Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Dossier : Signification et portée...Du fascisme argentin au nazi-fasc...

Dossier : Signification et portée de la marche sur Rome. Europe, Amérique latine

Du fascisme argentin au nazi-fascisme péroniste. Retour sur des controverses académiques, état des lieux et approches empiriques1

From Argentine fascism to Peronist Nazi-fascism. Review of academic controversies, the state of research, and empirical approaches
Humberto Cucchetti
p. 165-181

Résumés

Notre contribution propose un bilan historiographique sur l’implantation fasciste en Argentine. D’un côté, nous proposons une synthèse des travaux en question afin de clarifier les orientations d’une thématique traversant des périodes et des expériences différentes. D’un autre côté, à partir de quelques exemples historiques, nous montrons l’évolution de la marche sur Rome comme modèle politique et culturel en Argentine. Les phénomènes du nationalisme argentin, du fascisme italien en Argentin et du péronisme sont parfois en lien avec le mythe de la marche.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : une problématique cohérente ?

  • 1  Je tiens à remercier Olivier Dard pour sa lecture et ses commentaires, de même que Didier Musiedla (...)

1Les significations du mot fascisme dans le débat public et historiographique argentin sont bien différentes – et cette diversité se retrouve certainement dans d’autres espaces nationaux. Dans le cas particulier que nous considérons, le terme est utilisé par des acteurs (écrivains, intellectuels et mouvements politiques) qui se réclament d’une telle appartenance. Cette revendication peut être explicite pour certains, épisodique ou indirecte pour d’autres. Se revendiquer du fascisme revenait à imiter une épopée nationaliste qui supposait une prise du pouvoir, comme en octobre 1922 en Italie. Être fasciste pouvait également signifier une insertion dans un contexte dont les enjeux renvoient d’abord à la politique locale : Mussolini était le symbole du chef autoritaire et de la défaite du modèle démocratique – les Argentins qui admiraient le Duce pensaient à leur propre cause autoritaire et antidémocratique. La démocratie est mise en cause dans le système politique argentin des années 1920 et 1930. Depuis les origines du péronisme, entre 1944 et 1945, le fascisme est aussi un label de stigmatisation pour qualifier négativement les ennemis. Les travaux spécifiques en sciences sociales et en histoire sont eux aussi traversés par ces querelles relatives au sens du mot et à ses limites. Si les études en question veulent toutes définir la part du fascisme dans la politique locale, les réponses apportées sont sensiblement différentes.

2Cette synthèse tente de présenter les grandes thématiques qui nourrissent les études les plus importantes sur le fascisme dans la vie intellectuelle et politique argentine. En premier lieu, nous aborderons ce qui pourrait être considéré comme le « fascisme argentin » dans les années 1920 et 1930. Nous verrons ensuite les avancées historiographiques qui se penchent sur le « fascisme italien » en Argentine, s’agissant plutôt d’efforts en termes de diplomatie culturelle et de propagande politique réalisée par des acteurs agissant directement ou indirectement pour le régime mussolinien. Enfin nous présentons quelques épisodes de la marche sur Rome vue de Buenos Aires, fort significatifs de l’évolution de l’idée fasciste en Argentine, évolution qui ouvre sur la politique nationale au milieu des années 1940, c’est-à-dire dans le contexte de naissance du mouvement péroniste.

3La thèse du fascisme argentin en tant que surinterprétation de l’implantation fasciste argentine représente une grille de lecture historiographique et conceptuelle majeure. Il importe cependant d’explorer certaines pistes, dont la connaissance reste à renforcer et qui permettraient de souligner pourquoi, une fois vaincu en Europe, le fascisme en Argentine semble aussi appartenir à un passé révolu.

Vers l’essor nationaliste : un fascisme à l’argentine ?

  • 2  Sur l’antisémitisme, Daniel Lvovich, Nacionalismo y antisemitismo en Argentina, Buenos Aires, Verg (...)
  • 3  Daniel Lvovich, El nacionalismo de derecha en Argentina. Desde sus orígenes hasta Tacuara, Buenos (...)

4Dans le contexte de démocratie et d’agitation sociale de fin des années 1910 et du début de la décennie suivante, le président de l’Union civique radicale (UCR) Hipólito Yrigoyen, dont la base électorale est liée à des couches moyennes et au phénomène migratoire d’origine européenne, est la cible de critiques acerbes de la part d’acteurs sociaux, politiques et intellectuels qui partagent – et propagent – le sentiment d’une « nation menacée ». Face au risque de révolte et de protestation sociale généralisée2, divers groupements réalisent un travail de pression, de propagande et de mobilisation sur la rue et dénoncent le risque de désagrégation nationale. La définition des caractéristiques de ces groupes fait l’objet d’analyses historiographiques variées : traditionalisme, droite contre-révolutionnaire, extrême droite, nationalisme et, bien entendu, fascisme. Évidemment, la défense nationale devient une cause où la présence « étrangère » pose question, la xénophobie et l’antisémitisme se faisant de plus en plus sentir3. C’est dans le contexte de très net essor de ces types de groupes animant des réseaux locaux que l’historiographie entreprend de définir l’existence d’un fascisme en Argentine. Pourtant, deux questions, auxquelles les travaux répondent de façon divergente, peuvent être pointées : s’agit-il de trouver, à l’aube de la décennie de 1920, une formation politique locale qui, en fonction de ses objectifs et de ses méthodes fonctionne structurellement comme les fasci italiens ? Ou, au contraire, de saisir les héritiers explicites et directs de l’expérience italienne ?

  • 4  Marysa Navarro Gerassi, Los nacionalistas (1910-1932), Buenos Aires, Editorial Jorge Álvarez, 1968 (...)
  • 5  Lire notre reconstruction biographique : Humberto Cucchetti, « Enrique Zuleta Álvarez, nationalist (...)
  • 6  Enrique Zuleta Álvarez, El nacionalismo argentino, 2 vol., Buenos Aires, La Bastilla, 1975.

5Les origines du nationalisme argentin sont ainsi en quelque sorte interrogées à l’aune de la question du fascisme. C’est cet angle que retiennent des travaux pionniers dont la thématique privilégie l’essor de courants spécifiquement nationalistes. Ces analyses soit réfutent la pertinence de la catégorie de fascisme – au moins pour les groupes et les mouvements nationalistes jusqu’à la fin de la décennie de 19204 –, soit proposent des distinctions typologiques à l’intérieur de cet ensemble. C’est le cas des travaux de l’historien des idées et essayiste Enrique Zuleta Álvarez5. À ses yeux, le nationalisme argentin, notamment depuis le début des années 1930, est composé de deux courants : un nationalisme républicain (des frères Rodolfo et Julio Irazusta, maîtres à penser de Zuleta, marqués par la filiation maurrassienne et créateurs du journal La Nueva República) et un nationalisme doctrinaire (qui remporte un nombre important d’adhésions intellectuelles et groupusculaires voulant imiter la geste fasciste italienne). Le premier courant s’inscrit dans les traditions politiques locales et blâme, d’après Zuleta, la tendance à l’imitation présente dans la critique philofasciste6.

  • 7  Fernando Devoto, Nacionalismo, fascismo y tradicionalismo en la Argentina moderna. Una historia, B (...)
  • 8  Outre les travaux de Zuleta et Devoto, lire : Noriko Mutsuki, Julio Irazusta. Treinta años de naci (...)
  • 9  Sandra McGee Deutsch, Las derechas. La extrema derecha en la Argentina, el Brasil y Chile (1890-19 (...)
  • 10  Sandra McGee Deutsch, Contrarrevolución en la Argentina (1900-1932). La Liga Patriótica Argentina (...)
  • 11  Ibid., thème abordé en particulier dans le septième chapitre, p. 231-248. Lire notre analyse : Hum (...)
  • 12  María Inés Barbero et Fernando Devoto, Los nacionalistas, Buenos Aires, CEAL, 1983.
  • 13  Humberto Cucchetti, « Ligues, nationalisme… », art. cit., p. 252-253.

