Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Dossier : Signification et portée...La nébuleuse maurrassienne et la ...

Dossier : Signification et portée de la marche sur Rome. Europe, Amérique latine

La nébuleuse maurrassienne et la marche sur Rome

The Maurrassian nebula and the march on Rome
Olivier Dard
p. 93-116

Résumés

L’avènement du fascisme a suscité de l’intérêt au sein de l’Action française mais, ce constat posé, il importe de réfléchir à la place propre revêtue par la marche sur les perceptions, réceptions et interprétations des maurrassiens à son sujet. La nébuleuse maurrassienne est le fil rouge de cette contribution qui s’attache à préciser les positions des principales plumes de l’Action française pour souligner leur relative diversité. Sont examinées ensuite les réactions du quotidien et de la ligue face à l’événement et les usages qui peuvent en être faits. Dans un troisième temps, il s’agit d’évoquer le cas Valois et le Faisceau en se demandant quelle place ces fascistes autoproclamés et dissidents de l’Action française accordent à la marche sur Rome et si la campagne des États généraux et la mobilisation qui l’accompagne peuvent être analysées comme une préparation, avortée, d’une marche sur Paris. Enfin, l’examen de l’écho de la Mostra de 1932 nous donne à voir ce qui reste de 1922 dix ans après comme de saisir le sens bien particulier du philofascisme maurrassien dont une partie de la jeune génération, regroupée autour de l’équipe de Je suis partout, finit par se définir comme ouvertement fasciste quand les aînés, de Maurras à Massis se reconnaissent bien davantage dans Salazar que dans Mussolini.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Christophe Poupault, À l’ombre des faisceaux. Les voyages français dans l’Italie des chemises noir (...)

1On sait l’abondance des travaux et des controverses sur le fascisme français. Le contraste est saisissant avec le peu d’études existant sur les réceptions et usages du fascisme italien et tout particulièrement de la marche sur Rome au sein des droites nationalistes françaises. La marche a marqué l’Action française (AF) à propos de laquelle Christophe Poupault souligne justement que « la nomination de Mussolini à la présidence du conseil italienne suscite de sa part un véritable intérêt »1. Ce constat dressé, il importe de réfléchir sur les perceptions, réceptions et interprétations de la nébuleuse maurrassienne de la marche.

2Il s’agira d’abord de préciser les positions des principales figures de l’AF avant l’événement pour souligner leur relative diversité. Nous nous attacherons ensuite à examiner les réactions du quotidien éponyme face à l’événement. Dans un troisième temps, il s’agira d’évoquer le cas de Valois et du Faisceau en se demandant quelle place ces fascistes autoproclamés et dissidents de l’Action française accordent à la marche et si la campagne des États généraux peut être analysée comme une marche sur Rome avortée. Dans un quatrième temps, l’examen de l’écho de la Mostra de 1932 nous donnera à voir ce qui reste de 1922 dix ans après, afin de saisir le sens bien particulier du philofascisme maurrassien qu’une partie de la jeune génération, regroupée autour de l’équipe de Je suis partout, assume et développe pour se définir comme ouvertement fasciste quand les aînés, de Maurras à Massis, se reconnaissent bien davantage dans l’Estado Novo de Salazar. Entre temps, il s’est produit, avec le 6 février 1934, un épisode autrement plus important pour ces nationalistes. Il conviendra donc de relire février 1934 à l’aune d’une marche sur Rome auquel il ne peut certes être sérieusement comparé même si ce qui est vécu par des militants comme un échec et une impuissance a contribué à leur radicalisation qui s’accentue avec l’avènement du Front populaire et la guerre d’Espagne qu’il faut considérer, avec Février, comme des chocs beaucoup plus marquants que la marche de 1922 chez ces nationalistes français.

Cinq points de vue contrastés dans L’Action française sur la situation de l’Italie en 1921-1922

  • 2  Nous nous appuyons ici sur Ralph Schor, « L’Italie de 1920 devant l’opinion française », dans Enri (...)
  • 3  Jacques Bainville, La guerre et l’Italie, Paris, Fayard, 1916.
  • 4  Dominique Decherf, Bainville. L’intelligence de l’histoire, Paris, Bartillat, 2000, p. 206.
  • 5  Georges Valois, « L’économie nouvelle. La terre européenne en danger », L’Action française, 15 aoû (...)

3La situation italienne est scrutée avec intérêt par la presse française de 19202 qui, à l’instar de l’ambassadeur de France Camille Barrère, pointe les difficultés et les troubles politiques et sociaux qui frappent la péninsule ; sans cependant donner du crédit à la menace d’une révolution, même si Maurras considère dans L’Action française du 3 septembre 1920 que « Tout est possible à la barbarie révolutionnaire ». Dans ce contexte, les débuts du fascisme, commentés dans la presse française principalement à partir de la fin de 1920, ne laissent pas les maurrassiens indifférents même si les principales plumes de L’Action française, Maurras étant d’ailleurs en retrait, suivent sans passion excessive la crise italienne de 1921-1922. On ne saurait déceler chez tous une vision commune ni même une sympathie partagée. Jacques Bainville, qui a marqué durant le conflit mondial son intérêt pour l’entrée de la péninsule dans la guerre3, s’interroge sur ses conséquences. Il se montre « réservé »4 sur l’expédition de Fiume et sceptique sur Mussolini, considérant par exemple dans L’Action française du 29 juin 1921 que ce dernier incarne « la fougue sans scrupules de ces nouveaux venus » nés de l’après premier conflit mondial. Le ton est très différent chez Georges Valois. L’économiste de l’AF insiste sur les menaces pesant sur l’Europe et l’incapacité des libéraux comme des conservateurs à les conjurer ; des menaces assimilées aussi bien à la ploutocratie qu’au bolchevisme. Mais, souligne immédiatement Valois, elles peuvent être vaincues par « ces jeunes forces qui se sont groupées, en France, autour de Maurras, en Belgique, en Suisse, au Portugal, en Espagne, autour d’hommes jeunes ». Valois réserve une place de choix à l’Italie où, « à l’appel de Mussolini, toutes ces forces ont repris et tiennent haut le flambeau de la civilisation. L’Europe retentit d’appels qu’entend une jeunesse frémissante. Giovanese ! Giovanese ! C’est, en Italie, le premier cri d’un chant qui rythme les pas des jeunes hommes sur la terre latine. Nous ne sommes pas en décadence ; nous sommes au seuil d’une renaissance »5.

  • 6  Ces titres sont lus et commentés à l’époque comme l’illustre le corpus mobilisé par Ralph Schor qu (...)
  • 7  Martial Buisson, « Le “Fascisme” », L’Étudiant français, no 9, juillet 1922, p. 162-165. Les itali (...)

4Cet espoir est partagé par les jeunes maurrassiens dont la livraison de juillet 1922 de L’Étudiant français, l’organe mensuel de la Fédération nationale des Étudiants d’Action française, propose une analyse à la fois favorable et optimiste sur le devenir du fascisme pour lequel il attend une « conclusion triomphale ». Comme souvent dans L’Étudiant français, le rédacteur, Martial Buisson, précise avec quel matériau il a construit son propos. Il s’appuie sur Ernest Lémonon, auteur d’Italie d’après-guerre, paru chez Alcan, sur une brochure de Jean Alezard (Communisme et fascio en Italie) et sur la revue Gerarchia 6. Pour Buisson, le fascisme est déjà considéré comme le mouvement « qui honorera le plus la nation qui l’a vu naître et se développer ». Il le définit comme « un état d’esprit » héritier du Risorgimento, « un parti », une incarnation de la jeunesse. Mussolini est considéré comme « l’initiateur et l’âme du mouvement ». Le fascisme est encore assimilé à « une armée » de 400 000 hommes dont les événements de Bologne de la fin de 1920 sont réputés avoir montré la force. À ces différentes caractéristiques s’ajoute un projet corporatiste qu’il serait allé puiser à des sources françaises et un monarchisme profond même s’il est réputé être discret7.

  • 8  L’Action française, 29 juillet 1922, p. 3.
  • 9  L’Action française, 13 octobre 1922, p. 3.

5Martial Buisson dépeint le fascisme qui lui convient et qui peut être compatible avec la doxa de l’AF. Il se voit relayé sur ce point par Robert Havard de la Montagne qui – après avoir cité avantageusement dans sa « Revue de la Presse » la fin de l’article de Buisson et ses développements sur la monarchie mettant en scène de jeunes fascistes de Sienne – conclut : « Ce n’est point là un langage révolutionnaire… »8. Mais le même Havard de la Montagne est sur ses gardes, concluant quelques semaines plus tard un paragraphe de sa « Revue de la Presse » consacré à Mussolini et au fascisme par ce vœu : « Souhaitons que cette force des fascistes ne dévie point et qu’elle travaille pour l’ordre »9. Nous sommes alors à trois mois de la marche et la question de la relation du fascisme à l’ordre ou à la révolution est déjà dans tous les esprits.

  • 10  Olivier Dard, « Refouler la Révolution bolchevique », dans François Cochet (dir.), Les guerres des (...)
  • 11  Léon Daudet, « Le mouvement fasciste et la menace sur l’Italie », L’Action française, 12 septembre (...)

6Elle irrigue la prose de Léon Daudet qui dépeint l’Italie comme « une grande nation », dotée d’un « sens inné de la politique » et réputée posséder un « civisme » ancré depuis l’Antiquité romaine. Daudet, s’il salue le « mouvement fasciste, mené avec une indiscutable maîtrise par un homme qui a le tempérament d’un chef », précise qu’il ne l’a jamais rencontré, pas davantage qu’aucun des dirigeants fascistes. Il veut aborder les choses non en « polémiste » mais en « historien » pour expliquer que le fascisme ne saurait s’entendre comme « une réaction contre l’esprit de dénationalisation révolutionnaire » mais comme une réponse à la menace germano-soviétique née du traité de Rapallo dont un des buts majeurs, à lire Léon Daudet, est la conquête de l’Italie du Nord à laquelle songeraient Hindenburg et Ludendorff. On notera ici le prisme antiallemand de l’AF qui irrigue son appréhension du bolchevisme10, en même temps qu’il lui sert à interpréter le processus en cours. Le fascisme serait à comprendre, « même à son insu, comme une mise en garde du peuple italien le plus naturellement politique de la planète contre une prochaine invasion germano-russe ». Aussi, le directeur politique de L’Action française souligne-t-il : « il rejoindrait à travers deux mille ans d’histoire, l’esprit à la fois large et hardi de la Louve… Ce serait le multa renascentur… »11.

  • 12  Aventino, « Les partis. Le fascisme et ses chances », L’Action française, 28 octobre 1922, p. 2. C (...)

7Partagée sur le fascisme avant la marche, L’Action française l’est encore lorsqu’elle s’ébranle. Aventino (Charles Belin), correspondant du quotidien à Rome et bien introduit au Saint-Siège (il est soutenu par Merry del Val et en contact avec Umberto Benigni12), suppute, dans un article paru le 28 octobre, sur ses chances d’accéder au pouvoir alors que le ministère Facta est démissionnaire. Aventino, qui ne ménage nullement les nationalistes italiens et les soutiens de D’Annunzio, dresse un tableau mitigé des fascistes présentés comme « les grands favoris du jour ». Le rédacteur prend certes soin de noter que le fascisme peut être sympathique aux maurrassiens par « certains de ses aspects contre-révolutionnaires » à travers son anticommunisme, son « énergie » et « certaines de ses méthodes de combat et de ses organisations militantes » ; mais c’est pour mieux dénoncer son caractère de « “parti” […] vicié d’esprit révolutionnaire ». Plus précisément, le fascisme est réputé ne faire qu’ « accepte[r] » et « tolére[r] » la monarchie, tandis que « sa formation n’est due qu’à l’instinct de défense de la bourgeoisie capitaliste et maçonnique contre la maçonnerie rouge des juifs de Moscou ». « Maçonnique », martèle l’auteur, « le fascisme est d’essence anticléricale et anticatholique », ce qui se traduit par des « attaques contre le catholicisme lui-même et contre le Siège apostolique ».

