Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Dossier : Signification et portée...De la « marche sur Rome » au myth...

Dossier : Signification et portée de la marche sur Rome. Europe, Amérique latine

De la « marche sur Rome » au mythe fasciste de Rome dans la Roumanie de l’entre-deux-guerres

From the ‘march on Rome’ to the fascist myth of Rome in interwar Romania
Florin Turcanu
p. 117-140

Résumés

La courbe de la réception du fascisme et de la figure de Mussolini en Roumanie permet de distinguer les années 1920 – période des premières tentatives d’imitation du mouvement politique italien mais aussi d’interrogations critiques et de réserves manifestes – de la décennie suivante qui fut la grande époque de l’acculturation fasciste en Roumanie. Il s’agit d’éclairer d’abord les usages de la marche sur Rome dans la cristallisation des premières représentations du fascisme perçu comme un dynamisme politique inédit, à la fois anticommuniste et antiparlementaire qui peut s’avérer séduisant ou inquiétant. Après 1930, dans une Roumanie de plus en plus perméable à l’inspiration du modèle fasciste, malgré les tentatives de faire de la marche sur Rome le contre-coup de 1789, c’est le mythe de Mussolini et celui de Rome qui, en favorisant l’équivalence entre fascisme italien et latinité, poussent vers les marges la mémoire de l’événement fondateur de 1922.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Hans-Christian Maner, Parlamentarismul în România, 1930-1940, Bucarest, Editura Enciclopedica, 200 (...)

1Au moment où le fascisme accède au pouvoir en Italie, en octobre 1922, la Roumanie vit une période de transition politique qui reflète la dynamique spécifique des premières années de l’après-guerre. Dans un pays dont la surface et la population avaient plus que doublé par rapport à l’avant-guerre, se font sentir les premiers effets de l’introduction du suffrage universel masculin en 1919 et de la multiplication des partis politiques qui enterre le bipartisme d’avant la Grande Guerre. L’apparition de formations politiques à caractère régional dans certaines des provinces récemment acquises, le poids numérique sans précédent des minorités nationales (près d’un tiers de la population) qui cherchent leur place sur la scène politique de la Grande Roumanie, la rédaction, enfin, d’une nouvelle Constitution qui sera adoptée en 1923 sont autant de transformations auxquelles s’ajoutent les débuts, en 1921, d’une ample réforme agraire. Pour reprendre les mots de l’historien allemand Hans-Christian Maner au sujet de la Roumanie de l’entre-deux-guerres, « dans une société de culture traditionaliste, caractérisée par un analphabétisme de masse, un réseau de communication insuffisant et l’incapacité de partis [politiques] à coaguler et articuler les intérêts de catégories plus amples de la population »1, le caractère dysfonctionnel de la nouvelle démocratie roumaine et les déceptions qu’elle engendre – notamment dans les couches urbaines – ont favorisé l’apparition précoce d’un discours politique antiparlementaire qui dénonce le pluripartisme, le clientélisme électoral ainsi que la bureaucratie de l’État tout en caressant l’idée d’une forme de gouvernement autoritaire. Dès 1918, un militaire, le général Alexandru Averescu, fait figure d’homme providentiel à la tête de la Ligue du Peuple qu’il vient de fonder. La création, en 1921, du Parti communiste affilié à la IIIe Internationale accroît le sentiment d’insécurité au sein des classes moyennes sur fond de tensions politiques avec la Russie soviétique qui ne reconnaît pas la nouvelle frontière orientale de la Roumanie issue du rattachement de la Bessarabie en 1918.

  • 2  Nicolae Iorga, « Ce se poate evita », Neamul Românesc, no 126, 17 juin 1919.
  • 3  Oliver Jens Schmitt, Capitan Codreanu : Aufstieg und Fall des rumänischen Faschistenführers, Vienn (...)

2L’attente de l’ « homme providentiel » et l’antiparlementarisme sont deux traits nouveaux de la vie politique roumaine au début des années 1920 et les deux sont enracinés dans l’expérience calamiteuse des rapports entre les élites politiques et la société roumaine pendant la première guerre mondiale. Les « nouvelles énergies » qui s’étaient dressées à la faveur de la guerre contre « l’aspect de carton-pâte doré de notre édifice politique », comme l’écrivait l’historien Nicolae Iorga, prenaient des formes multiples et contradictoires2. Le général Averescu qui incarne l’homme providentiel en s’appuyant sur une base formée d’anciens paysans-soldats, ne sera pas capable de profiter à long terme de sa popularité née dans les tranchées de la Grande Guerre, mais il servira de facteur de cristallisation pour une droite de facture césarienne – inexistante avant 1918 – et ouvrira en même temps la voie à la figure messianique du chef de la Légion de l’Archange Michel, le « capitaine » Corneliu Codreanu3. Greffé sur l’antisémitisme, présent dans le paysage politique depuis le xixe siècle, et qui s’étend après 1918 en cultivant le thème du « péril judéo-bolchevique », le messianisme du « sauveur » Codreanu va nourrir le succès du seul véritable mouvement fasciste roumain, né en 1927.

  • 4  Pierre Milza, Le fascisme italien et la presse française (1920-1940), Bruxelles, Complexe, 1987, p (...)

3L’antiparlementarisme d’après-guerre, sur fond de mobilisation politique des masses, constitue, lui-aussi, un phénomène idéologiquement nouveau en Roumanie. Au début des années 1920, les déçus du suffrage universel et du pluri-partisme perpétuent le rejet de l’élite politique issue de l’avant-guerre, accusée, dans le contexte de la paix séparée avec les Puissances centrales signée en mai 1918, d’avoir mené le pays au désastre. Les tenants de l’antiparlementarisme se montrent sensibles aux modèles étrangers d’une critique de la démocratie, voire d’une action politique contre ses institutions. La critique montante du système démocratique dans une presse que l’on qualifierait aujourd’hui de facture populiste et qui se définissait elle-même comme « traditionaliste » et porteuse d’un « nationalisme constructif », cherche ses repères surtout en France et en Italie pendant la première décennie qui succède à la Grande Guerre. À la différence de l’Allemagne, les deux pays ont l’avantage d’être d’anciens alliés de la Roumanie pendant le conflit et des pays latins, ce qui facilite la réceptivité roumaine pour des projets politiques anti-démocratiques issus de source française ou italienne. D’origine française, la critique du parlement et de la démocratie, opérée depuis longtemps par Maurice Barrès, Charles Maurras et Léon Daudet, est plus familière au public roumain que les métamorphoses idéologiques du fascisme italien. Les trois auteurs français sont lus et connus à travers tout le spectre politique roumain des années 1920 et cette familiarité va faciliter la réception du phénomène fasciste dans les milieux de l’intelligentsia et de la presse de droite ainsi que son assimilation à un antiparlementarisme triomphant. La lecture du fascisme que propose le journal L’Action française, dès le lendemain de la marche sur Rome4, favorise une appréciation dans les mêmes termes du mouvement de Mussolini à Bucarest, chez les sympathisants de Maurras, Daudet et Bainville. Maurras fraie la voie à Mussolini, mais ce n’est que parmi la plus jeune frange des admirateurs roumains du chef de l’Action française, ceux qui le découvrent au milieu de la décennie, que la lecture de ses écrits constitue la première étape vers l’option fasciste assumée. C’est dans leur direction que pointe l’allusion ironique de Nicolae Iorga qui, en dépit de son admiration grandissante pour Mussolini, évitera longtemps de jouer le rôle du pourfendeur de l’institution parlementaire :

  • 5  Nicolae Iorga, « Eresii curente. Lupta contra parlamentarismului », Neamul Românesc, année 21, no  (...)

Il n’y a pas un jeune homme qui ait lu une page de Maurras […] ou un article qui couvre d’éloges, certes mérités, M. Mussolini et qui ne soit pas prêt ensuite à endosser l’armure du chevalier qui mettra à terre la baraque pourrie du parlementarisme5.

4Ce sera, en effet, le cas de futurs jeunes chefs de la Garde de Fer comme Mihail Polihroniade et Vasile Marin, lecteurs de Maurras pendant leur adolescence, devenus par la suite des admirateurs du fascisme italien. À l’autre bout du spectre politique, la défense du parlementarisme et de la démocratie explique pourquoi la gauche intellectuelle et politique s’employait à combattre les avatars d’un maurrassisme à la roumaine qu’elle désignait comme un simple effet de mimétisme, en rappelant de manière ironique que la Roumanie était déjà une monarchie et n’avait pas besoin des solutions politiques du royalisme français.

La marche sur Rome à l’aune du contexte roumain de 1922

  • 6  « Unde a dus fascismul », Adevărul, année 35, no 11850, 31 octobre 1922 ; article signé Sincerus.
  • 7  « Lovitura de stat a fasciștilor », Adevărul, année 35, no 11848, 30 octobre 1922.

5La marche sur Rome a eu un écho immédiat en Roumanie. La prise du pouvoir par Mussolini est décrite d’emblée par les journaux de gauche comme le résultat d’une capitulation de l’État italien devant la violence fasciste6. On espère, un moment, que « la marche des fascistes sur Rome rencontrera une opposition énergique »7 mais, très vite, un article du quotidien Adevărul (La Vérité), proche du socialisme démocratique, dénonce, le 1er novembre 1922, le recul de la monarchie italienne :

  • 8  S[incerus], « Presa liberală și fascismul », Adevărul, année 35, no 11851, 1er novembre 1922.

La victoire du fascisme en Italie n’est pas celle d’un idéal. C’est une victoire contre l’Italie. […] Le fascisme représente la force brute dirigée contre les traits les plus nobles du peuple italien. Et si le roi lui-même s’est soumis à cette force brute en nommant Mussolini président du gouvernement, cela signifie non seulement la défaite du roi mais celle de la démocratie et le début de la guerre civile. En refusant de signer le décret d’institution de l’état de siège et en se pliant à la sommation fasciste, le roi n’a pas empêché la guerre civile, il l’a déclenchée8.

  • 9  Constantin Mille, « Fascismul român », Presa, 14 juillet 1924, cité dans Totalitarismul de dreapta (...)

6Ce genre de commentaire anticipe ce que sera, pendant trois ans, l’attente de la presse de gauche, qui va culminer avec l’affaire Matteotti, de voir s’écrouler le régime fasciste. Le vétéran de cette presse, le socialiste Constantin Mille, vient renforcer cette attente en proclamant, en juin 1923 : « Je ne crois pas aux perspectives du fascisme italien et je pense que l’avenir proche me donnera raison »9. Pour Mille, la fragilité structurelle du fascisme dérive de l’équivalence entre le parti lui-même et la personne de Mussolini.

7Du côté nationaliste et conservateur du spectre politique roumain, la première interprétation de la marche sur Rome est celle d’une victoire contre la contagion révolutionnaire communiste. Dès les premiers jours du nouveau régime fasciste, Nicolae Iorga donne cette lecture de l’événement assortie d’une acceptation ouverte du caractère légalement indéfendable de la prise du pouvoir par Mussolini.

  • 10  Nicolae Iorga, « Biruința fascismului italian », Neamul românesc, année 17, 4 novembre 1922.

Quelles que soient les réserves sur la « légalité » – et cette pauvre « légalité » est maltraitée de tous les côtés en ces temps d’action révolutionnaire – les réserves émises sur les méthodes, malheureusement indispensables, utilisées par le fascisme dans sa lutte opiniâtre, un seul fait, une grande réalité demeure : c’est ainsi que l’Italie a évité le sort que lui réservait la dictature rouge avec ses terribles conséquences10.

  • 11  Nicolae Iorga, « Scăderi şi foloase ale fascismului », Neamul românesc, année 18, no 29, 9 février (...)

