Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Dossier : Signification et portée...« Un Fiume aux proportions coloss...

Dossier : Signification et portée de la marche sur Rome. Europe, Amérique latine

« Un Fiume aux proportions colossales ». Relecture du rôle de Gabriele D’Annunzio dans la marche sur Rome (1919-1922)

‘A Fiume of colossal proportions’. New appraisal of Gabriele D’Annunzio’s role in the march on Rome (1919-1922)
Federico Carlo Simonelli
p. 35-57

Résumés

L’ « entreprise de Fiume », guidée par Gabriele D’Annunzio (septembre 1919 - décembre 1921) a été transformée en mythe fondateur par le régime fasciste et reste encore aujourd’hui un épisode célébré par la droite italienne, malgré le fait que des années cinquante à nos jours prévaut une interprétation historiographique qui tend, plutôt, à isoler ce phénomène de ce qui s’est passé ensuite et à séparer les expériences politiques des légionnaires et des fascistes. Cette interprétation est fondée sur la narration formulée par la Fédération légionnaire, qui, après la chute du fascisme, tente de démontrer la distance entre la figure de D’Annunzio et le régime totalitaire. Cet article propose une reconstruction alternative où le légionnarisme fiumain apparaît comme une expression puissante de la culture paramilitaire, antisocialiste et corporatiste qui nourrit la droite européenne d’après-guerre et où D’Annunzio assume un rôle clé dans la montée de Mussolini.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Henri Lapauze, « La position de Gabriele D’Annunzio dans l’Italie d’aujourd’hui », La Renaissance, (...)

Gabriele D’Annunzio est le maître de l’heure. Il le fut en 1915, sans conteste possible. Il l’est resté. Maintenant, sentinelle vigilante, il s’est posté sur cette colline fleurie de Gardone, d’où sa voix peut retentir aussi loin qu’il le faudra – et quand il le faudra. Est-ce pour le bien de l’Italie et le repos du monde ? Le repos du monde est indifférent à D’Annunzio et il est certain qu’il ne pense qu’à l’Italie toujours plus grande, et pour le moins agrandie jusqu’à ses extrêmes et naturelles limites. […] Il convient de compter avec ce sentiment nationaliste-là, en Italie, d’abord, et même ailleurs. Et c’est cela qui, plus que tout, précise la position de Gabriele D’Annunzio dans la politique italienne actuelle.
Henry Lapauze, Septembre 19211

1Cette étude ne concerne pas la marche sur Rome ou son écho, mais donne à réfléchir sur sa relation avec un événement antérieur : l’occupation de la ville adriatique de Fiume (Rijeka) par les « légionnaires » de Gabriele D’Annunzio, de septembre 1919 à janvier 1921.

2Trois années mouvementées s’écoulent entre la marche de Ronchi – qui marque le début de l’ « entreprise de Fiume » – et la marche sur Rome. Lorsque l’armée régulière italienne mit fin à l’occupation (à Noël 1920), les légionnaires se divisèrent entre le mouvement fasciste et la Fédération nationale des légionnaires fiumains, qui s’opposera à Mussolini en désignant D’Annunzio comme l’authentique Duce de la « révolution nationale ».

3Néanmoins, D’Annunzio et le mythe de l’entreprise légionnaire apporteront une contribution décisive à la montée du fascisme et à l’effondrement du système libéral. Ces pages rediscuteront certaines interprétations consolidées et retraceront les épisodes significatifs qui ont conduit l’opinion publique à voir D’Annunzio comme un précurseur de Mussolini et les marches sur Fiume et sur Rome comme des actes consécutifs à une même campagne qui conduira à l’affirmation du totalitarisme italien.

La première marche (1919-1921)

L’impresa di Fiume : particularités et objectifs

  • 2  L’interprétation présentée ici reprend certains développements de notre étude : Federico C. Simone (...)

4« L’entreprise de Fiume » commence le 12 septembre 1919, lorsque des soldats italiens conduits par Gabriele D’Annunzio (1863-1938) se rebellent contre le gouvernement de Rome et les autorités alliées, occupant la ville adriatique de Fiume, disputée entre l’Italie et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes (puis Yougoslavie)2. La revendication est due au caractère multiethnique de la ville qui, en octobre 1918, est déchirée entre citoyens pro-italiens, pro-yougoslaves ou autonomistes.

  • 3  Dominique Kircher Reill, The Fiume crisis. Life in the wake of Habsburg empire, Cambridge, Harvard (...)

5Cette occupation apparaît comme une des nombreuses guerres consécutives au premier conflit mondial qui caractérisent de nombreuses régions d’Europe après la chute des Empires3. Cependant, elle présente certaines particularités qui la distinguent des autres crises locales contemporaines. Premièrement, Fiume se trouve dans une zone occupée par des puissances alliées qui n’ont aucune intention de se battre les uns contre les autres. Le but initial des officiers légionnaires marchant sur Fiume est de remplacer l’occupation interalliée par une garnison italienne et de provoquer la chute du gouvernement Nitti. Il existe aussi une aile extrémiste qui entend poursuivre l’occupation de toute la côte adriatique et la subversion du parlementarisme, même au prix d’une nouvelle guerre contre la Yougoslavie et d’une guerre civile italienne. Malgré la grande influence des extrémistes, leur entreprise échoue, puisque les Alliés confient l’affaire au gouvernement italien (d’abord Nitti puis Giolitti), qui n’étouffe pas la rébellion mais l’isole plutôt dans la ville, exploitant l’occupation dans les négociations territoriales avec la Yougoslavie.

6Lorsque l’Italie et la Yougoslavie signent le traité de Rapallo qui transforme Fiume en État libre, les légionnaires réagissent par une offensive qui culmine en décembre 1920. Alors seulement, l’armée italienne attaque la ville et, après une violente guérilla qui sera rebaptisée « Noël de sang », impose la démobilisation des rebelles. Malgré cela, « l’entreprise fiumaine » est déjà un mythe pour tous ceux qui rêvent d’une « révolution nationale » antilibérale, antisocialiste, anti--wilsonienne. Un tel impact sur l’imaginaire est dû à une autre particularité de cette rébellion : son chef.

  • 4  Maurizio Serra, D’Annunzio le Magnifique, Paris, Grasset, 2018, p. 361 sq.

7Gabriele D’Annunzio (1863-1938) est le comandante et le duce incontesté de l’ « entreprise » et de tous ceux qui partageaient ses objectifs. Déjà célèbre à la Belle Époque comme écrivain, dramaturge et dandy, il devient à partir de 1915 l’une des figures emblématiques de la guerre grâce à sa propagande pour l’intervention italienne et pour ses exploits spectaculaires dans la marine et l’aviation4. Son engagement se poursuit en 1918, lorsqu’il condamne l’armistice. Il y voit une « victoire mutilée » se proclamant dès lors le porte-parole des intransigeants qui ré-clament l’annexion italienne de toute la côte orientale de l’Adriatique, même si cela devait entraîner la poursuite la poursuite de la guerre. Malgré ses proclamations enflammées contre Wilson, D’Annunzio jouit d’une réputation internationale incontestée. Pour cette raison, à l’été 1919, les organisateurs de la révolte légionnaire l’engagent comme comandante afin d’avoir à leurs côtés une figure intouchable, capable d’assumer la responsabilité des événements, de garantir une couverture médiatique et pouvant rassembler les différentes factions en un seul « poème patriotique ».

  • 5  Marco Cuzzi et Annarita Gori (dir.), « Fiume 1919-20. Uno sguardo internazionale », Memoria e Rice (...)

8Pendant les seize mois d’occupation, D’Annunzio publie des proclamations et organise des manifestations dans lesquelles il se présente comme le prophète d’une « révolution nationale » italienne et d’un soulèvement international contre le « trust des États riches » représentés par le wilsonisme et la Société des Nations5. Parmi les légionnaires, il y a ceux qui planifient un coup d’État militaire et autoritaire et ceux qui pensent à un régime corporatiste républicain, mais le but commun des chefs légionnaires est de créer une nouvelle classe dirigeante façonnée par l’expérience de la guerre et « épurée » des forces politiques qui s’y étaient opposées, en premier lieu le socialisme internationaliste.

9C’est dans ce contexte que s’insèrent, à partir de 1919, les nouvelles relations politiques de D’Annunzio. Outre les traditionnels figures et faiseurs d’opinions nationalistes, l’aristocratique vate collabore aussi avec les principaux représentants du combattentismo comme Alceste De Ambris et Benito Mussolini. Les deux seront au centre des premiers plans d’une « marche sur Rome ».

La propagande légionnaire comme « première manifestation nationale du fascisme »

  • 6  Enrico Serventi Longhi, Il faro del mondo nuovo. D’Annunzio e i legionari a Fiume tra guerra e riv (...)
  • 7  Giulia Albanese, La marcia su Roma, Rome-Bari, Laterza, 2006, p. 16-18.

10Dans les premiers jours de l’occupation de Fiume, D’Annunzio reçoit la visite de célébrités du combattentismo et du syndicalisme interventionniste, dont Filippo Tommaso Marinetti, Benito Mussolini, Mario Carli, Alceste De Ambris, Giuseppe Giulietti6. Les militants proches de D’Annunzio lui offrent un soutien en matière de logistique et de propagande, mais espèrent aussi transformer la révolte en un bouleversement du système parlementaire : en septembre 1919, en janvier 1920 et en octobre 1920, ils élaborent les plans pour une marche des légionnaires de Fiume à Rome7.

  • 8  Archives d’État d’Ancone, Prefecture, Cat. 22-23, 1919-1944, b. 228, f. 23.
  • 9  Guglielmo Salotti, « I rapporti D’Annunzio-Giulietti. Dall’Idillio fiumano al pactum sine nomine » (...)

11La propagande de D’Annunzio fait souvent planer la menace d’une aggravation de la révolte, excitant l’imagination des militants et l’état d’alerte des préfectures, qui à plusieurs reprises notifient au gouvernement des projets d’extension de la révolte des légionnaires8. Cependant, jamais, ni l’écrivain-dictateur ni les officiers qui l’accompagnent n’envisagent une marche sur la capitale. Lorsqu’en janvier 1920, Giulietti, leader du syndicat interventionniste FILM (Fédération des travailleurs de la mer) propose d’organiser une marche sur Rome impliquant aussi certains représentants des socialistes et des anarchistes, D’Annunzio répond que, pour le moment, il a seulement besoin d’argent pour rallumer « la fournaise bal-kanique »9. Pendant l’occupation, D’Annunzio évoque souvent le mythe de la marche sur Rome incitant ainsi les mouvements de combattants à lui fournir des hommes, de l’argent et du retentissement. En apportant ce type de soutien, les fasci di combattimento s’imposeront comme les principaux représentants de l’épopée légionnaire en Italie.

  • 10  « Viva il fascismo », Il Popolo d’Italia, 15 septembre 1920.

12La collaboration entre la révolte légionnaire et le mouvement fasciste se manifeste publiquement dès les élections de novembre 1919, mais surtout après leur échec. Au cours de l’année 1920, le fascisme évolue vers un militantisme de plus en plus « légionnaire ». En plus de promouvoir le financement de l’occupation et de créer des « escouades d’action » paramilitaires inspirées des légionnaires, les fasci organisent des démonstrations qui nourrissent le mythe du Fiume de D’Annunzio en Italie : convois humanitaires pour les enfants de Fiume et surtout célébrations pour le premier anniversaire de la « marche sur Ronchi », organisés dans toute l’Italie au sein d’une campagne qui sera définie par le Popolo d’Italia comme « la première manifestation nationale du fascisme »10.

