Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Dossier : Signification et portée...La marche sur Rome de 1922, le fa...

Dossier : Signification et portée de la marche sur Rome. Europe, Amérique latine

La marche sur Rome de 1922, le fascisme italien et la politique brésilienne entre les deux guerres mondiales

The march on Rome of 1922, Italian fascism and Brazilian politics between the two world wars
João Fábio Bertonha
p. 155-163

Résumés

En 1922, le Brésil abritait l’une des plus grandes communautés italiennes du monde et São Paulo, par exemple, était considérée comme une « ville italienne » puisque la majorité de sa population était italienne. En outre, le Brésil se trouve dans une période de redéfinition politique et sociale, avec une action prolétarienne croissante et un système oligarchique remis en question. Les groupes de droite commencent également à s’organiser avec plus de force, défendant un modèle d’État autoritaire. Dans ce contexte, l’arrivée au pouvoir de Mussolini a un impact important sur ces discussions générales, mais aussi au sein de la colonie italienne, qui se divise rapidement entre fascistes et antifascistes. Il y a même eu des tentatives pour fonder un parti fasciste brésilien et pour organiser une « marche sur Rio de Janeiro », mais le fascisme brésilien ne s’est réellement consolidé qu’une décennie plus tard. Cet article a pour but de discuter de l’impact de la marche de 1922 au sein de la communauté italienne et de la société brésilienne, et en particulier de l’impact et de l’influence à long terme du régime fasciste italien. La relation et l’influence du fascisme italien sur le mouvement fasciste brésilien, l’intégralisme, et sur le gouvernement de Getúlio Vargas seront particulièrement soulignées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  João Fábio Bertonha, Fascismo e antifascismo italianos : ensaios, Caxias do Sul, Editora da Univer (...)

1Le 28 octobre 1922, les milices fascistes de Benito Mussolini marchèrent sur la ville de Rome, dans un mouvement qui resterait, dans l’imaginaire fasciste, comme un coup de force enterrant l’État libéral. En réalité, les milices fascistes n’en avaient ni la force ni les moyens, mais la marche devint un triomphe. Elle conduisit à un grand accord entre le fascisme et les élites politiques italiennes avec l’arrivée de Mussolini au poste de premier ministre. Jusqu’à son implosion en 1943, ce pouvoir détenu par les fascistes et soutenu par les élites traditionnelles a présidé aux destinées de l’Italie1.

2La marche sur Rome devint un modèle de conquête du pouvoir pour les autres mouvements fascistes en Europe. Rappelons, par exemple, la marche sur Dublin lancée, sans succès, par le général O’Duffy en Irlande en 1933 ou bien, dix ans plus tôt, le putsch de Munich, lequel, selon les plans du mouvement nazi, aurait dû être suivi d’une marche sur Berlin.

3Mais qu’en a-t-il été d’un pays lointain comme le Brésil ? Les événements de Rome ont-ils eu une répercussion dans des villes comme Sao Paulo et Rio de Janeiro, séparées par un océan et plus de dix mille kilomètres de la capitale italienne ? C’est à cette question que le présent article souhaite répondre.

4En réalité, nos objectifs sont doubles. Nous souhaitons analyser, d’une part, la répercussion de la marche sur Rome en elle-même, en tant que modèle de conquête du pouvoir et référentiel symbolique pour le fascisme brésilien ; et, d’autre part, la présence et l’influence du fascisme italien sur la politique brésilienne d’entre-deux-guerres. Cette double approche nous permettra de souligner que, si la marche sur Rome en elle-même eut un effet limité au Brésil, le régime fasciste engendré en Italie par cet événement eut quant à lui une profonde influence sur la vie politique brésilienne.

Les relations italo-brésiliennes dans la période pré-fasciste

  • 2  Voir, par exemple, Hugo Rogélio Suppo, La politique culturelle française au Brésil entre les année (...)