L’Action française face à l’événement

  • 13  Jacques Bainville, « Le cas de l’Italie », L’Action française, 29 octobre 1922, p. 1.
  • 14  « La crise italienne. Benito Mussolini va-t-il prendre le pouvoir ? Les fascistes ont mobilisé un (...)
  • 15  Didier Musiedlak, La marche sur Rome : entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses (...)

8Il faut prendre la mesure du décalage entre la scène italienne et celle du quotidien monarchiste. Jacques Bainville, en charge du « cas » italien, pointe le 29 octobre la « rareté des nouvelles » en provenance de la péninsule. Dans son article, à la Une et sur une seule colonne, il n’est nullement question de marche mais d’abord du conflit entre « une légalité qui n’a été depuis de longs mois que confusion et faiblesse et une illégalité sortie du besoin de l’ordre »13. Le lecteur de L’Action française en apprend davantage dans un article non signé qui souligne que si « très peu de nouvelles parviennent d’Italie » – on est un dimanche – , « un fait est certain : les fascistes ont mobilisé leurs troupes », ainsi décrites : « celles-ci, munies de couteaux et de baïonnettes, se promènent sur les routes romaines avec de larges écriteaux où on lit : “Ou Rome ou la mort” ». Il ne règnerait cependant en Italie aucune violence ; les fascistes sont réputés contrôler la situation de Rome à Milan en passant par la Toscane. Au point que le lendemain, L’Action française annonce qu’ « on estime à un million d’hommes les forces fascistes mobilisées »14 ; un chiffre sans aucun fondement si on rappelle que le nombre de squadristes à la veille de la marche s’élève à 19 500 hommes15.

  • 16  Il s’agit du Grand maître de la Grande Loge d’Italie, obédience installée Piazza del Gesú, qui app (...)

9L’analyse bainvillienne reste prudente. À ce moment, le journal fait grand cas d’une circulaire du Grand maître de la franc-maçonnerie italienne16 qui figure en manchette du numéro du 30 octobre sous le titre « Le crépuscule des idoles ». Le grand maître est clair :

Il est certain que toutes les démocraties et tous les libéralismes parlementaires doivent attribuer la popularité du fascisme à leur absence d’idées, à leur manque de concorde et de foi. Ils ont donné au Parlement un spectacle de pauvreté et d’insuffisance qui a découragé et déconcerté le pays.

  • 17  Jacques Bainville, « Un coup d’État et une crise de l’État », L’Action française, 30 octobre 1922, (...)

10Bainville se saisit du texte et se l’approprie : « Comme nous ne disons pas autre chose depuis un certain nombre de jours, on nous permettra de trouver que le grand maître parle très bien ». Ce compliment, teinté d’une pointe d’ironie, conduit Bainville à considérer que le fascisme est « né de l’épouvantable faillite de la démocratie parlementaire dans un pays qui ne veut pas mourir d’anarchie ». L’exemple italien fait sens pour le journaliste qui considère plus généralement que « la démocratie parlementaire est au bout de ses hommes, au bout de ses formules, au bout de ses forces ». Pour le reste, souligne Bainville, « mieux vaut s’abstenir de tout pronostic », faute de savoir ce à quoi Mussolini « songe ». Sa seule certitude est que le régime libéral « semble s’effondrer sans résistance devant un coup d’État ». À voir ensuite, conclut Bainville, « comment le fascisme victorieux restaurera l’autorité dans l’État après l’avoir rétablie dans la rue »17. Et surtout, souligne Bainville les yeux toujours rivés sur le Rhin, il faudra surveiller la politique italienne de Mussolini sommé ici de choisir :

  • 18  Jacques Bainville, « La politique extérieure du fascisme », L’Action française, 1er novembre 1922, (...)

On ne combat pas le germanisme sur le Haut-Adige si l’on n’adopte une attitude commune avec le peuple français18.

  • 19  Jacques Bainville, « Mussolini dictateur », L’Action française, 31 octobre 1922, p. 1.
  • 20  Daudet y revient le 27 novembre 1922 en évoquant « la poussée réactionnaire générale à laquelle no (...)
  • 21  Daudet, auteur d’un Sylla et son destin. Récit de jadis et de toujours, paru chez Flammarion en 19 (...)

11Ce n’est que le 31 octobre, jour du défilé des squadristes dans Rome, que « la Victoire du “Fascio” » est proclamée à la une de L’Action française. Bainville marque comme souvent sa prudence et son refus des « prophéties », même s’il pense que la dictature dispose au moins six mois devant elle. Il retient d’abord de ce « coup d’État », mis en regard de ceux de Bonaparte ou de son neveu, la rapidité de « l’effondrement du gouvernement légal ». Il insiste surtout sur le rejet de la démocratie parlementaire manifesté par le fascisme et sur le rôle du Quirinal qui a su prendre ses « responsabilités » et la « position qu’il fallait », sauf à se voir le monarque « renversé »19. Léon Daudet réagit aussi au succès de Mussolini et y voit « un symptôme éclatant d’une poussée à droite » qu’il fait remonter à l’avant-guerre en mentionnant les Camelots du Roi et les Somaten barcelonais. Dorénavant, écrit-il, « le nationalisme […] est la grande puissance de gravitation politique »20. Concernant l’Italie, Daudet souligne que « l’esprit dictatorial vient arcbouter et renforcer la monarchie ». Mais le fascisme pour Daudet n’est pas que cela. Féru d’histoire romaine, il y voit « la reviviscence tout à fait captivante […] du vieil esprit dictatorial de la Louve »21.

12Qu’en est-il de l’action de Mussolini et du fascisme comme modèle pour ces deux éditorialistes ? Bainville constate prudemment que « ses expériences seront pleines d’enseignements pour nous ». Sous sa plume, comme chez Daudet, il n’est pas question de marche sur Rome. La formule n’est utilisée que par celui qui signe « Intérim » la rubrique de Maurras, « La Politique », pour n’en retenir que l’image de « milliers d’hommes en marche vers une capitale ». Comme Bainville, Daudet ne voit aucun parallèle possible entre l’Italie et la France. Daudet constate avec lucidité que le régime républicain contrôle la situation en matière d’ordre public et juge que le mouvement révolutionnaire n’est pas en mesure de prendre le pouvoir. Partant de ce constat, le directeur politique de L’Action française pose ainsi les termes de l’équation : la France est « calme » et le changement ne pourrait venir que d’une « crise ». Dans cette optique, loin de lorgner vers l’Italie, Daudet invoque l’histoire française en remontant au boulangisme et à l’histoire du nationalisme français depuis trois décennies :

  • 22  Léon Daudet, « Autour de la Victoire du “Fascio” », L’Action française, 31 octobre 1922, p. 1.

Vienne une heure de crise sous une forme quelconque, et le nationalisme aurait aisément cinquante mille hommes devant la Chambre, comme au temps du boulangisme, mais cette fois sans Meyer et Naquet. Aucun républicain ne peut en douter22.

  • 23  Anne-Catherine Schmidt-Trimborn, La ligue d’Action française (1905-1936). Organisations, lieux et (...)

13Au-delà de la pique contre les deux susnommés, le propos est instructif quant à la vision de Daudet qui préfigure bien davantage une mobilisation antiparlementaire du type 6 février 1934 ayant Paris pour épicentre qu’un processus de mise en place d’une marche envisagée de la province vers la capitale. Un tel scénario ne l’effleure nullement et peut-être d’autant moins que la force du nationalisme est principalement concentrée en région parisienne même si l’AF, décimée au plan militant par les morts de la guerre, commence à reprendre pied en province23. Dans ces conditions, le philofascisme de Daudet doit être pris pour un regard extérieur, ludique et esthétique à l’égard de ce qu’il considère comme « une grande fête à peine sanglante – comme une vaste course de taureaux, comme un divertissement supérieur, et visant au salut et au relèvement d’un grand peuple ».

  • 24  Aventino, « Lettre de Rome. Alea Jacta Est ! », L’Action française, 5 novembre 1922, p. 2.

14Il reste à évoquer le jugement d’Aventino qui publie sa « Lettre de Rome » le 5 novembre 1922 et dresse un bilan des premiers pas de l’action au pouvoir des fascistes et de Mussolini, « venu du socialisme à l’extrême droite ». Le correspondant du quotidien monarchiste professe un soutien mesuré au nouveau dirigeant qui « n’a pas voulu ou n’a pas osé ou n’a pas pu appliquer dans toute sa rigueur la logique de sa victoire ». Dans le sillage de ses propos antérieurs, Aventino dénonce les « attaches » du fascisme avec la franc-maçonnerie et la trace en son sein d’ « un peu de nuées démocratiques ». Le rédacteur s’interroge sur la capacité et la volonté de Mussolini d’y faire face tout en considérant, qu’à défaut, un autre groupement doit prendre le relais : « celui des nationalistes dont les chefs semblent revenus aux vrais principes de ce que doit être le nationalisme »24.

15Ce dernier point invite à considérer ce que signifie le fascisme pour Maurras. Le chef de l’AF ne lui consacre aucune entrée dans son Dictionnaire politique et critique. En revanche, il en propose une sur « Mussolini » où il reprend un article élogieux publié dans L’Action française du 18 juillet 1923 ; il notait alors :

  • 25  Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, établi par les soins de Pierre Chardon, Paris (...)

Nous n’avons aucun embarras à reconnaître la haute valeur des formules de Mussolini, bien qu’elles soient proches cousines et même sœurs jumelles de celles que l’Action française ne se lasse de jeter dans le monde depuis près d’un quart de siècle bien près d’être sonné25.

  • 26  Ernest Nolte, Le fascisme dans son époque, t. 1 : L’Action française, Paris, Julliard, 1970 [1963] (...)
  • 27  Ibid., p. 88. Voir aussi Zeev Sternhell, La droite révolutionnaire, 1885-1914. Les origines frança (...)
  • 28  Cité par Ernest Nolte, Le fascisme dans son époque, t. 1, op. cit., p. 371.

16L’homologie entre maurrassisme et fascisme est presque parfaite et pourrait donner raison à Ernst Nolte d’avoir intitulé L’Action française le premier volume de sa trilogie sur Le fascisme dans son époque 26 ; Nolte, bien avant le « préfascisme » cher à Zeev Sternhell, voyait dans l’Action française une « forme précoce du fascisme »27. Pourtant Nolte notait justement que ce que Maurras attend de Monk, n’est pourtant pas qu’il prenne le pouvoir pour son compte : « Général, donnez-nous un roi comme aux autres nations », lui demande-t-il28. Nous soulignerons pour notre part que Maurras interprète le fascisme naissant sur un mode très personnel et égocentré en reliant son histoire à celle du nationalisme italien et cette dernière à celle de l’Action française :

Nous étions sans grand contact avec le fascisme. Mais les nationalistes étaient de très anciens camarades de notre groupe. Dès 1905, leur petite revue publiée à Florence, si je ne me trompe, Il Regno, Le Royaume, engageait des relations de voisinage latin et de sympathie doctrinale avec L’Action française, alors simple revue ne sortant que deux fois le mois. Les Coppola, les Corradini, les Federzoni nous firent souvent, et longtemps, le très grand honneur de nous citer et de nous commenter et nous leur répondions par l’admiration cordiale due à l’étendue, à la vivacité, à la pénétration de leurs recherches et aussi à la rapidité foudroyante de leurs succès.

  • 29  Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, t. 3, op. cit., p. 125 (entrée « Mussolini »)
  • 30  Ibid., p. 124.

