Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106Dossier : Crises politiques et re...L’intégration à la monarchie des ...Des Lombards aux étrangers : les ...

Dossier : Crises politiques et reconfigurations des fidélités. Les élites de la monarchie hispanique des guerres d’Italie à la guerre de Succession espagnole
L’intégration à la monarchie des Habsbourg au temps des guerres d’Italie

Des Lombards aux étrangers : les magistratures de l’État de Milan pendant les guerres d’Italie (1499-1529)

Matteo Di Tullio et Massimiliano Ferri
p. 47-63

Résumés

Les guerres d’Italie du xvie siècle ont représenté un tournant politique et militaire important en Europe et en Italie. Pendant ces années de crise, on assiste à une croissance de la pression fiscale pour assurer le maintien des armées ainsi que la logistique militaire. Celle-ci a, en même temps, des répercussions sociales profondes. Cet article vise à analyser la capacité des élites à contrôler l’accès aux magistratures, et par conséquent aux recettes qui en découlaient. Plus précisément, il envisage la distribution des richesses et des charges administratives entre les Lombards, les Italiens et les Français, tous à la recherche de gloire et de fortune, dans cette période de conflits.

Haut de page

Notes de l’auteur

Bien que ce travail soit le fruit de la réflexion collective des deux auteurs, Matteo Di Tullio a rédigé les troisième et quatrième parties, Massimiliano Ferri les première et deuxième parties, tandis que la conclusion a été écrite à quatre mains.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Marco Pellegrini, Le guerre d’Italia (1494-1559), Bologne, Il Mulino, 2009, p. 264 ; Michael E. Ma (...)

1Les guerres d’Italie couvrent une période assez longue, qui s’ouvre en 1494 pour s’achever en 1559, au cours de laquelle l’État de Milan s’est trouvé impliqué de manière inégale dans les différentes phases d’évolution du conflit. Pour schématiser des questions connues, on peut considérer au moins trois niveaux différents d’implication : le premier (entre 1494 et 1499), avec des faits d’armes principalement en dehors de ses propres frontières, engagea l’État à rassembler les ressources utiles à Ludovic Le More pour « acheter » la reconnaissance du titre de duc et à préparer ensuite le dispositif militaire en vue de l’invasion franco-vénitienne. Le deuxième niveau, caractérisé par une guerre guerroyée et une extrême instabilité politique, correspond aux années comprises entre 1499 et 1529 et fut le plus difficile pour la Lombardie, devenue le théâtre de batailles rangées, de logements prolongés d’armées et de changements continus de domination entre la France, les Sforza et l’Empire. Le passage et le cantonnement des troupes se déroulèrent pratiquement sans interruption. À ceux-ci s’ajoutèrent les épidémies, l’abandon de la campagne et les famines. Le troisième niveau (qui concerne la période 1529-1559), avec le dernier règne des Sforza et la dévolution définitive de l’État dans les domaines des Habsbourg, fut essentiellement consacré à la reconstruction d’après-guerre et au soutien financier des opérations militaires désormais lointaines mais qui, compte tenu des nouvelles façons de combattre, avaient d’importantes retombées sur les budgets de l’État et donc sur le territoire1.

  • 2  Les nouvelles pratiques militaires changèrent la nature de la guerre, puisque le combat fut dès lo (...)
  • 3  Parmi la vaste bibliographie, on pourra consulter : Geoffrey Parker, The Military Revolution. Mili (...)
  • 4  Nous avons traité la question ailleurs. Voir par exemple : Matteo Di Tullio, La ricchezza delle co (...)

2Les guerres d’Italie ont représenté un tournant dans l’histoire politique et militaire italienne et européenne. La poursuite des conflits pendant plusieurs décennies, les changements continuels d’alliances et le grand nombre de parties en cause ont favorisé l’expérimentation de techniques et d’armements de plus en plus sophistiqués, la révision des tactiques de bataille, la réorganisation des défenses, le développement de la logistique et un besoin croissant de ressources pour organiser les approvisionnements2. Le maintien des armées et la logistique militaire se révélaient de plus en plus onéreux, à tel point que le processus même de construction étatique, commencé à la fin du Moyen Âge et au début de l’ère moderne, fut fortement stimulé par les besoins d’organiser des systèmes de prélèvement des taxes et de service de la dette publique plus efficaces3. L’État de Milan ne représentait pas une exception à cet égard4.

  • 5  David Parrott, The Business of  War. Military Enterprise and Military Revolution in Early Modern E (...)
  • 6  Le facteur « redistributif » des guerres d’Italie a été abordé récemment par Guido Alfani, Il Gran (...)

3Pour toutes ces raisons, au cours de l’époque moderne, les aspects militaires devinrent l’une des questions essentielles et l’un des coûts les plus lourds pour presque tous les pays européens. L’entretien de l’appareil défensif et de garnisons stables nécessitait des dépenses importantes même en période de non-belligérance, qui augmentaient quand il fallait se défendre contre des attaques extérieures ou dans la conduite d’une campagne de conquête. Dans ce dernier cas, on pouvait imaginer couvrir les frais grâce aux richesses et aux prélèvements issus des nouveaux territoires soumis mais souvent « le jeu n’en valait pas la chandelle », du moins pour les finances publiques. Que la guerre fût aussi une entreprise économique est incontestable. En effet, tout ce qui concerne la logistique militaire pouvait représenter un véritable commerce, en particulier pour ceux qui gravitaient autour des activités de logement et de maintien des troupes5 et, plus largement, la guerre pouvait devenir un facteur de redistribution, avec son corollaire de vainqueurs et de vaincus6.

  • 7  À propos de la mobilité sociale et du militaire comme facteur d’ascension sociale au xvie siècle, (...)
  • 8  Philippe Hamon, « L’Italie finance-t-elle les guerres d’Italie ? », dans Jean Balsamo (dir.), Pass (...)
  • 9  Sur ce sujet : Stefano Meschini, « I francesi nel Ducato di Milano (1499-1512). Per un inquadramen (...)
  • 10  Jean Jacquart, « De quelques capitaines des guerres d’Italie : de la réalité à l’image », dans Jea (...)
  • 11  Séverin Duc, « Il prezzo delle guerre lombarde. Rovina dello stato, distruzione della ricchezza e (...)

4Mais la guerre eut aussi un impact social, impliquant la redéfinition de l’élite lombarde, aux commandes du gouvernement central et local et la restructuration de ses réseaux sociaux, en favorisant l’ascension de nouvelles familles et le déclin de celles qui se trouvaient traditionnellement au sommet des institutions7. Les guerres et cette période d’expansion furent également l’occasion de réaliser une ascension sociale ou un enrichissement pour les Français8, du moins en théorie. Les richesses de la péninsule furent en effet l’une des justifications politiques pour lancer les campagnes d’Italie et la fine fleur de la noblesse française s’était lancée dans l’entreprise en quête de gloire et avec l’espoir d’occuper d’importantes fonctions dans les terres nouvellement conquises9. Cependant, les résultats ne correspondirent que partiellement aux espoirs, au point qu’au cours des siècles suivants, l’Italie fut perçue comme « le tombeau »10 des Français, et les fortunes tant souhaitées se révélèrent finalement être un faux semblant11.

