Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Dossier : Signification et portée...« Chacun sa formule de fascisme »...

Dossier : Signification et portée de la marche sur Rome. Europe, Amérique latine

« Chacun sa formule de fascisme ». La presse d’opinion espagnole commente la marche sur Rome

‘To each their own expression of fascism’. The Spanish press comments on the march on Rome
Manuelle Peloille
p. 75-92

Résumés

En Espagne, la marche sur Rome intervient à un moment de crise multifactorielle se traduisant par une instabilité sociale et une demande de moralisation de la vie publique. En raison de ce contexte, le fascisme en mouvement apparaît dans la presse d’opinion comme un potentiel exemple dont s’inspirer pour sortir de la crise, tant chez ses partisans de la première heure comme au sein des milieux progressistes non révolutionnaires. Mais l’enthousiasme retombe au bout de quelques mois, parce que le pays dispose de ses propres réponses contre-révolutionnaires, prétorienne et cléricale, de son propre modèle d’homme d’État, sans compter la rivalité qui se met en place entre les deux nations méditerranéennes.

Haut de page

Texte intégral

1Au moment où les quelques milliers de chemises noires confluent vers la capitale de l’Italie, on ne parle pas encore dans la presse de « marche sur Rome ». Il faut attendre quelques semaines pour que l’expression consacre l’événement en tant que tel, comme moment fondateur d’une réponse originale tant à la crise des régimes libéraux qu’à ce qui est perçu comme la menace ultime, les diverses formes de communisme. En cette fin octobre 1922, la monarchie espagnole finit de traverser une crise majeure, qui s’est aggravée depuis l’été 1917, ce qui va susciter une curiosité, parfois enthousiaste, mais éphémère, pour le régime en train de s’installer en Italie.

En Espagne, quel est le terrain de réception de la marche sur Rome ?

2Le premier élément est, à notre sens, le besoin de réassurance et de restauration nationales. Dans la tradition historiographique, la crise de 1898, avec la perte de Cuba et des Philippines, dernières colonies entre les mains de l’Espagne, constitue un tournant. 1898 conclut un long processus de démantèlement, du fait de facteurs internes (incapacité à assumer sur le long terme les charges et servitudes liées au maintien de cet empire territorial) et externes (action des principaux rivaux, Angleterre, France, Hollande). Une formation historique dont l’existence fut largement consubstantielle à la possession de colonies, et contrainte à des guerres défensives à partir de la fin du xvie siècle, se voit arracher petit à petit ses positions militaires et commerciales sans parvenir à créer la richesse lui permettant de les conserver.

  • 1  Sur le nationalisme économique espagnol, qui suit une phase libre-échangiste jusqu’aux mesures pro (...)
  • 2  Albert Carreras et Xavier Tafunell (dir.), Estadísticas históricas de España. Siglos xix-xx, Bilba (...)

3La perte des dernières colonies oblige l’Espagne à se recentrer sur la métropole, situation inédite depuis 1492. À partir de 1900, s’impose une vision protectionniste et nationaliste de l’économie, parfois cosmétique, parfois plus profonde1. C’est dans la première décennie du siècle que se diversifient sectoriellement et territorialement les entreprises industrielles, que se développe le secteur bancaire, avec pour centre Madrid, et que l’urbanisation progresse notablement2.

  • 3  Outre les tomes II et III du classique ouvrage dirigé par Jacques Droz, Histoire générale du socia (...)

4Le second élément, en lien avec le développement économique, tient aux progrès des organisations populaires entre les années 1880 et les années 1920 – tant dans les villes qu’à la campagne – qui suscitent des réactions de la part des détenteurs du pouvoir politique3. Les conflits dans l’industrie se superposent à la question agraire non résolue, avec entre un et deux millions de paysans sans terre, main-d’œuvre surnuméraire. Les principales organisations étaient le syndicat socialiste UGT, fondé en 1881, et les organisations anarchistes d’une part ; le syndicalisme catholique d’autre part. Les progrès en nombre et en qualité de l’organisation ouvrière débouchent sur une opposition de plus en plus résolue aux différents pouvoirs, et sur les premières conquêtes sociales, comme la journée de 8 heures accordée en 1920 à l’issue de la grève des tramways de Barcelone. 1917 est l’année où convergent les revendications des militaires métropolitains pour une égalité d’avancement avec la Coloniale (Juntas de Defensa), les revendications ouvrières et paysannes avec les grandes grèves d’août et d’octobre ainsi que, enfin, le projet catalan d’autonomie.

  • 4  Elena San Román, « Las consecuencias pacíficas de la Gran Guerra : la movilización industrial », H (...)
  • 5  Cette loi, connue sous le nom de « Loi des juridictions » du 15 avril 1906, en vigueur de 1906 à 1 (...)

5Le troisième élément est la crise du régime de la Restauration (1875-1923). Mettant fin à une période de grande instabilité, celle connue par une Première République attaquée par des communards levantins sur sa gauche, et par les troupes carlistes sur sa droite, la Restauration entre après 1898 et la mort de ses deux grands artisans, Sagasta et Cánovas, dans une crise de régime marquée par l’instabilité gouvernementale chronique, une corruption électorale persistante malgré la conscience croissante des citoyens, la faiblesse du pouvoir civil, des revendications catégorielles, sociales et nationales ainsi que l’échec colonial au Maroc. L’armée espagnole intervient dans la politique, en matière économique (Commissions de mobilisation industrielle de 19164), législative (à partir de 1906, toute atteinte au Roi, à l’armée ou au drapeau tombe sous juridiction militaire5) et de sécurité intérieure (répression des mouvements sociaux). L’Espagne demeure officiellement neutre pendant la première guerre mondiale, mais c’est la Guerre du Maroc (1908-1925) qui détermina l’attitude des militaires en politique, que ce soit par l’expression de la frustration des métropolitains devant l’avancement des coloniaux ou par le souci du Général Primo de Rivera de couvrir les erreurs ayant mené au Désastre d’Anoual en août 1921, sous couvert de morale publique.

6Des points communs entre l’Espagne et l’Italie de 1922 apparaissent. Comme l’Italie, l’Espagne hérite d’un ancien empire à vocation universelle, et l’a perdu à force d’attaques de rivaux et à cause d’une incapacité propre à conserver sa domination. Devenue une puissance secondaire, exclue du partage colonial du xixe siècle, elle ne peut aspirer, comme l’Italie, qu’à un nouveau partage, mais sans les moyens économiques de l’Allemagne, nouveau joueur dans la partie impérialiste. Les deux pays connaissent une crise du régime monarchique qui ne parvient plus à faire tenir ensemble tous les morceaux de la nation. Sur le plan économique, les disparités entre régions de propriété foncière et régions industrielles constituent un autre point commun. Enfin, comme dans toute l’Europe, les organisations ouvrières se sont structurées et ont appris de leurs premières défaites des années 1890-1910.

7Dans ces conditions, qu’est-ce que l’opinion publique espagnole des années 1920 pouvait attendre de la marche sur Rome ? Au vu des points communs et de la situation de crise de régime qui semble insoluble, la marche sur Rome et la prise de pouvoir par Mussolini ont tout pour apparaître comme exemplaires. Mais une fois passée la séduction des premiers mois, on voit dans la presse que la nouveauté n’est pas soluble dans l’Espagne.

  • 6  La liste des articles du corpus, avec les critères de sélection des quotidiens, pour 1922-1929, es (...)
  • 7  Albert Carreras et Xavier Tafunell (éd.), Estadísticas históricas de España…, op. cit., p. 230.