5Du temps de l’Empire Brésilien (1822-1889) à la première guerre mondiale, la référence culturelle la plus importante, pour les élites brésiliennes, était la France. En outre, les relations entre le Brésil et le Portugal étaient facilitées par leur langue commune et les relations économiques avec le Royaume-Uni et les États-Unis étaient soutenues. De la même manière, l’admiration pour la science et de la culture allemandes était répandue dans certains cercles de la société brésilienne. Dans les années 1920, la culture française était encore prédominante parmi les élites2 et ce fut seulement à partir de 1945 que l’influence culturelle française fut progressivement supplantée par celle des États-Unis et que le français perdit son rang de « langue des élites » en faveur de l’anglais. Aussi, lorsque Mussolini s’empara du pouvoir en Italie en 1922, les élites brésiliennes se sentaient avant tout liées à la culture et à la langue françaises. Parler français et suivre les dernières modes littéraires et artistiques françaises était la moindre des choses pour quiconque se considérait comme cultivé dans le Brésil de ces années. Dans ce contexte, quelle était l’importance de l’Italie ? À quel point les Brésiliens s’intéressaient-ils aux événements de la péninsule italienne ?

  • 3  Amado Luís Cervo, As relações históricas entre o Brasil e a Itália. O papel da diplomacia, São Pau (...)

6Les relations bilatérales entre le Royaume d’Italie et le Brésil furent généralement amicales et les élites brésiliennes admiraient l’art et la culture de l’Italie. Il s’agissait, néanmoins, d’une relation distante puisque les liens commerciaux étaient insignifiants et les rapports culturels bien loin de la domination que pouvait exercer la France et, progressivement, les États-Unis3.

  • 4  João Fábio Bertonha, Os italianos, São Paulo, Contexto, 2005 ; Italianos e austro-húngaros no Bras (...)

7La situation évolua à partir des années 1880, lorsque près d’1,5 million d’Italiens s’installèrent dans le sud et le sud-est du Brésil. Les hommes d’État italiens commencèrent, alors, à bien plus s’intéresser au géant sud-américain et les élites brésiliennes à prêter plus d’attention à ce qui se passait dans la péninsule, puisque l’Italie était devenue une des principales sources de main-d’œuvre pour l’économie du pays. La présence massive d’Italiens et de leurs descendants au Brésil rendait l’actualité italienne importante pour la société et le monde politique brésiliens. Au début des années 1920, près de 600 000 Italiens vivaient au Brésil et le nombre de leurs enfants et petits-enfants s’élevait à environ un million de personnes. Ils étaient même majoritaires dans plusieurs régions des États du Sud et dans certains quartiers de Sao Paulo, qui avait alors la réputation d’être « une ville italienne ». En ces années, l’italien – ou les dialectes italiens – était la seconde langue la plus parlée dans la ville, seulement dépassée par le portugais, et, dans certains quartiers, elle était même la langue principale4.

  • 5  Angelo Trento, La costruzione di un’identità collettiva. Storia del giornalismo in lingua italiana (...)

8Dans une large mesure, l’actualité italienne revêtait un intérêt national, non seulement en raison de la présence des immigrés et de leurs descendants, mais aussi parce que d’innombrables journaux en langue italienne diffusaient au Brésil les nouvelles de la péninsule. Dans la seule ville de Sao Paulo, il existait des dizaines de journaux, dont un quotidien extrêmement influent, Fanfulla, et une presse de gauche – anarchiste et socialiste, principalement – assez active5. Elle prenait fortement part aux luttes sociales au Brésil et était l’ennemie du nationalisme italien. Ce fut précisément cette presse de gauche en langue italienne qui prêta le plus attention à la marche sur Rome et à l’ascension au pouvoir de Mussolini en 1922.

Les antifascistes et l’arrivée du fascisme au pouvoir

9Depuis le début de la grande vague d’immigration, les partis et les mouvements de gauche étaient minoritaires, aussi bien en raison de l’origine sociale des Italiens installés au Brésil – pour la plupart des paysans avec peu d’expérience politique et centrés sur leurs projets d’ascension sociale ou tout bonnement de survie – que de la répression constante exercée par l’État. La situation n’évolua guère à l’époque du fascisme : les antifascistes étaient une petite minorité au sein d’une communauté d’immigrés qui, à des degrés divers, accorda son soutien au régime fasciste en Italie et ses actions sur le territoire brésilien.

10Dès 1919, des journaux de gauche (comme l’anarchiste Alba Rossa) publiaient des textes contre le fascisme. La première manifestation systématique d’antifascisme italien au Brésil remonte, cependant, à la fondation du journal La Difesa à Sao Paulo en 1923, à l’initiative d’Antonio Piccarolo, un socialiste modéré italien installé au Brésil depuis 1908 et très actif dans la vie de la communauté. L’expérience – principalement conduite par des républicains et des socialistes de sensibilités diverses – fut la plus importante de l’antifascisme italien au Brésil. Après son interruption (et celle de Concentrazione) en 1934, la galaxie antifasciste italienne de Sao Paulo commença à disparaître. Par le biais de mouvements contre la guerre d’Éthiopie en 1935 et de nouveaux journaux, l’antifascisme italien combattit la propagande fasciste, mais la popularité en constante augmentation du fascisme, dans comme hors du Brésil, limitèrent cet effort. Il y eut une brève tentative de ressusciter l’antifascisme en 1942, lors de l’entrée du Brésil dans la deuxième guerre mondiale, mais elle ne rencontra que peu de succès.