17Lorsqu’il évoque ensuite élogieusement le « grand journal » qu’est L’Idea Nazionale et les succès de ce groupe, jusqu’à ce qu’il rejoigne « l’armée de Mussolini », Maurras pointe qu’il « apportait, outre une influence morale et politique de premier ordre, un vocabulaire, une méthode, un point de vue général sur la vie politique de la patrie et il les mettait à la disposition du Dictateur, qui y puisa à pleine mains »29. Le portrait de Mussolini par Maurras s’inscrit donc dans cette perspective : « Le réaliste organisateur italien passe exactement par les points où l’attendait et le guettait la théorie de l’organisation réaliste »30. Le lecteur averti l’aura compris : pour Maurras, Mussolini aurait fait siens les principes de « l’empirisme organisateur ».

  • 31  Cité par Didier Musiedlak, « Charles Maurras et l’Italie : histoire d’une passion contrariée », da (...)
  • 32  Ibid., p. 165, note 47.
  • 33  Ernest Nolte, Le fascisme dans son époque, t. 1, op. cit., p. 303.

18On ne reviendra pas sur les limites de cette vision maurrassienne, sauf pour rappeler qu’elle n’est pas partagée de l’autre côté des Alpes. Didier Musiedlak, en évoquant l’ « histoire d’une passion contrariée », s’est demandé si Maurras est encore « une figure du nationalisme italien » lorsque ce dernier se structure autour de l’Association nationaliste italienne en 1910. Musiedlak montre ainsi comment « la crise de maturité du nationalisme italien » s’accompagne d’un « reflux de l’influence de Maurras » puisque le futur fasciste Alfredo Rocco assimile le nationalisme français, qu’il ne cantonne pas à Maurras, à « la nostalgie d’un passé ». Il le qualifie de « conservateur et défensif » quand le nationalisme italien serait « expansif et agressif »31. Mussolini voit pour sa part Maurras comme « un homme du passé » et ne le cite que trois fois dans les 35 volumes des Opera Omnia 32. Ajoutons encore que Maurras, en traitant de l’Italie et de Mussolini, songe d’abord à la « déesse France » et marque ce que Nolte a pu qualifier chez lui de « regard d’envie »33. Malgré sa sympathie pour l’Italie (« Les Italiens sont nos compagnons d’armes. Leur Ville-Mère est notre mère ») Maurras regrette vivement que « des idées justes » aient commencé par gagner l’étranger plutôt que la France :

  • 34  Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, t. 3, op. cit., p. 126 (entrée « Mussolini »)

Tout de même, si, au lieu du funeste Waldeck, les idées de l’Enquête sur la monarchie, les idées de Dictateur et Roi, avaient été recueillies et secrètement favorisées en France par un gouvernement national ! Quelle sécurité d’abord ! Quel développement ensuite !34

  • 35  Pietro Gorgolini, Le fascisme, préface de Benito Mussolini, préface de Jacques Bainville, Paris, N (...)

19Le philofascisme de l’Action française est ambigu et n’est surtout pas univoque. On le constate à la lecture croisée des deux préfaces données par Jacques Bainville puis Georges Valois aux deux ouvrages de Pietro Gorgolini (1891-1973), traduits par Eugène Marsan et publiés à la Nouvelle Librairie nationale, en janvier 1923 pour le premier et en juillet 1924 pour le second35. En introduisant Le fascisme, Bainville se montre positif à son égard mais l’interprète comme une réaction, au rebours du terme de révolution communément employé :

  • 36  Cité par Dominique Decherf, Bainville. L’intelligence…, op. cit., p. 235.

Benito Mussolini et le fascisme ne veulent pas être appelés réactionnaires. Ils rejettent ce mot tiré du vocabulaire des partis. Cependant, le fascisme est une réaction et pas autre chose. C’est l’expression d’une faculté que l’Italie a retrouvée en elle-même : la faculté de résistance à la dissolution et à l’anarchie36.

  • 37  Georges Valois, « La Révolution fasciste. Quelques réflexions sur le fascisme à propos du livre de (...)
  • 38  L’Action française, 8 juin 1924, p. 3. Sur cette « querelle du bourgeois » qui n’a pas entamé les (...)

20Dix-huit mois plus tard, lorsque Valois cumule à son rôle d’éditeur celui de préfacier, le contenu est bien différent. Le chantre de « l’Économie nouvelle » reprend à son compte le terme de « révolution fasciste » pour considérer qu’elle « comporte en premier lieu la destruction radicale des institutions démocratiques par lesquelles la ploutocratie a étouffé les peuples pendant un siècle »37. On est loin de la réaction dépeinte par Bainville, que Valois ne cite d’ailleurs pas. C’est dans un texte publié un mois plus tôt en réponse à un livre alors largement commenté, Éloge du bourgeois français de René Johannet paru en mai 1924, que Valois a balayé la thèse d’un fascisme assimilable à une « réaction bourgeoise »38. Pour Valois, « Fascisme et bolchevisme sont un seul et même phénomène politique et social. C’est une même réaction populaire, au sens le plus large, devant l’impuissance des dirigeants bourgeois à résoudre les problèmes de la guerre et de la paix selon les aspirations sociales des peuples ». La différence entre les deux réside dans le fait que la Russie est réputée avoir détruit la bourgeoisie tandis que le fascisme l’aurait soumise. Et pour étayer son propos Valois insiste sur l’importance de Fiume, dont il propose la lecture suivante :

Où s’opère la transformation ? À Fiume. Je reviens au symbole de Fiume. Il y a un fait peu connu en France : on ne sait guère que la constitution donnée à Fiume par D’Annunzio est fort peu éloignée du bolchevisme. À Fiume, le nationalisme et le bolchevisme étaient étroitement unis et confondus. Les deux valeurs antibourgeoises étaient utilisées pour restaurer l’héroïsme contre le mercantilisme. Mais la nécessité est alors d’exalter le patriotisme. Cela permet à l’arditisme fiumain de prendre conscience de lui-même. Et c’est lui qui, ensuite, se répandant en Italie, allume les foyers du patriotisme qu’alimente la doctrine propagée par le nationalisme italien et fournit ses premiers éléments au fascisme. C’est à Fiume, sous D’Annunzio, que la réaction antibourgeoise au lieu de tendre vers la destruction stupide du bourgeois a retrouvé une direction traditionnelle et constructive. C’est à Fiume que s’est constitué le premier trésor de guerre du fascisme.

  • 39  Federico Carlo Simonelli, « L’omipresa fiumana nella memoria pubblica del fascismo. Note per una r (...)

21Cette longue citation de Valois pose question quant à sa connaissance propre de Fiume. Elle invite à se demander si son propos ne serait pas inspiré par les interprétations de la constitution fiumaine proposées par Alceste De Ambris, avec lequel Valois est en contact et à l’engagement syndicaliste révolutionnaire duquel il est très sensible39. Tout en saluant Fiume et D’Annunzio, Valois entend bien justifier le rôle de Mussolini. Fiume est assimilé à « l’œuvre d’un poète appelant à lui des aventuriers de toutes les classes pour redresser l’héroïsme dans un monde qui se corrompt par l’esprit mercantile et bourgeois ». Mais Fiume ne suffisait pas, ce qui permet à Valois de faire entrer le futur Duce dans le jeu : « Mussolini a repris avec plus de force et de profondeur l’acte de D’Annunzio ». Et ce d’autant qu’il n’est pas un bourgeois : « C’est le fils d’un forgeron qui fut ouvrier lui-même et dont la formation est antibourgeoise. […] Le vrai soutien de Mussolini, c’est la couronne, les combattants et ce peuple d’ouvriers et de paysans qui a formé l’armée fasciste ».

  • 40  L’Italie nouvelle, 15 juin 1924, p. 2.

22Ces quelques lignes n’échappent pas aux fascistes installés à Paris et qui vont les republier dans l’hebdomadaire L’Italie nouvelle dirigé alors par Nicola Bonservizi40. Elles traduisent l’écart séparant Valois de la ligne majoritaire de l’AF incarnée par Bainville. Le feu couve, mais les législatives du printemps 1924 ont différé une clarification que la nécessité de la propagande avait mise sous le boisseau, en proposant un panorama de la situation italienne sans doute confortable à défendre mais bien éloigné de la façon dont les fascistes italiens avaient accédé au pouvoir et entreprenaient de l’exercer :

  • 41  L’Action française, 13 mars 1924.

[…] l’exemple de l’Italie le montre depuis deux ans ; quelques hommes suffisent pour imposer à un Parlement toutes les mesures que peut exiger la sécurité de la nation. Il dépend aujourd’hui de vous, patriotes français, d’envoyer à la Chambre ces quelques hommes chargés de lutter contre les convulsions qui suivent la vie trop chère et l’avilissement de la monnaie et une menace de guerre pire que celle dont nous sortons41.

23On retiendra moins du scrutin de 1924 l’échec cuisant qui l’accompagne, puisqu’aucun candidat n’est élu – pas même Daudet comme en 1919 – que ses conséquences internes sur l’AF matérialisées par une prise de distance de Georges Valois qui aboutit à la dissidence du Faisceau, premier mouvement fasciste français et autoproclamé comme tel en 1925.

Georges Valois, la campagne des États généraux et le Faisceau : une marche sur Paris avortée ou impossible ?

  • 42  Georges Valois, L’homme contre l’argent. Souvenirs de dix ans, 1918-1928, édition présentée par Ol (...)
  • 43  Ibid., p. 106.
  • 44  Ibid., p. 109.

24Georges Valois a mis en scène son intérêt pour le fascisme italien en publiant L’homme contre l’argent, une autobiographie où il règle ses comptes avec Maurras et l’Action française. Il les décrit, ce qui est faux, comme peu intéressés par l’expérience italienne : « personne ne croyait à la durée du fascisme. Les gens de la maison n’avaient d’ailleurs en aucune manière le tempérament fasciste »42. Il en va alors différemment de celui qui souhaite, à la fin de 1923, effectuer un voyage en Italie « pour saisir sur place les méthodes et les résultats du fascisme ». L’affaire prend forme et Valois part « en caravane »43, accompagné du président de la Ligue d’Action française Bernard de Vesins, de l’industriel corporatiste du textile Eugène Mathon et de leurs épouses, ainsi que d’Étienne Bernard-Précy, le directeur de La Journée industrielle. Sur place, la petite délégation est reçue au siège du Parti National fasciste (PNF), rencontre Curzio Suckert (Malaparte) qui plaît beaucoup à Valois mais aussi des figures marquantes du nationalisme italien comme Enrico Corradini et Francesco Coppola. Le contact avec ces derniers est rugueux ; Valois évoque des « chocs » et des « frictions ». Dans la droite ligne de Maurras, Valois souligne que « les nationalistes italiens oubliaient que les trois quarts de leur doctrine venaient de l’Action française ». « Quant aux fascistes », ajoute-t-il, « ils dédaignaient la doctrine, ne pensaient qu’à leur “valorisation de la victoire”, qui les amenait à grossir formidablement leur participation à la victoire des Alliés »44.

  • 45  Valois lui-même n’en dit rien dans l’article qui marque son retour à Paris au bout d’une semaine ( (...)
  • 46  Christophe Poupault, À l’ombre des faisceaux…, op. cit., p. 204.
  • 47  Pour les citations qui précèdent, Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 109-110.
  • 48  Pour cette citation et la suivante, Didier Musiedlak, « L’Italie fasciste et Georges Valois », dan (...)
  • 49  Ibid., p. 207.
  • 50  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 267-269.

