Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Dossier : Signification et portée...La marche sur Rome : retour sur l...

Dossier : Signification et portée de la marche sur Rome. Europe, Amérique latine

La marche sur Rome : retour sur l’événement

The march on Rome: a look back at the event
Didier Musiedlak
p. 15-34

Résumés

Un siècle après la marche sur Rome, cette contribution s’interroge en premier lieu sur son statut d’événement et sa relation à la temporalité. En d’autres termes, la marche a-t-elle été perçue immédiatement comme un événement majeur ou a-t-elle fait l’objet d’enrichissements successifs par le régime au point d’en altérer le sens au profit du mythe ? Est-il possible d’établir une délimitation entre l’événement dans sa matérialité de son mythe ? Un autre aspect majeur de cette contribution s’attache à remettre en perspective les grandes interprétations qui ont été formulées dans l’historiographie italienne sur l’interprétation de la marche dans l’histoire du régime.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Herman Finer, Mussolini’s Italy, New York, The Universal Grosset & Dunlop, 1935, p. 89.
  • 2  Giuseppe A. Borgese, Golia. Marcia del Fascismo, Milan, Mondadori, 1946, p. 261.

1C’est la marche sur Rome, du 28 au 30 octobre 1922, qui permit à Mussolini d’arriver au pouvoir. Ayant pris le train le 29 octobre au soir, ovationné à son départ de Milan par la foule, Mussolini franchit le Rubicon en wagon-lit1. Arrivé à Rome le matin du 30, il revêtit, selon la légende, une nouvelle chemise noire et se serait vêtu ainsi pour se rendre au Quirinal, la résidence du roi Victor--Emmanuel III. Le roi, qui dans le passé avait reçu le socialiste réformiste Leonida Bissolati en habit lors de différentes cérémonies, aurait reçu cette fois le chef du fascisme en manches de chemise2. Le Duce aurait dit au roi : « Majesté, je vous apporte l’Italie de Vittorio Veneto, entendant de la sorte l’Italie de la guerre et du triomphe ». Pendant ce temps des milliers de chemises noires firent elles aussi leur entrée par les portes de Rome qui en étaient dépourvues. Quelques jours plus tard, après avoir abondamment bu et mangé pour fêter l’événement, les chemises noires obéirent aux ordres de leur chef et repartirent.

  • 3  Pierre Nora, « L’événement monstre », Communications, no 18, 1972, p. 162-172.

2En réalité, c’est en redingote que Mussolini, en toute légalité, fut appelé au pouvoir par le roi pour faire la révolution qu’il entendait mener au nom des Italiens. Somme toute, en apparence, rien de vraiment exceptionnel si ce n’est ce fait aujourd’hui devenu indéniable : Mussolini ignore sans doute qu’il va conserver le pouvoir durant plus de vingt ans en fondant un régime nouveau qui ne tarde pas à devenir un modèle en termes de modernité politique. De là, naît une narration inédite sur la marche qui se conjugue avec la naissance du régime fasciste. Dans ces conditions, est-il légitime de considérer la marche, en reprenant l’expression de Pierre Nora, comme un « événement monstre » qui aurait modifié le cours de l’Histoire, à l’instar de la prise de la Bastille, de la Révolution d’octobre 1917 ou du 11 septembre 20013 ?

  • 4  George Herbert Mead, The Philosophy of the Present, édité par Arthur Edward Murphy, New York, Prom (...)
  • 5  Didier Musiedlak, La marche sur Rome, entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, (...)

3La première question qui se pose à cet égard est d’essayer de caractériser ce qui constitue un événement « monstre » ou « émergent », pour reprendre l’expression utilisée par George Herbert Mead dans un ouvrage posthume édité en 1932 (The Philosophy of the Present 4). L’examen sommaire des grandes grilles interprétatives de facture italienne sur la signification de la marche constitue sur ce point une étape essentielle. L’apport des nouvelles archives de deux des quadriumvirs, Italo Balbo et Cesare Maria De Vecchi, s’avère cependant décisif pour apprécier l’épaisseur qu’il convient d’attribuer à l’événement5.

Les éléments constitutifs d’un « événement monstre »

4Pour parvenir à définir ce qui constitue un événement monstre, il est nécessaire de se situer à la confluence de l’histoire et de la philosophie en ayant recours à la temporalité et à la mémoire.

  • 6  Georges Duby, Le dimanche de Bouvines (27 juillet 1214), Avant-propos, Paris, Gallimard, 1985.
  • 7  Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000, p. 317.

5Après Pierre Nora, en 1989 le grand médiéviste George Duby dans son ouvrage consacré à la victoire de Bouvines – remportée par Philippe Auguste le 27 juillet 1214 contre les troupes de l’empereur Othon – s’était interrogé dans sa préface sur l’importance de l’événement6. Il avait mis l’accent sur le bruit produit dans son sillage, grossi par les impressions des témoins, son caractère exceptionnel soulevé par le torrent des discours en même temps qu’il révélait les latences que l’événement recélait. En substance, dès le Moyen Âge, un événement majeur se conjuguait avec le principe d’une narration surabondante au moyen de l’écrit et de l’iconographie qui l’inscrivait dans une temporalité inédite. Si on prend en revanche l’attentat du 11 septembre 2001 contre les tours jumelles, la narration a totalement changé de caractère en raison de l’importance des médias de masse dont la fonction est consolidée sur une scène désormais globalisée, offrant ainsi une diffusion planétaire. Comme l’avait perçu Pierre Nora, le propre de l’événement moderne est bien de se dérouler sur une scène immédiatement publique. La mise en perspective du sens sur le plan médiatique s’accentue au fur et à mesure que s’effectue la construction de l’événement. Dans La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paul Ricœur insiste sur le critère de surprise, intrinsèque à tout événement, intégrant la narration historique. Il y ajoute cependant un second trait déterminant : « l’effet de structure que l’événement révèle en tant que phénomène de longue durée qui offre à l’événement la condition de son existence ; […] la description des structures met hors-jeu la chronologie révélant une autre temporalité »7. Le 11 septembre 2001 conjugue ainsi une rupture mettant fin à une période historique tout en ouvrant dans le même temps une nouvelle temporalité.

  • 8  François Dosse, « La fabrique de l’événement historique moderne », Hermès, no 71, 2015, p. 58-66.
  • 9  George Herbert Mead, The Philosophy of the Present, op. cit., p. 21.

6Qu’en est-il de la marche sur Rome à cet égard ? Par bien des aspects, elle correspond à cette définition de « l’événement monstre ». Elle permet d’ouvrir l’Italie à la modernité en la séparant des sociétés traditionnelles régies par le temps immobile. Il y a bien rupture. Sa signification s’absorbe dans son retentissement. L’événement est en effet inséparable du formidable écho que la modernité permet de fabriquer grâce au système des mass media 8. Sa puissance est liée à sa capacité à réaménager le passé et à orienter le futur. « L’événement monstre » inaugure effectivement une nouvelle structure temporelle9. Au cœur du dispositif, on retrouve le formidable écho engendré par la narration qui, avec le temps, va occuper un espace démesuré. Le sens de l’événement est ainsi révélé par l’expérience temporelle de la narration qui permet de rythmer l’histoire autrement que par la chronologie (Reinhardt Koselleck). À cet égard, la marche sur Rome remplit pleinement les conditions requises en consacrant les masses comme acteurs de l’histoire. Mais est-ce à dire pour autant qu’on parvient ainsi à déceler la structure profonde de l’événement et de son épaisseur ? Est-il possible de faire une délimitation entre l’événement vécu et la part impartie au mythe véhiculé par le régime ?

  • 10  Pierre Laborie, Penser l’événement. 1940-1945, Paris, Gallimard, 2019, p. 376.

7La difficulté tient au fait qu’il n’y a pas d’événement pur. Dès le début, il est associé à la légende qui est contemporaine des faits et qui, peu à peu, conduit à réinterpréter et à remodeler la réalité originelle10. Il s’en suit un processus continu de transformation de la mémoire de l’événement et de sa narration. Il s’agit en conséquence de chercher à exhumer ce qui relève de sa matérialité et du mythe. En l’espèce, pour la marche, la première tâche qui s’impose est de savoir si l’événement correspond ou non à une insurrection ou à la « révolution » autoproclamée par le régime. La seconde, plus délicate à entreprendre, concerne le statut de l’événement au regard de son retentissement sur le plan de l’histoire universelle. En d’autres termes, est-il légitime de comparer la marche à l’autre révolution d’octobre, celle de 1917, sans courrir le risque d’être victime du mythe véhiculé par le régime ?

8Les historiens ont cherché à rendre compte de la nature de la marche en posant la question centrale de son autonomie et de son importance par rapport à la constitution du régime fasciste.

L’évolution de la grille interprétative

  • 11  L’importance de la négociation et le rôle du roi y sont majoritairement soulignés. Adrian Lyttelto (...)

9L’interprétation de la marche a subi une longue décantation pour découvrir l’effet de structure engendré. Pour ce faire, il a fallu sortir des lectures simplistes en termes politiques qui avaient conduit dans un premier temps à une série d’occultations. Si, pour les fascistes, la marche était une authentique révolution, elle était perçue à gauche et chez les libéraux comme une forme de comédie. Pour nombre d’entre eux, elle était assimilée à une forme de bluff et Gaetano Salvemini y voyait la démonstration de l’affaissement de l’Italie libérale. À eux seuls, les fascistes n’auraient pas pu obtenir le contrôle de l’État. Au surplus, en suivant cette voie, même si le roi avait accepté de parapher le décret de l’état de siège présenté par le président du Conseil libéral en exercice, Luigi Facta, l’armée régulière disposait d’une supériorité numérique écrasante et aurait de la sorte pulvérisé les miliciens fascistes. C’est sur ce point que Gaetano Salvemini, Emilio Lussu et Angelo Tasca ont insisté pour souligner les faiblesses et l’incohérence de la marche, ce qui a eu en revanche pour effet de rendre plus difficile l’analyse du régime une fois celui-ci installé dans la durée. Les historiens anglo-saxons, d’une façon générale, ont pour leur part mis l’accent sur la relative faiblesse du mouvement fasciste et sur le degré de résistance apporté par l’État libéral11. Ont répondu à ces travaux les contributions plus récentes de l’historiographie italienne qui, à l’inverse, ont cherché au tournant du siècle à réduire la dimension polémique de la marche en l’insérant dans le registre des explications structurelles. C’est le cas de l’interprétation fournie par Emilio Gentile à partir du rôle du parti fasciste ou de celle de Giulia Albanese reposant sur le rôle fondamental occupé par la violence dans le squadrisme et sa mobilisation.