13Tout cela est possible grâce à la collaboration entre le Direttorio fasciste et le syndicaliste interventionniste Alceste De Ambris qui, après la fin de l’occupation, rivalisera avec Mussolini pour s’accaparer le rôle de gardien de l’héritage de l’impresa fiumana.

Le projet d’une marche sur Rome antiparlementaire et antisocialiste

  • 11  Enrico Serventi Longhi, Alceste De Ambris, l’anti-Mussolini. L’utopie concrète d’un révolutionnair (...)
  • 12  Renzo De Felice, Sindacalismo rivoluzionario e fiumanesimo nel carteggio De Ambris--D’Annunzio, Br (...)

14En janvier 1920, De Ambris est nommé chef du cabinet politique dans le Comando de D’Annunzio11. Il passera les mois suivants à construire des groupes de propagande sur le territoire national dans le but de transformer la révolte légionnaire en un mouvement politique qui unifierait toutes les forces fidèles au comandante. De Ambris conclut des accords avec des représentants des institutions, de la finance, de la politique et surtout du mouvement fasciste, qu’il considère essentiellement comme une base pour la création d’un mouvement légionnaire en Italie12.

  • 13  Renzo De Felice, Mussolini il rivoluzionario, Turin, Einaudi, 1965, p. 749-761.

15Sous son influence, à l’automne 1920, le Comando élabore un premier projet de marche sur Rome. Légionnaires, fascistes et soldats devront s’unir sous la direction de D’Annunzio, occuper la capitale, proclamer une « République de combattants », et imposer à la presse, à la politique et aux citoyens le dilemme « o con noi o contro di noi »13. Mussolini rejette le projet. Des raisons valables portent à croire que l’idée émane de De Ambris et que le futur Duce, conscient de cela, l’a rejeté pour éviter de subordonner le fascisme à son ancien camarade de lutte. Cependant, malgré les divergences ultérieures entre De Ambris et Mussolini, le projet de marche sur Rome repose sur un objectif commun : la réaction à la « menace bolchevique ». La lutte contre le socialisme internationaliste est un objectif qui caractérise la sédition légionnaire depuis ses débuts, mais qui a été ignoré par la plupart des études.

  • 14  Renzo De Felice, La Carta del Carnaro nei testi di Alceste De Ambris e Gabriele D’Annunzio, Bologn (...)

16Les raisons de ce silence résident dans le fait que D’Annunzio a longtemps été considéré comme un authentique chef subversif, parce que sa propagande a été prise au pied de la lettre. Sous la direction politique de De Ambris, l’écrivain-dictateur se proclame le défenseur des ouvriers contre « la ploutocratie internationale » : il annonce d’abord son intention d’établir des contacts avec la Russie soviétique (une revendication de la droite nationaliste), puis, le 31 août 1920, publie un manifeste pour un nouveau régime social sous la forme d’une constitution pour la cité-État de Fiume. Dans le célèbre statut intitulé Carta del Carnaro, les lois et coutumes déjà présentes à Fiume (autonomie administrative et suffrage universel) sont encadrées par un régime corporatiste14. Le but de ces actes est de diviser la gauche italienne, poussant le monde ouvrier à abandonner l’internationalisme et la lutte des classes.

  • 15  Parmi les plus significatifs : « La bestia elettiva », Il Mattino, 25 septembre 1892 ; « Agli elet (...)

17D’Annunzio s’était engagé contre le socialisme depuis sa jeunesse. Peu de temps après la fondation du Parti socialiste italien, le jeune « Tyrtée » de l’aristocratie et député de droite publie des écrits où il indique les dangers de la « bête élective » et d’une Italie qui « vit du ventre », dirigée par des « mauvais bergers »15. Le vate glorifie la classe ouvrière en la célébrant comme l’âme de la nation, selon les principes qui animent le syndicalisme révolutionnaire et l’Association nationaliste italienne.

  • 16  Federico C. Simonelli, D’Annunzio e il mito di Fiume…, op. cit., p. 102.
  • 17  Ibid., p. 105.
  • 18  Enrico Serventi Longhi, Il faro del mondo nuovo…, op. cit., p. 131-136.

18Les idées de D’Annunzio sont systématiquement appliquées pendant le régime légionnaire à Fiume : tous les partis, organisations et presse socialistes ou non pro-italiens sont exclus de la vie politique ou interdits16. En avril 1920, lorsque les organisations ouvrières locales organisent une grève pour le salaire minimum, D’Annunzio et De Ambris tentent une médiation, se présentant comme les gardiens du prolétariat. La contestation n’en continue pas moins et est réprimée par la force : le siège de la coalition syndicale locale est occupé par les légionnaires puis définitivement dévasté par les fascistes17. La politique de D’Annunzio culminera avec la publication de la Carta del Carnaro, qui sera longtemps célébrée comme un quasi manifeste, un texte fondateur du corporatisme18.

  • 19  Federico C. Simonelli, « L’ordinamento dell’esercito liberatore. Una rilettura », dans D’Annunzio (...)

19Les légionnaires se préparent à combattre le socialisme avec les armes. Entre l’été et l’automne 1920, alors que les anarchistes inspirent les révoltes d’Ancône et de Trieste et que les socialistes mènent l’occupation des usines au Nord de l’Italie, D’Annunzio déclare que son armée est prête pour la bataille adriatique mais aussi pour rétablir l’ordre dans la patrie. Les chefs légionnaires semblent s’inspirer du précédent allemand avec la mobilisation des Freikorps. À l’instar des dirigeants de ces derniers, D’Annunzio cherche des accords secrets avec le gouvernement et l’industrie pour s’assurer que l’armée légionnaire puisse être reconnue par les institutions pour combattre les ennemis extérieurs (les Yougoslaves) et intérieurs (libéraux modérés et socialistes). Dans ce contexte, s’inscrivent la publication du Nuovo ordinamento militare pour les légionnaires, la destruction du syndicat local et, surtout, le projet de marche sur Rome19. Tous ces projets sombrent avec la signature du traité italo-yougoslave de Rapallo le 12 novembre, qui transforme Fiume en un État libre et établit des frontières peu conformes à celles envisagées pour le « néo-empire vénitien » voulu par le poète-dictateur. Cela persuade D’Annunzio de déclencher une offensive contre le gouvernement Giolitti, occupant les zones destinées à la Yougoslavie et exhortant les forces armées à le suivre. Cinq jours de guérilla avec des troupes régulières et le début des bombardements par la Marine conduiront D’Annunzio à négocier avec le gouvernement : les légionnaires se démobiliseront sans suites judiciaires et la cité-État sera confiée à un gouvernement irrédentiste pro-italien.

  • 20  « Il commiato tra le tombe », La Vedetta d’Italia, 4 janvier 1921.

20Le « Noël de sang » est immédiatement mythifié comme la conclusion nécessaire de l’épopée, mais il représente également un épisode traumatisant, suite auquel D’Annunzio essaie d’éviter un affrontement entre ses partisans et le Regio esercito, l’Armée royale. Le 2 janvier, il célèbre la réconciliation entre les « forces nationales » : devant les morts des deux camps (une cinquantaine), le comandante prononce un discours dans lequel il imagine la résurrection des soldats du gouvernement, enfin convertis à la cause des légionnaires. Puis il invite les anciens combattents à faire la paix au nom d’une future « lutte plus grande et pour une paix des hommes libres »20. Après avoir quitté Fiume, cependant, un nombre important d’anciens légionaires s’engagera dans la campagne du squadrisme comme si c’était une suite naturelle de l’épisode fiumano.

Légionnarisme et fascisme dans la conquête de l’État libre de Fiume (1919-1922)

  • 21  « Il fascismo prese certo molto dell’apparato esteriore […] dissociando però il retaggio della est (...)
  • 22  Michael Ledeen, The first Duce : D’Annunzio at Fiume, Baltimore-Londres, John Hopkins University P (...)

21« Le fascisme a certainement pris une grande partie de l’appareil extérieur […] dissociant cependant l’héritage de l’esthétique politique fiumaine de l’idéologie syndicale et libertaire qui lui était complémentaire », écrivait Emilio Gentile en 197521. Ce jugement correspond à l’interprétation défendue à la même époque par Renzo De Felice et consolidée jusqu’à présent. Cette dichotomie (fiumanisme libertaire/fascisme autoritaire) repose sur le rôle central attribué aux projets de De Ambris et aux écrits de quelques intellectuels légionnaires, qui racontent leur expérience individuelle – exaltante et privilégiée – dans la ville occupée. Une approche non critique de ces sources a conduit, au fil du temps, à des reconstructions forcées suivant lesquelles l’expérience de Fiume pourrait être lue comme une « Woodstock » ante litteram, dont les rituels collectifs ont ensuite été exploités par le fascisme pour instaurer un régime de nature opposée22.

22Une enquête approfondie montre néanmoins que Fiume fournit au fascisme non seulement un « appareil extérieur », mais un modèle pratique pour la conquête et la conservation du pouvoir. Nous avons déjà vu comment D’Annunzio planifie ce que Mussolini réalisera trois ans plus tard : sa force paramilitaire vise à influencer les institutions, l’armée et le monde du travail afin qu’ils unissent leurs forces contre les « ennemis de la nation ». Dès les premiers jours de l’occupation de Fiume, le but de D’Annunzio et des légionnaires était de nationaliser les espaces et la vie quotidienne d’une ville multiculturelle (comme une grande partie de l’Adriatique orientale). Les chefs légionnaires et les irrédentistes pro-italiens au gouvernement promeuvent l’image d’une ville italianissima et excluent toutes les autres forces politiques locales par la censure et la répression.

23L’entrée de D’Annunzio à Fiume suspend les élections locales auxquelles toutes les composantes de la population devaient participer. Entre octobre et novembre, sont décrétées la censure et la suspension de toute activité politique non alignée, y compris l’expulsion des représentants autonomistes, pro-yougoslaves et socialistes. En décembre 1919, le gouvernement italien propose un modus vivendi de démobilisation à D’Annunzio. L’écrivain-dictateur est contraint de laisser les citoyens exprimer leurs souhaits par référendum, mais suite au résultat défavorable, il annule la votation. L’arrivée de De Ambris, bien qu’interprétée comme une phase « gauchiste », entraîne une pression sur la censure et l’expulsion forcée de nombreux citoyens opposants ou étrangers.

  • 23  Federico C. Simonelli, D’Annunzio e il mito di Fiume…, op. cit., p. 141.

24À l’été 1920, lorsque, sur la côte, éclatent des émeutes entre pro-Italiens et pro-Yougoslaves, D’Annunzio, à Fiume, limite la violence contre les Croates avec la promesse d’une guerre. Cependant, lorsque les squadristi de Francesco Giunta détruisent le Narodni Dom de la communauté slovène à Trieste, le comandante écrit aux « vaillants fascistes » : « s’ils veulent des renforts, nous sommes prêts »23. En août 1920, lorsque le gouvernement local demande plus de liberté diplomatique, le Comando légionnaire transforme la ville en une « Régence italienne du Carnaro », dotée idéalement de la fameuse constitution inspirée de De Ambris – qui ne sera pas appliquée – et surtout d’un gouvernement civil choisi par D’Annunzio. La ville devient ainsi un bastion d’opposition au traité de Rapallo et lorsque le siège des troupes italiennes débute, en décembre 1920, on applique la loi martiale qui étouffe toutes les voix opposées à la transformation de la ville en champ de bataille.

