Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Dossier : Signification et portée...Introduction

Dossier : Signification et portée de la marche sur Rome. Europe, Amérique latine

Introduction

Olivier Dard et Didier Musiedlak
p. 9-13

Texte intégral

  • 1  Herman Finer, Mussolini’s Italy, New York, The Universal Library, 1935, p. 89.
  • 2  Giuseppe A. Borgese, Golia. Marcia del Fascismo, Milan, Mondadori, 1946, p. 261.

1La marche sur Rome amorcée le 28 octobre 1922 permit à Mussolini d’arriver au pouvoir. Tout au moins est-ce la version officielle. Ayant pris le train le 29 octobre au soir, ovationné à son départ de Milan par la foule, le futur Duce franchit le Rubicon en wagon lit1. Arrivé à Rome, il se serait rendu au Quirinal vêtu d’une chemise noire pour y rencontrer Victor-Emmanuel III. C’est une légende. Le mythe naquit ainsi dès l’origine et ne cessa pas de se développer durant plus de vingt ans. Le roi, qui dans le passé avait reçu le socialiste réformiste Leonida Bissolati en habit lors de différentes cérémonies, aurait accueilli cette fois-ci le chef du fascisme en manches de chemise2. Mussolini aurait dit au monarque : « Majesté, je vous apporte l’Italie de Vittorio Veneto, entendant de la sorte l’Italie de la guerre et du triomphe ». Pendant ce temps, des milliers de chemises noires firent eux aussi leur entrée par les portes de Rome qui en étaient dépourvues. Quelques jours plus tard, après avoir fêté l’événement, les chemises noires auraient quitté Rome sur l’ordre de leur chef.

2En réalité, c’est en redingote que Mussolini, en toute légalité, fut appelé au pouvoir par le roi pour faire la révolution qu’il entendait mener au nom des Italiens. Les contemporains ne crurent guère à un changement radical. À cet égard, la série « Fascisme et partis politiques », publiée en 1921-1922 par les Éditions Cappelli de Bologne sous la direction de Rodolfo Mondolfo, est révélatrice de l’air du temps. Bien des observateurs pensaient que la crise du fascisme était un fait acquis qui conduirait bientôt à la désintégration du parti et à sa mort. La situation socio-économique étant normalisée, le fascisme – devenu une « milice de classe » – était voué à disparaître. Le groupe parlementaire allait s’effondrer après de nouvelles élections qui, conjuguées à la routine, mettraient fin au phénomène. Ajoutons que beaucoup de fascistes ne croyaient pas à la possibilité de voir le fascisme durer et s’affirmer politiquement. La prudence doit en conséquence s’imposer à nous lorsqu’il s’agit d’explorer les perceptions de la marche sur Rome à la lumière du temps présent.

  • 3  Renzo De Felice, Mussolini il fascista, t. I : La conquista del potere (1921-1925), Turin, Einaudi (...)

3Que la « Marcia » n’ait pas été une action révolutionnaire, Mussolini en était convaincu. Il l’a répété à plusieurs reprises, tout en cherchant à préciser ce qu’il entendait par-là3. Parmi ces diverses prises de positions, on retiendra deux articles parus dans la revue Gerarchia, l’un intitulé « Il primo tempo della rivoluzione » en juin 1925 et l’autre « Preludi alla Marcia » en octobre 1927. Mussolini distinguait la « Révolution » de l’ « insurrection ». La marche sur Rome, selon lui, était le moment insurrectionnel tandis que la « révolution fasciste » avait débuté après. Le Duce insistait aussi sur l’idée que la « période de la révolution » s’était ouverte en 1923, immédiatement après la création du Grand Conseil du fascisme et celle de la Milizia Volontaria per la Sicurezza Nazionale (MVSN).

  • 4  Pierre Nora, « L’événement monstre », Communications, no 18, 1972, p. 162-172.
  • 5  Marie-Anne Matard-Bonucci, « La “marche sur Rome”, de l’image au signe : mémoire et mise en images (...)
  • 6  Didier Musiedlak, La marche sur Rome, entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, (...)

4En définitive, c’est le régime fasciste, une fois installé en Italie, qui assigna à la marche sur Rome une place et une valeur démesurées en l’érigeant en « événement monstre »4 et en en faisant la pièce maîtresse de la « révolution fasciste ». Son dixième anniversaire et la Mostra qui le célèbre en 19325 montrent toute la force d’un événement devenu un mythe, conjugué à celui du Duce dont la figure éclipse dès lors tous les autres acteurs de la marche sur Rome6.

