada 61. Il prend également part, aux côtés de don Juan José d’Autriche, à la répression de la révolte napolitaine et s’illustre de nouveau, en tant que libelliste, en faveur de Philippe IV mais aussi de la noblesse napolitaine face aux aspirations républicaines des révoltés. Ce soutien sans faille à la couronne espagnole lui vaut d’être nommé prédicateur royal le 28 février 1651, une charge qu’il n’aura pas le temps d’occuper, puisque Philippe IV lui enjoint de regagner Tortosa, où il se trouve en mai 1651, pour occuper sa charge de doyen de la cathédrale. Il obtient toutefois d’autres distinctions honorifiques après la capitulation de Barcelone en 1652. Par exemple, le Conseil d’Aragon – avec l’aval de don Juan José d’Autriche – suggère à Philippe IV de le nommer évêque de la Seu d’Urgell. Mais Alexandre Ros refuse, sans doute pour pouvoir rester à la cour, où il a été envoyé en janvier 1653 comme ambassadeur de la Généralité, afin de supplier Philippe IV de conserver les privilèges de la Principauté à la suite de la réconciliation. On conserve peu de renseignements sur les dernières années de sa vie, mais l’on sait que, de fait, une fois l’ambassade terminée, il reste à la cour où il rédige son testament le 19 avril 1655 et où il meurt le 2 juin 1656 62.

Les élites urbaines : entre fidélité et survie

  • 63  Frédérique Leferme-Falguiere et Vanessa Renterghem, « Le concept d’élites. Approches historiograph (...)

25La plupart des études, on le voit, partent d’une conception « moniste » des élites63, c’est-à-dire des groupes sociaux se situant au sommet de la hiérarchie des pouvoirs. Pour avoir une vision plus nuancée du comportement des « philippistes », il importe d’envisager la notion dans une perspective plurielle, en variant les échelles. On prendra ici deux exemples pour suggérer l’idée d’effectuer un travail à l’échelle des élites urbaines : le cas de la cité de Tortosa (Baix Ebre), étudié par Enric Querol Coll et Joan Hilari Muñoz Sebastià, et celui de la ville de Reus (Baix Camp de Tarragona), travaillé par Manel Güell.

  • 64  Joan Hilari Muñoz i Sebastià, « La guerra dels Segadors a les terres de l’Ebre (1640-1641) », Rece (...)
  • 65  Enric Querol Coll et Joan Hilari Muñoz i Sebastià, La Guerra dels Segadors a Tortosa (1640-1651), (...)

26Dans la propagande diffusée par le Conseil des Cent dès l’automne 1640, Tortosa apparaît comme l’exemple de la traîtrise. À la suite des soulèvements urbains advenus les 21 et 22 juillet, les autorités municipales fuient la ville pour se réfugier dans des monastères proches, entre autres, dans celui des cisterciens de Benifassà64. De là, elles préparent la reprise de la ville, qui se produit le 4 septembre. Dans les jours qui suivent, les autorités municipales rétablissent l’ordre royal en procédant à des arrestations de « révoltés » et à des exécutions sommaires. Joan Hilari Muñoz en recense dix-huit, auxquelles s’ajoutent trois peines de galères. Les exécutions sont volontairement publiques et les corps restent pendus aux fenêtres de la Casa de la Ciutat, pour l’exemple. Progressivement, les autorités municipales s’éloignent des directives de la Généralité. Elles refusent, ainsi, d’envoyer un représentant à la junta de braços convoquée à Barcelone et manifestent leur soutien envers Philippe IV, qui, le 29 septembre, concède à Tortosa le titre Fidelísima y Exemplar. En conséquence, les habitants sont déclarés « ennemis de la patrie » le 3 octobre par la junta de guerra 65.

  • 66  Deux administrations catalanes coexistent tout au long de la guerre. L’une en Catalogne française (...)
  • 67  Cité par Enric Querol Coll et Joan Hilari Muñoz i Sebastià, La Guerra dels Segadors…, op. cit., p. (...)
  • 68  Ibid., p. 123. Ils mentionnent quelques cas : Francesc Aguiló de Sentís (nommé évêque de Tortosa e (...)

