Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Dossier : Signification et portée...La « marche sur Rome » vue d’Alle...

Dossier : Signification et portée de la marche sur Rome. Europe, Amérique latine

La « marche sur Rome » vue d’Allemagne. Rémanences et oublis d’un avertissement politique (1922-1939)

The ‘march on Rome’ seen from Germany. Remnants and omissions of a political warning (1922-1939)
Nicolas Patin
p. 141-153

Résumés

On estime souvent qu’Adolf Hitler s’est largement inspiré de Benito Mussolini et de la « marche sur Rome » pour organiser son « putsch de la Brasserie » de 1923, voire sa prise du pouvoir de 1933. Que Hitler ait admiré et observé le fascisme italien est une certitude. Mais la compréhension somme toute superficielle de l’événement italien n’a pas réellement permis aux nazis d’en tirer des leçons politiques. La « marche sur Rome » intervient alors comme un événement mythique, sollicité par Hitler et les hiérarques nazis pour justifier tantôt la conquête violente du pouvoir, tantôt une démarche légale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Curzio Malaparte, Technique du coup d’État [1931], Paris, Grasset, 1966, p. 189.
  • 2  Maurizio Serra, Malaparte, vie et légendes, Paris, Grasset, 2011.
  • 3  Curzio Malaparte, Technique…, op. cit., p. 192.
  • 4  Ibid., p. 187.
  • 5  Didier Musiedlak, La marche sur Rome. Entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, (...)

1« En réalité, Hitler n’est qu’une caricature de Mussolini »1. C’est par cette phrase lapidaire que Curzio Malaparte, écrivain et polémiste italien, ironise sur la situation politique du début des années 1930 en Allemagne. Dans le chapitre au titre provocateur – « Une femme : Hitler » – de son inclassable essai Technique du coup d’État (1931), celui qui porte le nom de naissance d’Erich Suckert et connaît bien la sphère germanique2 atteste quand même d’un certain nombre de parallèles entre le dirigeant du parti nazi et le chef suprême de l’Italie fasciste : « L’organisation de combat du parti national-socialiste est calquée sur l’organisation révolutionnaire du fascisme entre 1919 et 1922, avant le coup d’État »3. Encore cet effet de miroir ne se fonde-t-il pas toujours, chez Malaparte comme chez d’autres, sur une compréhension fine de la prise du pouvoir fasciste, lorsqu’il écrit, en pleine exagération à propos de la marche sur Rome : « Au bout de vingt-quatre-heures, toute l’Italie est occupée militairement par 200 000 chemises noires »4, un chiffre bien éloigné des 19 500 militants listés par Italo Balbo5.

  • 6  Ibid., p. 18.

2Pour de multiples raisons, l’Allemagne constitue un pays essentiel dans la réception et la construction d’une première compréhension du fascisme italien : sous la République de Weimar, la menace que fait peser le nazisme, d’abord extrêmement faible, puis plus affirmée, invite à regarder de l’autre côté des Alpes pour mieux comprendre l’éventuel modèle du « fascisme allemand » ; une fois Hitler au pouvoir, les relations entre les deux pays, souvent complexes, poussent à des circulations nombreuses et à une valorisation de la mythologie fasciste mussolinienne6. Certaines dates – le putsch raté d’Hitler en 1923, et sa prise de pouvoir réussie du 30 janvier 1933 – conduisent à des rejeux de la référence italienne, sans pour autant que l’emprunt soit une évidence : la question du Tyrol, où s’affrontent les intérêts allemands et italiens, empoisonne bien souvent les relations, surtout à l’extrême-droite, sous la République de Weimar.

  • 7  Klaus-Peter Hoepke, Die deutsche Rechte und der italienische Faschismus. Ein Beitrag zum Selbstver (...)
  • 8  Michel Grunewald, Olivier Dard et Uwe Puschner (dir.), Confrontations au national-socialisme dans (...)
  • 9  Hans-Ulrich Thamer, « Der Marsch auf Rom, ein Modell für die nationalsozialistische Machtergreifun (...)
  • 10  Matthias Damm, Die Rezeption des italienischen Faschismus in der Weimarer Republik, Baden-Baden, N (...)
  • 11  Sven Reichardt, Faschismus in Italien und Deutschland. Studien zu Transfer und Vergleich, Wallstei (...)
  • 12  Jens Petersen, « Der italienische Faschismus aus der Sicht der Weimarer Republik. Einige deutsche (...)

3L’historiographie s’est penchée sur la question de la réception du fascisme italien en Allemagne7, notamment quand les études comparatives sur les fascismes étaient à leur apogée, en sculptant un outil intellectuel qui n’était pas uniquement scientifique, mais servait comme arme politique de lutte antifasciste à toute une génération d’historiens européens8. Cependant, cette étude se cantonnait souvent à une seule question : en quelle mesure Hitler avait-il emprunté à Mussolini ? Quels étaient les effets de filiation9 ? Pouvait-on comparer la prise du pouvoir nazie et la marche sur Rome ? Il a fallu attendre un temps plus important pour qu’apparaissent des recherches sur la réception du fascisme italien dans la globalité des courants politiques weimariens10, tout comme une histoire sociale plus attentive aux transferts et aux circulations que ne l’était précédemment une certaine histoire de l’idéologie11. Malgré quelques recherches sur la réception générale du fascisme12, la question précise de la réception de la marche sur Rome n’a donc été soulevée qu’à de rares exceptions.

  • 13  Recherche menée sur le site Gallica.fr, dans les titres de presse suivants, pour la période 1919-1 (...)
  • 14  Recherche fermée (« Marsch auf Rom ») menée sur les plateformes ANNO et Deutsches Zeitungsportal ( (...)
  • 15  Didier Musiedlak, La marche sur Rome…, op. cit., p. 133.

4Est-ce parce que l’événement, en lui-même, n’a que peu été pris en compte à l’époque, y compris à l’échelle européenne ? Une rapide étude quantitative et lexicographique dans la presse de l’époque permet de répondre à cette question : dans un corpus de 14 titres de presse français de 1919 à 1945, l’expression « marche sur Rome » n’est par exemple recensée que 1 684 fois, ce qui est peu13 ; dans la presse autrichienne et la presse allemande, ces références n’atteignent même pas 1 000 occurrences. Ce chiffre ne vaut d’ailleurs que par comparaison : les 1 926 occurrences de la presse germanophone ne représentent que 2 % des occurrences globales, face aux mots « Mussolini » (92 532) et « fascisme » (32 071)14. La marche sur Rome semble donc, en elle-même, assez faiblement analysée, mais il faut évidemment ajouter à cette démarche quantitative superficielle les occurrences moins directes à l’événement (« prise du pouvoir » ; « octobre 1922 »…) ; et considérer que ce nombre relativement faible d’évocations ne vaut pas pour une réception qualitative pauvre. Quelle signification les contemporains ont-ils donnée à l’événement ? Ont-ils saisi l’ambiguïté de cette prise du pouvoir, entre révolution orchestrée, coup de force et coup d’État ? Comme l’écrit Didier Musiedlak, « l’arrivée au pouvoir se fit […] dans le cadre d’une opération simultanée qui associa pression et recherche d’une entente gouvernementale »15. Ce caractère composite est évidemment une question centrale dans le cas du « fascisme allemand » et de sa propre arrivée au pouvoir, où l’on considère parfois trop vite qu’Hitler s’est contenté d’imiter Mussolini.