  • 12  Emilio Gentile, Soudain le fascisme. La marche sur Rome, l’autre révolution d’Octobre, Paris, Gall (...)

10Selon Emilio Gentile, sur le plan de son importance, la marche est comparable d’emblée à la révolution bolchevique12. Dans sa préface à l’ouvrage qu’il lui consacre, l’historien met en parallèle l’arrivée de Mussolini à Rome en train le 29 octobre et le retour de Lénine en Russie entre le 27 mars et le 3 avril 1917, dans le fameux wagon plombé, légende inventée par la propagande bolchévique pour tenter de démontrer l’indépendance de Lénine à l’égard de l’Empire allemand. Selon Emilio Gentile, cette homologie n’est pas fortuite entre les deux « révolutions ». Lénine comme Mussolini s’étonnèrent en tout cas de la facilité avec laquelle ils prirent le pouvoir. La parenté existant à ce sujet serait due à la genèse d’une force politique nouvelle, un parti organisé militairement comme une milice. Après seulement trois années d’existence en tant que mouvement entre 1919 et 1922, le parti fasciste, selon Gentile, avec à sa tête seulement un groupe de jeunes chefs sans aucune expérience en matière d’administration et de gouvernement, serait parvenu à balayer par la violence le régime libéral italien. C’est en conséquence antérieurement à la marche, dès le début des années 1920, avec la formation du Parti en Milice en 1921, que le fascisme produit les conditions de l’événement en raison de son caractère militaire exemplaire et des pratiques de violence héritées du squadrisme. C’est cette forme partisane qui offre au régime la possibilité d’exister jusqu’au 25 juillet 1943. Cette culture de la violence s’empara ensuite du sommet de l’État. C’est dès la prise du pouvoir que s’est effectuée l’ultime mutation du mythe national révolutionnaire qui coïncida avec la volonté affichée par le fascisme de fusionner la nation avec l’État. Pour Emilio Gentile, la création du Parti-Milice estompe de la sorte la frontière entre « politiciens » et « guerriers » qui existait selon le paradigme de la politique traditionnelle. La substance originale du nouveau parti, soit par sa fonction militaire soit par sa mentalité intégraliste aspirant au monopole du pouvoir, est la condition sine qua non de la marche et de l’instauration du régime. Les squadre d’action constituèrent l’organisation de base du nouveau Parti National fasciste, dont la création fut votée lors du Congrès du 21 novembre 1921 à Rome. Selon cette interprétation, Michele Bianchi fut le principal instigateur du soulèvement et son partisan le plus résolu. Sans l’union fondamentale du parti fasciste et de la masse des squadristes, la marche aurait conduit à un échec. Le régime fasciste débuta par la marche sur Rome mais fut en conséquence le produit de la nature même du parti fasciste qui exerçait déjà sa domination sur une grande partie de l’Italie, avant de l’étendre à l’État italien.

  • 13  Giulia Albanese, La marcia su Roma, Rome-Bari, Laterza, 2006.
  • 14  Ibid., p. 9-10.
  • 15  Ibid., p. 10-11.

11Giulia Albanese, pour sa part, privilégie la violence comme élément décisif du contrôle du territoire qui s’effectue avec la marche sur Rome13. Certains historiens comme Gianpasquale Santomassimo et Mimmo Franzinelli avaient commencé à s’intéresser plus précisément à la violence lors de la marche, sans toutefois construire une interprétation globale de ses implications sur le plan politique. Le propos de Giulia Albanese est de montrer que la violence est non seulement congénitale au fascisme mais qu’elle en a été la structure porteuse qui a rendu possible l’événement en changeant le contexte politique. La marche n’a pas été le fruit du rassemblement des squadristes effectué dans les centres de rassemblement définis par les quadrumvirs pour se diriger vers la capitale, mais l’effet de l’action entreprise par des dizaines et des centaines d’actions qui avaient eu lieu dans toute l’Italie, opérant une forme d’occupation du territoire au niveau local sans réelle coordination avec l’autorité centrale du parti. Dans de nombreuses villes, les squadristi occupèrent – souvent uniquement de manière formelle – les principaux lieux de pouvoir et les nœuds de communication entre la périphérie et le centre14. La stratégie fasciste aurait réussi car elle n’aurait pas rencontré de résistance sur le terrain. L’incapacité et la mauvaise volonté de l’État libéral et de sa classe dirigeante ont fait le reste. La marche permit d’activer la destruction de l’État libéral sur le territoire national, même si, au niveau institutionnel, ce processus était déjà entamé depuis longtemps15.

  • 16  Mimo Franzinelli, L’insurrezione fascista. Storia e mito della marcia su Roma, Milan, Mondadori, 2 (...)
  • 17  Giulia Albanese, La marcia su Roma, op. cit., p. 179-180.
  • 18  Mimo Franzinelli, L’insurrezione fascista…, op. cit., p. 12.

12Selon Mimo Franzinelli, l’événement prend tout son sens dans la mobilisation de la périphérie fasciste opérée pour la destruction des opposants et l’occupation des villes lancée à l’automne 192016. La marche apparaît ainsi comme un moment dans un processus de mobilisation défini dans une stratégie à long terme au moyen d’une puissante offensive déployée dans le Piémont, la Lombardie, la Vénétie, le Frioul, la Vénétie Julienne, la Ligurie, la Toscane, l’Ombrie et les marches. L’événement est pensé comme un épisode de la crise d’après-guerre. L’auteur a ainsi reconstitué une forme de « mosaïque insurrectionnelle » (26-28 octobre 1922), région par région, province par province, heure par heure. Il se livre ensuite à l’analyse de la « marche après la marche », dans sa transfiguration politique en mythe fondateur du régime à travers les rites des anniversaires, de l’Exposition de la Révolution fasciste (1932) jusqu’à la constitution de la République Sociale Italienne. Dans ce dispositif, Mussolini joue le rôle central, maniant un incontestable talent dans l’art de conjuguer politique et violence. La mobilisation, commencée le 27 octobre, s’achève le 7 novembre 1922, lorsque les villes d’Italie reviennent officiellement sous le contrôle de l’autorité civile, non sans difficulté en raison de l’anarchie régnante17. L’originalité et la force de cette insurrection sur le territoire résident dans son caractère périphérique qui permet ainsi à Mussolini d’imposer la capitulation au régime libéral18.

13Dans les trois cas de figure examinés, la marche est conçue comme une solution à un conflit politique interne. On ne saurait y déceler l’ambition de présenter la montée au pouvoir du fascisme comme un modèle politique qui serait opérationnel dans l’immédiat pour transformer les régimes libéraux en Europe.

  • 19  Marco Mondini, Roma 1922. Il fascismo e la guerra mai finita, Bologne, Il Mulino, 2022, p. 13.
  • 20  Ernst Nolte, Der Faschismus in seiner Epoche, Munich, R. Piper 8c Co Verlag, 1963 (traduction fran (...)

14Peu d’interprétations récentes réinsèrent la marche dans un cadre géopolitique élargi. C’est le cas de l’ouvrage de Marco Mondini qui conçoit l’événement comme un épiphénomène lié aux conditions du contexte international favorisant la montée au pouvoir de Mussolini19. Il ne s’agit pas selon lui d’un phénomène purement interne lié aux vicissitudes de l’histoire nationale italienne mais plutôt d’un vaste mouvement européen de contestation du pouvoir légitime. Il faut en rechercher les racines dans l’histoire culturelle de la première guerre mondiale, avec le processus nouveau de mobilisation des masses au moyen de la propagande. En substance, tout ce qui s’est passé entre 1919 et 1922 n’est que le fruit de ce qui s’est produit entre 1914 et 1918. Le climat de croisade et de guerre civile, la peur d’une révolution bolchevique constituent l’arrière-plan de la marche. Cette analyse, par certains aspects, n’est pas sans rappeler celle d’Ernst Nolte qui, pour sa part, inscrivait aussi, en 1963, la genèse du fascisme dans un phénomène global non par essence italien mais comme la résultante de l’antimarxisme et de l’antibolchevisme qui auraient permis d’unifier une époque jusqu’en 194520.

15Ces grilles interprétatives tendent à privilégier, selon l’angle choisi, un registre d’explication. Le rôle du parti (Emilio Gentile), la violence et le maillage du territoire (Giulia Albanese), la montée en puissance de la périphérie (Mimo Franzinelli), ou encore la matrice constituée par la première guerre mondiale (Marco Mondini) en constituent les fondements. Ces analyses sont de ce fait toutes tributaires de choix méthodologiques qui, malgré leur degré de pertinence, altèrent nécessairement une partie de l’épaisseur de l’événement qui reste de toute façon rebelle à une explication mono-causale.

  • 21  Renzo De Felice, Mussolini, il fascista. I : La conquista del potere, 1921-1925, Turin, Einaudi, 1 (...)

16Pour satisfaire pleinement aux exigences de l’argumentaire d’Emilio Gentile, il faut convenir que le Parti-Milice, en termes d’organisation, était en mesure, sur le terrain, de faire la révolution. De même, considérer l’existence d’une insurrection générale en acte revient à admettre que le fascisme avait réussi à mobiliser en nombre pour assurer la victoire. Les archives nouvelles de Cesare Maria De Vecchi et celles d’Italo Balbo permettent de nuancer cette interprétation. Leur examen démontre à l’inverse que l’encadrement militaire était loin d’être parfait au moment de la marche, tout comme la mobilisation. En réalité, les fascistes ne disposaient pas de l’outil militaire centralisé pour assurer le succès de l’opération, comme l’a confessé plus tard Italo Balbo en privé en décembre 1938. Avant la marche – et bien après –, l’organisation centrale était en gestation. L’autorité de la commission exécutive, du comité central, de Mussolini même, était contestée à la périphérie. La vraie structure du fascisme était formée du Ras et des dirigeants locaux squadristes. Le Parti, selon la définition de Renzo De Felice, était un agrégat de réalités locales, souvent miné – comme les événements de 1923-1924 le démontrèrent – par des rivalités latentes très profondes21.

17Il faut en conséquence opérer un retour à l’histoire si on veut répondre à ces questions. Les nouvelles archives mises à jour permettent de révéler certaines faiblesses structurelles du mouvement fasciste au moment de la marche.