  • 6  João Fábio Bertonha, L’antifascismo e l’emigrazione italiana in Brasile (1919-1945), Viterbe, Sett (...)

11La principale force de l’antifascisme italien au Brésil, c’est-à-dire l’alliance entre socialistes et républicains, avait tendance à analyser le fascisme selon les codes traditionnels de la pensée libérale italienne. Le fascisme aurait été une parenthèse dans l’histoire de l’Italie, une simple pause dans une tradition démocratique et progressiste : il devait inévitablement finir par disparaître face à cette tradition. C’est pourquoi il n’est pas étonnant que les socialistes et républicains italiens aient vu la marche sur Rome de 1922 comme un simple coup d’État. Les fascistes étaient à leurs yeux un sous-produit de la première guerre mondiale, un mouvement de violents énergumènes qui auraient profité de la crise sociale italienne de 1919-1922 pour arriver au pouvoir. La marche sur Rome était donc à leurs yeux essentiellement un coup d’État, mené par un groupe sans base sociale ni légitimité. Dans les années 1930, en particulier à travers l’action de l’antifasciste Francesco Frola, un positionnement plus critique et lié au concept de lutte des classes commença à s’installer, mais l’antifascisme italien au Brésil maintint, de manière générale, cette perception libérale du fascisme et de la marche de 1922 tout au long de l’entre-deux-guerres6.

12Les fascistes italiens installés au Brésil, qui très tôt commencèrent à faire la publicité des Fasci italiani all’estero et autres organisations fascistes à travers tout le pays, avaient une tout autre lecture des événements : la marche sur Rome était l’expression d’un désir national de renouveau de la patrie, un mouvement des forces vives de la nation pour combattre le communisme et former une nouvelle Italie ainsi qu’un « Homme nouveau » italien. Durant l’entre-deux-guerres, la signification du fascisme et de la marche de 1922 était ainsi débattue, intensément, aussi bien par les fascistes que par les antifascistes italiens au Brésil.

  • 7  Sur le fascisme brésilien, voir, en français : Hélgio Trindade, La tentation fasciste au Brésil da (...)

13Durant la première décennie du fascisme au pouvoir, de 1922 à 1932, la gauche brésilienne soutint les antifascistes et manifesta sa solidarité à leur égard. Cependant, les antifascistes italiens eurent de grandes difficultés pour faire de l’antifascisme un sujet prioritaire pour la gauche brésilienne. Tout au long de cette décennie, le fascisme était vu comme un problème italien, qui devait être résolu par les Italiens et qui ne concernait pas directement les Brésiliens. Ce fut seulement en 1932, lors de la fondation de l’Action intégraliste brésilienne (Ação Integralista Brasileira), le plus grand mouvement fasciste existant en dehors du continent européen7, que les priorités de la gauche brésilienne changèrent et que combattre le fascisme devint une priorité jusqu’à ce que la répression mise en place par le président autoritaire Getúlio Vargas, à partir de 1937, fît taire définitivement les antifascistes, brésiliens et italiens.

14Les élites politiques et intellectuelles brésiliennes, ainsi que les forces de l’extrême droite nationale, avaient aussi tendance, dans les années 1920, à voir dans le fascisme et en Mussolini des réponses italiennes à des problèmes italiens dont l’applicabilité au Brésil était pour le moins douteuse. L’admiration à l’égard du fascisme et de son chef était, toutefois, générale au sein de cette élite.

Les élites brésiliennes, le fascisme et la marche sur Rome

15Depuis les débuts de l’industrialisation, à la fin du xixe siècle, les élites brésiliennes s’inquiétaient de l’agitation ouvrière et redoutaient le spectre de la lutte des classes et de la désintégration sociale. La réponse de ces élites consistait d’ordinaire à mener une sévère répression du mouvement ouvrier et à avoir la vigilance constante face aux immigrés, particulièrement les Espagnols, les Italiens et les Portugais, lesquels paraissaient coupables d’importer des « doctrines étrangères » comme l’anarchisme, le socialisme et, plus tard, le communisme.