27Enric Querol Coll et Joan-Hilari Muñoz se concentrent néanmoins plus sur le déroulement de la guerre à Tortosa que sur le comportement des « philippistes ». Ils évoquent les « oligarques », partisans de Philippe IV et agents de la « contre-révolte » des 4 et 6 septembre 1640, mais ils ne proposent pas d’études de cas – ce n’est pas leur propos. Ils ébauchent néanmoins quelques grandes tendances. Premièrement, le choix des dirigeants municipaux aurait été prioritairement déterminé par la crainte des représailles militaires de la part de la monarchie et par le peu de confiance en la capacité de la Généralité à lever des soldats pour résister aux soldats espagnols. Il faudrait donc situer leur comportement entre la conviction et la survie. Deuxièmement, les élites urbaines – rassemblées dans l’ouvrage sous le libelle « oligarques » – ont occupé des offices dans les institutions catalanes sous contrôle de Philippe IV 66. La monarchie espagnole a beaucoup misé, pour s’assurer la fidélité des habitants, sur la concession de privilèges et sur le développement de mécanismes de promotion, dans les institutions locales et royales, mais aussi castillanes. Un décret du 30 juillet 1642 autorise les habitants de Tortosa à occuper des offices dans les territoires reliés administrativement à la couronne de Castille, ce qui, en principe, est impossible sans une carte de naturaleza 67. Les récompenses accordées aux habitants de Tortosa pour leur fidélité sont un moyen d’attirer, dans le giron espagnol, d’autres villes. Entre 1640 et 1660, le roi concède, entre autres, trois évêchés, trois places à la Real Audiencia, une place à la Chancellerie de Grenade, un poste de régent et un autre de secrétaire au Conseil d’Aragon68. Lorsque la ville de Tortosa est conquise par les Français en 1648, les élites urbaines qui avaient activement soutenu Philippe IV partent en exil. Ceux qui restent, comme les autorités ecclésiastiques, multiplient les actes de fidélité envers le roi de France.

  • 69  Porfirio Sanz Camañes, « Fronteras, poder y milicia en la España Moderna. Consecuencias de la admi (...)
  • 70  Carles Maristany, « Els segles xvi i xvii », dans Pere Anguera (dir.), Història General de Reus, R (...)
  • 71  La Taula de Canvi est une institution propre aux royaumes de la Couronne d’Aragon. Celle de Barcel (...)
  • 72  Daniel Aznar, « Gloria y desgracia de un virrey francés de Cataluña, el mariscal de La Mothe- Houd (...)

28Le cas de Reus est encore différent et intéresse en ceci que la ville se situe en zone de limes, comme c’est le cas du Camp de Tarragone dans son ensemble, à la frontière entre la Catalogne philippiste et la Catalogne française69. Dès le mois de novembre 1640, à la suite de la « contre-révolte » de Tortosa, Reus devient ce que Carles Maristany a appelé « no man’s land, à portée de la première armée qui y arriv[e] »70. La ville est rapidement déclarée « ennemie de la patrie » par la junta de braços et les biens des habitants vivant à Barcelone sont confisqués, tout comme l’argent placé par les Reusesens à la Taula de Canvi 71. Le cas de Reus révèle que le choix des élites urbaines est aussi guidé par les nécessités du quotidien en temps de guerre et par une question de survie. En effet, au lendemain de la bataille de Montjuich en janvier 1641, dont la victoire est remportée par la coalition franco- catalane, Reus prête de nouveau allégeance à Barcelone. Les soldats français investissent les lieux pour cantonner les troupes de Philippe IV dans le Sud de la Principauté. En août 1641, la ville de Tarragone est reprise par Philippe IV, après la débâcle de l’armée française et la fuite du maréchal de La Mothe-Houdancourt72. Dès lors, la ville prête de nouveau allégeance à Philippe IV. Manel Güell montre que Reus est constamment restée entre deux eaux ; elle n’a pu rester neutre et a dû adopter une position ambiguë que lui ont dictée des impératifs de survie. Cette position aurait été rendue possible par l’activité diplomatique des conseillers municipaux qui ont envoyé des syndics auprès des représentants de deux belligérants, auxquels ils ont, tour à tour et parfois simultanément, porté des gages de fidélité. Reus montre, selon Manel Güell, qu’au fond, la fidélité est prioritairement déterminée par la question du ravitaillement en denrées premières.

  • 73  Alejandra Testino-Zafiropoulos, « La conspiration d’Hyppolite d’Aragon en Catalogne… », art. cit.
  • 74  Ferran Soldevila, Història de Catalunya, Barcelone, Editorial Alpha, 1962, vol. III, p. 1057 et Jo (...)
  • 75  Fernando Sánchez Marcos, Cataluña y el gobierno central tras la Guerra de los Segadores (1652-1679 (...)
  • 76  Ibid., p. 103.
  • 77  Ibid., p. 104.