Le champ politique weimarien et l’homme providentiel italien

  • 16  Matthias Damm, Die Rezeption…, op. cit.

5La culture politique weimarienne ne peut en aucun cas être considérée comme un bloc : les seuls déterminants généraux en sont, en effet, son éclatement – son éparpillement même – et sa conflictualité permanente. La science politique a depuis longtemps glosé sur les grands « milieux socio-moraux », notion chère au sociologue Rainer M. Lepsius et politiques de l’époque républicaine en essayant d’établir des classifications (Karl Rohe) ; ce qu’a apporté la « nouvelle histoire culturelle du politique » des dernières décennies est de mettre en lumière la puissance des haines et des antagonismes, l’imperméabilité de ces milieux les uns face aux autres, et l’absence de culture républicaine commune au sein de ces imaginaires, profondément marqués par les événements traumatiques de la guerre, la défaite et la révolution allemande. De ce point de vue, toute recherche qui s’intéresse à la culture politique weimarienne de manière globale finit toujours par ressembler à un inventaire, établissant des typologies entre les milieux ouvriers, catholiques, conservateurs, entre les partis sociaux-démocrates, communistes, libéraux, nationaux… Tout en offrant un panorama essentiel, la seule étude générale sur la réception du fascisme en Allemagne n’échappe pas à cet écueil16.

  • 17  Ibid., p. 91.

6On peut cependant tenter une synthèse en essayant de caractériser la réception de la « marche sur Rome » selon des éléments simples : l’importance qui lui a été accordée dans chaque famille politique, d’une part ; l’interprétation de fond de l’événement, d’autre part. Il est possible, sans exagérer, de considérer que le camp qui s’attèle le plus sérieusement à analyser le fascisme et la marche sur Rome est le camp communiste, à l’échelle allemande comme à celle du Komintern. Habitués à l’analyse marxiste des phénomènes historiques et confrontés au reflux de la vague révolutionnaire des années 1918-1919, les communistes européens et allemands réfléchissent sur le fascisme, autour de deux grandes questions : les chemises noires italiennes sont-elles un phénomène nouveau ? Quelque chose de plus qu’un simple mouvement réactionnaire ? Dans ce cadre, la marche sur Rome est-elle autre chose qu’un coup d’État traditionnel17 ? La deuxième question porte sur les limites du phénomène fasciste : est-il une manifestation purement italienne ? Ou peut-il s’exporter ailleurs ? Est-il universel ?

7Lénine aurait pu, en tant que chef de la révolution russe comme en tant que penseur fondamental du marxisme, proposer une analyse approfondie de l’événement. Mais il est trop affaibli à ce moment-là, et il n’en perçoit pas la signification historique. Ce n’est, à ses yeux, qu’une leçon à méditer pour le prolétariat italien. Les choses sont relativement simples pour le Komintern dans ses premières analyses : en Russie, le prolétariat a gagné ; en Italie, il a perdu. L’exemple de Mussolini représente donc la victoire du capital. C’est à partir de là que se pose la question d’une analyse plus poussée, qui habite d’ailleurs l’ensemble des années 1920 et 1930 : le fascisme – puis le nazisme – n’est-il que la dernière manifestation de la bourgeoisie dans son stade de décadence ? La dernière arme du capital ? La résolution « Sur le fascisme » du Comité Exécutif de l’Internationale communiste est un moment essentiel de stabilisation de cette analyse, le 23 juin 1923. La communiste allemande Clara Zetkin prend une place importante dans ce débat. Elle appelle à l’unité prolétarienne contre la menace fasciste. Cela dit, en dehors de l’analyse du fascisme comme phénomène politique dans son ensemble, la « marche sur Rome » ne semble pas attirer spécifiquement l’attention comme modalité de prise du pouvoir : elle est interprétée comme un coup d’État militaire par Zetkin.

L’organe fasciste de la destruction terroriste de la classe ouvrière en Italie est ce qu’on appelle les squadristes. Ce sont les organisations militaires qui se sont développées à partir des expéditions punitives dans le monde agricole. […] Les squadristes sont ensuite devenus, au fil du temps, une force purement militaire ; c’est elle qui a réalisé le coup d’État et sur laquelle s’appuie Mussolini comme dictateur. […] Au moment du coup d’État, les squadristes étaient entre 100 et 300 000 hommes ; aujourd’hui, un demi-million18.

  • 19  Recherche par mot-clés « Marsch auf Rom » dans la base de données de la Fondation Friedrich Ebert (...)

8Le SPD allemand, quant à lui, a certes un rapport moins compliqué que le KPD aux intellectuels de manière générale, mais, pourtant, une analyse précise du fascisme italien ne prend pas racine dans les années 1920. Le parti regroupe en effet des sensibilités politiques trop différentes pour pouvoir livrer une analyse cohérente du fascisme ou de l’événement de 1922. L’aile droite du parti, qui compte certaines des voix les plus puissantes, n’hésite ainsi pas à rapprocher le fascisme du bolchevisme. Le fait qu’une des sources essentielles du Vorwärts en Italie, Oda Olberg-Lerda, correspondante du journal à Rome, soit proche de l’aile réformiste du PSI, contribue à ces analyses. Les avis ne se stabilisent pas sur la nature de la marche sur Rome, certains considérant qu’il s’agit d’un putsch plein de témérité ; d’autres que les institutions en place ont largement contribué à donner le pouvoir à Mussolini. Une discussion profonde sur la nature du fascisme ne se développe pas réellement, même si la presse socialiste se fait l’écho de certaines analyses. Sur 131 occurrences évoquant la « marche sur Rome » dans la presse sociale-démocrate19, seules treize précèdent la date de novembre 1923 (le putsch d’Hitler), les références suivantes servant souvent à une simple comparaison avec la situation allemande. Pour autant, les organes du SPD livrent un début d’analyse de l’événement.

  • 20  Sozialdemokrat. Zentralorgan der Deutschen Sozialdemokratischen Arbeiterpartei in der tschechoslow (...)