8Même lorsque, trois mois plus tard, il s’interroge sur les résultats de la marche sur Rome pour l’état général de l’Italie, sur les « défauts et les avantages » du fascisme dans cette phase préliminaire du régime où s’affiche « l’arrogance de la victoire », Iorga rappelle toujours « la situation incomparablement plus inquiétante dont l’Italie a été sauvée par ce mouvement d’énergie organisée »11. L’historien roumain commence ainsi à décanter sa propre position à l’égard du fascisme qui va se préciser, progressivement, en prenant comme point d’ancrage la figure de Mussolini.

  • 12  « Mussolini », Hiena, année 3, no 4, 5 novembre 1922.

9Pour Pamfil Șeicaru, ancien combattant de la Grande Guerre et l’un des premiers journalistes à faire l’éloge du fascisme, la marche sur Rome, qu’il salue dès le lendemain de son succès, constitue « l’offensive de l’esprit latin » et l’ « énergie concentrée des tranchées » qui se substituent à l’impuissance des élites italiennes traditionnelles pour riposter à « l’utopie léniniste ». Mussolini est l’anti-Lénine tant attendu par les adversaires du communisme ; le fascisme lui-même est un « mythe opposé à un autre mythe, une violence qui se dresse contre une autre violence »12.

10Même compréhension pour la violence des fascistes dans les pages du grand quotidien d’information Universul :

  • 13  « Situația politică din Italia. Noul guvern Mussolini », Universul, année 40, no 249, 2 novembre 1 (...)

Afin de réussir […] le fascisme a été obligé de recourir à une organisation quasi militaire et même à la violence qui n’est qu’une réponse donnée aux violences et aux menaces des communistes. La violence n’est un but en soi pour aucun parti politique et n’est pas un moyen recommandable mais la situation anormale qui règne en Italie […] a poussé les fascistes à étouffer un mouvement dangereux pour les intérêts supérieurs de l’État italien13.

  • 14  Georges-Henri Soutou, Europa ! Les projets européens de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste, (...)
  • 15  Luciano Zani, « Fascismo et comunismo : rivoluzioni antagoniste », dans Emilio Gentile (dir.), Mod (...)
  • 16  « Raportul Comandamentului Corpului Grănicerilor privind raporturile de graniță ruso-române în per (...)
  • 17  Florin Turcanu, « Roumanie, 1917-1920 : les ambiguïtés d’une sortie de guerre », dans Stéphane Aud (...)
  • 18  Igor Cașu, « Exporting Soviet Revolution : Tatarbunar Rebellion in Romanian Bessarabia (1924) », T (...)

11Si, comme l’écrit Georges-Henri Soutou, « sans la menace communiste, le fascisme est moins facile à imaginer »14 il faut ajouter qu’en Roumanie, la réception initiale de la prise du pouvoir par Mussolini reflète d’une manière spécifique la compréhension du fait qu’ « anticommunisme, antisocialisme et antibolchevisme sont des éléments idéologiques constitutifs du fascisme italien »15. La sensibilité à l’égard de la dimension anticommuniste du fascisme et l’indulgence face au caractère exceptionnel de la prise du pouvoir par Mussolini sont d’autant plus explicables dans une Roumanie qui, à l’issue de la première guerre mondiale, avait dû mener, d’avril à août 1919, une campagne militaire contre l’éphémère régime communiste hongrois de Bela Kun, tout en faisant face aux incidents de frontière – au moins une trentaine répertoriés entre novembre 1918 et juin 1923 – provoqués par les bolcheviques russes sur le Dniestr16. À partir de l’année 1918 qui s’achève, à Bucarest, par la répression sanglante d’une manifestation ouvrière le 13 décembre, « la crainte du bolchevisme a été le principal révélateur et amplificateur de la brutalisation de l’espace public roumain dans le sillage de la Grande Guerre »17 sur fond de multiplication des groupes communistes en Bessarabie et de non-reconnaissance par la Russie soviétique de la frontière roumaine sur le Dniestr. L’échec des pourparlers roumano-soviétiques à ce sujet et les incidents de frontière à répétition qui culminent en septembre 1924 par l’affrontement armé de Tatar Bunar18, dans le sud de la Bessarabie, font planer, jusqu’au milieu des années 1920, le danger d’un conflit entre Bucarest et Moscou.

12Si l’interprétation immédiate de la marche sur Rome par la droite roumaine donne une place importante au caractère anticommuniste du fascisme et associe son rôle salvateur au combat contre ce mouvement, c’est l’antiparlementarisme et le caractère antidémocratique qui acquièrent une importance grandissante pendant les années 1920 dans l’image que l’on se fait en Roumanie du nouveau régime et de son chef.

  • 19  Totalitarismul de dreapta în România…, op. cit., p. 348-349.

13La marche sur Rome engendre rapidement une effervescence certaine dans plusieurs milieux que désignent aussi bien la presse que les notes des services de surveillance de l’État datant de 1923 : le corps des officiers, les groupes d’anciens combattants et d’officiers de réserve, une partie des étudiants ainsi que d’autres milieux nationalistes, antiparlementaires, voire antisémites19. La marche agit même comme un éphémère catalyseur politique et l’année 1923 est celle où le terme de « fascisme » s’installe dans le vocabulaire politique roumain, y compris par des appropriations hâtives du mot dans les milieux nationalistes. Ce n’est qu’après octobre 1922 que Mussolini devient un repère pour la nébuleuse nationaliste, antiparlementaire et antisémite de Roumanie.

Les premiers mouvements fascistes roumains

  • 20  Ibid., p. 339.
  • 21  Ibid., p. 352.
  • 22  Oliver Jens Schmitt, Corneliu Zelea Codreanu…, op. cit., p. 64.
  • 23  Totalitarismul de dreapta în România…, op. cit., p. 352.
  • 24  Nicolae Iorga, Memorii, IV, Bucarest, Editura Națională Ciornei, s. d., p. 93.
  • 25  Ibid., p. 103.

14Dès le mois de décembre 1922, on assiste à la création du premier mouvement politique roumain qui se nomme « fasciste » et qui est presque un parti politique, bien qu’éphémère, la Fascia Națională Română (FNR)20. Reflétant une des nombreuses voies sans issue que prennent en politique les nationalistes autoritaires et antiparlementaires roumains dans la première moitié des années 1920, la Fascia Națională Română attire, selon un rapport des services secrets roumains de mai 1923, « des commerçants, des ingénieurs, des médecins, des artisans et un grand nombre d’officiers »21. Dans la ville de Iași, les quelque 4 600 adeptes de la Fascia se recrutaient « parmi les membres des élites – instituteurs, officiers, avocats, policiers, magistrats »22. Le rapport des services secrets déjà cité signalait qu’une très grande partie des officiers de l’École Supérieure de Guerre de Bucarest étaient probablement inscrits dans la FNR23 de manière clandestine – une réalité que signale aussi l’historien Nicolae Iorga dans son journal, lorsqu’il évoque « le curieux fascisme qui se propage chez nous » et « les jeunes officiers qui fréquentent les cours et qui parlent des fascistes et de Mussolini »24. Ceux que Iorga appelle « les fascistes militaires » tentent aussi de gagner la sympathie de l’héritier du trône, le prince Charles25.

  • 26  Nicolae Iorga, Supt trei regi, 2e éd., Bucarest, s. n., 1932, p. 395.

Ce fascisme de jeunes officiers m’inquiétait, notera Iorga une décennie plus tard, car les grandes et courageuses entreprises ne doivent pas être lancées à n’importe quel moment par n’importe qui sans le risque de compromettre le dessein dans son ensemble26.

15En dépit de cette explication post factum, un peu trop cohérente, l’attitude méfiante de l’historien trahit plutôt, en 1923, ses propres hésitations à l’égard des nouvelles réalités politiques en Italie et son inquiétude face aux agitations fascisantes et antisémites qui secouaient à l’époque les universités roumaines et qui devaient préparer l’ascension de Corneliu Zelea Codreanu en menant à la fondation, quatre ans plus tard, de la Légion de l’Archange Michel.

  • 27  Florin Turcanu, « Annus mirabilis : le projet national roumain de l’abîme à l’apothéose », dans Ca (...)
  • 28  Armin Heinen, Die Legion « Erzengel Michael » in Rumanien. Soziale Bewegung und Politische Organis (...)

16Le fait qu’un des fondateurs de la Fascia Națională Română, le major Gheorghe Băgulescu, était en même temps enseignant à l’École Supérieure de Guerre, où il essayait de recruter pour les besoins de son mouvement, suggère la fascination que la composante ancien combattant et le style militaire du fascisme italien ont pu exercer sur l’esprit de certains officiers roumains dans les mois qui ont suivi la marche sur Rome. On peut en même temps situer cette attitude dans la continuité du processus de politisation de l’armée roumaine à l’occasion de l’armistice et puis de la paix séparée entre la Roumanie et les Puissances centrales (décembre 1917 - mai 1918) qui favorise la première campagne politique du général Averescu, « le général de la paix », contre les élites gouvernementales roumaines accusées d’avoir mené le pays au désastre27. La réaction de l’État contre la propagation des sympathies fascistes dans l’armée allait venir finalement à l’automne 1923, peu après la prise du pouvoir par le général Primo de Rivera en Espagne, et prit la forme de descentes de police suivies d’une enquête28.

  • 29  Armin Heinen, Die Legion…, op. cit., p. 107. Băgulescu lui-même sera arrêté et incarcéré l’année s (...)

17Plus directement liée à l’ascension du fascisme italien apparaît la tentative de la journaliste roumaine Elena Bacaloglu, vivant en Italie mais gardant des attaches en Roumanie, de rallier au mouvement de Mussolini une sorte de composante roumaine sous la forme d’un Movimento nazionale fascista italo-romeno qui devait constituer un trait d’union politique entre les deux pays latins. Démarche utopique d’un personnage politiquement atypique, l’action de Bacaloglu débute avant la marche sur Rome et vise, entre autres, l’intelligentsia roumaine de Transylvanie sans aboutir ni à un recrutement ni à une visibilité comparable à la pourtant éphémère Fascia Națională Română 29.

  • 30  Renzo De Felice, Brève histoire du fascisme, Paris, Louis Audibert, 2002, p. 60.

18Ni le mouvement mimétique de la FNR, ni le Movimento embryonnaire et sans lendemain d’Elena Bacaloglu ne sont les plus représentatifs de l’effet à long terme que l’instauration du régime fasciste a produit en Roumanie. Il est autrement intéressant d’observer que la marche sur Rome apparaît – aussi bien dans les rangs de la droite que dans ceux de la gauche intellectuelle – comme le point de départ d’un questionnement de la nature du nouveau régime qui dure jusqu’au milieu des années 1920 lorsque le « processus de fascisation [de l’État italien] trouve sa “visibilité” en la personne même de Mussolini »30. C’est alors que débute la phase finale de la cristallisation de la légende de Mussolini à travers une presse roumaine qui s’identifie à la critique de la démocratie et cherche les prophètes et les signes annonciateurs de sa fin. On pourrait parler de trois hypostases de Mussolini dans les rangs de ses sympathisants roumains de l’entre-deux-guerres, qui naissent successivement et s’emboitent en même temps : la figure de l’homme d’action révolutionnaire, sauveur de son pays affaibli par la démocratie, menacé par le communisme ; Mussolini, bâtisseur d’une nouvelle Italie, très présent dans la presse roumaine du début des années 1930 ; enfin, au milieu de la même décennie, sur fond d’instauration du nazisme en Allemagne et d’éclatement de la Guerre d’Espagne, le Duce comme chef potentiel d’une Internationale à la foi fasciste et latine qui se distingue d’Hitler et du nazisme.

Mussolini chef d’action révolutionnaire

19Deux ans après la marche sur Rome, dans une des principales revues culturelles transylvaines, Elena Bacaloglu elle-même évoquait, en termes lyriques, la figure de Mussolini qu’elle désignait comme un « poète en action, un artiste de l’art de vivre et de gouverner » qui avait tiré du génie poétique de la ville de Naples l’ultime impulsion de sa conquête du pouvoir :

  • 31  Cele Trei Crișuri, année 5, novembre-décembre 1924, p. 165.