5Après ces rappels, nous voudrions essayer de comprendre, dans cet article, quelles relations se sont nouées entre l’élite milanaise et l’élite française du point de vue de la distribution des richesses et des fonctions politiques et administratives lombardes dans une période si particulièrement significative de l’histoire de la Lombardie. Autrement dit, notre but est de considérer le cas de l’État de Milan pendant la première moitié du xvie siècle comme un laboratoire, pour comprendre quelles furent les conséquences d’une longue période de crise sur la capacité des élites italiennes et étrangères de contrôler les ressources locales.

L’état de la recherche

  • 12  Jean-Pierre Dedieu, « Les grandes bases de données : une nouvelle approche de l’histoire sociale. (...)
  • 13  Archives Nationales, Paris, série J 910, n. 1, n. 4 et n. 6. Ces budgets ont fait l’objet d’une éd (...)
  • 14  Il s’agit de plusieurs listes nominatives établies entre 1515 et 1537, que Séverin Duc a repérées (...)

6Pour répondre à ces questions nous présentons ici une partie des résultats d’une recherche conduite dans le cadre du projet ELITESIT qui s’est appuyé sur l’utilisation de la base de données Fichoz Actoz12. Nous avons contribué à cette recherche en envisageant les élites de l’État de Milan au début de la période moderne, en particulier à travers l’imputation des informations tirées de l’analyse de trois budgets de l’État de Milan, pour les années 1510, 1516 et 1518, conservés aux Archives nationales de Paris13 et de plusieurs listes des magistratures de Milan, en particulier des membres du Sénat14.

7Le transfert de données, qui consiste en plus des 5 700 fiches, nous permet d’atteindre un double objectif. En premier lieu, nous avons la possibilité d’élaborer des profils biographiques aussi précis que possible de ces officiers (surtout des Lombards et des Français, mais aussi des Écossais et des Suisses au service de la France) qui ont accompli une fonction au sein du gouvernement milanais au cours de la première moitié du xvie siècle. Ce patient travail de reconstruction prosopographique nous aide à retracer les charges exercées par les acteurs impliqués dans les événements qui se sont déroulés entre 1499 et 1529, les récompenses reçues pour leur fidélité et leur soutien aux rois de France. Ensuite, nous avons pu détecter, lorsque cela était possible, les réseaux relationnels d’un ou plusieurs personnages, les réseaux de pouvoir établis entre les élites et le souverain, et suivi, au plus près, les alliances familiales poursuivies grâce aux stratégies matrimoniales, ainsi que le positionnement des groupes de pouvoir locaux face aux profonds changements socio-politiques du début du siècle et les conséquences des choix réalisés.

  • 15  Letizia Arcangeli (dir.), Milano e Luigi XII. Ricerche sul primo dominio francese in Lombardia (14 (...)

8Ce que nous présentons dans cet article ne constitue qu’une partie des possibilités d’exploration permises par le transfert des données vers la base Fichoz Actoz. L’objectif de cette contribution vise à appréhender l’impact des guerres d’Italie sur les élites lombardes, sur leur capacité à contrôler les magistratures du duché et la distribution des ressources promue par les organes du gouvernement. Autrement dit, quelles furent les conséquences des changements de domination sur l’aptitude des élites du Milanais de s’assurer le contrôle des magistratures et des recettes qui en résultaient ? La question n’est pas entièrement nouvelle. Nous disposons à présent d’excellentes études qui ont également abordé ce sujet. Nous pensons ici aux recherches de Letizia Arcangeli, Stefano Meschini, Franca Leverotti et, plus récemment, de Séverin Duc15, ou encore à la publication consacrée aux budgets milanais. Mais, à part cette dernière, les autres essais ont proposé une reconstruction plutôt qualitative du phénomène, en présentant une image très complète mais en général limitée à une seule des différentes dominations de cette période troublée et en ne tenant que partiellement compte de la dimension quantitative du problème. C’est sur ces points que la présente recherche se focalise, tandis que la nécessité de mesurer le phénomène a suggéré, à son tour, les sources et les années sur lesquelles concentrer notre attention.

9En réalité, il aurait été impossible de se pencher sur toutes les années de la première partie des guerres d’Italie, période pour laquelle nous ne disposons pas de sources primaires complètes susceptibles d’offrir une vue d’ensemble de la répartition des ressources dans l’État de Milan. Pour cette raison, et en considération du long processus de traitement des données, nous avons décidé de proposer une comparaison de la situation de la Lombardie pendant les deux dominations françaises, en abordant plus en détail l’état des finances de 1510, pour la période de Louis XII, et celui de 1518 pour le règne de François Ier. Ces budgets sont très complets et descriptifs et ils offrent la possibilité de reconstruire avec précision la composition de la recette et de la dépense pendant ces années. Sans trop se perdre dans les détails, on peut rappeler que ces outils de gestion financière se composaient de trois parties principales. La première partie était généralement destinée à la « recepte », dans laquelle étaient décrits les revenus fiscaux, patrimoniaux, judiciaires, ainsi que les prêts et dons. Suivaient les « charges », c’est à dire les dépenses « ordinaires » relatives aux aspects concernant la gestion militaire et administrative de l’État ainsi qu’aux pensions et dons accordés à différents bénéficiaires. La dernière partie du budget était destinée aux « autres parties », notamment des dépenses qui ne se reproduisaient pas régulièrement chaque année et qui s’ajoutaient au fur et à mesure qu’elles se maintenaient. À travers l’analyse de la « recepte » et des « autre parties », comme nous le détaillerons ci-dessous, nous avons collecté toutes les informations relatives à la répartition des ressources et à l’accès aux fonctions publiques au cours des deux années considérées, selon la « nationalité » des bénéficiaires, avec toutes les limites et précisions que nous allons indiquer.

L’analyse des données : quelques remarques

10L’analyse détaillée de la dépense permet, en effet, de comprendre qui sont les acteurs participant au gouvernement du duché, mais surtout qui sont les récepteurs des richesses de l’État et comment les dominations en question ont contribué – si elles y ont contribué – à changer la situation. Contrairement aux études mentionnées auparavant, on propose ici une reconstruction quantitative qui a pour objectif de considérer non seulement le nombre des officiers lombards ou d’autre nationalités, mais aussi de mesurer le degré de participation en termes de livres tournois reçues. Avant de poursuivre, une première question se pose et nécessite par conséquent quelques précisions : il s’agit de la « nationalité ». Nous considérons « lombards » tous les officiers originaires d’une ville ou d’une province de l’État de Milan. Pour cette raison, les « Lombards » ont été séparés des Italiens venant des autres états de la péninsule, autant que les Français et ceux qui sont originaires d’autres pays européens. Cette opération n’a pas été simple, et dans certains cas il n’a pas été possible d’attribuer une nationalité précise à tous les officiers inscrits dans les états des finances. Cependant, il s’agit de situations limitées, puisque les officiers dont la nationalité est qualifiée d’« incertaine » ne représentent que 2 ou 3 % du total (tableau 1).

  • 16  Les figures et les tableaux présentés dans cet article ont été réélaborés à partir des données fin (...)