9« Hitler piaffait d’impatience, surtout depuis la marche sur Rome de Mussolini, la célébrité de son modèle italien lui avait enlevé le sommeil »20, ironise le journal Sozialdemokrat, organe ouvrier de langue allemande en Tchécoslovaquie. En dehors de ce ton badin, qui use de l’idée de « modèle italien » sans réellement le penser, un effort d’analyse est produit, comme lorsque le Vorwärts analyse l’événement à l’occasion de son premier anniversaire, le 27 octobre 1923 :

  • 21  Vorwärts. Berliner Volksblatt, 27 octobre 1923 : « Nun glaubt aber der Faschismus ganz im Ernst, d (...)

Le fascisme a fini par croire que la « marche sur Rome » avait vraiment été un acte révolutionnaire, car beaucoup de choses ont changé et se sont améliorées au sein du parti fasciste depuis lors. Le peuple est peut-être d’un avis différent21.

10De même, le journal social-démocrate de référence livre parfois des articles de fond sur la question, comme le 28 juillet 1927. Un certain Dr. Bruno Altmann propose un article intitulé « Duce et Roi », dans lequel il analyse en profondeur l’événement d’octobre 1922 :

  • 22  Vorwärts. Berliner Volksblatt, 28 juillet 1927 : « Bei aller Durchmauserung zum schroffsten Reakti (...)

Malgré tout sa mue en réactionnaire le plus acharné, Mussolini avait conservé son attitude critique envers la monarchie. Lors de la fameuse « marche sur Rome », il était encore républicain et le roi put croire à sa chute lorsque les fascistes s’approchèrent. Alors que Mussolini se trouvait à deux heures de Rome, les généraux Budoglia et Capello ont proposé de disperser l’avancée fasciste aux quatre vents, avec une division fiable, et de mettre un point final à ce régiment de putschistes. Le roi a hésité. Et Mussolini a alors annoncé, dans un message solennel, que la monarchie resterait un « sanctuaire intouchable » pour lui et pour l’Italie. C’est avec ça qu’il a gagné la faveur du roi22.

11On le voit, entre le mythe et l’histoire, certains observateurs arrivent à restituer une première histoire de l’événement, sans pourtant toujours parvenir à lui donner sens, ou à en tirer une leçon spécifique par rapport aux dangers qui pèsent sur l’Allemagne. Encore faut-il, dans une culture politique de l’époque marquée par l’autorité, être en mesure de percevoir la prise du pouvoir d’un homme fort comme un danger.

  • 23  Matthias Damm, Die Rezeption…, op. cit., p. 277.

12Les partis politiques du centre ont tendance, en ce début des années 1920, à sous-estimer Mussolini. La prise de conscience s’opère plutôt au moment de l’assassinat de Matteotti. Les catholiques allemands sont plus avisés : ils comprenaient le caractère inédit du fascisme italien, mais ne lui attribuaient qu’une dimension historique relative : celle de remettre de l’ordre dans l’Italie d’après-guerre. Dans la droite et l’extrême-droite conservatrice, la question est rendue complexe – bien au-delà du NSDAP que nous étudierons par la suite – par le problème du Tyrol du Sud, où s’affrontent les intérêts nationalistes italiens et allemands. Si cet état de fait crée des crispations, cela n’empêche pas que la vision de Mussolini soit très globalement positive dans la droite allemande : on le crédite de la répression des syndicats, par la mise en place d’un État fort, une dictature certes, mais sans terreur23 et par l’énergie radicale qu’il puisait dans l’enracinement dans le passé glorieux de l’Italie. Dans ce cadre, celui de la réflexion sur l’origine du régime, la « marche sur Rome » avait été suivie avec attention, comme un tournant historique qui, en laissant une place au Parlement pour soutenir la réforme de l’administration et des finances, était en fait la meilleure nouvelle pour éviter toute violence des rouges, voire des fascistes eux-mêmes.

13Il est difficile de conclure sur un champ aussi vaste, mais quelques hypothèses se détachent : la portée historique de l’événement fasciste est globalement perçue comme un tournant historique, et fait l’objet d’une analyse superficielle, entre révolution violente et camarilla à la tête de l’État. Ceci dit, dans cette première réception, si la comparaison est faite avec la situation allemande, notamment à travers le rapprochement d’octobre 1922 avec le putsch d’Hitler-Ludendorff un an plus tard, il semble que la question de la compromission des élites politiques ne soit pas poussée jusqu’au bout. Surtout, les réalisations mussoliniennes et l’installation de l’État fasciste éclipsent petit à petit le point de départ du régime.

14Lorsque la menace hitlérienne se fait plus pressante à partir de septembre 1930, la référence à l’Italie reprend de la force, mais toujours dans des stratégies de délégitimation du mouvement hitlérien, que ce soit pour le comparer à la violence du putsch mussolinien et la critiquer, ou, au contraire, pour les admirateurs de Mussolini, afin de montrer qu’Hitler n’a pas la stature du Duce italien. Ainsi, un journaliste du Badischer Beobachter écrit, en octobre 1931 :

  • 24  Badischer Beobachter. Hauptorgan der badischen Zentrumspartei, 13 octobre 1931, p. 4 : « Gibt etwa (...)

Monsieur Hitler donnerait-il quelconques garanties d’être le Mussolini allemand, avec son putsch raté, car irréfléchi, de 1923 ? Ou est-ce le grand Hugenberg, qui a réussi à faire passer son propre parti de plus de 100 députés à 42 ? Où est ce Mussolini chez les soi-disant têtes pensantes, la soi-disant « opposition nationale » ? Ce n’est pas à une opposition nationale que nous avons affaire ici, mais à un consortium de réactionnaires et de dilettantes avides de pouvoir, qui ont suffisamment de vanité destructrice [herostratische] pour faire passer leurs objectifs politiques personnels pour des objectifs nationaux collectifs24.

  • 25  Hans-Ulrich Thamer, « Der Marsch auf Rom… », art. cit., p. 258. L’auteur va même plus loin en expl (...)

15On voit comment, en dehors des rangs nazis, l’exemple italien est souvent rabattu sur le mouvement hitlérien, sans pour autant faire l’objet d’une analyse poussée25. Lui a-t-il servi de modèle ? Peut-on utiliser l’un pour discréditer le second ? Les observateurs posent comme préalable l’idée qu’Hitler se serait inspiré de Mussolini et aurait donc une connaissance précise de la prise du pouvoir de 1922. L’homologie entre les chemises noires et les chemises brunes, entre le fascisme italien et ce qu’on appelle à l’époque volontiers le « fascisme allemand » pousse vers cette idée.

16On peut cependant constater que, selon deux modalités différentes, l’exemple italien n’est en fait repris que de manière assez superficielle par les nazis, avant comme après 1933.