6Une partie des travaux académiques est consacrée au nationalisme « irazustien », des « maurrassiens bien tempérés » selon la formule de l’historien Fernando Devoto7, dont l’antidémocratisme virulent propagé dans les années 1920 recule après la déception produite par le régime du Général José Uriburu, militaire putschiste à la tête du premier coup d’État du pays en septembre 19308. Pourtant, les intellectuels de La Nueva República évoluent à l’intérieur d’un univers beaucoup plus large, intellectuel ou ligueur. Il est important de noter que d’autres ouvrages s’inscrivent dans une grille de lecture idéologique où il s’agit d’insérer ces mouvements dans les catégories de droite, voire d’extrême droite, ainsi que la tradition contre-révolutionnaire. C’est le cas de Sandra McGee Deutsch, qui aborde également le sujet dans une perspective comparée et analyse les mutations de cet univers entre les années 1920 et 1930 où elle constate, pour le volet argentin, l’émergence de nouveaux acteurs, des revendications explicitement fascistes (par exemple, la fondation en 1932 du Parti Fasciste argentin)9. Elle consacre une étude à un phénomène singulier, celui de la Liga Patriótica argentina 10, fondée en 1919 par l’écrivain et dirigeant partisan Manuel Carlés. Il s’agit d’un projet contre-révolutionnaire, qui s’attache à protéger la nation du risque de révolte ouvrière et de la présence de populations étrangères dans le pays. Vers la fin des années 1920, avec la nouvelle présidence d’Yrigoyen, la Ligue se radicalise. Cet élément, aussi bien que ses dimensions idéologiques complètement opposées au principe révolutionnaire bolchévique, justifie un comparatisme dont l’objectif principal consiste à établir dans quelle mesure la Ligue pourrait être considérée comme fasciste. Cela revient à remplir certains critères définitionnels où une tradition contre-révolutionnaire fonctionne à partir d’une définition large du fascisme, par-delà l’existence ou l’inexistence de liens explicites11. Ce type d’analyse avait déjà débouché sur la caractérisation de la Ligue en termes de « protofascisme »12. Pour aller plus loin dans la comparaison, McGee essaie d’établir des passerelles entre l’organisation de Carlés et le péronisme13.

  • 14  Fernando Devoto, Nacionalismo, fascismo…, op. cit., p. 142-139, 178-231, 303-310.
  • 15  Sur la question du corporatisme dans les régimes autoritaires latino-américains de l’époque, lire  (...)

7Il existe ainsi un consensus historiographique qui établit une coupure dans l’histoire nationaliste depuis la fin de la présidence Uriburu en 1932, où le projet militaire de type corporatiste-nationaliste radical échoue face à la branche conservatiste de l’armée, incarnée par le Général Agustín Justo, élu président cette année-là. Les travaux de Fernando Devoto ont le mérite d’aborder l’histoire intellectuelle des milieux nationalistes, leurs dimensions idéologiques et culturelles (la présence d’imaginaires différents entre libéralisme, traditionalisme et catholicisme), en fonction de la sociabilité et de l’origine sociale de ceux qui voulaient ébranler l’ordre démocratique de masses14. D’après Devoto, l’imaginaire nationaliste de l’époque appartient sociologiquement au « patriciado convervador » et la sociabilité des acteurs participe à ces cercles sociaux (le « Jockey Club », la « Sociedad Rural », le « Círculo de Armas »). Les premiers nationalistes sont des écrivains opposés à la « plèbe », à la « menace bolchevique » et à « l’autocratie » incarnée par Yrigoyen. Pourtant, ils sont incapables de réaliser des actions politiques concrètes. Et pour cause : ce primo-nationalisme reste très proche des milieux conservateurs – autrement dit, il appartient d’une façon ou d’une autre aux milieux élitaires. Il revendique une lecture du xixe siècle comme tradition républicaine-libérale (opposée aux figures « démagogiques » et « despotiques ») et se montre complètement attaché au rôle patriotique et constitutionnel de l’armée. Le coup d’État de 1930 représente un tournant historique mais pas une rupture de type révolutionnaire : il est dirigé par Uriburu, qui appartient pleinement aux milieux conservateurs malgré sa proximité avec des intellectuels nationalistes et son penchant pour les projets corporatistes. Des groupes civils y participent, mais leur rôle n’est pas décisif. Les nationalistes pensent qu’ils peuvent infléchir l’action du Général qui, à son tour, veut que le putsch ne soit pas une simple rébellion militaire. Le problème de la construction d’un véritable régime corporatiste se joue là, même si les définitions du président de facto ne sont guère précises par rapport au modèle constitutionnel15.

  • 16  Fernando Devoto, Nacionalismo, fascismo…, op. cit., p. 304.
  • 17  Fernando Devoto, « Acerca de un intelectual extremo y sus fracasos. El caso de Leopoldo Lugones po (...)
  • 18  Ibid., p. 23.
  • 19  Ibid., p. 28.
  • 20  Devoto établit les nombreuses différences qui séparent le cas de Lugones et l’aventurisme intellec (...)

8L’uriburisme au pouvoir reflète les ambiguïtés et limites des solutions politiques inspirées du modèle fasciste. La Légion civique, créée en 1930, reconnue par Uriburu en 1931, et ses « chemises noires » suivent l’inspiration milicienne. Il s’agit d’un groupe paramilitaire mais dirigé par des militaires en activité, « une originalité rioplatense par rapport au modèle original italien »16. Dans une grande mesure, ce genre de limite s’explique par le parcours de certaines personnalités fascinées depuis très tôt par l’expérience fasciste. C’est le cas de l’écrivain Leopoldo Lugones qui, au théâtre Coliseo de Buenos Aires, propose en 1923 de suivre la route de Mussolini – le public argentin est pourtant très différent de la composition sociale et du style des fasci 17. Ses appels à la violence, ses déclarations contre le suffrage universel et la démocratie, même son adhésion postérieure à la Légion civique contrastent avec l’absence d’une « quelconque capacité pour l’action politique »18. Proche de l’armée et des nationalistes, son poids est de plus en plus déclinant dans les deux milieux. Davantage « poète » que « prophète »19, de plus en plus isolé, son cas, peu comparable à celui de D’Annunzio, marque les limites d’un engagement très littéraire et dont le rapport à l’action reste difficile20.

  • 21  Parmi ses travaux les plus significatifs : Fascismo, liturgia e imaginario. El mito del general Ur (...)
  • 22  L’impact local de la guerre civile espagnole met fin à la centralité de la période fasciste en Arg (...)
  • 23  Federico Finchelstein, Fascismo, liturgia…, op. cit., p. 134. Il faut comprendre cette liturgie sé (...)
  • 24  Federico Finchelstein, Fascismo trasatlántico…, op. cit., p. 213-153.
  • 25  Federico Finchelstein, Fascismo, liturgia…, op. cit., p. 133-134.
  • 26  Federico Finchelstein, Fascismo trasatlántico…, op. cit., p. 241-245, 255.
  • 27  Federico Finchelstein, Orígenes ideológicos…, op. cit., p. 139-196, 259-320.

9Dans les années de la Concordancia (régime conservateur imposé en 1932 et qui contrôle les élections par l’intermédiaire de la fraude), deux phénomènes politiques et culturels parfois liés s’invitent dans les débats intellectuels et publics : la prolifération d’organisations et de groupuscules fascistes, ainsi que la montée en puissance d’acteurs et groupes catholiques. Les années 1930, et plus largement toute l’histoire politique argentine du siècle passé, sont revisitées dans les travaux de Federico Finchelstein. Dans différents ouvrages, l’historien critique l’hypothèse selon laquelle le fascisme argentin serait un simple phénomène d’imitation, peu significatif dans l’histoire politique argentine21. D’abord, il analyse les espaces d’adhésion et les rites consacrés à la figure du Général Uriburu, décédé en 1932. Entre 1932 et 193622, ce dernier devient la figure sacralisée d’une partie des nationalistes argentins qui voulaient poursuivre une œuvre révolutionnaire inaboutie. Les groupes abordés par Finchelstein construisent une véritable liturgie autour du militaire disparu, une sorte de Duce local23. Ensuite, cette sacralité séculière, contrairement au mouvement et régime italiens, ne s’éloigne pas de l’engagement catholique. La singularité argentine consiste à synthétiser fascisme et opinion catholique ; reprenant la formule de l’intellectuel catholique César Pico, Finchelstein définit le nationalisme argentin en termes de « fascisme christianisé »24. Son expression de « cléro-fascisme » va dans le même sens, soulignant les positionnements favorables au fascisme de la part des membres du clergé argentin. Les analyses de l’auteur révèlent d’un côté des nuances historiques – par exemple, concernant les groupes fascistes qui considèrent que seul Mussolini pouvait incarner le chef politique25, contrairement aux fidèles d’Uriburu ; ou les différences existantes dans l’adhésion au fascisme chez les catholiques26. D’un autre côté, Finchelstein offre une lecture généralisante où fascisme et nationalisme seraient des synonymes, ce qui renverrait à un phénomène puissant avec une énorme capacité de pénétration politique et historique. Pénétration qui, d’après lui, survit à la fin de la seconde guerre mondiale, arrive au péronisme et traverse l’histoire argentine de la deuxième partie du xxe siècle – les années du Proceso de Reorganización Nacional (1976-1983) en seraient le preuve27.