Tableau 1. Différentes nationalités des bénéficiaires de la dépense considérée dans notre analyse 16

  • 17  Pour des considérations sur les dépenses militaires, M. Di Tullio et L. Fois, Stati di guerra…, op (...)

11La deuxième question porte sur la typologie des officiers qui ont été considérés. En effet, les états des finances n’incluent pas les noms de tous les salariés parce que, dans certains cas au moins, seule la catégorie générique est déclarée. Cela arrive régulièrement, par exemple, pour les bataillons militaires, pour lesquelles nous avons seulement une valeur générique à répartir entre les nombreux soldats sans autre mention. Il est vrai que cette dépense concerne plutôt des salariés de base mais, en tout cas, une partie de celle-ci est certainement assignée à des individus ayant recouvré des charges d’une certaine importance, c’est-à-dire aux « élites », qui sont l’objet principal de notre étude. Il en résulte que cette analyse ne tient pas compte des dépenses militaires17, sauf pour celles liées aux campagnes militaires mais qui sont alors plus proprement considérées comme des dépenses visant à garantir la fidélité des grands officiers lombards, des alliés italiens et européens ou des élites françaises. On se réfère ici aux pensions et aux dons payés par la chambre financière de Milan.

  • 18  Organe judiciaire suprême institué le 11 novembre 1499 par l’édit de Vigevano, le Sénat exerçait l (...)

12En outre, grâce à l’argent distribué par le roi pour s’assurer la loyauté et le consensus, il est possible de considérer la pluralité des officiers présents au Sénat, la principale magistrature de l’État de Milan, instaurée en 1499 par Louis XII18. Dans ce cas, nous prenons en considération non seulement les sénateurs mais aussi les différents officiers qui y exercèrent des fonctions. Nous pouvons inclure en même temps presque tous les salariés de l’administration fiscale et financière, ainsi que d’autres officiers de l’administration centrale. Il est enfin très important de remarquer que les agents de l’administration périphérique n’ont pas été pris en compte dans cette recherche puisque, dans la plupart des cas, les noms de ces derniers ne sont pas signalés (tableau 2).

Tableau 2. Composition de la dépense considérée dans notre analyse en 1510 et 1518

  • 19  Voir notamment Philippe Hamon, L’argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, Comité pour (...)

13La troisième et dernière question à envisager avant d’entrer dans le détail des données tient au fait que nous considérons seulement le budget de l’État de Milan, tandis que les finances de la monarchie française, comme Philippe Hamon l’a si bien démontré dans ses études19, étaient structurées en plusieurs chambres fiscales et financières et il n’y a pas toujours eu de coïncidence parfaite entre la géographie de la collecte et celle des dépenses. Malgré toutes ces limitations et précisions, ce que nous avons à notre disposition est assurément très riche et original. Notre analyse concerne environ 25 % de la dépense totale dans les deux cas pris en considération, même si les montants d’argent distribués par Louis XII et François Ier sont assez différents entre eux (figure 1).

Figure 1. Dépense considérée dans notre analyse (axe y1) par rapport à la dépense totale de l’État de Milan en 1510 et 1518 (axe y)

Figure 1. Dépense considérée dans notre analyse (axe y1) par rapport à la dépense totale de l’État de Milan en 1510 et 1518 (axe y)

Entre Lombards et Français

14Si on entre maintenant plus en détail dans l’analyse, on peut bien voir dans la représentation graphique qui suit (figure 2) l’état des dépenses agrégées par rapport à l’origine géographique des officiers.

Figure 2. La distribution des dépenses selon la provenance géographique des bénéficiaires en 1510 et en 1518

Figure 2. La distribution des dépenses selon la provenance géographique des bénéficiaires en 1510 et en 1518
  • 20  À cet égard, on peut observer que l’argent accordé à des Suisses sous forme de pensions en 1510 re (...)

15On remarque que Lombards et Français sont à peu près au même niveau, aussi bien sous Louis XII que sous François Ier, mais il faut souligner quelques différences importantes. Tout d’abord, leur capacité à drainer des ressources du budget milanais, qui augmente de 25 à 35 % entre les deux dates ; cette croissance se manifeste au détriment des « étrangers », Italiens mais surtout Européens. En effet, si en 1510 une partie considérable des recettes était destinée à des Européens, notamment aux Suisses, huit ans plus tard cette voix devient presque insignifiante20.

  • 21  Les Sforza ont exercé deux fois la souveraineté sur Gênes, la première fois entre 1464 et 1478, la (...)

16Mais des distinctions sont tout aussi évidentes entre les Italiens, surtout quand nous considérons leur origine. En 1510, les principaux bénéficiaires sont les Génois (nous avons ici considéré Gênes séparément, ainsi qu’elle figure dans les états financiers, mais elle dépend de Milan à certaines périodes21), suivis par les individus provenant du marquisat du Montferrat et enfin par les Savoyards ; ces trois groupes, malgré leur importance et leur rôle dans ce contexte socio-politique, ne monopolisent pas toutes les dépenses (figure 3).

Figure 3. Distribution des dépenses selon la provenance géographique des bénéficiaires italiens en 1510

Figure 3. Distribution des dépenses selon la provenance géographique des bénéficiaires italiens en 1510

17En 1518, par contre, le cadre évolue considérablement : ce sont les Savoyards et les hommes originaires des États pontificaux qui reçoivent la majeure partie de l’argent destiné aux Italiens, avec des valeurs bien supérieures à celles de toutes les autres régions de la péninsule. Cette alternance dépend de leur implication dans l’administration centrale entre 1510 et 1518, comme nous pouvons le voir dans la figure 4.

Figure 4. Distribution des dépenses selon la provenance géographique des bénéficiaires italiens en 1518

Figure 4. Distribution des dépenses selon la provenance géographique des bénéficiaires italiens en 1518
  • 22  M. Di Tullio et L. Fois, Stati di guerra…, op. cit., p. 69.

18De toute évidence, la représentation de la provenance géographique montre des changements remarquables en fonction des différentes catégories de dépenses. Celles dont nous parlons peuvent être divisées en trois catégories : les gages des officiers de l’administration et des sénateurs, les pensions et les dons. Leur objectif est de favoriser et de consolider le consensus et la fidélité vers les souverains français, mais il y a une légère nuance entre les deux premiers, car « [le salaire] est officiellement payé pour une tâche (un travail), le second [la pension], en revanche, est accordé par le roi pour une période variable en fonction du statut social et de la position de prestige (et stratégique en termes militaires) du pensionnaire »22. En ce qui concerne les dons, bien qu’ils soient également attribués à des personnalités de premier plan de l’État de Milan, ils sont affectés principalement aux alliés, soit italiens soit européens. Dans l’ensemble, on peut dire que la distribution de sommes d’argent et de fiefs répond au besoin de gagner les faveurs des élites locales (impliquées dans l’administration et dans les affaires militaires de l’État), et de préserver celles des Français qui ont participé à la conquête du Milanais. Cette politique soutient la rhétorique des richesses lombardes, qui est entre autres à l’origine de la conquête promue d’abord en 1499 puis en 1515. Pour revenir à l’analyse des données, dans la figure 5 nous avons synthétisé la situation en 1510.