La Milice au moment de la mobilisation était seulement en voie de constitution

  • 22  Emilio Gentile, Soudain le fascisme…, op. cit., p. 57.
  • 23  Archivio centrale dello Stato (ACS), Carte Italo Balbo, Faldone PNF, Commando Generale delle squad (...)
  • 24  Emilio Gentile, Soudain le fascisme…, op. cit., p. 57.
  • 25  ACS, Carte Italo Balbo, Faldone PNF, Norme per l’organizzazione, p. 4.
  • 26  Giorgio Rochat, Balbo, Turin, Utet, 1986, p. 65.

18La première mouture du projet de milice composée à Oneglia en Ligurie (6-8 janvier 1922) avait été élaborée par le Général Gandolfo et validée par Michele Bianchi22. L’opuscule qui sortit de ses tractations avait pour titre initial Direttive per l’Organizzazione 23. Le maître-d’œuvre sur le plan de l’exécution en fut sans conteste Italo Balbo. La structure suggérée par Gandolfo reposait sur la répartition des fascistes en « principii » et en « triarii ». Les principii formaient une escouade de volontaires totalement dévoués à leur chef. Les triaires restaient plus en retrait pour assurer l’ultime ligne de défense. Ces derniers étaient considérés comme le maillon le plus faible. Mais ce dispositif inspiré de l’ancienne armée romaine n’avait en réalité rien d’opérationnel sur le plan militaire24. Malgré l’optimisme affiché par Balbo qui pensait remettre le document final à Mussolini et au Secrétaire du Parti autour du 15 septembre, à cette date tout restait à faire. Le premier texte ne faisait pas mention d’une structure militaire mais se limitait à souligner le besoin d’instituer « des camps d’entrainement sportifs et militaires, pour former au plus vite tous les jeunes aux qualités morales et physiques qui sont nécessaires à la création de la Nation Armée »25. Était détaillé ensuite un organigramme qui reprenait « la tradition romaine et italique » calqué sur « l’organisation militaire romaine ». Mais en septembre 1922, la machine était encore grippée. Les fédérations récalcitrantes à l’autorité centrale du Parti reçurent une sévère injonction à respecter leurs obligations afin que pût se tenir le grand rapport des Consuls qui devait faire état des nouvelles légions créées. En raison de « l’apathie » constatée par Michele Bianchi même, la direction du Parti avait même menacé de destituer les secrétaires provinciaux concernés. Le premier règlement qui visait à expliciter que chaque fasciste était potentiellement un squadriste relevait pour beaucoup de la propagande et du mythe26. La structure militaire de la milice restait ainsi à construire au sommet du mouvement.

La prise de conscience de la faiblesse de l’encadrement militaire intervint seulement au sommet du parti le 13 août 1922

  • 27  Emilio Gentile, Storia del Partito fascista (1919-1922). Movimento e milizia, Rome-Bari, Laterza, (...)

19Ce n’est qu’à cette date que le Comité Central du PNF à Milan commença à tirer le bilan de l’insurrection fasciste lancée lors de la grève générale déclarée le 31 juillet 1922 par l’Alleanza del Lavoro, qui réunissait les syndicats de gauche proclamant « la grève légalitaire » et illimitée contre le fascisme. Le parti fasciste, à l’initiative de Michele Bianchi, en avait profité pour lancer un ultimatum au gouvernement, donnant 48 heures à l’État pour démontrer son autorité par rapport à tous ses employés et à ceux qui attentent à « l’existence de la nation ». Cette politique insurrectionnelle contre l’État libéral fut d’ailleurs loin de ne recueillir que des effets positifs pour le fascisme, contrairement à l’opinion communément admise. Certes, elle démontra la puissance de l’implantation du fascisme dans le pays. Elle se solda par la destruction de la majeure partie de l’infrastructure (mairies, coopératives) encore détenue par les antifascistes et les socialistes dans les bourgs et les chefs-lieux de Lombardie, de Ligurie et des marches27. Le point culminant de ces journées insurrectionnelles avait été atteint à Milan, le 4 août 1922, avec l’incendie du siège de l’Avanti !, le journal du parti socialiste, et l’occupation par les squadristes du Palazzo Marino, le siège de la mairie à Milan. Elle permit également de faire rapidement cesser la grève générale. Le 7 août 1922, l’ordre était donné par le Parti fasciste de démobiliser.

  • 28  Italo Balbo, Diario, Milan, Mondadori, 1932, p. 112.
  • 29  Emilio Gentile, Storia del Partito fascista…, op. cit., p. 612-613.

20Cependant, malgré ces succès indéniables, l’insurrection avait révélé l’existence de plusieurs failles au sein de la direction politique. L’idée nébuleuse d’un coup d’État lancé au moment de la grève générale avait été une initiative milanaise de Michele Bianchi, conduite essentiellement par Cesare Rossi, Aldo Finzi, Roberto Farinacci, et Attilio Teruzzi, le vice-secrétaire du PNF, Mussolini et Michele Bianchi restant à Rome. Le secrétaire du PNF en avait pris la décision indépendamment des instances du Parti. Nombre de membres du PNF avaient été placés devant le fait accompli, y compris Mussolini. Italo Balbo, en charge de la Milice, lui aussi manifestement non prévenu, s’était interrogé sur l’opportunité d’une insurrection générale mais en avait conclu que le « moment n’[était] pas encore venu »28. L’option de Mussolini qui recherchait à cette date une issue politique légale à la crise ouverte du gouvernement en acceptant un dialogue avec Francesco S. Nitti et D’Annunzio ne se situait pas sur un plan militaire mais politique. En outre, des actes de résistance armée face aux représailles fascistes s’étaient produits à Livourne, Ancône, Gênes, Bari, et dans toutes les grandes villes portuaires et les centres ferroviaires importants dotés d’un prolétariat. Italo Balbo en avait fait la cruelle expérience à Parme29. Le maillage du territoire était manifestement incomplet.

  • 30  Ibid., p. 615.
  • 31  Ibid., p. 624.

21Le cours des événements avait révélé également la faiblesse de l’encadrement militaire du fascisme ainsi que les limites du fonctionnement interne du parti30. Michele Bianchi, dans cette affaire, avait mené une politique aventuriste. En outre, l’état-major fasciste, au cours de cette épreuve, avait démontré qu’il n’était pas en mesure de conduire un processus insurrectionnel contre l’État en contrôlant politiquement sur le terrain le squadrisme au moyen de l’appareil. Lors du comité central du 13 août, avait été soulignée « l’importance technique » qui consiste tout simplement à informer la direction du parti de toute action avant de l’entreprendre. De nombreux cas d’indiscipline avaient été relevés en septembre 1922 auprès de la grande masse des squadristes qui continuaient à pratiquer un terrorisme autonome à l’échelle locale31. Tirant les leçons de sa propre expérience de terrain de ces dernières semaines, Balbo s’en fit l’écho dans son Diario :

  • 32  Italo Balbo, Diario, op. cit., p. 150-151.

J’ai moi-même une vaste tournée à effectuer, d’inspections et de collecte d’informations : il faut prendre contact personnellement avec les chefs, les assagir, s’entendre avec eux et travailler ensemble en vue des événements futurs. Le contact direct avec la réalité nous permet de voir comment sont faites ces légions et si leurs officiers sont à la hauteur. Souvent le squadriste le plus ardent est inapte à la réalité militaire. Il y a des instincts individuels qui confinent à l’anarchie. Des phénomènes communs à toutes les révolutions. La discipline est dure et quelquefois mortifiante. Mais elle est la condition du succès32.

  • 33  CMDVC, Memorie, op. cit., p. 44. L’information est confirmée par Efrem Ferraris en date du 30 août (...)

22C’est probablement à ce moment-là que la nécessité d’une reprise en main de l’appareil du parti s’est imposée avec l’urgence de le réformer sur le plan de son fonctionnement politique interne et militaire. Michele Bianchi encaissa un premier revers en confiant les pleins pouvoirs, sur l’ensemble des fascistes du Piémont, à Cesare Maria De Vecchi pour rétablir l’ordre, remettant en cause de fait la légitimité de commandement de zone d’Asclepia Gandolfo33. La priorité était accordée désormais à l’organisation militaire de la Milice et au renforcement de l’autorité du centre par rapport à la périphérie.

Le renforcement militaire tardif de l’assise de la Milice

  • 34  Giorgio Alberto Chiurco, Storia della Rivoluzione fascista (1919-1922), vol. IV, partie 1, Florenc (...)
  • 35  ACS, Carte Italo Balbo, Faldone PNF, Norme per l’organizzazione, op. cit., p. 5.
  • 36  Id. ; il s’agit vraisemblablement d’un fragment manuscrit de l’intervention d’Italo Balbo au sein (...)
  • 37  Giorgio Alberto Chiurco, Storia della Rivoluzione fascista…, op. cit., vol. I, Florence, Vallecchi (...)
  • 38  Italo Balbo, Diario, op. cit., p. 143.

23Si Mussolini voulait obtenir à terme la conquête de l’État, « soit au moyen légal des élections ou au moyen extra-légal de l’insurrection », encore fallait-il s’en donner les moyens34. Pour remédier à cette situation, une motion en vue de la création de la Milice fut de nouveau présentée, signe manifeste qu’en réalité elle n’existait toujours pas, tout au moins dans sa dimension militaire, se limitant « aux camps d’entrainement sportifs et militaires » mentionnés dans l’opuscule sur l’ « organisation »35. Balbo, le 13 août 1922, insista sur la nécessité de donner une directive unitaire à tout l’encadrement militaire fasciste. Tout en soulignant habilement « la merveilleuse victoire obtenue contre la grève générale », il se livra à un véritable réquisitoire à l’égard du Parti, dénonçant un climat d’indiscipline, en particulier l’absence injustifiée de cinq députés au comité central « démontrant ainsi leur incapacité à diriger le Parti »36. Il fut épaulé par De Vecchi qui, pour sa part, souligna qu’il fallait préparer et organiser les squadre, en créant une structure adéquate dépendante du PNF37. Selon le témoignage même de Balbo, ce fut bien à Torre Pellice, localité piémontaise choisie par De Vecchi, que le dispositif militaire fut finalement établi en collaboration avec Emilio De Bono38.

  • 39  « Le C.C. du Parti, ayant examiné la situation militaire fasciste, demande à un commandement suprê (...)
  • 40  Le changement effectué au sein du commandement général est mentionné le 13 août par Cesare Rossi. (...)
  • 41  La rédaction du texte incomba à De Vecchi. Giorgio Alberto Chiurco le précise explicitement : « Le (...)