29Le 6 octobre 1652, Francesc Puigjaner, ambassadeur du Conseil des Cent, remet à don Juan José d’Autriche une lettre dans laquelle les Conseils barcelonais expriment le désir de la cité de renouveler son obédience à Philippe IV. Quelques jours plus tard, le 11, le Conseller en Cap, Rafel Casamitjana, au nom de la cité, jure fidélité à don Juan José d’Autriche et à Philippe IV, ce que fait également, quelques heures plus tard, le député ecclésiastique de la Diputació, Pau del Rosso. Ce même jour, un pardon général est concédé aux Catalans ; en sont exclues des personnes qui ont été trop engagées auprès des Français et qui prennent le chemin de l’exil73. Jusque dans les années 1980, la réincorporation de la Catalogne dans la Monarchie a été interprétée comme le commencement d’une étape néo-foraliste74. Fernando Sánchez Marcos a montré que les choses avaient été plus complexes75. S’il est vrai que Philippe IV n’abolit pas les privilèges et les constitutions catalanes, cela n’a pas été sans contrepartie. La période inaugurée en 1652 donne lieu à l’instauration du « nouveau statut » qui réduit l’autonomie des institutions catalanes. Le pouvoir royal prend en effet le contrôle des listes d’insaculació 76, c’est-à-dire les listes sur lesquelles sont inscrits les noms des personnes éligibles aux charges administratives de la Principauté. On sait que don Juan José d’Autriche a sollicité l’aide de certains « philippistes » pour réélaborer les listes. Il charge ainsi Josep Romeu de Ferrer, ancien Conseller de Tortosa et fervent philippiste, d’indiquer « bon » ou « mauvais » à côté de chacun des noms composant la liste des personnes éligibles au Conseil des Cent de Barcelone77.

  • 78  Ibid.
  • 79  Ibid.
  • 80  Ibid., p. 104.

30Les consultes du Conseil d’Aragon sur la période postérieure à 1652 montrent que les demandes pour être inscrits sur les listes d’insaculació ont été nombreuses, notamment de la part de ceux qui avaient manifesté leur soutien au roi pendant la guerre78. Cette volonté de recomposer les élites urbaines – celles de Barcelone notamment – reste néanmoins ouverte, selon Fernando Sánchez Marcos. Don Juan José d’Autriche laisse en effet les listes ouvertes, pour encourager ceux qui souhaiteraient à y œuvrer en faveur de la couronne79. Une observation plus fine des listes d’insaculació barcelonaise montre, cependant, que malgré le renouvellement des listes, on retrouve encore bien après 1652-1653 les mêmes noms de famille. Ce phénomène s’explique en grande partie par le caractère fermé des élites municipales en Catalogne et par les liens que les familles entretiennent entre elles80.

31À l’issue de ce parcours à travers l’historiographie, on prend la mesure de la nécessité et de la complexité du problème d’écrire une histoire des « philippistes » pendant la révolte de 1640. On dressera donc des conclusions sous forme schématique, dans le but de souligner les principales questions suggérées par les contributions synthétisées dans l’article et les possibles prolongements.

32La première difficulté concerne les définitions, à commencer par celle de l’objet-même : « malaffectés », « philippistes », « Catalans fidèles à Philippe IV » ? Entre la documentation d’époque et l’historiographie récente, on trouve une kyrielle de termes ou expressions servant à désigner ceux qui sont restés fidèles à Philippe IV. Il semble raisonnable de désormais renoncer à utiliser le mot « mal-affecté » pour désigner les partisans de Philippe IV. Bien qu’il soit attesté dans la documentation, on ne le trouve que dans les sources pro-françaises et il véhicule des connotations négatives, en lien avec les notions d’inimitié et de traîtrise. Dès lors, il ne peut être utilisé pour forger un objet d’étude, car il implique, d’emblée, un esprit de partie, dont il faut se préserver. Le terme « philippiste », utilisé en premier lieu par Jordi Vidal Pla, semble mieux à même de définir l’objet, en ceci qu’il évite de tomber dans le piège de la naturaleza en ne prenant en compte que les Catalans. La question de la fidélité et du comportement des élites, au mitan du xviie siècle, implique nécessairement d’observer le phénomène dans toute sa complexité. À cet égard, le comportement des évêques et de la haute noblesse est un bon indice de l’intrication des élites castillanes et catalanes à cette époque. Lorsque la communauté se déchire en 1640, il devient difficile pour de nombreuses familles d’envisager de rompre les liens avec la Castille. Il y a bien, comme le montrent les cas des Cardona et de Gregorio Parcero, une constance dans la fidélité envers le roi d’Espagne – et aussi envers Dieu qui a commandé l’obéissance à Philippe IV – mais il ne faut pas pour autant perdre de vue les différentes logiques qui sont à l’œuvre. Dans le cas de la haute noblesse, il y a des enjeux familiaux et patrimoniaux. Dans le cas de la haute hiérarchie ecclésiastique, la fidélité envers le roi repose sur l’espoir d’une récompense, comme dans le cas d’Alexandre Ros.