25Le clou du voyage, dont il n’est fait nulle mention dans L’Action française 45, est la réception de la délégation par Mussolini le 10 janvier 1924 à 19 heures46. Valois explique que tous ont été « conquis par le prestige personnel du chef de la révolution fasciste » qu’il n’hésite pas à mettre en regard de Lénine. Valois pousse plus avant le parallèle en relevant « chez Mussolini une faculté de conquête personnelle, une puissance de séduction qu’expriment le regard et le geste, et dont la valeur politique n’est pas niable ». Tout cela, ajoute-t-il, manquait à Lénine, Valois insistant sur une « volonté » encore supérieure chez Lénine et relevant, autre différence, que « chez Lénine, l’idée s’est emparée de l’homme » quand « chez Mussolini, l’homme cherche l’idée dont il s’emparera pour la conquête du pouvoir et pour imprimer sa propre image sur l’œuvre de son époque ». Le Valois qui écrit sur le Duce est un déçu du fascisme qu’il ne considère dorénavant que comme « une des formes du sur-capitalisme ». De son entretien avec Mussolini, Valois dit très peu en ne le bornant qu’à « un examen de principes » et à une question de ce dernier sur les États-généraux47. D’autres sources, italiennes, à commencer par le témoignage du Duce au journaliste fasciste Yvon de Begnac figurant dans ses célèbres Taccuini, nous en apprennent davantage sur une rencontre préparée par Malaparte qui a introduit et présenté Valois au Duce en valorisant sa veine syndicaliste révolutionnaire. Le portrait de Valois que Mussolini propose à de Begnac montre que le dirigeant italien a pris la mesure des interrogations du chantre de L’économie nouvelle. Le Duce prête également à Valois de nombreuses qualités et son témoignage traduit de l’empathie pour un homme d’origine modeste, qu’il considère comme doté de qualités intellectuelles incontestables ainsi que le disciple reconnu et légitime de Georges Sorel. Mussolini relève à quel point Valois est le héraut d’un parti de la jeunesse qui voit dans l’expérience fasciste « une forme d’exemplarité sociale »48 dont il aurait saisi la nature, l’originalité et donc la modernité. Tout le contraire d’un Maurras. Valois serait ainsi à considérer comme une incarnation du « Condottiere digne des avant-gardes socialistes dont Proudhon et Blanqui avaient rêvé ». Cette rencontre est la seule qui a eu lieu entre les deux hommes, car si Mussolini en a suggéré une seconde49, Valois ne fait état d’aucune autre. Il est certes retourné en Italie, en septembre 1926, alors qu’il est à la tête du Faisceau et a échangé avec Margherita Sarfatti, l’égérie bien connue du Duce à Côme, puis avec son frère Arnaldo à Milan et enfin avec Roberto Farinacci à Salso-Maggiore. S’il a passé ensuite quatre jours à Rome, Valois n’y rencontra pas le Duce50.

26Ces éléments factuels soulignés, il reste à saisir l’empreinte du fascisme sur Valois et tout particulièrement celle de la marche sur Rome. À le lire, elle est revendiquée. Valois souligne que si l’inspiration du Faisceau est d’abord française et nullement une copie de l’exemple italien, (« c’est chez nous que le fascisme italien puisait sa nourriture doctrinale »), il ajoute cette conclusion essentielle :

  • 51  Ibid., p. 265.

Nos emprunts au fascisme italien se réduisent au choix de la chemise comme pièce caractéristique de l’uniforme, et à une conception de l’opération révolutionnaire inspirée de la marche sur Rome, conception qui avait du sens en 1924-1925, et qui n’en avait plus aucun en 1927-1928. C’est tout51.

  • 52  Didier Musiedlak, « L’Italie fasciste et Georges Valois », art. cit., p. 210.
  • 53  Ernst Nolte, Les mouvements fascistes. L’Europe de 1919 à 1945, Paris, Calmann Lévy, 1969, p. 324.
  • 54  Yves Guchet, Georges Valois. L’Action française. Le Faisceau. La République, Paris, L’Harmattan, 2 (...)
  • 55  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 215-216.

27Cette assertion croise le point de vue de Mussolini sur Valois, considéré comme celui qui, selon Didier Musiedlak, « avait su dégager en premier lieu la véritable signification de la marche sur Rome qui ne s’adressait pas seulement aux Italiens mais à l’ensemble du continent européen en proposant une forme de rédemption »52. Dès la fin des années 1960, Ernst Nolte a souligné l’importance de cet entretien entre le Duce et Valois qui « semble s’être considéré, dès lors, comme le Mussolini français ». Nolte a mis aussi l’accent sur le volontarisme affiché de Valois en regard d’un Maurras et d’une AF réputés inaptes à toute tentative sérieuse de prise du pouvoir53. Une interprétation présente aussi chez Yves Guchet, premier biographe de Valois, qui la complète en insistant sur son inimitié avec Maurice Pujo, l’homme fort des Camelots du Roi54, que Valois étrille dans son récit55.

28Il reste cependant à savoir si Valois a envisagé sérieusement l’avenir d’un fascisme en France ; si, pour l’instaurer, il a songé à structurer le Faisceau sur le mode du PNF et du squadrisme ; et, enfin, s’il a eu le projet d’organiser une marche sur Paris, comparable à la marche sur Rome. Faudrait-il ainsi considérer que la campagne des États généraux, dont il a été question avec le Duce, soit la matrice d’une marche sur Rome à la française ?

29Différents éléments donnent à voir les emprunts du Faisceau à l’exemple italien, à commencer par le nom lui-même – même si comme le proclame l’hymne du mouvement il s’agit de « form[er] le Faisceau de la France éternelle » –, les vocables de Légion ou de « Grand Conseil du Faisceau », les chemises – bleues et non noires – et le salut romain. Ajoutons-y sa volonté de se poser en organe révolutionnaire comme le proclame Marcel Bucard dans une réunion bordelaise de mai 1925 :

  • 56  Cité par Hugo Morin, Georges Valois et les siens : le temps du Faisceau. Une prosopographie d’un g (...)

Le Faisceau est avant tout un instrument révolutionnaire, notre but est de sauver la France, et au besoin nous sommes décidés à descendre dans la rue56.

  • 57  Didier Musiedlak, Parlementaires en chemises noires, Italie (1922-1943), Besançon, Presses univers (...)
  • 58  Jacques Arthuys (1894-1943), industriel lainer, fut le vice-président du Faisceau. Issu de la mouv (...)
  • 59  Georges Valois, « Les relations de l’État et des diverses classes sociales », discours tenu lors d (...)
  • 60  Hubert Bourgin (1874-1955), universitaire venu du socialisme est membre du comité directeur du Fai (...)

30On retiendra encore l’accent mis sur les anciens combattants dont on sait la force dans la naissance du fascisme57, à condition de ne pas négliger non plus l’importance du légionnarisme dannunzien à travers le mythe de Fiume. Les combattants sont constamment célébrés dans les discours de Jacques Arthuys58, de Valois qui reprend à son compte le thème de la « victoire mutilée » pour dénoncer leur trahison par les civils59 ou encore d’Hubert Bourgin dans son ouvrage Les pierres de la maison (1926)60. Les anciens combattants sont également privilégiés dans la mise en scène des mobilisations du Faisceau, comme le montre un dessin de Sauvage intitulé « Sur la route de Reims », publié dans Le Nouveau Siècle du 30 mai 1926 et qui donne à voir une foule de légionnaires en costume de ville marchant en direction de la cathédrale.

  • 61  Georges Valois, « Les relations de l’État… », art. cit., p. 692, 710, 694.
  • 62  Ibid., p. 694, 709.
  • 63  Ibid., p. 695-696, 706.
  • 64  Ibid., p. 711.

31Ce parallèle avec l’Italie posé, il faut souligner que Valois lui-même, tout en se référant régulièrement aussi bien à Lénine qu’à Sorel, n’a jamais formulé de théorie sur l’organisation révolutionnaire ou la prise de pouvoir, pas plus qu’il n’a proposé de tirer la moindre leçon de la marche sur Rome. Certes, Valois se targue de proposer « une véritable philosophie politique » centrée sur la nécessité d’un « chef », d’un « chef national […] au-dessus de toutes les classes, de tous les partis » et la promotion de l’ « esprit de la victoire » dont les « embusqués » au pouvoir auraient privé les combattants et le pays en érigeant des monuments aux morts alors que « le seul digne » de ces derniers aurait été celui de la victoire61. Valois y ajoute, comme Arthuys, l’impératif d’une « Révolution à faire », d’une « véritable révolution », qu’il qualifie de « nationale »62 et à laquelle il consacre un ouvrage publié en 1924. Mais si Valois martèle que le pouvoir est « à prendre », et qu’il s’agit de se « battre », il n’explique guère comment ceux qu’il voit comme des « patriotes, même nationalistes », doivent le faire63. Il considère que les moyens « sont très simples », mais ne donne guère d’indications à leur sujet. Valois se contente donc de proclamer que « viendra assez rapidement, dans ce pays, un moment où il n’y aura plus de discours à prononcer mais des ordres à donner. Or il importe d’avoir les moyens nécessaires pour cela, c’est-à-dire une organisation : une troupe, des cadres, des hommes ayant confiance dans les autres, ayant rétabli entre eux la fraternité des combattants. À ce moment là, si “l’ordre” vient, personne de nous n’en demandera la justification s’il s’agit de sauver le pays »64. Les discours prononcés par des orateurs du mouvement, comme celui de l’avocat Yves Nicolaï (1896-1965) devant les militants bordelais en février 1926, éclairent le propos de Valois :

  • 65  Cité par Hugo Morin, Georges Valois et les siens…, op. cit., p. 11.

Sachez que notre organisation est calquée sur celle de l’armée […]. Lorsque nous appellerons « rassemblement ! au faisceau » soyez tous préparés à nous répondre : « présent »65.

  • 66  Georges Valois, La Révolution Nationale. Philosophie de la victoire, Paris, Nouvelle Librairie nat (...)

32Faut-il souligner à quel point le discours du Faisceau demeure vague et incantatoire ? Le ton martial ne dissipe pas les insuffisances et les approximations originelles. Certes, lorsque Valois s’exprime en 1924, le Faisceau n’est pas encore constitué mais si le projet d’un État dictatorial et corporatif visant à remplacer la République parlementaire est à l’époque esquissé, les conditions de sa mise en place sont très floues, sauf à considérer que la campagne des États généraux et la mobilisation censée l’accompagner sont de nature à créer les conditions d’un basculement rendu également possible par l’aggravation d’une situation économique et monétaire maintes fois dénoncée. Valois semble l’escompter lorsqu’il proclame, dans Le Nouveau Siècle du 26 février 1925, qu’avec le Faisceau il ne s’agit de fonder « ni un parti ni une ligue », mais de mettre sur pied « les Légions de la victoire » entendues comme « des légions de combattants, de chefs de famille, de producteurs, de citoyens ». Ajoutons-y l’avènement d’un chef. Ce dernier, gratifié d’une majuscule dans l’essai de Valois intitulé La Révolution Nationale y est omniprésent. Il figure comme le maître-d’œuvre d’une « révolution nationale », imprimée en minuscule dans le texte du livre et définie comme « l’opération par laquelle les combattants, sous le commandement d’un chef national, appuyés par l’élite intellectuelle, bourgeoise et ouvrière du pays, renverseront l’État libéral, supprimeront ses institutions politiques, économiques et sociales et construiront l’État national, avec ses institutions propres »66. Mais dans une forme interrogative qui n’est pas sans rappeler le questionnement de Maurras sur le futur « Monk français », Valois reste très flou sur l’identité et plus encore les caractéristiques du futur « Chef » que « la révolution nationale appelle » : « Est-il héréditaire ? Est-il chef temporaire ? Est-il désigné par l’hérédité ? Est-il désigné par lui-même ? Qui le fait chef ? Le débat est ouvert ». Significativement, Valois ajoute quelques éléments de contexte qui montrent à quel point, à ce moment, il est partagé entre la doxa maurrassienne et l’option italienne :

Les Français qui préparent la révolution nationale ne donnent pas tous la même réponse. Maurras leur a enseigné les vertus de l’hérédité. Toute une jeunesse lui a donné son adhésion enthousiaste. Sur la terre italienne, l’expérience donne une double leçon : l’hérédité a fourni le chef de la continuité nationale ; le chef de l’heure s’est fait lui-même, et le chef héréditaire a consacré son entreprise, sa réussite au nom de la continuité.