  • 24  « Imponente manifestazione d’affetto », La Vedetta d’Italia, 19 janvier 1921.

25La démobilisation des légionnaires ne sera qu’apparente. D’Annunzio et ses partisans sabotent toute forme de manifestation démocratique à Fiume, transformant de facto la ville-État en protectorat italien. Dans l’accord conclu avec Rome le 31 décembre 1920, D’Annunzio exige que les irrédentistes contrôlent le gouvernement et les milices de l’État libre jusqu’aux premières élections. « Je vous ai laissé un héritage idéal que vous devez protéger à tout prix », déclare-t-il dans son dernier discours avant de partir, le 18 janvier24.

  • 25  « Al popolo di Fiume », La Nuova Riscossa, 2 mai 1921.
  • 26  « La parola del Comandante », La Vedetta d’Italia, 7 mars 1922.
  • 27  Danilo Massagrande, Italia e Fiume, 1921-1924, Dal Natale di sangue all’annessione, Milan, Cisalpi (...)

26Malgré cela, les élections d’avril 1921 sont remportées par le leader autonomiste Riccardo Zanella, revenu de l’exil qui lui a été imposé par D’Annunzio. Exhortés par un télégramme du comandante, « Luttez jusqu’au bout », les fascistes et les légionnaires déclenchent une guérilla contre le gouvernement autonomiste25. L’année 1921 à Fiume passe entre manifestations et escarmouches jusqu’à ce que, le 3 mars 1922, un bataillon de légionnaires et de fascistes occupe le bâtiment du gouvernement en obligeant Zanella à quitter la ville. « Honneur à tous les camarades qui ont dirigé l’entreprise », écrit D’Annunzio aux putschistes : « La marche sur Ronchi continue et doit continuer jusqu’à ce que tous les objectifs fixés soient atteints. Aucune force ne l’arrêtera »26. Après le coup d’État légionnaire-fasciste, l’État libre devient un protectorat de facto de l’Italie jusqu’en 1924, quand Mussolini négocie avec la Yougoslavie l’annexion de Fiume à l’Italie27.

27Entre 1919 et 1924, la ville de Fiume est donc le laboratoire d’une nouvelle méthode politique fondée sur le déni de toute opposition et sur le remplacement des normes démocratiques par le militantisme paramilitaire. D’Annunzio est le promoteur résolu de cette méthode. Même lorsqu’il tentera d’endiguer la violence des escouades fascistes sur le territoire national, il continuera à soutenir l’action armée et l’assimilation culturelle dans les terres irredente.

28De 1921 jusqu’à sa mort, le comandante continuera à fomenter l’activité paramilitaire dans les terres disputées et à faire pression sur les institutions pour annuler le traité de Rapallo et entreprendre une campagne pour l’hégémonie italienne sur la Méditerranée et l’Europe centrale. Comme nous le verrons, cette mission influencera l’activité politique de D’Annunzio en Italie les deux années qui ont précédé la marche sur Rome.

D’Annunzio et la lutte politique italienne en 1921-1922

Les desseins de D’Annunzio après Fiume

29En février 1921, quelques jours après avoir quitté Fiume, D’Annunzio s’installe dans une villa sur le lac de Garde qui deviendra l’ensemble monumental connu aujourd’hui sous le nom de Vittoriale degli Italiani. Il y passera ses dix-sept dernières années dans une atmosphère luxueuse et politiquement mystérieuse.

30L’historiographie classique prétend qu’après Fiume, D’Annunzio est un homme écœuré, se ralliant à contrecœur au fascisme pour s’assurer une vieillesse confortable. Cette interprétation, nous semble-t-il, ne tient pas compte du rôle central que l’homme et son mythe ont eu dans la crise de l’État libéral et dans l’ascension de Mussolini. Malgré sa vie retirée, D’Annunzio exploitera son influence pour poursuivre l’œuvre commencée pendant la guerre et à Fiume. Il dosera prudemment ses activités privées et publiques, les silences et les déclarations sibyllines pour favoriser ou entraver les idées, les factions ou les personnalités pouvant l’aider à atteindre ses objectifs. L’échec subi à Fiume ne l’arrête pas, persuadé comme il l’est à poursuivre la lutte par d’autres moyens.

31Entre 1921 et 1922, D’Annunzio modifie son comportement et ses habitudes. Alors qu’entre 1915 et 1920, il est constamment sur la brèche, à partir de février 1921, il habite en permanence la villa sur le lac, jouant plutôt sur un silence parfois interrompu par des déclarations et des apparitions où il assume le rôle de pacificateur. En parallèle, il organise des pourparlers dans sa villa avec les politiciens, syndicalistes, militants qui, selon lui, peuvent l’aider à poursuivre ses objectifs : la reconnaissance institutionnelle de son image et de son œuvre d’abord. Avant, pendant et après Fiume, D’Annunzio travaille sans relâche avec des représentants de l’ancienne classe dirigeante pour s’assurer que l’État italien promeuve son œuvre littéraire et monumentalise son action patriotique. Il veut en outre créer une alliance entre les libéraux interventionnistes et les combattants pour marginaliser cette partie de la classe dirigeante qualifiée de « rinunciataria », représentée par des personnalités telles que Salvemini, Giolitti, Nitti, Sforza. Enfin, il entend neutraliser la « menace bolchevique », c’est-à-dire le socialisme maximaliste, en unissant le mouvement ouvrier dans de nouveaux syndicats nationaux.

  • 28  Enrico Serventi Longhi, Il faro del mondo nuovo…, op. cit., p. 44-71 ; Paolo Alatri, Scritti polit (...)

32Dans la vision de D’Annunzio, cette bataille devait établir un nouveau système politique en Italie basé sur la cohésion nationale et l’absence de conflits sociaux. Ce régime, superposant l’autoritarisme, le corporatisme, les traditions monarchiques et les liturgies populistes, aurait pu permettre à l’Italie d’entreprendre la conquête de l’Adriatique et de devenir une grande puissance méditerranéenne28.

  • 29  Valerio Terraroli, Il Vittoriale. Percorsi simbolici e collezioni d’arte di Gabriele D’Annunzio, M (...)

33En même temps, nous l’avons vu, D’Annunzio poursuit son objectif initial : reprendre la campagne d’italianisation des régions pluriculturelles arrachées à l’Empire et préparer la conquête des terres adriatiques attribuées à la Yougoslavie. Même son buen retiro sur la rive ouest du lac de Garde a une valeur militante. Dans son premier article publié après Fiume, D’Annunzio déclare que son but est de réitalianiser cette côte qui, au siècle précédent, avait attiré une importante communauté autrichienne et allemande. Dans les années suivantes il entreprend d’éradiquer la culture germanique sur la côte, à commencer par sa maison : la villa, réquisitionnée pendant la guerre à l’historien allemand Heinrich Thode, sera transformée par D’Annunzio en un véritable sanctuaire dédié à son art et à sa conception de la victoire pendant la Grande Guerre29.

D’Annunzio dans le conflit entre la Fédération légionnaire et les fasci di combattimento

  • 30  Voir supra.
  • 31  Ferdinando Cordova, Arditi e legionari dannunziani [1969], Rome, Manifestolibri, 2007, p. 140-144  (...)

34En 1921, deux forces politiques se proclament héritières de l’ « entreprise de Fiume » : la Fédération nationale des légionnaires et les fasci di combattimento. Pendant l’occupation de Fiume, il n’y avait pas eu de distinction entre légionnaires et fascistes, au point que De Ambris avait envisagé de les unir dans un mouvement politique et dans son projet de marche sur Rome à l’automne 192030. Le 5 janvier 1921, à la fin de l’occupation de Fiume, D’Annunzio annonce la fondation de la Fédération nationale des légionnaires. Il voit probablement dans cette association le premier pas vers l’institutionnalisation du patrimoine légionnaire en Italie. En réalité, bien qu’officiellement dirigée par le comandante, la Fédération est conçue et dirigée par Alceste De Ambris, qui cherche ainsi à construire un mouvement syndical-nationaliste capable d’absorber toutes les forces du combattentismo 31.

  • 32  Federico C. Simonelli, D’Annunzio e il mito di Fiume…, op. cit., p. 196-201.
  • 33  Umberto Foscanelli, D’Annunzio e il fascismo, Milan, Audace, 1924.

35La propagande de la Fédération est fondée sur l’exaltation de l’impresa, sur la nécessité d’une réforme de l’État sur le modèle de la Carta del Carnaro et surtout sur la condamnation de l’action armée du gouvernement contre les légionnaires. Parmi les hommes que condamne la Fédération, il y a aussi Mussolini et les chefs fascistes, accusés d’avoir abandonné les légionnaires pendant le « Noël de sang ». Cette représentation resurgira après la chute du fascisme et influencera l’historiographie jusqu’à nos jours, mais elle ne tient pas compte du fait qu’après Rapallo, les fasci suivaient la ligne modérée de tous les autres alliés de D’Annunzio et que, de toute façon, de nombreux fascistes avaient manifesté dans plusieurs villes, prenant même les armes à Trieste et Fiume32. À nos yeux, la polémique cache un objectif concret de De Ambris : empêcher les légionnaires de se fondre dans les groupes de combat. Jusque-là, en effet, de nombreux légionnaires appartiennent aux fasci et de nombreux fascistes se considèrent comme légionnaires dans leurs villes ; tous partagent déjà les mêmes valeurs, les mêmes symboles et les mêmes rituels pendant l’occupation de Fiume. Ce n’est qu’au printemps 1921 qu’est introduite une nouvelle représentation distinguant légionnarisme et fascisme, sur lequel s’élaborera plus tard l’image de la rivalité entre D’Annunzio et Mussolini qui aura tant de succès après la chute du fascisme33. Il faut donc examiner de manière critique les origines de cette représentation et surtout le rôle fondamental joué par De Ambris.

  • 34  Umberto Foscanelli, Gabriele D’Annunzio e l’ora sociale, Milan, Carnaro, 1952 ; Eno Mecheri, Chi h (...)
  • 35  Nino Valeri, D’Annunzio davanti al fascismo, Florence, Le Monnier, 1963 ; Ferdinando Cordova, Ardi (...)
  • 36  Enrico Serventi Longhi, De Ambris…, op. cit., p. 177.
  • 37  Ferdinando Cordova, Arditi e legionari dannunziani…, op. cit., p. 147-148.

36En fait, celui-ci n’avouera jamais être le véritable inspirateur de la Carta del Carnaro et de la Fédération, se présentant plutôt comme un collaborateur de D’Annunzio. Après la chute du fascisme, ses proches écriront des mémoires dans lesquelles ils reprennent la propagande de la Fédération, dépeignant D’Annunzio comme un homme trop fatigué et supérieur pour lutter contre un Mussolini méprisé34. Cette idée est largement acceptée par l’historiographie35 qui a dès lors transformé le légionnarisme et le fascisme en deux catégories distinctes à partir de 1919, et considéré comme un nœud historiographique la rivalité entre D’Annunzio et Mussolini postulée sur la base de témoignages et d’interprétations posthumes. Si nous restons sur le terrain politique, il ne faut pas tant s’interroger sur une supposée rivalité entre D’Annunzio et Mussolini, mais plutôt se focaliser sur un différend entre De Ambris et Mussolini pour le contrôle de D’Annunzio et de son mythe. En effet, l’action personnelle de D’Annunzio durant la période 1921-1922 apparaît en fait beaucoup plus nuisible à la Fédération de De Ambris qu’au mouvement fasciste. Le comandante entrave « sa » Fédération dès les premiers jours, annulant les accords entre De Ambris et d’éventuels soutiens financiers36. Au début de 1921, il n’y contribue qu’en écrivant quelques lettres dans lesquelles il recommande aux légionnaires de ne pas s’impliquer dans la lutte politique et surtout pas « par les forces qui semblent plus actives »37. Les dirigeants de la Fédération insisteront sur ces déclarations, affirmant que le comandante faisait référence au fascisme. En réalité, D’Annunzio ne s’est jamais prononcé contre le mouvement fasciste, ni lors des élections pour l’État libre de Fiume (avril), ni lors des élections en Italie (mai). Certains épisodes de cette période suggèrent plutôt que D’Annunzio considère les Faisceaux comme une force alliée et utile en vue des élections.

