Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Comptes-rendusFrancesca Irene Sensini et Christ...

Comptes-rendus

Francesca Irene Sensini et Christian Del Vento (éd.), Ugo Foscolo tra Italia e Grecia : esperienza e fortuna di un intellettuale europeo, Milan-Udine, Mimesis, 2020, 451 p.

Gilles Bertrand
p. 185-187

Texte intégral

1Ce volume qui nous est offert en italien sous le titre de Ugo Foscolo tra Italia e Grecia (« Ugo Foscolo entre l’Italie et la Grèce ») n’intéressera pas seulement les spécialistes de littérature italienne et ceux de Foscolo en particulier. S’il apporte des informations inédites sur le processus créateur de l’écrivain, qui réjouiront les littéraires, il inscrit aussi les enjeux d’écriture au sein de questionnements sur les contemporains et continuateurs de Foscolo, parfois binationaux ou exilés comme lui, et sur son époque, entre le temps des Lumières et celui de l’éclosion des nations. Le sous-titre « Expérience et réception d’un intellectuel européen » suggère que les vingt-quatre contributions (et vingt-cinq contributeurs) du livre visent à placer la diversité des ancrages culturels et nationaux de Foscolo dans une perspective élargie. La réflexion bénéficie de l’apport de spécialistes de littérature italienne et de philologie « classique » ou « romane », mais également de comparatistes, de linguistes, d’hellénistes et de latinistes, d’archéologues, d’historiens de l’Antiquité et des époques médiévale, moderne et contemporaine, s’occupant de Venise, de l’Italie ou des relations entre la Grèce et l’Italie. Les auteurs ont été formés et travaillent en Italie, en Grèce, en France ou en Suisse. Par la pluralité de leurs regards, ils développent une méthode à la fois interdisciplinaire et interculturelle qui fait la force et l’originalité de l’ouvrage.

2Il faut rendre hommage à Francesca Irene Sensini pour avoir recueilli ce riche matériau. Italianiste formée entre Gênes, Paris et Nice, rompue à une approche comparatiste entre les littératures classique, italienne et germanique, elle présente avec efficacité le contenu du volume dans une introduction que complètent de très utiles index des noms propres, résumés et biographies des contributeurs. Christian Del Vento, spécialiste de Foscolo et d’Alfieri, a appuyé fermement cette entreprise à laquelle ont financièrement et intellectuellement contribué, en plus de l’université de Nice, celles de la Sorbonne Nouvelle et de Gênes.

3La construction du livre procède en trois sections dont la première est intitulée « Réceptions croisées ». Quatre des six contributions qui la composent interrogent les interconnexions, au niveau des modalités d’écriture, entre la poésie foscolienne et des auteurs grecs du xixe siècle, natifs comme Foscolo de Zante, mais deux décennies plus tard alors que l’empire vénitien s’écroule (Andreas Kalvos, Dionysos Solomós). Les deux derniers chapitres de la section se penchent sur les relations qui ont uni à Foscolo, d’une part l’homme de lettres gréco-italien Mario Pieri, né à Corfou deux ans avant lui et oscillant entre l’admiration et la jalousie à son égard, d’autre part la grande spécialiste grecque de Foscolo au xxe siècle que fut Marietta Giannopulu-Minotu.

4Dans la seconde section consacrée à « Foscolo et la Grèce classique », neuf contributeurs partent à la recherche du référent grec dans l’œuvre de Foscolo, des Istruzioni politico-morali (1798) ancrées dans le militantisme de la République Cisalpine aux Dernières lettres de Jacopo Ortis (1re éd. 1802), du commentaire sur La Chioma di Berenice traduite de Callimaque (1803) au poème Dei sepolcri (1807), de sa première tragédie Tieste (1797) à la tragédie Ajax (1811), elle-même nourrie de sa traduction de l’Iliade. Les ombres d’Homère, de Sophocle mais aussi de Plutarque planent sur cette partie de l’ouvrage unifiée par la hantise du héros défait et vaincu, incarnant aux yeux de Foscolo la crise de l’intellectuel et la difficulté de survivre aux rêves de sa propre époque. Un sort est réservé aux œuvres grecques amassées dans sa fragile bibliothèque londonienne, vouée à la dispersion de son vivant même, mais non sans qu’il ait médité une anthologie des poètes grecs depuis Sappho, publiée en 1823 dans un appendice de ses essais sur Pétrarque.