33L’autre prérequis concerne la notion d’ « élite ». Une définition trop restrictive, qui n’envisagerait que le sommet de la pyramide des pouvoirs, comme la haute noblesse ou encore le haut clergé, reviendrait à jeter le voile sur les autres strates de la société catalane. Le comportement des élites urbaines révèle les tensions qui s’opèrent dans la société en guerre, entre fidélité – au roi ou à la patrie – et nécessités et urgences du quotidien. Le Sud de la Catalogne est une zone qui a vécu de nombreux bouleversements entre 1640 et 1652, tout comme cela a été le cas sur le front oriental, dans la région de Lleida. Pour bien comprendre le comportement des élites mais aussi le comportement des belligérants vis-à-vis des élites, il semble important d’avoir une connaissance globale du comportement des différents groupes dirigeants, en variant les échelles. Car toutes les études consacrées aux « philippistes », quelle que soit leur origine sociale, montrent que la France et l’Espagne ont multiplié les efforts pour s’attirer la sympathie des différentes élites. Du côté français, on connaît peut-être plus les politiques de répression et de confiscation des biens. Peut-être serait-il opportun – mais les sources le permettent-elles ? – de se pencher sur une éventuelle politique de récompense mise en place par l’administration française. Du côté espagnol, le sujet est un peu mieux connu grâce aux travaux de Jordi Vidal Pla, mais il mériterait d’être remis sur l’ouvrage. D’une part, parce que malgré tout l’intérêt qu’il présente, il est ancien et, d’autre part, parce que l’auteur lui-même a pointé, en conclusion de son travail, les limites de son étude qu’il appelle de ses vœux à dépasser en élargissant le corpus au-delà des consultes du Conseil d’Aragon et des demandes de rente adressées à ce dernier par les nobles exilés à la cour. Qu’en est-il de la politique de pardons généraux octroyés aux villes catalanes par Philippe IV tout au long de la guerre ? Dans quelle mesure le gouvernement royal a-t-il cherché à s’attirer la sympathie des élites municipales ? Les travaux consacrés à Tortosa et à Reus, ainsi que les quelques commentaires de Josep Sanabre sur la campagne de Lleida, ont souligné que les renversements de fidélité avaient été motivés par l’impopularité des agents français. On trouve en effet de très nombreux indices à ce sujet dans les études et dans la documentation. Il n’en reste pas moins qu’on ignore la façon dont l’Espagne a tiré profit de cette impopularité pour favoriser le retour de certaines zones de la Principauté dans le giron de la monarchie.

34La variation d’échelle doit aussi mener à s’intéresser au comportement des anciens membres de l’administration royale. On sait, grâce aux nombreuses descriptions que l’on conserve de ce jour-là, que lors des émeutes de la Fête-Dieu à Barcelone le 7 juin 1640, les membres de la Real Audiencia ont été persécutés et leurs domiciles incendiés par les moissonneurs. Cette donnée suppose dans un premier temps de dépasser le cadre posé par la naturaleza. On ne peut en effet comprendre ce qui se joue en 1640 en considérant que la guerre oppose les Catalans aux autres. La révolte de 1640 est aussi, comme l’avait déjà écrit Josep Sanabre, une guerre civile. Les membres de la Real Audiencia sont des Catalans qui ont été pris pour cible, du fait qu’ils représentaient le pouvoir royal, lequel, en 1640, était jugé responsable des pillages, des persécutions et des sacrilèges perpétrés par les soldats. Ils sont jugés complices. On a beau savoir qu’ils ont fui en Castille dans les premiers temps de la guerre, on sait peu de choses sur leur comportement tout au long de la guerre. Dans le même ordre d’idée, aucun travail n’a été consacré – à notre connaissance – à l’administration royale de Catalogne pendant la guerre. L’Audiencia Real, par exemple, a été reformée par Philippe IV, mais on ignore tout de son fonctionnement et de sa composition. Or, les membres de l’administration royale sont une catégorie d’élite et la Real Audiencia fait partie du cursus honorum de la plupart des juristes catalans qui travaillent d’abord au service des institutions catalanes pour ensuite obtenir un office dans l’administration royale de Catalogne.

35Les études mentionnées dans ce bilan historiographique suggèrent toute la richesse et la complexité d’un sujet qui est encore à traiter en profondeur et dans son ensemble. Une connaissance plus fine des différents profils sociologiques des « philippistes » ainsi que de leur comportement permettrait de donner un nouvel élan aux études consacrées à la révolte des Catalans de 1640. De même, un travail sur ces mêmes élites au cours de la période postérieure à 1652 permettrait de comprendre l’évolution de ces catégories sociales dans la durée. Mais peut-être faudrait-il avant tout commencer par un travail sur les sources, afin d’en dresser un inventaire précis.

Haut de page

Notes

1  Francisco Manuel de Melo, Historia de los movimientos, separación y guerra de Cataluña, San Vicente, Paulo Craesbeeck, 1645.

2  Luca Assarino, Delle Rivolutioni di Catalogna, Gênes, Per Gio et Maria Farroni, 1645.

3  Antoni Simon i Tarrés, 1640, Barcelone, Rafael Dalmau Editor, 2019.

4  Ivan Gràcia Arnau, Representacions textuals de la violència : Barcelona, Corpus de 1640, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Joan-Lluís Palos et Joana Fraga, Université de Barcelone, 2020 (inédite). Je remercie Ivan pour m’avoir envoyé un exemplaire de sa thèse.