La marche sur Rome ne fût-elle pas lancée, décidée à Naples lorsque Mussolini s’y est rendu à la veille de son acte révolutionnaire pour y tirer sa puissance spirituelle et pour être proclamé Grand Condottière au Théâtre San Carlo par une foule en délire ?31

  • 32  Mihail Manoilescu, Memorii, t. I, Bucarest, Editura Enciclopedică, 1993, p. 68.

20Cette esthétisation de la figure du Mussolini par Bacaloglu, qui témoigne d’une des voies de la construction de l’image du Duce dans la Roumanie de l’entre-deux-guerres, est doublée par sa connaissance – singulière dans le paysage roumain – de l’histoire récente du fascisme et de la scène politique italienne. La familiarité limitée de l’opinion roumaine, voire d’une partie des élites politiques, avec l’histoire récente de l’Italie, la politique dans la Péninsule et les figures principales du fascisme contrastait alors avec la bonne connaissance qu’avaient de la scène politique française les différents milieux de la société roumaine. La bévue commise par la mairie de Bucarest à l’occasion de la visite du maréchal Badoglio, en novembre 1926, lorsqu’elle salue, par une affiche placardée dans toute la ville, « le vainqueur de Caporetto » avant de corriger, en catastrophe, cette erreur32 suggère bien le maniement encore hésitant des références politico-historiques italiennes. Cela n’empêche pas l’émergence, vers le milieu des années 1920, d’un groupe de journalistes et d’écrivains roumains qui se désignent comme « traditionalistes » et qui, bien qu’affichant ouvertement leur admiration pour L’Action française et Charles Maurras, vont devenir les principaux chantres de Mussolini et du fascisme italien en Roumanie. Les plus connus sont le journaliste Pamfil Șeicaru, fondateur de plusieurs périodiques, une des figures les plus importantes de la presse roumaine de l’entre-deux-guerres, et l’écrivain Nichifor Crainic, directeur de la principale revue littéraire roumaine pendant la même période.

21Même parmi certains intellectuels de gauche, la figure de Mussolini et la mobilisation collective de type militaire que réussit le fascisme exercent une fascination difficile à cacher, comme dans le cas du futur ministre des Affaires étrangères Constantin Vișoianu qui, un an après la marche sur Rome et tout en gardant ses distances, dépeint cet événement comme un épisode tiré de l’histoire de la Rome ancienne :

  • 33  Constantin Vișoianu, « Note despre fascism », Viața Românească, année 15, no 8-9, 1923, p. 301.

Le chef des fascistes est le type légendaire du dirigeant latin. […] 40 000 fascistes défilent dans les rues en délire de la ville de Naples. C’est l’apothéose du mouvement. […] Benito Mussolini marche sur Rome. Le souverain lui confie le pouvoir. L’alerte est donnée, la conscience antique des vieux Romains s’éveille. Le péril qui menace la nation fait que les rangs se serrent en une union sacrée et la patrie place ses destinées entre les mains d’un Consul33.

22Dès 1923, le mythe de la latinité et de son génie politique fournit une des clés de lecture de la marche sur Rome.

  • 34  Pamfil Șeicaru, « Uniunea ofițerilor de rezervă » , Hiena, année 4, no 1, 20 octobre 1923.
  • 35  Ibid.

23Ce qui ne veut pas dire que l’expérience est exportable dans un autre pays latin comme la Roumanie par exemple. Avec l’apparition de la Fascia Națională Română, l’année 1923 voit émerger la question de la reproductibilité de l’expérience fasciste au-delà des frontières italiennes. Le scepticisme teinté d’ironie face à cette entreprise mimétique dépourvue de toute figure charismatique est partagé par les publications roumaines de droite et de gauche et cet état d’esprit participe à l’ambiance qui entoure l’échec du mouvement. C’est une autre manière, explicite, d’éclairer cruellement la médiocrité de la vie politique locale où ne peut se hisser au niveau de l’entreprise mussolinienne aucun acteur politique, fût-il individuel ou collectif. L’interprétation initiale de la marche sur Rome privilégie le caractère uniquement italien de l’expérience fasciste, « une création spécifique à la configuration politique interne de l’Italie »34 fortement conditionnée par la figure de Mussolini et qui ne saurait être imitée en Roumanie. Pour Iorga, on joue en Roumanie au fascisme en l’absence d’un Mussolini tandis que, pour Șeicaru, on importe le fascisme italien à la manière dont on importe les journaux de mode35. Tous les deux, l’historien de renommée internationale et le journaliste outrancier qui finira par construire pour son grand quotidien, Curentul, un siège moderne au cœur de Bucarest, allaient devenir des apologistes de l’Italie mussolinienne, contents de la donner en exemple à leur propre patrie, flattés d’être reçus de temps en temps par le dictateur et de se voir offrir par lui son portrait dédicacé.

  • 36  Pamfil Șeicaru, « Mussolini », Hiena, année 3, no 4 du 5 novembre 1922.

24La manière dont le fascisme s’est emparé du pouvoir en octobre 1922 soulève, en Roumanie, comme ailleurs, des interrogations sur la nature que va revêtir le nouveau régime et sur sa durée. Le doute est permis, une fois passé le moment exaltant de la conquête du pouvoir, quant à la capacité de Mussolini à gouverner. « S’il s’avère que Mussolini est incapable de gouverner, il donnera ainsi raison au bolchevisme », conclut, provisoirement, Pamfil Șeicaru, en novembre 192236.

  • 37  « Il n’y a pas de doute que ce crime n’aura d’autre résultat que de réveiller la conscience italie (...)
  • 38  Constantin C. Petrescu, « Fascismul asasin », Cuvântul Liber, série II, année I, no 23, 28 juin 19 (...)
  • 39  Victor Rodan, « Matteotti », Cuvântul Liber, série II, année I, no 25, 12 juillet 1924.

25À l’été 1924, l’assassinat de Matteotti est interprété dans la revue intellectuelle proche du Parti communiste Cuvântul Liber (La Libre Parole) comme le début de la fin du cycle de vie du fascisme qui avait débuté dans la violence37. « Le régime qui s’est imposé par la fameuse “marche sur Rome”, payé et armé par la grande industrie et par la finance [et] qui s’est inspiré des procédées de la mafia et de la camorra […] est entré en décomposition », proclame un article intitulé « Le Fascisme assassin »38. La légende du Duce prend un coup et « le fascisme se trouve démasqué… Brièvement intimidée, la démocratie serre les rangs après l’assassinat de Matteotti et prépare l’assaut final », ajoute un autre auteur dans les pages de la même revue39.

  • 40  Olivier Dard, Charles Maurras, le nationaliste intégral, Paris, Armand Colin, réédition 2019, p. 1 (...)

26C’est la capacité du régime à dépasser sa crise d’autorité provoquée par l’assassinat de Matteotti qui consacrera dans les franges de droite de l’intelligentsia et de la presse roumaine, la posture d’homme d’action du Duce en lui donnant un ascendant sur l’Action française et sur Maurras parmi les repères de la culture politique antilibérale et antidémocratique. Le thème d’une démocratie qui débouche nécessairement sur le communisme avait déjà germé dans les rangs du nationalisme roumain antidémocratique à la lumière des troubles politiques qu’avait traversé l’Italie. La situation de la France en 1925, où le ministre de l’Intérieur, Abraham Schrameck, semblait protéger les militants d’extrême gauche tout en désarmant et en faisant arrêter les militants d’Action française nourrissait en Roumanie la vision d’une « grande sœur latine » en proie à de graves contradictions que Mussolini et le fascisme avaient quant à eux réussi à résoudre. En éclairant « le contraste entre une violence verbale et ses prolongements physiques [qui] est une constante du maurrassisme »40, le sort de Maurras, poursuivi pour menaces et insultes contre Schrameck et condamné initialement à deux ans de prison, mettait en évidence, aux yeux de ces admirateurs roumains, l’efficacité en pratique limitée du combat anticommuniste mené par le royalisme français.

  • 41  Florin Turcanu, « Voyages d’intellectuels français dans la Roumanie des années 1920 », 20 & 21. Re (...)
  • 42  I. B., « Șeapte ani de fascism », Cuvântul, année 3, no 421, 31 mars 1926. Dans le même numéro, vo (...)
  • 43  Léon Daudet voyait dès la fin octobre 1922 dans la marche sur Rome « un symptôme éclatant d’une po (...)
  • 44  Eugen Titeanu, « Fascismul italian și reacțiunea latină », Cuvântul, année 3, no 450, 8 mai 1926. (...)
  • 45  Renzo De Felice, Brève histoire du fascisme, op. cit., p. 60-61.

27Toujours en 1925, la très médiatisée visite d’Henri Barbusse en Roumanie pour enquêter sur le sort des prisonniers politiques communistes accusés de la rébellion de Tatar Bunar, en Bessarabie, un an plus tôt, avait montré l’importance du poids international d’une intelligentsia française acquise au soutien du régime soviétique41. Tout ceci explique pourquoi le journal politique de l’intelligentsia traditionaliste intitulé Cuvântul (Le Verbe) et paru à la fin de 1924, devint vite, à côté de son maurrassisme assumé, le diffuseur d’une image positive du fascisme et de Mussolini dont l’importance égale ou même dépasse, dans les pages de ce quotidien roumain, celle du doctrinaire emblématique du monarchisme français. Anti-parlementarisme et anticommunisme sont les traits valorisés du régime fasciste dans les pages du journal. On commémore, en mars 1926, la création des Fasci di combattimento sept ans plus tôt42 et on multiplie les articles destinés à éclairer la spécificité du mouvement fasciste et de son idéologie. On cherche, comme le fait le sympathisant maurrassien Eugen Titeanu sur les traces de l’Action française43, les éléments d’une commune « réaction latine » entre les différentes formes de « réaction » qui se manifestent, simultanément, en Italie, en Espagne, en France et en Roumanie contre « l’idéologie importée du parlementarisme anglo-saxon et du marxisme »44. Après avoir été reçu par Mussolini en novembre 1926, Pamfil Șeicaru salue les lois fascistissimes comme « la deuxième marche sur Rome ». Et, ce qui est le plus notable, la visibilité du fascisme se confond, de manière définitive, avec celle du Duce. Si, comme disait Renzo de Felice, « le “mythe” de Mussolini est d’emblée le seul lien qui existe entre l’opinion publique [italienne] et le système » de l’État fasciste45, on vérifie, dans le cas des représentations roumaines du fascisme, la capacité de la figure de Mussolini à absorber, grâce à la propagande, toute l’histoire et l’identité du mouvement, à commencer par la marche sur Rome.

28« La Marche » peut ainsi être évoquée comme un élément du portrait d’un Mussolini qu’on oppose explicitement à telle figure de la scène politique roumaine comme le fait Șeicaru afin de mettre en lambeaux l’image publique du poète et homme politique nationaliste Octavian Goga :

  • 46  En réalité, comme l’écrit Didier Musiedlak, « le nombre de fascistes qui purent se rendre à Rome n (...)
  • 47  Pamfil Șeicaru, « Mierloiul din strada Academiei », Cuvântul, année 3, no 426, 8 avril 1926.

[Mussolini] a commencé avec une poignée d’amis en mars 1919 (ils n’étaient que 70) pour faire déferler sur Rome, en octobre 1922, une centaine de milliers de volontés résolues incarnées dans une seule, celle de Mussolini lui-même46. Il a liquidé la prostitution des partis politiques en inaugurant une hygiène morale de la vie publique. […] Au lieu d’être un élément de la renaissance morale du pays, M. Octavian Goga apparaît comme le profiteur de la prostitution politique…47.