Figure 5. Type de dépense selon l’origine des bénéficiaires en 1510

Figure 5. Type de dépense selon l’origine des bénéficiaires en 1510
  • 23  Sebastiano Ferrero, ancien trésorier au service des ducs de Savoie est nommé par Louis XII général (...)

19Nous pouvons constater que les Lombards occupent la majorité des sièges au Sénat et dans les autres administrations, tandis que les Français reçoivent la part la plus importante des ressources distribuées afin de garantir, comme nous l’avons remarqué, la fidélité à leur souverain et leur motivation à le servir. Il faut noter que, dans ce cas, l’analyse se place dans une perspective partielle puisque manquent les budgets de la Couronne de France pour évaluer les récompenses attribuées aux Français dans le royaume. En ce qui concerne les Italiens, ils sont également très bien représentés, car ils occupent une place de premier plan dans l’administration des finances. À cet égard, on rappelle le rôle décisif joué par la famille Ferrero de Biella, qui y occupe une position considérable, de manière quasiment incontestée et continue, sous Louis XII et sous François Ier 23.

  • 24  En 1518, les Français (qui comptaient le chancelier, le vice-chancelier, dix sénateurs, un procure (...)

20En 1518, on assiste au contraire à une augmentation de la concentration des fonds en faveur des Lombards et des Français (figure 6). Au sujet de ces derniers, il est très intéressant de constater leur capacité à devenir de plus en plus importants dans tous les secteurs, notamment au Sénat, où ils obtiennent plus d’argent que les Lombards24.

Figure 6. Type de dépense selon l’origine des bénéficiaires en 1518

Figure 6. Type de dépense selon l’origine des bénéficiaires en 1518
  • 25  M. Di Tullio et L. Fois, Stati di guerra…, op. cit., p. 62 ; S. Meschini, La seconda dominazione…, (...)
  • 26  Pour ces aspects, Matteo Di Tullio, « Le finanze pubbliche milanesi… », art. cit. ; id., « Finanzi (...)

21La situation des Italiens se présente dans l’ensemble plus ou moins stable, si bien qu’en 1518 leur représentation au Sénat devient plus faible en pourcentage qu’en valeur absolue. En fait, on doit considérer que le nombre de sénateurs et d’officiers députés à la gestion de cette institution augmente sensiblement entre 1510 et 151825. On peut donc dire que cette analyse de la répartition « nationale » des dépenses semble confirmer l’évolution des finances publiques milanaises tout au long de l’occupation transalpine du duché de Milan26. Sous Louis XII le cadre financier était certainement meilleur et garantissait la possibilité de déployer le budget milanais pour élargir le consensus envers la couronne de France comme également dans le reste de la péninsule et en Europe. Par contre, pendant la deuxième domination, au fur et à mesure de la détérioration de la situation politique en Italie à cause de la poursuite de la guerre contre l’Espagne et du changement des dominations, le prélèvement fiscal et la capacité de drainage des ressources furent augmentés mais celles-ci servirent surtout à assurer au roi la fidélité des Lombards et à redistribuer certaines ressources aux Français, qui avaient dû débourser beaucoup d’argent pour soutenir les ambitions de conquête de leurs souverains.

  • 27  Le coefficient de Gini est la norme utilisée pour mesurer la concentration d’un facteur dans son c (...)

22On peut ainsi considérer plus en détail la condition des Lombards. Comme nous l’avons déjà vu, ils passent d’un peu plus de 25 % à 35 % de la dépense totale : de 46 000 livres tournois en 1510, on passe à plus de 106 000 en 1518. Ces données nous incitent à essayer de comprendre qui sont les bénéficiaires de cet argent et comment il est réparti parmi les Lombards. Pour répondre à cette question nous avons calculé tout d’abord le coefficient de Gini, qui permet de mesurer efficacement le niveau de concentration de l’argent distribué au sein de ce groupe « national »27. Dans la figure qui suit (figure 7) on voit l’évolution du coefficient de Gini entre 1510 et 1518. Celui-ci est assez élevé (plus de 0,7) et demeure pratiquement inchangé malgré le fait que le nombre de bénéficiaires augmente considérablement. En d’autres termes, le nombre de Lombards qui bénéficient de l’argent du budget milanais augmente mais le niveau de concentration de cette richesse ne semble pas évoluer particulièrement.

Figure 7. La distribution de l’argent parmi les Lombards : coefficient de Gini (axe y), nombre de bénéficiaires (axe y1)

Figure 7. La distribution de l’argent parmi les Lombards : coefficient de Gini (axe y), nombre de bénéficiaires (axe y1)
  • 28  C’est du reste uniquement dans le groupe des 1 % d’individus les plus riches que l’on observe une (...)

23Cette stabilité est confirmée dans l’analyse des différents déciles de la distribution. En fait, une valeur similaire de l’index de Gini peut être le résultat de distributions différentes au sein du groupe analysé, mais ce n’est pas le cas de l’analyse considérée ici. Les Lombards se partagent les richesses tirées du budget milanais de manière presque identique en 1510 comme en 1518. La répartition par déciles se chevauche presque pour les deux dates, de même que l’écart entre les plus riches et les plus pauvres parmi les destinataires de la richesse. La valeur plutôt élevée de l’index de Gini est due, avant tout, à la concentration des ressources par la partie la plus riche des Lombards (D 10), qui reçoivent plus de 60 % de l’argent (figure 8). En outre, on peut considérer que les 5 % les plus riches (top 5) concentrent en effet plus de 50 % de l’argent distribué au sein de ce groupe, et les 1 % les plus riches (top 1) environ 30 %28, tandis que les 25 % les plus pauvres (Q 1) ne reçoivent même pas 2 % de ce qui a été obtenu par les Lombards (figure 9).

Figure 8. Répartition en pourcentage de l’argent reçu par les Lombards par déciles de richesse

Figure 8. Répartition en pourcentage de l’argent reçu par les Lombards par déciles de richesse

Figure 9. Argent obtenu par les plus pauvres (Q 1) et les plus riches (top 1 et top 5) des Lombards

Figure 9. Argent obtenu par les plus pauvres (Q 1) et les plus riches (top 1 et top 5) des Lombards

24Pour terminer, il ne reste plus qu’à se pencher sur ces individus les plus riches parmi les Lombards. Le tableau 3 nous montre qu’en 1510 comme en 1518, ce sont pratiquement les mêmes individus ou du moins les représentants des mêmes familles.

Tableau 3. Les individus les « plus riches » parmi les Lombards entre 1510 et 1518

  • 29  Les Sénateurs sont Opicino Caccia, Galeazzo Visconti di Somma, Ludovico Borromeo, Antonio Trivulzi (...)
  • 30  Il s’agit d’Opicino Caccia, Galeazzo Visconti di Somma, Giacomo Trivulzio et Troilo Rossi di San S (...)
  • 31  Les fiefs qui leur sont accordés sont respectivement : Cusago (1516) ; Borgo San Donnino (1499, fi (...)