24Ce renforcement de l’ossature militaire au sein du commandement général avait été arrêté à la suite des nouvelles dispositions adoptées par le Comité Central du PNF du 13 août 192239. Le nouveau dispositif, au sein du commandement général, se traduisit par un changement d’équipe au profit des fascistes les plus compétents sur les questions militaires, Cesare Maria De Vecchi, Emilio De Bono, et Italo Balbo aux dépens de l’ancien commandant de zone, Asclepia Gandolfo40. Le secrétaire du Parti avait passé la main aux militaires. Michele Bianchi apporta sa caution, au nom du Parti, au nouveau texte rendu public le 4 octobre 1922. Mais c’est Cesare Maria De Vecchi qui apporta la dernière touche au document intitulé Regolamento di Disciplina per la Milizia Fascista et le transmit à Mussolini et pour approbation au secrétaire du Parti41.

  • 42  Emilio Gentile, Storia del Patito fascista…, op. cit., p. 537.
  • 43  Ulisse Igliori se retrouvait à la tête de Rome et Pérouse, Dino Perrone Compagni contrôlait l’Ital (...)

25Par rapport à la première mouture, le nouveau texte renforçait considérablement la structure militaire et hiérarchique. Le nouveau règlement abolissait le principe des élections aux grades qui avaient été source de paralysie. Les divers problèmes évoqués précédemment avaient montré qu’il était impossible de concilier le principe hiérarchique et l’électivité des grades42. Le préambule réaffirmait clairement que le parti fasciste se définissait toujours comme une Milice fasciste désormais placée « au nom de Dieu et de l’Italie ». La vertu de l’obéissance absolue était érigée en dogme tout comme « la pureté » pour tout fasciste qui se devait de respecter scrupuleusement la discipline sanctionnée par le serment fasciste. Tout manquement était assimilé à une trahison. Mais la plus grande nouveauté était associée au fait que « la Milice fasciste était étroitement subordonnée aux organes politiques du Parti ». La suprématie du Capo au sommet de l’édifice était consacrée. Avec la nouvelle hiérarchie, les chefs étaient choisis et assignés au nom de l’unité de la Milice fasciste, selon les dispositions fixées par les Instruzioni per l’organizzazione ed il funzionamento della legione. Le nouveau système de répartition des grades accordait cependant à l’instance militaire la primauté au-dessus des inspecteurs généraux de zones. Ces derniers, plus nombreux (12), nommés par le Parti, étaient appelés à accroître le pouvoir central sur la base et étaient les véritables chefs des légions. Les nominations dans les régions considérées comme clés sur le plan stratégique avaient été resserrées à peu de militants en raison de leur compétence et de leur engagement envers le Parti. Le dispositif resta d’ailleurs inchangé jusqu’à la marche43. Tous les chefs fascistes étaient considérés comme des militaires. Il s’ensuivit toute une disposition pour la collation des grades et mérites qui épousait en réalité la hiérarchie militaire.

  • 44  Emanuele Pugliese, Io difendo l’esercito, Naples, Rispoli, 1946, p. 16.
  • 45  Âgé de 71 ans en 1945, Emanuele Pugliese fut victime d’une injuste campagne de dénigrement de la p (...)
  • 46  Emil Ludwig, Entretiens avec Mussolini [1932], rééd. avec une préface de Maurizio Serra, Paris, Pe (...)
  • 47  ACS, Carte Italo Balbo. Le document manuscrit se présente sur une simple feuille sans titre.
  • 48  Antonino Repaci, La marcia su Roma, Milan, Rizzoli, 1972, p. 460-461 ; Angelo Tasca, Naissance du (...)
  • 49  753 hommes de troupe, 292 pistolets, 51 fusils, et 14 bombes. De quoi nourrir bien des inquiétudes (...)
  • 50  Giuseppe Bottai, « Roma contro Roma », Capitolium, vol. 17, no 11, 1942, p. 331-334.

26Outre l’organisation tardive de la Milice, les squadristes ne disposaient pas du poids déterminant face à l’armée régulière, argument longtemps avancé par la gauche. Depuis l’appel à l’insurrection lancé en août par Michele Bianchi, les autorités militaires avaient mis en place un dispositif pour annihiler une levée en masse des fascistes. Le 17 septembre 1922, le commandant général Emanuele Pugliese de Rome avait recommandé du fait « du nouveau comportement politique des masses » un dispositif qui permettait d’empêcher l’afflux à Rome par voie ferroviaire ou terrestre44. Les préparatifs défensifs et les barrages routiers mis en place pour parer au coup d’État auraient en réalité été suffisants pour empêcher l’occupation de la capitale45. Un plan complet de défense de Rome avait été établi par lui dès le 27 septembre à la suite de la menace d’un soulèvement depuis juillet. Malgré ses recommandations, il ne fut pas étendu à l’ensemble du territoire mais concerna seulement la capitale et ce à partir du 23 octobre. Au moyen de ce dispositif, le nombre de fascistes qui purent se rendre à Rome n’était pas de 100 000, pas même de 50 000 comme Mussolini l’affirma à Emil Ludwig, mais vraisemblablement en dessous de 26 000 hommes46. Le dénombrement inédit des forces squadristes établi de façon sommaire par Italo Balbo et figurant dans les nouvelles archives versées à l’Archivio di Stato permet d’affiner l’estimation du rapport sur l’état des légions au moment de la marche47. Il est d’autant plus intéressant qu’il s’agit d’un document interne au commandement de la Milice et en conséquence non susceptible d’avoir été grossi artificiellement par les forces armées officielles ou volontairement diminué par l’antifascisme. Avec un nombre de squadristes estimé à 19 500 hommes, malgré sa part d’inconnu reconnue par l’auteur du document et son caractère non exhaustif, ce recensement se situe en dessous de celui établi au 30 octobre 1922 après la victoire et à un seuil un peu plus élevé que celui fourni par Angelo Tasca qui situait la mobilisation au 28 octobre à 14 000 hommes48. Loin de constituer une force imposante, ces squadristes formaient un ensemble hétéroclite, piétinant dans la boue, souffrant de la faim, équipés d’un armement sommaire. Au matin du 28 octobre, les forces disponibles d’Ulisse Igliori ne dépassaient pas, à Monterotondo, 2 000 hommes. Les 4 000 hommes de Dino Perrone Compagni étaient bloqués à Santa Marinella et la colonne Bottai (Tivoli) ne disposait que d’un appareil militaire très limité selon l’estimation que lui-même avait conservée49. Revenant sur l’événement de la marche pour son vingtième anniversaire, Giuseppe Bottai avait confessé que les squadre d’azione de Rome, qui n’avaient pas eu à lutter de la même façon que dans la vallée padouane, en Lombardie ou encore en Toscane étaient loin d’avoir pu rivaliser avec celles du Nord et du centre, ce qui l’avait fortement préoccupé lors du lancement de l’opération50.

Le rôle primordial de la négociation politique

  • 51  R. J. B. Bosworth, Mussolini, op. cit., p. 168.
  • 52  Globalement, le Duce occupe dans l’historiographie le rôle principal, voire celui de seul protagon (...)
  • 53  Emilio Gentile, Soudain le fascisme…, op. cit., p. 15.

27La question de la négociation politique, pourtant centrale, est restée sous-évaluée alors qu’elle fut vitale pour la prise du pouvoir. Sur le plan de son exécution proprement dite, la position des acteurs en matière de stratégie et de conquête fut loin d’être univoque et laissa libre cours à la négociation politique qui s’avéra déterminante dans la prise du pouvoir. Mussolini lui-même ne cessa pas d’hésiter sur la meilleure tactique qu’il convenait d’adopter en demeurant à Milan, loin du champ de bataille proprement dit, dans la lutte engagée par les squadristes51. Son véritable rôle reste difficile à appréhender même s’il fut sans conteste le promoteur de la marche, le 16 octobre 1922, en brandissant l’étendard de la révolution52. Globalement, sur le terrain de la négociation politique, le Duce fut le plus souvent en retrait, attentiste, spectateur plus qu’acteur, sans savoir parfois comment il allait pouvoir se sortir des situations les plus épineuses53.

  • 54  Ainsi l’anarchiste Camillo Berneri : « Lui, le Duce, n’avait pas cru au succès de la marche sur Ro (...)
  • 55  Rachele Mussolini, La mia vita con Benito, Milan, Mondadori, 1948, p. 68 ; Margherita Sarfatti, Du (...)
  • 56  Rachele l’avait noté : « 27 octobre 1922. Ce soir, Benito est resté coincé à la maison : “Vite, pr (...)

28Vu à Milan, le Duce n’est guère présent sur le terrain dans la partie décisive qui s’est jouée à Rome et dans le pays. L’antifascisme ne se priva pas d’exploiter cette situation54. À certains moments, Mussolini a bel et bien été introuvable. Manifestement, selon les témoignages, il apparut effrayé par l’événement que lui-même avait contribué à engager. Le 26 octobre, le Duce a assisté à la première de Lohengrin de Wagner, à Milan. Le lendemain soir, il était avec Edda et Rachele au théâtre Manzoni à Milan, en compagnie également de sa maîtresse Margherita Sarfatti, dans des loges séparées, où était interprété Il Cigno de Franz Molnar55. Une présence assez étrange à vrai dire pour un chef qui entendait conduire une insurrection56. Ce n’est qu’à la fin du premier acte qu’il apprit par Luigi Freddi que l’insurrection avait bel et bien commencé, Roberto Farinacci ayant anticipé non sans malice l’opération en lançant une attaque contre la préfecture de Crémone dès l’après-midi du 27 octobre. À partir de là, les interprétations divergent.

  • 57  « Mussolini squadrista », dans Asvero Gravelli (dir.), « Squadrismo. Numero del Ventennale », Anti (...)
  • 58  Ernesto Daquanno s’était rendu via Loviano, au siège du journal pour voir Mussolini (Vecchia guard (...)
  • 59  Asvero Gravelli (dir.), « Squadrismo… », op. cit., p. 14.
  • 60  Giorgio Pini, Mussolini, Bologne, Cappelli, 1939, p. 115.

