Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106Comptes-rendusMartin Messika, Politiques de l’a...

Comptes-rendus

Martin Messika, Politiques de l’accueil. États et associations face à la migration juive du Maghreb en France et au Canada des années 1950 à la fin des années 1970, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 270 p.

Ewa Tartakowsky
p. 287-288

Texte intégral

1Elle manquait. Avec cette étude, Martin Messika, docteur en histoire de l’Université Paris 1 et de l’Université du Québec à Montréal, offre enfin une analyse comparée de la migration juive du Maghreb en France et au Canada. L’ouvrage couvre la période de 1954 à 1973, l’année de la guerre de Kippour, considérée comme la fin des grandes vagues migratoires juives d’Afrique du Nord. Cette période se caractérise également par le développement des politiques sociales publiques dans les deux pays étudiés. C’est précisément sur cette articulation entre les politiques publiques et la prise en charge associative locale, nationale, transnationale de ces migrantes et migrants aux parcours divers que la focale est posée. Cette mise en perspective permet de comprendre pourquoi les discours de professionnalisation développés par les acteurs des associations d’accueil et d’entre-aide sont sources de légitimation de leur action dans le contexte de la montée en puissance des États sociaux après la seconde guerre mondiale. Le travail de l’auteur constitue à ce titre une précieuse contribution sur la construction des politiques coethniques de solidarité.

2La comparaison des institutions juives et des politiques publiques d’État met alors en lumière des voies divergentes entre prises de positions institutionnelles et types d’adaptation offerts aux juifs maghrébins et pratiqués par eux. « Se concentrer sur la marge contribue à une meilleure connaissance des dynamiques politiques nationales dans le domaine de l’immigration », précise l’auteur (p. 77). De fait, l’ouvrage renseigne la façon dont les associations travaillent, sur le droit et par le droit, les logiques d’accueil vis-à-vis d’une minorité donnée. La solidarité de groupe s’inscrit donc logiquement dans des contextes nationaux, sans se réduire aux seules prescriptions religieuses (en l’occurrence la tsedaka ou « charité » en hébreu). Pour autant, elle conserve certaines références juives communes aux différents espaces nationaux.

3Cette histoire transnationale nous fait découvrir l’action des organisations juives nord-américaines (le Jewish Immigrant Aid Services à Montréal, le United-HIAS-Service, l’American Jewish Committee, l’Amercian Joint Jewish Distribuition Committee, dit Joint aux États-Unis), françaises (notamment le Comité de bienfaisance israélite de Paris devenu en 1963 le Comité d’action sociale israélite de Paris) et israélienne (Agence juive) au Maghreb depuis la fin de la seconde guerre mondiale. S’inscrivant dans l’engagement des organisations juives occidentales du xixe siècle (principalement de l’Alliance israélite universelle), ces associations travaillent sur la migration à l’heure des mouvements de la décolonisation et facilitent l’intégration des Juifs du Maghreb en France, en Israël et dans les pays de l’Amérique du Nord.

4Les contextes nationaux d’accueil diffèrent : la décolonisation puis la guerre d’Algérie structurent largement l’accueil de nouveaux arrivants en France métropolitaine ; les besoins démographiques et les logiques diasporiques juives caractérisent le contexte israélien ; les politiques multiculturelles dans un Québec francophone permettent de comprendre les processus à l’œuvre dans un Canada majoritairement anglophone. Au lendemain de la Shoah, cette migration est souvent perçue comme pouvant assurer l’avenir de la judaïcité occidentale, surtout en France. Pour autant, les associations juives développent des stratégies aux multiples facettes : elles opèrent dans les pays d’accueil mais également sur place, comme le font les organisations canadiennes qui recrutent majoritairement au Maroc. Dans tous les cas, ces organisations jouent un rôle d’intermédiaire plus ou moins reconnu vis-à-vis des services des États. Les statuts des exilés sont également variables : citoyens français, étrangers, étrangers « en vue de naturalisation » (p. 89)…

5Au-delà de certaines régularités statistiques – par exemple, les Juifs algériens, citoyens français, partent massivement en métropole –, plusieurs options existent en fonction des caractéristiques de ces migrants et des potentialités qui s’offrent à eux. L’auteur nous invite ainsi à voir dans « la diversité de ces actions […] des ressources mises à disposition des judaïcités » (p. 51). En découle un principe conducteur de l’ensemble de cette étude : ne pas homogénéiser les groupes juifs migrants, y voir la diversité des parcours, des tâtonnements, des choix, des hésitations récurrentes dans les projets d’immigration. Comme l’indique l’auteur, « certains projets d’immigration restent à l’état de projet et témoignent de la diversité des stratégies contradictoires suivies par les candidats à l’immigration » (p. 100). D’autres projets s’inscrivent sur plusieurs espaces nationaux : ainsi, après une première immigration en Israël, certains choisissent d’immigrer en France.

6Pour analyser cette multitude de trajectoires, Messika s’intéresse aux dossiers sociaux des associations parisiennes et montréalaises et nous invite à une passionnante plongée dans l’intimité de leurs services sociaux. Il en ressort, au-delà d’une analyse fine des parcours migrants, une mise en lumière du processus qui amène les organisations juives à nommer les émotions. Ces portraits affectifs, ces tâtonnements émotionnels retiennent notre attention et permettent d’évaluer l’autonomie de ces migrants dans la construction de leurs parcours. C’est là un autre apport majeur de cette étude minutieuse qui conjugue avec maîtrise données qualitatives et quantitatives, histoire sociale et sociologie des émotions. C’est in fine une étude majeure non seulement pour les études des judéités, mais également pour l’histoire et la sociologie des migrations, du travail associatif et des transformations des États.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ewa Tartakowsky, « Martin Messika, Politiques de l’accueil. États et associations face à la migration juive du Maghreb en France et au Canada des années 1950 à la fin des années 1970, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 270 p. »Cahiers de la Méditerranée, 106 | 2023, 287-288.

Référence électronique

Ewa Tartakowsky, « Martin Messika, Politiques de l’accueil. États et associations face à la migration juive du Maghreb en France et au Canada des années 1950 à la fin des années 1970, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 270 p. »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 106 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.17321

Haut de page

Auteur

Ewa Tartakowsky

CNRS, Laboratoire ISP

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search