Une révolution ou un coup d’État ? La « marche sur Rome » comme modèle ambigu

  • 26  Harald Sandner, Hitler. Das Itinerar. Aufenthaltsorte und Reisen von 1889 bis 1945, 4 vol., Berlin (...)
  • 27  Johann Chapoutot, Le nazisme et l’Antiquité [2008], Paris, PUF, 2012, p. 340-344.
  • 28  Walter Werner Pese, « Hitler und Italien, 1920-1926 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, no 2, (...)

17Hitler, en dehors de la Grande Guerre, avait très peu voyagé, et ne connaissait que quelques endroits très familiers pour lui, comme Linz, Vienne ou Munich. Toute sa vie, il fut très sédentaire, et il n’avait donc qu’une connaissance minimale des autres cultures par l’expérience du voyage26. En revanche, il avait bien évidemment développé, dans sa propre « vision du monde », une lecture globalisante de l’histoire de l’extérieur, construite à partir de bribes éparses, dans laquelle l’Empire romain avait évidemment une certaine place27. Plus précisément, l’Italie, comme pays, occupait une place importante dans sa pensée, du point relativement à la remise en cause possible du Traité de Versailles28.

  • 29  Ibid., p. 114.
  • 30  Max Domarus, Mussolini und Hitler. Zwei Wege – Gleiches Ende, Würzburg, Verlagsdruck Ph.C.W. Schmi (...)
  • 31  Thomas Weber, Devenir Hitler. La fabrique d’un nazi, Paris, Armand Colin, 2021, p. 269.

18En revanche, Hitler le dit lui-même par la suite, il n’avait aucune connaissance de Mussolini quand lui-même fonda le NSDAP, et pas avant 192129. Il observe l’accession de ce dernier au pouvoir, ce qui pose, dans les similarités des deux mouvements fascistes, la question de l’imitation possible. Max Domarus, dans son livre Hitler et Mussolini (1977), résumait les deux situations de manière synthétique dans l’homologie un peu rapide entre les dictateurs30 : Mussolini, en somme, n’avait pas eu la chance d’Hitler, à savoir que Victor-Emmanuel III, à la différence de Hindenburg, n’avait pas eu le bon goût de mourir quelques mois après la prise du pouvoir. Il était plus fin dans son analyse de la « marche sur Rome », considérant qu’interpréter l’événement comme une prise de pouvoir violente, qui aurait déposé le gouvernement légal pour le remplacer par un « cabinet fasciste révolutionnaire » était erroné. Cette vision d’une conquête violente, explique Domarus, est un mythe, et la « première victime de cette mauvaise interprétation de la “marche sur Rome” » fut Hitler lui-même en 1923, avec l’échec du putsch du « Mussolini bavarois »31. En somme, Domarus posait une hypothèse intéressante : Hitler n’aurait pas compris la marche sur Rome en essayant de l’imiter en 1923 ; il y serait parvenu en 1933. Ou pour le dire dans les termes de notre réflexion : en 1923, il serait resté prisonnier du mythe fasciste ; en 1933, il en aurait compris l’histoire. En 1935, Hitler déclarait ainsi au Daily Mail :

  • 32  Cité dans Walter Werner Pese, « Hitler und Italien… », art. cit., p. 123.

J’ai suivi l’exemple de Mussolini avec trop de précision… J’ai cru que le putsch de Munich était quelque chose comme le début d’une marche sur Berlin, qui nous amènerait directement au pouvoir. Son échec m’a appris que chaque pays doit développer son propre type et sa propre méthode de renaissance nationale32.

  • 33  Ibid., p. 117. Christian Goeschel, « Prefazione », dans Renzo De Felice, Mussolini e Hitler. I rap (...)

19Hitler, pour se renseigner sur l’événement italien, aurait eu recours au service de Kurt Lüdecke, qui voyageait entre Rome et Munich en essayant d’établir des liens entre Hitler et Mussolini33.

  • 34  Hans-Ulrich Thamer, « Der Marsch auf Rom… », art. cit., p. 249.
  • 35  Eberhard Jäckel (dir.), Hitler. Sämtliche Aufzeichnungen, 1905-1924, Stuttgart, Deutsche Verlags-A (...)

20En réalité, il semble que la compréhension, notamment par Hitler, de la marche sur Rome, autour des deux moments fondamentaux et opposés pour le nazisme, que sont le putsch de 1923 et l’accession à la chancellerie en 1933, n’ait pas totalement fait justice à l’événement italien, car Hitler avait tendance à l’enfermer entre deux idées : la conquête violente ou la conquête légale. La marche sur Rome était certes un modèle et un encouragement, mais l’interprétation initiale par les nazis gommait la nature de l’événement comme « pièce de théâtre » et « bataille psychologique »34. Elle était reçue au premier degré. L’interprétation du fascisme, de manière générale, reposait sur l’image très positive de Mussolini, perçu comme un Führer, un génie politique, même si de nombreuses voix s’élevaient dans le parti pour critiquer son manque de ferveur et d’antisémitisme. Mais la conclusion de Hans-Ulrich Thamer est sans appel : quels que soient les parallèles qui existent entre les exemples italien et nazi, il semble que l’utilisation de techniques comparables ne repose pas sur une réelle analyse du cas italien par les nazis. Hitler mettait ainsi Mussolini sur le même plan que Mustapha Kemal quand il analysait le coup d’État d’Atatürk, ici en 1924 : « En fin de compte, l’acte de Kemal Pasha a été légalisé car il a conquis la liberté pour le peuple turc »35.

  • 36  Eberhard Jäckel (dir.), Hitler. Sämtliche…, op. cit., p. 1035, 1051, 1197, 1199, 1212, 1226.
  • 37  Ibid., p. 1027, 1035 et 1051.
  • 38  Ibid., p. 729 et 773.
  • 39  Ibid., p. 972.

21Dans les sources hitlériennes disponibles avant la rédaction de Mein Kampf, l’évocation de Mussolini est mineure (dix occurrences) et celle de la marche sur Rome ne compte qu’une référence explicite. Benito Mussolini est vu comme un modèle36, un homme fort qui a nettoyé l’Italie et défendu le principe national. Il n’est d’ailleurs pas innocent que dans ce petit nombre d’occurrences, deux entretiens soient donnés les 2 et 14 octobre 1923, ainsi que le 1er novembre 1923, quelques semaines avant le putsch de la brasserie37. Dans le Daily Mail du 2 octobre, Hitler parle de l’attente d’un « Mussolini allemand », dont on a du mal à ne pas deviner l’identité. Pour autant, dans ses évocations plus précoces, la question du Tyrol38 n’est jamais très loin et est évoquée au cours de l’année 1922. La seule référence à la marche sur Rome, le 12 août 1923, résume la pauvreté de la réception de l’événement par Hitler. Il est réduit à un exemple qui permet de trancher entre la prise du pouvoir légale ou violente39.