  • 38  « Mussolini a Gardone Riviera », Il Popolo d’Italia, 6 avril 1921.
  • 39  Renzo De Felice, D’Annunzio politico, op. cit., p. 255-256.
  • 40  Renzo De Felice, Sindacalismo rivoluzionario…, op. cit., p. 247.
  • 41  Luciano Monzali, Italiani di Dalmazia, 1914-1924, Florence, Le Lettere, 2007, p. 306-307.

37Le 5 avril, D’Annunzio invite Mussolini dans sa villa. Cet entretien représente un grand résultat pour les fascistes, qui peuvent publier un communiqué Mussolini-D’Annunzio dans lequel il est déclaré que « pendant l’entretien la situation politique a été examinée et les bases ont été posées pour la prochaine lutte électorale »38. À partir des lettres échangées entre Mussolini et D’Annunzio, nous savons qu’au cours de la réunion D’Annunzio s’est vu proposer d’être le candidat du fascisme à Zara, la seule ville dalmate annexée à l’Italie39. La position de D’Annunzio est très délicate, car les alliés traditionnels de l’épopée légionnaire – fascistes et nationalistes – sont unis dans les Blocchi nazionali dirigés par Giolitti, l’homme qui aurait ordonné à la Marine de tirer contre lui pendant le « Noël de sang ». Les actes de D’Annunzio – son refus de la candidature fasciste et son soutien à la course solitaire de De Ambris à Parme – ont souvent été interprétés comme la preuve de son éloignement du fascisme. Ces choix résultent tout compte fait de l’opportunité – politique – plutôt que de l’antifascisme. D’Annunzio, en effet, n’exclut pas la possibilité de retourner à la tête de la coalition légionnaire-fasciste dans les deux villes adriatiques de Fiume et de Zara, mais ne veut pas compromettre son prestige dans une éventuelle défaite. Dans une lettre envoyée à De Ambris après la rencontre avec Mussolini, le comandante l’exhorte à « cesser de se méfier des Faisceaux organisés en Légions » et annonce qu’il se rendra à Fiume pour soutenir la campagne électorale. Concernant Zara, il attend « des nouvelles définitives »40 : les fascistes de cette ville l’ont seulement proposé comme porte-parole, mais les autres membres de la coalition locale n’ont pas encore accepté sa candidature. Il sera vaincu sur les deux fronts : à Fiume, la victoire est autonomiste ; à Zara, la coalition préfère un nom plus modéré41.

  • 42  Enrico Serventi Longhi, De Ambris…, op. cit., p. 187-188.
  • 43  « Un’intervista con D’Annunzio », Il Tempo, 17 juillet 1921.

38Même à Parme, De Ambris obtient peu de voix. Le comandante hésite et reporte l’activité constitutive de la Fédération jusqu’en septembre42. En juin, il accorde une interview où il annonce qu’en septembre se tiendra une grande assemblée au cours de laquelle il donnera des instructions précises, explique sa vision d’un État corporatif sans factions, célèbre les légionnaires comme les forces qui régénèreront la nation et encourage les forces patriotiques à cesser toute violence, faisant très probablement référence aux squadristi 43. Il est significatif que cette déclaration arrive au moment même où Mussolini prépare le « pacte de pacification » avec les socialistes et – nous le verrons au paragraphe suivant – alors que naissent les premières formations armées antifascistes.

  • 44  « La cronaca del convegno », Il Popolo d’Italia, 18 août 1921.

39En août 1921, les dirigeants fascistes Italo Balbo et Dino Grandi tentent de rencontrer D’Annunzio. Tous deux représentent le squadrismo intransigeant qui s’oppose à la ligne modérée de Mussolini, et la légende transmise par les mémoires raconte qu’ils avaient l’intention de confier au comandante la direction du squadrismo. Les sources contemporaines nous disent que le but de la visite, annoncée publiquement lors du congrès des Faisceaux d’Émilie-Romagne, est d’inviter D’Annunzio à une démonstration d’escouade à Ravenne le 12 septembre, pour le deuxième anniversaire de la marche sur Fiume et le six centième anniversaire de la mort de Dante Alighieri. La présence du comandante légitimerait ainsi les ras (chefs locaux du squadrisme) dans leur concurrence contre Mussolini et dans la répression des « antinationaux »44.

  • 45  Federico C. Simonelli, « L’impresa fiumana nella memoria pubblica del fascismo », dans Fiume 1919- (...)
  • 46  « Per l’ignoto Milite un mancato inno di D’Annunzio », Il Giornale d’Italia, 1er octobre 1921.
  • 47  « Fascisti concordi si preparano a nuove battaglie […] salutano in voi il condottiero intrepido de (...)

40La célébration légionnaire-dantesque de septembre 1921 devient le champ de bataille de tous ceux qui se disputent la figure de D’Annunzio. En plus des fascistes, les maires de Ravenne et de Florence souhaitent qu’il vienne dans leurs villes respectives pour célébrer le « poète suprême », et De Ambris précipite l’organisation du congrès de la Fédération légionnaire. D’Annunzio ne se laisse pas manipuler : il reporte encore une fois le congrès de la Fédération et se borne à envoyer des messages de fête à Florence et Ravenne. Dans cette dernière ville, son message public est également acclamé par les squadristi qui ont occupé la ville et dévasté les les locaux socialistes et ouvriers45. À cette occasion, il confirme sa ligne habituelle : immobiliser la Fédération légionnaire et ne rien faire pour se singulariser par rapport au fascisme. En effet, en ne suivant pas la fronde Grandi-Balbo, il contribue indirectement à renforcer la position de Mussolini. Le comandante adopte la même attitude lors des célébrations du 4 novembre pour le troisième anniversaire de la victoire, qui culmine avec l’inhumation du soldat inconnu dans l’Altare della Patria à Rome. Il décline toute invitation à participer, confirmant son mépris pour cette victoire qu’il juge « mutilée » par la politique « rinunciataria » et par les querelles internes46. Pendant les célébrations, se tient aussi à Rome le congrès fasciste qui sanctionne la transformation du mouvement en Parti National Fasciste (PNF). Mussolini célèbre cette victoire sur l’opposition interne par un message public au comandante : « Les fascistes réunis se préparent à de nouvelles batailles […] ils saluent en vous le chef intrépide du passé et de l’avenir »47.

  • 48  « Verità e semenza », « Non sai usare la vittoria », « L’uovo di Colombo », La Gazzetta del Popolo(...)
  • 49  Maurice Barrès, « Gabriele D’Annunzio », L’Écho de Paris, 3 novembre 1921.
  • 50  Cesare De Michelis, « D’Annunzio, la Russia, l’Unione Sovietica », dans Renzo De Felice et Piero G (...)
  • 51  « Il fascismo di Venezia passa agli ordini di D’Annunzio », Il Giornale d’Italia, 9 mars 1922 ; «  (...)

41Les invitations et les appels reçus pour l’anniversaire galvanisent probablement D’Annunzio, qui les jours suivants reconfirme ses vues géopolitiques dans la lignée de l’Association nationaliste. Durant la conférence internationale de politique navale à Washington, le comandante publie des articles dans lesquels il encourage les États-Unis à abandonner définitivement la politique wilsonienne et les nations latines – Italie et France – à s’opposer aux visées britanniques en Méditerranée48. Ces appels à la France suscitent une réponse enthousiaste de Maurice Barrès, qui lui répond publiquement : « Chez vous, n’a-t-on pas toujours rêvé d’un Empire sans limites et de frapper à la marque latine le métal des barbares ? »49. Dans ce contexte, D’Annunzio a également réaffirmé la position désormais consolidée de la droite nationaliste quant à la nécessité de rétablir les contacts avec la Russie soviétique pour assurer l’expansion italienne en Europe centrale. Lors de la conférence internationale de Gênes en mai 1922, D’Annunzio invite dans sa villa le commissaire soviétique aux Affaires étrangères Geórgij V. Čičérin. Nous discuterons plus loin des implications idéologiques de cet épisode. Une réunion a été organisée par D’Annunzio pour aider le gouvernement de Luigi Facta dans sa politique de rapprochement avec la Russie50. D’Annunzio espère que le gouvernement, formé en février 1922, entreprendra une politique adriatique plus déterminée et soutiendra indirectement la campagne légionnaire-fasciste dans l’État libre de Fiume. Pour cette raison, lorsque les fascistes, en opposition à la ligne « modérée » de Mussolini, se tournent vers lui, il leur écrit de se préparer à reprendre la lutte adriatique51.

  • 52  Enrico Serventi Longhi, De Ambris…, op. cit., p. 199-200.
  • 53  Voir infra.
  • 54  Ferdinando Cordova, Arditi e legionari dannunziani…, op. cit., p. 176-177.
  • 55  « Una dichiarazione del Fascio milanese », Il Popolo d’Italia, 31 mai 1922.
  • 56  « Una lettera di D’Annunzio a Facta », Il Popolo d’Italia, 31 mai 1922.
  • 57  « La grande adunata aviatoria di Milano », Il Popolo d’Italia, 27 juin 1922.
  • 58  « Io non posso andare a Roma se non per abolire le leggi infauste. La grande adunata aviatoria di (...)

42Ce positionnement accentue son détachement par rapport à l’activisme légionnaire antifasciste. En plus de reporter à nouveau le congrès de la Fédération légionnaire, le comandante suit tièdement les tentatives de De Ambris de créer un front syndical-légionnaire52. Parallèlement, entre avril et mai, il tente de mener personnellement la pacification au-dessus des factions, en organisant des réunions avec les syndicalistes Gino Baldesi et Ludovico D’Aragona53. En apprenant que la rumeur circule selon laquelle il aurait défini le squadrisme comme un « esclavage agraire », il choisit de ne pas participer au débat et ne confirme la déclaration54. C’est alors que le PNF prend ses distances avec de tels agissements, mais pour gêner ceux qui pourraient en bénéficier : dans un communiqué du 31 mai, il invite les fascistes à célébrer D’Annunzio comme un mythe, mais à ignorer l’utilisation de son image par les formations opposées au fascisme55. D’Annunzio désamorce bientôt cette méfiance. Il voit probablement arriver le moment où il sera enfin suivi par les institutions, comme en témoigne le message dans lequel il annonce au président Facta que ses entretiens avec les syndicalistes serviront « à accélérer la paix interne des Italiens en mettant fin aux luttes fratricides »56. La reprise de son activité publique le prouve également. En juin, il est le principal orateur lors d’un congrès d’aviateurs à Milan, aux côtés de Aldo Finzi, son compagnon dans les entreprises aéronautiques et député fasciste : après avoir souhaité que le gouvernement renforce l’aviation, le comandante incite les présents à manifester leur foi en étendant le bras droit, évoquant le rite du serment légionnaire désormais cristallisé dans le « salut romain »57. Lorsque certains participants le désignent comme délégué pour présenter leur ordre du jour au gouvernement, il ajoute : « Je ne peux pas aller à Rome sauf pour abolir les lois néfastes »58. Dans les jours suivants, l’offensive finale du fascisme est en marche.