5Enfin, l’actualité des combats pour la nation grecque entre le congrès de Vienne et l’indépendance proclamée en 1830, trois ans après la mort de Foscolo à Londres, irrigue une troisième section sur « Foscolo philhellène ». Les neuf contributions présentent ici le contexte de l’activisme paradoxal de Foscolo, exilé à Londres dans les années où se nouent des événements décisifs pour le sort de la Grèce. Elles mettent en lumière des réseaux épistolaires complexes entre le réfugié devenu « anglais » et ses correspondants en Grèce ou en Italie, dressent le portrait de philosophes, poètes, historiens ou peintres opérant dans les îles Ioniennes, interrogent le silence de Foscolo sur la révolte grecque de Parga en 1819 qui ne l’empêche pourtant pas de s’intéresser au sort de l’Albanie dans un article de l’Edinburgh Review paru la même année. Face à l’éloignement géographique de l’auteur de l’Ortis – sur lequel fait assez étrangement retour l’ultime des contributions, consacrée à la lettre de Vintimille insérée dans l’édition de 1802 – se précisent les contours de la révolution autour de figures philhelléniques comme celle du comte piémontais Giacinto Provana di Collegno au milieu des années 1820, puis l’horizon d’une Grèce qui, dans la suite du xixe siècle, est devenue la patrie des héros de son indépendance, en mesure d’accueillir ceux qui recherchent une rédemption morale tel le personnage de Luciano Altoviti dans les Confessions d’un Italien d’Ippolito Nievo (1867).

6Par-delà les dates phares qu’il ne manque pas de souligner (1798, 1803, 1821…), cet ouvrage se distingue sur plusieurs thèmes. En premier lieu, il nous rend sensible aux « multiples patries » de Foscolo, qui tantôt renvoient à ses diverses identités, tantôt à son « identité disloquée et fragmentée » (p. 11), écartelée entre la Grèce, Venise, l’Angleterre, voire la Cisalpine et la Suisse, trouvant à la fin de sa vie une forme de réconciliation dans le statut de « ionien » (p. 277) revendiqué alors qu’il est exilé à Londres. Son contemporain Mario Pieri a lui aussi montré comment la bi-nationalité se vit douloureusement, avec le sentiment coupable d’avoir abandonné sa famille et les biens familiaux.

7Si les îles Ioniennes peuvent devenir le lieu de l’identification ultime, avec leurs particularismes, la recherche de la Grèce passe cependant en second lieu par l’appropriation d’autres espaces, réels, comme l’Albanie toute proche, ou bien mythiques et surtout forgés dans la relation intime avec une mémoire de la culture et de la langue grecques. Dans son commentaire de la Chevelure de Bérénice (La Chioma di Berenice) de Callimaque, Foscolo se trempe en 1803 dans ses racines grecques autant qu’avec l’Ajax de 1811. Cette quête du classicisme antique est partagée par nombre de ses contemporains au tournant des Lumières mais elle acquiert avec Foscolo un accent personnel. Se voulant fidèle à la langue et à la pensée d’Homère, l’auteur des Sepolcri tente d’articuler entre elles les traditions grecque, latine et italienne.

8En troisième lieu gravitent autour de Foscolo – et ce livre le montre fort bien – une multiplicité de personnalités dont certaines, même contemporaines, n’ont pas toujours eu un rapport facile avec lui. Des contemporains qui ont bien connu Foscolo attestent de ce climat de fermentation intellectuelle, politique et morale reliant la Grèce à l’Italie, comme Luigi Lamberti, Giovanni Capodistria, Pieri, Jacovakis Rizos Neroulós, Andrea Mustoxidi, Nikólaos Pikkolos ou Emilio De Tipaldo. Des figures plus ou moins postérieures à Foscolo s’inscrivent dans son sillage sous des signes divers et contradictoires, comme Kalvos qui transpose dans la langue néo-grecque les rythmes de l’italien littéraire, Solomós qui développe le mythe foscolien de l’exil, Nievo qui caricature et démythifie le suicide de l’Ortis dans les Confessions. D’autres appréhendent avec plus de recul son œuvre, comme Marietta Giannopulu-Minotu. Sans oublier les deux pôles que représentent d’un côté les auteurs de la Grèce antique et les héros de la mythologie, de l’autre côté l’engagement de personnages qui, à l’instar de Provana di Collegno, se sont engagés physiquement pour l’indépendance et la renaissance de la Grèce.

9La très légère baisse de régime dans certains articles, les rares irrégularités dans la présentation des citations et la densité érudite appuyée sur des notes parfois longues ne doivent nullement décourager le lecteur non averti. Ce volume apporte beaucoup à notre connaissance d’un pan de l’histoire de l’Europe méridionale où les lettres ont à la fois témoigné des impasses d’un moment d’histoire et agi comme une force active, capable de la faire avancer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bertrand, « Francesca Irene Sensini et Christian Del Vento (éd.), Ugo Foscolo tra Italia e Grecia : esperienza e fortuna di un intellettuale europeo, Milan-Udine, Mimesis, 2020, 451 p. »Cahiers de la Méditerranée, 107 | 2023, 185-187.

Référence électronique

Gilles Bertrand, « Francesca Irene Sensini et Christian Del Vento (éd.), Ugo Foscolo tra Italia e Grecia : esperienza e fortuna di un intellettuale europeo, Milan-Udine, Mimesis, 2020, 451 p. »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 107 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17663 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x4z

Haut de page

Auteur

Gilles Bertrand

Université Grenoble Alpes
LUHCIE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search