33La conclusion de Valois est sèche et le dispense de trancher : « À la vérité, le débat est clos. Le problème intellectuel est résolu ». En réalité, le dirigeant du Faisceau entre sur un terrain miné lorsqu’il écrit :

  • 67  Ibid., p. 182.

Tous les Français qui veulent la dictature de salut public savent bien que le chef ne sera pas désigné par leurs votes et ils entendent qu’il soit un chef indépendant d’eux-mêmes. Ceux qui appellent le chef de l’heure lui laissent la charge de résoudre le problème de la continuité67.

34Il n’est pas besoin de souligner à quel point cette dernière phrase fut de nature à crisper la direction de l’Action française, mais on relèvera aussi que la condamnation de la sélection par le vote ne s’accompagne pas chez Valois d’une définition des modalités d’accès au pouvoir du « Chef » tant attendu. La référence à l’expérience italienne ne saurait y suffire et Valois n’a décidément pas tranché le problème théorique qu’il a posé.

  • 68  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 238.

35Il faut donc aller voir comment s’organisent les mobilisations du Faisceau sur le terrain et si on peut y discerner une empreinte de la marche sur Rome. Elle apparaît bien, à lire Valois, qui a raconté avoir « prévu trois grands rassemblements, grossissant à mesure qu’ils se rapprochaient de Paris, le troisième devant être tout près de Paris, et fait à un moment très aigu de la crise. Les étapes étaient Verdun, Reims, Meaux ». Dans son récit, Valois ajoutait avoir « calculé que la grande crise se produirait aux environs de la fin juin » et souligné « le secret absolu » de toute cette affaire : « L’information fut limitée à moi seul »68.

  • 69  Philippe Barrès a publié en 1924 un livre remarqué intitulé La guerre à vingt ans.

36L’exemple verdunois de février 1926 livre un premier enseignement si on rappelle que ce lieu n’est pas seulement celui de la bataille emblématique de 1916 mais aussi que le département de la Meuse est celui des circonscriptions de Raymond Poincaré et d’André Maginot, l’ancien ministre des Pensions et le promoteur de la ligne éponyme. Ajoutons aussi la symbolique représentée par la Lorraine, si chère à Maurice Barrès dont le fils, Philippe (1896-1975), est membre du comité directeur et orateur national du Faisceau69.

  • 70  Archives départementales de la Meuse (désormais ADM), 1251 W 1382, Courrier du préfet du 13 févrie (...)

37Les dirigeants locaux du Faisceau ont organisé la manifestation du 21 février patronnée par Le Nouveau Siècle. Deux semaines auparavant, la direction nationale du Faisceau, qui pilote l’opération depuis son siège parisien de la rue d’Aguesseau, a délégué sur place un de ses orateurs, Raymond Batardy (1893-1963), ancien capitaine issu de l’Action française, pour y préparer le terrain en liaison avec Pierre Bézard, patron d’une entreprise du bâtiment à Étain. Des conférences et réunions tenues de Verdun à Étain doivent y rameuter les énergies. Les pérégrinations de Batardy sont dument suivies par les autorités policières et préfectorales qui tablent sur une assistance conséquente puisque les organisateurs, qui sont réputés vouloir mobiliser 7 000 personnes, ont loué le marché couvert de Verdun qui peut en accueillir jusqu’à 15 00070. L’appel de la manifestation verdunoise donne le ton d’une commémoration qui se veut placée, dix ans jour pour jour après le début de la bataille, sous le signe d’une forme de revanche des combattants. Le texte, dont le mot fascisme est absent, reprend, sans grand changement, les thèmes classiques de la propagande du Faisceau des combattants. Après avoir rappelé l’importance de la date du 21 février 1916, l’appel prend les Français à partie : « Depuis, avons-nous tous fait notre devoir ? Non ».

38Suit le procès des « mauvais maîtres », l’appel au rassemblement des « énergies » et la déclaration de « la déchéance d’un parlement pourri ». C’est donc au nom des « vraies forces françaises, celles des combattants, celles des chefs de familles, celles des producteurs » qu’entendent mobiliser les organisateurs afin de faire « naître une dictature nationale sous le commandement d’un chef proclamé par les Combattants et acclamé par le pays ».

39Le programme verdunois est organisé en trois temps : veillée d’armes à l’ossuaire de Douaumont dans la nuit du 20 au 21 février ; matinée du 21 consacrée à Douaumont avec, de 8 h à 11 h 30, services religieux, remises d’étendards et dépôt de couronne à l’Ossuaire. L’après-midi est marqué, à partir de 13 h 30, par la réunion publique du marché couvert, le tout devant s’achever par un défilé des Légionnaires jusqu’au faubourg pavé où une couronne doit être déposée sur la tombe de sept soldats inconnus.

  • 71  ADM, 1251 W 1180.

40Les autorités ont suivi de près le cours des événements. Le rapport préfectoral pointe qu’ils n’ont pas donné lieu à des incidents, depuis le matin où 600 « fascistes » ont reçu les fanions jusqu’au défilé final du cortège de 1 500 personnes qui se sont ébranlés à 15 h 30 en rangs par trois. Après une brève allocution de Valois, la dislocation s’est opérée à 16 h 45 sans aucun incident, souligne encore le préfet, en minorant le rôle joué par 250 contre-manifestants comprenant des socialistes, des militants de la Ligue des Droits de l’Homme et des communistes71.

41Concernant le meeting, quatre orateurs ont occupé la tribune. Bucard a insisté en ouverture sur la nécessité de maintenir l’esprit ancien combattant, tandis que Barrès s’est livré à une critique du Parlement et à une apologie de la Lorraine. Le troisième orateur, Arthuys, s’est montré « très violent » et, en rappelant la fraternité de la guerre, a célébré « l’union qui devrait encore assurer le Culte de la Patrie ». Concluant la réunion, Valois « a exposé les buts du Fascisme » ainsi répertoriés dans le rapport : « Dissolution du Parlement. Instauration d’un dictateur quelle que soit la forme qui sera ultérieurement choisie. Assainissement financier en huit jours avec des spécialistes avertis dont lui-même ».

  • 72  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 241.
  • 73  Zeev Sternhell, « Anatomie d’un mouvement fasciste en France : le Faisceau de Gorges Valois », Rev (...)
  • 74  ADM, 1251 W 1180.
  • 75  On constate cependant la présence d’anciens combattants en vue dans des sections du grand Est : l’ (...)

42Que peut-on retirer de cet épisode qui se veut une démonstration de force du fascisme français et qui est saluée par Valois comme « une journée historique » et « une des grandes dates qui jalonnent la route où les combattants de la guerre marchent à la découverte de l’Europe qui se fait sous leurs pas »72 ? Zeev Sternhell évoque un « succès […] indéniable »73. En réalité, sans être négligeable, la mobilisation n’est pas considérable puisque les militants lorrains locaux présents – on peut y ajouter, si on veut s’en tenir au grand Est, ceux venus de Reims ou d’Alsace – ont été renforcés, à lire les rapports officiels74, par « 400 fascistes venus de Paris », tandis qu’ont été identifiés des représentants des sections de Bordeaux, Marseille et Périgueux qui sont des points d’ancrage du mouvement. Les 1 500 légionnaires présents sont également à mettre en regard des 500 hommes réunis au bois des Caures pour une cérémonie en hommage au colonel Driant organisée par le député de Meurthe et Moselle Désiré Ferry, très proche de Louis Marin et issu de la Ligue des patriotes. Il y a là une concurrence mémorielle et combattante clairement assumée puisque la presse locale, notamment L’Éclair de l’Est, fait sa une sur la cérémonie du Bois des Caures et ignore celle du Faisceau. Le Nouveau Siècle met pour sa part Philippe Barrès à l’honneur en titrant à son sujet « La sagesse de l’Est », comme pour valoriser le fils à travers le père, mort trois ans plus tôt et lié charnellement à la terre lorraine dont il connaissait fort bien le personnel politique, à commencer par Poincaré. La Meuse, l’organe poincariste, a bien pris la mesure du relatif échec de l’opération menée par le Faisceau qui, faute d’une implantation solide et profonde, n’a pu attirer en masse un milieu ancien combattant pourtant prompt à se mobiliser sur ce territoire75. Son rédacteur, dans le numéro du 6 mars 1926, intitule non sans exagération son article « Fiasco » et souligne ce refus du milieu combattant qui « compte encore un certain nombre de vieux pépères qui n’ont pas perdu le souvenir du boulangisme, ni de la bride du cheval que montait le général Roget, le jour des funérailles de Félix Faure ». Quelques mois avant le retour au pouvoir de Poincaré, la conclusion, teintée d’ironie, est sans appel pour dénier tout avenir politique au Faisceau :

La tradition démocratique est profondément enracinée en France. Les « Chemises Bleues » armées de leurs haches de fer blanc s’évertueront en vain à l’abattre. Le fascio a fait fiasco.

43Si la référence italienne est explicitement marquée, on soulignera que ce qui compte d’abord est de resituer ce « fascio » dans la lignée des mouvements plébiscitaires, ligueurs et nationalistes qui ont marqué les crises de la IIIe République, de Boulanger à Paul Déroulède et de contester du même coup toute originalité à l’entreprise de Valois et des siens ; lesquels, d’ailleurs, en Lorraine, ont joué la carte d’un discours passe-partout puisque leur tract qui s’ouvrait par une invitation musclée, « Viens au fascisme ! », se poursuivait par ces formules beaucoup plus ternes : « qui apporte avec le salut du pays, le progrès et le bien-être à tous ».

  • 76  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 253.
  • 77  Gilles Vergnon, L’antifascisme en France de Mussolini à Le Pen, Rennes, Presses universitaires de (...)

44L’épisode verdunois est suivi quelques mois plus tard d’une nouvelle mobilisation à Reims prévue le 27 juin sous le nom d’Assemblée nationale de Reims. Elle a été préparée avec soin par André d’Humières, délégué général du Faisceau. C’est lui qui trouve une salle dans une usine désaffectée, tandis qu’à la mobilisation du Faisceau qui doit réunir 10 000 personnes, répond celle des communistes qui en appellent à un « front unique antifasciste » organisé autour d’un Comité d’entente contre le fascisme dont une affiche proclame : « barrons la route de reims !… ». Valois a raconté que les participants étaient, du côté du Faisceau, 10 à 12 000 contre 2 000 communistes. Dans son récit, il met en scène des légionnaires en route vers Reims qui répondent à ceux leur demandant où ils se rendent qu’ils vont « à Reims proclamer la déchéance du Parlement »76. Le « très gros succès » dont se targue Valois, qui souligne « l’ordre admirable », l’ « exaltation », l’accueil vibrant des sept résolutions proposées à une Assemblée enthousiaste et le dessus pris sur les communistes dans la rue – aussi bien à Reims que gare de l’Est au retour des légionnaires – contraste avec la situation financière du Faisceau, franchement inquiétante – que ne tait pas Valois – et la mobilisation de ses adversaires à gauche, qui atteste de la dynamique de l’antifascisme. Elle ne fait que croître tout au long de l’année 1926, en particulier sous l’égide de L’Humanité qui exalte le « front unique antifasciste », réputé avoir mis le « Faisceau en échec » à Reims. Il faut dire que la SFIC a lancé, depuis janvier 1926, des groupes de défense antifascistes et que l’Association républicaine des Anciens combattants (ARAC), passée dans l’orbite communiste depuis juillet 1923, entend dresser « en face des légions bleues, le bloc compact des combattants antifascistes »77. L’Assemblée de Reims n’eut donc pas l’ « importance capitale » que lui donne Valois en considérant qu’ « elle arrêta net l’action de la coalition qui voulait aplatir le franc à zéro » et que le Faisceau serait « en mesure, vers septembre ou octobre, de prendre la tête d’un véritable mouvement révolutionnaire » ; un scénario rendu impossible par la « peur » qui saisit le Parlement et l’action de la « coalition financière » qui, après avoir « déclenché la baisse du franc […] déclencha une revalorisation », le tout aboutissant à un gouvernement Poincaré. On ne s’attardera pas ici sur le « traquenard » dénoncé par Valois mettant en cause classe politique, finance et police qui, le 21 juillet, aurait truffé les abords de la Chambre de fausses chemises bleues, pour présenter un « simulacre d’émeute », alors que « la révolution fasciste n’était point prête. Le peuple ne la voulait pas encore ». L’essentiel est ailleurs.