29La première, développée au début des années 1930, visait à insérer le Duce dans le mythe squadriste de la nation en armes : « Aujourd’hui plus que jamais, Mussolini apparaît comme squadriste éternel »57. La narration de l’épopée se devait de le montrer en combattant. L’interprétation donnée par Ernesto Daquanno, associé à la rédaction d’Il Popolo d’Italia, et présent à Milan lors de l’événement, va dans ce sens. Mussolini n’a pas bougé du siège du journal le 28 octobre, après être allé sur la barricade, attendant avec beaucoup de sang-froid et de calme l’issue de la marche58. Asvero Gravelli soutenait en 1934 que Mussolini l’avait sauvé et avait sauté sur la barricade au moment de l’état de siège59. Cette thèse héroïque est reprise par Giorgio Pini, le futur directeur du Popolo d’Italia, qui précise même que, dans la confusion, une balle effleura tête de Mussolini60. Le Duce s’intègre ainsi totalement dans le mythe squadriste :

  • 61  Marcello Gallian, Il ventennale. Gli uomini delle squadre nella rivoluzione delle camicie nere, Ro (...)

En lui, il y a toujours la foule des squadristi sans paix ni récompense ; l’éveil, le travail exténuant, le jeûne, l’absence de faste, l’ennui face au divertissement médiocre, l’absence absolue de vanité ou de prestige vulgaire, le dégoût des honneurs comme celui de l’âme servile et de l’esprit logique. Il concentre plusieurs journées en une seule. Le combat jusqu’au bout seul importe61.

30En définitive, grâce à ses talents de négociateur avec les autorités militaires, il aurait empêché l’irréparable. C’est la version qui a été sanctifiée par le régime et par Mussolini lui-même.

  • 62  L’inquiétude de Mussolini serait allée croissante, au point de dire à Margherita Sarfatti le soir (...)
  • 63  Lorsqu’en septembre 1954, la quatrième et dernière épouse de Werner Schulenburg, Jsa Carsen-Iser, (...)
  • 64  Le témoignage du chauffeur de Mussolini à partir de son arrivée au pouvoir, Ercole Boratto, abonde (...)
  • 65  Rachele Mussolini, La mia vita con Mussolini, op. cit., p. 69.
  • 66  Ibid., p. 69.
  • 67  La reconstitution de son agenda confirme les difficultés de le joindre et laisse planer le doute s (...)
  • 68  Sur la présence de Mussolini au Soldo, on dispose, outre celui du chauffeur personnel de Mussolini (...)

31L’autre thèse est nettement moins glorieuse pour le Duce. Elle s’appuie sur plusieurs témoignages62. Mussolini aurait passé la nuit du 27 au 28 octobre au domicile de sa maîtresse, Margherita Sarfatti, « Il Soldo » près de Côme, où il se serait rendu par train ou en automobile, sa résidence se situant à moins d’une cinquantaine de kilomètres de Milan63. En proie à la panique, il aurait pris cette décision après la représentation théâtrale pour pouvoir gagner la Suisse en cas d’échec de l’opération64. Au matin du 29 octobre (à 9 heures), au moment même où Antonio Salandra vint annoncer qu’il n’était pas en mesure de former un nouveau gouvernement, Mussolini était effectivement introuvable. Il n’est ni à son domicile, ni à la rédaction du journal65. Gaetano Polverelli du Popolo d’Italia (édition de Rome) avait eu beaucoup de mal à réussir à le joindre pour lui transmettre l’invitation faite par le roi de se rendre dans la capitale. C’est Mussolini lui-même qui reprit en fait contact avec son épouse Rachele pour lui communiquer qu’il devait aller à Rome après avoir été informé par l’aide de camp du roi Cittadini66. En tout état de cause, il n’avait pas dormi dans l’appartement familial de la via Legnano. En outre, durant toute cette période cruciale, la liaison avec lui se fait très difficilement67. Tout semble indiquer qu’il avait passé la nuit au Soldo, la maison d’été de sa maîtresse située à Cavallasca, petite commune située au nord de Milan (41 km) et à quelques minutes de la frontière avec la Suisse68.

  • 69  « Später wurde berichtet, Mussolini habe in moment vor dem Marsch auf Rom Nervenzusammenbruch erli (...)
  • 70  Pierre Milza, Mussolini, op. cit., p. 300.
  • 71  « Donna Margherita dem Duce gesaght haben soll, lauteten : “Du stirbst oder Du marschierst. Aber i (...)
  • 72  Cette analyse est partagée par le directeur de cabinet de Luigi Facta : « Mussolini, un esprit aud (...)
  • 73  Camillo Berneri, Psicologia di un dittatore [1932], Milan, ITEC, 1966, p. 73.
  • 74  En 1926, au cours d’un entretien inédit, le journaliste américain George Seldes suggérait comme hy (...)

32Il est plus vraisemblable qu’il ait connu, durant ces jours cruciaux, une période difficile qu’il a surmontée notamment grâce à l’aide de Margherita Sarfatti selon le témoignage de l’ambassadeur allemand Werner von Schulenburg. Selon lui, Mussolini avait été victime d’une dépression nerveuse (« Nervenzusammenbruch »), peu avant la marche sur Rome, au Soldo69. Après le discours d’Udine, Margherita Sarfatti avait constaté l’état dépressif de celui-ci70. C’est elle qui l’aurait aidé à se ressaisir pour affronter la situation. Femme de tête, dotée d’une volonté inflexible, elle aurait dit au Duce, vacillant, au moment du saut dans l’inconnu (« salto nel buio ») : « Tu meurs ou tu marches. Mais moi je sais que tu vas marcher »71. Le 28 octobre, de retour au journal, Aldo Finzi l’aurait aidé à se ressaisir au moment du coup de téléphone de Luigi Federzoni. Vu ses antécédents psychologiques, il est plausible que Mussolini, en proie au doute et à l’angoisse, ait effectivement été victime d’une forme de peur devant la gravité de l’événement72. Ce type de crises existentielles ne lui était pas étranger. Selon le témoignage de l’ancien socialiste Camillo Berneri, Mussolini était mu par une personnalité double qui le conduisait à parler haut et fort en public, et à l’inverse à être pusillanime et faible lorsqu’il devait personnellement s’engager73. Durant toute sa vie, il éprouva de réelles difficultés à surmonter les situations dominées par l’incertitude et le risque qui le prenaient de court74. Il passait souvent de l’euphorie à un profond abattement. Il avait subi une nouvelle crise après les élections de 1919 lorsque, suite à l’échec des faisceaux, il se jugeait même sans avenir politique. Il y avait été sujet déjà au moins à deux reprises, lors de son départ et de son retour pour la Suisse en 1902. Mussolini devait surtout ressentir les effets de ce même syndrome dépressif au moment de l’affaire Matteotti et lors du vote du 25 juillet 1943, lorsqu’il resta prostré, ne sachant que faire.

  • 75  Adrian Lyttelton pense, à l’inverse de Bryan R. Sullivan, que Margherita Sarfatti a certes encoura (...)
  • 76  Margherita Sarfatti, My Fault…, op. cit.
  • 77  Ni Balbo ni De Vecchi ne font mention d’un quelconque séjour de Mussolini au domicile de Margherit (...)

33La contribution réelle de Margherita Sarfatti à l’événement reste à élucider75. Si on suit son récit tel qu’il apparaît dans son ouvrage publié à Buenos Aires en 1945, sa résidence aurait servi de base arrière pour préparer l’insurrection76. Dans les deux mois qui précédèrent la marche, Mussolini aurait passé la plus grande partie de son temps au Soldo. Le 19 septembre 1922, il aurait quitté cette résidence pour aller prononcer son discours à Udine, dans lequel il faisait acte d’allégeance à la monarchie. Puis il y serait retourné quelques jours plus tard. Peu après le 24 octobre, il serait parti de là pour se rendre au Congrès fasciste de Naples, revenant ensuite à Cavallasca. Sans pouvoir écarter totalement cette interprétation, le doute subsiste car rien ne permet de corroborer ce récit à la lecture des souvenirs des autres acteurs de la marche77.

Conclusion

34La surestimation de la position du Duce a eu pour effet paradoxal de réduire le rôle du parti dans la négociation politique et la part jouée par les quadriumvirs dans la marche sur Rome. L’examen de nouvelles archives inédites, notamment celles de deux des « quadriumvirs » – le monarchiste fasciste Cesare Maria de Vecchi et Italo Balbo –, éclaire d’un jour nouveau le jeu des acteurs de la marche, en particulier sur leurs divisions, à propos de la stratégie à mener pour assurer la prise du pouvoir.

35En réalité, la prise du pouvoir fut une entreprise collective menée par l’état-major du parti fasciste dans son ensemble. La première place revient aux chefs squadristes qui se mobilisèrent par eux-mêmes pour prendre possession des centres locaux du pouvoir comme à Florence ou à Ravenne, plus encore qu’à l’initiative des lieutenants de Mussolini, les quadriumvirs (Bianchi, De Bono, De Vecchi, Balbo), qui s’avérèrent impuissants à gérer la situation militaire. L’outil militaire représenté par la Milice était loin d’être opérationnel. Estimés à un peu plus de 19 000 hommes par Italo Balbo dans ses archives (loin des 36 000 hommes souvent mentionnés), de tels effectifs donnent à penser que les miliciens fascistes auraient été anéantis par l’armée régulière si un affrontement avait eu lieu.

36La véritable bataille remportée aux dépens des représentants de l’Italie libérale ne pouvait se jouer en conséquence que sur le plan politique. Elle fut menée effectivement par des membres du Parti, non pas sur le terrain militaire, mais sur celui de la négociation politique. À Michele Bianchi, le Secrétaire général du parti fasciste, considéré comme le « cerveau politique » de la marche par le Duce, incomba la mission délicate d’opérer la synthèse des opérations politiques et militaires. Mais c’est seulement le 20 octobre 1922 qu’il réapparut au sein du groupe stratégique pour assister au Gran Rapporto des commandants de zones de toute l’Italie, en raison d’une éclipse due vraisemblablement à son état de santé chancelant. Du 16 au 20 octobre, Michele Bianchi n’avait pas participé à plusieurs réunions cruciales concernant les débuts de l’insurrection. Le 1er août 1922, l’appel à celle-ci, lancé par les fascistes contre la « grève légalitaire », déclenchée avec l’appui des syndicats et des forces politiques de gauche contre la violence des squadristes, avait fini par tourner court par manque d’organisation. L’ultimatum adressé à l’État pour restaurer son autorité avait failli se terminer, à l’opposé, par l’arrestation d’une partie de l’état-major fasciste. En la circonstance, Michele Bianchi avait démontré ses limites comme stratège et son incapacité à organiser un coup d’État qu’il concevait, selon la tradition du syndicalisme révolutionnaire de type blanquiste, comme fondé sur l’action directe des masses. C’est en fait à Italo Balbo, âgé de 26 ans, le plus jeune des quadriumvirs, qu’incomba la tâche de transformer la Milice en un appareil discipliné. La militarisation proprement dite fut activée avec la création d’une cellule de commandement formée d’experts militaires (Italo Balbo, Cesare Maria De Vecchi et Emilio De Bono) qui fonctionna en osmose avec la direction du parti après le 13 août 1922. En octobre, cependant, cet appareil militaire était loin d’être en mesure de pouvoir assumer une insurrection pour mettre à exécution le plan tel qu’il avait été conçu.