Du fascisme argentin au fascisme italien en Argentine : de nouvelles découvertes

10Les travaux sur les origines du nationalisme en Argentine et leurs liens avec le phénomène fasciste se heurtent à une dynamique contradictoire incontournable : le nationalisme argentin, qui entame sa « longue marche » avant même la victoire fasciste à Rome en 1922, vise deux ennemis de la nation que sont le gouvernement radical d’Hipolito Yrigoyen (« démagogue » incarnant un pouvoir autocratique, les intérêts de la « plèbe » et la démocratie de masse) et la dislocation du corps social due au phénomène migratoire (provenant pour la plupart d’Italie). À partir de ce constat, il est aisément compréhensible que l’interaction entre un fascisme spécifiquement italien et des mouvements nationalistes argentins représente un phénomène polymorphe et non dénué de tensions, notamment lorsqu’il est question de mettre en lumière la mise en place de projets fascistes mobilisés en Amérique latine par des acteurs eux-mêmes italiens et appartenant à des instances officielles ou officieuses du régime mussolinien.

  • 28  Dans cette perspective, il faut mentionner le texte bien antérieur d’Emilio Gentile, « L’emigrazio (...)
  • 29  Force est de constater que ces domaines sont entrelacés : leur différenciation vise à organiser la (...)
  • 30  Lire, parmi d’autres travaux : Eugenia Scarzanella (dir.), Fascistas en América del Sur, Buenos Ai (...)
  • 31  Leticia Prislei, Los orígenes…, op. cit., p. 43-47 ; María Victoria Grillo, « Creer en Mussolini » (...)

11Depuis une vingtaine d’années, la littérature scientifique s’est profondément enrichie en prenant en considération la présence du fascisme italien en Argentine et ses vecteurs organisationnels, institutionnels, diplomatiques et intellectuels qui font partie de ces enjeux28. En témoignent les travaux sur les organes de propagande, plus largement sur les enjeux diplomatico-culturels, et finalement sur l’existence de passeurs qui montrent les singularités de la présence fasciste en Argentine29. Une source privilégiée dans ce renouvellement historiographique est l’examen du journal Il Mattino d’Italia 30. Publié entre 1930 et 1944, il s’agit du fruit d’une véritable démarche politique fasciste italienne en Argentine qui témoigne autant des messages politiques adressés aux Italiens all’estero (en Amérique latine et particulièrement en Argentine) que des actions de sociabilité menées pour fidéliser la communauté italienne autour du régime outre-Atlantique. La publication permet d’aborder l’évolution du régime en Italie entre le début des années 1930 et la chute de Mussolini – chute qui coïncide avec la consolidation de Perón comme figure du gouvernement militaire arrivé au pouvoir en 1943. Il Mattino permet de comprendre l’influence culturelle à l’égard des Italiens habitant en Argentine aussi bien que le positionnement du journal vis-à-vis de la politique locale. Cet effort se développe sur plusieurs plans et tente d’améliorer ou de corriger les tentatives d’implantation de la politique fasciste en Argentine au cours des années 1920. Dépasser l’instance partisane, même l’action des fasci fondés dans le pays, pour exporter en priorité le dopolavorisme (actions culturelles, récréatives et associatives développées au sein de la collectivité italienne) était un objectif essentiel du Mattino 31. En termes d’analyse historique, le journal atteste de la place de la politique italienne et de la réception du phénomène fasciste dans l’opinion argentine ; il montre aussi comment évoluent cette opinion et cette insertion, les rapports entre le journal et les fascistes argentins ainsi que les tensions suscitées au niveau de la cooptation des associations culturelles (par exemple, la Dante Alighieri) avec les Italiens non fascistes ou antifascistes.

  • 32  Leticia Prislei, Los orígenes…, op. cit., p. 14.
  • 33  Ibid., p. 31-39 ; Laura Fotia et Bruno Cimati, Un periódico « fascista »…, op. cit., p. 49-50 ; Ma (...)
  • 34  Leticia Prislei, Los orígenes…, op. cit., p. 70.

12Le premier directeur du journal est Mario Appelius, ancien journaliste du Popolo d’Italia, dont le parcours est présenté dans les pages du nouveau journal par Arnaldo Mussolini32 (frère de Benito) ; il est remplacé en 1933 par les frères Michele et Mario Intaglietta. L’historiographie souligne les nuances et subtilités de la ligne éditoriale de la première époque, la priorité du combat culturel sur l’esprit partisan et squadriste, la volonté de montrer une Italie en pleine phase de modernisation sous Mussolini33. En conséquence, les premiers collaborateurs du journal proviennent de différents horizons idéologiques, en excédant de loin le pré carré de l’opinion strictement fasciste argentine. Cela montre un fascisme italien qui, contrairement aux nationalistes auto-proclamés disciples farouches du Duce usant de discours et de pratiques violents, se présente et est accueilli localement de façon consensuelle. Il s’agit d’un phénomène pleinement normalisé34.

  • 35  Ibid., p. 65 ; Eugenia Scarzanella, « El fascismo italiano… », art. cit., p. 195-203. Vanni Blengi (...)
  • 36  Leticia Prislei, Los orígenes…, op. cit., p. 49-50, 84-86.

13L’essor de l’Italie impériale en 1936 suppose en revanche un fascisme en pleine transition, en pleine offensive internationale – en Argentine, cela implique un renforcement des affrontements avec les antifascistes. Il faut souligner que l’opinion locale est déjà divisée par les retentissements de la guerre d’Espagne et la poussée du nazisme. Il Mattino suit consciencieusement ses intérêts et la défense du Duce ainsi que des Italiens locaux, même si cela implique des différences et des écarts avec des nationalistes argentins « dits » fascistes35. Ce n’est qu’à partir des lois raciales de 1938 que le fascisme devient un sujet clivant et que, dans les pages du journal, l’antisémitisme devient un thème central – à cette date, commence l’arrivée de nouveaux exilés antifascistes en Argentine… de même que des fascistes atteints par l’application de telles lois : Gino Arias et Margherita Sarfatti en sont deux exemples36.

  • 37  Laura Fotia et Bruno Cimatti, Un periódico « fascista »…, op. cit., p. 100.
  • 38  Ibid., p. 91-97. Selon les auteurs, il existe un décalage entre les discours sur les femmes dans l (...)

14Il Mattino est un kaléidoscope précieux pour aborder les complexités du phénomène fasciste en Argentine : à la charnière entre l’histoire locale et l’histoire de la politique étrangère du régime, il est ainsi possible de penser les méandres et les limites de l’implantation du modèle fasciste. La source en question dévoile des mécanismes présents dans la collectivité italienne au niveau national. C’est la grande contribution des historiens Laura Fotia et Bruno Cimatti, qui offrent un panorama représentatif de la réception fasciste dans des villes et des régions de la province via Il Mattino. Dans le but de proposer une vision nationale de la collectivité et de son adhésion au régime mussolinien, le journal ouvre ses pages à ses correspondants locaux, « nostre corrispondenze dall’interno »37. Aborder la « totalité » de la nation était cohérent avec le principe de totalité fasciste. De la même façon que l’organe met en lumière les activités urbaines à Buenos Aires et aux alentours, faussement « représentatives », dans le cas argentin, de dynamiques nationales, il expose les activités associatives des fasci et du dopolavoro qui se développent à travers le pays. En plus, Fotia et Cimatti soulignent non seulement le rôle du journal dans la construction d’une image « fascisée » de la collectivité italienne mais décrivent ses discours sur la femme italo-argentine. Selon les auteurs, pour Il Mattino, le rôle des femmes tourne autour de leurs fonctions familiales et domestiques (mère, épouse, sœur) et la participation publique des femmes fascistes reste attachée à des travaux d’assistanat ou d’aide dans le cadre des cérémonies officielles38.

  • 39  Lire aussi de Bruno Cimatti, « Sociabilidad, identidad y política. Los fascistas y la noción de it (...)
  • 40  Laura Fotia, « América latina y la Italia fascista, entre displomacia cultural et propaganda », Hi (...)
  • 41  Laura Fotia, Diplomazia culturale…, op. cit., p. 247.
  • 42  Ibid., p. 239-251.

15Cette série de contributions accompagne un renouvellement historiographique qui, en général, rend indispensable le fait d’aborder les questions de genre et d’opter pour une prise en compte des vastes dimensions territoriales et régionales39 – décisives pour comprendre un pays comme l’Argentine. Il en va de même de la diplomatie culturelle à partir de laquelle la politique étrangère fasciste peut être comprise. Laura Fotia, à nouveau, développe une analyse mêlant réflexion conceptuelle40 et empirique en réfléchissant sur les stratégies concrètement développées par l’Italie fasciste entre 1923 et 194041. Cela suppose de prendre en considération une panoplie importante d’institutions scolaires, de milieux culturels et associatifs, de ressorts spécifiques pour la transmission de la langue et de la culture italiennes. La vocation impériale et totalitaire du fascisme, croissante au cours des années 1930, vise à la « fascisation » des Italo-Argentins en renforçant la stratégie d’universalisation du régime. L’auteure signale également les limites de ces stratégies de confusion entre propagande politique et investissement sur le plan culturel, artistique et associatif – de vieilles institutions italo-argentines d’origine socialiste et des réseaux antifascistes contestent les tentatives de cooptation associative issues de la diplomatie officielle de l’époque42.