La « pacification » comme coup de grâce au socialisme

43Le refus de D’Annunzio de soutenir la campagne antifasciste et ses appels à l’union des « forces saines » peuvent être interprétés comme des signes de sa volonté d’éliminer les « forces antinationales » réputées avoir saboté la victoire : la classe politique modérée et le socialisme internationaliste. La première sera brisée avec la marche sur Rome ; D’Annunzio a contribué à la défaite du second. Nous avons vu comment D’Annunzio a réprimé à Fiume le socialisme officiel par la répression et l’évocation d’un nouveau régime basé sur la Carta del Carnaro, dans lequel les masses ouvrières abandonnent la lutte des classes et s’unissent dans des syndicats/corporations qui permettront à la patrie apaisée de participer à la lutte entre les nations.

  • 59  « Vogliamo vivere. Al legionario Alceste De Ambris », La Vigilia, 14 mai 1921.
  • 60  « Sia il nostro anno mirabile quest’anno dantesco, quest’anno di castighi, quest’anno di rivendica (...)
  • 61  « Non credo che possa essere la più bella immagine del giovane italiano quel tipo […] dalla mano a (...)
  • 62  Ferdinando Cordova, Arditi e legionari…, op. cit., p. 114-129.

44Après l’occupation, D’Annunzio continue à cultiver ce mythe populiste en signant pour soutenir De Ambris à Parme une singulière lettre-manifeste qui évoque son travail à Fiume pour les travailleurs59. Bien que cet épisode soit considéré comme un acte de méfiance à l’égard du fascisme, il nous semble – compte tenu de la tradition très à gauche de la circonscription, du prestige local de De Ambris et des très rares votes que les fascistes y auraient obtenu – que l’engagement dannunzien apparaît moins antifasciste qu’antisocialiste. La croisade de D’Annunzio contre le bolchevisme refait surface en juin, lorsque les fascistes attaquent le député communiste Francesco Misiano et le chassent du Parlement. Le comandante, qui l’avait publiquement condamné à l’époque de Fiume, invite les fidèles à renouveler ce geste envers le ministre Sforza : « Que notre année soit remarquable, cette année de Dante, cette année de châtiments, cette année de revendications nationales »60. Comment expliquer alors la déclaration de D’Annunzio publiée le 15 juillet ? Il y parle de la nécessité pour les vétérans de s’unir au nom de la nation et d’arrêter la violence : « Je ne pense pas que l’homme […] à la main armée d’un gourdin puisse être la plus belle image du jeune Italien »61. Ce message est souvent interprété comme une dénonciation de la violence des escouades fascistes, mais il faut considérer qu’il pourrait s’agir d’une prise de distance vis-à-vis des Arditi del Popolo, une formation armée antifasciste créée quelques jours plus tôt par des vétérans et des légionnaires62.

  • 63  Enrico Serventi Longhi, De Ambris…, op. cit., p. 197.
  • 64  « Il colloquio di ieri a Gardone fra D’Annunzio e gli on. Baldesi e Zaniboni », Provincia di Bresc (...)
  • 65  « Raccogliere tutte le forze produttrici della nazione al di sopra di ogni divergenza di parte in (...)

45En 1922, D’Annunzio évoque souvent l’union des ouvriers sans toutefois la soutenir lorsqu’elle prend une coloration antifasciste. Par exemple, en janvier 1922, il ignore la formation de l’Alleanza del lavoro, soutenue par la Fédération des légionnaires avec la Carta del Carnaro comme manifeste63. Les seuls épisodes où le comandante s’engage dans la politique syndicale concernent des personnalités ou des organisations qui accepteront de négocier avec les « forces nationales », comme les dirigeants syndicaux Gino Baldesi et Ludovico D’Aragona qui visitent sa villa au printemps64. Après la marche sur Rome, Baldesi rencontre Mussolini et D’Annunzio pour « rassembler toutes les forces productives de la nation, au--dessus de toute divergence partisane, en un seul corps […] sous une seule bannière sacrée, celle de la patrie »65.

  • 66  « A colloquio con D’Annunzio », Corriere della Sera, 15 juin 1922.

46L’autre engagement syndical de D’Annunzio se révèle plus nourri et débute lorsqu’en avril le syndicat FILM proclame le comandante comme son protecteur contre le fascisme et les armateurs. D’Annunzio accepte parce que le secrétaire du syndicat est Giuseppe Giulietti, qui l’a soutenu à l’époque de Fiume dans sa lutte contre le Parti socialiste. De plus, le fait qu’une organisation ouvrière « amie » le choisisse comme porte-parole représente à ses yeux un modèle pour la création d’un nouveau syndicalisme patriotique. Pour cette raison, il est déterminé à représenter la FILM face à Mussolini, mais il faut dire que son combat vise les armateurs plutôt que le fascisme, et qu’il définit l’absence d’accord entre le gouvernement, les armateurs et le syndicat comme un manque de considération envers lui. Au printemps 1922, D’Annunzio confirme également sa distance par rapport au socialisme lors de la rencontre avec le commissaire soviétique Čičérin. Au cours de la conversation, il loue la force du peuple russe face à la guerre civile et à la famine ; il le félicite pour l’adoption d’un nouveau « système de gouvernement mixte », interprétant ainsi la Nouvelle politique économique de Lénine comme une preuve de l’échec du communisme. Comme il le déclarera à la presse en parlant de la rencontre, D’Annunzio estime que la tragédie russe a « libéré le monde d’une illusion puérile et d’un mythe stérile » démontrant comment « une dictature de classe est impuissante à créer des conditions de vie supportables »66.

  • 67  « Dimostrare a socialisti e a fascisti che invece di combattersi fra loro devono combattere insiem (...)

47La tentative dannunzienne de séduction des ouvriers se poursuit dans les semaines qui suivent avec l’évocation d’un mouvement populaire national qui, après la « pacification », devra liquider l’ancienne classe politique. En juin, il confirme à la presse que son but est de « démontrer aux socialistes et aux fascistes qu’au lieu de se combattre, ils doivent lutter ensemble contre leur ennemi commun. […] notre dernier “État juridique” »67. Le 22 juin, son porte-parole Coselschi, lors d’un rassemblement, exhorte légionnaires, fascistes et socialistes à unir leurs forces contre le parlementarisme. Aux fascistes, il dit :

[…] nous avons sauvé la victoire à Fiume, vous l’avez sauvée, fascistes, en Italie. […] Mais on ne défend pas la victoire en mettant le feu à la maison de l’ouvrier et en dévastant la grange du fermier […]. Ils se sont trompés et ont été punis. Mais maintenant, ils savent que la réalité de la patrie ne peut être niée.

  • 68  « La bandiera e la fiamma », La Riscossa, 30 juin 1922.
  • 69  Gabriele D’Annunzio, Il libro ascetico della Giovane Italia, Milan, L’Olivetana, 1926, p. 252-253.
  • 70  Pour une reconstitution de la naissance du rituel du salut fasciste jusqu’à l’épisode milanais, Fe (...)

48Puis il s’adresse aux ouvriers : « nous vous défendrons, nous vous aimerons et nous vous élèverons en architectes de la puissance et de la beauté de la nation »68. En substance, D’Annunzio s’éloigne de la violence fasciste, car selon lui elle représente un excès de zèle dans l’œuvre de salut des travailleurs, qui doivent cependant renoncer au drapeau rouge et embrasser à nouveau le culte de la nation. Les appels à la pacification sont en fait sa seule réponse à l’offensive des pelotons qui a démantelé les organisations ouvrières et les administrations socialistes en août. Dans le même temps, il refuse toute implication dans l’activité antifasciste de De Ambris, qui collabore avec les volontaires de la légion antifasciste Filippo Corridoni pour défendre Parme des escouades de Balbo. D’Annunzio formule un jugement sévère concernant ces combattants antifascistes, dans une réflexion publiée l’année suivante : « Corridoni était-il avec eux ? », se demande-t-il, s’imaginant rencontrer son fantôme pour invoquer avec lui le dévouement des ouvriers à la Patrie et à la victoire69. Le comandante ne soutient pas les syndicalistes et les socialistes, même lorsqu’ils décident de résister par la grève légale. Au contraire, il ne se manifeste que lorsque les représailles fascistes atteignent leur climax : le 3 août, lorsque les squadristi occupent la mairie de Milan et déposent le maire socialiste, D’Annunzio apparaît au balcon du palais occupé et prononce un discours ; il traite les fascistes de « jeunesse généreuse », à qui il ordonne de transformer la lutte en reconstruction pacifique au nom de la nation. Évoquant le geste du serment légionnaire, désormais partagé par les légionnaires et les fascistes – et connu sous le nom de « salut romain » – , il dit que, désormais, le bras tendu ne signifie plus « un acte de menace », mais « de protection »70.

  • 71  Pour la Fédération : « Monito », La Riscossa, 5 août 1922 ; pour le PNF : « La grandiosa manifesta (...)

49La propagande de la Fédération légionnaire tente de démontrer que D’Annunzio est à Milan « pour des raisons éditoriales » et présente son discours comme une condamnation de la violence fasciste, mais, dans les faits, son apparition sera perçue comme un soutien public à la milice-parti qui, après avoir conquis les provinces et mis à genoux le mouvement ouvrier, se prépare à marcher vers la capitale71.

  • 72  « La sfinge D’Annunzio », La Voce del popolo, 13 août 1922.

50La Voce del popolo, le journal des autonomistes de Fiume, exilés en 1919-1920 par le régime légionnaire et expulsés au début de 1922 par le coup d’État légionnaire-fasciste, commente ainsi le dernier rassemblement de D’Annunzio : « L’Italie est sur le point de devenir un Fiume aux proportions colossales »72.

Le comandante et le duce pendant la marche sur Rome

  • 73  Archives d’État de Brescia (ASBS), Préfecture, Gabinetto, b. 19, Rapport du 6 octobre 1922.
  • 74  « La parola all’on. Finzi », Il Secolo, 9 août 1922.

51Deux jours après le discours de Milan, D’Annunzio répond au secrétaire du PNF Bianchi, qui lui écrit « Vive le fascisme ! », qu’ « il n’y a qu’un cri à échanger entre Italiens, vive l’Italie ! », démontrant donc encore une fois sa volonté d’unir toutes les forces patriotiques sans se compromettre avec une faction particulière73. Le lendemain, il explique sa prudence à son ami, le fasciste Finzi : « Chaque mot aujourd’hui doit être pesé, chaque acte doit être médité […] Donec ad metam »74. Le but est Rome, dans les jours suivants, personne n’aidera les fascistes à l’atteindre plus que lui. Mais comment ?

  • 75  Valerio Mignone, D’Annunzio, Mussolini, Nitti. Cronistoria di una trattativa segreta, Rome-Naples, (...)

52Le comandante comprend que pour être reconnu par les institutions et réaliser ses visions expansionnistes, il faut négocier avec l’establishment, et Mussolini apparaît en effet comme un médiateur efficace entre le bouillonnant monde des anciens combattants et la classe politique libérale. Il voit probablement en lui l’homme capable de créer cette union nationale, puisque dans les semaines qui suivirent il ne commet aucun acte qui pourrait lui nuire. Les représentants des institutions, pour leur part, voient en D’Annunzio la figure idoine pour arrêter l’offensive fasciste. Le 1er août, même Nitti – son adversaire officiel au temps de Fiume – lui propose de collaborer pour calmer les militants fascistes et trouver un accord avec Mussolini. D’Annunzio ne refuse pas la collaboration, mais elle prend du temps75.

