Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106Comptes-rendusFrançois Dumasy, Tripoli colonial...

Comptes-rendus

François Dumasy, Tripoli coloniale. Histoire sociale et économique d’une ville sous domination italienne, Rome, École française de Rome, 2022, 610 p.

Martino Oppizzi
p. 277-280

Texte intégral

1S’appuyant sur un corpus documentaire largement inexploité et sur une approche d’histoire économique et sociale, l’ouvrage de François Dumasy analyse l’évolution de la ville de Tripoli depuis la veille de la colonisation italienne jusqu’à la seconde guerre mondiale. Principale ville coloniale italienne, avec 115 000 habitants en 1940, Tripoli acquiert rapidement une fonction de vitrine impériale, en mêlant enjeux politiques et symboliques. En dépit de cette centralité, l’intérêt des historiens s’était longtemps borné à l’architecture et aux politiques culturelles, en laissant de côté les questions urbaines, juridiques et socio-économiques.

  • 1  La politique du visible : architecture et politique culturelle à Tripoli sous Italo Balbo, 1934-1 (...)

2En focalisant son attention sur Tripoli, l’auteur condense vingt années de recherches sur la colonisation italienne en Libye et sur les politiques urbaines en milieu colonial. Maître de conférences en histoire contemporaine à l’IEP d’Aix-en-Provence, François Dumasy a consacré son mémoire de DEA et sa thèse de doctorat1 à Tripoli. Nombre de publications scientifiques, ainsi qu’une mission à l’École française de Rome comme directeur des études, attestent un intérêt profond et durable pour cet objet d’étude.

3Avec ce nouvel ouvrage, François Dumasy reprend et renouvelle une bonne partie des questions abordées dans les recherches précédentes. Il le fait à partir d’une base documentaire inédite, fruit d’un long et patient travail dans les archives libyennes, ouvertes de manière provisoire entre 2004 et 2011. Malgré l’absence d’inventaire et le caractère dispersé et lacunaire des fonds (l’auteur parle de « sources en pagaille »), les nouvelles sources ont permis de sortir du périmètre tracé par les documents officiels. Le recours à la presse locale, aux archives de la municipalité, ou encore aux dossiers du cadastre, a ainsi permis d’entendre la voix des acteurs oubliés et « les frémissements du microcosme urbain », en réinterrogeant du bas la doxa du pouvoir colonial.

4Le choix d’une perspective d’histoire sociale et économique s’inscrit dans cette volonté de resserrer la focale sur le contexte tripolitain. En effet, l’analyse sociale du développement urbain permet à l’auteur non seulement de valoriser l’agentivité des acteurs privés (propriétaires, locataires, investisseurs), mais aussi de saisir le décalage entre les plans régulateurs et leur application – qui n’est jamais linéaire, mais souvent improvisée, toujours laborieuse et issue d’un long parcours d’accommodements et de négociations. Une réalité étouffée par le pouvoir colonial, soucieux de préserver son image de maître efficient et tout-puissant. De ce fait, l’espace urbain de Tripoli apparaît moins comme un sujet que comme une clé de lecture du social et de l’économique, une échelle révélatrice de la géographie du pouvoir au sein de la ville, voire un outil pour renverser le point de vue des autorités italiennes.

5Le livre comprend dix chapitres, retraçant la genèse de l’occupation, la stabilisation, l’évolution libérale des premiers gouvernements, jusqu’à la politique monumentale du régime fasciste. La narration diachronique s’accompagne d’incursions thématiques sur des sujets ignorés par l’historiographie, comme la question des logements (chapitre 6), l’occupation matérielle des espaces (chapitre 8) et les stratégies sociales de résistance au plan régulateur fasciste (chapitre 10).