5  Jordi Vidal Pla, Guerra dels Segadors i crisi social : els exiliats filipistes, 1640-1652, Barcelone, Edicions 62, 1984.

6  La généralisation du terme « malaffecté » dans l’ensemble de l’historiographie n’est d’ailleurs pas sans poser problème, puisqu’elle suppose qu’il y a, encore aujourd’hui, un bon et un mauvais côté.

7  Bernard Du Plessis Besançon, « Observations et avis nécessaires touchant à la Catalogne » (1645), dans Mémoires de Du Plessis Besançon, publiés pour la société de l’histoire de France, accompagnés de correspondances et de documents inédits par le Comte Horric de Beaucaire, Paris, Librairie Renouard, 1892.

8  Josep Sanabre, La Acción de Francia en Cataluña en la pugna por la hegemonía de Europa (1640-1659), Barcelone, Acadèmia de Bones Lletres, 1959.

9  Mathias Ledroit, « Cataluña desgarrada », eSpania, no 24, juin 2016. En ligne : https://journals.openedition.org/e-spania/25700, consulté le 04/05/2021.

10  La Députation catalane ou Généralité (Generalitat) est l’institution représentant le royaume en dehors de la réunion des Cortes dont elle assure la continuité. Le Conseil des Cent est le conseil municipal de Barcelone.

11  Basili de Rubí, Un segle de vida caputxina a Catalunya (1564-1664). Aproximació histórica-bibliogràfica, Barcelone, Favència, 1978. Voir également la fiche synthétique proposée par la Real Academia de la Historia : https://dbe.rah.es/biografias/17538/bernardino-de-manlleu, consulté le 22/11/2021.

12  Mathias Ledroit, « Les ambassadeurs catalans à Madrid en 1640 : chronique d’une guerre annoncée ? », dans Béatrice Perez (dir.), Ambassadeurs, Apprentis espions et Maîtres comploteurs. Les systèmes de renseignements en Espagne à l’époque moderne, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, 2010, p. 333-341.

13  Víctor Ferro, El Dret civil català, Vich, Eumo Editorial, 2001, p. 286-287.

14  Basili de Rubí, Les Corts generals de Pau Claris, Barcelone, Fundació Vives Casajuana, 1976, p. 58 : « todas las personas de los tres estamentos de este Principado y Condados, y de las universidades, villas y lugares […] ». Cet ouvrage fondamental pour l’étude de la révolte de 1640 publie l’intégralité des délibérations de la junta particular convoquée en août 1640 par Pau Claris.

15  Il s’agit d’une assemblée ad hoc, créée pour pourvoir aux besoins militaires. Le sens du terme « junta » en castillan et en catalan est plus souple qu’il ne l’est en français, où il désigne une dictature militaire. Ici, il faudrait le traduire par « assemblée » ou par « commission ».

16  Id.

17  Id.

18  Dietari de le Generalitat, resolució de braços, 22 septembre 1640, fol. 474v. L’insaculació est un mécanisme de tirage au sort généralisé à l’ensemble des institutions catalanes par Ferdinand le Catholique en 1498. Il consiste à dresser la liste des personnes éligibles pour exercer un office. À intervalle régulier – qui varie selon les institutions – on tire au sort le nom des personnes qui exerceront l’office durant un mandat. La desinsaculació est donc le retrait d’un nom de l’une de ces listes. Elle est souvent prononcée en cas de faute grave pendant l’exercice de l’office.

19  Eva Serra, « 1640 : una revolució política. La implicació de les institucions », dans Eva Serra (dir.), La Revolució catalana de 1640, Barcelone, Curial, 1991, p. 3-65. Voir p. 52.

20  Dietari de la Generalitat, 22/09/1640, fo 474v.

21  Basili de Rubí, Les Corts generals de Pau Claris, op. cit., p. 312-313.

22  Ibid.

23  Si son titre de comte de Barcelone apparaît régulièrement dans la documentation, celui de Louis II est très rare. Les textes se réfèrent le plus souvent à lui en tant que Roi Très Chrétien.

24  Josep Sanabre, La Acción de Francia en Cataluña…, op. cit. ; Òscar Jané Checa, França i Catalunya al segle xvii. Identitats, contraidentitats i ideologia a l’època moderna (1640-1700), thèse de doctorat, p. 191, en ligne : https://www.tdx.cat/handle/10803/4792, consulté le 26/11/2021. Pour une lecture synthétique de cette question, Mathias Ledroit, « La intervención francesa en Cataluña », Desperta Ferro, Arqueología & Historia, no 44, 2020, p. 32-35. Les conditions de l’intégration de la Catalogne à la Couronne française furent entérinées dans le Traité de Péronne, du 19 septembre 1641. La Catalogne s’engageait à fournir un bataillon de 5 000 soldats et de 500 cavaliers. Louis XIII, en son nom mais aussi en celui de ses successeurs, jurait de respecter les constitutions et les privilèges de la Principauté, des Comtés et des municipalités.