  • 7  Giulia Albanese, « Reconsidering the march on Rome », European History Quarterly, vol. 42-3, juill (...)
  • 8  Emilio Gentile, E fu subito regime. Il fascismo e la marcia su Roma, Rome-Bari, Laterza, 2012, tra (...)
  • 9  Giulia Albanese, La marcia su Roma, Rome-Bari, Laterza, 2006.
  • 10  Federico Carlo Simonelli, D’Annunzio e il mito di Fiume. Riti, simboli, narrazioni, Pise, Pacini E (...)
  • 11  Mimo Franzinelli, L’insurrezione fascista. Storia e mito della marcia su Roma, Milan, Mondadori, 2 (...)
  • 12  Marco Mondini, Roma 1922. Il fascismo e la guerra mai finita, Bologne, Il Mulino, 2022.

52022 fut l’occasion pour l’historiographie italienne de faire le point sur un sujet déjà bien documenté7 et de proposer de nouvelles approches après les interprétations marquantes de Renzo de Felice, d’Emilio Gentile8 et de Giulia Albanese9. L’historiographie récente a notamment réévalué l’épisode de Fiume10, mis en évidence la « mosaïque insurrectionnelle » présidant à l’avènement du fascisme11 et insisté sur la réinsertion de ce dernier dans le contexte géopolitique de l’après premier conflit mondial12.

  • 13  Ce dossier présente les actes du colloque « Signification et portée de la marche sur Rome : Europe (...)
  • 14  Jérémy Guedj et Barbara Meazzi (dir.), « La culture fasciste entre latinité et méditerranéité (188 (...)

6Ce numéro des Cahiers de la Méditerranée consacré à la marche sur Rome13 s’inscrit dans une perspective différente de ces travaux. S’il met l’accent sur la dimension italienne de l’événement en s’attachant à sa signification (Didier Musiedlak), au rôle de Gabriele D’Annunzio dans la marche sur Rome et au parallèle à dresser avec Fiume et ses enseignements (Federico Carlo Simonelli) ou encore à sa sacralisation via la Mostra (Christophe Poupault), il s’attache principalement aux réceptions, interprétations et usages de la marche sur Rome hors d’Italie. Dans cette perspective, l’Europe a été privilégiée, qu’il s’agisse de l’Allemagne (Nicolas Patin) et surtout de l’Europe latine, de l’Espagne (Manuelle Peloille) à la Roumanie (Florin Turcanu), en passant par la France (Olivier Dard). L’importance de la relation entre fascisme et latinité, objet d’étude déjà abordé dans les Cahiers de la Méditerranée, n’a pas seulement sous-tendu ce choix de l’Europe méditerranéenne14. Ce prisme de la latinité invite aussi à franchir l’Atlantique en abordant les exemples de l’Argentine (Humberto Cucchetti) ou du Brésil (João Fábio Bertonha) qui ont été également marqués par la marche sur Rome et le fascisme italien.

  • 15  « Europe et fascisme italien : transnationalisme, circulations et réseaux (1922-1943) ».
  • 16  Voir principalement Olivier Dard (dir.), Supports et vecteurs des droites radicales au xxe siècle, (...)

7L’angle d’approche retenu se veut celui privilégié par l’ANR EUROFA15, à l’origine du colloque dont est issu ce collectif. La démarche est centrée sur les circulations, les réseaux et les transferts. Elle permet d’examiner la pertinence d’une approche transnationale du fascisme qui, pour prometteuse qu’elle soit, ne doit rien avoir de mécaniste16. De fait, les contributions réunies ici donnent à voir l’importance des sociétés et des cultures nationales des pays considérés et des contextes qui leur sont propres pour saisir au plus près les enjeux de ces réceptions différenciées de la marche sur Rome. Elles sont fonction des échelles aussi bien territoriales que temporelles et ne sauraient donc se limiter aux conditions de l’avènement du fascisme et de la mise en place du régime. Elles doivent être au contraire inscrites dans une temporalité plus longue, en ne se contentant pas, par exemple pour l’Allemagne, de se limiter au putsch de la Brasserie de 1923 mais prendre en compte les dernières années du second conflit mondial ; ou, pour l’Amérique latine, s’attacher aux soubresauts propres aux histoires nationales qui doivent peu au contexte européen, si on songe par exemple à la marche sur Buenos Aires d’octobre 1935.