22Les évocations sont encore plus éparses dans Mein Kampf. L’ouvrage, pourtant, s’étend sur des centaines de pages et couvre les sujets les plus variés. Mais il n’y est fait que très peu référence directe au nom de Mussolini et à la marche sur Rome. L’Italie n’est présente que comme puissance géopolitique dans le jeu possible des alliances, au chapitre 13 du tome II, et dans le couple que l’Allemagne pourrait constituer soit avec elle, soit avec l’Angleterre. La question du Tyrol, là encore, est la seule qui soit longuement évoquée, car la position d’Hitler à l’époque est contradictoire avec celle du milieu völkisch, violemment anti-italien. Mais la référence à l’Italie s’arrête là, le mot « fascisme » n’est utilisé qu’une seule fois, « fasciste » deux fois, dans un ouvrage qui compte des millions de signes. La seule référence montre que c’est en 1923 qu’Hitler a commencé à s’intéresser à Mussolini et au fascisme, après la marche sur Rome, donc.

  • 40  Florent Brayard et Andreas Wirsching (dir.), Historiciser le mal. Une édition critique de Mein Kam (...)

À cette époque – je l’avoue ouvertement – je nourris la plus grande admiration pour le grand homme au sud des Alpes [den grossen Mann südlich der Alpen] qui, dans un amour brûlant pour son peuple, ne pactisait pas avec les ennemis intérieurs de l’Italie mais s’efforçait de les anéantir par toutes les voies et par tous les moyens40.

23Dans les années 1929-1932, les références au fascisme et à la marche sur Rome, en revanche, sont plus nombreuses. En effet, avec l’augmentation exponentielle des électeurs nazis tout comme des actes de violence commis par les Sections d’assaut dans les rues allemandes, la question du modèle italien se pose avec acuité. À cette période, et le long des nombreuses interviews auxquelles répond Hitler, ce qui frappe, c’est que l’événement de 1922 est convoqué dans un sens ou un autre, selon le contexte. Hitler doit rassurer ses interlocuteurs, et, pour ce faire, il utilise l’exemple de la marche sur Rome soit pour en faire une prise de pouvoir légale, à imiter, soit pour en faire une prise de pouvoir par la violence, dont il souhaite se distinguer. Le flou qui entoure la connaissance précise de l’événement dans la pensée hitlérienne se mesure aux théories historiques fumeuses et habituelles qu’Hitler applique à la prise du pouvoir fasciste.

  • 41  Il s’agit du procès de trois jeunes officiers de la Reichswehr sympathisants nazis et accusés de p (...)

24Quand il s’agit de se justifier devant un Tribunal, en 1930, à Leipzig41, Hitler fait le dos rond, en estimant que le fascisme italien n’a pas usé de méthodes violentes :

  • 42  Hitler. Reden, Schriften, Anordnungen. 12 Bände, Munich-Londres-New York-Paris, K.G. Saur, 1992 [d (...)

Le fascisme italien n’a pas fait une révolution, comme l’a fait la social-démocratie en Allemagne en novembre 1918 ; il a sauvé le futur du peuple italien. Mussolini n’était pas un commissaire du peuple révolutionnaire, c’est le premier ministre de l’Italie monarchique, une preuve qu’il a agi en toute légalité. Il s’est mis au service de son souverain. […] Les fascistes n’ont pas fait usage de méthodes violentes contre l’État ou le gouvernement ; ils n’ont fait que se défendre contre les éléments terroristes de la rue, dont l’État ne parvenait plus à se rendre maître. Derrière le fascisme, il y a aujourd’hui une Italie, alors que derrière les gouvernements allemands, il n’y pas de peuple allemand. Le fascisme a sauvé le peuple italien, il est devenu une force légale [legale Gewalt]42.

25Mais cette position de principe se révèle beaucoup plus floue, quelques mois plus tard, si on se donne la peine d’être attentif aux mots. Hitler déclare au journal italien Il Tevere la chose suivante :

  • 43  RSA, vol. 5, 2e partie, p. 9. Interview d’Adolf Hitler dans Il Tevere, 4 octobre 1932, « Un Colloq (...)

Il est inéluctable que je reçoive légalement tous les pouvoirs. Un coup de force par le haut était nécessaire dans la situation de l’Italie d’il y a dix ans, pour des fondateurs dont la situation et le tempérament sont totalement différents. En Allemagne, une action légale a d’autant plus d’impact aujourd’hui que nous sommes aussi bien maîtres de la voie légale [da auch die Legalität uns gehört]. Nous n’avons donc pas eu recours à un coup de force et à la violence, car nous étions – et nous sommes toujours – sûrs de nous. C’est pourquoi notre travail a commencé par le bas, pour atteindre le sommet, et toute violence serait aujourd’hui moins utile que jamais, voire même nuisible43.

26Le terme « aussi » montre bien qu’Hitler a conscience de dominer les urnes, d’un côté, mais aussi pouvoir mettre en branle une violence débridée dans les rues des grandes villes allemandes, où s’affrontent les communistes, la « Bannière d’Empire » et les chemises brunes. On le voit, la référence à la marche sur Rome est pratique pour Hitler, car elle est composite : elle lui permet d’invoquer la légalité quand il en a besoin ; de faire planer la violence quand c’est nécessaire. Mais cela ne montre pas la compréhension de l’événement en soi. En général, Hitler, dans ses écrits, est plus à l’aise avec les théories statiques, de long terme, impliquant toujours les mêmes protagonistes, que pour penser l’événement, la rupture, la contingence. C’est un penseur de la providence, pas de l’accident, car seules des interprétations de long terme lui permettent de donner libre cours à sa paranoïa antisémite, véritable moteur de l’histoire raciale. De ce point de vue, la marche sur Rome, dans l’interprétation la plus poussée qu’il veut bien en faire, correspond, peu ou prou, à l’analyse qu’il donne dans Mein Kampf de la révolution allemande, mais inversée : là où « l’écroulement » de 1918 est le résultat d’un très long pourrissement de l’Allemagne par le poison juif et social-démocrate, la marche sur Rome est l’aboutissement de la volonté italienne, du travail de militant des Italiens, et de manifestations obscures du sentiment national.

  • 44  RSA, vol. 3, 3e partie, p. 148. Adolf Hitler dans Illustrierter Beobachter, 5 avril 1930 : « Theor (...)

Théoriquement, ou plutôt extérieurement, le fascisme a renversé la vieille Italie par la marche sur Rome. En réalité, cet effondrement de l’ancienne Italie et l’émergence de la nouvelle sont un processus qui s’exprime par des milliers d’évolutions et d’actions individuelles. C’est un développement de longue haleine qui, en un jour précis et par un acte précis, est parvenu au basculement définitif. Un travail intensif de plusieurs années a atteint en quelques semaines la maturité nécessaire ; le jour vient où on en récolte les fruits. Il n’en sera pas autrement en Allemagne44.