6Le premier chapitre étudie l’image de Tripoli élaborée par les observateurs italiens, aussi bien publics que privés. En façonnant une vision statique de la ville, qui occulte les hiérarchies sociales et les évolutions urbaines, les récits de voyage et les rapports des autorités deviennent le support d’une perception politique de la ville qui influencera l’administration coloniale suivante. Le deuxième chapitre retrace l’occupation militaire de Tripoli en 1911 au prisme des dynamiques locales. Il souligne, par exemple, le poids du Banco di Roma pour transformer la politique d’influence en conquête coloniale, la recherche d’appuis chez les notables tripolitains, les stratégies de contrôle de l’espace et leurs répercussions sur la vie des habitants. Au récit de la guerre, François Dumasy préfère l’analyse minutieuse de la nouvelle géographie du pouvoir tracée par le premier pouvoir colonial, qui fonde sa présence sur une occupation ciblée des espaces et exacerbe des tensions spatiales et sociales préexistantes. En partant de ces prémices, la révolte de Sciara- Sciat (23 octobre 1911), qui ouvre un clivage entre colonisateurs et colonisés, est lue comme une insurrection des campagnes contre la ville, plutôt que comme un acte de guerre contre l’occupant italien.

7Dans le troisième chapitre, l’attention se déplace sur la gestion du territoire de Tripoli par les autorités italiennes entre 1911 et 1912, dans un contexte d’improvisation presque totale. La mainmise de l’armée sur les institutions civiles conduit à une administration autoritaire de l’espace urbain, qu’il s’agisse de la distribution de vivres, de l’accaparement des terrains, de la surveillance de la population ou du lancement des premières mesures sanitaires contre le choléra. Les contradictions de cette gestion sont approfondies dans le chapitre suivant, centré sur le premier plan régulateur de la ville, tracé en 1912 par l’ingénieur Luigi Luiggi. Colossal projet de réaménagement de Tripoli dans ses dimensions urbaine, sociale et économique, ce plan apparaît comme un manifeste de la politique coloniale italienne. Pourtant, sa réalisation est entravée par les escarmouches entre les militaires, le gouvernement et le génie civil, chacun réclamant une compétence exclusive. Le tout sans se soucier des retombées concrètes sur le tissu urbain : le gel des transactions immobilières, par exemple, engendre la montée en flèche des loyers et accentue les spéculations.

8La reprise en main de l’administration de Tripoli par le gouvernement central (chapitre 5) est le point de départ d’une réflexion sur les retombées sociales de la construction d’une ville coloniale. L’étude de la micro-conflictualité de quartier révèle les ambiguïtés de l’État italien face aux élites locales : parfois ressources, parfois obstacles, elles font l’objet d’une politique qui se veut pragmatique, mais qui s’avère inconstante, imprévisible et inefficace. Retracer ce « marchandage permanent » entre autorité coloniale et société tripolitaine, fait de tractations, lenteurs et paralysies, permet à Dumasy de déconstruire l’image officielle du pouvoir colonial et de souligner la vitalité du microcosme urbain. Cela fait l’objet du sixième chapitre, qui trace un bilan de l’action du gouverneur Giuseppe Volpi pendant les années 1920. Tandis que Volpi revendiqua une action décisive pour redresser la ville, l’ouvrage interroge les répercussions des normes urbanistiques sur le marché foncier, en montrant que la politique de Volpi – censée affirmer la supériorité du colonisateur – conduit à une crise du logement qui pénalise lourdement la population italienne locale, déjà appauvrie par la guerre et fissurée par des tensions sociales. Le débat public sur le logement est restitué par une analyse serrée de la presse tripolitaine, thermomètre des conflits et des intérêts de la population.

9Cette approche critique s’avère particulièrement efficace pour déconstruire les mythes de la propagande fasciste des années 1920 et 1930, traitées dans les chapitres suivants. Si le régime présente ses plans régulateurs comme une reprise en main des espaces urbains, en rupture avec l’inertie du passé, l’étude des dépenses dévoile une continuité de gestion, d’autant plus que les projets urbains se révèlent souvent le prolongement d’initiatives antérieures. Plutôt que de rompre avec le passé, le fascisme accentue des logiques de séparation et d’exclusion déjà à l’œuvre. Cela au détriment de la population locale, qui se trouve progressivement coupée des nouveaux centres de pouvoir et des lieux de la sociabilité moderne, comme les théâtres, les cafés, les bains de mer. L’auteur développe l’exemple des établissements balnéaires, dont la règlementation finit par exclure le petit peuple arabe des quartiers pauvres, pour montrer comment la ségrégation spatiale se fonde sur une logique aussi bien ethnique que sociale.