  • 48  Nicolae Iorga, « Un om », Neamul Românesc, année 21, no 67, 23 mars 1926.

29Aux yeux de plus en plus admiratifs de Nicolae Iorga, l’ampleur de la personnalité de Duce relègue au second plan les contradictions du régime et notamment ses méthodes de gouvernement, car, à la différence de la Roumanie, l’Italie a « un homme » à sa tête : « En Roumanie cet homme ne peut s’appeler Brătianu, mais en Italie il ne peut s’appeler que Mussolini »48.

Les dix ans du Fascisme vus de Roumanie

  • 49  Dem. Theodorescu, « Sărbătorirea fascistă », Cuvântul, année 8, no 2707, 3 novembre 1932.

30On constate à quel point la superposition de la figure de Mussolini et du fascisme pèse sur la perception du régime engendré par la marche sur Rome à l’occasion de l’anniversaire des dix ans de la prise du pouvoir par les fascistes. À cette occasion, s’exprime dans la presse roumaine une variété de positions qui ne correspondent pas toujours au clivage entre la droite et la gauche et qui prennent souvent l’aspect d’un bilan du fascisme, élogieux ou critique. Pour un journal de droite comme Cuvântul – qui se confond avec la figure du philosophe Nae Ionescu – l’assimilation du fascisme à la personnalité de Mussolini menace la pérennité d’un régime qui, à la différence de la Russie soviétique – capable de survivre à son fondateur – ne peut, de surcroît, se prévaloir d’un solide noyau idéologique49.

31Cet argument sur le déficit de doctrine à l’issue de la première décennie fasciste rejoint les considérations du journal de gauche Adevărul, pour qui la décade fasciste ne souffre aucune comparaison dans le monde contemporain avec le poids idéologique de l’URSS d’une part et la productivité économique américaine de l’autre. Dans le fascisme, la créativité politique et la performance économique sont remplacées par une rhétorique creuse :

  • 50  Pavel Pavel, « Zece ani de bluff fascist », Adevărul, année 46, no 14980, 3 novembre 1932.

[Le fascisme] a inventé toute une série de « batailles » – la bataille du blé, la bataille de la natalité, la bataille monétaire et d’autres encore qui sont autant de coups de bluff derrière lesquels se cache une phraséologie prétentieuse et une faiblesse habilement dissimulée par les discours arrogants et agressifs du « Duce »50.

32Pour l’hebdomadaire Vremea (Le Temps), qui n’est pas encore politiquement aligné sur la Garde de Fer, le régime en place en Italie ne débute pas avec le « coup d’État de 1922 », mais en 1926, lorsqu’il acquiert les caractéristiques d’une dictature dont le bilan est critiquable :

  • 51  Ion Mihnea, « Zece ani de fascism », Vremea, année 5, no 263, 13 novembre 1932.

Aujourd’hui, tout comme en 1926, on gouverne par des lois d’exception, la police et les espions continuent de jouer un rôle fondamental dans l’État et tout ce qui s’oppose à la conception fasciste, tout ce qui constitue une protestation contre la dictature est officiellement interdit51.

33L’anniversaire des dix ans de l’Italie fasciste est aussi une occasion d’interroger les relations italo-roumaines à la lumière des demandes formulées par Mussolini en vue d’une révision des traités de paix. Ces prises de positions du dictateur n’étaient pas passées inaperçues à Bucarest. Dans Calendarul (Le Calendrier), Toma Vlădescu, journaliste nationaliste et antisémite, considère que l’anniversaire de la marche sur Rome est assombri par les prises de positions publiques du Duce en faveur du révisionnisme hongrois qui jouit à cette occasion du soutien ouvertement affiché de Mussolini.

  • 52  Toma Vlădescu, « 10 ani de fascism », Calendarul, année 1, no 207, 2 novembre 1932.

À la fête d’aujourd’hui nous ne participons point, écrit-il. Au monument d’une nouvelle Renaissance que l’Italie fasciste a tenté d’ériger […] la Roumanie ne peut déposer qu’une larme de regret et de protestation résolue, celle que versent les amis qui s’éloignent, les frères qui s’estiment trahis !52

  • 53  Didier Musiedlak, La marche sur Rome…, op. cit., p. 198.
  • 54  Pierre Milza, La presse française…, op. cit., p. 88.
  • 55  Dimitrie Gusti, « Mussolini, romanticul făptuitor », Curentul, année 5, no 1708, 31 octobre 1932.
  • 56  « D. P. P. Negulescu despre Fascism », Curentul, ibid.
  • 57  Voir dans le même numéro le texte intitulé « Cum vede fascismul domnul Ion Petrovici ».
  • 58  Cezar Petrescu « Italia farà da sé », Curentul, année 5, no 1708, 31 octobre 1932.

34Le ton change lorsque le journal Curentul (Le Courant), fondé par Pamfil Șeicaru quatre ans plus tôt, consacre cinq pages à la décennie d’histoire italienne écoulée depuis la marche sur Rome. « En 1932, le propre mythe du duce avait […] largement altéré la nature de l’événement en le dépouillant de nombre de ses attributs réels », note Didier Musiedlak53. Autour d’un grand texte consacré au fascisme dû à Mussolini lui-même et tiré de l’Encyclopédie italienne auquel s’ajoutent des extraits de ses différents discours, on voit défiler les articles qui recueillent les opinions de plusieurs hommes politiques, universitaires, écrivains et journalistes roumains sur l’histoire et le sens du fascisme et, notamment, sur la personnalité de son fondateur. À l’exception du sociologue Petre Andrei qui dit à cette occasion son attachement « au régime de liberté démocratique et constitutionnelle » et que la Garde de Fer poussera au suicide huit ans plus tard, on remarque le faible attachement à la démocratie des intellectuels en vue qui acceptent de s’exprimer dans les pages du Curentul sur le régime et la personne de Mussolini et dont plusieurs appartiennent à l’establishment universitaire et politique. On retrouve chez eux « cette admiration d’intellectuels pour la force brutale, opposée à l’intellectualisme dissolvant »54 qui se manifeste à l’époque en lien avec la figure du dictateur italien. Le sociologue Dimitrie Gusti, ministre de l’Enseignement, décrit le projet politique mussolinien comme un carrefour où « la volonté nietzschéenne de surpasser l’humain » mise au service de la nation entendue comme mission et comme mythe fait fusionner la pensée de Mazzini, celle de Georges Sorel et « la lucidité de Machiavel »55. Un ancien ministre de l’Enseignement, le philosophe Petre P. Negulescu voit une continuité de nature pragmatique entre la marche sur Rome comme moyen de conquête du pouvoir et « les impressionnants accomplissements pratiques » du fascisme car si « tous les chemins mènent à Rome » alors « la marche des fascistes sur la Cité éternelle […] a prouvé qu’on peut tenter de sauver un pays en employant des formules diverses »56. Pour Ion Petrovici, lui aussi philosophe et ancien ministre de l’Enseignement, il échoit au fascisme, comme autrefois à l’Église catholique, la tâche d’une réorganisation de la société « par une nécessaire uniformisation de la pensée » ce qui fait de ce mouvement une véritable religion politique dont Mussolini est le prophète57. L’écrivain Cezar Petrescu remémore après dix ans le dynamisme salvateur de la marche qui contraste avec l’état de crise où se trouvait alors l’Italie et, notamment, ses élites : « Des âmes mortes. Dilettantisme, alexandrinisme, capitulation. Parlementarisme stérile. Dirigeants indécis, hésitant entre les différents programmes, terrorisés par la menace d’une révolution communiste ». « En 1922, ajoute l’écrivain, le fascisme était un mouvement. En 1932 il est une foi. […] Une foi [qui] a réveillé – pour écrire un nouveau chapitre d’histoire – cet orgueilleux “Italia farà da sé ” auquel le pays avait renoncé par délabrement spirituel »58.

  • 59  Pamfil Șeicaru, « Dinamica autorității », Curentul, ibid.
  • 60  « Deschiderea expoziției revoluției fasciste », Curentul, année 5, no 1710, 2 novembre 1932. Voir (...)

35Selon une grille de lecture d’inspiration maurrassienne, l’incontournable admirateur du Duce qu’est Pamfil Șeicaru, directeur du journal Curentul, parle du « classicisme de la révolution fasciste » qu’il oppose au « romantisme de la Révolution française » et assimile la genèse du régime fasciste à celle d’un nouveau type d’État, « l’État de demain » fondé sur une culture politique de l’autorité nourrie par un traditionalisme renouvelé59. Enfin, une description de la Mostra della Rivoluzione fascista de 1932, publiée dans Curentul, parle d’une « présentation de la marche sur Rome qui fait beaucoup d’effet », souligne le côté évocateur d’une histoire du fascisme qui enracine celui-ci dans l’interventionnisme italien des années 1914-1915 mais aussi la dimension fortement émotionnelle du rappel « des centaines de fascistes tués par les bolcheviques qui les guettaient de leurs tanières ». « Toutes ces vicissitudes historiques ont été dominées par Mussolini, instigateur et héros de la révolution fasciste »60, souligne l’auteur de l’article.

36Le début des années 1930 et, notamment, l’anniversaire des dix ans du régime fasciste, voit la rencontre des thèmes qui avaient mûri à partir de 1923 autour du fascisme – victoire contre le désordre démocratique et la menace communiste, rôle décisif de la personnalité de Mussolini – avec l’image plus récente d’un Duce bâtisseur, homme d’État et créateur adroit d’une nouvelle Italie. La modernité fasciste, l’image de la reconstruction de l’Italie, dont le symbole est la frénésie de construction et la prolifération de l’architecture fasciste, finit par pousser dans un plan secondaire le moment inaugural de la marche sur Rome. À l’occasion des dix ans de la marche, dans les pages du quotidien Universul, on retrace brièvement l’histoire de l’ascension au pouvoir du fascisme qui « après trois ans de combats violents aboutit à la défaite définitive du bolchevisme italien », mais l’anniversaire est surtout l’occasion d’un bilan :

  • 61  « Zece ani de regim fascist », Universul, année 49, no 300, 31 octobre 1932.

[…] intense action constructive poussée jusqu’aux dernières limites. L’œuvre du fascisme est gigantesque. Le visage de l’Italie est rajeuni et des Alpes à la Sicile, dans tous les domaines, l’activité constructive du fascisme a posé des marques qui affronteront le temps. […] C’est ainsi que le fascisme s’élève au rang de modèle d’action pour les États dont l’aménagement national laisse beaucoup à désirer61.

  • 62  « Declarațiile domnului Octavian Goga », Curentul, année 5, no 1708, 31 octobre 1932.

37Allusion à la situation de la Grande Roumanie qui est ainsi indirectement invitée à s’inspirer de l’exemple italien. Cela favorise l’amenuisement du clivage entre l’image d’un fascisme source d’inspiration politique et le penchant à cantonner la nécessité et l’efficacité spécifique du régime à la seule Péninsule italienne. Ce clivage est encore repérable dans la presse autour de l’anniversaire des dix ans du régime mussolinien et l’identification de la figure exceptionnelle de Mussolini avec le fascisme peut servir parfois pour postuler l’impossible exportation de l’expérience fasciste. L’idée de la portée internationale du modèle fasciste de gestion sociale et économique est, néanmoins, en marche. Chef lui-même d’un mouvement nationaliste qui s’inspire du fascisme, le poète Octavian Goga écrit en 1932 : « Le fascisme est une doctrine locale mais ses idées doivent être considérées à la lumière des nécessités universelles »62.

Le temps du fascisme universel

  • 63  Reale Accademia d’Italia, Fondazione Alessandro Volta, Convegno di Scienze Morali e Storiche, 14-2 (...)