8Pour appréhender l’empreinte de la marche sur Rome sur la presse espagnole, il a été procédé au dépouillement systématique d’une sélection de quotidiens d’opinion : le monarchiste ABC, le catholique El Debate, le conservateur La Epoca, le journal généraliste Heraldo de Madrid, le radical-socialiste La Libertad et le libéral El Sol 6. La presse se développe et se diffuse, parce que le lectorat s’étend : la population, analphabète à 57 % en 1900, ne l’est plus qu’à 29 % en 1930, malgré de fortes différences entre hommes et femmes, entre villes et campagnes. Au moment de la marche sur Rome, plus de deux tiers des hommes et de la moitié des femmes sont alphabétisées7. L’opinion publique s’est élargie, l’effervescence politique atteint toutes les classes, toutes les régions du pays. Cependant, dans les jours et les semaines qui suivent la marche sur Rome, l’actualité est dominée par le débat sur les responsabilités du Désastre d’Anoual, et il faut attendre le 28 octobre pour voir remonter l’événement en une des principaux quotidiens :

Illustration 1. Une de La Libertad, 27 novembre 1922, Madrid, BNE

Illustration 1. Une de La Libertad, 27 novembre 1922, Madrid, BNE

Illustration 2. Une de La Acción, 28 octobre 1922, Madrid, BNE

Illustration 3. Une de Heraldo de Madrid, 30 octobre 1922, Madrid, BNE

Éphémères émules

9L’attrait de la marche sur Rome ne va pas plus loin que le pronunciamiento du Général Miguel Primo de Rivera, le 13 septembre 1923. On le retrouve dans les opinions exprimées d’une part, dans des initiatives d’organisation d’autre part, par le biais de journaux ou de groupements.

  • 8  Álvaro Alcalá-Galiano, « El fascismo redentor », ABC, 7 mars 1923.

10L’état de désordre et de délitement de la crise de la Restauration facilite l’invocation, depuis plusieurs secteurs de l’opinion, d’une figure d’autorité pratiquant une action directe et efficace, du moins jusqu’à la prise de pouvoir par Primo de Rivera. On en appelle alors à un Mussolini espagnol, nouvel Hercule : « Félicitons, donc, Mussolini, pour ce nouveau coup de balai à gauche, destiné à nettoyer les écuries d’Augias, rétablissant l’ordre et la propreté dans le vaste édifice national »8, écrit le chroniqueur d’ABC, Álvaro Alcalá-Galiano, en écho aux propos immédiats de Rafael Sánchez Mazas qui, dans le même quotidien, flatte le « peuple » :

  • 9  « Esta noche de sábado, el pueblo de Roma – tan macerado ya en siglos de historia – ha tenido la l (...)

En cette nuit de samedi, le peuple de Rome – avec la si longue patine de siècles d’histoire – a eu la bonne idée de ne pas être populace et de donner un coup de pied chevaleresque à toutes les stupidités qu’on lui opposait9.

  • 10  Loi Ferrándiz de réorganisation de la Marine du 7 janvier 1908, incluant la dotation pour des chan (...)
  • 11  Dans Reconstitución y europeización de España. Programa para un partido nacional (1899), Joaquín C (...)
  • 12  La Acción, 18 novembre 1922.
  • 13  Archives Antonio Maura, Madrid, liasse 259, lettre de Gabriel Maura à son père Antonio Maura.

11Les « stupidités » renvoyaient au jeu politique parlementaire. L’Espagne cherche un homme fort, et certains le voient en Antonio Maura, cinq fois chef du Gouvernement, passé à la postérité comme assassin de Francisco Ferrer, mais artisan du nationalisme économique espagnol à travers notamment la reconstitution de la puissance navale10. C’est ce politique majorquin qui avait défendu en 1902 la « révolution depuis le Gouvernement » pour pallier les manquements de la Restauration11. En 1916, est fondé autour de lui un quotidien d’orientation clairement germanophile, La Acción, qui se montre le plus enthousiaste envers la marche sur Rome. Son directeur, Manuel Delgado Barreto, alias « Le Duc de G. », célèbre le rejet des « politiques de profession »12. En 1923, il fut question que le vieux chef Antonio Maura assume la conduite du pays sous forme de dictature temporaire13, ce qui transparaît dans la presse et même dans le roman populaire :

  • 14  « Pero, aun dentro de la complacencia, o si se quiere agrado, hubo un hondo malestar, una picante (...)

Il y eut un profond malaise, une amère contrariété, due au fait que l’enfant du fidèle amoureux de la République – selon son acception la plus bourgeoise – revint à la maison avec un portrait de don Antonio Maura et un autre de Mussolini, l’homme aux chemises noires, comme encadrant son diplôme14.

12Dans le cercle des mauristes, se trouvent Pedro Delgado Barreto et Santos Ecay. Avec le fondateur de la Confédération Patronale espagnole, Tomas Benet, ils promeuvent, le 16 décembre 1922, la parution du seul numéro connu de la revue La Camisa Negra, à la présentation soignée et au format maniable, qui prétend se placer à égale distance des « grandes entreprises » et de la « peste révolutionnaire ». Elle propose le « témoignage » d’un ouvrier revenu des syndicats rouges pour rentrer dans le bon troupeau des syndicats patronaux. En quatrième de couverture, un portrait de Mussolini accompagne l’article non signé « El fascismo en el poder. Economía. Trabajo. Disciplina ».

13Le lendemain, 17 décembre, paraît le premier numéro du quotidien dirigé par Ramón Martínez de la Riva, La Palabra. S’il consacre un article à l’Italie, c’est en termes bien moins élogieux que La Acción. Mussolini y apparaît comme un homme réaliste en matière économique et garant de la paix sociale :

  • 15  « En Italia la situación interior aparece hasta ahora envuelta en las nubes de polvo que levantaro (...)

Jusqu’à maintenant, la situation intérieure en Italie apparaît prise dans les nuages de poussière soulevés par les armées à la chemise noire, mais, mis à part les éléments subversifs, qui, craignant l’action énergique des fascistes, n’osent pas sortir au grand jour, le conflit entre le Sud agraire et le Nord industriel est latent. Il faut avoir présent à l’esprit qu’avant que n’éclate la crise du gouvernement Facta, on avait l’intention d’établir en Italie le « pain de guerre » pour réduire le plus possible la charge financière qu’auraient représenté l’importation de blé américain et la régulation du prix du pain. Et pour que le peuple italien ne croie pas que Mussolini va rééditer le miracle de la multiplication des pains et des poissons, le principal organe fasciste Il popolo d’Italia dit clairement : « L’an prochain nous ne serons, ne pourrons pas être heureux. Une politique de restriction, d’économie, de discipline laborieuses s’impose »15.

14Ce quotidien propose une régénération de la puissance impériale, prône l’amour de la patrie par des « citoyens honnêtes », le mot « citoyens » renvoyant aux « unions citoyennes » de défense de la propriété privée contre les offensives ouvrières. Leur programme est plus à la croisée des courants traditionnels à l’œuvre en Espagne :

  • 16  « Justicia para todo el mundo. – Honestidad administrativa. – Amor a la Patria única. – Cerrar vir (...)

Justice pour tout le monde. – Honnêteté administrative. – Amour de la seule patrie. – Affronter virilement, implacablement, avec ténacité, envers et contre tout, absolument tout, les ennemis de la patrie, de sa constitution et de ses institutions. Faire idéal patriotique pour défendre nos droits dans le monde, en reconstruisant largement la prépondérance de la race hispanique16.

  • 17  Le programme est résumé dans Heraldo de Madrid, 24 mars 1923, « Ya tenemos fascismo en España ! So (...)
  • 18  « España no morirá. Manifiesto de “La Traza” », El Sol, 7 juillet 1923.

15Au printemps 1923, au sein de cercles militaires et catholiques, se crée un éphémère mouvement, La Traza, que la presse interprète comme une version du fascisme espagnol. Il publie deux manifestes : le premier17, le 23 mars, puis « L’Espagne ne mourra pas » le 6 juillet. Dans ce dernier texte, les auteurs rendent les hommes politiques responsables de tous les maux de l’Espagne avant d’énumérer l’ensemble des catégories lésées par leur action : paysans, instituteurs, artisans, ouvriers, prêtres, tout en défendant une unité nationale abstraite, se prétendant par-dessus les divisions politiques pour mieux nier le régime des partis sur un ton dramatique ; « des idées ou sentiments monarchistes ou républicains, démocrates ou aristocrates, pour telle ou telle tendance sociale, partisans de tel ou tel procédé, toujours funestes, tout cela n’est rien, rien, au regard de l’urgence absolue de sauver la patrie tombée dans l’abîme ». L’objectif est d’ériger sur les ruines de l’Espagne « l’inexpugnable forteresse de notre reconquête où flotte le drapeau de nos gloires légendaires »18. La question de la restauration d’un prestige impérial est au centre de ce programme, mais la dimension proprement fasciste est absente.