  • 45  RSA, vol. 4, 2e partie, p. 254. The New York Times, 8 décembre 1931 : « Why, then, try to hasten t (...)

27Il file d’ailleurs la métaphore naturalisante dans un entretien du 8 décembre 1931 au New York Times, où il estime qu’une « marche nationale-socialiste sur Berlin » n’a aucun sens, dans la mesure où l’écroulement du régime est tellement proche qu’il n’y a aucune utilité à hâter ce qui est de l’ordre de la nécessité or-ganique, comme d’essayer d’accélérer la venue du printemps45.

  • 46  Ibid., p. 245. Entretien du 6 décembre 1931 avec l’Associated Press : « Some day, maybe very soon (...)

28Le flou est de mise, également, dans la citation qui suit, où Hitler semble comparer la marche sur Rome à une simple élection démocratique, en pleine contradiction avec la nature réelle de l’événement, compte-tenu des scores du PNF aux élections italiennes : « Un jour, peut-être très prochainement, il y aura de nouvelles élections pour le Reichstag », dit-il. « Ce sera notre “marche sur Berlin”, car une énorme partie du peuple allemand va hisser nos candidats au pouvoir »46.

29On le voit, l’appropriation de l’événement, chez Hitler, est superficielle : il n’en retient que certaines caractéristiques, et on ne lui connaît pas de déclaration où il mettrait sur le même plan la position de Hindenburg et celle de Victor-Emmanuel III, en réfléchissant donc sur le poids des élites en place dans l’accession de Mussolini au pouvoir. Encore théorise-t-il le positionnement de l’armée au moment de la marche sur Rome, et la possibilité pour celle-ci d’avoir – ou non – réprimé la tentative de coup d’État.

Conclusion. La patrimonialisation d’un tournant historique

  • 47  Mot de félicitations d’Adolf Hitler à Benito Mussolini, le 28 octobre 1942, dans Max Domarus, Hitl (...)

Duce ! En ce vingtième anniversaire de la marche sur Rome, je vous rends hommage et je commémore vos exploits historiques avec la plus profonde amitié et solidarité. Avec moi, c’est l’entièreté du peuple allemand national-socialiste qui prend part au souvenir du jour du triomphe de la révolution fasciste. Ce que vous et vos combattants avez accompli depuis lors, Duce, fait de ce soulèvement un tournant de l’histoire de l’humanité ! Aujourd’hui, nos deux révolutions populaires combattent ensemble, dans la plus étroite fraternité d’armes…47

30C’est en ces termes qu’Hitler décrit l’événement de la marche sur Rome, vingt ans plus tard, en s’adressant à Mussolini. Ce terme de « révolution fasciste » revient d’ailleurs pour le 22e anniversaire de la marche, en 1944. On le voit, le flou persiste : connaissant l’absence de définition précise de la révolution nazie en Allemagne – la seule révolution qu’Hitler avait pris le temps de définir à l’envi était celle, honnie, de 1918 – on voit qu’après 1933, l’intelligence de l’événement s’appauvrit encore : il n’est plus question de comprendre les équilibres complexes entre coup d’État, putsch et négociation avec le pouvoir italien de l’époque : la marche sur Rome devient un événement patrimonial, qui sert d’outil de fraternisation avec Mussolini. On compare 1933 avec 1922, mais de manière superficielle. Joseph Goebbels fait, de même, référence à l’événement dans son journal intime à l’occasion des commémorations de 1942 et de 1943, mais en dehors de cet agenda de célébrations du passé glorieux, l’analyse n’est pas poussée.

31La marche sur Rome se réduit au statut d’événement historique de grande ampleur, un « tournant », terme qui revient souvent dans la bouche ou sous la plume d’Hitler. Il déclare ainsi, dans le cadre privé, en juillet 1941 :

  • 48  Adolf Hitler, Propos politiques et intimes, t. I : Juillet 1941-mars 1942, Paris, Nouveau Monde éd (...)

Sans la chemise noire, il n’y aurait peut-être pas eu la chemise brune. La marche sur Rome de 1922 a été un tournant de l’histoire. Le fait même qu’on puisse faire une telle chose nous a donné de l’élan. […] Si Mussolini avait été balayé à ce moment par le marxisme, je ne sais pas si nous aurions pu tenir. Le national-socialisme était alors une plante bien chétive48.

32Cette notion de tournant (« Wende », « Wendepunkt ») est utilisée à plusieurs reprises par Hitler dans les mots qu’il adresse à Mussolini pour les 15e et 19e anniversaires de l’événement, en 1937 et 1941. Pour Hitler, la marche n’a d’ailleurs pas été uniquement un tournant pour l’Italie, mais bien pour toute l’Europe.

33Au terme de cette recherche, l’impression globale qui domine est bien que, du côté des adversaires du nazisme comme dans les rangs du NSDAP lui-même, c’est le mythe de la marche sur Rome plutôt que son histoire qui a retenu l’attention, une version de ce mythe dégradée au statut de simple symbole : celui d’un tournant historique, dont la signification même n’avait pas pris, dans le contexte allemand, chez les nazis comme chez leurs opposants, la portée qu’elle aurait pu – ou aurait dû – avoir.

Haut de page

Notes

1  Curzio Malaparte, Technique du coup d’État [1931], Paris, Grasset, 1966, p. 189.

2  Maurizio Serra, Malaparte, vie et légendes, Paris, Grasset, 2011.

3  Curzio Malaparte, Technique…, op. cit., p. 192.

4  Ibid., p. 187.

5  Didier Musiedlak, La marche sur Rome. Entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, 2022, p. 152.

6  Ibid., p. 18.

7  Klaus-Peter Hoepke, Die deutsche Rechte und der italienische Faschismus. Ein Beitrag zum Selbstverständnis und zur Politik von Gruppen und Verbänden der deutschen Rechten, Düsseldorf, Droste Verlag, 1968.

8  Michel Grunewald, Olivier Dard et Uwe Puschner (dir.), Confrontations au national-socialisme dans l’Europe et germanophone (1919-1949), vol. 1 : Introduction générale – Savoirs et opinions publiques, Bruxelles, Peter Lang, 2017.

9  Hans-Ulrich Thamer, « Der Marsch auf Rom, ein Modell für die nationalsozialistische Machtergreifung », dans Wolfgang Michalka (dir.), Die nationalsozialistische Machtergreifung, Paderborn, Schöningh 1984, p. 245-260.

10  Matthias Damm, Die Rezeption des italienischen Faschismus in der Weimarer Republik, Baden-Baden, Nomos, 2013.

11  Sven Reichardt, Faschismus in Italien und Deutschland. Studien zu Transfer und Vergleich, Wallstein, Göttingen, 2005. Voir également Christian Goeschel, Mussolini and Hitler. The Forging of the Fascist Alliance, New Haven, Yale University Press, 2018.