38À partir de 1932, le thème du caractère universel du fascisme en tant que modèle politique voire en tant que « mouvement spirituel » se cristallise et s’approfondit. L’année finit avec une notable participation roumaine au colloque international de la Fondation Volta consacré à « L’Europe », à travers Nicolae Iorga, l’économiste et homme politique Mihail Manoilescu et l’ancien ministre de l’Intérieur Constantin Argetoianu. Invité lui-aussi, Dimitrie Gusti finira par envoyer un message de salutation au colloque Volta63.

  • 64  Delio Cantimori, « Fascismo, rivoluzione e non reazione europea », Vita Nova, septembre 1931, cité (...)

39Le thème du caractère universel du fascisme se développe dans la Roumanie des années 1930 dans deux perspectives : d’une part, le régime de Mussolini est décrit comme la seule alternative au modèle soviétique et comme avant-coureur d’une nouvelle époque qui succède à l’âge démocratique inauguré par la Révolution française ; la deuxième tendance est de rafraîchir l’idée politique latine en situant l’universalisme nouveau du fascisme dans le sillage de l’universalisme classique et catholique de Rome. Les deux tendances se font l’écho des discours idéologiques italiens qui déclinent, au début des années 1930, le thème du dépassement du cadre national par une « révolution fasciste de caractère européen et universel »64. En même temps, ces deux lectures du fascisme italien dans la Roumanie des années 1930 élargissent la toile de fond historique sur laquelle se projettent aussi bien la naissance que l’interprétation de la nature du régime mussolinien en limitant ainsi, sans l’annuler, la signification d’octobre 1922.

  • 65  Mihail Polihroniade, « Concluziuni », Calendarul, année 1, no 215, 10 novembre 1932.

40À côté de Mihail Manoilescu, théoricien d’un « nouvel État » fondé sur « l’organisation corporatiste de la nation », l’avocat Mihail Polihroniade, futur membre en vue de la Garde de Fer et promoteur d’un fascisme roumain raccordé au fascisme international, apparaît comme représentatif de la première de ces deux lectures du fascisme italien. Comme dans le cas de plusieurs militants du mouvement de Codreanu, l’itinéraire politique de Polihroniade avait commencé dans la seconde moitié des années 1920 par la lecture de Maurras, pour traverser ensuite un moment d’engouement pour le fascisme italien avant de trouver dans le national-socialisme triomphant le principal repère étranger de son engagement politique. En publiant, en 1932, dans le journal Calendarul, une vingtaine d’articles consacrés à l’histoire et aux caractéristiques du mouvement et du régime fasciste, Polihroniade, qui attribue, lui aussi, un rôle essentiel à la personnalité de Mussolini, relativise l’importance historique de la marche sur Rome car, écrit-il, « il est certain qu’en Italie la réaction dirigée contre l’anarchie socialiste-communiste et contre l’impuissance de l’État libéral se serait produite de toute manière »65. La conclusion, nourrie par un bilan idéalisé de la première décade fasciste et par le postulat d’une crise généralisée de la démocratie, définit mieux ce que le fascisme représente pour ces jeunes sympathisants roumains de la génération de Polihroniade :

  • 66  Ibid.

Le fascisme a engendré un nouveau type d’État – l’État corporatiste. Voilà pourquoi il n’est pas destiné à demeurer une simple dictature intrépide et efficace, limitée dans le temps et dans l’espace. Le fascisme est le créateur d’un système politique, économique et social original qui, tôt ou tard, sera adopté par le monde entier66.

  • 67  Mihail Polihroniade, « Rostul “Gărzii de Fier” », Calendarul, année 1, no 100, 18 juillet 1932.

41À travers le regard qu’il pose sur le fascisme, Polihroniade assume le mot d’ordre de l’Italie mussolinienne « o Roma, o Mosca », non seulement pour proclamer emphatiquement qu’ « entre Moscou et Rome, je choisis Rome », mais dans l’intention de montrer que le fascisme est la seule solution politique à vocation planétaire qui puisse être opposée au communisme à l’âge de la décomposition de la démocratie. Le futur collaborateur de Codreanu qu’est Mihail Polihroniade regarde décidément vers l’avenir et n’a que faire du thème de la latinité comme marque du régime mussolinien. « Le seul problème réellement vital que la Roumanie doit résoudre est la construction d’un nouvel État roumain »67, écrivait-il ailleurs, et l’État fasciste italien est là pour servir de modèle.

  • 68  « Congresul corporativ de la Ferrara », Lumea Nouă, année 1, no 1-9, avril-décembre 1932, p. 48.
  • 69  Mihail Manoilesco, Le siècle du corporatisme, Paris, Librairie Félix Alcan, 1936, p. 13.
  • 70  Ibid., p. 9-10.

42L’effervescence du débat autour du rôle d’avant-garde du fascisme italien dans la configuration du « monde de demain » gagne plusieurs journaux et revues intellectuelles roumaines de l’époque, parmi lesquels se détache la revue de Mihail Manoilescu, Lumea Nouă (Le Monde Nouveau). Pour Manoilescu, si l’histoire est vraie qui veut qu’Emmanuel Kant aurait modifié le trajet immuable de sa promenade en 1789 afin d’avoir des nouvelles de la Révolution française, alors « il changerait aujourd’hui de nouveau l’itinéraire de sa promenade […] pour aller à la rencontre du courrier qui apporte des nouvelles d’Italie »68. « L’idée corporatiste est aujourd’hui l’avenir de même que l’idée libérale était l’avenir vers 1789 », écrit-il dans Le siècle du corporatisme 69. La chronologie du fascisme italien est une chronologie-charnière entre deux siècles qui s’opposent : le siècle de la démocratie qui s’achève et le siècle du corporatisme qui lui succède. C’est dans sa revue ainsi que dans d’autres écrits publiés en Roumanie, que Manoilescu distille la conviction qu’il synthétisera dans son ouvrage sur « l’époque historique qui vient de commencer », dont « les courants, propres au xxe siècle, sont déjà en marche », comme des « légions de l’avenir »70.

43L’année 1922 est-elle l’équivalent de 1789 dans l’avènement d’un monde nouveau qui succède à l’âge de l’individualisme démocratique inauguré par la Révolution française ? C’est ce qu’affirme Ovid Densușianu-fils, un des collaborateurs de Lumea Nouă et fils d’Elena Bacaloglu, en soulignant ainsi la certitude, largement partagée dans le cercle de la revue, sur la fin du cycle historique ouvert par 1789 :

  • 71  Ovid Densușianu-fiul, « Un punct de vedere », Lumea Nouă, année 2, no 1-12, janvier-décembre 1933, (...)

Car ce fut une véritable révolution. La prise du pouvoir sans massacres, au rythme discipliné d’un parti qui assume la responsabilité en renversant de manière naturelle un gouvernement impuissant ne diminue en rien le caractère révolutionnaire du fascisme. […] Pour les Italiens, la transformation [engendrée par la marche sur Rome] occupe une place de premier rang dans l’histoire moderne, tout aussi importante que la révolution de 1789. […] À plus d’un siècle de distance, le fascisme qui s’attaque maintenant à l’idéologie de la Grande Révolution revendique, tout comme celle-ci, le droit de montrer le chemin et d’ouvrir la voie au changement71.

  • 72  Mihail Manoilescu, Gândirea Europeană la Congresul din Roma. Conferință ținută la 14 ianuarie 1933(...)
  • 73  « Si l’individualisme représente le sceau définitif, permanent et indissoluble de la civilisation (...)

44Interroger avec insistance, comme le fait Lumea Nouă, le crépuscule de l’époque historique inaugurée par la Révolution française incite à trouver des significations nouvelles à l’année 1922 et surtout à la première décennie du régime fasciste qui est vue comme une époque inaugurale dans l’histoire de l’Italie mais aussi dans l’histoire universelle si l’on évoque conjointement l’ascension pendant la même période d’autres régimes autoritaires ou totalitaires de l’Espagne à la Turquie, sans oublier l’Union soviétique. La mise en opposition de 1922 et 1789 pousse vers les marges l’intérêt de l’interprétation première qui faisait de la marche sur Rome une victoire contre le communisme. Selon Mihail Manoilescu « le capitalisme a été secoué par le bolchevisme tandis que le fascisme a donné un coup mortel à la démocratie »72. Pour une partie des intellectuels roumains fascisants des années 1930 – Mihail Manoilescu, Nae Ionescu et Emil Cioran entre autres – l’apparition de l’URSS est aussi une manifestation de l’ère nouvelle dont le fascisme italien se veut l’annonciateur73. Le même Manoilescu, tout comme Mihail Polihroniade, tend à subordonner l’importance de la marche sur Rome aux accomplissements ultérieurs du régime. « La Marche » est un événement révolutionnaire italien qui se déroule dans un cadre national, ce qui la rend « inimitable », écrit-il en 1933.

  • 74  Mihail Manoilescu, România, stat corporativ, Bucarest, Tipografia Modernă, 1933, p. 12-13. Je repr (...)

Mais le fascisme dans son œuvre positive, post-révolutionnaire, qu’il développe depuis dix ans a élaboré et construit un système politique, économique et social d’une valeur universelle : le corporatisme74.

45Le véritable modèle à suivre hors des frontières de l’Italie n’est pas l’action révolutionnaire de la marche sur Rome mais la première décennie du régime fasciste que cet événement inaugure. Ces dix premières années du fascisme italien font de l’ombre à l’événement fondateur.

46Au milieu des années 1930, l’ascension de la Garde de Fer, qui revendique le leadership d’une « jeune génération » supérieurement légitime dans la politique roumaine peut encourager de nouvelles comparaisons avec 1922 comme celle tentée par l’épouse de Mihail Manoilescu, Elena, très présente, comme son mari, dans les pages de la revue. En préfigurant les attaques que lancera bientôt le jeune Emil Cioran contre « la dictature des rhumatismes » dans la vie publique roumaine, Elena Manoilescu entend citer en exemple la marche sur Rome à la jeunesse fasciste roumaine :

  • 75  Elena M. Manoilescu, « Lașitatea vitejilor », Lumea Nouă, année 5, no 1, janvier 1936, p. 528.

En marchant sur Rome, Mussolini n’a rien fait d’autre que de rendre ses droits à la génération qui avait demandé et qui avait fait la guerre. Ce qui fut grand dans son action de 1922, c’est la capacité à réveiller en Italie la génération de la guerre, à la faire sortir de la léthargie où elle était tombée75.

47En Roumanie, où la génération de la guerre n’a pas eu le courage de prendre le pouvoir et de remplacer l’ancienne génération d’hommes politiques comme en Italie et, plus tard, en Allemagne, la mission d’un tel remplacement générationnel reviendra « à la jeunesse d’aujourd’hui », autrement dit, aux légionnaires de Corneliu Zelea Codreanu.

  • 76  N.N. Lenguceanu, « Politica europeană », Neamul Românesc, année 28, no 143, 5 juillet 1933.
  • 77  N.N. Lenguceanu, « Apusul pacifismului », Neamul Românesc, année 28, no 34, 15 février 1933.
  • 78  Nicolae Iorga, « Una e d. Mussolini, alta d. Hitler », Neamul Românesc, année 28, no 90, 26 avril (...)
  • 79  Nicolae Iorga, Idei asupra problemelor actuale, Bucarest, Editura « Cugetarea », 1935, p. 92.