  • 76  « Gabriele D’Annunzio gravemente ferito », Corriere della Sera, 15 août 1922.
  • 77  « La salute di D’Annunzio », Corriere della Sera, 22 août 1922.
  • 78  Camille Mallarmé, « L’accident de Gabriele D’Annunzio et sa guérison rapide sont également mystéri (...)

53À la mi-août, est prévue une première rencontre entre D’Annunzio, Mussolini et Nitti dans le but de parvenir à un accord entre les représentants de la « révolution nationale » et la classe dirigeante. La réunion n’a cependant pas lieu, car le comandante, annonce-t-on, est tombé par la fenêtre76. Après quinze jours de bulletins et de gloses, arrive enfin le communiqué de guérison77. Certains parlent d’une possible attaque, mais la version la plus accréditée restera toujours celle d’un incident dû à une dispute avec sa compagne Luisa Baccara78. Il est certain que le silence prolongé de D’Annunzio reporte une fois de plus les négociations avec la classe dirigeante et renforce considérablement la position de Mussolini.

  • 79  Federico C. Simonelli, « L’impresa fiumana… », art. cit., p. 438.
  • 80  ASBS, préfecture, Gabinetto, b. 19, rapport du 6 octobre 1922.
  • 81  Didier Musiedlak, La marche sur Rome. Entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, (...)
  • 82  Ibid., p. 119, n. 35.

54En septembre, le troisième anniversaire de la marche sur Ronchi est célébré dans toute l’Italie comme un événement national par les fascistes et les nationalistes79. Pendant ce temps, toutes les activités de la Fédération légionnaire sont suspendues et toute tentative visant à utiliser l’héritage légionnaire pour rassembler les forces antifascistes est ignorée par D’Annunzio80. Entre septembre et octobre, les hommes qui symbolisent la « révolution nationale » sont approchés par Facta et Giolitti pour former un nouveau gouvernement capable de contenir la vague escadriste. Giolitti, avec le soutien de Salandra et d’Orlando, vise à former un nouvel exécutif impliquant Mussolini et Federzoni. Facta, pour sa part, tente de se maintenir au pouvoir avec le soutien de D’Annunzio : le plan consiste à obtenir son soutien pour un nouveau gouvernement de coalition qui inclura – et en même temps neutralisera – Mussolini. Le plan de Facta devait être lancé après le retour triomphal de D’Annunzio à Rome en tant que représentant des mutilés lors des célébrations du 4 novembre. La nouvelle du possible retour du comandante dans la capitale a été publiée par la presse le 20 octobre81. Le voyage n’aura pas lieu. Selon De Felice, Mussolini organise la marche sur la capitale le 28 octobre précisément pour neutraliser D’Annunzio, Facta, Giolitti et ainsi tirer à lui tout le bénéfice82. Mais D’Annunzio est-il vraiment un obstacle à la marche de Mussolini ? Sans doute pas. Le comandante, on l’a vu, ne s’oppose pas à l’offensive antisocialiste et contribue à la présenter comme une « rédemption » douloureuse mais nécessaire de toutes les forces du travail. Le 11 octobre, il rencontre Mussolini. Selon l’Agence d’Informations :

  • 83  « Un colloquio Mussolini – D’Annunzio », Corriere della Sera, 17 octobre 1922.

L’entretien aurait porté principalement sur la situation politique intérieure de l’Italie et sur les objectifs que les fascistes ont l’intention de poursuivre. […] La conversation, bien qu’empreinte de la plus grande cordialité, n’aurait abouti à aucun accord83.

  • 84  Renzo De Felice, D’Annunzio politico…, op. cit., p. 176-177.
  • 85  « Il carattere dell’accordo fra D’Annunzio e Mussolini », La Nazione, 20 octobre 1922 ; ASBS, Préf (...)
  • 86  Didier Musiedlak, La marche sur Rome…, op. cit., p. 80-81.

55L’historiographie a jusqu’à présent retenu cette version : les deux duci se limitent à évoquer les rapports entre le FILM et le fascisme. Selon De Felice, Mussolini satisfait D’Annunzio sur le front syndical afin de l’endormir sur le front romain84. En effet, dans les jours qui suivent, Mussolini et D’Annunzio con-firment l’accord sur le FILM, le définissant comme « un fait très important qui apportera une grande contribution à la réconciliation nationale »85. Mais le syndicat est-il vraiment le seul sujet de l’entretien du 11 octobre ? Il y a lieu de croire qu’on y évoqua aussi le nouveau gouvernement. Par la suite, D’Annunzio et Mussolini s’engagent mutuellement à créer les conditions de la formation d’un exécutif le plus extrémiste possible. Le 12, Mussolini convoque les chefs fascistes pour discuter de la mobilisation des pelotons. Lors de la réunion du 16, il déclare : « Giolitti pense qu’il peut nous proposer deux portefeuilles : mais il nous en faut six ». Le rapport détaillant le plan de mobilisation conclut ainsi : « -D’Annunzio est favorable »86.

  • 87  « Nuovo ordinamento dei legionari di D’Annunzio », Corriere della Sera, 16 octobre 1922.
  • 88  « Per la pace d’Italia », Il Giornale d’Italia, 15 octobre 1922.
  • 89  « La lieve indisposizione di D’Annunzio », Il Resto del Carlino, 26 octobre 1922 ; « Imponenti man (...)
  • 90  ASBS, Préfecture, Gabinetto, b. 19, rapports des 22 et 23 octobre 1922 ; « I colloqui politici di (...)

56Pendant ce temps, D’Annunzio neutralise définitivement la Fédération légionnaire, la transformant en un instrument de « pure propagande spirituelle » et remplaçant le comité directeur de De Ambris par celui que dirige le pro-fasciste Coselschi87. Nous en arrivons à la célébration ratée du 4 novembre. À l’origine, D’Annunzio n’excluait pas de retourner à Rome et de soutenir un deuxième gouvernement Facta avec Mussolini comme ministre. Le 13 octobre, le comandante reçoit Vittorio Emanuele Orlando, autre personnage clé de l’éventuel nouveau gouvernement. Après la réunion, l’ancien président déclare à la presse que son hôte espère « la paix intérieure », même en faisant « sacrifier toute rancœur préconçue »88. Pourtant, les jours suivants, D’Annunzio commence à remettre en question son voyage à Rome. Le 22, lorsque le sous-secrétaire du gouvernement lui demande confirmation, le comandante annonce qu’il a « mal à la gorge ». Deux jours plus tard, son secrétariat annonce qu’ « un très fort rhume » pourrait l’empêcher de se rendre à Rome89. Entre le 22 et le 25 octobre, tout en diffusant les nouvelles qui pourraient empêcher le voyage, D’Annunzio communique avec Mussolini par l’intermédiaire de Coselschi et du général Emilio Giampietro, qui, déjà le 26 octobre, communique à Facta que D’Annunzio ne viendra pas à Rome90. Il est donc difficile d’accepter la thèse selon laquelle Mussolini aurait fixé la marche au 28 octobre craignant D’Annunzio, puisque ce dernier avait déjà décidé de ne pas partir pour Rome, probablement en accord avec les fascistes.

  • 91  Antonino Repaci, La marcia su Roma, Milan, Rizzoli, 1972, p. 399 ; Maurizio Serra, D’Annunzio…, op (...)
  • 92  Antonella Fiorio, « Tra Italia e Jugoslavia : la Dalmazia e la difficile applicazione del trattato (...)
  • 93  ASBS, préfecture de Brescia, Gabinetto, b. 19, rapport au ministre de l’Intérieur, 26 octobre 1922
  • 94  « Mussolini primo ministro d’Italia », Il Resto del Carlino, 30 octobre 1922. Sur le project Salan (...)

57Mais est-ce seulement sa mauvaise santé qui justifie la brutale volte-face du comandante devant Facta ? Certains soutiennent que D’Annunzio aurait décliné l’invitation parce qu’il n’avait pas l’intention de favoriser Giolitti91. Il faut cependant chercher la raison probable de son refus dans un domaine fondamental pour D’Annunzio : la politique étrangère. Le 23 octobre, Facta a ratifié les accords italo-yougoslaves de Gênes pour la définition des frontières et la protection des minorités dans l’Adriatique, confirmant ainsi le traité de Rapallo que D’Annunzio entend annuler92. Pour le comandante – et pour les fascistes et les nationalistes qui ont manifesté contre les négociations à cette époque – c’est certainement une grande déception et cela l’a peut-être encouragé à soutenir définitivement la formation d’un nouveau gouvernement aussi « extrémiste » que possible dans les affaires intérieures et la politique étrangère. Le 26 octobre, après la conférence fasciste de Naples qui amorce la mobilisation, une rencontre entre D’Annunzio et Mussolini est prévue. Mais ce jour-là, l’écrivain annule tous ses rendez-vous, envoyant son porte-parole Coselschi rencontrer le Duce93. À quoi cette consultation in extremis peut-elle servir ? Selon les indiscrétions journalistiques des jours suivants, le comandante aurait exhorté Mussolini à poursuivre la mobilisation jusqu’à ce qu’il obtienne la présidence, et à rejeter le compromis élaboré à cette époque par les dirigeants fascistes « modérés », c’est-à-dire participer à un gouvernement Salandra94. Dans les heures qui suivent, D’Annunzio suit les événements en direct à travers un ballet de messages échangés avec Mussolini. Le 28, le Duce écrit au comandante :

  • 95  « Non vi chiedo di schierarvi al nostro fianco, il che ci gioverebbe infinitamente : ma siamo sicu (...)

Je ne vous demande pas de prendre parti pour nous, ce qui nous serait infiniment bénéfique : mais nous sommes sûrs que vous n’irez pas contre cette merveilleuse jeunesse qui lutte pour votre et notre Italie. Lisez la proclamation ! Dans un second temps, vous aurez certainement une grande parole à dire95.

  • 96  « Proclama ! », Il Popolo d’Italia, 29 octobre 1922.
  • 97  « L’Italia di domani avrà un governo. Saremo abbastanza discreti e intelligenti per non abusare de (...)
  • 98  Ibid., p. 28.
  • 99  Giulia Albanese, La marcia su Roma…, op. cit., p. 98-110.
  • 100 .  « Il pensiero di D’Annunzio », Il Popolo d’Italia, 31 octobre 1922.
  • 101  Renzo De Felice, Mussolini il fascista…, op. cit., p. 335.
  • 102  « L’ordine di smobilitazione », Il Popolo d’Italia, 31 octobre 1922.