  • 17  Manuelle Peloille, Positionnement politique en temps de crise. Sur la réception du fascisme italie (...)
  • 18  Marco Cuzzi, Antieuropa. Il fascismo universale di Mussolini, Milan, M&B Publishing, 2006.
  • 19  Clara Lorenzelli, « Les conférences à l’étranger pendant le fascisme (1922-1936) : nouvelles prati (...)
  • 20  Stéphanie Lanfranchi, « Les raisons politiques d’un échec éditorial : la traduction française des (...)
  • 21  Jérémy Guedj, « L’illusion charismatique. Mussolini dans les revues culturelles françaises de l’en (...)
  • 22  Nous nous permettons de renvoyer à la journée « Passeurs culturels et politiques du fascisme itali (...)
  • 23  Emilio Franzina et Matteo Sanfilippo (dir.), Il fascismo e gli emigrati. La parabola dei Fasci ita (...)
  • 24  Didier Musiedlak (dir.), Les expériences corporatives dans l’aire latine, Berne, PIE Peter Lang, 2 (...)

8Le collectif proposé ne donne donc pas seulement à voir une comparaison entre les différents exemples sollicités, y compris dans une perspective géopolitique générale, même si celle-ci est riche d’intérêt lorsque, dans le sillage d’Emilio Gentile, la marche sur Rome est mise en perspective avec octobre 1917. Il faut cependant veiller à rester prudent et ne pas inférer de la mise en place du communisme l’avènement du fascisme, tant la relation entre les deux phénomènes est plus complexe qu’il n’y paraît : que l’on songe à l’Espagne des années 1920, où s’observent un anticommunisme virulent, un philofascisme affiché et un refus non moins marqué de décalquer l’expérience italienne17. Ces contradictions ne sont qu’apparentes et renvoient à des questionnements bien connus pour qui travaille sur les circulations ainsi que les transferts et mesure, par conséquent, toute l’importance des contextes de réceptions eux-mêmes marqués par les imaginaires et les mythes nationaux auxquels se trouve confronté le fascisme italien ; et ce, à différents moments, notamment de la marche sur Rome et de ses lendemains immédiats ou dans le sillage de la Mostra de 1932, lorsque l’État fasciste entend s’imposer comme un modèle de référence et alors que la démocratie libérale est en crise. Ses dirigeants escomptent que le fascisme pourrait faire école, notamment en regard du modèle soviétique et de la référence émergente représentée alors par le nazisme. Le fascisme italien a pour lui des atouts, et d’abord les qualités dont il se targue et les moyens qu’il met en œuvre pour développer son aura et valoriser son bilan hors de ses frontières à travers la mise sur pied de structures tournées vers l’étranger18, la sélection de conférenciers délégués à cette tâche19 et l’effort de diffusion de sa doctrine à travers les traductions des œuvres de ses dirigeants, à commencer par le Duce20 dont la figure peut être avantageusement reçue21. Ces discours rencontrent à la fois des échos et des relais à l’étranger via des voyageurs et des passeurs22 qui se chargent, consciemment ou non, de les mettre en valeur et de gagner les opinions à une forme de philofascisme. À l’échelle ouest--européenne, le contexte diplomatique est également porteur, puisque l’avènement du nazisme inquiète, notamment en France, et que l’Italie, du Brenner à Stresa, donne le sentiment de jouer la carte franco-britannique contre le IIIe Reich. Ajoutons enfin, point qui concerne la France où les Fasci sont nombreux, mais plus particulièrement l’Amérique latine, l’importance des émigrés italiens qui ont pu, en Argentine comme au Brésil, être des relais du régime fasciste auprès de leurs concitoyens23, un fascisme entendu aussi bien et selon les cas comme un mode d’accès au pouvoir et plus encore un modèle politique économique et social à adapter, tout particulièrement pour sortir de la crise des années trente et en privilégiant la solution corporative24.

  • 25  Ralph Schor, « L’Italie de 1920 devant l’opinion française », dans Enrico Deleva et Pierre Milza ( (...)
  • 26  Christophe Poupault, À l’ombre des faisceaux. Les voyages français dans l’Italie des chemises noir (...)