48Le thème de la latinité du fascisme, tel qu’il est décliné en Roumanie après 1932, se nourrit d’une autre chronologie que celle qui oppose, chez Manoilescu et son cercle, 1922 à 1789. Ce thème avait initialement participé à l’appel à la mémoire culturelle et à l’esthétisation du politique, à l’interprétation de la marche sur Rome comme « réaction latine » pour définir ensuite la nature du régime lui-même comme expression du retour à une tradition politique italienne enfouie, issue de l’Antiquité romaine et destinée à déloger la formule politique moderne mais artificielle du parlementarisme « anglo-saxon ». L’arrivée au pouvoir d’Hitler en Allemagne, avec les nouveaux dangers que cet événement fait planer sur la paix du continent, renforce la tendance à une lecture du fascisme qui fait de celui-ci une réalité politique « latine », voire une résurrection spirituelle apparentée au catholicisme ou à la Renaissance. On le voit dans les pages du journal de Nicolae Iorga, Neamul Românesc (Le Peuple Roumain) qui, notamment après 1932, assimile le fascisme à une « renaissance latine » et à une « Renaissance italienne fasciste »76. En février 1933, sous la plume de l’avocat Lenguceanu, collaborateur de Iorga, la marche sur Rome devient le moment d’un basculement qui réhabilite un ancien principe d’autorité au détriment d’une modernité politique défaillante qui est en train de vivre ses derniers jours. Si l’Italie « se trouve actuellement en plein développement de ses forces » c’est pour « avoir renoué, il y a dix ans, avec l’idée romaine de l’autorité basée sur la justice en abandonnant la solution contemporaine d’importation du régime parlementaire »77. Pour Nicolae Iorga lui-même, qui proclame très tôt que « Mussolini n’est pas Hitler »78 et qu’il ne faut pas confondre les deux personnages, le dictateur italien est le continuateur de la tradition des grands tyrans de la Renaissance « tel [Francesco] Sforza à Milan, qui avait accédé au pouvoir grâce à ses qualités uniquement en gagnant ainsi le droit d’être reconnu comme maître. Cette reconnaissance et acceptation de la valeur personnelle de quelqu’un, cette manière de confier son sort à une personne douée de qualités extraordinaires est une tradition dans l’Italie de M. Mussolini »79.

49Le recoupement de deux facteurs de politique internationale pèse sur l’orientation d’une partie de l’intelligentsia roumaine vers la vision utopique et vague d’une « Europe latine » fédérée par l’Italie de Mussolini. Il s’agit, d’une part, de l’arrivée au pouvoir d’Hitler qui peut être comparée défavorablement à la conquête du pouvoir par Mussolini, une décennie plus tôt :

  • 80  Gr. Moldovanu, « Două fascisme », Curentul, année 6, no 1812, 17 février 1933.

Adversaire du parlementarisme [le fascisme italien] n’a pas revendiqué le pouvoir sur la base des principes parlementaires en se prévalant [tel le national-socialisme] du fait qu’il représentait le groupe parlementaire le plus nombreux du pouvoir législatif. De surcroit, le premier souci de Mussolini une fois installé au pouvoir ne fut pas de convoquer des élections pour un nouveau parlement, comme l’a fait Hitler80.

  • 81  Georges-Henri Soutou, Europa !…, op. cit., p. 49.
  • 82  Ibid., p. 50.

50L’autre tendance qui se fait sentir est la fin du briandisme, l’essoufflement des projets de « l’européisme libéral des années 1920 »81 et la genèse d’une conception mussolinienne de l’Europe fondée sur deux grands thèmes : « celui de la romanité […] et celui de la régénération d’une Europe malade grâce au fascisme qui acquerrait ainsi une dimension internationale »82. Après 1932, en gagnant les rangs d’une partie de l’intelligentsia traditionaliste et nationaliste, le thème de l’universalité supposée du modèle fasciste tente de se substituer en Roumanie à l’idée de solidarité latine traditionnellement centrée sur l’attachement à la France. Il n’est pas moins vrai que la résurgence du thème de l’unité politique latine dans la Roumanie des années 1930 doit beaucoup aux sources maurrassiennes qui, tout comme dans le cas des diatribes antiparlementaires des admirateurs de Mussolini dans les années 1920, fraient le chemin à une vision de la latinité aux accents fascistes pendant la décennie suivante. Après l’anniversaire des dix ans du fascisme italien qui éclairait la signification historique de la marche sur Rome par le bilan du régime, le thème de l’universalisme du modèle fasciste porté par celui de Rome pousse encore plus vers les marges la référence à l’événement fondateur. Celui-ci cesse d’être le point d’appui d’une interrogation sur la nature du régime non seulement parce que la référence à l’histoire de Rome promeut d’autres horizons temporels mais aussi en raison du fait que le thème d’une Italie fasciste qui se ferait championne de l’unité politique pan-latine répond à des attentes qui dépassent l’anticommunisme et l’antiparlementarisme promus depuis le début des années 1920.

  • 83  « Je ne renierai pas l’influence que les écrits de Charles Maurras ont pu avoir sur moi dans ma je (...)
  • 84  Le Prix Goncourt 1960 ne fut pas décerné, finalement, à Vintilă Horia à cause des révélations sur (...)

51L’image de l’État, qui représente le fascisme installé dans la durée, inspire les défenseurs roumains d’une mission universelle de la nouvelle Italie. L’universalité de Rome – Rome impériale et Rome des papes – se transmet au fascisme et par le fascisme – c’est la thèse qui se développe dans les pages de la revue littéraire Gândirea (La Pensée) sous la plume de son fondateur, l’écrivain Nichifor Crainic et de son jeune confrère, Vintilă Horia, lecteur, lui aussi, de Maurras83 et qui allait se faire connaître en France par son roman Dieu est né en exil, qui obtint le Prix Goncourt 196084.

  • 85  Nichifor Crainic, « D. Mussolini împotriva României », Calendarul, année 1, no 195, 21 octobre 193 (...)
  • 86  Nichifor Crainic, Zile albe, zile negre. Memorii, Bucarest, Casa Editorială Gândirea, 1991, p. 236 (...)
  • 87  Ibid., p. 240.

52Au début des années 1930, pour Crainic, poète de sensibilité orthodoxe, culturellement attaché à l’héritage de Byzance et au village traditionnel roumain, le mythe de la latinité est essentiellement un mythe politique usé que la Roumanie moderne a cultivé sur le terrain de ses relations traditionnelles avec la France, qui en a d’ailleurs profité pour traiter, en retour, sa « sœur latine » du Bas--Danube comme une « colonie »85. Admirateur de Charles Maurras, qu’il rencontre à Maillane, Crainic prend un tournant fascisant en 1932 lorsqu’il se rapproche de Corneliu Codreanu, qu’il soutient politiquement, et de l’Italie qu’il va visiter en 1933 et 1934 en étant, chaque fois, reçu par Mussolini86. Sa vision d’une latinité renouvelée par le fascisme dans laquelle la Roumanie devrait retremper sa propre identité et conscience latine accompagne son admiration pour « la frénésie créatrice » du régime mussolinien, pour « le vaste chantier où l’on bâtissait dans tous les domaines » qu’était devenue l’Italie87.

  • 88  Andrea Giardina et André Vauchez, Il mito di Roma. Da Carlo Magno a Mussolini, Rome-Bari, Laterza, (...)
  • 89  Nichifor Crainic, « Roma universală », Gândirea, année 4, no 4, avril 1935, p. 169.
  • 90  Manuela Bertone, « “Civis Romanus Sum” : romanità, latinità e Mediterraneo nel discorso italico di (...)

53Bien que l’une des premières mesures officielles adoptées par le régime fasciste eût été, en 1923, l’institution de l’anniversaire de la Naissance de Rome comme fête nationale88, cette action n’avait à l’époque, semble-t-il, pas attiré l’attention des observateurs roumains du fascisme plus concentrés sur l’interprétation de la marche sur Rome et de ses suites. Douze ans plus tard, Crainic exalte en termes lyriques la date du 21 avril – jour anniversaire de la fondation de la Cité éternelle – et y voit le début d’un itinéraire historique qui associe romanité et empire : « Sur la pierre de fondation que représente Rome, c’est l’Italie qui a été bâtie et sur l’Italie, les deux empires : celui de l’Antiquité et celui du Moyen Âge. Et qui sait si le destin de Rome […] n’est pas d’abriter dans son sein le Troisième Empire, spirituellement parfait comme ne l’ont pas été les deux premiers »89, l’empire de la « conception politique spiritualiste » qu’est le fascisme. L’idée d’une « Troisième Rome » à venir, que Mussolini avait reprise dès les débuts du fascisme pour esquisser l’horizon d’une nouvelle « civilisation » associée à un « impérialisme vertueux » de tradition millénaire90, est diffusée ici par Crainic qui se fait le porte-parole roumain des thèmes du discours mussolinien centré sur les idées de « romanité » et d’empire.

  • 91  Ibid., p. 170-171.
  • 92  Olivier Dard, « Charles Maurras, le fascisme, la latinité… », art. cit., p. 64.

54À l’âge du fascisme, « tous les chemins mènent de nouveau à Rome », écrit Crainic, et le totalitarisme assumé par le régime allie la force des Césars à la spiritualité « des meilleurs des papes »91. L’architecture fasciste symbolise par la pierre une nouvelle affirmation de la romanité, tandis que la ferveur populaire qui entoure la figure du Duce s’apparente à la ferveur religieuse des simples croyants catholiques de tous les temps. Défenseur d’une identité roumaine qui allie ethnicité et orthodoxie, Crainic se fait l’explorateur du rapport entre « l’homme nouveau » du fascisme et la romanité en insistant sur ce qu’il perçoit comme étant le fond chrétien de l’ethos fasciste, dont le culte de l’héroïsme s’apparente à ses yeux à la valorisation chrétienne de l’ascèse et de la sainteté. Le fascisme est, pour Crainic, une restauration de la spiritualité catholique et, même s’il ne cite pas Maurras pour qui « la latinité est inséparable du catholicisme »92, il part de ce binôme pour lui adjoindre le fascisme. Ainsi, la romanité, sous ses différents aspects historiques, représente aux yeux de Crainic le véhicule que le fascisme peut emprunter pour asseoir son universalité.

  • 93  Nicolae Iorga, « Acordul de la Roma », Neamul Românesc, année 30, no 9, 12 janvier 1935.
  • 94  « Importanța evenimentelor de la Roma », Universul, année 52, no 6, 7 janvier 1935.

55Le thème d’une latinité renouvelée par le fascisme, rayonnant sur une Europe en pleine transformation politique, n’est pas une simple apologie esthétisante du régime mussolinien, mais elle vise à donner des réponses à des inquiétudes et à des projets qui respirent l’air du temps. Le rapprochement franco-italien de janvier 1935, issu de la visite faite à Rome par le ministre français des Affaires étrangères, Pierre Laval, avait été salué dans la presse roumaine notamment comme un événement où la quête de la paix en Europe se confondait avec une manifestation de « solidarité latine »93, un « triomphe de l’esprit latin dans le berceau même de la latinité »94.

  • 95  Ibid., p. 172. Voire aussi l’article de Nichifor Crainic intitulé « Mussolini și latinitatea », (...)
  • 96  Vintilă Horia, « Despre un spirit european », Gândirea, année 17, no 3, mars 1938, p. 151-153.

56« Paris va à Rome sous les applaudissements du monde latin tout entier », écrit Nichifor Crainic, pour qui le rayonnement d’une latinité rajeunie par le fascisme et mise au service d’un sursaut de la civilisation occidentale représente, d’abord, un dépassement de l’étroite et dangereuse solution révisionniste qui avait approché, pendant de longues années, Mussolini de Budapest. Crainic appelle de ses vœux « la libre fascisation de chaque État dans le cadre des frontières reconnues par les traités »95, une « fascisation » des pays européens qui rendrait caduque la question de la révision des Traités de paix à laquelle la Roumanie s’oppose sans fléchir. L’idée d’une unification fasciste du continent sera reprise dans un article de 1938, par Vintilă Horia, qui croit qu’ « un esprit européen de nuance romaine » doit s’imposer pour conjurer le danger des divisions politiques issues de l’égocentrisme national et raciste. Il prône dans ce sens l’adoption, « à l’échelle de notre continent des principes qui fondent l’État italien, espagnol, portugais et, en partie, l’État allemand », dans la mesure où « le national-socialisme n’est, au fond, qu’une copie du fascisme latin ». « Comme autrefois sous la protection latinisante de l’Église catholique, l’Europe pourra retrouver son équilibre intérieur en s’appuyant sur l’idée latine d’État-nation » qui représente aux yeux de l’auteur « une nouvelle formule nationaliste », un « nationalisme éclairé »96.