10Les chapitres 9 et 10 sondent l’impact du second plan régulateur sur la marginalisation de la population arabe et juive de Tripoli. La politique architecturale devient un enjeu de pouvoir : une élite de spécialistes du régime (ingénieurs et architectes surtout) monopolise le discours urbanistique et réaménage la ville selon des critères prétendument objectifs : fonctionnalité, modernité, rationalité. En réalité, la nouvelle architecture renforce la séparation entre colonisateurs et colonisés, en donnant une forme spatiale à une hiérarchie sociale et raciale. Attentif aux implications sociales des politiques urbaines du régime fasciste, François Dumasy tient également à souligner les obstacles et les limites infranchissables de l’action publique, incapable de maîtriser les mécanismes du développement urbain. S’appuyant sur les dossiers d’achat de biens immobiliers, il montre par exemple que l’initiative privée contourne régulièrement la ségrégation ethnique et que les stratégies d’ascension sociale de la population tripolitaine contredisent le discours de supériorité du colonisateur italien. D’ailleurs, l’incapacité à élaborer un recensement efficace de la population après 1936 est révélatrice de l’impuissance du gouvernement central.

11Au prisme de la domination italienne, la ville de Tripoli apparaît comme un monde urbain en évolution, traversé par des tensions qui préexistent à la colonisation et capable de maintenir un dialogue constant avec les nouvelles autorités. Cette conclusion, qui traverse et imprègne tout le livre, permet d’une part de nuancer la vision de la société coloniale comme uniquement structurée sur le binôme juridique colonisateur/colonisé et, d’autre part, de dévoiler les tâtonnements d’une politique coloniale dont la linéarité des décisions et la cohérence des politiques ne sont établies – et célébrées – qu’a posteriori. Au fil des pages, si la richesse du sujet impose au lecteur une attention constante, la mise en récit de l’histoire de Tripoli se distingue par sa clarté et sa précision. Par le recours ponctuel – mais jamais envahissant – à la voix des acteurs locaux, l’auteur parvient toujours à arrimer ses arguments à des exemples tangibles, à des données chiffrées, à des dynamiques concrètes. En échappant tant aux pièges de l’érudition stérile qu’aux tentations anecdotiques, l’ouvrage a la vertu de dessiner les logiques spatiales, en recréant un véritable « espace imaginé » dans l’esprit du lecteur ; cela aussi grâce à un emploi opportun des plans topographiques.

12D’un point de vue historiographique, ce portrait vivant et dynamique de Tripoli inscrit François Dumasy dans le sillage d’auteurs ayant apporté leur pierre à l’histoire urbaine des ports méditerranéens, tels Paul Sebag pour Tunis et Robert Ilbert (qui dirigea la thèse de l’auteur) pour Alexandrie.

Haut de page

Notes

1  La politique du visible : architecture et politique culturelle à Tripoli sous Italo Balbo, 1934-1940, mémoire de DEA sous la direction de Pierre Milza, IEP de Paris, 2000 ; Ordonner et bâtir : construction de l’espace urbain et ordre colonial à Tripoli pendant la colonisation italienne, 1911-1940, thèse de doctorat sous la direction de Robert Ilbert, Université de Provence, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martino Oppizzi, « François Dumasy, Tripoli coloniale. Histoire sociale et économique d’une ville sous domination italienne, Rome, École française de Rome, 2022, 610 p. »Cahiers de la Méditerranée, 106 | 2023, 277-280.

Référence électronique

Martino Oppizzi, « François Dumasy, Tripoli coloniale. Histoire sociale et économique d’une ville sous domination italienne, Rome, École française de Rome, 2022, 610 p. »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 106 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17306 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.17306

Haut de page

Auteur

Martino Oppizzi

École française de Rome

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search