9Qu’en est-il par conséquent de la marche sur Rome ? Son écho, pour être pleinement compris, ne saurait être limité à la prise en compte des réceptions immédiates de l’événement même si celles-ci ont déjà été étudiées, notamment pour le cas français25. Mais comprendre l’importance de la marche impose, pour l’étranger comme pour l’Italie, de saisir son utilisation par le régime à travers sa médiatisation et la mise en scène de la Mostra. Car, ainsi que l’ont déjà montré des études sur les voyageurs dans l’Italie fasciste26 et comme le confirment certaines contributions de ce dossier, c’est bien la vision de la marche proposée en 1932 qui structure massivement le point de vue sur cette dernière et concourt à l’associer au plus près au mythe du Duce et au modèle fasciste. Et ce au détriment d’une vérité historique dont les promoteurs de la célébration de 1932, Mussolini en tête, ont peu à faire.

In memoriam

10La publication de ce collectif est l’occasion de rendre hommage à notre ami Jean-Luc Pouthier, décédé le 12 juin 2023. Historien et journaliste, ancien membre de l’École française de Rome, spécialiste de l’Italie contemporaine, Jean-Luc avait présidé une des sessions de ce colloque consacré à la marche sur Rome comme il le faisait régulièrement lorsque nous organisions des rencontres scientifiques. Nous souhaitons donc lui dédier ce numéro des Cahiers de la Méditerranée.

Haut de page

Notes

1  Herman Finer, Mussolini’s Italy, New York, The Universal Library, 1935, p. 89.

2  Giuseppe A. Borgese, Golia. Marcia del Fascismo, Milan, Mondadori, 1946, p. 261.

3  Renzo De Felice, Mussolini il fascista, t. I : La conquista del potere (1921-1925), Turin, Einaudi, 1966, p. 306-307.

4  Pierre Nora, « L’événement monstre », Communications, no 18, 1972, p. 162-172.

5  Marie-Anne Matard-Bonucci, « La “marche sur Rome”, de l’image au signe : mémoire et mise en images officielles de l’événement », dans Christian Delporte et Annie Duprat (dir.), L’événement : images, représentations, mémoire, Grânes, Créaphis, 2003, p. 213-230.

6  Didier Musiedlak, La marche sur Rome, entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, 2022.

7  Giulia Albanese, « Reconsidering the march on Rome », European History Quarterly, vol. 42-3, juillet 2012, p. 403-421.

8  Emilio Gentile, E fu subito regime. Il fascismo e la marcia su Roma, Rome-Bari, Laterza, 2012, traduit en français sous le titre Soudain le Fascisme. La marche sur Rome. L’autre révolution d’Octobre, Paris, Gallimard, 2015.

9  Giulia Albanese, La marcia su Roma, Rome-Bari, Laterza, 2006.

10  Federico Carlo Simonelli, D’Annunzio e il mito di Fiume. Riti, simboli, narrazioni, Pise, Pacini Editore, 2021.

11  Mimo Franzinelli, L’insurrezione fascista. Storia e mito della marcia su Roma, Milan, Mondadori, 2022.

12  Marco Mondini, Roma 1922. Il fascismo e la guerra mai finita, Bologne, Il Mulino, 2022.

13  Ce dossier présente les actes du colloque « Signification et portée de la marche sur Rome : Europe, Amérique latine » (dir. Olivier Dard, Didier Musiedlak), qui s’est tenu à la Maison de la Recherche – Sorbonne Université les 17 et 18 novembre 2022 dans le cadre du projet ANR EUROFA et avec l’appui de l’UMR SIRICE et du CMMC.

14  Jérémy Guedj et Barbara Meazzi (dir.), « La culture fasciste entre latinité et méditerranéité (1880-1940) », Cahiers de la Méditerranée, no 95, décembre 2017.

15  « Europe et fascisme italien : transnationalisme, circulations et réseaux (1922-1943) ».

16  Voir principalement Olivier Dard (dir.), Supports et vecteurs des droites radicales au xxe siècle, Europe/Amériques, Bruxelles, Peter Lang, 2013 ; Gert Sørensen et Robert Mallett (éd.), International Fascism, 1919-1945, Londres, Franck Cass Publishers, 2012 ; Arnd Bauerkämper et Grzegorz Rossoliński-Liebe (éd.), Fascism without borders. Transnational Connections and Cooperation between Movements and Regimes in Europe from 1918 to 1945, New York, Berghahn Books, 2017. Pour une réflexion historiographique : Ángel Alcalde, « The Transnational Consensus : Fascism and Nazism in Current Research », Contemporary European History, vol. 29-2, 2020, p. 243-252.