  • 19  Claudio Venza, « El consulado italiano de Barcelona y la comunidad italiana en los inicios del fas (...)
  • 20  Albert Carreras et Xavier Tafunell (dir.), Estadísticas históricas de España…, op. cit., p. 1143.

16C’est dans la province industrielle de Catalogne que la solution fasciste intéresse le plus, pour au moins deux raisons : la présence d’agents italiens via la Casa degli Italiani de Barcelone19, et surtout la présence d’un mouvement ouvrier nombreux, organisé, et revendicatif : pour la période 1910-1923, Barcelone concentre 55 % des grèves dans l’industrie et 50 % des grévistes, contre, respectivement, 10 et 15 % pour Madrid20. Le patronat barcelonais n’hésite pas à prendre des mesures radicales comme le lock-out, le recours à la troupe ou l’élimination physique de dirigeants par des tueurs à gages, notamment entre 1919 et 1921, tandis que les tireurs anarchistes leur rendent coup pour coup. Dès le mois de décembre 1922, le fondateur de la Confédération Patronale espagnole, Tomás Benet, et le président de la Fédération Patronale de Barcelone, Félix Graupera, appellent à suivre l’exemple fasciste, rapporte Heraldo de Madrid le 19 :

[Monsieur Graupera] a cité l’exemple de l’Italie, et a dit que si les patrons veulent suivre cet exemple il ne manquera pas de chef pour les diriger. […]

  • 21  « [el Sr. Graupera] citó el ejemplo de Italia, y dijo que si los patronos quieren seguir este ejem (...)

[Monsieur Benet] a proposé que les patrons d’Espagne organisent une chose semblable, utilisant leurs puissantes associations21.

  • 22  Fernando del Rey Reguillo, Propietarios y patronos (La política de las organizaciones económicas e (...)
  • 23  Didier Musiedlak, La marche sur Rome : entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses (...)

17Dans cette région a survécu une formation médiévale de défense de la propriété privée, initialement contre les abus seigneuriaux dans la Couronne d’Aragon, le somatén (contraction de « som atent », « nous sommes vigilants »). Au plus fort de la protestation ouvrière, ces groupes réorientent la défense de la propriété privée contre les grévistes. Leur caractère civil fait que certains y voient la possibilité d’un fascisme espagnol. Leur nombre ne dépasse pas les 6 000, et lorsqu’en septembre 1923 le Général Primo de Rivera les étend à toute l’Espagne, c’est un échec. Il en est de même avec les unions civiques et unions citoyennes, plus présentes à Madrid, qui comptent environ 20 000 personnes mais ne seront jamais la base de milices fascistes autochtones22. Une fois les grèves retombées, à partir de 1922 ; une fois les dirigeants mis hors de combat par l’assassinat, l’emprisonnement ou l’exil, leur rôle retombe dans l’oubli. Lors de la marche sur Rome, les fascistes n’étaient en réalité que 19 50023, mais avaient une stratégie de conquête du pouvoir, tandis que les somatenes catalans étaient limités à quelques provinces et se contentaient d’une posture réactive, de supplétifs de l’armée dans le rôle de maintien de l’ordre. Plus tard, l’exemplarité portera sur des mesures précises, des plus superficielles comme l’interdiction du jeu aux réformes de la constitution et du Parlement ou l’installation du système corporatiste autour de 1927.

18En 1923, il n’y a, une fois de plus, que l’armée pour incarner l’unité de la nation. Mais elle ne repose ni sur un parti unique ni sur des milices civiles. La tentative de création d’un parti unique, la Unión Patriótica en 1925, assortie d’un quotidien, La Nación, où le dictateur faisait paraître des « notes officieuses », se solde par un échec.

Exemplarité auprès des tendances de gauche

  • 24  Manuelle Peloille, « Un tour de passe-passe notionnel : antifascisme et anticommunisme », dans col (...)

19Toutes les tendances partagent le constat de la non viabilité du régime de la Restauration. Quand Primo de Rivera passe à l’action, aucune réaction ne se produit, parce que le travail de répression est accompli entre 1917 et 1922 et que l’unité des organisations populaires est brisée. Un autre élément est la peur que suscitent les mouvements révolutionnaires, qu’ils soient anarchistes, ou communistes. En Espagne, ces derniers organisent, dans les années 1917-1922, parallèlement aux réformistes du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), la majeure partie du mouvement ouvrier industriel et paysan. La Révolution de 1917 aboutit bien à une fraction communiste issue du PSOE, mais jusqu’à 1934, elle est réellement insignifiante en nombre et en capacité organisationnelle. Cette crainte est un élément déterminant de l’appréciation du fascisme à gauche24.

  • 25  Gabriel Alomar, El Futurisme, Barcelone, Typ. L’Avenç, 1905. Conférence lue à l’Athénée de Barcelo (...)

20Dans la première année suivant la marche sur Rome, seul un intellectuel en parle en termes de coup d’État : le créateur du futurisme25 Gabriel Alomar :

  • 26  « Italia acaba de sufrir un golpe de Estado. Ya pueden esforzarse sus políticos dinásticos en pres (...)

L’Italie vient de subir un coup d’État. Ses hommes politiques de la monarchie peuvent bien s’évertuer à présenter la solution de la crise récente comme parfaitement constitutionnelle, il n’en est rien. La montée au pouvoir des fascistes résulte d’un acte de force, d’un assaut, non de l’expression libre et nette de la volonté populaire. Le fascisme n’était pas, en réalité, un parti. C’était une faction. S’il avait eu une confiance absolue en ses forces spirituelles, il n’aurait pas eu recours à son organisation militaire, à cette coercition criminelle, à ces actes de barbarie26.

21La réception connaît trois phases suivant l’évolution de l’Italie. De 1922 à 1924, Mussolini est sous-estimé, on le voit comme un Cincinnatus qui rendra le pouvoir une fois purgée et moralisée la vie politique. La violence, qui était pourtant connue, est vue comme une maladie de jeunesse de l’Italie. Dans la presse libérale, on a confiance dans la capacité des libéraux italiens à renverser le chef fasciste.

  • 27  « Como liberales, en el humano e inasible sentido de la expresión, queremos nosotros enfocar la at (...)

En tant que libéraux, au sens humain et insaisissable de l’expression, nous tenons à mettre en lumière l’attrayante expérience italienne, qui exige de par sa complexité une attention continue. Que les Espagnols n’oublient pas cela : l’Italie est actuellement un vivier de possibilités ; observons-la depuis cette Espagne d’avant le chaos. L’Italie, malgré son agitation, aspire à la clarté, qui a toujours été une vertu spécifiquement latine ; si les frères de race assistent à son éveil, peut-être que la lumière qui un jour illuminera leurs esprits éclairera un peu ces vieilles terres d’Espagne, déjà entrée dans une période sombre, peut-être sans espoir de réactions salvatrices27.

  • 28  « Italia, donde se ha producido con el advenimiento del fascismo una política de retroceso, ha exi (...)

L’Italie, où, avec l’avènement du fascisme, s’est opérée une politique de retour en arrière, a exigé, sans nécessité d’articuler l’exigence par des mots, le respect de tous ses droits. Mussolini, lors de ce voyage triomphal à travers l’Italie qu’il réalise au bout d’un an de pouvoir, rappelle dans tous ses discours que pas une seule liberté de celles gravées dans la Constitution n’a été supprimée28.

22Mussolini avance masqué. Cette confusion de l’opinion éclairée n’a donc rien d’étonnant. Mais quand il dissout l’Assemblée en décembre 1923, puis forme une liste de membres du Parti fasciste (Listone), promeut la Loi électorale donnant la majorité au premier parti obtenant 25 % des voix, de timides alarmes sonnent, mais sont étouffées par des justifications de la politique de Mussolini :

  • 29  « Finalmente, citaremos una frase monstruosa de Mussolini. Hablando de normalización y de que esta (...)