  • 78  Georges Valois, L’homme contre l’argent, op. cit., p. 284. L’épisode est expédié en cinq lignes.
  • 79  Emmanuel Mattiato, « L’axe Rome-Paris et la campagne pour le “Blocco latino” dans le Nouveau Siècl (...)
  • 80  Didier Musiedlak, La marche sur Rome…, op. cit., p. 111 sq.
  • 81  On ne saurait suivre le témoignage de Valois qui évoque un Faisceau « en ascension » jusqu’en nove (...)

45Le semi-succès de Reims, après celui de Verdun, et surtout le retour au pouvoir de Raymond Poincaré ont eu raison des ambitions du Faisceau qui n’a jamais organisé l’Assemblée de Meaux, même si Valois y est présent à l’occasion de l’anniversaire de la Marne78. La crise de l’été 1926, loin d’ouvrir les chemins du pouvoir à Valois et aux siens comme ces derniers l’avaient espéré, s’est avérée fatale pour leurs desseins. Le Faisceau fut incapable de se constituer en alternative et d’exploiter la crise, ce « drame monétaire » pourtant tant attendu, contrairement à ce qu’ont su faire les fascistes italiens à l’automne 1922. Certes, le 18 juillet 1926, en pleine crise monétaire, Valois en a bien appelé au gouvernement pour qu’il confie le pouvoir au Faisceau réputé disposer d’une expertise en la matière – la sienne en l’occurrence – comme promoteur du Franc-Or au sein de la ligue éponyme. Les chances de voir aboutir cette demande étaient évidemment nulles même si cette démarche s’inscrit bien dans la logique de Valois qui, comme l’a justement relevé Emmanuel Mattiato, avait entrepris « une action métapolitique » visant à mettre sur pied « une nouvelle élite destinée à s’emparer du pouvoir lorsque s’effondrerait d’elle-même la République, qu’il juge gangrenée par le parlementarisme et fragilisée par une politique financière aberrante »79. Là est toute la différence avec le fascisme italien. En 1922, Mussolini pouvait compter sur des figures de proue comme Cesare de Vecchi pour se poser en interlocuteurs des institutions et des forces politiques lors de la crise politique d’octobre80. Le Faisceau ne dispose nullement de tels relais et l’édifice, péniblement mis sur pied, se lézarde gravement à l’automne 192681.

  • 82  Ajoutons-y le choc provoqué sur place par l’attaque contre le journal perpétrée par sept militants (...)
  • 83  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 171.
  • 84  Cité par Hugo Morin, Georges Valois et les siens…, op. cit., p. 19.
  • 85  Allen Douglas, « Violence and Fascism… », art. cit., p. 703-705.
  • 86  Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, P (...)

46L’historiographie a justement insisté sur le fait que l’échec du Cartel des gauches et le rétablissement du franc par Poincaré amputaient Valois de soutiens potentiels et contribuaient même à fracturer ceux qu’il avait pu réunir ; en atteste l’exemple de l’Est de la France, plus encore de la Meuse, où nombre de militants abandonnent le Faisceau par fidélité à Poincaré – c’est le cas de Philippe Barrès – ou parce que la radicalité affichée du mouvement leur paraît déplacée : Bézard se voit désavoué à l’automne 1926 par les sections locales à cause de la virulence de ses prises de position contre le rédacteur en chef de L’Avenir de la Meuse 82. Dans cette attitude de défiance, le rapport à la violence politique joue une part importante et montre tout ce qui sépare le Faisceau français du fascisme italien. Mais aussi ce qui le rapproche d’une Action française marquée par une distorsion bien connue entre la violence verbale de Daudet ou de Maurras et l’absence de mise en œuvre des menaces proférées, notamment lors des assassinats de Marius Plateau et d’Ernest Berger. Valois l’a reproché à Maurras et déploré que l’Action française n’ait eu « aucune réaction » et n’ait pas vengé ses morts83. Mais pour sa part, il se démarque de la violence du fascisme italien qu’il n’entend nullement importer puisqu’il explique devant les militants messins, en avril 1926, que le fascisme, « ce n’est ni la matraque ni l’huile de ricin comme on veut bien le dire dans certains milieux, c’est la révolution qui grandit, canalisée vers l’amélioration de la nation et dans ce but, le premier remède consiste en la suppression du Parlement »84. Toute la question reste cependant de savoir comment il compte le supprimer et traduire en actes cet antiparlementarisme consubstantiel du milieu ligueur et nationaliste. Après la manifestation du 21 juillet 1926 et la chute d’Herriot, Bucard a reproché à Valois sa pusillanimité. Il est pourtant trop tard pour espérer instaurer un régime fasciste en France, ce qui tend encore plus les relations entre une tendance activiste menée par Marcel Bucard et Maurice de Barral de Montrauvard d’un côté, et, de l’autre, des éléments beaucoup plus enclins à la modération comme Jacques Arthuys. Entre les deux, Valois est tiraillé. On constate même que les militants du Faisceau subissent davantage la violence, notamment de la part des communistes, qu’ils ne la provoquent ainsi qu’en atteste l’exemple de la réunion de Reims où Valois avait interdit à ses militants de venir armés mais qui fut marquée par des affrontements dans la ville où 700 militants de l’ARAC ont fait le voyage depuis Paris munis de cannes et de matraques85. Certes, en juin 1926, le Faisceau s’est doté d’un « service spécial » pour assurer l’ordre dans ses réunions en mettant sur pied deux équipes d’une vingtaine de légionnaires armés de fouets à lanière et de poivre destiné à asperger le visage de leurs adversaires tandis que la consigne, « inspir[ée] explicitement du modèle fasciste, souligne Danielle Tartakowsky, était de les déculotter et de les fustiger »86. Mais ce service, pointé dans les rapports de police, n’a pas l’ampleur des Groupes de Défense antifascistes (GDA) de la SFIC. Surtout, à la différence de Valois, les communistes assument et revendiquent cet usage de la violence comme l’a proclamé Jacques Duclos en septembre 1926 à Metz :

  • 87  Cité par Gilles Vergnon, L’antifascisme en France…, op. cit., p. 31.

Lorsque Valois marchera sur Paris, l’ARAC sera là pour défendre cette République bourgeoise et, pour aller à Paris, il faudra qu’il passe sur nos cadavres87.

  • 88  Cité par Pierre Milza, « Georges Valois et l’Italie », dans Enrico Deleva et Pierre Milza (dir.), (...)
  • 89  Emmanuel Mattiato, « L’axe Rome-Paris et la campagne… », art. cit., p. 162 sq.
  • 90  Pierre Milza, « Georges Valois et l’Italie », art. cit., p. 186.

47Mais, plus encore, en abandonnant à partir de la fin de 1926 la mise sur pied de manifestations d’envergure au profit de l’organisation de « semaines » ou de réunions thématiques, le Faisceau montre bien que l’action n’est plus au cœur des préoccupations d’un mouvement qui se réclame encore du fascisme. Car l’affaissement de l’automne 1926, qui annonce l’effondrement du Faisceau, ne signifie pas que Valois ait abandonné son intérêt pour le fascisme italien. Nous avons mentionné son second voyage dans la péninsule en septembre 1926. Il en revient enthousiaste en proclamant, le 18 septembre dans Le Nouveau Siècle à propos de Mussolini, que « […] lorsqu’il parle, ce n’est pas seulement un des plus grands hommes d’État qui fait entendre sa voix, c’est littéralement la voix de tout un peuple en pleine renaissance. Et ce peuple, c’est un peu des peuples de la nouvelle Europe »88. Par ces derniers mots, Valois amorce sa campagne dans Le Nouveau Siècle en faveur du Bloc latin89 pour libérer l’Europe du poids de la finance anglo-saxonne. Elle se matérialise par une grande réunion publique au Cirque de Paris le 2 novembre 1926, où Valois célèbre Mussolini ainsi que D’Annunzio et accueille à ses côtés le colonel Reuhl pour la Belgique, Ibanez de Ribero pour l’Espagne, Rebello pour le Portugal et Marinetti pour l’Italie, qui prennent la parole, ce dernier finissant acclamé par une salle où l’orchestre joue l’hymne fasciste90. Ce même soir, un télégramme de Mussolini, lu à la tribune, soulève également l’enthousiasme, tandis que se développe peu après une campagne de presse contre le Faisceau accusé de trahison par Maurras dans L’Action française du 6 novembre 1926. Le chef de l’Action française s’adresse à lui nommément et crument :

  • 91  C’est le cas à ce moment ou des tensions existent entre les deux pays. Sur cette question, Georges (...)

Oui ou non es-tu payé par une puissance étrangère ? Oui on non ta politique italienne est-elle dirigée par un Italien ? Oui ou non est-ce à l’ambassade d’Italie que tu prends tes mots d’ordre dans les difficultés qui s’élèvent entre Rome et Paris ?91

48L’affaire achève d’empoisonner les relations déjà bien dégradées entre l’Action française et le Faisceau puisque cette campagne de presse motive l’expédition menée le 14 novembre 1926 dans les locaux de la rue de Rome pour se venger d’accusations jugées infondées et solder l’humiliation subie par le Faisceau universitaire lorsque sa réunion du 14 décembre 1925 fut attaquée par les maurrassiens. Le raid contre le quotidien royaliste n’enraye en rien la crise du Faisceau, qui se délite et voit ses perspectives s’assombrir de jour en jour au point que la parution du Nouveau Siècle, privée des fonds de François Coty, est suspendue le 7 décembre 1926. La vie du Faisceau n’est pas encore finie et Valois entreprend de le faire « rentrer dans la République », ce qui signifie une rupture avec les droites sur fond de procès avec l’Action française.

  • 92  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 320.
  • 93  Ibid., p. 333.
  • 94  Ibid., p. 335.

49Parallèlement, le fascisme reste au cœur de ses préoccupations. À l’automne 1927, il en traite au club du Faubourg en exposant « les thèses de la République syndicale »92 qui commencent à croiser celles des « jeunes équipes » dont la Librairie Valois va être la maison d’édition privilégiée. C’est encore sur la question du « fascisme pur » ou « intégral » – à l’italienne – que s’écharpent les congressistes de février 1928, ses tenants, menés par Philippe Lamour et Marcel Bucard, mettant en cause Valois et Arthuys réputés gagnés au parlementarisme. Valois conserve la direction du Faisceau, qui n’est plus qu’une organisation squelettique. Ce n’est finalement qu’au conseil central du 20 mars 1928 que le Faisceau, toujours dirigé par Valois, abandonne toute référence au fascisme au profit d’un comité républicain syndicaliste qui préfigure le Parti républicain et syndicaliste ; un virage qui provoque la création d’une organisation dissidente, le Parti fasciste révolutionnaire où militent notamment les deux médecins Marcel Martiny – futur pilier de la section médicale du comité France-Italie – et Pierre Winter qui ont fait un voyage en Italie l’année précédente. Le propos de Valois est désormais sans appel : si le « vocabulaire “fasciste” […] avait eu quelque vertu en 1925 », depuis il « était devenu une entrave terrible à toute action »93. Et ce parce que le fascisme italien se serait fourvoyé : « républicain et syndicaliste à l’origine », il serait « devenu monarchiste et ploutocratique »94.