  • 43  Voir les cas et les discours cités par Finchelstein, notamment les analyses contenues dans les pre (...)
  • 44  Laura Fotia et Bruno Cimatti, Un periódico « fascista »…, op. cit., p. 44.
  • 45  Eugenia Scarzanella, « El fascismo italiano… », art. cit., p. 173.

16Ces phénomènes de pénétration sur le plan associatif, organisationnel et intellectuel sont menés par des dirigeants italiens ou italo-argentins qui adhèrent au fascisme. Il existe certes une volonté de la part des dirigeants qui prirent le pouvoir en 1922, mais leurs stratégies, comme la volonté de Mussolini de penser l’Argentine en tant que prolongement subordonné à leur régime, ne sont pas toujours convaincantes43. Signalons pourtant la présence de passeurs privilégiés ayant cultivé des relations extrêmement prolifiques entre les mondes politique, culturel et économique des deux côtés de l’Atlantique. C’est le cas de Vittorio Valdani. Il n’est pas seulement la personne qui prend le contrôle du Giornale d’Italia en 1925 pour placer le journal dans l’orbite du Duce, année où il est désigné délégué des fasci en Argentine44. Il est à la base de la fondation du Mattino en 1930, né des cendres de l’ancien Giornale. Sa biographie éclaire les rapports entre la propagande et les milieux d’affaires d’entreprises italiennes installées dans le pays sud-américain. Valdani, ingénieur milanais, issu de l’entreprise Pirelli et installé à Buenos Aires en 1908, est en effet le leader du principal groupe industriel italien en Argentine, la Compañia General de Fósforos (CGF) en même temps qu’homme de presse, dirigeant fasciste, manager d’entreprise et technocrate sollicité par certains gouvernements argentins45.

  • 46  Ibid., p. 195.
  • 47  Ibid., p. 197-198. Nous avons déjà signalé que la question antisémite émerge de façon nette dans l (...)
  • 48  Ibid., p. 202-203.
  • 49  Ibid., p. 203.

17Ce long itinéraire, entamé bien avant 1922, permet de comprendre in fine les rapports italo-argentins, même du point de vue institutionnel et étatique. Les actions de Valdani dans le monde financier, patronal et associatif sont aussi nombreuses ainsi que son carnet d’adresse est fourni. Adhérant au fascisme en 1924, il essaie de lier ses engagements politiques et ses activités au sein du monde des entreprises italiennes, même si cela ne se réalise pas de façon officielle ou explicite. Valdani reste à l’écart des mouvements nationalistes argentins qui se réclament de Mussolini, ce qui explique certainement le positionnement du journal46. La même distance est appliquée au Parti fasciste argentin, réunissant des Italo-Argentins mais caractérisé par une rhétorique antisémite et des manifestations violentes qui dépassent l’intérêt et la ligne éditoriale du Mattino 47. Valdani n’accepte guère en Argentine le fascisme squadriste ; il préfère le fascisme « en costume »48, qui se traduit par son insertion et ses réseaux dans les milieux du pouvoir. Durant les années 1920 (le pays est alors gouverné par le Parti radical UCR), il est nommé directeur de Yacimientos Petrolíferos Fiscales, ce qui dévoile ses liens avec le gouvernement argentin49. Remarquons à nouveau que le radicalisme argentin comporte une base électorale issue de l’immigration italienne, et que ses intérêts économiques avec le capital italien ne sont pas négligeables. Valdani réalise une longue carrière de représentation publique et entrepreneuriale qui traverse toute sa vie professionnelle. Son exemple illustre une action diverse autour de la politique, du monde économique et de l’univers associatif qui est liée à la présence fasciste en Argentine.

D’un octobre (1922) à l’autre (1945) : la marche sur Rome à Buenos Aires

  • 50  Expression de Benito Mussolini pour définir le caractère mobile de sa formation politique : « nous (...)
  • 51  Lire le très récent ouvrage de Didier Musiedlak, La marche sur Rome, entre histoire et mythe, Pari (...)
  • 52  Lire, par exemple, Enrique Zuleta Álvarez, El nacionalismo…, op. cit., p. 123-124 ; Fernando Devot (...)
  • 53  Leopoldo Lugones, Acción, Buenos Aires, De Martino, 1923, p. 19.
  • 54  Ibid., p. 45-46.
  • 55  Ibid., p. 77-80 
  • 56  Suivant l’analyse de Devoto, « Au milieu de l’année 1923, le célèbre poète et écrivain argentin Le (...)

18Le fascisme italien évolue rapidement, entre un groupe de « gitans de la politique »50 et la marche sur Rome51, épisode final de la prise du pouvoir. Le triomphe des chemises noires traverse très tôt l’Atlantique. L’événement est bien connu et analysé par plusieurs historiens52 : l’écrivain et essayiste Leopoldo Lugones, de voyage en Europe en 1921, prononce des conférences à Buenos Aires en 1923 où il est question de montrer les atouts de la voie fasciste : « L’Italie vient de nous enseigner comment l’on restaure le sentiment national grâce à l’héroïque réaction fasciste conduite par l’admirable Mussolini »53. Car, pour le poète argentin, c’est la nation qui est menacée et il faut montrer les moyens de son salut et de sa délivrance. La présence étrangère et le « programme de la Russie maximaliste », par l’intermédiaire de la guerre civile, constituent de vrais dangers de ce point de vue. Le nationalisme devait chercher les moyens de défendre la patrie. Il est normal que Lugones oppose deux méthodes et deux conceptions pour dépasser le gouvernement démocratique et instaurer ainsi le principe du chef : Lénine et Mussolini54. Il propose la mise sur pied d’une formation militaire, l’Agrupación Patriótica (Garde nationale volontaire), un groupement au service de la patrie. Il s’agit d’une organisation de civils complètement disciplinée et militarisée qui accepte naturellement les méthodes violentes. Selon Lugones, la escuadra doit être considérée comme le groupe de base de fonctionnement du groupement55. Le modèle milicien, outre les références dithyrambiques à l’égard de Mussolini, est explicite56.

  • 57  Fernando Devoto, « Acerca de un nacionalista… », art. cit., p. 22-21. La polémique ne concerne pas (...)

19Ce type de discours exaltant la violence des squadristes, « scandaleux » pour l’auditoire socialement favorisé et qui a entraîné des rectifications de la part des organisateurs57, montre un type de réception bien singulier à l’époque. Pourtant, l’émulation concrète entraînée par le fascisme semble loin de se concrétiser. Comme nous l’avons montré précédemment, les milieux nationalistes contestataires sont faibles et divisés – leurs références intellectuelles peuvent être hétéroclites ou déclencher de nombreuses querelles idéologiques – par un statu quo qui fait solidement face à la « menace » bolchevique et maximaliste.

  • 58  Si la marche sur Rome est une commémoration bien présente chez les Italo-Argentins fascistes au co (...)
  • 59  Ibid., p. 57-64.
  • 60  Ibid., p. 65. La guerre d’Éthiopie suppose un nouveau scénario complexe en termes de politique int (...)

20Dans les années 1930, la situation politique locale change. La politique fasciste également. La marche sur Rome connaît un véritable souffle. Il Mattino reflète bien le sens commémoratif que l’épopée de 1922 commence à représenter pour un régime orienté vers une démarche impériale. La guerre d’Éthiopie représente un véritable tournant58, ce qui suscite, dès 1935, des mobilisations en Argentine pour et contre l’aventure militaire en Afrique. « Addis-Abeba tricolore » est une consigne pour Il Mattino qui déploie par conséquent une stratégie de rue – et d’affrontement contre les antifascistes. En mai 1936, les appels à la mobilisation se font sentir. Le journal souligne la présence de 50 000 manifestants qui descendent dans la rue. Pourtant, ce n’est pas la culture squadriste qui émerge du côté des Italiens : c’est la mobilisation de tout un tissu associatif, diplomatique, ou noyauté par le dopolavoro et les fasci argentins qui exprime son adhésion au pouvoir romain et soutient sa politique impériale59. À cette date, et en raison de la nouvelle donne en termes de politique étrangère, le Parti fasciste argentin exprime son soutien aux Italiens (pour défendre la conquête d’Addis-Abeba) et au président Agustín P. Justo, le dirigeant de ce parti annonçant soutenir l’Italie60.