25  Biblioteca Universitaria de Barcelona, Dietari o memoria de moltes coses que succehiren en la present ciutat y Principat de Cathalunya comensant dels primers diez de l’any 1641 en avant, manuscrit 211, passim.

26  Memorial Histórico Español [dorénavant MHE], t. XVI, Carta de algunos padres de la Compañía de Jesús sobre los sucesos de la Monarquía, Madrid, Real Academia Española, 1862, t. IV, p. 62-76.

27  MHE, op. cit., p. 69.

28  Jordi Vidal Pla, Guerra dels Segadors i crisi social…, op. cit., p. 104-107.

29  Òscar Jané Checa, França i Catalunya…, op. cit.

30  Alexandra Testino-Zafiropoulos, « La conspiration d’Hyppolite d’Aragon en Catalogne. Une courtisane et ses complices dans la tourmente franco-catalane », dans Béatrice Perez (éd.), Ambassadeurs, Apprentis espions et Maîtres comploteurs. Les systèmes de renseignements en Espagne à l’époque moderne, Paris, PUPS, 2010, p. 277-290. Voir également Mathias Ledroit, « Cataluña desgarrada », art. cit.

31  Jordi Vidal Pla, Guerra dels Segadors i crisi social…, op. cit., p. 188-215.

32  Jordi Nadal et Emili Giralt, « Ensayo metodológico para el estudio de la población catalana de 1553 a 1717 », Estudios de Historia Moderna, no 3, 1953, p. 239-284 ; id., La population catalane de 1553 à 1717. L’immigration française et les autres facteurs de son développement, Paris, SEVPEN, 1960 ; Antoni Simon I Tarrés, « La població catalana a l’època moderna. Síntesi i actualització », Manuscrits, no 10, 1992, p. 217-258 et Lluís Ferrer Alòs, « L’evolució de la població de Catalunya als segles xvi i xvii. Estancament, crisi i creixement », Pedralbes : Revista d’Història Moderna, no 41, 2021, p. 91-142.

33  Alain Hugon, La grande migration. De l’Espagne à l’Amérique. 1492-1700, Paris, Vendémiaire, 2019. Voir tout particulièrement le chapitre « Partir, une organisation », p. 111-142. L’ouvrage est consacré à l’émigration vers l’Amérique, mais offre une large réflexion sur comment penser l’émigration dans l’Espagne de l’époque moderne.

34  Jordi Vidal Pla, Guerra dels Segadors i crisi social…, op. cit., p. 150.

35  Ibid., voir l’annexe 1, p. 188-215.

36  Diana Carrió-Invernizzi, « Imagen y propaganda de los exiliados de la guerra de Cataluña en Madrid (1640-1652) », dans Alain Hugon et Alexandra Merle (éd.), Soulèvements, révoltes et révolutions dans l’empire des Habsbourg d’Espagne, xvie-xviie siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2016, p. 227-242, p. 233.

37  Le terme juriste désigne une catégorie de fonctionnaires catalans ayant obtenu un titre in utroque jure, batxiller ou doctor, et qui occupent un office dans une administration en Catalogne ou qui travaillent en tant qu’avocat pour une institution. Contrairement aux institutions centrales ou à la Couronne de Castille, la caste de letrados n’existe pas de façon aussi enracinée en Catalogne.

38  Jon Arrieta Alberdi, « La “Junta para la materias políticas e inteligencias de Cataluña” (1640-1642) », Primer Congrés d’Història de Catalunya, Barcelone, Edicions Universitat de Barcelona, 1984, vol. 2, p. 141-148. Je remercie Jon Arrieta Alberdi de m’avoir rappelé l’existence de cet article et de me l’avoir très aimablement renvoyé.

39  Jon Arrieta Alberdi, dans son article, précise qu’on ignore dans quelle mesure Philippe IV a suivi ou non ces préconisations. Il est certes difficile de trancher, mais on mentionnera un point. On recommande à Philippe IV de concéder un pardon général à l’ensemble de la province, ce qu’il fit à plusieurs reprises. Une première fois en 1642, puis une seconde fois en 1644 et une troisième fois en 1647. On peut documenter, directement ou indirectement, ces trois pardons et il n’est pas à exclure qu’il y en ait eu d’autres. Leur objectif était de favoriser le renversement d’alliance. En 1642, on apprend dans une lettre imprimée des jurés de Tarragone que le pardon concédé a encouragé le retour de la ville à l’obédience de Philippe IV. Et il en va de même pour Lérida et un ensemble de ville de la Catalogne orientale en 1644. Cette coïncidence encourage, en tout cas, une étude plus poussée sur la politique de pardon générale déployée par Philippe IV tout au long du conflit.