Enfin, nous citerons une phrase monstrueuse de Mussolini. Parlant de normalisation et de ce que cette normalisation peut supposer de critique, de révision, de libération de la parole des oppositions, de mise en accusation du régime actuel, Mussolini refuse aux Italiens d’aujourd’hui le droit à tout contrôle, à tout jugement, et invente cette phrase : « Le régime fasciste ne se laisse juger que par l’Histoire »29.

23La seule voix dissonante est celle de l’écrivain José Plá, chroniqueur à l’esprit indépendant, actif dans les cercles catalanistes et correspondant en Italie pour La Veu de Catalunya :

Une des choses les plus discutables du fascisme a été la suppression violente de la critique indépendante. L’Avanti ! est détruit. Les journaux de Rome proches de Nitti ne peuvent pas paraître. Nombre de directeurs de journaux populaires [du Parti Populaire Italien, catholique, N.D.A.] et socialistes, sous la contrainte des pistolets fascistes, ont dû signer un papier conçu à peu de chose près en ces termes :

« Je jure sur mon honneur de ne plus rien écrire dans le journal immonde et anti-italien que j’ai dirigé jusqu’à maintenant ». Signature.

  • 30  « Una de las cosas más discutibles que ha hecho el fascismo ha sido suprimirse la crítica independ (...)

Toute cette dimension grotesque et vorace du fascisme démontre avec une clarté absolue que désormais en Italie le seul gouvernement est celui du gourdin, que les fascistes appellent le « manganello »30.

24L’assassinat de Matteotti ne marque pas le point d’inflexion que notre regard actuel pourrait attendre ; l’optimisme domine toujours, selon le raisonnement suivant : la dictature est une épreuve pour la démocratie, qui va en ressortir plus forte. C’est le cheminement de Luis de Zulueta, dans l’article « El Tercer acto », publié dans La Libertad du 11 juillet 1924, où il décrit l’évolution du fascisme comme une pièce en trois actes : acte I, étape révolutionnaire ; acte II, étape réactionnaire ; acte III, libéralisme épuré par le feu autoritaire. Dans le même sens, un éditorial d’El Sol affirme que l’assassinat de Matteotti va obliger Mussolini à transiger avec les oppositions :

  • 31  « Mussolini siente, en el mismo momento en que todo le invita al despotismo, la necesidad de la co (...)

Mussolini ressent, au moment même où tout l’invite au despotisme, la nécessité de la collaboration générale, […] qui consiste dans le jeu parlementaire, l’extériorisation de l’opinion par la presse, la lutte normale des partis, libres de s’associer ou de se réunir. On pourra objecter que Mussolini n’est pas sincère. […] L’essentiel est que Mussolini se voie dans la nécessité de transiger avec les libéraux italiens, et d’ouvrir, par conséquent, la porte à la voix des oppositions. [La suite est censurée]31.

25Il faut attendre le discours du 3 janvier 1925, quand Mussolini tombe le masque en déclarant que jamais la normalité constitutionnelle ne reviendrait, pour que les yeux se dessillent quant aux intentions des conducteurs de la marche sur Rome. La Réforme de la Constitution et les Lois fascistissimes postérieures confirmeront la prise de conscience :

  • 32  « Mussolini marcha sobre Roma, llama al Quirinal y obtiene el mando. Sus juicios más despectivos v (...)

Mussolini marche sur Rome, appelle le Quirinal et obtient le commandement. Ses jugements les plus méprisants sont dirigés contre le Parlement, qu’il raille, humilie et répudie, dressé sur son propre siège de chef du gouvernement. Il le ferme et instaure sa dictature32.

  • 33  « La Constitución italiana ha dejado de ser, en realidad, una Constitución. […] La nueva Constituc (...)

La Constitution italienne a cessé d’être, en réalité une Constitution. […]
La nouvelle Constitution n’est rien d’autre que la fixation par écrit des pratiques fascistes traditionnelles.
La réforme fasciste légalise – si on peut appeler légaliser le fait de rédiger un texte articulé – l’extirpation de l’opposition qui jusqu’à maintenant était pratiquée de fait, sans aucune forme institutionnelle33.

Le fascisme n’est pas soluble dans l’Espagne

  • 34  Comte de Romanonès, extrait d’un entretien à Il Popolo d’Italia, retranscrit par ABC, 30 mars 1923 (...)

Moi qui ai été un admirateur de la marche des fascistes sur Rome et de la façon dont ils sont montés au pouvoir, sans excès, sans troubles, je ne fais pas partie de ceux qui croient qu’on peut copier ce mouvement, de la même façon qu’il n’est pas possible non plus de copier le libéralisme anglais. Je crois, cependant, qu’on doit utiliser tous les enseignements que nous offre le fascisme, mais avec méthode et en prenant en compte les circonstances différentes qui nous entourent. Provoquer le fascisme en Espagne est, à mon avis, inutile, parce que, avant tout, il nous manque un Mussolini et nous ne sommes pas un pays à même d’entretenir ces cent mille chemises noires34.

  • 35  « Mussolini será ciertamente el político más original e interesante de esta hora. Su revolución y (...)

26Dans ces propos, Álvaro de Figueroa, Comte de Romanonès, grand propriétaire foncier, industriel, trois fois chef du Gouvernement pour le Parti Libéral, idéalise la marche mais indique clairement l’impossibilité d’une imitation d’un mouvement en devenir, comme l’écrivain Rafael Sánchez Mazas, pro-fasciste de la première heure, au même moment : « Mussolini est certainement le politique le plus original et le plus intéressant de l’heure actuelle. Sa révolution et sa dictature sont un modèle. Mais pour l’Italie »35. Il n’y a ni masses à l’appui de structures pouvant s’apparenter à des faisceaux (unions citoyennes, unions civiques, somatenes), aucun homme d’État providentiel n’a émergé, et surtout, il existe deux corps, l’Église et l’armée, qui prennent en charge le maintien de l’ordre social. Si l’armée ne se modernise pas, des pans du clergé espagnol modernisent le catholicisme social du xixe siècle pour l’adapter à la nouvelle donne politique.

  • 36  Voir supra, note 5.
  • 37  Elena San Román, Ejército e industria : el nacimiento del INI, Barcelone, Crítica, 1999. L’INI esp (...)

27L’armée intervient en politique depuis le xixe siècle, au service des régimes monarchiques, en renversant les gouvernements pour leur en substituer un autre. Le pronunciamiento de Primo de Rivera s’inscrit dans cette logique, à la différence de celui de Franco qui modifie toute la structure de l’État espagnol. Après 25 ans d’éloignement du pouvoir par la résolution de Cánovas, elle réapparaît dans la vie politique en faisant pression sur le législateur, comme en 1906 avec la Loi des juridictions 36. Mais ce que l’on sait moins, c’est que l’armée espagnole intervient dans l’économie, de 1916 à 1963. Bien que le pays demeure officiellement neutre, des commissions de mobilisation industrielles sont créées, avec un double rôle : enquêter sur les capacités économiques et planifier un développement en fonction des impératifs militaires. L’économie franquiste, à travers son Institut National de l’Industrie, en est l’héritière plus que de l’Istituto per la Ricostruzione Italiana (IRI)37. Le poids de l’armée est tel que la constitution de milices civiles représente un obstacle insurmontable à l’adaptation du fascisme. C’est ce qui interpelle un attaché militaire espagnol deux ans après la marche :

  • 38  « Todo el mundo reconoce que el Fascismo y la Milicia aportaron a Italia la tranquilidad. Pero aho (...)

Tout le monde reconnaît que le fascisme et la milice ont apporté la tranquillité à l’Italie. Mais maintenant, chaque jour qui passe voit s’intensifier l’idée qu’une fois accomplie la mission qui en a été à l’origine, la Milice aurait dû être dissoute. […] La milice ne peut pas être supprimée parce que les miliciens refuseraient. Ils sont en outre la force de Mussolini, mais la force morale, que Mussolini non seulement n’utilise pas et qui en pratique ne sert qu’à lui causer des complications croissantes dont il ne sort qu’à force de tact et de talent38.