37La seule option possible était la négociation politique. C’est en conséquence essentiellement sur ce terrain que la bataille pouvait être remportée. À Milan, auprès de Mussolini, Cesare Rossi et Aldo Finzi jouèrent un rôle important auprès des milieux politiques, industriels et aussi de la presse. Leur action a été souvent sous-estimée dans le travail de sape des institutions libérales. Pourtant, dès le 27 octobre, Il Corriere della Sera déplorait que les milieux politiques fussent mis sous la pression d’un « parti organisé militairement », recourant au terrorisme. Mais c’est bien à Rome que se solda l’issue de la prise du pouvoir. À Dino Grandi, Cesare Maria De Vecchi, l’intermédiaire désigné selon Balbo par le parti pour assurer la négociation avec le roi, Giacomo Acerbo, Costanzo Ciano, associés à Gaetano Polverelli et Giovanni Marinelli, tous membres du parti, fut dévolue la mission de négocier une solution constitutionnelle, d’abord en faveur d’Antonio Salandra, l’ancien président du Conseil entre 1914-1916 rallié aux fascistes, puis de Mussolini. L’option insurrectionnelle et l’option politique furent ainsi menées conjointement jusqu’au bout. Contrairement à la légende de la « trahison » véhiculée par Galeazzo Ciano dans son Journal, selon laquelle De Vecchi, le principal organisateur de la Milice, aurait travaillé contre le fascisme, le quadriumvir fut l’élément indispensable pour assurer la médiation avec le roi au nom du parti et de Mussolini pour assurer la prise du pouvoir. La mission de Balbo, qui incarnait le mythe du peuple en armes dans la tradition de la Révolution française, a sans doute été surestimée en raison du primat longtemps accordé à l’option subversive par les historiens, par rapport à la voie de la négociation politique. L’édition de son Journal publié en 1932, dix ans après les événements, dans le contexte de durcissement du régime et de l’exaltation du mythe révolutionnaire associé à la figure du Duce, le consacre comme principal chef militaire mais non comme chef politique du fascisme.

38Au final, c’est le régime fasciste, une fois installé, qui assigna à la marche une place et une valeur démesurées en rendant l’événement « monstrueux » et en le hissant au rang de pièce maîtresse de la « révolution fasciste ».

Haut de page

Notes

1  Herman Finer, Mussolini’s Italy, New York, The Universal Grosset & Dunlop, 1935, p. 89.

2  Giuseppe A. Borgese, Golia. Marcia del Fascismo, Milan, Mondadori, 1946, p. 261.

3  Pierre Nora, « L’événement monstre », Communications, no 18, 1972, p. 162-172.

4  George Herbert Mead, The Philosophy of the Present, édité par Arthur Edward Murphy, New York, Prometheus Book, 1932.

5  Didier Musiedlak, La marche sur Rome, entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, 2022.

6  Georges Duby, Le dimanche de Bouvines (27 juillet 1214), Avant-propos, Paris, Gallimard, 1985.

7  Paul Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000, p. 317.

8  François Dosse, « La fabrique de l’événement historique moderne », Hermès, no 71, 2015, p. 58-66.

9  George Herbert Mead, The Philosophy of the Present, op. cit., p. 21.

10  Pierre Laborie, Penser l’événement. 1940-1945, Paris, Gallimard, 2019, p. 376.

11  L’importance de la négociation et le rôle du roi y sont majoritairement soulignés. Adrian Lyttelton, The Seizure of Power. Fascism in Italy (1919-1929), Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1973 ; Denis Mack Smith, Mussolini, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1981 ; R. J. B. Bosworth, Mussolini, Londres, Arnold, 2002 ; Nicholas Farrell, Mussolini, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 2003 ; Donald Sassoon, Mussolini and the Rise of Fascism, Londres, Harper Press, 2007. L’historiographie française abonde dans le même sens. Pierre Milza insiste sur le fait que Mussolini souhaitait arriver au pouvoir légalement (Mussolini, Paris, Fayard, 1999, p. 300). Sur l’historiographie de la marche, Giulia Albanese, « Reconsidering the march on Rome », European History Quarterly, vol. 42, no 3, 2012, p. 403-421.

12  Emilio Gentile, Soudain le fascisme. La marche sur Rome, l’autre révolution d’Octobre, Paris, Gallimard, 2015, prologue, p. 9-18.

13  Giulia Albanese, La marcia su Roma, Rome-Bari, Laterza, 2006.

14  Ibid., p. 9-10.

15  Ibid., p. 10-11.

16  Mimo Franzinelli, L’insurrezione fascista. Storia e mito della marcia su Roma, Milan, Mondadori, 2022.

17  Giulia Albanese, La marcia su Roma, op. cit., p. 179-180.

18  Mimo Franzinelli, L’insurrezione fascista…, op. cit., p. 12.

19  Marco Mondini, Roma 1922. Il fascismo e la guerra mai finita, Bologne, Il Mulino, 2022, p. 13.

20  Ernst Nolte, Der Faschismus in seiner Epoche, Munich, R. Piper 8c Co Verlag, 1963 (traduction française : Le Fascisme dans son époque, 3 volumes, Paris, Julliard, 1970).

21  Renzo De Felice, Mussolini, il fascista. I : La conquista del potere, 1921-1925, Turin, Einaudi, 1966, p. 115.

22  Emilio Gentile, Soudain le fascisme…, op. cit., p. 57.

23  Archivio centrale dello Stato (ACS), Carte Italo Balbo, Faldone PNF, Commando Generale delle squadre di combattimento. Il comprenait seulement deux pages à destination des secrétaires des faisceaux. Le fascicule condensait essentiellement les propositions faites par Asclepia Gandolfo et Italo Balbo. CMDVC, Memorie, vol. I, capitolo XLI, Colui che la difese a viso aperto, p. 501.

24  Emilio Gentile, Soudain le fascisme…, op. cit., p. 57.

25  ACS, Carte Italo Balbo, Faldone PNF, Norme per l’organizzazione, p. 4.

26  Giorgio Rochat, Balbo, Turin, Utet, 1986, p. 65.

27  Emilio Gentile, Storia del Partito fascista (1919-1922). Movimento e milizia, Rome-Bari, Laterza, 1989, p. 608.

28  Italo Balbo, Diario, Milan, Mondadori, 1932, p. 112.

29  Emilio Gentile, Storia del Partito fascista…, op. cit., p. 612-613.

30  Ibid., p. 615.

31  Ibid., p. 624.

32  Italo Balbo, Diario, op. cit., p. 150-151.

33  CMDVC, Memorie, op. cit., p. 44. L’information est confirmée par Efrem Ferraris en date du 30 août 1922. Efrem Ferraris, La marcia su Roma veduta dal Viminale, Rome, Leonardo, 1946, p. 51. Asclepia Gandolfo était inspecteur général de la 1re zone (Piémont, Lombardie, Ligurie à l’exception de la région de Mantoue).

34  Giorgio Alberto Chiurco, Storia della Rivoluzione fascista (1919-1922), vol. IV, partie 1, Florence, Vallecchi, 1929, p. 266.

35  ACS, Carte Italo Balbo, Faldone PNF, Norme per l’organizzazione, op. cit., p. 5.

36  Id. ; il s’agit vraisemblablement d’un fragment manuscrit de l’intervention d’Italo Balbo au sein du Comité du 13 août 1922. Le texte présente de nombreux ajouts.

37  Giorgio Alberto Chiurco, Storia della Rivoluzione fascista…, op. cit., vol. I, Florence, Vallecchi, 1922, p. 259.

38  Italo Balbo, Diario, op. cit., p. 143.

39  « Le C.C. du Parti, ayant examiné la situation militaire fasciste, demande à un commandement suprême composé de trois personnes d’assurer l’exécution de tout mouvement d’ordre militaire que les circonstances et les programmes fascistes auraient à déterminer. La nomination est dévolue à la direction du Parti (Balbo, Bianchi) ». Giorgio Alberto Chiurco, Storia della Rivoluzione fascista…, op. cit., vol. IV, I, p. 261.

40  Le changement effectué au sein du commandement général est mentionné le 13 août par Cesare Rossi. Il indique que c’est un choix de la direction du Parti. Cesare Rossi, Trentatre vicende mussoliniane, Milan, Ceschina, 1958, p. 122 sq. Emilio Gentile insiste sur le rôle du commandement général de la Milice dans ces innovations. Il s’agit en fait d’une rupture dans l’échelle de commandement avec le choix d’une nouvelle équipe, beaucoup plus expérimentée sur le plan de la formation militaire mais en réalité plus indépendante du secrétaire du Parti. Emilio Gentile, Storia del Partito fascista…, op. cit., p. 539.

41  La rédaction du texte incomba à De Vecchi. Giorgio Alberto Chiurco le précise explicitement : « Le schéma du règlement fut fait réellement par lui et se rapporte à un encadrement turinois des premières squadre réalisé sous le nom de “Scuola di Arditismo” », Storia della Rivoluzione fascista…, op. cit., vol. V, partie II, p. 12. Selon Salvatore Gotta, « le Regolamento di disciplina, imaginé par le général De Bono et De Vecchi, fut écrit intégralement par ce dernier ». Salvatore Gotta, Cesare Maria De Vecchi, Milan-Imperia, Casa Editrice del Partito Nazionale fascista, 1923, p. 17. Emilio Gentile en attribue la paternité à Asclepia Gandolfo et Italo Balbo (Emilio Gentile, Soudain le fascisme…, op. cit., p. 57 sq.). Michele Bianchi précise dans une lettre adressée « ai componenti la direzione del Partito e il commando generale delle squadre di Combattimento », le 25 septembre 1922, que l’ensemble des participants était convoqué à Rome pour que le texte fût soumis à l’examen de la direction du Parti. ACS, Carte Italo Balbo, Faldone PNF, Direzione Partito Nazionale Fascista, 1921-1922. Dans son Diario, le fils de De Vecchi, Giorgio, confirme que son père avait bien ouvert pour les jeunes qui n’avaient pas fait la guerre un centre d’entraînement. Cette Scuola d’arditismo se limitait à des exercices gymniques. Giorgio De Vecchi di Val Cismon, Diario, 1911-1932, Rome, Editrice Dedalo, 2009, p. 99. Balbo, très jeune, manquait selon Cesare Rossi « d’horizons politiques ». À l’inverse, De Vecchi était selon lui, quoiqu’un peu frondeur, « un des astres majeurs et il n’apparaît pas qu’il eut un quelconque acte précis de dissension publique de sa part ». Quant à De Bono, il avait une seule ambition : devenir ministre de la Guerre. Cesare Rossi, Mussolini com’era, Rome, Ruffolo, 1947, p. 115.