58En ces heures incertaines, où l’on ignore si le roi signera l’état de siège qui permettra d’étouffer la mobilisation, Mussolini entend s’assurer le soutien de D’Annunzio en lui offrant les deux choses qu’il a toujours exigées de ses directeurs politiques : en premier lieu, il démontre que le fascisme accepte définitivement son invitation à la « pacification ». La proclamation publiée par le Popolo d’Italia assure, quant à elle, que la marche n’est pas dirigée contre l’armée mais seulement contre la classe politique corrompue, et que son but est de protéger toutes les forces productives96. En outre, l’offre d’intervenir « dans un second temps » montre que Mussolini a bien compris que D’Annunzio n’entend pas se compromettre quand il y a encore des risques, mais il veut de la visibilité et de la reconnaissance quand l’engrenage est lancé et qu’il a la certitude du succès. Quelques heures plus tard, après avoir surmonté les derniers obstacles – proclamation de l’état de siège et éventuel gouvernement Salandra – Mussolini annonce au comandante que le succès est proche : « L’Italie de demain aura un gouvernement. Nous serons assez discrets et intelligents pour ne pas abuser de notre Victoire »97. La réponse de D’Annunzio, le 28 au soir, pousse à « rassembler toutes les forces sincères et à les diriger vers les grands buts » avec une « virile patience », invite le roi à rester « levé contre les fortunes adverses ». Il recommande enfin à Mussolini : « La victoire a les yeux clairs de Pallas [Athéna], ne lui bandez pas les yeux »98. Avec la devise latine qui clôt la lettre (« sine strage vincit », vaincre sans combattre) et la référence au pouvoir de la déesse symbolisant la sagesse de voir au-delà des ténèbres, le comandante conseille à Mussolini d’agir avec prudence. En fait, la situation pourrait encore se précipiter. En effet, des épisodes de violences font peut-être craindre une « Toussaint sanglante » qui pourrait compromettre – cette fois pour toujours – les « forces nationales »99. Les lettres, en tout cas, font référence à diverses communications orales, et c’est une autre indication qu’à cette heure les deux « chefs » agissaient de concert. Le lendemain, alors que Mussolini prépare le voyage à Rome, D’Annunzio écrit une lettre « à un ami de Milan » – immédiatement publiée par le Popolo d’Italia – dans laquelle il ordonne de « tolérer, seconder et dominer par la pure pensée un gouvernement expérimental » qui, évitant toute « oppression vulgaire », prépare les prochaines élections100. En fait, le comandante suit la position officielle du PNF, répétée à plusieurs reprises dans les communiqués de presse qui jalonnent ces heures cruciales101. Lorsque, le 30, Mussolini est nommé Premier ministre, le quadrumvirat fasciste annonce la mise en place d’un nouveau gouvernement « en vue de la paix » et ordonne la démobilisation des chemises noires, car l’Italie doit désormais travailler tranquillement102. Concepts auxquels D’Annunzio semble répondre dans un message à Mussolini le lendemain :

  • 103  « L’opera dei costruttori è più difficile che quella dei lottatori. Perché tutti da oggi dobbiamo (...)

Le travail des bâtisseurs est plus difficile que celui des lutteurs. Car à partir d’aujourd’hui, nous devons tous donner l’exemple d’un recueillement studieux et d’un effort tenace. Souffrant et travaillant, j’attends dès le printemps prochain le retour nécessaire des forces idéales103.

59Avec l’appel à la paix et le soutien du nouveau « gouvernement national » en prévision des prochaines élections, le comandante célèbre ainsi sa « conquête indirecte » de l’État et le premier pas vers l’institutionnalisation de son image et de son œuvre.

  • 104   Alessio Quercioli, « Tener viva la fiamma… », art. cit., p. 420-426.

60Après la marche sur Rome, D’Annunzio ne se prononcera plus sur aucune question majeure de politique intérieure, sauf sur les dernières négociations avec le FILM et l’élimination de tout lien résiduel avec le syndicalisme ou le légionnarisme non fasciste, dont les militants – à commencer par De Ambris – sont contraints au silence ou à l’exil104. S’agissant des élections suivantes (administratives en 1923 et politiques en 1924), nous avons vu les modalités avec lesquelles le comandante et ses disciples entendent participer au processus démocratique : comme ce fut le cas à Fiume à partir de 1919, les « forces saines » doivent créer des conditions nouvelles, parce que les adversaires ne peuvent s’exprimer librement, créant ainsi un parlement « épuré » du socialisme et du « renoncementisme ». C’est exactement ce qui se passera en 1924.

61Pendant les seize années qui lui resteront à vivre, le comandante ne publiera pas un seul texte contraire au régime. S’il fait pression sur le gouvernement fasciste, c’est exclusivement pour des questions concernant ses objectifs initiaux, c’est-à-dire la reconnaissance institutionnelle de son image et la politique dans l’Adriatique. Il verra se réaliser la première : le régime, après avoir neutralisé le légionnarisme « hérétique » et exalté l’entreprise de Fiume comme le début de la Révolution fasciste, favorisera la publication de ses Opera omnia, lui garantissant un flux constant d’argent qui permettra de transformer sa villa en un ensemble monumental protégé par l’État, le Vittoriale degli Italiani.

62Le seul problème majeur qui l’opposait à Mussolini au début des années 1920 était la politique étrangère, dans laquelle il ne voyait pas assez percer l’esprit guerrier. Il ne cacha jamais que son objectif restait une politique ouvertement irrédentiste et impérialiste, se faisant ainsi le porte-parole d’une inoffensive opposition de droite à Mussolini. L’agité et opulent pater patriae devra attendre les années 1930 pour entrevoir la réalisation de ses prévisions, comme il le déclarera dans les écrits consacrés aux campagnes « légionnaires » du fascisme en Éthiopie et en Espagne et au moment où l’Italie quitte la Société des Nations. Sa mort, survenue en mars 1938, l’empêche de déclarer ouvertement ce qu’il pense de l’Axe Rome-Berlin.

63Tous ces thèmes se rattachent à un problème historiographique encore ouvert. La plupart des interprétations les plus solides sont en fait basées sur la littérature publiée après 1945, caractérisée par la nécessité de récupérer la personnalité publique de D’Annunzio et donc par le postulat qu’il était un adversaire secret de Mussolini puis d’Hitler. L’historicisation et l’analyse critique de ce courant devraient constituer les prémices de nouvelles réflexions sur la relation entre D’Annunzio et la politique italienne.

Haut de page

Notes

1  Henri Lapauze, « La position de Gabriele D’Annunzio dans l’Italie d’aujourd’hui », La Renaissance, 10 septembre 1921.

2  L’interprétation présentée ici reprend certains développements de notre étude : Federico C. Simonelli, D’Annunzio e il mito di Fiume. Riti, simboli, narrazioni, Pise, Pacini, 2021. La bibliographie sur l’épisode est vaste. Parmi les premières études scientifiques sur le sujet, Paolo Alatri, Nitti, D’Annunzio e la questione adriatica, Milan, Feltrinelli, 1959 ; parmi les derniers, Marco Mondini, Fiume 1919. Una guerra civile italiana, Rome, Salerno, 2019.

3  Dominique Kircher Reill, The Fiume crisis. Life in the wake of Habsburg empire, Cambridge, Harvard University Press, 2020 ; Robert Gerwarth, The vanquished. Why the First world war failed to end, New York, Farrar, Straus and Giroux, 2016, ch. 14 ; voir aussi François Cochet (dir.), Les guerres des années folles (1919-1925), Paris, Passés composés, 2021.

4  Maurizio Serra, D’Annunzio le Magnifique, Paris, Grasset, 2018, p. 361 sq.

5  Marco Cuzzi et Annarita Gori (dir.), « Fiume 1919-20. Uno sguardo internazionale », Memoria e Ricerca, no 3, 2020.

6  Enrico Serventi Longhi, Il faro del mondo nuovo. D’Annunzio e i legionari a Fiume tra guerra e rivoluzione, Udine, Gaspari, 2019, p. 83-95.

7  Giulia Albanese, La marcia su Roma, Rome-Bari, Laterza, 2006, p. 16-18.

8  Archives d’État d’Ancone, Prefecture, Cat. 22-23, 1919-1944, b. 228, f. 23.

9  Guglielmo Salotti, « I rapporti D’Annunzio-Giulietti. Dall’Idillio fiumano al pactum sine nomine », dans Renzo De Felice et Piero Gibellini (dir.), D’Annunzio politico, Milan, Garzanti, 1987, p. 83-85.

10  « Viva il fascismo », Il Popolo d’Italia, 15 septembre 1920.

11  Enrico Serventi Longhi, Alceste De Ambris, l’anti-Mussolini. L’utopie concrète d’un révolutionnaire syndicaliste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 129-171.

12  Renzo De Felice, Sindacalismo rivoluzionario e fiumanesimo nel carteggio De Ambris--D’Annunzio, Brescia, Morcelliana, 1966.

13  Renzo De Felice, Mussolini il rivoluzionario, Turin, Einaudi, 1965, p. 749-761.

14  Renzo De Felice, La Carta del Carnaro nei testi di Alceste De Ambris e Gabriele D’Annunzio, Bologne, Il Mulino, 1973.

15  Parmi les plus significatifs : « La bestia elettiva », Il Mattino, 25 septembre 1892 ; « Agli elettori di Ortona », La Tribuna, 23 août 1897 ; Paolo Alatri, Scritti politici di Gabriele D’Annunzio, Milan, Feltrinelli, 1980, p. 42-44.

16  Federico C. Simonelli, D’Annunzio e il mito di Fiume…, op. cit., p. 102.

17  Ibid., p. 105.

18  Enrico Serventi Longhi, Il faro del mondo nuovo…, op. cit., p. 131-136.

19  Federico C. Simonelli, « L’ordinamento dell’esercito liberatore. Una rilettura », dans D’Annunzio legislatore. Costituzioni, visioni, utopie dell’impresa fiumana, Cinisello Balsamo, Silvana, 2022, p. 123-137.

20  « Il commiato tra le tombe », La Vedetta d’Italia, 4 janvier 1921.

21  « Il fascismo prese certo molto dell’apparato esteriore […] dissociando però il retaggio della estetica politica fiumana dall’ideologia sindacale e libertaria che le era complementare ». Emilio Gentile, Le origini dell’ideologia fascista (1918-1925) [1975], Bologne, Il Mulino, 1996, p. 245.

22  Michael Ledeen, The first Duce : D’Annunzio at Fiume, Baltimore-Londres, John Hopkins University Press, 1977 ; Claudia Salaris, À la fête de la révolution. Artistes et libertaires avec D’Annunzio à Fiume [2002], Paris, Éd. du Rocher, 2006.

23  Federico C. Simonelli, D’Annunzio e il mito di Fiume…, op. cit., p. 141.

24  « Imponente manifestazione d’affetto », La Vedetta d’Italia, 19 janvier 1921.

25  « Al popolo di Fiume », La Nuova Riscossa, 2 mai 1921.

26  « La parola del Comandante », La Vedetta d’Italia, 7 mars 1922.

27  Danilo Massagrande, Italia e Fiume, 1921-1924, Dal Natale di sangue all’annessione, Milan, Cisalpino-Goliardica, 1982 ; Raccolta di atti del convegno internazionale per i 100 anni della fondazione dello Stato libero di Fiume, Rijeka-Fiume, Associazione Stato Libero di Fiume, 2021.

28  Enrico Serventi Longhi, Il faro del mondo nuovo…, op. cit., p. 44-71 ; Paolo Alatri, Scritti politici di Gabriele D’Annunzio, Milan, Feltrinelli, 1980, p. 33-44.

29  Valerio Terraroli, Il Vittoriale. Percorsi simbolici e collezioni d’arte di Gabriele D’Annunzio, Milan, Skira, 2001.

30  Voir supra.

31  Ferdinando Cordova, Arditi e legionari dannunziani [1969], Rome, Manifestolibri, 2007, p. 140-144 ; Alessio Quercioli, « Tener viva la fiamma dell’ideale : la Federazione Nazionale dei Legionari fiumani », dans Fiume 1919-2019. Un centenario europeo, Cinisello Balsamo, Silvana, 2020, p. 411-432.