25Parmi ces trente « plus riches » (dont sept figurent tant en 1510 qu’en 1518), au moins la moitié tire sa fortune du fait de recevoir une pension et/ou d’être sénateur29 (quatre d’entre eux sont d’ailleurs des sénateurs conseillers militaires30). Les seules exceptions sont constituées par Bernabò Visconti et Francesco Brunoro Pietra et bien sûr par le duc Massimiliano Sforza, qui est inclus dans ce tableau en 1518, car il reçoit un don et puis une rente annuelle en argent par François Ier pendant son long séjour forcé en France. Une autre source de richesse est représentée par les dons, dont certains ont été honorés par Louis XII ou François Ier, et dont les plus rémunérateurs sont sans doute les revenus sur l’administration du trafic du sel et sur les douanes du duché. Le premier est affecté d’abord à Alessandro Trivulzio et ensuite à Galeazzo Visconti di Somma, le deuxième à Francesco Brunoro Petra. Pour conclure, sept individus seulement complètent la pension, la charge sénatoriale et/ou les dons avec l’investiture au cours des années de la domination française, par un ou plusieurs fiefs. C’est le cas de Galeazzo Sanseverino, Galeazzo Pallavicini, Opicino Caccia, Galeazzo Visconti di Somma, Antonio Maria Pallavicini, Bernabò Visconti et Troilo Rossi31.

26En général, au moins en ce qui concerne la partie supérieure de cette distribution, il n’y a pas eu de changements importants au cours des deux dominations françaises. D’autre part, nous devons également considérer que plusieurs de ces familles et de ces individus avaient conservé un rôle de premier plan pendant la première restauration des Sforza entre 1513 et 1515. On peut donc en conclure que, malgré les changements de pouvoirs, les groupes d’intérêt locaux parviennent à maintenir et à renforcer leurs positions de prestige et d’influence.

Conclusions

27Nous avons brièvement présenté dans cet article certains résultats qui ont été déduits de l’analyse de la base de données, que nous avons développée dans le cadre du projet ELITESIT. Plus précisément, nous avons voulu analyser la place des Lombards et des Français dans l’administration des richesses du Milanais dans une période de changements politiques, institutionnels, logistiques et militaires très importants.

28L’analyse quantitative ici proposée permet de relever quelques aspects intéressants de la relation établie entre les groupes de pouvoir lombards et les dominations étrangères qui se succédèrent en Lombardie au début du xvie siècle. En particulier, nous avons pu montrer comment la dégradation des finances publiques à Milan, au fil des années, a fini par limiter la capacité française de distribuer l’argent hors de Lombardie, c’est-à-dire dans la péninsule italienne et entre alliés européens.

  • 32  C’est ce que subirent, entre autres, Ambrogio, Antonio (évêque d’Asti) et Erasmo Trivulzio, Ettore (...)
  • 33  Un autre Lombard, Bernabò Visconti, choisit de vivre en France après avoir pris part à la bataille (...)
  • 34  Sur ce point voir l’exemple fourni par les Trivulzio dans le texte de Michele Maria Rabà.
  • 35  Ces thèmes sont développés de manière exhaustive par John Gagné, Milan Undone. Contested Sovereign (...)

29Ceci, cependant, n’a pas affecté l’attitude des élites du duché à contracter avec les rois transalpins, qui, de leur côté, ont également accordé plus d’attention aux ressources financières lombardes, surtout lors de la deuxième conquête du Milanais. Autrement dit, au sein d’un groupe d’élite au moins (dont le nombre n’est pas aussi restreint qu’on pourrait l’imaginer), ces premières phases des guerres d’Italie ne semblent pas avoir eu des conséquences très graves, sauf dans quelques cas particuliers ou pour des périodes très courtes, qui étaient plus l’exception que la règle. En fait, la fidélité à la Couronne de France ne fut pas sans conséquences pour des individus de l’élite lombarde (y compris certains des « plus riches »), qui virent leurs biens confisqués lors de la première restauration des Sforza32 ou qui furent bannis de l’État de Milan en 1522, un sort réservé par exemple aux sénateurs Agostino Panigarola, Ambrogio Talenti da Firenze et Pietro Trivulzio, à Gerolamo Cusani et à Galeazzo Visconti di Somma, qui se battit en 1522 à la Bicocca et en 1525 à Pavie aux côtés des Français et vécut ses derniers jours en exil en France33. Nous pourrions donner d’autres exemples de ce type, montrant comment, dans certains cas, l’interdiction n’a touché qu’un ou quelques membres d’une famille, dans d’autres cas, tout le groupe parental et comment, dans d’autres cas encore, la disgrâce a été suivie d’un repositionnement34 et d’une relocalisation rapides au sein du groupe des fidèles au nouveau régime. De manière générale, il semble toutefois que les élites lombardes surent s’adapter à la nouvelle situation, même si certaines eurent peut-être besoin d’une plus longue période d’adaptation. Après tout, les souverains français eux-mêmes ne pouvaient se soustraire à la recherche d’alliances avec les élites locales s’ils voulaient s’assurer une certaine stabilité dans leur gouvernement, ainsi qu’un certain nombre d’officiers nécessaires au fonctionnement des magistratures locales. En conclusion, la souveraineté doit être construite, consolidée et maintenue, en punissant ceux qui ne la respectent pas, mais certainement aussi en construisant des réseaux relationnels (un capital social) qui passent d’abord par la médiation35.

Haut de page

Notes

1  Marco Pellegrini, Le guerre d’Italia (1494-1559), Bologne, Il Mulino, 2009, p. 264 ; Michael E. Mallet et Christine Shaw, The Italian Wars 1494-1559. War, State and Society in Early Modern Europe, Londres, Routledge, 2015, p. 392 ; Julien Guinand, La guerre du roi aux portes de l’Italie 1515-1559, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, p. 347.

2  Les nouvelles pratiques militaires changèrent la nature de la guerre, puisque le combat fut dès lors caractérisé par une intensité et une violence inédites (Jean-Louis Fournel, « La “brutalisation” de la guerre. Des guerres d’Italie aux guerres de Religion », Astérion : Philosophie, histoire des idées, pensée politique, no 2, 2004 [mis en ligne le 5 avril 2005, consulté le 3 septembre 2022. En ligne : http://journals.openedition.org/asterion/100 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asterion.100]).

3  Parmi la vaste bibliographie, on pourra consulter : Geoffrey Parker, The Military Revolution. Military Innovation and the Rise of the West (1500-1800), Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 288 ; Brian M. Downing, The Military Revolution and Political Change, Princeton, Princeton University Press, 1993, p. 308 ; Jean-Michel Sallmann, « L’évolution des techniques de guerre pendant les guerres d’Italie (1494-1530) », dans Jean Balsamo (dir.), Passer les monts. Français en Italie - l’Italie en France (1494-1525), Paris-Florence, Champion-Cadmo, 1998, p. 59-81 ; Fausto Piola Caselli (dir.), Government debts and Financial Markets in Europe, Londres, Routledge, 2008, p. 256 ; Bartolomé Yun-Casalilla, Patrick K. O’Brien et Francisco Comín Comín (dir.), The Rise of Fiscal States. A Global History (1500-1914), Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 494.