  • 61  Lire l’analyse d’Olga Echeverría, « El surgimiento y la diversificación de las derechas de Argenti (...)
  • 62  Marianne González-Alemán, « La marche sur Buenos Aires de 1935. Fraude électorale et mobilisation (...)
  • 63  Ibid., p. 113.
  • 64  Ibid., p. 120.

21Néanmoins, certaines réceptions de la marche sur Rome obéissent davantage aux enjeux politiques locaux qu’aux retentissements réels du régime fasciste. Cela dépasse évidemment le cas argentin. Ainsi, en 1933, est organisée une marche sur Montevideo sur l’autre rive du Río de la Plata. Dans ce dernier cas, il s’agit d’acteurs locaux qui reprennent mutatis mutandis l’exemple de la prise du pouvoir de 1922 pour faire pression sur le gouvernement uruguayen et faire triompher la cause anticommuniste61. En Argentine, la marche sur Rome n’est pas qu’un symbole récupéré épisodiquement par les fascistes italiens locaux, ni une simple émanation plus ou moins explicite de certains nationalismes locaux. Elle constitue également une stratégie développée par les conservateurs pour renforcer leur implantation politique, territoriale et électorale. C’est le cas de Manuel Fresco et sa Marcha sobre Buenos Aires d’octobre 1935, analysé par Marianne González-Alemán62. Dans un contexte politique fort singulier où les héritiers d’Yrigoyen essayent de participer de nouveau à un système électoral qui leur est hostile (en raison de la fraude de la coalition conservatrice hégémonique), Fresco, dirigeant conservateur de la province de Buenos Aires, déploie une stratégie offensive contre ses adversaires du Parti radical. Son slogan « No pasarán ! » témoigne de l’esprit de sa campagne politique63. Si, pour faire barrage à la « plèbe radicale », il s’oppose au vote à bulletin secret, il ne cache pas non plus son admiration à l’égard de Mussolini. Dans le même sens, il organise la marche sur Buenos Aires où il est question de montrer par une mobilisation imposante la force de son soutien électoral. González-Alemán montre les efforts d’organisation mis en œuvre par les conservateurs bonaerenses en termes territoriaux et logistiques, où il s’agit de déplacer des milliers de manifestants de toute la province vers la capitale du pays – les journaux évoquent entre 100 000 et 120 000 manifestants ; ils y voient la mobilisation d’un territoire provincial qui montre son envergure nationale. La marche est une réussite pour Fresco en raison de sa capacité sur le plan de l’action collective. Mais elle est présentée par ses organisateurs comme une marche de citoyens « respectables et civilisés » pour bien se différencier des opposants yrigoyenistas. Marianne González-Alemán signale, à très juste titre à notre avis, une nuance permettant d’éviter toute confusion entre le 1922 romain et le 1935 bonaerense : c’est la politique locale qui est en jeu, les réminiscences internationales (c’est-à-dire, la prise fasciste du pouvoir) « ne sont que purement contextuelles »64.

22Au cours des années 1940, la question du fascisme est accompagnée de sa participation avec l’Allemagne nazie aux second conflit mondial. En 1943, la fraction nationaliste et catholique de l’armée prend le pouvoir et les fascistes italiens appuient les nouveaux dirigeants concernant la politique intérieure, notamment la volonté argentine de soutenir la neutralité du pays dans la guerre. Mais la recomposition fasciste en Argentine n’est plus possible et l’expérience du Mattino se termine en octobre 1944. Une année plus tard ont lieu les manifestations du 17 et 18 octobre, grâce auxquelles Perón, détenu quelques jours avant dans l’île Martín García (dépendance militaire située dans le Río de la Plata), rentre au pays. Des manifestations massives et ouvrières symbolisent l’essor définitif du péronisme dans la vie politique nationale en tant que force collective légitime pour participer au système politique.

23Le péronisme et ses journées fondatrices ont donné lieu à de nombreuses polémiques publiques. Le célèbre « 17 de octubre » péroniste a été interprété par l’opinion antipéroniste comme une continuité de la marche sur Rome :

  • 65  Siège du gouvernement argentin.
  • 66  « En su visita a la Argentina, el periodista Herbert Matthews, del “New York Times”, se formuló la (...)

Dans sa visite en Argentine, le journaliste Herbert Matthews, du New York Times, a formulé la même question que tous se sont posées face au péronisme : s’agit-il d’un nouveau fascisme ? Matthews énumère plusieurs analogies : la marche sur Buenos Aires, les parutions théâtrales dans le balcon de la Casa Rosada 65, l’hymne des Muchachos peronistas à la place de la « Giovinezza », l’usage du titre de « leader » équivalent à celui du Duce, et certains faits fondamentaux de la politique, tel que la promulgation de la Charte des droits du travail qui rappelle immédiatement la Carta del Lavoro, la campagne pour l’indépendance économique qui est comme l’autarchie de Mussolini, son cri « Ni Moscou ni Wall Street » qui aurait pu être une consigne pour Mussolini66.

  • 67  Samuel Amaral, « El líder y las masas : fascismo y peronismo en Gino Germani », Documentos de trab (...)
  • 68  Ibid., p. 15.
  • 69  Samuel Amaral, El movimiento nacional-popular. Gino Germani y el peronismo, Sáenz Peña, UNTREF, 20 (...)
  • 70  Humberto Cucchetti, El simbolismo religioso y la construcción de la conciencia política en Argenti (...)

24Dans certains discours, y compris savants, la nature totalitaire du péronisme paraissait incontestable. Germani y revient avec des interprétations souvent opposées le long de sa carrière académique – n’oublions pas qu’il arrive en Argentine en 1934 pour échapper au fascisme67. Ses analyses s’attachent à établir les similitudes et les différences entre le péronisme et le phénomène italien. Il pointe en particulier la question des origines : 1922 est le résultat de formations militarisées tandis qu’en 1945, on constate la participation « spontanée » des travailleurs68. Anti-péroniste car antifasciste, Germani réussit à faire ressortir des singularités dans sa compréhension du péronisme, et ce malgré la persistance de doutes et d’ambiguïtés analytiques et conceptuelles considérables69. Entre le contexte polarisé de 1945 et les présidentielles de février 1946, les opposants de Perón parlent de « nazi-péronisme » ou de « nazi-fascisme » péroniste70.

  • 71  Claudio Panella, « La Vanguardia y el surgimiento del peronismo (1943-1945) », Anuario del Institu (...)
  • 72  Ibid., p. 156-157.
  • 73  Emanuel Correa, « Socialistas, comunistas y trotskistas ante el 17 de octubre de 1945 », X Jornada (...)
  • 74  Ce qui ne veut pas dire que les groupes et les idées fascistes aient disparu dans la deuxième part (...)

25Cette opinion est partagée par les différents partis de gauche et leurs organes de propagande. La Vanguardia (socialiste), n’hésite pas à considérer la grève générale décrétée par la Confédération générale du travail (CGT) argentine pour amener le retour de Perón au pays comme sa « marche sur Rome »71 : ce n’était pas une révolte ouvrière mais une mobilisation de marginaux, du lumpenprolétariat aidé par la police72. Les dirigeants communistes caractérisent eux aussi la conquête péroniste du pouvoir comme une action qui suit les pas de Mussolini et de Hitler ; derrière la « fausse grève », il y aurait une action orchestrée par des groupes armés de type fasciste, des intimidateurs, des voyous, des violents et des agitateurs professionnels. Même le trotskysme adhère à cette vision du 17 octobre : ce n’est nullement une rébellion spontanée, c’est l’action d’indics syndicaux à la solde de la police et de tout ce qui est éloigné par principe de la classe ouvrière organisée : des militaires, des curés, des professeurs, des proxénètes, des bourgeois divers, des agents de l’impérialisme et des nationalistes au bout du rouleau73. Utilisé par des nationalistes même des conservateurs des années 1920-1930, le mot fascisme devient dès lors un moyen de disqualification74.

Conclusion : l’explication (hypothétique) par l’ailleurs, ou les limites de l’implantation fasciste en Argentine

  • 75  Cristian Buchrucker, Los nostálgicos del Nuevo Orden europeo y sus vinculaciones con la cultura po (...)
  • 76  Federica Bertagna, La inmigración fascista en la Argentina, Buenos Aires, Siglo veintiuno editores (...)

26L’idée, les réalisations et les acteurs fascistes en Argentine sont loin d’être négligeables. Cela relève d’une chronologie éclatée mais aussi de profils, d’intérêts et de manifestations hétérogènes. Les discours qui revendiquent le fascisme proposent des idées parfois contrastées, et la chronologie oblige à établir des nuances au sein d’une histoire de deux décennies, histoire qui s’effrite (sans disparaître pour autant) avec la défaite de Mussolini et les origines du péronisme. De notre point de vue, la séquence historique qui suit est celle du néofascisme, apparenté à l’expression proposée par Cristian Buchrucker de « nostalgiques du Nouvel Ordre »75, liée à son tour à la circulation migratoire d’après-guerre76. Il s’agit à nouveau d’un univers sociologique fragmenté et dispersé, mais nous nous éloignons des retentissements directs ou indirects de la marche sur Rome.