  • 8  João Fábio Bertonha et Ernesto Bohoslavsky, Circule por la derecha. Percepciones, redes y contacto (...)
  • 9  Michael Goebel, « Italian Fascism and Diasporic Nationalisms in Argentina, Brazil and Uruguay », d (...)

16En 1917, il y eut une vague de grèves et de mouvements sociaux à travers le pays, particulièrement à Sao Paulo, qui préoccupa les élites économiques et politiques brésiliennes. Elles observèrent avec appréhension les événements qui secouaient le Vieux Monde, comme la Révolution russe de 1917, les troubles ouvriers en Hongrie, en Allemagne et dans d’autres pays. La vague de grèves et de manifestations sociales qui se propagea en Argentine, au Chili, en Uruguay et dans d’autres pays voisins fut également suivie avec crainte8. C’est pourquoi ces élites se mobilisèrent autour de plusieurs ligues nationalistes, créées pour réprimer le mouvement ouvrier et pour trouver des alternatives afin d’arriver à la pacification sociale et au développement du nationalisme9.

17Dans ce contexte, le régime de Mussolini fut jugé avec énormément de sympathie puisqu’il était parvenu à réprimer la gauche et à rétablir l’ordre. Le fascisme semblait être une source d’inspiration pour le reste du monde, mais, dans les années 1920, le système politique brésilien – une démocratie limitée, sous contrôle oligarchique – semblait solide et il n’y eut pas de propositions visant à transposer le fascisme au Brésil.

  • 10  Voir Hélgio Trindade, La tentation fasciste au Brésil…, op. cit.
  • 11  João Fábio Bertonha, O fascismo e os imigrantes italianos no Brasil, Porto Alegre, Editora da PUCR (...)

18De petits mouvements fascistes, inspirés du modèle italien, comme la Legião Cruzeiro do Sul et le Partido Fascista Brasileiro, furent créés mais ils eurent une vie de courte durée10. Dans les années 1920, les élites politiques et économiques brésiliennes admiraient Mussolini et le fascisme et ne voyaient pas de problème dans le fait que ce soit une dictature, tout en pensant qu’il s’agissait d’une solution italienne à des problèmes italiens. Cette perception changea avec l’effondrement du système démocratique et la recherche d’alternatives, à partir de 193011.

L’Action intégraliste brésilienne, le régime de Vargas et la tentation fasciste : l’inspiration de la marche sur Rome

19Après l’effondrement du régime démocratique en 1930, commença l’ « Ère Vargas ». Jusqu’en 1945, la vie politique brésilienne fut dominée par le président Getúlio Vargas, lequel mit en place, en 1937, une dictature, l’État Nouveau (Estado Novo). Ce régime fut très fréquemment considéré comme fasciste, mais, en réalité, il s’agissait d’une dictature conservatrice de droite, qui avait des sympathies pour le fascisme italien, mais qui ne partageait pas ses orientations concernant la mobilisation des masses et le parti unique.

  • 12  João Fábio Bertonha, « De Roma para o Atlântico. Jornais e jornalistas de língua italiana entre a (...)

20Dans les années 1930, une nouvelle « vague fasciste » traversa le Brésil : des partis et des mouvements clairement inspirés de l’exemple italien commencèrent à proliférer. La propagande italienne favorisa l’intensification de cette vague12. L’analyse qui commença à devenir majoritaire, surtout après l’arrivée au pouvoir d’Hitler en Allemagne, soutenait que le fascisme pouvait être considéré comme une solution universelle aux problèmes sociaux et qu’il pourrait, donc, être transposé tant en Europe qu’au-delà. Le régime de Vargas se rapprocha donc, par certains aspects, de l’idéologie fasciste (tout particulièrement du corporatisme) et d’innombrables publications et mouvements politiques commencèrent à soutenir ouvertement que le Brésil devait suivre le modèle fasciste.

  • 13  Peter Flynn, « A Legião Revolucionária e a Revolução de 30 », dans Eurico de Lima Figueiredo (éd.) (...)