42  Emilio Gentile, Storia del Patito fascista…, op. cit., p. 537.

43  Ulisse Igliori se retrouvait à la tête de Rome et Pérouse, Dino Perrone Compagni contrôlait l’Italie centrale (Florence, Sienne, Lucques, Masse et Carrare, Arezzo, Grosseto, Livourne), Giuseppe Bottai (Aquila, Chieti, Teramo, Pesaro, Urbino, Ancône, Macerata, Ascoli Piceno).

44  Emanuele Pugliese, Io difendo l’esercito, Naples, Rispoli, 1946, p. 16.

45  Âgé de 71 ans en 1945, Emanuele Pugliese fut victime d’une injuste campagne de dénigrement de la part d’Emilio Lussu dans son livre Marcia su Roma e Dintorni (Turin, Einaudi Tascabile, 2003), dans lequel il l’accusait d’avoir manqué de courage devant l’ennemi en 1915 et 1916 et d’avoir dit le 30 octobre qu’il était prêt à mourir pour le Duce, lui et sa division (p. 38). Ces accusations ont ensuite été repoussées à la suite d’une longue enquête du ministère de la Défense qui a rendu ses conclusions en faveur d’Emanuele Pugliese.

46  Emil Ludwig, Entretiens avec Mussolini [1932], rééd. avec une préface de Maurizio Serra, Paris, Perrin, 2016, p. 133. Ce dénombrement des fascistes ayant atteint les limites de la division militaire de Rome a été établi par Emanuele Pugliese, Io difendo l’esercito, op. cit., p. 67.

47  ACS, Carte Italo Balbo. Le document manuscrit se présente sur une simple feuille sans titre.

48  Antonino Repaci, La marcia su Roma, Milan, Rizzoli, 1972, p. 460-461 ; Angelo Tasca, Naissance du fascisme. L’Italie de l’armistice à la marche sur Rome [1938], Paris, Gallimard, 1967, p. 323.

49  753 hommes de troupe, 292 pistolets, 51 fusils, et 14 bombes. De quoi nourrir bien des inquiétudes au sein du groupe. Archivio FAAM, Fondazione Arnoldo e Alberto Mondadori, Milano, Fondo Giuseppe Bottai, b. 3, fasc. 6 (Marcia su Roma). Ulisse Igliori n’était guère en position enviable dans le Lazio. Avec seulement 1 039 hommes dotés d’un armement très sommaire. ACS, Carte Italo Balbo, « rapporto di Ulisse Igliori ispettore di zona a Italo Balbo », sans date.

50  Giuseppe Bottai, « Roma contro Roma », Capitolium, vol. 17, no 11, 1942, p. 331-334.

51  R. J. B. Bosworth, Mussolini, op. cit., p. 168.

52  Globalement, le Duce occupe dans l’historiographie le rôle principal, voire celui de seul protagoniste, selon certains, dans l’entreprise. Sur l’omniprésence de Mussolini, Antonino Repaci, La marcia su Roma, op. cit., p. 89 ; Renzo De Felice le suggère sans le formuler explicitement, Mussolini, il fascista, 1921-1929, Turin, Einaudi, 1966, p. 282 sq. ; Paolo Alatri, Le origini del fascismo, Rome, Editori Riuniti, 1971, p. 234 ; Enzo Santarelli, Storia del fascismo, t. I, La crisi liberale, Rome, Editori Riuniti, 1973, p. 307 ; Gianpasquale Santomassimo, La marcia su Roma, Florence, Giunti, 2000, p. 52. à l’inverse, Pierre Milza insiste sur les hésitations de Mussolini, Pierre Milza, Mussolini, Paris, Fayard, 1999, p. 298, tout comme R. J. B. Bosworth, Mussolini, op. cit., p. 168, à propos de la position de retrait du Duce à Milan.

53  Emilio Gentile, Soudain le fascisme…, op. cit., p. 15.

54  Ainsi l’anarchiste Camillo Berneri : « Lui, le Duce, n’avait pas cru au succès de la marche sur Rome. Il était resté à Milan, attendant de voir la parade se terminer par une rafle générale de ses lieutenants ». Camillo Berneri, Mussolini grande attore. Scritti su razzismo, dittatura e psicologia delle masse, s. l., Alemar, 2021, p. 39. Selon le jugement d’Alceste De Ambris : « Ce furent quelques-uns de ces lieutenants qui renoncèrent aux atermoiements et lui forcèrent la main, en osant le coup d’État. Il y a, de toute façon, une chose de sûre : Mussolini, le “duce qui précède”, n’était pas parmi ceux qui firent la marche sur Rome. Dans cette circonstance, – comme pour la Semaine Rouge, comme pour la guerre – cet homme vaillant resta embusqué dans son journal. Il fut réellement “le squale qui suit le navire”. Il n’en fut pas le capitaine pas plus que le simple marin ». Alceste De Ambris, « La Legenda e l’Uomo », dans Renzo De Felice (dir.), Benito Mussolini. Quatro Testimonianze, Florence, La Nuova Italia, 1976, p. 41-42 ; Camillo, Berneri, Mussolini grande attore…, op. cit., p. 39.

55  Rachele Mussolini, La mia vita con Benito, Milan, Mondadori, 1948, p. 68 ; Margherita Sarfatti, Dux, Milan, Mondadori, 1938, p. 275.

56  Rachele l’avait noté : « 27 octobre 1922. Ce soir, Benito est resté coincé à la maison : “Vite, prépare-toi avec Edda nous allons au théâtre”. Je suis restée sidérée. Je sais qu’il aime le théâtre, mais il me semble étrange qu’il puisse consacrer autant de temps au divertissement en ce moment critique. Je pense qu’il y a une autre raison derrière cela ». Rachele Mussolini, La mia vita con Benito, op. cit., p. 68. Selon Indro Montanelli, Mussolini craignait une réaction ultime de Giovanni Giolitti qui n’avait pas hésité à faire tirer sur D’Annunzio à Fiume. Ce jour même, le Piémontais fêtait ses 80 ans et Mussolini avait dépêché auprès de lui Alfredo Lusignoli pour être sûr de sa neutralité. Or, il n’avait pas encore reçu de nouvelles de son émissaire. D’où sa grande inquiétude. Indro Montanelli, « La marcia su Roma : colpo di stato per telefono », dans Indro Montanelli, Io e il Duce, édité par Mimmo Franzinelli, Milan, Rizzoli, 2018, p. 17.

57  « Mussolini squadrista », dans Asvero Gravelli (dir.), « Squadrismo. Numero del Ventennale », Antieuropa, 1939, p. 10.

58  Ernesto Daquanno s’était rendu via Loviano, au siège du journal pour voir Mussolini (Vecchia guardia, préface de Filippo Tommaso Marinetti, Rome, Edizioni Ardita, 1934, p. 244) : « Une barricade de bobines de presse ferme l’accès du journal. Dans la courette, il y a un bivouac. Mussolini descend à ce moment, rappelé par une fusillade proche. Il a une longue barbe, un pistolet sur l’épaule, la tête découverte, des jambières gris-vert enroulées autour de son long pantalon noir, des guêtres légères, des chaussures noires. Un vêtement de circonstance qui lui donne un aspect peu rassurant. Il est sec et ferme. Il saute par-dessus l’obstacle des bobines et s’avance avec Marinetti vers la voiture blindée. Il se présente à l’officier qui le lui ordonne. Il dit qu’un conflit serait stupide et cruel […]. La voiture blindée restera au bord de la via Loviano […]. Mussolini s’enferme dans son bureau ».

59  Asvero Gravelli (dir.), « Squadrismo… », op. cit., p. 14.

60  Giorgio Pini, Mussolini, Bologne, Cappelli, 1939, p. 115.

61  Marcello Gallian, Il ventennale. Gli uomini delle squadre nella rivoluzione delle camicie nere, Rome, Azione letteraria italiana, 1941, p. 174.

62  L’inquiétude de Mussolini serait allée croissante, au point de dire à Margherita Sarfatti le soir du 27 octobre : « Allons dîner au Soldo […] et passons quelques jours là-bas pour voir ce qui se passe ». Philip V. Cannistraro et Brian R. Sullivan, Margherita Sarfatti. L’altra donna del Duce, Milan, Mondadori, 1993, p. 288. Brian R. Sullivan considère que Mussolini a pu effectivement quitter le théâtre, se rendre ensuite au journal, avant de partir pour Côme. Margherita Sarfatti, My Fault. Mussolini as I Knew Him, édité, annoté et commenté par Brian Sullivan, New York, Enigma Books, 2014, p. 64.

63  Lorsqu’en septembre 1954, la quatrième et dernière épouse de Werner Schulenburg, Jsa Carsen-Iser, rendit visite à Margherita Sarfatti, elle lui confirma que Mussolini, le soir du 27 octobre, lui avait bien proposé de passer deux jours au Soldo. Sergio Marzorati, Margherita Sarfatti. Saggio Biografico, Côme, NodoLibri, 1990, p. 126.