17  Manuelle Peloille, Positionnement politique en temps de crise. Sur la réception du fascisme italien en Espagne (1922-1929), Uzès, Inclinaison, 2015.

18  Marco Cuzzi, Antieuropa. Il fascismo universale di Mussolini, Milan, M&B Publishing, 2006.

19  Clara Lorenzelli, « Les conférences à l’étranger pendant le fascisme (1922-1936) : nouvelles pratiques culturelles, nouvelles pratiques », Revue d’histoire culturelle (xviiie-xxie siècles), no 5, 2023 (en ligne).

20  Stéphanie Lanfranchi, « Les raisons politiques d’un échec éditorial : la traduction française des œuvres de Mussolini en France, 1935-1939 », Laboratoire italien, no 16, 2015 (en ligne).

21  Jérémy Guedj, « L’illusion charismatique. Mussolini dans les revues culturelles françaises de l’entre-deux-guerres », Laboratoire italien, no 30, 2023 (en ligne).

22  Nous nous permettons de renvoyer à la journée « Passeurs culturels et politiques du fascisme italien en Europe (1922-1943) » qui s’est tenue à la maison de la recherche de Sorbonne Université le 13 juin 2023, dans le cadre de l’ANR EUROFA, avec le soutien de l’UMR SIRICE et du CMMC. Cette rencontre sera publiée dans le hors-série no 19 de Parlement[s]. Revue d’Histoire politique (dir. Olivier Dard et Jérémy Guedj).

23  Emilio Franzina et Matteo Sanfilippo (dir.), Il fascismo e gli emigrati. La parabola dei Fasci italiani all’estero (1920-1943), Rome-Bari, Laterza, 2003.

24  Didier Musiedlak (dir.), Les expériences corporatives dans l’aire latine, Berne, PIE Peter Lang, 2009.

25  Ralph Schor, « L’Italie de 1920 devant l’opinion française », dans Enrico Deleva et Pierre Milza (dir.), La Francia e l’Italia negli anni venti : tra politica e cultura, Milan, Franco Angeli, 1996, p. 14-32.

26  Christophe Poupault, À l’ombre des faisceaux. Les voyages français dans l’Italie des chemises noires (1922-1943), Rome, École française de Rome, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Dard et Didier Musiedlak, « Introduction »Cahiers de la Méditerranée, 107 | 2023, 9-13.

Référence électronique

Olivier Dard et Didier Musiedlak, « Introduction »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 107 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x4p

Haut de page

Auteurs

Olivier Dard

Olivier Dard est professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Il a notamment publié Charles Maurras, le nationaliste intégral, (Dunod, 2023, 3e édition augmentée [2013]) et, avec Ana Isabel Sardinha-Desvignes, Célébrer Salazar en France (1930-1974). Du philosalazarisme au salazarisme français, Bruxelles, Peter Lang, 2018 [traduit et publié au Portugal en 2019 chez Edicoes 70 sous le titre Salazar em França. Admiradores e discípulos (1930-1974)]. Il a récemment coordonné avec Didier Musiedlak et Éric Anceau, Être nationaliste à l’heure des masses en Europe (1900-1920), Berne, Peter Lang, 2017 et avec Didier Musiedlak, Être nationaliste en régime de dictature, Berne, Peter Lang, 2021. Il a enfin dirigé avec Christophe Boutin et Frédéric Rouvillois le Dictionnaire du conservatisme (Éd. du Cerf, 2017), le Dictionnaire des populismes (Éd. du Cerf, 2019) et le Dictionnaire du progressisme (Éd. du Cerf, 2022).

Articles du même auteur

Didier Musiedlak

Didier Musiedlak est agrégé d’histoire, ancien membre de l’École française de Rome et professeur émérite à l’Université de Paris Nanterre. Il a notamment publié les ouvrages suivants : Lo stato fascista et la sua classe politica, 1922-1943, Bologne, Il Mulino, 2003 ; Mussolini, Paris, Presses de Sciences-Po, 2005. (traduit sous le titre : Il Mito di Mussolini, Florence, Belle Lettre, 2009) ; Parlementaires en chemise noire, Italie 1922-1943, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007 ; L’atelier occidental du terrorisme, Paris, Arkhê, 2018 ; La marche sur Rome : entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, 2022.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search