21Entre 1930 et 1932, plusieurs mouvements et groupes ouvertement fascistes furent fondés au Brésil, comme la Legião Cearense do Trabalho et autres clubs, ligues ou « légions » qui s’inspiraient, au moins en partie, du fascisme. Un des cas les plus intéressants fut celui de la Legião Revolucionária Mineira, fondée par Francisco Campos dans le Minas Gerais en 1931. Campos était un fasciste déclaré et il occupa des postes importants dans l’État Nouveau de Vargas tout en cherchant constamment, mais sans succès, à rapprocher le plus possible le régime brésilien du modèle fasciste italien. Ses desseins, toujours rejetés par Vargas, comprenaient l’endoctrinement de la jeunesse, la création d’un parti destiné à mobiliser les masses et l’approfondissement du corporatisme dans le régime brésilien13.

22Au sein de la Legião Revolucionária Mineira, ce n’était pas seulement l’inspiration politique issue du fascisme italien qui était évidente en 1932 : ses propositions de prise du pouvoir souhaitaient imiter ce qui s’était passé en Italie en 1922. Campos proposa même une « marche sur Belo Horizonte », la capitale de l’État de Minas Gerais, comme première étape de la conquête du pouvoir. Elle n’eut finalement pas lieu, mais sa proposition montra clairement à quel point l’expérience italienne influençait et alimentait les événements au Brésil.

  • 14  João Fábio Bertonha, Integralismo. Problemas, perspectivas e questões historiográficas, Maringá, E (...)
  • 15  João Fábio Bertonha, « Il pensiero corporativo in Miguel Reale : interpretazioni del fascismo ital (...)

23La même année, l’Ação integralista brasileira (AIB), le plus important mouvement fasciste en dehors des frontières européennes, fut créée sous l’impulsion de Plínio Salgado. L’AIB était fortement influencée par la pensée conservatrice portugaise ou française et même par certaines branches proches du national--socialisme allemand. L’essence du mouvement, cependant, provenait du fascisme italien. Le socle idéologique – comme la défense du corporatisme ou d’un modèle symbiotique parti-État et la mobilisation permanente des masses – venait d’Italie, et l’AIB entretenait des relations constantes et étroites avec le régime fasciste, qui se matérialisèrent même, pendant un certain temps, par un financement direct de la part de Rome14. Par ailleurs, beaucoup de descendants d’Italiens faisaient partie de l’AIB et un de ses principaux leaders, Miguel Reale, fils d’Italiens, avait étudié au Colégio Dante Alighieri, un grand centre d’instruction italienne à Sao Paulo. Les contacts entre les intégralistes et les partisans du fascisme italien au Brésil (organisés autour des fasci all’estero, des Maisons de l’Italie, etc.) étaient continus et amicaux. Plínio Salgado, le leader intégraliste, avait également de nombreux contacts avec les fascistes italiens de Sao Paulo et ce fut à la suite d’un voyage en Italie en 1930, lors duquel il fut reçu par Mussolini, qu’il décida de créer un fascisme brésilien sous la forme de l’AIB15.

24Comment les intégralistes envisageaient-ils d’accéder au pouvoir ? Au début du mouvement, entre 1932 et 1934, l’AIB se considérait comme révolutionnaire et assimilait le modèle fasciste à un moyen de conquête de l’État : les milices intégralistes, entraînées et armées, obligeraient, avec le soutien de l’Armée, à une passation de pouvoir. Dans cette perspective, la marche sur Rome planait sur l’imaginaire de ces intégralistes : ce que Mussolini avait fait à Rome en 1922, les milices intégralistes seraient capables de le reproduire à Rio de Janeiro dix ans plus tard.

25Toutefois, à partir de 1934 et surtout de 1935, il devint évident que la capacité de l’AIB à provoquer un changement de pouvoir par le biais de l’action milicienne était minime. Le gouvernement fédéral, dirigé par Getúlio Vargas, avait reçu des pouvoirs spéciaux pour faire face à l’agitation sociale et combattre le péril communiste ; la loyauté de l’Armée à son égard était patente. Dès lors, l’AIB suivit, pendant quelques années, une autre stratégie. Elle prenait part aux élections et continuait à faire de la propagande et à enrôler des sympathisants. L’objectif était d’augmenter son influence politique jusqu’à un point tel que le mouvement, transformé en parti, finisse par être invité à prendre part à un gouvernement et, à partir de là, pourrait éliminer, de manière progressive, ses ennemis. Cette stratégie se rapprochait de celle employée par Hitler en Allemagne et s’éloignait de celle de Mussolini en 1922.

  • 16  Márcia Carneiro, « Do sigma ao sigma – entre a anta, a águia, o leão e o galo – a construção de me (...)