28L’Église espagnole n’est pas un monolithe : elle porte, comme dans le reste de l’Europe, une tendance hostile à tout changement social, adoptant une tactique frontale, celle de Franco au cours de ce qu’il appela sa « croisade ». Mais il en est une autre, bien plus pénétrante, celle de l’Association Catholique de Propagandistes (ACdP) et de son organe de presse, El Debate. Son objet est de faire revenir les élites, à l’époque fortement influencées par le rejet de l’emprise ecclésiastique sur l’éducation de l’Institución Libre de Enseñanza, dans le giron de la foi catholique, en utilisant des techniques modernes. El Debate fonde la première école de journalisme en Espagne et revendique l’application de méthodes nord--américaines de communication. Ce quotidien, bien qu’en accord sur la nécessité de contenir les mouvements populaires, prend très tôt ses distances avec le fascisme. D’abord parce que son éditorialiste estime que le rôle des organisations catholiques et du PPI dans la contention des mouvements révolutionnaires de 1919 n’a pas été reconnu à sa juste valeur :

  • 39  « El primer empuje de las organizaciones socialistas y bolcheviques en Italia fue detenido por los (...)

La première poussée des organisations socialistes et bolcheviques en Italie fut arrêtée par les syndicats ouvriers – Unions professionnelles – et les associations agrariennes des catholiques ; et dans l’échec définitif de la célèbre grève générale décrétée par les socialistes, ceux qui firent du bruit et des belles phrases furent les fascistes ; mais ceux qui ont supporté le poids principal de la lutte furent les ouvriers des organisations catholiques39.

  • 40  « No se trataba de coadyuvar en una obra de partido, sino en una obra nacional. La adhesión era a (...)

29Ensuite, le Parti Populaire Italien (PPI) a été évincé en avril 1923 du Gouvernement et du jeu politique : « Il ne s’agissait pas de participer à une œuvre de parti, mais à une œuvre nationale. L’adhésion fut à Mussolini, chef de gouvernement, non au chef du fascisme »40. Les catholiques sont aussi lésés en matière de liberté de presse et d’enseignement, ce qui cause plus tard un rejet dans le quotidien catholique :

  • 41  « La Universidad era el único lugar que seguía ofreciendo derecho de asilo al pensamiento no fasci (...)

L’université était l’unique lieu qui continuait à offrir le droit d’asile à la pensée qui n’était pas fasciste, soit suivant une orientation chrétienne, soit selon l’orientation libérale41.

  • 42  « No negaremos nosotros que las atribuciones que [el nuevo reglamento] pone en manos de un Gobiern (...)

Nous ne nierons pas que les attributions que [le nouveau règlement] met entre les mains d’un gouvernement peuvent être une arme à double tranchant. Elles sont idéales pour éradiquer les excès de la presse, mais elles le sont tout autant pour en finir, au nom de ce prétexte, avec le droit de critique qui appartient aux journaux42.

  • 43  « La prohibición es imprudente, rechazable. No es justo impedir que dirija un periódico una person (...)

La prohibition est imprudente, condamnable. Il n’est pas juste d’empêcher qu’un journal soit dirigé par une personne digne et apte, qui a pu subir deux condamnations pour des délits légers ou des écrits43.

30Enfin, la divinisation de la patrie dans un catéchisme fasciste de 1926 est un casus belli :

  • 44  « La patria es un ideal noble y grande : siempre lo ha mantenido y enseñado la Iglesia. Pero cuand (...)

La patrie est un idéal noble et grand, l’Église l’a toujours soutenu et enseigné. Mais quand on l’élève à la catégorie de divinité, au sens propre et transcendant du terme, l’Église ne peut naturellement pas se taire ; les autres nations feront bien de s’armer44.

31La marche sur Rome est mise en parallèle avec la marche de Garibaldi, avec les chemises colorées en signe de ralliement ; le fascisme serait, selon la presse espagnole, l’héritier du Risorgimento, et en même temps révélateur de ses failles, d’une supposée immaturité du jeune pays en matière de démocratie libérale. Mais l’existence de l’Italie en tant que formation unitaire apparaît bien plus récente. L’Espagne se considère à l’époque comme une nation plus ancienne, que l’on fait remonter soit à la fin de la Reconquête soit à la Guerre d’indépendance contre Napoléon au début du xixe siècle. Que l’on soit libéral ou traditionaliste, on constate une perte de puissance, ce qui fait dire au futur fondateur de la Journée du livre en Espagne, Vicente Clavel :

  • 45  « España tiene también su irredentismo, el irredentismo de su propia nacionalidad, sojuzgada por e (...)

L’Espagne a elle aussi son irrédentisme, l’irrédentisme de sa propre nationalité, sous le joug d’éléments qui ne lui sont pas étrangers, ceux-là même qui menèrent des milliers de soldats à une mort honteuse sur les terres africaines et plusieurs centaines à la dure captivité imposée par Abd-el-Krim, et qu’il faut balayer pour toujours de la vie publique, pour l’honneur de l’Espagne et pour notre grandeur à venir45.

  • 46  Rubén Domínguez Méndez, « Francia en el horizonte. La política de aproximación italiana a la Españ (...)

32Le bellicisme de Mussolini, affiché dès les premiers mois de 1923, avec l’incursion à Corfou, l’approche de Tanger, les ambitions méditerranéennes et la tentative d’exploitation de la colonie italienne en Argentine, font apparaître l’Italie comme une rivale dans la lutte des seconds couteaux, alors même que les deux nations avaient un intérêt commun contre la France46 :

  • 47  « En cualquier caso conviene no perder de vista la actividad italiana y recordar que en más de una (...)

Quoi qu’il en soit, il convient de ne pas perdre de vue l’activité italienne et de rappeler que plus d’une fois il fallut demander que l’Espagne, nation méditerranéenne, suive de près ce que l’Italie pense et demande, puisque, à son caractère de sœur latine, elle ajoute des intérêts communs dans le « Mare nostrum », qui peuvent entrer en conflit avec ceux de l’Espagne47.

  • 48  « El fascismo está realizando su revolución y uno de los capítulos de este programa se refiere a l (...)

Le fascisme est en train de réaliser sa révolution et l’un des chapitres de ce programme a trait aux relations de l’Italie avec l’Amérique espagnole. Ces relations sont en train de s’intensifier dans tous les secteurs sous forme de missions commerciales et artistiques, dans les traités en cours d’élaboration ; sous forme de propagande de l’Italie en Amérique, etc.48.

Illustration 4. « Qui tue par le fer… Les Ambassadeurs appliquent à Mussolini le procédé éprouvé de l’huile de ricin pour l’aider à évacuer Corfou », dessin de Luis Bagaría, El Sol, 12 septembre 1923, Madrid, BNE

Illustration 4. « Qui tue par le fer… Les Ambassadeurs appliquent à Mussolini le procédé éprouvé de l’huile de ricin pour l’aider à évacuer Corfou », dessin de Luis Bagaría, El Sol, 12 septembre 1923, Madrid, BNE

33Enfin, si le fascisme n’est pas soluble dans l’Espagne, c’est que les personnages pressentis pour incarner l’homme providentiel (le général Aguilera, Antonio Maura) étaient loin d’incarner la jeunesse d’un Mussolini. Et l’Espagne a sa propre figure individuelle, le « chirurgien de fer ». L’Allemagne avait son « chancelier de fer », l’Espagne ajoute la dimension organique. Le « chirurgien de fer », expression forgée par le penseur Joaquín Costa, est initialement l’homme qui extirpe la fonction de corps intermédiaire du notable (cacique) dont l’entremise entre le peuple souverain et le Gouvernement, nécessaire au début du xixe siècle, est devenue intolérable car elle brise le lien de commission rousseauiste entre le Souverain et le Gouvernement. Cette thèse, il la défend dans le traité Oligarchie et caciquisme comme la forme actuelle de Gouvernement en Espagne (1901), issu d’une enquête auprès des membres de l’Athénée de Madrid. Sa postérité est immense dans le discours politique jusqu’au début des années vingt :

  • 49  Joaquín Costa, Oligarquía y caciquismo como la forma actual de Gobierno en España (1901), chapitre (...)