12  Jens Petersen, « Der italienische Faschismus aus der Sicht der Weimarer Republik. Einige deutsche Interpretationen », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, no 55-56, 1976, p. 315-360 ; Wolfgang Schieder, « Das italienische Experiment. Der Faschismus als Vorbild in der Krise der Weimarer Republik », dans id. (dir.), Faschistische Diktaturen. Studien zu Italien und Deutschland, Göttingen, Wallstein, 2008, p. 149-184 (d’abord publié dans Historische Zeitschrift, no 262, 1996, p. 73-125 ; Jens Fleming : « “Durchbruch der Revolution”. Die Linke, die Rechte und der italienische Faschismus in der Weimarer Republik », dans Annette Jünemann (dir.), Italien und Europa. Festschrift für Hartmut Ullrich zum 65. Geburtstag, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2008, p. 91-106.

13  Recherche menée sur le site Gallica.fr, dans les titres de presse suivants, pour la période 1919-1945 à partir d’une recherche fermée « marche sur Rome » (septembre 2022). Le Populaire, Le Petit Parisien, Paris-Soir, Paris-Midi, L’Œuvre, La Liberté, L’Humanité, Excelsior, L’Action française, La Croix, Le Temps, Le Petit Journal, Le Matin, Le Figaro. Pierre Milza a bien montré que, si la presse française couvre la « marche sur Rome », elle ne s’attarde pas longuement sur l’événement. Voir Pierre Milza, Le fascisme italien et la presse française (1920-1940), Bruxelles, Complexe, 1987.

14  Recherche fermée (« Marsch auf Rom ») menée sur les plateformes ANNO et Deutsches Zeitungsportal (septembre 2022). URL : https://anno.onb.ac.at et https://www.deutsche-digitale-bibliothek.de/newspaper. Les moteurs de recherche tiennent compte des déclinaisons du mot en langue allemande.

15  Didier Musiedlak, La marche sur Rome…, op. cit., p. 133.

16  Matthias Damm, Die Rezeption…, op. cit.

17  Ibid., p. 91.

18  Clara Zetkin, Der Kampf gegen den Faschismus, 20 juin 1923 (https://www.marxists.org/deutsch/archiv/zetkin/1923/06/faschism.htm) : « Das faschistische Organ zur terroristischen Niederwerfung der Arbeiterklasse in Italien sind die sogenannten Geschwader. Es sind dies militärische Organisationen, die sich aus den agrarischen Strafexpeditionen heraus entwickelt haben. […] Die “Geschwader” sind im Laufe der Zeit zu einer rein militärischen Macht geworden, die den Staatsstreich durchführte und auf die Mussolini als Diktator sich stützt. […] Im Augenblick des Staatsstreiches zwischen 100.000 und 300.000 Mann, jetzt mit einer halben Million ».

19  Recherche par mot-clés « Marsch auf Rom » dans la base de données de la Fondation Friedrich Ebert (https://fes.imageware.de/fes/web/) [consultée le 6 novembre 2022].

20  Sozialdemokrat. Zentralorgan der Deutschen Sozialdemokratischen Arbeiterpartei in der tschechoslowakischen Republik, dimanche 11 novembre 1923 : « Besonders seit Mussolinis Marsch auf Rom ist Hitlers Ungeduld nicht zu zügeln gewesen, der Ruhm seines italienischen Vorbildes ließ ihn nicht schlafen ».

21  Vorwärts. Berliner Volksblatt, 27 octobre 1923 : « Nun glaubt aber der Faschismus ganz im Ernst, dass der “Marsch auf Rom” eine revolutionäre Tat war, weil innerhalb der faschistischen Partei seither vieles anders und vieles besser geworden ist. Das Volk ist vielleicht anderer Meinung ».

22  Vorwärts. Berliner Volksblatt, 28 juillet 1927 : « Bei aller Durchmauserung zum schroffsten Reaktionär hat Mussolini die kritische Einstellung zur Monarchie beibehalten. Auf dem berühmten “Marsch gegen Rom” war er noch Republikaner un der König glaubte zunächst an seinen Sturz, als die Faschisten anrückten. Als Mussolini zwei Stunden vor Rom stand, erboten sich die Generäle Budoglia und Capello, die anrückenden Faschisten mit einer zuverlässigen Division in alle Winde zu zerstreuen und dem Regiment dieser Machtgierigen für immer ein Ende zu bereiten. Der König schwankte. Da ließ Mussolini in feierlicher Botschaft verkünden, dass die Monarchie für ihn und Italien ein ‚unantastbares Heiligtum‘ bleiben werde. Damit hatte er den König gewonnen ».

23  Matthias Damm, Die Rezeption…, op. cit., p. 277.

24  Badischer Beobachter. Hauptorgan der badischen Zentrumspartei, 13 octobre 1931, p. 4 : « Gibt etwa der Herr Hitler mit seinem misslungene, weil kopflosen Putsch vom Jahre 1923 irgendwelche Gewähr für den deutschen Mussolini ? Oder der große Hugenberg, der seine eigene Partei von einst über 100 mit der Zeit auf 42 herabgewirtschaftet hat ? Wo ist da der Mussolini bei sogenannten Köpfen, der sogenannten “nationalen Opposition”. Nicht nationale Opposition ist es, mit der wir es hier zu tun haben, sondern ein Konsortium machtgieriger Reaktionäre und Dilettanten, die herostratische Anmaßung genug besitzen, um ihre persönlichen politischen Ziele als allgemeine nationale auszugeben ».

25  Hans-Ulrich Thamer, « Der Marsch auf Rom… », art. cit., p. 258. L’auteur va même plus loin en expliquant que cette absence de compréhension a, en quelque sorte, permis l’accession d’Hitler au pouvoir.

26  Harald Sandner, Hitler. Das Itinerar. Aufenthaltsorte und Reisen von 1889 bis 1945, 4 vol., Berlin, BerlinStory Verlag, 2016.

27  Johann Chapoutot, Le nazisme et l’Antiquité [2008], Paris, PUF, 2012, p. 340-344.

28  Walter Werner Pese, « Hitler und Italien, 1920-1926 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, no 2, avril 1955, p. 113-126.

29  Ibid., p. 114.

30  Max Domarus, Mussolini und Hitler. Zwei Wege – Gleiches Ende, Würzburg, Verlagsdruck Ph.C.W. Schmidt, 1977, p. 78-94.

31  Thomas Weber, Devenir Hitler. La fabrique d’un nazi, Paris, Armand Colin, 2021, p. 269.

32  Cité dans Walter Werner Pese, « Hitler und Italien… », art. cit., p. 123.

33  Ibid., p. 117. Christian Goeschel, « Prefazione », dans Renzo De Felice, Mussolini e Hitler. I rapporti segreti (1922-1933), Bari, Laterza, 2013.