64  Le témoignage du chauffeur de Mussolini à partir de son arrivée au pouvoir, Ercole Boratto, abonde en faveur de cette seconde hypothèse, celle d’une fuite potentielle vers la Suisse, après avoir recueilli les confidences d’une domestique du Soldo : « J’ai aussi appris avec une grande stupéfaction de sa voix même que Mussolini, les jours précédant la marche sur Rome, s’était prudemment réfugié dans cette villa, à quelques kilomètres de la frontière suisse, en contact téléphonique direct avec le siège du “covo” de la Via Paolo Da Cannobio ». « Parla Boratto, autista di Mussolini », 5e partie : « Esercizi spirituali per la “marcia su Roma” », Giornale del Mattino, 29 mars 1946. Le texte est repris dans Ercole Boratto, A spasso col duce. Le Memorie dell’autista di Benito Mussolini, Rome, Castelvecchi, 2017. Cette seconde hypothèse est en outre étayée par les Mémoires publiés pour la première fois en extraits par Margherita Sarfatti à Buenos Aires (« Mussolini como lo conosci », Critica, 18 juin-3 juillet 1945. On sait que Mussolini redoutait particulièrement leur publication. On y apprend que, dans les deux mois précédant la marche, il s’était effectivement rendu au domicile de sa maîtresse plusieurs fois à Cavallasca pour y recueillir son avis. Margherita Sarfatti, My Fault…, op. cit., p. 62-64.

65  Rachele Mussolini, La mia vita con Mussolini, op. cit., p. 69.

66  Ibid., p. 69.

67  La reconstitution de son agenda confirme les difficultés de le joindre et laisse planer le doute sur le lieu où il se trouve. En réalité, la liaison avec lui se fait uniquement dans les locaux du journal en présence soit d’Aldo Finzi soit de Cesare Rossi. Mussolini a eu connaissance, au siège même du Popolo d’Italia, des télégrammes adressés à Milan envoyés par Polverelli et Grandi. On sait qu’il réapparaît, le matin du 28 octobre, au journal vers 6 ou 7 heures (Antonino Repaci, La marcia su Roma…, op. cit., p. 457). De Vecchi fait état des problèmes pour le joindre le 28 octobre au téléphone : « Après la seconde audience royale, après une centaine de tentatives téléphoniques, je ne pouvais rien répondre ». CMDVC, Memorie…, op. cit., p. 92. Le 28 au soir, Mussolini est toujours injoignable. Dino Grandi l’a de nouveau après 1 heure du matin le 29 octobre, par le central téléphonique du Popolo d’Italia. Mussolini refuse la solution Salandra (Dino Grandi, Il mio paese. Ricordi autobiografici, Bologne, Il Mulino, 1985, p. 184-185). Lorsque Luigi Federzoni appelle Mussolini pour lui présenter la solution Salandra, celui-ci indique qu’on peut toujours le contacter le lendemain matin, mais toujours par l’intermédiaire du siège du journal (Efrem Ferraris, La marcia su Roma…, op. cit., p. 119-120). Le 29 octobre, Polverelli et Grandi confirment de nouveau à Mussolini qu’il est pressenti comme président du Conseil. Il est plus de 13 heures. Le Duce indique qu’il attend le télégramme officiel de Cittadini, l’aide du camp du roi, pour se rendre à Rome.

68  Sur la présence de Mussolini au Soldo, on dispose, outre celui du chauffeur personnel de Mussolini, de deux autres témoignages concordants. Le premier est celui de l’ambassadeur Werner von Schulenburg, ami personnel de Margherita Sarfatti. On ignore la date exacte de leur première rencontre, vraisemblablement pas avant 1926 ou 1927. Passionné par l’Italie, fin lettré, il commença sa carrière comme attaché auprès de l’ambassade allemande de Berne. En 1917, il joue le rôle d’intermédiaire dans les discussions qui visent à assurer le retour de Lénine en Russie, dans le fameux wagon plombé. Il est présent lors de son départ de Zurich. C’est grâce à son amitié avec l’égérie du Duce que Werner von Schulenburg, en 1927, est reçu par Mussolini au Palais Chigi. Manifestement séduit, Mussolini lui offre la possibilité, cette même année, de créer une revue en langue allemande à vocation culturelle (Italien) dont il fut le directeur à l’initiative de Margherita Sarfatti. En 1929, il devint collaborateur de la revue Gerarchia, publiant ensuite des articles hostiles à Hitler et au national-socialisme. Les relations avec Mussolini se maintinrent. Il accepta de préfacer la pièce écrite par le Duce sur Cavour, publiée en Allemagne en 1940 (Benito Mussolini, Giovacchino Forzano, Cavour (Villafranca). Schauspiel in drei Akten, Hamburg Broschek & Co, 1940). Le second émane de l’entourage d’une famille de notables de Cavallasca (Marco Augusto Frigerio). Le 28 octobre, Mussolini, présent, aurait demandé au faisceau local de respecter le plus grand calme : « Il convoqua au Soldo les notables fascistes de la zone, parmi lesquels mon grand-père, maire du pays depuis peu de mois, en 1922, et leur implora de ne pas perdre la tête : “Restez calme, restez calme” fut la recommandation qu’il répéta plusieurs fois ». Entretien avec l’auteur, 15 octobre 2009. Roberto Festorazzi, Margherita Sarfatti. La donna che inventò Mussolini, Vicence, Angelo Colla Editore, 2010, p. 71.

69  « Später wurde berichtet, Mussolini habe in moment vor dem Marsch auf Rom Nervenzusammenbruch erlitten un sei zu seiner Freudin hinaus auf das Gut gefahren », Werner von Schulenburg, Zum Mussolini (dactylographié), p. 6, dans le Dossier Sarfatti Ms 8. 3.44. Documento Benito Mussolini/Werner von der Schulenburg, Biblioteca comunale di Como.

70  Pierre Milza, Mussolini, op. cit., p. 300.

71  « Donna Margherita dem Duce gesaght haben soll, lauteten : “Du stirbst oder Du marschierst. Aber ich weiss, Du marschierst” ». Dans le même document, Werner a cru bon d’indiquer, en corrigeant à la main le texte dactylographié, qu’après vérification auprès de Margherita Sarfatti, ce mot relevait du mythe. Lors de sa visite en septembre 1954, Jsa Schulenburg demanda à son amie d’apporter des précisions sur la signification du propos qu’on lui prêtait : « Cette fameuse anecdote s’est répandue en un éclair et il a également été affirmé qu’en prononçant cette terrible menace, j’avais pointé un pistolet sur la tête de Mussolini. Rien de tout cela. C’est une citation de Garibaldi légèrement modifiée que Mussolini connaissait aussi bien que moi. Dans son cas, cela signifiait : “ou tu as le courage, tu te fais violence à toi-même, et tu marches, ou tu seras politiquement mort pour toujours”. Et quelle a été sa réaction ? “Il a compris, comme il l’avait toujours fait jusque-là avec moi” ». Ce commentaire permet, non pas d’invalider le propos qui a été retenu, mais de faire un correctif utile sur sa formulation. Il est en tout cas représentatif du trouble de Mussolini au moment de la prise de décision. Francesco Vecchiato, « L’amore per l’Italia nelle iniziative editoriali di Werner von der Schulenburg », dans Francesco Vecchiato (dir.), Matthias e Werner von der Schulenburg. La dimensione europea di due aristocratici tedeschi, Vérone, Del Bianco Editore, 2006, p. 225. Le texte allemand original ne correspond pas à la traduction italienne donnée par Françoise Liffran « marciare o marcire », (« marcher ou pourrir »), qui est d’ailleurs identique au texte cité par Roberto Festorazzi. Françoise Liffran, Margherita Sarfatti, l’égérie du Duce, Paris, Le Seuil, 2009, p. 342 (n. 1) ; Roberto Festorazzi, Margherita Sarfatti. La donna che invento…, op. cit., p. 70. Cette source provient de Sergio Marzorati, Margherita Sarfatti…, op. cit., p. 125.

72  Cette analyse est partagée par le directeur de cabinet de Luigi Facta : « Mussolini, un esprit audacieux quand on le faisait monter, mais par nature incertain et dubitatif. Il était préoccupé par le saut dans l’inconnu qui pouvait résulter de la solution violente à la prise de pouvoir totalitaire et extraconstitutionnelle ». Efrem Ferraris, La marcia su Roma…, op. cit., p. 56.

73  Camillo Berneri, Psicologia di un dittatore [1932], Milan, ITEC, 1966, p. 73.

74  En 1926, au cours d’un entretien inédit, le journaliste américain George Seldes suggérait comme hypothèse de travail à Alfred Adler, le fondateur de l’école de psychologie individuelle, que Mussolini souffrait d’un complexe d’infériorité, thème central des travaux du psychiatre autrichien : « Un fort complexe d’infériorité représente l’aiguillon psychologique caché sous la chemise noire du dictateur Mussolini ». Alfred Adler, « Interview mit George Seldes », New York World, 26 décembre 1926, cité dans Alfred Adler, Gesellschaft und Kultur (1897-1937), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht GmbH & Co, 2009, p. 176 ; voir également la contribution récente de Pier Luigi Baima Bollone, qui ne fait pas référence à cette première analyse d’Adler, mais insiste sur la persistance des troubles anxieux et dépressifs. Pier Luigi Baima Bollone, La Psicologia di Mussolini, Santarcangelo di Romagna, Rusconi, 2021, p. 123.

75  Adrian Lyttelton pense, à l’inverse de Bryan R. Sullivan, que Margherita Sarfatti a certes encouragé Mussolini à faire la marche sur Rome mais qu’elle n’a pas été à son initiative. Adrian Lyttelton, « Mussolini’s Femme Fatale », The New York Review of Books, 15 juillet 1993.

76  Margherita Sarfatti, My Fault…, op. cit.

77  Ni Balbo ni De Vecchi ne font mention d’un quelconque séjour de Mussolini au domicile de Margherita Sarfatti, ce qui ne signifie pas pour autant que cela ne s’est pas produit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Musiedlak, « La marche sur Rome : retour sur l’événement »Cahiers de la Méditerranée, 107 | 2023, 15-34.

Référence électronique

Didier Musiedlak, « La marche sur Rome : retour sur l’événement »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 107 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17435 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x4q

Haut de page

Auteur

Didier Musiedlak

Didier Musiedlak est agrégé d’histoire, ancien membre de l’École française de Rome et professeur émérite à l’Université de Paris Nanterre. Il a notamment publié les ouvrages suivants : Lo stato fascista et la sua classe politica, 1922-1943, Bologne, Il Mulino, 2003 ; Mussolini, Paris, Presses de Sciences-Po, 2005. (traduit sous le titre : Il Mito di Mussolini, Florence, Belle Lettre, 2009) ; Parlementaires en chemise noire, Italie 1922-1943, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007 ; L’atelier occidental du terrorisme, Paris, Arkhê, 2018 ; La marche sur Rome : entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, 2022.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search