40  MHE, op. cit., t. XXII, Crónica de Miquel Parets, Madrid, Real Academia Española, 1989, vol. III, chap. 86, passim.

41  Pere Molas Ribalta, « Va haver-hi una fusió de les elites a la Catalunya dels Àustries ? », Manuscrits, no 15, 1997, p. 41-52.

42  Pere Molas Ribalta, L’alta noblesa catalana a l’Edat Moderna, Eumo, Vic, 2004.

43  Pere Molas Ribalta, « La Duquesa de Cardona en 1640 », Cuadernos de Historia Moderna, no 29, 2004, p. 133-143.

44  Ramón de Rubí De Marimón, Relación del lebantamiento, op. cit., p. 283.

45  Ibid., p. 297. « Son excellence était la voix du roi, à qui nous obéissions tous ».

46  Mathias Ledroit, « El bombardeo de Perpiñán (junio de 1640). Símbolo de la tiránica barbàrie », dans Alain Hugon et Alexandra Merle (éd.), Soulèvements, révoltes et révolutions…, op. cit., p. 50-67.

47  Antoni Simon i Tarrés, Del 1640 al 1705. L’autogovern de Catalunya i la classe dirigent catalana en el joc de la política internacional europea, Valence, Publicacions de la Universitat de València, 2011, p. 53-55.

48  Ibid., p. 55.

49  Josep Sanabre, « Les repercussions de la Guerra dels Segadors en el monastir de Montserrat », Annalecta Montserratensia, vol. IX, 1962, p. 103-134 ; Mathias Ledroit, Philippe IV et les Catalans (1621-1652), à paraître.

50  Ernesto Zaragoza Pascual, Historia del Real Monasterio de Montserrat de Madrid, Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1996, p. 31-32.

51  Bibilioteca Universitària de Barcelona, Dietari o memoria de moltes coses, ms. 211, fo 306 : « Als primers de dit se va ordenar a tots los prelats de totes les religions traguessen de Cathalunya a tots los religiosos castellans, aragonesos, valencians y mallorquins, y se va posar en executio y tots se·n anaren a llurs terres salvo algunos que han estimat mes anarse·n a Fransa que en llurs patrias ».

52  Diana Carrió-Invernizzi, « Imagen y propaganda de los exiliados… », art. cit.

53  Joan Busquets, « Dues cartes del bisbe de Girona, Gregorio Parcero, des de l’exili (1643) », Annals de l’Institut d’Estudis Gironins, no 22, 1974, p. 351-363. Il mentionne également le cas de l’évêque de Tortosa, Joan Bautista Veschi, un Napolitain, qui fut expulsé en 1648 lors de la reprise de la ville par les Français, les territoires du Sud ayant été très vite repris par le maréchal de Los Vélez en 1640-1641.

54  Josep Sanabre, La Acción de Francia en Cataluña…, op. cit., p. 215.

55  Joan Busquets, « Dues cartes del bisbe de Girona… », art. cit. Voir également Luis Batlle Prats, « Unas cartas inéditas de Fray Gregorio Parcero », Hispania Sacra, no 26, 1973, p. 355-359.

56  Celle du 18 mars 1642 est adressée à l’abbé Espinosa, du monastère de Montserrat, expulsé en 1640 ; elle se trouve à la Biblioteca Nacional de Madrid. Celle du 19 septembre 1643, adressée à Urbain VIII est conservée dans les archives vaticanes. Les deux dernières sont conservées aux archives municipales de Gérone.

57  Antolín Merino y José de La Canal, España Sagrada, t. XLIV, tratado LXXXII, Madrid, Imprenta de Don José del Collado, 1826, p. 148-155.

58  Joan Busquets, « Dues cartes del bisbe de Girona… », art. cit., p. 356-357.

59  Ibid., p. 325. Voir également, Jon Sanabre, La Acción de Francia en Cataluña…, op. cit., p. 323.

60  Mathias Ledroit, « Les voix dissonantes : récits philippistes et concurrence mémorielle à l’époque de la révolte des Catalans de 1640 », dans Héloïse Hermant et Jérémie Foa (dir.), Quand la communauté se déchire. Archives, récits et mémoires au prisme des guerres civiles (en cours de publication).

61  Alexandre Ros, Cataluña desengañada, Naples, Egidio Longo, 1646.

62  Enric Querol, « Alexandre Ros, degà de Tortosa i polemista al concili tarraconense del 1636 sobre la predicació en català », Beceroles : Lletres de llengua i literatura, no 6, 2016, p. 145-160, p. 157.