26Ce projet était si clairement défini qu’il n’était pas étonnant de voir Plínio Salgado surnommer Vargas « mon Vittorio Emmanuele » ou encore Vargas affirmer qu’il ne permettrait pas aux intégralistes de faire de lui « leur Hindenburg ». Les acteurs politiques brésiliens de ces années-là avaient parfaitement conscience du type de relations existant entre fascistes et conservateurs en Europe et ils agissaient conformément à cette perception16.

27À ce jeu du chat et de la souris entre Vargas et Salgado, les deux finirent par s’accorder lorsque le premier décida officiellement de rompre avec la légalité démocratique et d’établir une dictature, instaurée par un coup d’État le 1er novembre 1937. Les intégralistes soutinrent le coup d’État dans l’espoir de dominer le nouveau bloc qui allait émerger au pouvoir et, à terme, de remplacer Vargas par Salgado.

28Cependant, leur espoir fut vain. Vargas était beaucoup plus habile qu’eux politiquement et, par ailleurs, sa proposition de modernisation conservatrice du pays, sans faire appel à la mobilisation des masses par le biais d’un parti, fut considérée comme la plus adaptée par les élites brésiliennes. L’Armée, en particulier, se méfiait de tous les mouvements politiques qui pouvaient menacer l’ordre dans ses rangs tout comme le monopole de la force qu’elle détenait ; elle demeura fidèle au président. Vargas démantela ainsi rapidement l’AIB. Les intégralistes organisèrent un soulèvement armé en mai 1938, lequel fut réprimé. Plínio Salgado fut exilé au Portugal l’année suivante et son mouvement cessa d’exister, pour réapparaître, sous une autre forme, en 1946.

  • 17  John W. Dulles, Getúlio Vargas : biografia política, Rio de Janeiro, Renes, 1986, p. 177.

29Toutefois, il est intéressant d’observer comment la mystique de la marche de 1922 continua de circuler dans l’imaginaire intégraliste. Le 1er novembre 1937, l’AIB organisa un grand défilé à Rio de Janeiro, dans une claire tentative de démonstration de force. L’objectif de la mobilisation était de démontrer au président Vargas la force des intégralistes et de lui prouver qu’il ne pouvait et ne devait pas les ignorer dans la constitution de l’ordre nouveau. On peut gloser sur l’analyse que le président fit de ce défilé : s’agissait-il d’une grande démonstration de force de l’AIB ou de l’illustration de sa faiblesse en raison du nombre limité de participants ? Quoi qu’il en soit, l’objectif des intégralistes ne fut d’évidence pas atteint car Vargas lança la répression de leur mouvement quelques jours plus tard17.

30Un autre élément doit être retenu de ce défilé, à savoir quelques mentions de l’événement dans la propagande intégraliste qui y voyait la tant espérée et attendue « marche sur Rio de Janeiro ». Malgré un contexte différent et un résultat final opposé, l’écho de la marche sur Rome de 1922 retentissait encore au Brésil quinze ans plus tard.

Considérations finales

31La marche sur Rome suscita une attention certaine au Brésil en 1922 et même plusieurs années plus tard en raison, tout particulièrement, de sa symbolique : elle indiquait le moment où la démocratie italienne avait cessé d’exister en faveur d’un nouvel ordre, ce que l’on célébrait ou déplorait, selon l’orientation politique des observateurs. Concernant le mode opératoire de prise de pouvoir, la marche de 1922 eut des admirateurs dans plusieurs secteurs de l’extrême droite brésilienne, mais la conjoncture politique du Brésil ne permit pas d’y reproduire l’événement. Ainsi, le pays se transforma en dictature conservatrice avec des sympathies pour le fascisme, mais non en un régime fasciste.

  • 18  Antônio Costa Pinto, A América Latina na era do fascismo, Porto Alegre, EdiPUCRS, 2021 ; Antônio C (...)

32Ce dernier constat ne signifie pas que le fascisme italien n’eut pas d’impact dans le processus de radicalisation politique à droite de la société brésilienne des années 1930. Il a fourni un modèle de société et d’État qui, dans la conjoncture de crise des années d’entre-deux-guerres, suscita l’admiration des cercles de droite, catholiques et conservateurs compris. Le corporatisme, en particulier, était un aspect du fascisme qui attira l’attention, même si, dans le cas du régime de Vargas, son application se limita à l’adoption de quelques lois sur le travail18.