Cette politique chirurgicale, je le répète, doit être personnellement à la charge d’un chirurgien de fer, qui connaisse bien l’anatomie du peuple espagnol, et sente pour lui une compassion infinie, la même qui inspira les actes du comte d’Aranda voici un siècle et six lustres ; qui ait la force et la valeur d’un héros, et plus encore que du courage, pourrions-nous dire, quelque chose dans le ventre, de la rage, pour tenir en respect ces essaims d’ignobles personnages qui vivent de la mort qu’ils infligent aux autres ; qui ressente un élan de rage désespérée pour avoir une patrie et se jette, en créateur de peuples, dans l’improvisation ; qui possède cette faculté de s’indigner devant l’injustice qui fit bondir Isabelle la Catholique de chez elle pour ne pas y retourner tant qu’elle n’avait pas fait naître du chaos du féodalisme une nation moderne, la première et la plus grande d’Europe […]49.

34Les relais du fascisme, y compris les plus fervents, comme Rafael Sánchez Mazas qui, durant son séjour en Italie, envoya des centaines de correspondances au quotidien ABC, se heurtent à des spécificités nationales et à une situation de concurrence entre puissances exclues du grand partage mondial.

Conclusion

35L’Italie apparaît comme une solution originale, difficile à définir, dans la crise de l’après-guerre, mais parmi d’autres, comme celles que proposent les droites française ou portugaise à la même époque. Les années 1920 sont un laboratoire où vont se retrouver courants corporatistes et catholiques, mouvements agrariens, nationalisme révolutionnaire, fascisme. Il faut attendre une dizaine d’années pour voir se former en Espagne des éléments d’organisation proprement fascistes : le bimensuel La Conquista del Estado de Ramiro Ledesma Ramos à partir de 1931, qui fournit la doctrine, et la Phalange de José Antonio Primo de Rivera deux ans plus tard. Mais dès 1937, ces courants vont être dissouts au sein d’un mouvement avant tout prétorien et catholique. L’empreinte de l’armée et du clergé, tant dans l’économie que dans l’ordre social et la politique, était trop forte pour laisser se développer et s’implanter le modèle mussolinien en mouvement.

Haut de page

Notes

1  Sur le nationalisme économique espagnol, qui suit une phase libre-échangiste jusqu’aux mesures protectionnistes de 1890, on trouve, parmi les travaux des cinquante dernières années, les études de José Luis García Delgado, Orígenes y desarrollo de la sociedad capitalista en España, Madrid, Confederación española de Cajas de Ahorro, 1973 ; Pablo Martín Aceña et Francisco Comín Comín, INI, 50 años de industrialización en España, Madrid, Espasa-Calpe, 1991 ; Juan Muñoz, Santiago Roldán et Ángel Serrano, « La involución nacionalista y la vertebración del capitalismo español », Cuadernos económicos del ICE, no 5, 1978, p. 13-221 ; les trois ouvrages de Leandro Prados de la Escosura, De imperio a nación. Crecimiento y atraso económico en España (1780-1930), Madrid, Alianza, 1988 ; El progreso económico de España (1850-2000), Bilbao, Fundación BBVA, 2003 et Spanish Economic Growth, 1850-2015, Londres, Palgrave, 2017 ; Elena San Román, Ejército e industria : el nacimiento del INI, Barcelone, Crítica, 1999.

2  Albert Carreras et Xavier Tafunell (dir.), Estadísticas históricas de España. Siglos xix-xx, Bilbao, Fondation BBVA, 2005, p. 484 et 488.

3  Outre les tomes II et III du classique ouvrage dirigé par Jacques Droz, Histoire générale du socialisme, Paris, PUF, 1974 et 1977, qui contient les études de Pierre Vilar dépassant l’objet du socialisme au sens étroit du terme (« Le socialisme espagnol des origines à 1917 » et « Le socialisme en Espagne (1917-1945) », chap. 6, p. 279-320 et tome III, chap. 9, p. 421-464), le lecteur pourra commencer par consulter l’ouvrage définitif de Gerald Meaker, The Revolutionary Left in Spain, 1914-1923, Stanford, Stanford University Press, 1974.

4  Elena San Román, « Las consecuencias pacíficas de la Gran Guerra : la movilización industrial », Hispania, vol. LIV/2, no 187, 1994, p. 611-658.

5  Cette loi, connue sous le nom de « Loi des juridictions » du 15 avril 1906, en vigueur de 1906 à 1931, est la Ley para la represión de los delitos contra la Patria y el Ejército, Gaceta de Madrid, no 114, 24 avril 1906, p. 317-318.

6  La liste des articles du corpus, avec les critères de sélection des quotidiens, pour 1922-1929, est disponible en ligne : Manuelle Peloille, « Recensement des articles d’opinion sur l’Italie fasciste, dans les quotidiens espagnols : ABC, El Debate, La Época, Heraldo de Madrid, La Libertad et El Sol, du 25 octobre 1922 au 28 février 1929 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, no 5, 2009 [https://journals.openedition.org/ccec/3168]. Nous avions fait le choix de ne pas retenir la presse de parti ou d’organisation, comme El Socialista ou Solidaridad Obrera. D’autre part, tous les essais sur l’Italie publiés de 1922 à 1930 ont été examinés, ainsi que les fonds d’archives du ministère des Affaires étrangères, les Archives Nationales, les Archives du Palais Royal. La liste complète des sources figure dans Manuelle Peloille, Positionnement politique en temps de crise. La réception du fascisme italien en Espagne 1922-1930, Uzès, Inclinaison, 2015, p. 427-435. En 2019, Ricardo Zugasti, sur la base d’un dépouillement du 28 octobre au 15 novembre, présente un survol des positionnements quotidien par quotidien : « La prensa española ante la Marcha sobre Roma : entre el entusiasmo y la hostilidad hacia el fascismo », Revista internacional de Historia de la Comunicación, no 13, p. 158-185.

7  Albert Carreras et Xavier Tafunell (éd.), Estadísticas históricas de España…, op. cit., p. 230.

8  Álvaro Alcalá-Galiano, « El fascismo redentor », ABC, 7 mars 1923.

9  « Esta noche de sábado, el pueblo de Roma – tan macerado ya en siglos de historia – ha tenido la linda ocurrencia de no ser populacho y de pegar una patada caballeresca a todas las estupideces que se le oponían », Rafael Sánchez Mazas, « La revolución a paso gentil », ABC, 3 novembre 1922.

10  Loi Ferrándiz de réorganisation de la Marine du 7 janvier 1908, incluant la dotation pour des chantiers navals : Ley reformando los Institutos, organismo y servicios de la Marina, y la creación, dentro de los recursos disponibles, de nuevos elementos de fuerzas que son materia de la presente ley, Gaceta de Madrid, no 8, 8 janvier 1908, p. 89-91.

11  Dans Reconstitución y europeización de España. Programa para un partido nacional (1899), Joaquín Costa prône une « révolution depuis le pouvoir », dont une variante est la « révolution depuis le Gouvernement » : Antonio Maura, « Discurso pronunciado en el mitin de Valladolid, celebrado el 18 de enero de 1902 », dans José Ruiz-Castillo Franco (dir.), Antonio Maura, treinta y cinco años de vida pública. Ideas políticas, doctrinas de gobierno y campañas parlamentarias, Madrid, Biblioteca Nueva, 1953, p. 230.

12  La Acción, 18 novembre 1922.

13  Archives Antonio Maura, Madrid, liasse 259, lettre de Gabriel Maura à son père Antonio Maura.

14  « Pero, aun dentro de la complacencia, o si se quiere agrado, hubo un hondo malestar, una picante desazón, debida a que el niño del siempre amante de la república – en su acepción más burguesa – vino al hogar, como dando escolta al título, con un retrato de D. Antonio Maura y otro de Mussolini, el de las camisas negras », Fernando Mora, Soy del Racing, Madrid, La Novela de Hoy, 75, 19 octobre 1923, p. 6.