  • 97  Nichifor Crainic, « Roma universală », art. cit., p. 175.

57Favorisée par la puissante identification entre fascisme et romanité, cette dynamique pourrait déboucher, dans le cas de la Roumanie, sur une « renaissance roumaine ». « L’esprit héroïque de la nouvelle universalité » de Rome « va organiser nos énergies endormies dans le désordre » prédit Crainic, car « nous avons Rome dans notre sang » et « le génie de la Rome nouvelle déterminera la forme de l’histoire que devra engendrer la Roumanie nationaliste »97. La vision d’une internationalisation du modèle fasciste conjointement à l’idée d’unité latine laisse de côté la question qui avait persisté dans la Roumanie des années 1920 de la reproductibilité de l’expérience italienne en dehors de la péninsule.

Les trois coups de l’année 1936

58Un catalyseur du sentiment renouvelé de solidarité latine, sous l’impulsion du dynamisme de l’Italie fasciste, est représenté en Roumanie par l’enchainement de trois événements de l’année 1936 : la victoire du Front Populaire en France avec les tensions qu’elle déclenche, la victoire italienne en Abyssinie et l’éclatement de la Guerre d’Espagne. Le premier de ces trois événements fait contraste avec les deux suivants en rehaussant en même temps la valeur du combat de Charles Maurras et son image de victime perpétuelle de la République et de la gauche française.

  • 98  « “Uniunea naţională a foştilor luptători” şi Italia. Un mesaj adresat Italiei », Curentul, année  (...)
  • 99  Nichifor Crainic, « Imperialismul latin », Sfarmă-Piatră, année 2, no 5, 14 mai 1936 ; Giuseppe Bo (...)
  • 100  Dan Botta, « Alcazarul », Sfarmă-Piatră, année 2, no 45, 1er octobre 1936.

59Attachée à la fécondité de la race, qui exige l’expansion territoriale ou à la légitime détention d’un empire, l’invocation de la latinité accompagne dans la presse roumaine des prises de positions favorables à l’agression italienne contre l’Abyssinie. Dès les premiers jours de la guerre l’Union Nationale des anciens combattants apporte son soutien à l’Italie au nom de la « solidarité latine » et salue Mussolini en chef de guerre et « porte-étendard de la génération des tranchées »98. En applaudissant la manifestation pratique de « l’impérialisme latin », Nichifor Crainic parle de la continuité de « l’esprit fasciste », qui relie la marche sur Rome à l’occupation de la capitale de l’Abyssinie en évoquant Giuseppe Bottai, « celui qui, le premier, fit son entrée à Rome il y a quatorze ans en tête de la marche fasciste qui a sauvé l’Italie » et qui entre, le 6 mai 1936, dans Addis-Abeba99. Les allusions à la marche de 1922, telles que celle-ci, se font rares dans la presse philo-fasciste roumaine du milieu des années 1930 car le « mythe » de la marche et son corollaire – la glorification des accomplissements domestiques du régime – cèdent alors le pas au mythe de Rome et de son universalité, dynamisé à la fois par la propagande mussolinienne et par les urgences de la politique internationale telles qu’elles sont perçues en Roumanie. Le soulèvement du général Franco en Espagne et la nouvelle visibilité de Maurras et de l’Action française après leurs prises de position violentes en faveur de l’agression italienne renforcent dans les rangs des admirateurs roumains du régime de Mussolini l’idée d’une nécessaire unité latine et fasciste à l’échelle de l’Europe. Les défenseurs de l’Alcazar qui captent l’imagination des nationalistes roumains de tout bord – à commencer par la Garde de Fer – sont exaltés par l’écrivain Dan Botta comme « des latins dont la destinée est d’opposer le bouclier de Rome à la nouvelle cohue déversée par l’Orient asiatique, par la Scythie éternellement communiste ». Ils donnent « un exemple de l’héroïsme latin, de la beauté morale spécifique à la Méditerranée » à laquelle doit répondre « une solidarité de race, de tradition et de foi »100.

  • 101  Olivier Dard, Charles Maurras…, op. cit., p. 239.
  • 102  Georgiana Medrea, « Maurrassisme et littérature en Roumanie », dans Michel Leymarie, Olivier Dard (...)
  • 103  Nichifor Crainic, « Maurrras cu laur academic », Porunca Vremii, 12 juin 1938.
  • 104  Nichifor Crainic, « Charles Maurras, dascălul naţionalismului latin », Sfarmă Piatră, année 2, no  (...)
  • 105  Ibid.

60L’emprisonnement du chef de l’Action française sous le gouvernement du Front Populaire d’octobre 1936 à juillet 1937101 et la proposition de sa candidature au Prix Nobel de la Paix constituent « le degré maximal de la visibilité de Maurras »102 dans la Roumanie des années 1930. Cette visibilité renouvelée du principal maître étranger du nationalisme roumain de l’entre-deux-guerres n’est pas uniquement le reflet de la réception roumaine d’un contexte politique français de plus en plus conflictuel mais aussi celui de la manière dont fascisme et maurrassisme s’éclairent mutuellement, depuis une décennie et demie, aux yeux des adversaires roumains du libéralisme et de la démocratie. Maurras apparaît alors comme un précurseur de Mussolini, de Franco, voire de Corneliu Codreanu et sa figure vient renforcer l’idée, déjà présente, d’une possible version panlatine du fascisme. « La substance du nationalisme roumain est intimement apparentée à la doctrine de Charles Maurras, le maître de la régénération des pays latins. Du Finistère aux bouches du Danube, il a été l’étoile polaire qui a servi de repère aux phalanges, aux faisceaux, aux cohortes », écrit sur un ton exalté Nichifor Crainic en 1938103. Dans l’hebdomadaire Sfarmă Piatră (Brise-Pierre), Crainic et Vintilă Horia, antisémites affichés, vont s’évertuer à promouvoir l’image d’un Charles Maurras dont la doctrine contraste avec le racisme nazi et sert de base à une version panlatine de fascisme. Un des articles de Crainic intitulé « Charles Maurras, maître du nationalisme latin » va jusqu’à opposer Maurras aux « aberrations nordiques » d’Alfred Rosenberg104 et proclame : « Pour nous il existe aujourd’hui en politique deux grandes expressions du génie latin : le maurrassisme théorique et le fascisme pratique »105. L’appel à Maurras – maître consacré de latinité et d’anti-germanisme – sert à promouvoir dans la Roumanie des années 1935-1937 la vision d’un regroupement politique nécessaire des pays latins dans un « bloc » dont le noyau serait représenté par l’alliance franco-italienne. Ayant servi au début des années 1920 de précurseur du fascisme italien sur le terrain de la critique de la démocratie et du parlementarisme, Maurras joue ainsi, sous la plume de ses disciples et admirateurs roumains, son dernier rôle important en tant que caution prestigieuse d’un rêve d’unité politique latine dont le moteur aurait dû être l’Italie fasciste.

Haut de page

Notes

1  Hans-Christian Maner, Parlamentarismul în România, 1930-1940, Bucarest, Editura Enciclopedica, 2004, p. 19.

2  Nicolae Iorga, « Ce se poate evita », Neamul Românesc, no 126, 17 juin 1919.

3  Oliver Jens Schmitt, Capitan Codreanu : Aufstieg und Fall des rumänischen Faschistenführers, Vienne, Paul Zsolnay Verlag, 2016, traduction roumaine : Corneliu Zelea Codreanu. Ascensiunea si căderea căpitanului, Bucarest, Humanitas, 2017, p. 64.

4  Pierre Milza, Le fascisme italien et la presse française (1920-1940), Bruxelles, Complexe, 1987, p. 90-92. Voir l’article d’Olivier Dard dans le présent dossier.

5  Nicolae Iorga, « Eresii curente. Lupta contra parlamentarismului », Neamul Românesc, année 21, no 116, 23 août 1926.

6  « Unde a dus fascismul », Adevărul, année 35, no 11850, 31 octobre 1922 ; article signé Sincerus.

7  « Lovitura de stat a fasciștilor », Adevărul, année 35, no 11848, 30 octobre 1922.

8  S[incerus], « Presa liberală și fascismul », Adevărul, année 35, no 11851, 1er novembre 1922.

9  Constantin Mille, « Fascismul român », Presa, 14 juillet 1924, cité dans Totalitarismul de dreapta în România. Origini, manifestări, evoluție, 1919-1927, Bucarest, Institutul Național pentru Studiul Totalitarismului, 1996, p. 355.

10  Nicolae Iorga, « Biruința fascismului italian », Neamul românesc, année 17, 4 novembre 1922.

11  Nicolae Iorga, « Scăderi şi foloase ale fascismului », Neamul românesc, année 18, no 29, 9 février 1923.

12  « Mussolini », Hiena, année 3, no 4, 5 novembre 1922.

13  « Situația politică din Italia. Noul guvern Mussolini », Universul, année 40, no 249, 2 novembre 1922.

14  Georges-Henri Soutou, Europa ! Les projets européens de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste, Paris, Tallandier, 2021, p. 26.

15  Luciano Zani, « Fascismo et comunismo : rivoluzioni antagoniste », dans Emilio Gentile (dir.), Modernità totalitaria. Il fascismo italiano, Rome-Bari, Laterza, 2008, p. 192.

16  « Raportul Comandamentului Corpului Grănicerilor privind raporturile de graniță ruso-române în perioada martie 1918-iunie 1941 », document publié par Adrian Brișcă, Arhivele Totalitarismului, vol. 4, no 1, 1996, p. 48-51.

17  Florin Turcanu, « Roumanie, 1917-1920 : les ambiguïtés d’une sortie de guerre », dans Stéphane Audoin-Rouzeau et Christophe Prochasson (dir.), Sortir de la Grande Guerre. Le monde et l’après-1918, Paris, Tallandier, 2008, p. 252.

18  Igor Cașu, « Exporting Soviet Revolution : Tatarbunar Rebellion in Romanian Bessarabia (1924) », The International Journal of Intelligence, Security, and Public Affairs, vol. 22, no 3, 2020, p. 224-243.

19  Totalitarismul de dreapta în România…, op. cit., p. 348-349.

20  Ibid., p. 339.

21  Ibid., p. 352.

22  Oliver Jens Schmitt, Corneliu Zelea Codreanu…, op. cit., p. 64.

23  Totalitarismul de dreapta în România…, op. cit., p. 352.

24  Nicolae Iorga, Memorii, IV, Bucarest, Editura Națională Ciornei, s. d., p. 93.

25  Ibid., p. 103.

26  Nicolae Iorga, Supt trei regi, 2e éd., Bucarest, s. n., 1932, p. 395.

27  Florin Turcanu, « Annus mirabilis : le projet national roumain de l’abîme à l’apothéose », dans Catherine Durandin, Cécile Folschweiller et Irina Gridan (dir.), 1918. Nation et révolution. Roumanie, Bessarabie, Transylvanie, Paris, L’Harmattan, 2021, p. 39-40.

28  Armin Heinen, Die Legion « Erzengel Michael » in Rumanien. Soziale Bewegung und Politische Organisation, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 1986 [trad. roumaine Bucarest, Humanitas, 1999, p. 106] ; Nicolae Iorga, Memorii, tome IV, op. cit., p. 101-102.

29  Armin Heinen, Die Legion…, op. cit., p. 107. Băgulescu lui-même sera arrêté et incarcéré l’année suivante pour ses activités politiques.