63  Frédérique Leferme-Falguiere et Vanessa Renterghem, « Le concept d’élites. Approches historiographiques et méthodologiques », Hypothèses, vol. 4, no 1, 2001, p. 55-67 et Nathalie Heinich, « Retour sur la notion d’élite », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 117, no 2, 2004, p. 313-326.

64  Joan Hilari Muñoz i Sebastià, « La guerra dels Segadors a les terres de l’Ebre (1640-1641) », Recerca, no 6, 2002, p. 43-77.

65  Enric Querol Coll et Joan Hilari Muñoz i Sebastià, La Guerra dels Segadors a Tortosa (1640-1651), Valls, Cossetània Edicions, 2004, p. 27.

66  Deux administrations catalanes coexistent tout au long de la guerre. L’une en Catalogne française et l’autre en Catalogne espagnole. Les sources institutionnelles consultées dans les travaux consacrés à la révolte de 1640 sont celles de l’administration franco-catalane. Il n’existe pas, à notre connaissance, de travaux consacrés à l’administration catalane dans les zones reconquises par Philippe IV.

67  Cité par Enric Querol Coll et Joan Hilari Muñoz i Sebastià, La Guerra dels Segadors…, op. cit., p. 97-98.

68  Ibid., p. 123. Ils mentionnent quelques cas : Francesc Aguiló de Sentís (nommé évêque de Tortosa en 1647), Josep Andreu i Gavaldà (anobli par Philippe IV en 1642 et nommé régent de la Reial Audiència en 1643), Josep de Claresvalls (nommé évêque de la Seu d’Urgel en 1651), Josep Isern (qui reçut la « naturaleza castellana » en 1640 et nommé évêque de Tortosa, mais il meurt en novembre 1640), Jacint de Miravell i Forcadell (nommé docteur de la Reial Audiència en août 1642), Vicent de Miravelle (archidiacre de Vic et prieur de Tortosa, en 1645 et 1646 respectivement), Lluis de Montsuar i Sebil de Canyissar (secrétaire du Conseil d’Aragon en 1650), Josep Romeu de Ferrer (Régent du Conseil d’Aragon en 1655).

69  Porfirio Sanz Camañes, « Fronteras, poder y milicia en la España Moderna. Consecuencias de la administración militar en las poblaciones de la frontera catalano-aragonesa durante la Guerra de Secesión catalana (1640-1652) », Manuscrits, no 26, 2008, p. 53-77 ; Manel Güell, « Reus, vila oberta. Els primeras anys de la guerra de Separació », Manuscrits, no 30, 2012, p. 15-54.

70  Carles Maristany, « Els segles xvi i xvii », dans Pere Anguera (dir.), Història General de Reus, Reus, Ajuntament de Reus, 2003, vol. II : L’època moderna. Els segles xvi, xvii i xviii, p. 184.

71  La Taula de Canvi est une institution propre aux royaumes de la Couronne d’Aragon. Celle de Barcelone est créée au xve siècle et fonctionne comme une caisse de dépôt de l’argent de la cité.

72  Daniel Aznar, « Gloria y desgracia de un virrey francés de Cataluña, el mariscal de La Mothe- Houdancourt. 1640-1644 », Pedralbes. Revista d’Història Moderna, no 26, 2006, p. 189-261.

73  Alejandra Testino-Zafiropoulos, « La conspiration d’Hyppolite d’Aragon en Catalogne… », art. cit.

74  Ferran Soldevila, Història de Catalunya, Barcelone, Editorial Alpha, 1962, vol. III, p. 1057 et Joan Reglà, Els virreis de Catalunya, Barcelone, Teide, 1956, p. 144.

75  Fernando Sánchez Marcos, Cataluña y el gobierno central tras la Guerra de los Segadores (1652-1679), Barcelone, Publicacions de la Universitat de Barcelona, 1983, p. 49-65.

76  Ibid., p. 103.

77  Ibid., p. 104.

78  Ibid.

79  Ibid.

80  Ibid., p. 104.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Ledroit, « Les partisans de Philippe IV pendant la révolte de 1640. Un bilan historiographique »Cahiers de la Méditerranée, 106 | 2023, 177-194.

Référence électronique

Mathias Ledroit, « Les partisans de Philippe IV pendant la révolte de 1640. Un bilan historiographique »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 106 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.17012

Haut de page

Auteur

Mathias Ledroit

Mathias Ledroit est docteur en études romanes (Sorbonne Université) et diplômé de langue, littérature et civilisation catalanes. Après avoir consacré sa thèse aux relations entre Philippe IV et les Catalans, il étudie désormais l’histoire de la ville de Barcelone à l’époque moderne, et tout particulièrement son activité diplomatique. En littérature, il s’intéresse au traitement des questions politiques dans les productions littéraires catalanes de la Renaissance et de l’époque baroque. Depuis 2017, il est maître de conférences en histoire et civilisation de l’Espagne moderne à l’Université Gustave Eiffel.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search