  • 77  Loris Zanatta, Breve historia del peronismo clásico, Buenos Aires, Sudamericana, 2009.
  • 78  Par exemple, ceux de l’historien Federico Finchelstein. Lire la critique de Federica Bertagna rela (...)

27Il a néanmoins été possible de proposer l’existence d’un « fascisme global » et transhistorique, omniprésent dans la réalité politique argentine. Cette prétention qui fait vivre le fascisme après 1944 enjambe plus ou moins ouvertement la matrice génétique mussolinienne du phénomène péroniste77. C’est l’hypothèse de certains travaux historiographiques récents78 mais il n’est pas exagéré de reconnaître que toute l’œuvre sociologique de Germani est pénétrée par la question du totalitarisme, en particulier fasciste, et de l’utilité d’un tel concept pour rendre compte des origines du péronisme.

  • 79  Robert Paxton, Anatomía del fascismo, Barcelone, Península, 2005 (2004 pour l’édition originale), (...)
  • 80  Malgré les affinités existant entre catholiques et nationalistes, le catholicisme argentin de l’ép (...)

28Si nous reprenons en revanche les niveaux d’analyse proposés par Robert Paxton, nous constatons que l’avancée fasciste en Argentine n’arrive stricto sensu qu’au premier niveau : celui de la création des mouvements79, qui représente une circulation politique et intellectuelle en rien négligeable. Pourtant, cette spécificité historique qui se développe en particulier dans la politique locale des années 1930 ne constitue pas un bloc cohérent : les travaux soulignent de nombreux malentendus et dissensions, des espoirs déçus, des aspirations inabouties au sein du gouvernement du Général Uriburu, et les raisons de douter d’une mobilisation fasciste. Le rôle de l’armée et la montée en puissance du mouvement catholique argentin rendent difficile l’essor d’une force civile squadriste autonome : le premier en raison de la primauté de l’institution militaire sur des groupements civils, la deuxième en raison des limites existant entre catholicisme et nationalisme80.

  • 81  Federico Finchelstein, Fascismo transnational…, op. cit., p. 17-38.
  • 82  Ibid., p. 299-310.
  • 83  Federico Finchelstein, Orígenes ideológicos…, op. cit., p. 28-29, 34-35, 259, 276, 280-285, 336. D (...)

29Cela montre les limites de certains soubassements conceptuels. L’hypothèse du « fascisme christianisé » reste difficilement acceptable en tant que dynamique socioreligieuse répandue. Au cours des années 1930, une partie de l’opinion catholique adhère au fascisme ; pourtant, les dissensions à l’intérieur d’un tel univers, dont les limites à l’égard du nationalisme sont établies depuis la condamnation de l’Action française en 1926, demeurent trop puissantes pour accepter le ralliement à Mussolini. Cette lecture est solidaire de l’existence d’un « fascisme global », thèse qui suppose une surinterprétation qui n’aborde pas la dynamique fasciste singulière liée à chaque contexte mais qui implique son irradiation et transmission transhistoriques. Toute l’histoire argentine du xxe siècle serait teintée de l’idéologie nationaliste, et cette dernière serait une réponse originale à la prétention d’exportation du modèle né en Italie81. Perón aurait reformulé le fascisme par l’intermédiaire de sa politique sociale82. Mais le phénomène fasciste aurait traversé l’histoire politique de la deuxième moitié du même siècle se réinventant à chaque fois, s’incarnant dans plusieurs visages. Et ce jusqu’à la dernière dictature (1976-1983) : grâce à la synthèse du « fascisme christianisé » des années 1930 et à des ecclésiastiques « cléro-fascistes », il serait aux fondements idéologiques et pratiques de la « guerre sale », des camps d’extermination et de l’utilisation de la torture comme méthode d’anéantissement des opposants politiques83.

  • 84  Lire les travaux de Flavia Fiorucci et José Bustamante Vismara (dir.), Palabras claves en la histo (...)

30Une bonne partie des travaux abordés dans ces lignes analysent les nuances, les limites et parfois les conflits existant à l’intérieur des espaces qui adhèrent de près ou de loin au fascisme. Même dans ses années « consensuelles » (notamment avant les lois raciales), les disputes et querelles entre fascistes sont nombreuses. Défait à la fin du deuxième conflit mondial, il peine à survivre dans la politique argentine. Pour quelle raison ? Une interrogation spontanée émerge, s’agissant d’un pays comme l’Argentine, à la forte immigration italienne. Cela pourrait renvoyer à la question de l’intégration de cette immigration et de la construction de la citoyenneté argentine (en termes de « nationalité »), parmi des immigrés mais notamment de la première génération d’Argentins, et au rôle joué par le système scolaire de la jeune nation84.

  • 85  Samuel Amaral, Perón presidente. Las elecciones del 24 de febrero de 1946, Sáenz Peña, UNTREF, 201 (...)
  • 86  Ibid., p. 51.
  • 87  Ibid., p. 646-654.

31Ajoutons-y un (autre) retour sur les origines du péronisme. L’historien Samuel Amaral a proposé une lecture extrêmement dense, et fondée du point de vue empirique, des présidentielles de 194685, interprétation qui permet d’approfondir les connaissances sur les raisons et les modalités de son arrivée au pouvoir – un résultat qui n’avait rien d’évident puisque le péronisme comme force électorale ne s’est bâti qu’au cours de quatre mois, entre fin octobre 1945 et le 24 février 1946. À rebours des hypothèses qui privilégient l’explication « ouvrière », Amaral propose une interprétation « politique »86 où le ralliement d’une vaste élite partisane issue du Parti radical au projet de Perón aurait été décisif. Une continuité qui obéit à un principe plébiscitaire, déjà cultivé à l’époque d’Yrigoyen, et qui suppose également d’ « aller au peuple »87.

32Tous ces éléments permettent de penser davantage à l’épuisement de toute référence à la « marche sur Rome » ou « marche sur Buenos Aires » qu’à leur possible continuité.

Haut de page

Notes

1  Je tiens à remercier Olivier Dard pour sa lecture et ses commentaires, de même que Didier Musiedlak et António Costa Pinto pour leurs travaux liminaires sur l’histoire de la marche sur Rome (pour le premier) et sur le corporatisme latino-américain (pour le second). Je remercie spécialement Laura Fotia pour m’avoir facilité l’accès à ses travaux incontournables sur la diplomatie culturelle fasciste en Argentine dans les années de Mussolini, y compris son ouvrage (écrit avec Bruno Cimatti) sur le journal Il Mattino d’Italia : Laura Fotia et Bruno Cimatti, Un periòdico « fascista » : Il Mattino d’Italia y la sociedad argentina, Cosenza, Pellegrini, 2021.

2  Sur l’antisémitisme, Daniel Lvovich, Nacionalismo y antisemitismo en Argentina, Buenos Aires, Vergara, 2003.

3  Daniel Lvovich, El nacionalismo de derecha en Argentina. Desde sus orígenes hasta Tacuara, Buenos Aires, Capital Intelectual, 2006.

4  Marysa Navarro Gerassi, Los nacionalistas (1910-1932), Buenos Aires, Editorial Jorge Álvarez, 1968.

5  Lire notre reconstruction biographique : Humberto Cucchetti, « Enrique Zuleta Álvarez, nationaliste argentin entre fidélité à Maurras et perspectives hispano-américaines », dans Olivier Dard (dir.), Doctrinaires, vulgarisateurs et passeurs des droites radicales au xxe siècle (Europe-Amériques), Berne, Peter Lang, 2012, p. 255-275.

6  Enrique Zuleta Álvarez, El nacionalismo argentino, 2 vol., Buenos Aires, La Bastilla, 1975.

7  Fernando Devoto, Nacionalismo, fascismo y tradicionalismo en la Argentina moderna. Una historia, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2002, p. 219.

8  Outre les travaux de Zuleta et Devoto, lire : Noriko Mutsuki, Julio Irazusta. Treinta años de nacionalismo argentino, Buenos Aires, Biblos, 2004 ; Mariano Sverdloff, « Antimodernos periféricos : traducción, importación y tradición clásica en La Nueva República », Estudios de teoría literaria, no 17, 2019, p. 47-63 ; Olga Echeverría, « De la apelación antidemocrática al colonialismo como argumento impugnador de la “oligarquía”. Los hermanos Irazusta en la génesis del Revisionismo histórico argentino », Prohistoria, no 8, 2004, p. 173-191.

9  Sandra McGee Deutsch, Las derechas. La extrema derecha en la Argentina, el Brasil y Chile (1890-1939) [1999], Bernal, UNQui, 2005, p. 270.