30  Renzo De Felice, Brève histoire du fascisme, Paris, Louis Audibert, 2002, p. 60.

31  Cele Trei Crișuri, année 5, novembre-décembre 1924, p. 165.

32  Mihail Manoilescu, Memorii, t. I, Bucarest, Editura Enciclopedică, 1993, p. 68.

33  Constantin Vișoianu, « Note despre fascism », Viața Românească, année 15, no 8-9, 1923, p. 301.

34  Pamfil Șeicaru, « Uniunea ofițerilor de rezervă » , Hiena, année 4, no 1, 20 octobre 1923.

35  Ibid.

36  Pamfil Șeicaru, « Mussolini », Hiena, année 3, no 4 du 5 novembre 1922.

37  « Il n’y a pas de doute que ce crime n’aura d’autre résultat que de réveiller la conscience italienne et la démocratie enchainée. […] La mort de Matteotti inaugure, dans les âmes, pour l’instant, la révolution pour la libération de l’Italie » (D.T., « Crimele fascismului », Cuvântul Liber, série II, année 1, no 22, 21 juin 1924).

38  Constantin C. Petrescu, « Fascismul asasin », Cuvântul Liber, série II, année I, no 23, 28 juin 1924.

39  Victor Rodan, « Matteotti », Cuvântul Liber, série II, année I, no 25, 12 juillet 1924.

40  Olivier Dard, Charles Maurras, le nationaliste intégral, Paris, Armand Colin, réédition 2019, p. 182.

41  Florin Turcanu, « Voyages d’intellectuels français dans la Roumanie des années 1920 », 20 & 21. Revue d’histoire, no 152, 2021, p. 47-48.

42  I. B., « Șeapte ani de fascism », Cuvântul, année 3, no 421, 31 mars 1926. Dans le même numéro, voir « A șeaptea aniversare a fascismului » (article non signé).

43  Léon Daudet voyait dès la fin octobre 1922 dans la marche sur Rome « un symptôme éclatant d’une poussée à droite qui se remarque en bon nombre de pays, surtout dans les pays latins » (Léon Daudet, « Autour de la victoire du Fascio », L’Action française, 15e année, no 304, 31 octobre 1922).

44  Eugen Titeanu, « Fascismul italian și reacțiunea latină », Cuvântul, année 3, no 450, 8 mai 1926. On y retrouve la marque de l’interprétation maurrassienne de la Révolution, de la démocratie et du libéralisme comme des réalités politiques « qui n’ont rien de latin » (Olivier Dard, « Charles Maurras, le fascisme, la latinité et la Méditerranée », Cahiers de la Méditerranée, no 95, décembre 2017, p. 64).

45  Renzo De Felice, Brève histoire du fascisme, op. cit., p. 60-61.

46  En réalité, comme l’écrit Didier Musiedlak, « le nombre de fascistes qui purent se rendre à Rome n’a jamais été de 100 000, ni de 50 000 comme l’affirma Mussolini à Emil Ludwig, mais se situait vraisemblablement en dessous des 26 000 hommes » (Didier Musiedlak, La marche sur Rome, entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, 2022, p. 151).

47  Pamfil Șeicaru, « Mierloiul din strada Academiei », Cuvântul, année 3, no 426, 8 avril 1926.

48  Nicolae Iorga, « Un om », Neamul Românesc, année 21, no 67, 23 mars 1926.

49  Dem. Theodorescu, « Sărbătorirea fascistă », Cuvântul, année 8, no 2707, 3 novembre 1932.

50  Pavel Pavel, « Zece ani de bluff fascist », Adevărul, année 46, no 14980, 3 novembre 1932.

51  Ion Mihnea, « Zece ani de fascism », Vremea, année 5, no 263, 13 novembre 1932.

52  Toma Vlădescu, « 10 ani de fascism », Calendarul, année 1, no 207, 2 novembre 1932.

53  Didier Musiedlak, La marche sur Rome…, op. cit., p. 198.

54  Pierre Milza, La presse française…, op. cit., p. 88.

55  Dimitrie Gusti, « Mussolini, romanticul făptuitor », Curentul, année 5, no 1708, 31 octobre 1932.

56  « D. P. P. Negulescu despre Fascism », Curentul, ibid.

57  Voir dans le même numéro le texte intitulé « Cum vede fascismul domnul Ion Petrovici ».

58  Cezar Petrescu « Italia farà da sé », Curentul, année 5, no 1708, 31 octobre 1932.

59  Pamfil Șeicaru, « Dinamica autorității », Curentul, ibid.

60  « Deschiderea expoziției revoluției fasciste », Curentul, année 5, no 1710, 2 novembre 1932. Voir l’article de Christophe Poupault dans ce dossier.

61  « Zece ani de regim fascist », Universul, année 49, no 300, 31 octobre 1932.

62  « Declarațiile domnului Octavian Goga », Curentul, année 5, no 1708, 31 octobre 1932.

63  Reale Accademia d’Italia, Fondazione Alessandro Volta, Convegno di Scienze Morali e Storiche, 14-20 Novembre 1932-X, Rome, 1933-XI, p. 31.

64  Delio Cantimori, « Fascismo, rivoluzione e non reazione europea », Vita Nova, septembre 1931, cité par Emilio Gentile, La Grande Italia. Il mito della nazione nel xx secolo, Rome-Bari, Laterza, 2006, p. 194.

65  Mihail Polihroniade, « Concluziuni », Calendarul, année 1, no 215, 10 novembre 1932.

66  Ibid.

67  Mihail Polihroniade, « Rostul “Gărzii de Fier” », Calendarul, année 1, no 100, 18 juillet 1932.

68  « Congresul corporativ de la Ferrara », Lumea Nouă, année 1, no 1-9, avril-décembre 1932, p. 48.

69  Mihail Manoilesco, Le siècle du corporatisme, Paris, Librairie Félix Alcan, 1936, p. 13.

70  Ibid., p. 9-10.

71  Ovid Densușianu-fiul, « Un punct de vedere », Lumea Nouă, année 2, no 1-12, janvier-décembre 1933, p. 111.

72  Mihail Manoilescu, Gândirea Europeană la Congresul din Roma. Conferință ținută la 14 ianuarie 1933, Bucarest, Tipografia Ion C. Văcărescu, 1933, p. 19.

73  « Si l’individualisme représente le sceau définitif, permanent et indissoluble de la civilisation européenne, la Russie [communiste] n’appartient plus à l’Europe. Mais si l’individualisme européen représente – tel que nous le croyons – un état passager et conjoncturel de la civilisation européenne et si à l’avenir l’Europe donnera au monde une nouvelle civilisation de caractère collectif, alors la Russie est l’Europe et, loin d’être une Anti-Europe, elle est peut-être même une Anté-Europe », écrivait Mihail Manoilescu en 1933 (Gândirea Europeană la Congresul din Roma…, op. cit., p. 8).

74  Mihail Manoilescu, România, stat corporativ, Bucarest, Tipografia Modernă, 1933, p. 12-13. Je reproduis ici la traduction française du passage d’origine en langue roumaine qui figure dans Le siècle du corporatisme, op. cit., p. 14.

75  Elena M. Manoilescu, « Lașitatea vitejilor », Lumea Nouă, année 5, no 1, janvier 1936, p. 528.

76  N.N. Lenguceanu, « Politica europeană », Neamul Românesc, année 28, no 143, 5 juillet 1933.

77  N.N. Lenguceanu, « Apusul pacifismului », Neamul Românesc, année 28, no 34, 15 février 1933.

78  Nicolae Iorga, « Una e d. Mussolini, alta d. Hitler », Neamul Românesc, année 28, no 90, 26 avril 1933.

79  Nicolae Iorga, Idei asupra problemelor actuale, Bucarest, Editura « Cugetarea », 1935, p. 92.

80  Gr. Moldovanu, « Două fascisme », Curentul, année 6, no 1812, 17 février 1933.

81  Georges-Henri Soutou, Europa !…, op. cit., p. 49.

82  Ibid., p. 50.

83  « Je ne renierai pas l’influence que les écrits de Charles Maurras ont pu avoir sur moi dans ma jeunesse », déclare-t-il encore à la presse française à l’occasion du scandale qui entoure l’attribution du Prix Goncourt à son roman Dieu est né en exil (J. P., « Le lauréat n’est pas convié au déjeuner. Les déclarations de M. Vintila Horia », Le Monde, 1er décembre 1960).

84  Le Prix Goncourt 1960 ne fut pas décerné, finalement, à Vintilă Horia à cause des révélations sur son passé politique d’avant-guerre parues dans la presse française de gauche.

85  Nichifor Crainic, « D. Mussolini împotriva României », Calendarul, année 1, no 195, 21 octobre 1932.

86  Nichifor Crainic, Zile albe, zile negre. Memorii, Bucarest, Casa Editorială Gândirea, 1991, p. 236-242.

87  Ibid., p. 240.

88  Andrea Giardina et André Vauchez, Il mito di Roma. Da Carlo Magno a Mussolini, Rome-Bari, Laterza, 2008, p. 227-228.

89  Nichifor Crainic, « Roma universală », Gândirea, année 4, no 4, avril 1935, p. 169.

90  Manuela Bertone, « “Civis Romanus Sum” : romanità, latinità e Mediterraneo nel discorso italico di Benito Mussolini (1915-1922) », Cahiers de la Méditerranée, no 95, décembre 2017, p. 109-118.

91  Ibid., p. 170-171.

92  Olivier Dard, « Charles Maurras, le fascisme, la latinité… », art. cit., p. 64.

93  Nicolae Iorga, « Acordul de la Roma », Neamul Românesc, année 30, no 9, 12 janvier 1935.

94  « Importanța evenimentelor de la Roma », Universul, année 52, no 6, 7 janvier 1935.

95  Ibid., p. 172. Voire aussi l’article de Nichifor Crainic intitulé « Mussolini și latinitatea », Gândirea, année 14, no 6, juin 1935, p. 334-335.

96  Vintilă Horia, « Despre un spirit european », Gândirea, année 17, no 3, mars 1938, p. 151-153.

97  Nichifor Crainic, « Roma universală », art. cit., p. 175.

98  « “Uniunea naţională a foştilor luptători” şi Italia. Un mesaj adresat Italiei », Curentul, année 8, no 2755, 5 octobre 1935.

99  Nichifor Crainic, « Imperialismul latin », Sfarmă-Piatră, année 2, no 5, 14 mai 1936 ; Giuseppe Bottai, Diario, 1935-1944, Milan, BUR, 2006, p. 101.

100  Dan Botta, « Alcazarul », Sfarmă-Piatră, année 2, no 45, 1er octobre 1936.

101  Olivier Dard, Charles Maurras…, op. cit., p. 239.

102  Georgiana Medrea, « Maurrassisme et littérature en Roumanie », dans Michel Leymarie, Olivier Dard et Jean-Yves Guérin (dir.), Maurrassissme et littérature. L’Action française – Culture, société, politique, t. IV, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012, p. 457.

103  Nichifor Crainic, « Maurrras cu laur academic », Porunca Vremii, 12 juin 1938.

104  Nichifor Crainic, « Charles Maurras, dascălul naţionalismului latin », Sfarmă Piatră, année 2, no 15, 27 février 1936.

105  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florin Turcanu, « De la « marche sur Rome » au mythe fasciste de Rome dans la Roumanie de l’entre-deux-guerres »Cahiers de la Méditerranée, 107 | 2023, 117-140.

Référence électronique

Florin Turcanu, « De la « marche sur Rome » au mythe fasciste de Rome dans la Roumanie de l’entre-deux-guerres »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 107 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17530 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x4v

Haut de page

Auteur

Florin Turcanu

Florin Țurcanu, né en 1967, est historien. Ancien étudiant de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, il est actuellement professeur à la Faculté de sciences politiques de l’Université de Bucarest et chercheur à l’Institut roumain d’études sud-est européennes. Parmi ses publications consacrées à l’histoire des intellectuels roumains figure une biographie de Mircea Eliade (Mircea Eliade. Le prisonnier de l’histoire, Paris, La Découverte, 2003).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search