4  Nous avons traité la question ailleurs. Voir par exemple : Matteo Di Tullio, La ricchezza delle comunità. Guerra, risorse e cooperazione nella Geradadda del Cinquecento, Venise, Marsilio, 2011, p. 208 ; id., « L’estimo di Carlo V (1543-1599) e il perticato del 1558. Per un riesame delle riforme fiscali nello stato di Milano del secondo Cinquecento », Società e Storia, no 131, 2011, p. 1-35 ; Matteo Di Tullio et Luca Fois, Stati di guerra. I bilanci della Lombardia francese del primo Cinquecento, Rome, École française de Rome, 2014, p. 526 ; Matteo Di Tullio, Davide Maffi et Mario Rizzo, « Il fardello della guerra. Governo della finanza pubblica e crisi finanziaria nello Stato di Milano fra centri e periferie (secc. xv-xvii) », dans Le crisi finanziarie : gestione, applicazioni sociali e conseguenze nell’età preindustriale, Florence, Firenze University Press, 2016, p. 239-260 ; Alessandro Buono, Matteo Di Tullio et Mario Rizzo, « Per una storia economica e istituzionale degli alloggiamenti militari in Lombardia tra xv e xvii secolo », Storia economica, no 1, 2016, p. 187-218 ; Matteo Di Tullio, « Le finanze pubbliche milanesi al servizio del re di Francia. Costi e ricavi delle guerre di Francesco I », dans Juan Carlos D’Amico et Jean-Louis Fournel (dir.), François Ier et l’espace politique italien. États, domaines et territoires, Rome, École française de Rome, 2016, p. 67-84 ; id., « Finanziare le guerre nel Rinascimento : Francesco I, le finanze francesi e i denari italiani », dans Chiara Lastraioli et Jean-Marie Le Gall (dir.), François Ier et l’Italie - L’Italia e Francesco I, Turnhout, Brepols, 2018, p. 73-86 ; id., « Cooperating in time of crisis. War, commons and inequality in Renaissance Lombardy », The Economic History Review, vol. 71, no 1, 2018, p. 82-105 ; Matteo Di Tullio, Davide Maffi et Mario Rizzo, « Milano e gli altri. Privilegi e riforme logistico-fiscali in Lombardia nella prima età moderna (1535-1621) », dans Rossella Cancila (dir.), Capitali senza re nella Monarchia spagnola. Identità, relazioni, immagini (secc. xvi-xviii), Quaderni di Mediterranea, vol. 1, no 36, 2020, p. 165-186.

5  David Parrott, The Business of  War. Military Enterprise and Military Revolution in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 448.

6  Le facteur « redistributif » des guerres d’Italie a été abordé récemment par Guido Alfani, Il Grand Tour dei Cavalieri dell’Apocalisse. L’Italia del « lungo Cinquecento » (1494-1629), Venise, Marsilio, 2010, p. 303.

7  À propos de la mobilité sociale et du militaire comme facteur d’ascension sociale au xvie siècle, voir : Claudio Donati, « Il “militare” nella storia dell’Italia moderna dal Rinascimento all’età napoleonica », dans id. (dir.), Eserciti e carriere militari nell’Italia moderna, Milan, Unicopli, 1998, p. 7-40 ; Letizia Arcangeli, Gentiluomini di Lombardia. Ricerche sull’aristocrazia padana nel Rinascimento, Milan, Unicopli, 2003, p. 452 ; Alessandra Dattero, « Towards a New Social Category : The Military », dans Andrea Gamberini (dir.), A Companion to Late Medieval and Early Modern Milan. The Distinctive Features of an Italian State, Leyde, Brill, 2014, p. 454-476 ; Matteo Di Tullio, « Finanze pubbliche, fiscalità e mobilità sociale tra tardo Quattrocento e primo Cinquecento », dans Andrea Gamberini (dir.), La mobilità sociale nel Medioevo italiano, 2. Stato e istituzioni (secoli xiv-xv), Rome, Viella, 2017, p. 283-304 ; Paola Bianchi et Piero Del Negro (dir.), Guerre ed eserciti nell’età moderna, Bologne, Il Mulino, 2018, p. 416.

8  Philippe Hamon, « L’Italie finance-t-elle les guerres d’Italie ? », dans Jean Balsamo (dir.), Passer les monts…, op. cit., p. 25-37 ; id., « Aspects administratifs de la présence française en Milanais sous Louis XII », dans Philippe Contamine et Jean Guillaume (dir.), Louis XII en Milanais : guerre et politique, art et culture. Actes du 51e colloque international d’études humanistes (30 juin - 3 juillet 1998), Paris, Honoré Champion, 2003, p. 109-127.

9  Sur ce sujet : Stefano Meschini, « I francesi nel Ducato di Milano (1499-1512). Per un inquadramento generale », Archivio Storico Lombardo, s. 12, vol. 13, 2008, p. 135-154 et les textes signalés dans la note 17. Quelques considérations sur les guerres dans la péninsule et sur « l’aventure » française en Italie dans Alexandre Ruelle, « Guerroyer de part et d’autre des Alpes. Réflexions autour d’une présupposée aventure », Cornucopia - Le Verger - L’aventure à la Renaissance, no 24, juin 2022, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03712421 (mis en ligne le 15 juillet 2022, consulté le 3 septembre 2022).

10  Jean Jacquart, « De quelques capitaines des guerres d’Italie : de la réalité à l’image », dans Jean Balsamo (dir.), Passer les monts…, op. cit., p. 83-90 ; Denis Crouzet, « Mourir en Milanais », dans Philippe Contamine et Jean Guillaume (dir.), Louis XII en Milanais…, op. cit., p. 173-188 ; Nicolas Le Roux, Le crépuscule de la chevalerie. Noblesse et guerre au siècle de la Renaissance, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2015, p. 409 ; Laurent Vissière, « L’Italie, tombeau de la noblesse de France (1512-1527) », dans Chiara Lastraioli et Jean-Marie Le Gall (dir.), François Ier et l’Italie - L’Italia e Francesco I, Turnhout, Brepols, 2018, p. 39-49, p. 49.

11  Séverin Duc, « Il prezzo delle guerre lombarde. Rovina dello stato, distruzione della ricchezza e disastro sociale (1515-1535) », Storia Economica, no 1, 2016, p. 219-248.

12  Jean-Pierre Dedieu, « Les grandes bases de données : une nouvelle approche de l’histoire sociale. Le système Fichoz », História. Revista da Faculdade de Letras da Universidade do Porto, no 5, 2004, p. 101-114, https://ojs.letras.up.pt/index.php/historia/article/view/5055 (mis en ligne le 6 novembre 2018, consulté le 19 août 2022). Pour la description de Fichoz voir Jean-Pierre Dedieu et Álvaro Chaparro, « De la base au réseau. L’apport des bases de données à l’étude des réseaux », Les Cahiers de Framespa, no 12, 2013, http://journals.openedition.org/framespa/2173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.2173 (mis en ligne le 31 mai 2018, consulté le 9 mars 2022).

13  Archives Nationales, Paris, série J 910, n. 1, n. 4 et n. 6. Ces budgets ont fait l’objet d’une édition critique publiée en 2014 par l’École française de Rome : M. Di Tullio et L. Fois, Stati di guerra…, op. cit.