34  Hans-Ulrich Thamer, « Der Marsch auf Rom… », art. cit., p. 249.

35  Eberhard Jäckel (dir.), Hitler. Sämtliche Aufzeichnungen, 1905-1924, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1980, p. 1195-1997, discours du 27 mars 1924 devant le tribunal : « Die Tat Kemal Pashas ist letzten Endes legalisiert worden durch die Errigung der Freiheit für sein türkisches Volk ».

36  Eberhard Jäckel (dir.), Hitler. Sämtliche…, op. cit., p. 1035, 1051, 1197, 1199, 1212, 1226.

37  Ibid., p. 1027, 1035 et 1051.

38  Ibid., p. 729 et 773.

39  Ibid., p. 972.

40  Florent Brayard et Andreas Wirsching (dir.), Historiciser le mal. Une édition critique de Mein Kampf, Paris-Munich, Fayard-IfZ, 2021, p. 778.

41  Il s’agit du procès de trois jeunes officiers de la Reichswehr sympathisants nazis et accusés de préparer un putsch avec le NSDAP. Ian Kershaw, Hitler, 1889-1936. Hubris, Paris, Flammarion, 1999, p. 485.

42  Hitler. Reden, Schriften, Anordnungen. 12 Bände, Munich-Londres-New York-Paris, K.G. Saur, 1992 [désormais RSA], vol. 3, p. 448. Adolf Hitler, témoignage devant le Tribunal pénal de Leipzig, 25 septembre 1930 : « Der italienische Faschismus hat keine Revolution gemacht, wie die Sozialdemokratie in Deutschland im November 1918, sondern er diente der Rettung der Zukunft des italienischen Volkes. Mussolini ist nicht revolutionärer Volksbeauftragter, [er] ist königlich-italienischer Ministerpräsident, ein Beweis dafür, daß er vollständig legal vorgegangen ist. Er hat sich eben seinem Herrscher zur Verfügung gestellt. […] Die Faschisten haben keine Gewaltmethoden gegenüber Staat oder Regierung angewendet, sondern sich nur gegen die Terrorelemente der Straße, der der Staat nicht mehr Herr wurde, gewehrt. Hinter dem Faschismus steht heute ein Italien, während hinter den deutschen Regierungen kein deutsches Volk steht. Der Faschismus hat das italienische Volk errettet, er ist eine legale Gewalt geworden ».

43  RSA, vol. 5, 2e partie, p. 9. Interview d’Adolf Hitler dans Il Tevere, 4 octobre 1932, « Un Colloquio von Hitler alla Casa Bruna » : « Es ist unausweichlich, daß ich legal die ganze Macht erhalte. Ein Gewaltstreich von oben war notwendig in der Situation Italiens vor 10 Jahren, aus Gründern, die in der gänzlich anderen Situation und im Temperament liegen. In Deutschland hat eine legale Aktion gerade heute eine um so größere Wirkung, da auch die Legalität uns gehört. Somit haben wir nicht auf einen Handstreich und auf Gewalt zurückgegriffen, weil wir uns immer unserer selbst sicher waren und sind. Daher kommt es, daß unsere Arbeit von unten her begonnen wurde, um die Spitze zu erreichen, und jede Gewalt heute weniger denn je dabei helfen, ja sogar schaden würde ».

44  RSA, vol. 3, 3e partie, p. 148. Adolf Hitler dans Illustrierter Beobachter, 5 avril 1930 : « Theoretisch oder besser äußerlich hat der Faschismus durch den Marsch auf Rom das alte Italien gestürzt. Tatsächlich ist dieser Zusammenbruch des alten und das Emporsteigen des neuen Italiens ein sich in tausend Einzelvorgängen und Einzelaktionen ausdrückender Prozeß. Ein langjähriger Entwicklungsprozeß, der an einem Tag und durch einen bestimmten Akt allerdings zum endgültigen Umkippen gelangt. Eine jahrelange intensive Arbeit hatte in wenigen Wochen die notwendige Reife erhalten und wurde eines Tages geerntet. Es wird in Deutschland nicht anders kommen ».

45  RSA, vol. 4, 2e partie, p. 254. The New York Times, 8 décembre 1931 : « Why, then, try to hasten the process whose inevitability is a mere matter of organic necessity ? lt is like trying to hasten the coming of spring with a pocket lantern ».

46  Ibid., p. 245. Entretien du 6 décembre 1931 avec l’Associated Press : « Some day, maybe very soon, there will be new Reichstag elections”, he said. “That will be our ‘march on Berlin’, for an overwhelming section of the German people will sweep our candidates into power” ».

47  Mot de félicitations d’Adolf Hitler à Benito Mussolini, le 28 octobre 1942, dans Max Domarus, Hitler. Reden und Proklamationen, 1932 bis 1945, vol. 4, Leonberg, Pamminger & Partner, 1988, p. 1929 : « Duce ! Am 20. Jahrestag des Marsches auf Rom gedenke ich Ihrer und Ihrer einmaligen geschichtlichen Leistungen in treuester Freundschaft und Verbundenheit. Mit mir nimmt das ganze nationalsozialistische deutsche Volk tiefen inneren Anteil an der Wiederkehr des Tages des Triumphes der faschistischen Revolution. Was Sie, Duce, und Ihre Kämpfer seitdem vollbracht haben, läßt die damalige Erhebung zu einem Wendepunkt der menschlichen Geschichte werden. Heute kämpfen unsere beiden Volksrevolutionen in engster Waffenbrüderschaft gemeinsam ».

48  Adolf Hitler, Propos politiques et intimes, t. I : Juillet 1941-mars 1942, Paris, Nouveau Monde éditions, 2016, p. 32 (21 juillet 1941).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Patin, « La « marche sur Rome » vue d’Allemagne. Rémanences et oublis d’un avertissement politique (1922-1939) »Cahiers de la Méditerranée, 107 | 2023, 141-153.

Référence électronique

Nicolas Patin, « La « marche sur Rome » vue d’Allemagne. Rémanences et oublis d’un avertissement politique (1922-1939) »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 107 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17538 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x4w

Haut de page

Auteur

Nicolas Patin

Nicolas Patin, ancien élève de l’ENS-Lyon, est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Bordeaux Montaigne. Spécialiste de l’Allemagne de la première moitié du xxe siècle, il a notamment publié La catastrophe allemande, 1914-1945, Paris, Fayard, 2014, Krüger, un bourreau ordinaire, Paris, Fayard, 2017. Il a dirigé, avec Arndt Weinrich, Quel bilan scientifique pour le centenaire de 1914-1918 ?, Paris, Sorbonne Université Presses, 2022 et a publié avec Julie Le Gac, Guerres mondiales, Paris, Armand Colin, 2022.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search