10  Sandra McGee Deutsch, Contrarrevolución en la Argentina (1900-1932). La Liga Patriótica Argentina [1986], Bernal, UNQui, 2003.

11  Ibid., thème abordé en particulier dans le septième chapitre, p. 231-248. Lire notre analyse : Humberto Cucchetti, « Ligues, nationalisme et péronisme en Argentine », dans Olivier Dard et Nathalie Sevilla (dir.), Le phénomène ligueur en Europe et aux Amériques, Metz, Crulh, 2011, p. 247-268.

12  María Inés Barbero et Fernando Devoto, Los nacionalistas, Buenos Aires, CEAL, 1983.

13  Humberto Cucchetti, « Ligues, nationalisme… », art. cit., p. 252-253.

14  Fernando Devoto, Nacionalismo, fascismo…, op. cit., p. 142-139, 178-231, 303-310.

15  Sur la question du corporatisme dans les régimes autoritaires latino-américains de l’époque, lire : António Costa Pinta, Latin American Dictatorsphips in the Era of Fascism. The Corporatist Wave, Londres-New York, Routdlege, 2020.

16  Fernando Devoto, Nacionalismo, fascismo…, op. cit., p. 304.

17  Fernando Devoto, « Acerca de un intelectual extremo y sus fracasos. El caso de Leopoldo Lugones político », Estudios políticos, no 34, 2008, p. 21. Nous y reviendrons dans la troisième partie du texte avec les conférences de Lugones de 1923.

18  Ibid., p. 23.

19  Ibid., p. 28.

20  Devoto établit les nombreuses différences qui séparent le cas de Lugones et l’aventurisme intellectuel de Gabriele D’Annunzio : ibid., p. 26-28.

21  Parmi ses travaux les plus significatifs : Fascismo, liturgia e imaginario. El mito del general Uruburu y la Argentina nacionalista, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2002 ; Fascismo trasatlántico. Ideología, violencia y sacralidad en Argentina y en Italia, 1919-1945, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2010 ; Orígenes ideológicos de la « guerra sucia », Buenos Aires, Sudamericana, 2016.

22  L’impact local de la guerre civile espagnole met fin à la centralité de la période fasciste en Argentine.

23  Federico Finchelstein, Fascismo, liturgia…, op. cit., p. 134. Il faut comprendre cette liturgie séculière singulière à l’intérieur d’une problématique plus répandue relevant du processus de sacralisation des chefs disparus dans les milieux militants ; lire, pour le cas des nationalistes belges, Francis Balace, « La pourpre où dorment nos chefs morts », dans Olivier Dard (dir.), Références et thèmes des droites radicales au xxe (Europe-Amériques), Berne, Peter Lang, 2015, p. 11-36.

24  Federico Finchelstein, Fascismo trasatlántico…, op. cit., p. 213-153.

25  Federico Finchelstein, Fascismo, liturgia…, op. cit., p. 133-134.

26  Federico Finchelstein, Fascismo trasatlántico…, op. cit., p. 241-245, 255.

27  Federico Finchelstein, Orígenes ideológicos…, op. cit., p. 139-196, 259-320.

28  Dans cette perspective, il faut mentionner le texte bien antérieur d’Emilio Gentile, « L’emigrazione italiana in Argentina nella politica di espansione del nazionalismo e del fascismo, 1900-1930 », Storia contemporanea, no 17, 1986, p. 355-396.

29  Force est de constater que ces domaines sont entrelacés : leur différenciation vise à organiser la présentation des travaux en question.

30  Lire, parmi d’autres travaux : Eugenia Scarzanella (dir.), Fascistas en América del Sur, Buenos Aires, FCE, 2007, en particulier les chapitres d’Eugenia Scarzanella, « El fascismo italiano en la Argentina : al servicio de los negocios », p. 167-248, Camilla Cattarulla, « Qué le diría a Mussolini si tuviese la oportunidad de hablarle ? Una encuesta para Il Mattino d’Italia », p. 249-285, et Vanni Blengino, « La marcha sobre Buenos Aires (Il Mattino d’Italia) », p. 287-323 ; Leticia Prislei, Los orígenes del fascismo argentino, Buenos Aires, Edhasa, 2008 ; María Victoria Grillo, « Creer en Mussolini. La proyección exterior del fascismo italiano (Argentina, 1930-1939) », Ayer, no 62, 2006, p. 231-256 ; Laura Fotia et Bruno Cimatti, Un periódico « fascista », op. cit. ; Laura Fotia, Diplomazia culturale e propaganda attraverso l’Atlantico, Argentina-Italia (1923-1940), Milan, Mondadori, 2019.

31  Leticia Prislei, Los orígenes…, op. cit., p. 43-47 ; María Victoria Grillo, « Creer en Mussolini », art. cit., p. 252.

32  Leticia Prislei, Los orígenes…, op. cit., p. 14.

33  Ibid., p. 31-39 ; Laura Fotia et Bruno Cimati, Un periódico « fascista »…, op. cit., p. 49-50 ; María Victoria Grillo, « Creer en Mussolini », art. cit., p. 251-252.

34  Leticia Prislei, Los orígenes…, op. cit., p. 70.

35  Ibid., p. 65 ; Eugenia Scarzanella, « El fascismo italiano… », art. cit., p. 195-203. Vanni Blengino montre comment deux publications totalement opposées du point de vue idéologique, La Fronda (fasciste argentine) et La Vanguardia (socialiste), stigmatisent l’immigration italienne, voir : Vanni Blengino, « La marcha sobre… », art. cit., p. 306-309.

36  Leticia Prislei, Los orígenes…, op. cit., p. 49-50, 84-86.

37  Laura Fotia et Bruno Cimatti, Un periódico « fascista »…, op. cit., p. 100.

38  Ibid., p. 91-97. Selon les auteurs, il existe un décalage entre les discours sur les femmes dans la publication et le degré de participation publique des Italo-Argentines dans la société locale.

39  Lire aussi de Bruno Cimatti, « Sociabilidad, identidad y política. Los fascistas y la noción de italo-argentinidad como generadora de vínculos al exterior de la colectividad italiana », Andes, no 30, 2019 (en ligne).

40  Laura Fotia, « América latina y la Italia fascista, entre displomacia cultural et propaganda », Historiográfica, no 20, 2020, p. 73-94.

41  Laura Fotia, Diplomazia culturale…, op. cit., p. 247.

42  Ibid., p. 239-251.

43  Voir les cas et les discours cités par Finchelstein, notamment les analyses contenues dans les premières pages de son chapitre « Le fascisme découvre l’Amérique » ; Federico Finchelstein, Fascisme trasatlántico…, op. cit., p. 147-192.

44  Laura Fotia et Bruno Cimatti, Un periódico « fascista »…, op. cit., p. 44.

45  Eugenia Scarzanella, « El fascismo italiano… », art. cit., p. 173.

46  Ibid., p. 195.

47  Ibid., p. 197-198. Nous avons déjà signalé que la question antisémite émerge de façon nette dans les pages du journal depuis 1938.

48  Ibid., p. 202-203.

49  Ibid., p. 203.

50  Expression de Benito Mussolini pour définir le caractère mobile de sa formation politique : « nous sommes une minorité et nous ne nous proposons pas d’être nombreux […]. Nous sommes une formation de combat et nous sommes aussi les gitans de la politique italienne », discours à Crémone du 5 septembre 1920, cité par Emilio Gentile, El fascismo y la marcha sobre Roma. El nacimiento de un Régimen, Buenos Aires, Edhasa, 2014, p. 35 (version originale : E subito fu regime. Il fascismo e la marcia su Roma, Rome-Bari, Laterza, 2012).

51  Lire le très récent ouvrage de Didier Musiedlak, La marche sur Rome, entre histoire et mythe, Paris, Sorbonne Université Presses, 2022.

52  Lire, par exemple, Enrique Zuleta Álvarez, El nacionalismo…, op. cit., p. 123-124 ; Fernando Devoto, Nacionalismo, fascismo…, op. cit., p. 161-162.

53  Leopoldo Lugones, Acción, Buenos Aires, De Martino, 1923, p. 19.

54  Ibid., p. 45-46.

55  Ibid., p. 77-80 

56  Suivant l’analyse de Devoto, « Au milieu de l’année 1923, le célèbre poète et écrivain argentin Leopoldo Lugones donne une série de conférences, qui seront bientôt publiées sous forme de livre. Des membres de l’élite de Buenos Aires des deux sexes, civils et militaires, y entendent que l’avenir a deux visages, celui de Lénine ou celui de Mussolini, et qu’il faut soutenir et imiter le second – ce qui n’est rien d’autre que la reprise de ce qu’il avait déjà écrit en septembre 1922 (avant la marche sur Rome) dans l’un des principaux journaux argentins », Fernando Devoto, « Fascisme(s) : mots, usages, analogies. Un commentaire », Politika, 2020 (en ligne).