  • 95  Charles Maurras, Les vergers sur la mer. Attique, Italie, Provence, Paris, Flammarion, 1937, p. 13 (...)
  • 96  Ibid., p. 134.
  • 97  Ibid., p. 139.
  • 98  L’étudiant français, 10-25 décembre 1934, p. 2.
  • 99  « Nationalisme français, fascisme, hitlérisme », L’étudiant français, 25 mars et 10 avril 1931.
  • 100  Il s’agit d’un numéro spécial du 22 octobre 1932 qui est le centième de l’hebdomadaire. Il marque (...)

50Quel bilan dresser de la réception et des usages de la marche sur Rome chez des maurrassiens déchirés par des dissidences à la fin des années 1920 ? Dissidences qui ne doivent faire oublier ni les conséquences de la condamnation pontificale du 29 décembre 1926, ni la nouvelle concurrence née des Jeunesses patriotes de Pierre Taittinger. On observera d’abord que l’intérêt pour cet événement n’est pas de même nature entre la rue de Rome d’un côté et la rue d’Aguesseau ou la rue Cambon de l’autre. Si, comme nous l’avons souligné, Valois est réputé, selon ses dires, avoir envisagé une marche sur Paris inspirée de la marche sur Rome, ce fut un véritable échec dû sans doute au contexte français bien différent de celui de l’Italie, mais aussi parce que le Faisceau construit par Valois et les siens est – sur le mode de son organisation comme de ses pratiques militantes – bien différent du PNF et du squadrisme. Il n’a jamais été question, du côté de l’Action française, de s’inspirer à proprement parler du modèle fasciste de prise du pouvoir et la place de la marche sur Rome, dans l’horizon de ses références, est donc contingente. Ce qui interroge l’Action française concerne la nature du fascisme, son rapport à l’ordre et sa relation à la latinité. Maurras lui-même, lorsqu’il se rend en Italie et visite en particulier la Campanie, livre cette réflexion pour distinguer « l’Italie ancienne et nouvelle » : « Ni anarchie, ni décadence : la régénération, la hiérarchie et le renouveau »95. Le philofascisme de Maurras ne se nourrit pas seulement d’un retour à l’ordre qu’il juge indispensable, mais aussi d’une italophilie qu’il célèbre en reprenant à son compte le discours mussolinien sur le sujet pour proclamer : « Rome et Paris, pôle du monde classique. Nécessité de les fédérer. Il n’y a rien de plus urgent ! »96. Dans cette perspective, sans être ignorée, la marche sur Rome n’est évoquée que de façon marginale lorsqu’il s’agit de rendre hommage au « pouvoir monarchique », pilier de la « souveraineté nationale italienne », dont « l’action discrète n’a pas cessé d’être vigilante, soit en 1915, lors de l’entrée en guerre de l’Italie, soit en 1922, lors de la marche sur Rome »97. Ce discours du chef de l’Action française, qui s’inscrit dans le prolongement de son texte précité de 1923, irrigue celui des étudiants du mouvement, comme l’illustre la conférence prononcée par Regel au Cercle d’Études politique le 6 décembre 193498. Le jeune orateur, qui a pris soin de rappeler le contenu de sa bibliographie, met en avant deux ouvrages de Mussolini et de Tomaso Silani, mais surtout Maurras (Promenade italienne, Dictionnaire politique et critique) et Marie de Roux99 ; sans oublier Georges Roux, Paul Gentizon du Temps et le numéro spécial de Je suis partout du 22 octobre 1932 consacré à la Mostra 100. Le but de sa conférence est circonscrit par le souci « d’étudier […] comment le fascisme italien a réussi, la signification de cette réussite, et ce qu’elle devrait enseigner aux Français quelque peu soucieux de remédier aux maux trop visibles dont souffre leur pays ». On en retiendra moins les développements sur les mérites du fascisme du point de vue de l’activité économique ou de la critique de la démocratie que ceux qui ouvrent la conférence, et concernent son avènement. Il n’est pas question de la marche sur Rome en tant que telle, mais bien davantage du rétablissement de « l’ordre » et du retour à la « discipline » mis en place par le fascisme, de même que son accent sur le « souvenir de Rome ». En cela, la Mostra a joué un rôle important pour l’orateur qui l’a visiblement visitée :

Rien n’était plus impressionnant à « l’exposition de la Révolution fasciste » que les salles consacrées aux victimes du socialisme et du communisme de 1919 à 1922. Par les centaines de photographies et de reliques sanglantes qui tapissaient les murs, on se représentait bien l’Italie à feu et à sang de Milan jusqu’à Reggio.

51Après avoir longuement cité Malaparte, l’orateur ajoutait :

Rien maintenant ne semble plus lointain que ces scènes, il faut se rappeler combien elles sont récentes pour apprécier, comme il le mérite, l’ordre qui règne en Italie. Pour l’instaurer il a fallu de grands efforts, une extrême brutalité, une tactique de représailles, mais pas plus qu’ailleurs les révolutionnaires socialo--communistes n’ont tenu quand ils ont eu en face d’eux des gens décidés à ne pas se laisser faire, mais à riposter : « Œil pour œil, dent pour dent ».

52Dix mois après le 6 février et un mois après la chute du gouvernement Doumergue, il n’est pas question de brosser le moindre parallèle et de tirer des conclusions sur un épisode qui, vu du camp nationaliste, ne peut être considéré que comme un échec, lequel va radicaliser une partie des militants et les amener justement vers la rupture avec le maurrassisme au profit du fascisme. Elle n’est nullement à l’ordre du jour du point de vue de Regel qui célèbre « les noms du roi et du Duce […] mêlés à ceux des Césars, et l’orgueil de l’Italie ancienne et de l’Italie fasciste se trouvent ainsi intimement unis ». Il veut donc voir dans « l’amour de la monarchie », « un des sentiments que le fascisme a restaurés ». Le portrait de Mussolini s’inscrit donc dans une lecture déjà présente en 1922, celle d’un restaurateur de l’ordre qui permet à l’Action française, en insistant sur « l’union du fascisme avec la monarchie », d’affirmer que « Mussolini n’est pas seulement le “Duce del Fascismo”, il est le chef du gouvernement du roi ».

Haut de page

Notes

1  Christophe Poupault, À l’ombre des faisceaux. Les voyages français dans l’Italie des chemises noires (1922-1943), Rome, École française de Rome, 2014, p. 203. Voir également Pierre Milza, Le fascisme italien et la presse française (1920-1940), Bruxelles, Complexe, 1987 (il s’agit de la réédition de L’Italie fasciste devant l’opinion française, 1920-1940, Paris, Armand Colin, 1967). Également Gérard Gaudin, « L’Action française et les débuts du fascisme italien », Études maurrassiennes, no 2, 1973, p. 83-96 et Bruno Goyet, « La “marche sur Rome” : version originale sous-titrée. La réception du fascisme dans la France des années 20 », dans Michel Dobry (dir.), Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003, p. 69-105.

2  Nous nous appuyons ici sur Ralph Schor, « L’Italie de 1920 devant l’opinion française », dans Enrico Deleva et Pierre Milza (dir.), La Francia e l’Italia negli anni venti : tra politica e cultura, Milan, Franco Angeli, 1996, p. 14-32. Voir également l’étude très récente de Jérémy Guedj, « L’illusion charismatique. Mussolini dans les revues culturelles françaises de l’entre-deux-guerres », Laboratoire italien, no 30, 2023.

3  Jacques Bainville, La guerre et l’Italie, Paris, Fayard, 1916.

4  Dominique Decherf, Bainville. L’intelligence de l’histoire, Paris, Bartillat, 2000, p. 206.

5  Georges Valois, « L’économie nouvelle. La terre européenne en danger », L’Action française, 15 août 1921, p. 4.

6  Ces titres sont lus et commentés à l’époque comme l’illustre le corpus mobilisé par Ralph Schor qui les cite (« L’Italie de 1920… », art. cit., p. 17, 19, 25, 27, 29 et 30).

7  Martial Buisson, « Le “Fascisme” », L’Étudiant français, no 9, juillet 1922, p. 162-165. Les italiques figurent dans le texte original.

8  L’Action française, 29 juillet 1922, p. 3.

9  L’Action française, 13 octobre 1922, p. 3.

10  Olivier Dard, « Refouler la Révolution bolchevique », dans François Cochet (dir.), Les guerres des années folles, 1919-1925, Paris, Passés Composés, 2021, p. 137-165.

11  Léon Daudet, « Le mouvement fasciste et la menace sur l’Italie », L’Action française, 12 septembre 1922, p. 1.

12  Aventino, « Les partis. Le fascisme et ses chances », L’Action française, 28 octobre 1922, p. 2. Charles Belin, ancien camarade de Robert de Boisfleury à Saint-Cyr et très lié à Bernard de Vesins, est le correspondant de L’Action française à Rome depuis l’avant-guerre. Il y a suivi de très près les relations avec le Saint-Siège et les menaces de condamnation avant 1914 (Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action française. Histoire d’une condamnation, 1889-1939, Paris, Fayard, 2001, p. 74, 99, 104). Voir également Nina Valbousquet, Catholique et antisémite. Le réseau de Mgr Benigni – Rome, Europe, États-Unis, 1918-1934, Paris, CNRS Éditions, 2020, p. 39-40.

13  Jacques Bainville, « Le cas de l’Italie », L’Action française, 29 octobre 1922, p. 1.

14  « La crise italienne. Benito Mussolini va-t-il prendre le pouvoir ? Les fascistes ont mobilisé un million d’hommes », L’Action française, 30 octobre 1922, p. 3.

15  Didier Musiedlak, La marche sur Rome : entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, 2022, p. 151.

16  Il s’agit du Grand maître de la Grande Loge d’Italie, obédience installée Piazza del Gesú, qui apporte alors son soutien à Mussolini à la différence du Grand Orient qui lui est hostile.

17  Jacques Bainville, « Un coup d’État et une crise de l’État », L’Action française, 30 octobre 1922, p. 1.

18  Jacques Bainville, « La politique extérieure du fascisme », L’Action française, 1er novembre 1922, p. 1.

19  Jacques Bainville, « Mussolini dictateur », L’Action française, 31 octobre 1922, p. 1.

20  Daudet y revient le 27 novembre 1922 en évoquant « la poussée réactionnaire générale à laquelle nous assistons » et associe la victoire d’un monarchiste à une élection sénatoriale dans le Maine et Loire, la Grande-Bretagne et l’Italie. (« La victoire royaliste du 19 novembre », L’Action française, 27 novembre 1922, p. 1).

21  Daudet, auteur d’un Sylla et son destin. Récit de jadis et de toujours, paru chez Flammarion en 1922, est régulièrement revenu sur l’histoire de la dictature à Rome (« La dictature à Rome… autrefois », L’Action française, 5 novembre 1922, p. 1).

22  Léon Daudet, « Autour de la Victoire du “Fascio” », L’Action française, 31 octobre 1922, p. 1.

23  Anne-Catherine Schmidt-Trimborn, La ligue d’Action française (1905-1936). Organisations, lieux et pratiques militantes, Bruxelles, Peter Lang, 2022, p. 57 sq.