33Le fascisme italien fut aussi fondamental dans la création du mouvement intégraliste, même si le modèle fasciste de conquête du pouvoir, mis en pratique lors de la marche de 1922, se révéla impraticable au Brésil. Le régime italien ne soutint pas seulement financièrement l’intégralisme brésilien, il contribua aussi à l’élaboration de l’idéologie et à l’organisation du mouvement. Par ailleurs, le fascisme italien donna aux intégralistes quelque chose de plus important : le sentiment d’être à l’avant-garde, de faire partie d’une vague qui révolutionnait l’Europe et le continent américain et dont ils seraient les représentants au Brésil. Pour des raisons stratégiques évidentes, ils ne pouvaient se déclarer ouvertement fascistes et préféraient se définir comme nationalistes, mais la connexion était nette pour tous les observateurs de l’époque.

34Un mouvement d’extrême droite aurait pu apparaître et se développer dans le Brésil de ces années-là sans l’influence du fascisme italien. Ce mouvement aurait été très probablement plus catholique et conservateur, plus proche de Salazar et de Franco que des leaders de mouvements fascistes au Portugal et en Espagne, comme Rolão Preto et Primo de Rivera. Le fascisme italien joua un rôle fondamental, en parallèle à d’autres influences minoritaires nationales et étrangères, dans le fait que l’extrême droite brésilienne des années 1930 fut dominée par le fascisme, et non pas par le conservatisme ou le traditionalisme catholique. En outre, l’État Nouveau de Vargas, malgré sa grande similarité avec le salazarisme, eut aussi une tendance modernisatrice qui fut, en bonne partie, le fruit de l’influence du fascisme italien.

35Nonobstant l’immense influence de la communauté italienne au Brésil dès le début du xixe siècle, le fait marquant à signaler est que le fascisme fut la première grande idéologie spécifiquement italienne à imprégner de manière décisive le monde politique et intellectuel brésilien. Des auteurs anarchistes, socialistes ou libéraux italiens étaient lus et admirés au Brésil, mais seul le fascisme eut un impact remarquable. Que ce soit à travers le noyautage de la communauté italienne, sa contribution à l’apparition et au développement de l’AIB et de l’État Nouveau de Vargas, le régime de Mussolini influença le Brésil comme jamais une idéologie italienne ne le fit. Cette réalité n’était pas évidente en 1922, au moment où des Brésiliens admiraient les fascistes qui marchaient sur Rome, mais elle le devint dans les années qui suivirent.

Haut de page

Notes

1  João Fábio Bertonha, Fascismo e antifascismo italianos : ensaios, Caxias do Sul, Editora da Universidade de Caxias do Sul, 2017 ; Didier Musiedlak. La marche sur Rome : entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, 2022.

2  Voir, par exemple, Hugo Rogélio Suppo, La politique culturelle française au Brésil entre les années 1920-1950, thèse en études latino-américaines sous la direction de Guy Martinière, Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 1999.

3  Amado Luís Cervo, As relações históricas entre o Brasil e a Itália. O papel da diplomacia, São Paulo-Brasilia, Instituto Italiano de Cultura-Editora da UnB, 1992.

4  João Fábio Bertonha, Os italianos, São Paulo, Contexto, 2005 ; Italianos e austro-húngaros no Brasil : nacionalismos e identidades, Caxias do Sul, Editora da Universidade de Caxias do Sul, 2018 ; Os italianos no Brasil : 150 anos de sonhos, lutas e diálogos entre as duas margens do Atlântico, Marília, Lutas Anticapital, 2022.

5  Angelo Trento, La costruzione di un’identità collettiva. Storia del giornalismo in lingua italiana in Brasile, Viterbe, Sette Città, 2011.

6  João Fábio Bertonha, L’antifascismo e l’emigrazione italiana in Brasile (1919-1945), Viterbe, Sette Città, 2021 ; O antifascismo italiano no Brasil. A comunidade italiana e a oposição ao regime de Mussolini, 1919-1945, Marília, Lutas Anticapital, 2023.

7  Sur le fascisme brésilien, voir, en français : Hélgio Trindade, La tentation fasciste au Brésil dans les années Trente, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988.

8  João Fábio Bertonha et Ernesto Bohoslavsky, Circule por la derecha. Percepciones, redes y contactos entre las derechas sudamericanas, 1917-1973, Los Polvorines, Ediciones Universidad Nacional de General Sarmiento, 2016.