14  Il s’agit de plusieurs listes nominatives établies entre 1515 et 1537, que Séverin Duc a repérées aux archives de la ville de Milan et mises à disposition pour cette recherche (Archivio Storico Civico di Milano, Dicasteri, ms 5, 6, 254 et 255).

15  Letizia Arcangeli (dir.), Milano e Luigi XII. Ricerche sul primo dominio francese in Lombardia (1499-1512), Milan, Franco Angeli, 2002, p. 496 ; id., « Note su Milano e le città lombarde nelle guerre di Luigi XII (1499-1515) », dans Gian Mario Anselmi et Angela De Benedictis (dir.), Città in guerra. Esperienze e riflessioni nel primo ‘500 - Bologna nelle “Guerre d’Italia”, Argelato (BO), Minerva Edizioni, 2008, p. 135-152 ; id., « Cambiamenti di dominio nello Stato di Milano durante le prime guerre d’Italia (1495-1516) - Dinamiche istituzionali e movimenti collettivi », dans Marcello Bonazza et Silvana Seidel Menchi (dir.), Dal Leone all’Aquila. Comunità, territori e cambi di regime nell’età di Massimiliano I, Atti del Convegno, Rovereto, 14-15 maggio 2010, Rovereto, Edizioni Osiride, 2012, p. 27-74 ; Stefano Meschini, Luigi XII duca di Milano. Gli uomini e le istituzioni del primo dominio francese (1499-1512), Milan, Franco Angeli, 2004, p. 496 ; id., La Francia nel Ducato di Milano. la politica di Luigi XII (1499-1512), Milan, Franco Angeli, 2006, vol. 2, p. 1184 ; id., La seconda dominazione francese nel Ducato di Milano. La politica e gli uomini di Francesco I (1515-1521), Varzi, Guardamagna Editori, 2014, p. 328 ; Franca Leverotti, « La crisi finanziaria del Ducato di Milano alla fine del Quattrocento », dans Milano nell’età di Ludovico il Moro, Atti del convegno internazionale, Milano, 28 febbraio-4 marzo 1983, Milan, Comune di Milano-Archivio storico civico e Biblioteca Trivulziana, 1983, p. 585-632 ; id., « La cancelleria segreta da Ludovico il Moro a Luigi XII », dans Letizia Arcangeli (dir.), Milano e Luigi XII. Ricerche sul primo dominio francese in Lombardia, Milan, Franco Angeli, 2002, p. 221-252 ; Séverin Duc, « Il prezzo delle guerre lombarde… », art. cit. ; id., La guerre de Milan. Conquérir, gouverner, résister dans l’Europe de la Renaissance (1515-1530), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2019, p. 363.

16  Les figures et les tableaux présentés dans cet article ont été réélaborés à partir des données financières publiées dans M. Di Tullio et L. Fois, Stati di guerra…, op. cit.

17  Pour des considérations sur les dépenses militaires, M. Di Tullio et L. Fois, Stati di guerra…, op. cit., p. 58-62 et Letizia Arcangeli, « Marignano la svolta ? Governare Milano dopo la “battaglia dei giganti” (1515-1521) », Archivio Storico Lombardo, s. 12, vol. 20, 2015, p. 223-263 et en particulier p. 237-241.

18  Organe judiciaire suprême institué le 11 novembre 1499 par l’édit de Vigevano, le Sénat exerçait les compétences des deux précédents conseils des Sforza, le Conseil secret et le Conseil de justice (pour l’histoire de cette magistrature on se réfère à l’étude classique de Ugo Petronio, Il Senato di Milano. Istituzioni giuridiche ed esercizio del potere nel Ducato di Milano da Carlo V a Giuseppe II, vol. I, Milan, Giuffrè, 1972 ; Annamaria Monti, I formulari del Senato di Milano (secc. xvi-xviii), Milan, Giuffrè, 2001, p. 446 ; Pierre Savy, « Conseils et conseillers à Milan sous les Sforza (1450-1499) », dans Cedric Michon (dir.), Conseils et Conseillers dans l’Europe de la Renaissance v. 1450-v. 1550, Rennes, Presse universitaires de Rennes, 2012, p. 175-209. Sur l’évolution et la composition du Sénat avant François Ier, voir Letizia Arcangeli, « Alle origini del Consiglio dei sessanta decurioni : ceti e rappresentanza a Milano tra Massimiliano Sforza e Francesco I di Valois (maggio 1515 - giugno 1516) », dans Stefano Levati et Marco Meriggi (dir.), Con la ragione e col cuore. Studi dedicati a Carlo Capra, Milan, Franco Angeli, 2003, p. 33-76.

19  Voir notamment Philippe Hamon, L’argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1994, p. 609 ; id., « L’Italie finance-t-elle les guerres d’Italie ? », dans Jean Balsamo (dir.), Passer les monts…, op. cit., p. 25-37 ; id., « Aspects administratifs de la présence française en Milanais sous Louis XII », dans Philippe Contamine et Jean Guillaume (dir.), Louis XII en Milanais…, op. cit., p. 109-127.

20  À cet égard, on peut observer que l’argent accordé à des Suisses sous forme de pensions en 1510 revient à plus de 20 000 livres tournois, dont les principaux bénéficiaires sont l’abbé de Disentis, le Bernois Guillaume de Diesbach, le Valaisan Georges Supersaxo, les « trois quentons » de la Ligue des Grisons et les Valaisans (M. Di Tullio et L. Fois, Stati di guerra…, op. cit., p. 116, 152, 157). Dans le bilan de 1518 nous trouvons enregistrés comme pensionnaires du roi de France seulement l’abbé de Disentis et quelques capitaines, auxquels sont destinés moins de 2 000 livres tournois (M. Di Tullio et L. Fois, Stati di guerra…, op. cit., p. 238 et 253).

21  Les Sforza ont exercé deux fois la souveraineté sur Gênes, la première fois entre 1464 et 1478, la seconde entre 1489 et 1499, année à partir de laquelle les Français succèdent aux Milanais (à propos de la situation de Gênes dans la première moitié du xvie siècle nous renvoyons à Arturo Pacini, « La Repubblica di Genova nel secolo xvi », dans Dino Puncuh (dir.), Storia di Genova. Mediterraneo, Europa, Atlantico, Gênes, Società Ligure di Storia Patria, 2003, p. 325-339 ; Riccardo Musso, « La tirannia dei cappellazzi. La Liguria tra xiv e xvi secolo », dans Giovanni Assereto et Marco Doria (dir.), Storia della Liguria, Rome/Bari, Laterza, 2007, p. 43-60 ; Carlo Taviani, Superba discordia. Guerra, rivolte e pacificazioni nella Genova di primo Cinquecento, Rome, Viella, 2008, p. 264.

22  M. Di Tullio et L. Fois, Stati di guerra…, op. cit., p. 69.

23  Sebastiano Ferrero, ancien trésorier au service des ducs de Savoie est nommé par Louis XII général des finances du duché de Milan en 1499, charge qu’il tient pendant onze ans. Son fils, Gioffredo, le soutient dans la gestion des finances depuis 1505 et lui succède en 1520. D’autres fils de Sebastiano, notamment l’évêque de Verceil Giovan Stefano et le capitaine Besso, jouèrent un rôle important dans le duché et surtout firent carrière grâce à la protection paternelle (S. Meschini, Luigi XII, op. cit., p. 163-182).