32  Federico C. Simonelli, D’Annunzio e il mito di Fiume…, op. cit., p. 196-201.

33  Umberto Foscanelli, D’Annunzio e il fascismo, Milan, Audace, 1924.

34  Umberto Foscanelli, Gabriele D’Annunzio e l’ora sociale, Milan, Carnaro, 1952 ; Eno Mecheri, Chi ha tradito ?, Milan, Libr. Lombardia, 1947.

35  Nino Valeri, D’Annunzio davanti al fascismo, Florence, Le Monnier, 1963 ; Ferdinando Cordova, Arditi e legionari dannunziani…, op. cit. ; Renzo De Felice, D’Annunzio politico, Rome-Bari, Laterza, 1978 ; Emilio Gentile, Le origini dell’ideologia…, op. cit. Une synthèse récente de ce courant d’interprétation est proposée par Giordano Bruno Guerri, Disobbedisco. Cinquecento giorni di rivoluzione, Milan, Mondadori, 2019.

36  Enrico Serventi Longhi, De Ambris…, op. cit., p. 177.

37  Ferdinando Cordova, Arditi e legionari dannunziani…, op. cit., p. 147-148.

38  « Mussolini a Gardone Riviera », Il Popolo d’Italia, 6 avril 1921.

39  Renzo De Felice, D’Annunzio politico, op. cit., p. 255-256.

40  Renzo De Felice, Sindacalismo rivoluzionario…, op. cit., p. 247.

41  Luciano Monzali, Italiani di Dalmazia, 1914-1924, Florence, Le Lettere, 2007, p. 306-307.

42  Enrico Serventi Longhi, De Ambris…, op. cit., p. 187-188.

43  « Un’intervista con D’Annunzio », Il Tempo, 17 juillet 1921.

44  « La cronaca del convegno », Il Popolo d’Italia, 18 août 1921.

45  Federico C. Simonelli, « L’impresa fiumana nella memoria pubblica del fascismo », dans Fiume 1919-2019…, op. cit., p. 437.

46  « Per l’ignoto Milite un mancato inno di D’Annunzio », Il Giornale d’Italia, 1er octobre 1921.

47  « Fascisti concordi si preparano a nuove battaglie […] salutano in voi il condottiero intrepido del passato e dell’avvenire ». Renzo De Felice et Emilio Mariano, Carteggio D’Annunzio-Mussolini (1919-1939), Milan, Mondadori, 1971, p. 25.

48  « Verità e semenza », « Non sai usare la vittoria », « L’uovo di Colombo », La Gazzetta del Popolo, 1er décembre 1921, 20 janvier 1922, 26 avril 1922.

49  Maurice Barrès, « Gabriele D’Annunzio », L’Écho de Paris, 3 novembre 1921.

50  Cesare De Michelis, « D’Annunzio, la Russia, l’Unione Sovietica », dans Renzo De Felice et Piero Gibellini (dir.), D’Annunzio politico…, op. cit., p. 311-317.

51  « Il fascismo di Venezia passa agli ordini di D’Annunzio », Il Giornale d’Italia, 9 mars 1922 ; « D’Annunzio ai fascisti romani », Il Giornale d’Italia, 9 mars 1922.

52  Enrico Serventi Longhi, De Ambris…, op. cit., p. 199-200.

53  Voir infra.

54  Ferdinando Cordova, Arditi e legionari dannunziani…, op. cit., p. 176-177.

55  « Una dichiarazione del Fascio milanese », Il Popolo d’Italia, 31 mai 1922.

56  « Una lettera di D’Annunzio a Facta », Il Popolo d’Italia, 31 mai 1922.

57  « La grande adunata aviatoria di Milano », Il Popolo d’Italia, 27 juin 1922.

58  « Io non posso andare a Roma se non per abolire le leggi infauste. La grande adunata aviatoria di Milano », Il Popolo d’Italia, 27 juin 1922.

59  « Vogliamo vivere. Al legionario Alceste De Ambris », La Vigilia, 14 mai 1921.

60  « Sia il nostro anno mirabile quest’anno dantesco, quest’anno di castighi, quest’anno di rivendicazioni nazionali ». « Un messaggio di D’Annunzio », L’Idea nazionale, 1er juillet 1921.

61  « Non credo che possa essere la più bella immagine del giovane italiano quel tipo […] dalla mano armata di randello ». « Un’intervista con D’Annunzio », Il Tempo, 17 juillet 1921.

62  Ferdinando Cordova, Arditi e legionari…, op. cit., p. 114-129.

63  Enrico Serventi Longhi, De Ambris…, op. cit., p. 197.

64  « Il colloquio di ieri a Gardone fra D’Annunzio e gli on. Baldesi e Zaniboni », Provincia di Brescia, 6 décembre 1922.

65  « Raccogliere tutte le forze produttrici della nazione al di sopra di ogni divergenza di parte in un solo corpo […] sotto una sola santa bandiera, quella della patria ». Ibid.

66  « A colloquio con D’Annunzio », Corriere della Sera, 15 juin 1922.

67  « Dimostrare a socialisti e a fascisti che invece di combattersi fra loro devono combattere insieme contro […] questo nostro ultimo “stato giuridico” ». « Un telegramma di D’Annunzio », Il Giornale d’Italia, 7 juin 1922.

68  « La bandiera e la fiamma », La Riscossa, 30 juin 1922.

69  Gabriele D’Annunzio, Il libro ascetico della Giovane Italia, Milan, L’Olivetana, 1926, p. 252-253.

70  Pour une reconstitution de la naissance du rituel du salut fasciste jusqu’à l’épisode milanais, Federico C. Simonelli, D’Annunzio e il mito di Fiume, op. cit., p. 258-269.

71  Pour la Fédération : « Monito », La Riscossa, 5 août 1922 ; pour le PNF : « La grandiosa manifestazione », Il Popolo d’Italia, 4 août 1922. Marco Mondini, Roma 1922. Il fascismo e la guerra mai finita, Bologne, Il Mulino, 2022, p. 178-187.

72  « La sfinge D’Annunzio », La Voce del popolo, 13 août 1922.

73  Archives d’État de Brescia (ASBS), Préfecture, Gabinetto, b. 19, Rapport du 6 octobre 1922.

74  « La parola all’on. Finzi », Il Secolo, 9 août 1922.

75  Valerio Mignone, D’Annunzio, Mussolini, Nitti. Cronistoria di una trattativa segreta, Rome-Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, 2013, p. 68-71.

76  « Gabriele D’Annunzio gravemente ferito », Corriere della Sera, 15 août 1922.

77  « La salute di D’Annunzio », Corriere della Sera, 22 août 1922.

78  Camille Mallarmé, « L’accident de Gabriele D’Annunzio et sa guérison rapide sont également mystérieux », Le Matin, 11 septembre 1922.

79  Federico C. Simonelli, « L’impresa fiumana… », art. cit., p. 438.

80  ASBS, préfecture, Gabinetto, b. 19, rapport du 6 octobre 1922.

81  Didier Musiedlak, La marche sur Rome. Entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, 2022, p. 91.

82  Ibid., p. 119, n. 35.

83  « Un colloquio Mussolini – D’Annunzio », Corriere della Sera, 17 octobre 1922.

84  Renzo De Felice, D’Annunzio politico…, op. cit., p. 176-177.

85  « Il carattere dell’accordo fra D’Annunzio e Mussolini », La Nazione, 20 octobre 1922 ; ASBS, Préfecture, Gabinetto, b. 19, rapport du 21 octobre 1922.

86  Didier Musiedlak, La marche sur Rome…, op. cit., p. 80-81.

87  « Nuovo ordinamento dei legionari di D’Annunzio », Corriere della Sera, 16 octobre 1922.

88  « Per la pace d’Italia », Il Giornale d’Italia, 15 octobre 1922.

89  « La lieve indisposizione di D’Annunzio », Il Resto del Carlino, 26 octobre 1922 ; « Imponenti manifestazioni a Roma », La Vedetta d’Italia, 31 octobre 1922.

90  ASBS, Préfecture, Gabinetto, b. 19, rapports des 22 et 23 octobre 1922 ; « I colloqui politici di D’Annunzio », Il cittadino di Brescia, 25 octobre 1922.

91  Antonino Repaci, La marcia su Roma, Milan, Rizzoli, 1972, p. 399 ; Maurizio Serra, D’Annunzio…, op. cit., p. 563.

92  Antonella Fiorio, « Tra Italia e Jugoslavia : la Dalmazia e la difficile applicazione del trattato di Rapallo », Qualestoria, no 1, juin 2021, p. 148.

93  ASBS, préfecture de Brescia, Gabinetto, b. 19, rapport au ministre de l’Intérieur, 26 octobre 1922.

94  « Mussolini primo ministro d’Italia », Il Resto del Carlino, 30 octobre 1922. Sur le project Salandra, voir Didier Musiedlak, La marche sur Rome…, op. cit., p. 111.

95  « Non vi chiedo di schierarvi al nostro fianco, il che ci gioverebbe infinitamente : ma siamo sicuri che non vi metterete contro questa meravigliosa gioventù che si batte per la vostra e nostra Italia. Leggete il proclama ! In un secondo tempo voi avrete certamente una grande parola da dire ». Renzo De Felice et Emilio Mariano, Carteggio D’Annunzio-Mussolini…, op. cit., p. 27.

96  « Proclama ! », Il Popolo d’Italia, 29 octobre 1922.

97  « L’Italia di domani avrà un governo. Saremo abbastanza discreti e intelligenti per non abusare della nostra vittoria ». Renzo De Felice et Emilio Mariano, Carteggio D’Annunzio-Mussolini…, op. cit., p. 28.

98  Ibid., p. 28.

99  Giulia Albanese, La marcia su Roma…, op. cit., p. 98-110.

100 .  « Il pensiero di D’Annunzio », Il Popolo d’Italia, 31 octobre 1922.

101  Renzo De Felice, Mussolini il fascista…, op. cit., p. 335.

102  « L’ordine di smobilitazione », Il Popolo d’Italia, 31 octobre 1922.

103  « L’opera dei costruttori è più difficile che quella dei lottatori. Perché tutti da oggi dobbiamo dare l’esempio del raccoglimento studioso e dello sforzo tenace. Soffrendo e lavorando io mi aspetto dalla primavera prossima il ritorno necessario delle forze ideali ». Renzo De Felice et Emilio Mariano, Carteggio D’Annunzio-Mussolini…, op. cit., p. 29.

104   Alessio Quercioli, « Tener viva la fiamma… », art. cit., p. 420-426.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Federico Carlo Simonelli, « « Un Fiume aux proportions colossales ». Relecture du rôle de Gabriele D’Annunzio dans la marche sur Rome (1919-1922) »Cahiers de la Méditerranée, 107 | 2023, 35-57.

Référence électronique

Federico Carlo Simonelli, « « Un Fiume aux proportions colossales ». Relecture du rôle de Gabriele D’Annunzio dans la marche sur Rome (1919-1922) »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 107 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x4r

Haut de page

Auteur

Federico Carlo Simonelli

Federico Carlo Simonelli est chercheur postdoctoral au sein du projet Myths of legitimation and government of difference in the european imperial regimes during the modern and contemporary age à l’université de Venise Ca’ Foscari. Ses domaines de recherche concernent l’évolution de l’imaginaire nationaliste italien et son influence sur les formations paramilitaires irrédentistes et fascistes. Il a notamment publié D’Annunzio e il mito di Fiume. Riti, simboli, narrazioni, Pise, Pacini, 2021.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search