57  Fernando Devoto, « Acerca de un nacionalista… », art. cit., p. 22-21. La polémique ne concerne pas que la réception sociale du discours de Lugones, mais il s’agit également (même si ce n’est pas déconnecté du premier argument) de propositions « fascistes » qui peuvent être interprétées comme insolentes concernant le rôle de l’armée… ce que Lugones s’occupe lui-même de dissiper à titre d’ « avertissement » dans l’édition de ses conférences : Leopoldo Lugones, Acción, op. cit., p. 5.

58  Si la marche sur Rome est une commémoration bien présente chez les Italo-Argentins fascistes au cours des années 1930, les travaux convergent pour faire de la campagne militaire en Éthiopie le moment patriotique central de la commémoration de l’arrivée de Mussolini au pouvoir ; lire : Leticia Prislei, Los orígenes…, op. cit., p. 56 ; Eugenia Scarzanella, « El fascismo italiano… », art. cit., p. 231-232.

59  Ibid., p. 57-64.

60  Ibid., p. 65. La guerre d’Éthiopie suppose un nouveau scénario complexe en termes de politique internationale et d’intérêts économiques car l’Argentine de l’époque garde de bons rapports avec l’Angleterre, secouée par la décision militaire du Duce.

61  Lire l’analyse d’Olga Echeverría, « El surgimiento y la diversificación de las derechas de Argentina y de Uruguay en la primera mitad del siglo xx », Nuevo Mundo/Mundos Nuevos, octobre, 2017 (en ligne).

62  Marianne González-Alemán, « La marche sur Buenos Aires de 1935. Fraude électorale et mobilisation de masse au temps de la crise de la démocratie », Vingtième siècle, no 129, 2006, p. 109-121.

63  Ibid., p. 113.

64  Ibid., p. 120.

65  Siège du gouvernement argentin.

66  « En su visita a la Argentina, el periodista Herbert Matthews, del “New York Times”, se formuló la misma pregunta que todos se han hecho frente al peronismo : Se trata de un nuevo fascismo ? Matthews enumera muchas analogías ; la marcha sobre Buenos Aires, las apariciones teatrales en el balcón de la Casa rosada, el himno de los “Muchachos peronistas” como sustituto criollo de la “Giovinezza”, el uso del título “líder” correspondiente al de Duche, y ciertos hechos fundamentales de la política, como la expedición de la Carta de los Derechos del Trabajo que recuerda inmediatamente la Carta del Lavoro, la campaña por la independencia económica que es como la autarquía de Mussolini, su grito de “Ni Moscú ni Wall Street” que hubiera podido ser una divisa para Mussolini », Germán Arciniegas, Entre el miedo y la libertad, Buenos Aires, Sudamericana, 1956, p. 81. Pour rappel, Arciniegas est un homme politique et journaliste colombien ; il n’est pas anodin de préciser qu’Arciniegas saisit la particularité péroniste dans la perspective de l’histoire politique du pays, certains de ses aspects étant, pour lui, plus conformes au point de vue de Staline qu’à celui de Mussolini : ibid., p. 93. En relation à la figure de Matthews, correspondant du New York Times en Argentine, lire : Nicolás Quiroga, « El corresponsal como antropólogo. Visiones del peronismo en el New York Times, 1945-1955 », Jornadas del departamento de Historia, Mar del Plata, 2009.

67  Samuel Amaral, « El líder y las masas : fascismo y peronismo en Gino Germani », Documentos de trabajo del CEMA, no 371, 2008 (en ligne).

68  Ibid., p. 15.

69  Samuel Amaral, El movimiento nacional-popular. Gino Germani y el peronismo, Sáenz Peña, UNTREF, 2018.

70  Humberto Cucchetti, El simbolismo religioso y la construcción de la conciencia política en Argentina (1943-1955). Religión y política en el peronismo, Buenos Aires, Flacso, 2004.

71  Claudio Panella, « La Vanguardia y el surgimiento del peronismo (1943-1945) », Anuario del Instituto de Historia Argentina, no 4, 2004, p. 143-159.

72  Ibid., p. 156-157.

73  Emanuel Correa, « Socialistas, comunistas y trotskistas ante el 17 de octubre de 1945 », X Jornadas de Sociología, Facultad de Ciencias Sociales, UBA, 2013.

74  Ce qui ne veut pas dire que les groupes et les idées fascistes aient disparu dans la deuxième partie du siècle passé. Leur survivance reste groupusculaire, ou mélangée à d’autres discours et causes politiques.

75  Cristian Buchrucker, Los nostálgicos del Nuevo Orden europeo y sus vinculaciones con la cultura política argentina, Buenos Aires, CEANA/Ministerio de Relaciones exteriores y Culto, 1999.

76  Federica Bertagna, La inmigración fascista en la Argentina, Buenos Aires, Siglo veintiuno editores, 2007.

77  Loris Zanatta, Breve historia del peronismo clásico, Buenos Aires, Sudamericana, 2009.

78  Par exemple, ceux de l’historien Federico Finchelstein. Lire la critique de Federica Bertagna relative à ce type d’approche : « Miradas desde la Italia fascista sobre la Argentina de los años treinta », Nuevo Mundo/Mundos Nuevos, 2020 (en ligne).

79  Robert Paxton, Anatomía del fascismo, Barcelone, Península, 2005 (2004 pour l’édition originale), p. 33. Référence incontournable dans la thématique ; nous renvoyons aussi au célèbre historien Renzo de Felice ; lire, par exemple, Entrevista sobre el fascismo, Buenos Aires, Sudamericana, 1979 (1972 pour l’édition originale).

80  Malgré les affinités existant entre catholiques et nationalistes, le catholicisme argentin de l’époque, inscrit dans une démarche « intégrale », cherche à préserver son identité singulière. Cela renvoie à la question de l’intransigeantisme catholique et de la primauté de Rome, thématique chère à Émile Poulat : lire, par exemple, Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel [1977], Paris, Berg International, 2006. Même si la catégorie de catholicisme intégral appliquée au cas argentin a présenté des réductionnismes interprétatifs, elle reste valable pour comprendre les caractéristiques spécifiques du mouvement catholique argentin depuis les années 1930 et dans une bonne partie du siècle passé.

81  Federico Finchelstein, Fascismo transnational…, op. cit., p. 17-38.

82  Ibid., p. 299-310.

83  Federico Finchelstein, Orígenes ideológicos…, op. cit., p. 28-29, 34-35, 259, 276, 280-285, 336. D’autres travaux signalent d’autres dynamiques historiques pour aborder la dernière dictature, tant du point de vue de ses fondements idéologiques (plus proches du libéral-conservatisme) que du point de vue des logiques répressives de l’élite militaire : Martín Vicente, De la refundación al ocaso. Los intelectuales liberal-conservadores ante la última dictadura, La Plata, FAHCE, 2015 ; Esteban Pontoriero, La represión militar en la Argentina, La Plata, FAHCE, 2022 ; Paula Canelo, La política secreta de la última dictadura argentina (1976-1983), Buenos Aires, Edhasa, 2016.

84  Lire les travaux de Flavia Fiorucci et José Bustamante Vismara (dir.), Palabras claves en la historia de la educación argentina, Buenos Aires, UNIPE, 2019 ; et notamment Lilia Ana Bertoni, Patriotas, cosmopolitas y nacionalistas : la construcción de la nacionalidad argentina a fines del siglo xix, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2001.

85  Samuel Amaral, Perón presidente. Las elecciones del 24 de febrero de 1946, Sáenz Peña, UNTREF, 2018.

86  Ibid., p. 51.

87  Ibid., p. 646-654.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Humberto Cucchetti, « Du fascisme argentin au nazi-fascisme péroniste. Retour sur des controverses académiques, état des lieux et approches empiriques »Cahiers de la Méditerranée, 107 | 2023, 165-181.

Référence électronique

Humberto Cucchetti, « Du fascisme argentin au nazi-fascisme péroniste. Retour sur des controverses académiques, état des lieux et approches empiriques »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 107 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17617 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x4y

Haut de page

Auteur

Humberto Cucchetti

Humberto Cucchetti est chercheur à l’Institut de Estudios Históricos-CONICET (-Argentine), professeur à l’Université de Tres de Febrero (Buenos Aires) ; il a soutenu une HDR à la Sorbonne Université et est ancien résident à l’Institut d’Études avancées de Paris (IEA). Il a notamment publié Servir Perón. Trajectoires de la Garde de Fer, Rennes, PUR, 2013, et Au nom du Peuple ?, Paris, Cavalier Bleu, 2021, avec Alexandre Dézé et Emmanuelle Reungoat.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search