15  « En Italia la situación interior aparece hasta ahora envuelta en las nubes de polvo que levantaron los ejércitos de la camisa negra, pero dejando aparte los elementos subversivos, que temiendo la acción enérgica de los fascistas no se atreven a salir a la luz del día, el conflicto entre el Sur agrario y el Norte industrial es latente. Hay que tener presente que antes de surgir la crisis del Gobierno Facta, había intención de establecer en Italia el “pan de guerra” para reducir en lo posible la carga financiera que la importación de trigo americano y la regulación del precio de pan hubiera significado. Y para que el pueblo italiano no crea que Mussolini va a repetir el milagro de los panes y los peces, el principal órgano fascista Il Popolo d’Italia dice claramente : “Il prossimi anni non saranno, non potranno essere allegri. Una politica di restrizzione, di economia, di disciplina laboriosa si impone” », Anonyme, « La situación en los países europeos », La Palabra, no 1, 17 décembre 1922.

16  « Justicia para todo el mundo. – Honestidad administrativa. – Amor a la Patria única. – Cerrar virilmente, implacablemente, tenazmente, arrostrando todo, todo en absoluto, contra los enemigos de la Patria, su Constitución y sus Instituciones. Hacer ideal patrio para defender nuestros derechos en el mundo, reconstruyendo ampliamente la preponderancia de la raza hispana », Anonyme, « -Nosotros », La Palabra, no 1, 17 décembre 1922.

17  Le programme est résumé dans Heraldo de Madrid, 24 mars 1923, « Ya tenemos fascismo en España ! Solo que se denomina “tracismo”. Qué dirá el General Aguilera ? » ; recueilli aussi dans le quotidien anarchiste Solidaridad Obrera du 13 avril 1923 et dans El Sol, 24, 25 et 29 mars 1923 ; voir aussi « Un manifiesto de los tracistas » Heraldo de Madrid, 13 avril 1923.

18  « España no morirá. Manifiesto de “La Traza” », El Sol, 7 juillet 1923.

19  Claudio Venza, « El consulado italiano de Barcelona y la comunidad italiana en los inicios del fascismo, 1923-1925 », Investigaciones históricas : Época moderna y contemporánea, no 17, 1997, p. 265-284 ; Bruno Fonda, La comunidad italiana de Barcelona a través de los documentos consulares y la prensa (1923-1936), thèse de doctorat soutenue en 1996 à l’Université de Trieste.

20  Albert Carreras et Xavier Tafunell (dir.), Estadísticas históricas de España…, op. cit., p. 1143.

21  « [el Sr. Graupera] citó el ejemplo de Italia, y dijo que si los patronos quieren seguir este ejemplo no faltarán caudillos que les dirijan. […] ; [el Sr. Benet] propuso que los patronos de España organicen algo parecido, aprovechando sus potentes agrupaciones », Anonyme, « El Sr. Benet propone que los patronos organicen el fascismo en España », Heraldo de Madrid, 19 décembre 1922.

22  Fernando del Rey Reguillo, Propietarios y patronos (La política de las organizaciones económicas en la España de la Restauración), Madrid, Ministerio de Trabajo y Seguridad Social, 1992, p. 808-818. L’auteur indique une sélection d’articles parus dans des revues d’organisations patronales : Anonyme, « Los obreros abandonan el socialismo », Producción, octobre 1922, p. 646 ; « Los sindicatos fascistas frente a los sindicatos rojos », Producción, novembre 1922, p. 712 ; « Crónica quincenal », El Eco Patronal, 15 novembre 1922, 15 janvier 1923 ; « Mussolini y los industriales italianos », Producción, mars 1923, p. 69-70 ; « El fascismo y su influencia en la vida económica », Producción, mai 1923, p. 133-134 ; « Un fascismo español ? », Revista política, parlamentaria y financiera, juin 1923, p. 179 ; José Barbastro, « Lecciones del fascismo. Ni violencias ni debilidades », La Industria nacional, 30 novembre 1922 et « La situación internacional », Vida Marítima, 15 avril 1923 ; Salvador Canals, « Mirando al mundo », Vida Marítima, 15 novembre 1922 ; de la José Cueva, « Crónica de la quincena », El Eco Patronal, 1er juillet 1924 ; Ruy Wamba, « Crónica de la quincena », El Eco Patronal, 15 février et 15 novembre 1923.

23  Didier Musiedlak, La marche sur Rome : entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, 2022, p. 153.

24  Manuelle Peloille, « Un tour de passe-passe notionnel : antifascisme et anticommunisme », dans coll., Des mots sous influence, Montargis, Inclinaison, 2004, p. 159-174.

25  Gabriel Alomar, El Futurisme, Barcelone, Typ. L’Avenç, 1905. Conférence lue à l’Athénée de Barcelone le 18 juin 1904. Sur l’influence non assumée d’Alomar sur Marinetti, voir Lily Litvak de Perez de la Dehesa, « Alomar and Marinetti : Catalan and Italian Futurism », Revue des Langues Vivantes, vol. 38, no 6, décembre 1972, p. 585-603.

26  « Italia acaba de sufrir un golpe de Estado. Ya pueden esforzarse sus políticos dinásticos en presentar como perfectamente constitucional la solución de la reciente crisis. No. La subida al poder de los fascistas es la resultante de un acto de fuerza, de un asalto, no la expresión libre y clara de la voluntad popular », Gabriel Alomar, « La cuarta Roma », La Libertad, 11 novembre 1922.

27  « Como liberales, en el humano e inasible sentido de la expresión, queremos nosotros enfocar la atrayente experiencia italiana ; exige por su complejidad una atención continua. No lo olviden los españoles : es Italia actualmente un semillero de posibilidades ; contemplémosla desde esta España precaótica. Italia, con sus nerviosidades, busca la claridad, que fue siempre virtud específicamente latina ; si los hermanos de raza asisten a su amanecer, tal vez la luz que un día bañe sus espíritus alumbre un poco este viejo solar de España que ya entró en el período penumbroso, tal vez sin reacciones salvadoras », Camilo Barcia, « Dictadura parlamentaria. La experiencia fascista », La Libertad, 5 juillet 1923.

28  « Italia, donde se ha producido con el advenimiento del fascismo una política de retroceso, ha exigido, sin necesidad de articular la exigencia con palabras, el respeto a todos sus derechos ; Mussolini, en ese viaje triunfal que, después de un año de poder, realiza por Italia, en todos los discursos que pronuncia recuerda que no ha sido conculcada una sola libertad de las que van escritas en la Constitución […] », Marcelino Domingo, « Lección y petición de libertad », La Libertad, 6 novembre 1923.

29  « Finalmente, citaremos una frase monstruosa de Mussolini. Hablando de normalización y de que esta normalización puede suponer crítica, revisión, voz de las oposiciones, proceso del régimen actual, Mussolini niega el derecho a los italianos actuales a toda fiscalización, a todo juicio, y acuña esta frase : “El régimen fascista no se deja juzgar sino por la historia” », Anonyme, « El discurso-reverso de Mussolini », El Sol, 29 juillet 1924.

30  « Una de las cosas más discutibles que ha hecho el fascismo ha sido suprimirse la crítica independiente de una manera violenta. El “Avanti !” está destruído. Los periódicos de Roma amigos de Nitti no pueden salir. Muchos directores de periódicos populares y socialistas han debido firmar un papel obligados por las pistolas fascistas, concebido aproximadamente de esta manera : “Juro por mi honor no escribir nunca más en el inmundo y antiitaliano periódico que hasta la fecha he dirigido” –Firmado. Toda esta parte de comicidad truculenta y voraz que tiene el fascismo demuestra con absoluta claridad que en Italia no gobierna más que la tranca, que los fascistas llaman el “manganello” », José Plá, « El contenido del fascismo », El Sol, 23 novembre 1923.

31  « Mussolini siente, en el mismo momento en que todo le invita al despotismo, la necesidad de la colaboración general, […] que consiste en el juego parlamentario, la opinión exteriorizada por la Prensa, la lucha normal de los partidos, libres para asociarse o reunirse. Podrá objetarse que Mussolini no es sincero […]. Lo esencial es que Mussolini se vea en la necesidad de transigir con los liberales italianos, y de abrir, por consiguiente, la puerta a la voz de las oposiciones. [La suite est censurée] », Anonyme, « Mussolini y las libertades », El Sol, 6 septembre 1924.

32  « Mussolini marcha sobre Roma, llama al Quirinal y obtiene el mando. Sus juicios más despectivos van contra el Parlamento, al que befa y humilla y repudia, erigido en su propio escaño de jefe de Gobierno. Lo clausura e inicia la dictadura », Marcelino Domingo, « La experiencia del fascismo », La Libertad, 4 janvier 1925.