9  Michael Goebel, « Italian Fascism and Diasporic Nationalisms in Argentina, Brazil and Uruguay », dans Nicola Foote et Michael Goebel (éd.), Immigration and National Identities in Latin America, Gainesville, University Press of Florida, 2014 (en ligne).

10  Voir Hélgio Trindade, La tentation fasciste au Brésil…, op. cit.

11  João Fábio Bertonha, O fascismo e os imigrantes italianos no Brasil, Porto Alegre, Editora da PUCRS, 2017 (2e édition revue et corrigée).

12  João Fábio Bertonha, « De Roma para o Atlântico. Jornais e jornalistas de língua italiana entre a Itália, a Europa e a América Latina durante o fascismo », Diálogos, vol. 24, no 1, 2020, p. 498-512 ; Ricardo Silva Seitenfus, « Ideology and Diplomacy : Italian Fascism and Brazil (1935-38) », Hispanic American Historical Review, vol. 64, no 3, 1984, p. 503-534 ; Marco Cuzzi, L’internazionale delle camicie nere. I CAUR 1933-1939, Milan, Mursia, 2005.

13  Peter Flynn, « A Legião Revolucionária e a Revolução de 30 », dans Eurico de Lima Figueiredo (éd.), Os militares e a Revolução de 30, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1979, p. 79-130 ; Ângela de Castro Gomes, Constelação Capanema : intelectuais e política, Rio de Janeiro, Editora da Fundação Getúlio Vargas, 2001. Voir aussi, avec des contributions sur le Brésil, Didier Musiedlak (dir.), Les expériences corporatives dans l’aire latine, Berne, Peter Lang, 2010.

14  João Fábio Bertonha, Integralismo. Problemas, perspectivas e questões historiográficas, Maringá, Eduem, 2014 ; O Integralismo e sua história : memória, fontes, historiografia, Salvador, Editora PontoCom, 2016 ; Plínio Salgado (1895-1975). Fascismo e autoritarismo no Brasil do Século xx, Coimbra, Imprensa da Universidade de Coimbra-Coimbra University Press, 2020.

15  João Fábio Bertonha, « Il pensiero corporativo in Miguel Reale : interpretazioni del fascismo italiano nell’integralismo brasiliano », Diacronie. Studi di Storia contemporanea, no 29, 2017, p. 1-15 ; « Salgado, Reale e Barroso. Políticos e intelectuais em circulação entre o Brasil, a Itália, a Alemanha, a França e Portugal », Revista Perseu, vol. 12, no 16, 2018, p. 11-37.

16  Márcia Carneiro, « Do sigma ao sigma – entre a anta, a águia, o leão e o galo – a construção de memórias integralistas », thèse de doctorat d’histoire, Universidade Federal Fluminense, 2007, p. 205-207 ; Stanley Hilton, « Ação Integralista Brasileira : o Fascismo no Brasil, 1932-1938 », dans O Brasil e a Crise Internacional, 1930-1945, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 1977, p. 52-55.

17  John W. Dulles, Getúlio Vargas : biografia política, Rio de Janeiro, Renes, 1986, p. 177.

18  Antônio Costa Pinto, A América Latina na era do fascismo, Porto Alegre, EdiPUCRS, 2021 ; Antônio Costa Pinto et Francisco Carlos Palomanes Martinho, A Onda Corporativa : corporativismo e ditaduras na Europa e na América Latina, Rio de Janeiro, Editora da FGV, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

João Fábio Bertonha, « La marche sur Rome de 1922, le fascisme italien et la politique brésilienne entre les deux guerres mondiales »Cahiers de la Méditerranée, 107 | 2023, 155-163.

Référence électronique

João Fábio Bertonha, « La marche sur Rome de 1922, le fascisme italien et la politique brésilienne entre les deux guerres mondiales »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 107 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17567 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x4x

Haut de page

Auteur

João Fábio Bertonha

João Fábio Bertonha est professeur au départment d’Histoire de l’Universidade Estadual de Maringá et chercheur au CNPq au Brésil. Parmi ses ouvrages les plus récents : The Nazi Party and the German Communities Abroad. The Latin American Case, Londres, Routledge, 2023 (avec Rafael Athaides) ; Imperialismo, São Paulo, Contexto, 2023 et O antifascismo italiano no Brasil. A comunidade italiana e a oposição ao regime de Mussolini, 1919-1945, Marília, Lutas Anticapital, 2023.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search