24  Aventino, « Lettre de Rome. Alea Jacta Est ! », L’Action française, 5 novembre 1922, p. 2.

25  Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, établi par les soins de Pierre Chardon, Paris, À la Cité des Livres, 1933, t. 3, p. 125 (entrée « Mussolini »).

26  Ernest Nolte, Le fascisme dans son époque, t. 1 : L’Action française, Paris, Julliard, 1970 [1963].

27  Ibid., p. 88. Voir aussi Zeev Sternhell, La droite révolutionnaire, 1885-1914. Les origines françaises du fascisme, Paris, Seuil, 1978.

28  Cité par Ernest Nolte, Le fascisme dans son époque, t. 1, op. cit., p. 371.

29  Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, t. 3, op. cit., p. 125 (entrée « Mussolini »).

30  Ibid., p. 124.

31  Cité par Didier Musiedlak, « Charles Maurras et l’Italie : histoire d’une passion contrariée », dans Olivier Dard et Michel Grunewald (dir.), Charles Maurras et l’étranger. L’étranger et Charles Maurras, Berne, Peter Lang, 2009, p. 161.

32  Ibid., p. 165, note 47.

33  Ernest Nolte, Le fascisme dans son époque, t. 1, op. cit., p. 303.

34  Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, t. 3, op. cit., p. 126 (entrée « Mussolini »).

35  Pietro Gorgolini, Le fascisme, préface de Benito Mussolini, préface de Jacques Bainville, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1923 et Pietro Gorgolini, La Révolution fasciste, préface de Georges Valois, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1924.

36  Cité par Dominique Decherf, Bainville. L’intelligence…, op. cit., p. 235.

37  Georges Valois, « La Révolution fasciste. Quelques réflexions sur le fascisme à propos du livre de M. Gorgolini », L’Action française, 6 juillet 1924, p. 3.

38  L’Action française, 8 juin 1924, p. 3. Sur cette « querelle du bourgeois » qui n’a pas entamé les relations entre Johannet et Valois, puisque le premier témoigna en faveur du second dans le procès qui l’opposa à l’AF, voir les échanges épistolaires entre les deux hommes reproduits en appendice (IV) de l’ouvrage de Valois, Contre le mensonge et la calomnie. Les campagnes de l’Action française. Mes réponses - Mes accusations, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1926, p. 197-203.

39  Federico Carlo Simonelli, « L’omipresa fiumana nella memoria pubblica del fascismo. Note per una ricerca », dans Giordano Bruno Guerri (dir.), Fiume, 1919-2019. Un centenario europeo tra identità, memorie e prospettive di ricerca, Milan, Silvana Editoriale, 2020, p. 438.

40  L’Italie nouvelle, 15 juin 1924, p. 2.

41  L’Action française, 13 mars 1924.

42  Georges Valois, L’homme contre l’argent. Souvenirs de dix ans, 1918-1928, édition présentée par Olivier Dard, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012, p. 105.

43  Ibid., p. 106.

44  Ibid., p. 109.

45  Valois lui-même n’en dit rien dans l’article qui marque son retour à Paris au bout d’une semaine (« Le problème de l’action », 16 janvier 1924).

46  Christophe Poupault, À l’ombre des faisceaux…, op. cit., p. 204.

47  Pour les citations qui précèdent, Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 109-110.

48  Pour cette citation et la suivante, Didier Musiedlak, « L’Italie fasciste et Georges Valois », dans Olivier Dard (dir.), Georges Valois, itinéraires et réceptions, Berne, Peter Lang, 2011, p. 210.

49  Ibid., p. 207.

50  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 267-269.

51  Ibid., p. 265.

52  Didier Musiedlak, « L’Italie fasciste et Georges Valois », art. cit., p. 210.

53  Ernst Nolte, Les mouvements fascistes. L’Europe de 1919 à 1945, Paris, Calmann Lévy, 1969, p. 324.

54  Yves Guchet, Georges Valois. L’Action française. Le Faisceau. La République, Paris, L’Harmattan, 2001 [1975], p. 183-190.

55  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 215-216.

56  Cité par Hugo Morin, Georges Valois et les siens : le temps du Faisceau. Une prosopographie d’un groupe fasciste, mémoire de master 2 sous la direction d’Olivier Dard, Sorbonne Université, 2021, p. 13.

57  Didier Musiedlak, Parlementaires en chemises noires, Italie (1922-1943), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 83 sq.

58  Jacques Arthuys (1894-1943), industriel lainer, fut le vice-président du Faisceau. Issu de la mouvance AF, il a publié Les combattants en 1925.

59  Georges Valois, « Les relations de l’État et des diverses classes sociales », discours tenu lors de la réunion du 11 novembre 1924, Cahiers des États généraux, t. III, no 18, 1er semestre 1925, p. 690.

60  Hubert Bourgin (1874-1955), universitaire venu du socialisme est membre du comité directeur du Faisceau.

61  Georges Valois, « Les relations de l’État… », art. cit., p. 692, 710, 694.

62  Ibid., p. 694, 709.

63  Ibid., p. 695-696, 706.

64  Ibid., p. 711.

65  Cité par Hugo Morin, Georges Valois et les siens…, op. cit., p. 11.

66  Georges Valois, La Révolution Nationale. Philosophie de la victoire, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1924, p. 162. Ce volume est le premier numéro de la collection des Cahiers de la Victoire. Imprimé le 8 novembre 1924, le livre fut rédigé entre août et octobre de cette année-là.

67  Ibid., p. 182.

68  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 238.

69  Philippe Barrès a publié en 1924 un livre remarqué intitulé La guerre à vingt ans.

70  Archives départementales de la Meuse (désormais ADM), 1251 W 1382, Courrier du préfet du 13 février 1926. Cette attention des autorités dément les assertions de Valois qui explique que « le gouvernement ne comprit la valeur du rassemblement de Verdun que deux ou trois jours avant qu’il ait lieu » (L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 238).

71  ADM, 1251 W 1180.

72  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 241.

73  Zeev Sternhell, « Anatomie d’un mouvement fasciste en France : le Faisceau de Gorges Valois », Revue française de science politique, vol. 26, no 1, 1976, p. 27.

74  ADM, 1251 W 1180.

75  On constate cependant la présence d’anciens combattants en vue dans des sections du grand Est : l’ingénieur Auguste Guérin à Briey, Hubert-Charles Régnier à Troyes et Reims, et Edmond Schiffmacker en Alsace.

76  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 253.

77  Gilles Vergnon, L’antifascisme en France de Mussolini à Le Pen, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 28 et p. 30.

78  Georges Valois, L’homme contre l’argent, op. cit., p. 284. L’épisode est expédié en cinq lignes.

79  Emmanuel Mattiato, « L’axe Rome-Paris et la campagne pour le “Blocco latino” dans le Nouveau Siècle : l’action géopolitique de Georges Valois et du Faisceau (1926-1927) », Cahiers de la Méditerranée, no 95, décembre 2017, p. 154.

80  Didier Musiedlak, La marche sur Rome…, op. cit., p. 111 sq.

81  On ne saurait suivre le témoignage de Valois qui évoque un Faisceau « en ascension » jusqu’en novembre 1926 (L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 238).

82  Ajoutons-y le choc provoqué sur place par l’attaque contre le journal perpétrée par sept militants venus d’Étain (Allen Douglas, « Violence and Fascism : The Case of the Faisceau », Journal of Contemporary History, vol. 19, no 4, 1984, p. 692).

83  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 171.

84  Cité par Hugo Morin, Georges Valois et les siens…, op. cit., p. 19.

85  Allen Douglas, « Violence and Fascism… », art. cit., p. 703-705.

86  Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, Paris, Aubier, 1998, p. 63.

87  Cité par Gilles Vergnon, L’antifascisme en France…, op. cit., p. 31.

88  Cité par Pierre Milza, « Georges Valois et l’Italie », dans Enrico Deleva et Pierre Milza (dir.), La Francia e l’Italia negli anni venti…, op. cit., p. 179.

89  Emmanuel Mattiato, « L’axe Rome-Paris et la campagne… », art. cit., p. 162 sq.

90  Pierre Milza, « Georges Valois et l’Italie », art. cit., p. 186.

91  C’est le cas à ce moment ou des tensions existent entre les deux pays. Sur cette question, Georges Valois dément catégoriquement (L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 270). De son côté, Pierre Milza, sur la foi d’un rapport italien de 1930, reste prudent mais n’exclut pas une demande de financement de Valois qui n’aurait pas abouti (« Georges Valois et l’Italie », art. cit., p. 187-188). Sur les liens entre le Faisceau et l’Italie en 1926, Allen Douglas, From Fascism to Libertarian Communism. Georges Valois against the Third Republic, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1992, p. 126-127, qui évoque ses liens avec le Fascio de Paris, le journal L’Impero et l’écho qu’il donne au Nouveau Siècle ; sans oublier le personnage d’Ambrosini, un ancien syndicaliste rallié au fascisme mais l’ayant depuis délaissé en s’installant à Paris mais qui serait probablement, selon Douglas, un agent italien.

92  Georges Valois, L’homme contre l’argent…, op. cit., p. 320.

93  Ibid., p. 333.

94  Ibid., p. 335.

95  Charles Maurras, Les vergers sur la mer. Attique, Italie, Provence, Paris, Flammarion, 1937, p. 130.

96  Ibid., p. 134.

97  Ibid., p. 139.

98  L’étudiant français, 10-25 décembre 1934, p. 2.

99  « Nationalisme français, fascisme, hitlérisme », L’étudiant français, 25 mars et 10 avril 1931.

100  Il s’agit d’un numéro spécial du 22 octobre 1932 qui est le centième de l’hebdomadaire. Il marque une évidente sympathie pour le régime et ses réalisations. On en retiendra la définition que propose du fascisme son correspondant à Rome, Aldo Gini, qui sans évoquer explicitement la marche sur Rome s’interroge sur l’avènement du régime en des termes on ne peut plus maurrassiens : « Ne fut-il pas comme une insurrection du pays réel contre le pays légal, une revanche des forces profondes de la patrie et de la société contre cette réalité fictive de la démocratie qui s’y était cramponnée jusqu’alors ? » (Cité par Pierre-Marie Dioudonnat, Je suis partout : 1930-1944. Les maurrassiens devant la tentation fasciste, Paris, La Table ronde, 1973, p. 49).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Dard, « La nébuleuse maurrassienne et la marche sur Rome »Cahiers de la Méditerranée, 107 | 2023, 93-116.

Référence électronique

Olivier Dard, « La nébuleuse maurrassienne et la marche sur Rome »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 107 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17527 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x4u

Haut de page

Auteur

Olivier Dard

Olivier Dard est professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne Université. Il a notamment publié Charles Maurras, le nationaliste intégral, (Dunod, 2023, 3e édition augmentée [2013]) et, avec Ana Isabel Sardinha-Desvignes, Célébrer Salazar en France (1930-1974). Du philosalazarisme au salazarisme français, Bruxelles, Peter Lang, 2018 [traduit et publié au Portugal en 2019 chez Edicoes 70 sous le titre Salazar em França. Admiradores e discípulos (1930-1974)]. Il a récemment coordonné avec Didier Musiedlak et Éric Anceau, Être nationaliste à l’heure des masses en Europe (1900-1920), Berne, Peter Lang, 2017 et avec Didier Musiedlak, Être nationaliste en régime de dictature, Berne, Peter Lang, 2021. Il a enfin dirigé avec Christophe Boutin et Frédéric Rouvillois le Dictionnaire du conservatisme (Éd. du Cerf, 2017), le Dictionnaire des populismes (Éd. du Cerf, 2019) et le Dictionnaire du progressisme (Éd. du Cerf, 2022).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search