24  En 1518, les Français (qui comptaient le chancelier, le vice-chancelier, dix sénateurs, un procureur fiscal, un notaire-secrétaire et deux secrétaires) reçurent 18 800 livres tournois contre les 17 331 attribuées aux Lombards (qui étaient au nombre de 21 sénateurs, deux avocats fiscaux, un procureur fiscal et sept secrétaires) (M. Di Tullio et L. Fois, Stati di guerra …, op. cit., p. 254-258). L’édit de Vigevano fixait à 17 le nombre de sénateurs (12 Lombards et 5 Français) divisés en trois classes (dont 2 prélats, 4 militaires et 11 juristes), nombre qui cependant augmenta jusqu’à 32 en 1517, toujours avec une majorité de Lombards. Les Français étaient nommés directement par le roi parmi des juristes ; les Lombards, par contre, étaient choisis par le souverain parmi trois noms proposés par les sénateurs eux-mêmes (S. Meschini, Luigi XII…, op. cit., p. 32-36, 348-351).

25  M. Di Tullio et L. Fois, Stati di guerra…, op. cit., p. 62 ; S. Meschini, La seconda dominazione…, op. cit., p. 181-186.

26  Pour ces aspects, Matteo Di Tullio, « Le finanze pubbliche milanesi… », art. cit. ; id., « Finanziare le guerre… », art. cit.

27  Le coefficient de Gini est la norme utilisée pour mesurer la concentration d’un facteur dans son contexte. Il s’agit d’un coefficient utilisé notamment pour mesurer les inégalités économiques. Son succès est lié à la facilité avec laquelle il peut être interprété. En effet, il est exprimé avec un nombre compris entre zéro et un, où zéro est la condition d’égalité parfaite, tandis qu’un est celle d’inégalité maximale.

28  C’est du reste uniquement dans le groupe des 1 % d’individus les plus riches que l’on observe une diminution de la richesse entre 1510 (32,98 %) et 1518 (29,47 %).

29  Les Sénateurs sont Opicino Caccia, Galeazzo Visconti di Somma, Ludovico Borromeo, Antonio Trivulzio (évêque d’Asti), Giacomo Trivulzio, Gerolamo Cusani, Agostino Panigarola, Giovanni Francesco Balcio, Cesare Guasco, Alessandro Trivulzio et Troilo Rossi di San Secondo (pour cette note et les suivantes on renvoie aux données déjà saisies dans Fichoz).

30  Il s’agit d’Opicino Caccia, Galeazzo Visconti di Somma, Giacomo Trivulzio et Troilo Rossi di San Secondo.

31  Les fiefs qui leur sont accordés sont respectivement : Cusago (1516) ; Borgo San Donnino (1499, fief concédé par Louis XII aux frères Pallavicini) et Pontremoli (1504) ; Mortara (1506) et Valsesia (1517) ; Piopera (1510) ; Cassano d’Adda (1499) et Castelsangiovanni (1507) ; Varese (1520) ; San Secondo (1505).

32  C’est ce que subirent, entre autres, Ambrogio, Antonio (évêque d’Asti) et Erasmo Trivulzio, Ettore Visconti, et Gerolamo Cusani.

33  Un autre Lombard, Bernabò Visconti, choisit de vivre en France après avoir pris part à la bataille de Pavie et avoir été privé des biens reçus par François Ier. Il refusa de rentrer en Lombardie quand il fut autorisé par François II Sforza à le faire, et lutta à partir des années 1530 aux côtés des Français contre les Espagnols.

34  Sur ce point voir l’exemple fourni par les Trivulzio dans le texte de Michele Maria Rabà.

35  Ces thèmes sont développés de manière exhaustive par John Gagné, Milan Undone. Contested Sovereignties in the Italian Wars, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2021, p. 452.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17370/img-2.png
Fichier image/png, 12k
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17370/img-4.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 1. Dépense considérée dans notre analyse (axe y1) par rapport à la dépense totale de l’État de Milan en 1510 et 1518 (axe y)
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17370/img-5.png
Fichier image/png, 100k
Titre Figure 2. La distribution des dépenses selon la provenance géographique des bénéficiaires en 1510 et en 1518
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17370/img-6.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure 3. Distribution des dépenses selon la provenance géographique des bénéficiaires italiens en 1510
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17370/img-7.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 4. Distribution des dépenses selon la provenance géographique des bénéficiaires italiens en 1518
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17370/img-8.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 5. Type de dépense selon l’origine des bénéficiaires en 1510
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17370/img-9.png
Fichier image/png, 89k
Titre Figure 6. Type de dépense selon l’origine des bénéficiaires en 1518
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17370/img-10.png
Fichier image/png, 323k
Titre Figure 7. La distribution de l’argent parmi les Lombards : coefficient de Gini (axe y), nombre de bénéficiaires (axe y1)
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17370/img-11.png
Fichier image/png, 256k
Titre Figure 8. Répartition en pourcentage de l’argent reçu par les Lombards par déciles de richesse
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17370/img-12.png
Fichier image/png, 319k
Titre Figure 9. Argent obtenu par les plus pauvres (Q 1) et les plus riches (top 1 et top 5) des Lombards
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17370/img-13.png
Fichier image/png, 62k
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17370/img-15.png
Fichier image/png, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matteo Di Tullio et Massimiliano Ferri, « Des Lombards aux étrangers : les magistratures de l’État de Milan pendant les guerres d’Italie (1499-1529) »Cahiers de la Méditerranée, 106 | 2023, 47-63.

Référence électronique

Matteo Di Tullio et Massimiliano Ferri, « Des Lombards aux étrangers : les magistratures de l’État de Milan pendant les guerres d’Italie (1499-1529) »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 106 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17370 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdlm.17370

Haut de page

Auteurs

Matteo Di Tullio

Matteo Di Tullio enseigne à l’Université de Pavie et a fait un post-doctorat à l’Université Bocconi de Milan et à l’Université de Rennes 2. Ses recherches portent plus précisément sur l’histoire économique et sociale et sur la gestion des ressources environnementales en Italie du Nord au début de l’époque moderne. Son dernier livre, publié avec Guido Alfani, est The Lion’s share. Inequality and the Rise of the Fiscal State in Preindustrial State, Cambridge, Cambridge University Press, 2019.

Massimiliano Ferri

Massimiliano Ferri est spécialiste d’histoire économique au sein du Département des sciences de l’entreprise de l’Université de Bergame et a été chercheur associé à l’Institut d’histoire des Alpes à Lugano (ISAlp, 2004-2007). Ses recherches portent plus particulièrement sur les relations diplomatiques entre l’Italie et la Suisse (1798-1815) ainsi que sur les aspects socioéconomiques du canton du Tessin à l’époque moderne. Il a publié La neutralità violata. Il Cantone Ticino e il Vallese negli anni napoleonici tra autonomia e minacce annessionistiche (1810-1813), Milan, Guerini & Associati, 2012.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search