33  « La Constitución italiana ha dejado de ser, en realidad, una Constitución. […] La nueva Constitución no es más que la concreción escrita de las tradicionales prácticas fascistas. La reforma fascista legaliza – si se llama legalizar a redactar un texto articulado – la extirpación de las oposiciones que hasta ahora venía practicándose de hecho, sin fórmula legal ninguna », Anonyme, « La Constitución italiana », El Sol, 13 juillet 1925.

34  Comte de Romanonès, extrait d’un entretien à Il Popolo d’Italia, retranscrit par ABC, 30 mars 1923, et article non signé de Informaciones, « Romanones echa de menos a un Mussolini español », 31 mars 1923.

35  « Mussolini será ciertamente el político más original e interesante de esta hora. Su revolución y su dictadura son un modelo. Pero para Italia », Rafael Sánchez Mazas, « Objeción al fascismo en España », ABC, 15 avril 1923.

36  Voir supra, note 5.

37  Elena San Román, Ejército e industria : el nacimiento del INI, Barcelone, Crítica, 1999. L’INI espagnol n’est pas une copie de l’IRI italien, car, explique-t-elle page 145, celui-ci fut créé en 1933 « comme institution transitoire pour renflouer les banques en faillite et leurs portefeuilles industriels », en vue de les remettre dans la circulation privée. À l’inverse, l’INI était dès le départ un institut visant à encadrer et financer des industries d’État en fonction d’objectifs militaires. Ce n’est qu’à partir de 1937, poursuit-elle, que l’IRI italien participe d’une voie autarcique de l’économie qui a pu inspirer l’INI espagnol, mais les différences demeurent : le premier s’appuie sur les syndicats alors que l’INI ne les mentionne pas ; et les fondateurs de l’INI affirment explicitement ne pas faire confiance à l’initiative privée, bien qu’il convienne de la stimuler (p. 147-148).

38  « Todo el mundo reconoce que el Fascismo y la Milicia aportaron a Italia la tranquilidad. Pero ahora, cada día que pasa, se intensifica más la idea de que una vez cumplida la misión que la trajo, debió la Milicia ser disuelta. […] La Milicia no puede ser suprimida porque los milicianos se negarían a serlo. Además, son la fuerza de Mussolini, pero fuerza moral, que Mussolini, no solo no emplea, sino que únicamente sirve, en la práctica, para originarle crecientes complicaciones, de las que, tan solo a fuerza de tacto y de talento, consigue salir adelante », Rapport de l’attaché militaire à Rome, Archivo Histórico Nacional, Madrid, Fondos Contemporáneos. Presidencia. Directorio Militar, liasse 315, dossier « Agregados militares en el extranjero. Información », 7 novembre 1924.

39  « El primer empuje de las organizaciones socialistas y bolcheviques en Italia fue detenido por los Sindicatos obreros – Uniones profesionales – y Asociaciones agrarias de los católicos ; y en el fracaso definitivo de la famosa huelga general decretada por los socialistas, quienes metieron ruido e hicieron bellas frases fueron los fascistas ; pero los que principalmente sostuvieron el peso de la lucha fueron los obreros de las organizaciones católicas… », Un sacerdote « social », « Catolicismo y fascismo », 21 avril 1923.

40  « No se trataba de coadyuvar en una obra de partido, sino en una obra nacional. La adhesión era a Mussolini, jefe de Gobierno, no al jefe del fascismo », Anonyme, « La crisis italiana », 25 avril 1923.

41  « La Universidad era el único lugar que seguía ofreciendo derecho de asilo al pensamiento no fascista, ya en sentido cristiano, ya en sentido liberal », Anonyme, « El Estado y la enseñanza », 7 décembre 1928.

42  « No negaremos nosotros que las atribuciones que [el nuevo reglamento] pone en manos de un Gobierno pueden ser un arma de dos filos. Son idóneas para extirpar los excesos de la Prensa, pero lo son igualmente para concluir, invocando ese pretexto, con el derecho de crítica que pertenece a los periódicos », ibid.

43  « La prohibición es imprudente, rechazable. No es justo impedir que dirija un periódico una persona digna y apta, que ha podido sufrir dos condenas o por delitos leves o por escritos », Anonyme, « La libertad de la Prensa. Gritos, no : razones », 16 décembre 1924.

44  « La patria es un ideal noble y grande : siempre lo ha mantenido y enseñado la Iglesia. Pero cuando se eleva la patria a la categoría de divinidad en el sentido propio y trascendente, la Iglesia, naturalmente, no puede callar ; las otras naciones harán bien en armarse », ibid.

45  « España tiene también su irredentismo, el irredentismo de su propia nacionalidad, sojuzgada por elementos no extraños a la nacionalidad, los mismos que llevaron a miles de soldados a una muerte vergonzosa en los eriales africanos y a varios centenares al duro cautiverio que les impuso un Abd-el-Krim, y a los que hay que barrer para siempre de la vida pública por el decoro de España y por nuestra grandeza futura », Vicente Clavel, El fascismo, Barcelone, Cervantes, 1923, p. 17-18.

46  Rubén Domínguez Méndez, « Francia en el horizonte. La política de aproximación italiana a la España de Primo de Rivera a través del campo cultural », Anuario de Historia, no 16, 2013, p. 237-265.

47  « En cualquier caso conviene no perder de vista la actividad italiana y recordar que en más de una ocasión hubimos de solicitar que España, nación mediterránea, está obligada a seguir de cerca lo que Italia piensa y demanda, ya que, además de hermana latina, tiene intereses comunes en el “Mare nostrum” que pueden coincidir con los de España », Camilo Barcia Trelles, « La cuestión de Tánger. Italia y la Conferencia de Londres », La Libertad, 20 octobre 1923.

48  « El fascismo está realizando su revolución y uno de los capítulos de este programa se refiere a las relaciones de Italia con la América española. Estas relaciones se están intensificando en todos los ramos en forma de Misiones comerciales y artísticas ; en los tratados que se están elaborando ; en forma de propaganda de Italia en América, etc. », José Plá, « Notas de Italia. Asuntos que interesan a España », El Sol, 2 janvier 1923.

49  Joaquín Costa, Oligarquía y caciquismo como la forma actual de Gobierno en España (1901), chapitre « Acción personal : política quirúrgica », en ligne : http://www.vbeda.com/costa/-oligarquiaycaciquismo.pdf. Réformateur de la monarchie espagnole, artisan de l’expulsion des jésuites en 1767, ennemi de l’impérialisme anglais, le Comte d’Aranda (1719-1798) perçut dès 1783 le potentiel de croissance gigantesque des États-Unis.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Une de La Libertad, 27 novembre 1922, Madrid, BNE
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17493/img-3.png
Fichier image/png, 991k
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17493/img-5.png
Fichier image/png, 277k
Titre Illustration 4. « Qui tue par le fer… Les Ambassadeurs appliquent à Mussolini le procédé éprouvé de l’huile de ricin pour l’aider à évacuer Corfou », dessin de Luis Bagaría, El Sol, 12 septembre 1923, Madrid, BNE
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/17493/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuelle Peloille, « « Chacun sa formule de fascisme ». La presse d’opinion espagnole commente la marche sur Rome »Cahiers de la Méditerranée, 107 | 2023, 75-92.

Référence électronique

Manuelle Peloille, « « Chacun sa formule de fascisme ». La presse d’opinion espagnole commente la marche sur Rome »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 107 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17493 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x4t

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Manuelle Peloille est agrégée d’espagnol, professeur de civilisation espagnole à l’Université d’Angers et directrice des Cahiers de civilisation espagnole contemporaine. Centrée sur l’évolution des idées politiques contemporaines en Espagne, elle a publié Positionnement politique en temps de crise, Uzès, Inclinaison, 2015 ; Les fantômes de l’Empire. L’Espagne après 98, Neuilly, Atlande, 2017, et, en collaboration avec Christine Lavail, elle a coordonné le volume Fascismes ibériques : sources, définitions, pratiques, Nanterres, Presses de l’Université Paris Ouest, 2014.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search