Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Comptes-rendusHélène Blais, L’Empire de la Natu...

Comptes-rendus

Hélène Blais, L’Empire de la Nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin xviiie siècle - années 1930), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023, 380 p.

Léonie Boissière
p. 189-191

Texte intégral

  • 1  Alfred Crosby, Ecological Imperialism. The Biological Expansion of Europe, 900-1900, Cambridge, Ca (...)
  • 2  Hélène Blais, Voyages au Grand Océan. Géographies du Pacifique et colonisation, 1815-1845, Paris, (...)

1Depuis les travaux d’Alfred Crosby, il est impossible de penser le concept d’ « impérialisme » sans les politiques d’exploitations de la nature mises à son service1. Professeure d’histoire contemporaine à l’École normale supérieure (Paris), Hélène Blais explore, depuis sa thèse soutenue en 2000, l’histoire des Empires au travers d’une histoire des savoirs et de l’environnement, à partir des espaces pacifiques et méditerranéens2. En 2023, l’autrice entreprend une réflexion à l’échelle globale dans L’Empire de la nature. Son but est de montrer les liens indissociables entre les Empires coloniaux et les jardins botaniques. Il s’agit d’abord de dégager les héritages impériaux de ces institutions puis d’envisager les jardins comme outils d’une « économie botanique » (p. 221), c’est-à-dire considérer la nature comme une ressource exploitable devenant rentable. Lieux pratiqués, les jardins sont aussi présentés à travers une histoire sociale centrée sur leurs acteurs, allant des ouvriers aux directeurs. Dans son introduction, l’autrice souligne le rôle déterminant des jardins dans la construction et la déconstruction d’une « culture coloniale » (p. 54). Les jardins botaniques sont ici étudiés sur un temps long allant de 1780 au xxe siècle.

2La première partie de l’ouvrage remonte tout d’abord jusqu’aux origines des jardins botaniques coloniaux à travers les modèles du jardin islamique et du jardin du Paradis biblique mêlant des objectifs sacrés et matériels. L’autrice poursuit par l’étude des jardins universitaires de la Renaissance, destinés aux cultures de plantes médicinales, tels que Padoue, Pise et Leyde (p. 20). À l’inverse des jardins universitaires, les jardins botaniques coloniaux sont présentés comme des escales traversées par des échanges de biens et de savoirs. Ici, les jardins, comme institutions « civilisatrices », légitiment les expansions territoriales des États coloniaux, dont la volonté est de classifier et de maîtriser la nature pour assurer un gain économique. Les jardins sont aussi abordés en tant qu’entreprises coûteuses. Ensuite, la focale se centre sur les jardins en « réseaux » soutenus par des logiques de dons-contres dons. Ce chapitre se caractérise également par deux études de cas de jardins métropolitains : le Jardin des Plantes de Paris, créé en 1626 et Kew Gardens, fondé en 1759 (p. 51-61). Ces exemples démontrent une première entreprise d’appropriation savante et politique d’une nature « exotique ». Une appropriation rendue possible par la formation d’agents et par les projets de nominations ou d’acclimatations, c’est-à-dire l’adaptation d’un spécimen vivant à un environnement différent de son milieu originel. La seconde action d’appropriation est traitée par l’exemple du jardin de Buitenzorg dans la colonie néerlandaise de Java. Crée en 1816, ce jardin est emblématique des préoccupations des naturalistes mettant « leur science au service du projet colonial » (p. 55). En 1900, Buitenzorg est un pôle majeur de réception et de distribution du savoir botanique. La démarche multiscalaire, entre centres et périphéries, offre une vision globale des jardins botaniques coloniaux.

3La seconde partie est une histoire visuelle des jardins. Lieux d’exposition, de telles institutions engendrent des aménagements et une importante emprise spatiale. Tout d’abord, dans les jardins, la nature nouvellement agencée, et donc maîtrisée, annoncerait un territoire conquis, idée structurant la culture coloniale. Une telle dépossession du territoire est démontrée par le jardin d’Alger en 1832. Jugeant ces parcelles fertiles et irrigables, l’administration coloniale française exproprie une partie de la population « pour cause d’utilité publique » ou au nom du « souci de la nature » (p. 94-96). Cette conquête du territoire va jusqu’à la négation des savoirs agricoles précoloniaux. Ensuite, Hélène Blais traite le rapport des jardins aux villes pour démontrer un « modèle du jardin urbain ». L’accessibilité de ces lieux d’utilité publique est pensée en fonction des pratiques urbaines. Les jardins deviennent donc des lieux de promenades fantasmés pour leurs paysages pittoresques et exotiques. Hélène Blais les présente aussi comme des espaces politiques et de sociabilités où sont impliquées des élites coloniales. Enfin, l’autrice s’attache à porter sur les jardins un éclairage réglementaire en étudiant la « police des jardins », et sa mise en œuvre par les gardiens (p. 157). Entre débordements et vols, le souci d’encadrer le public des jardins devient évident. Les jardins sont donc aussi des lieux de contrôle social.

4La troisième partie du livre prolonge cette présentation générale des jardins, en les appréhendant comme lieux de savoir. Une typologie définit d’abord les jardins par leur fonction : des lieux de « production », pépinières ou serres, puis des lieux « d’archivages et de conservations », bibliothèques ou musées, et enfin des lieux de « transmissions » et d’apprentissage. Ici, l’autrice propose une sociologie des acteurs des jardins, allant des jardiniers aux directeurs. Les femmes sont aussi mises en avant, notamment Louise Atkinson collecteuse de plantes dans les Blue Mountains et correspondante du jardin de Melbourne en 1834-1874 (p. 182). Marqué par de fortes hiérarchies, le fonctionnement d’une telle communauté hétéroclite prouve l’articulation entre savoirs et pouvoirs dans les Empires. Lieux d’apprentissage, les jardins sont des espaces où dialoguent des savoirs locaux et européens. L’ouvrage se concentre ensuite sur les objets du savoir agronomique et botanique : catalogues de plantes et herbiers. Cette activité savante est aussi envisagée comme partie intégrante d’une « économie botanique ». Le cas de Tunis est mobilisé pour mettre en évidence la fin d’un « modèle » botanique. En 1913, le jardin de Tunis est un outil d’agriculture et d’apprentissage. Dévoreuse d’hommes, la guerre réduit l’activité du jardin au point d’être oublié. Un oubli qui entraîne la vente du jardin par la municipalité en 1925 (p. 240). L’autrice prouve ainsi que les jardins botaniques coloniaux appartiennent exclusivement à un « moment colonial » et ne font pas l’objet d’un réinvestissement post-colonial.

5La dernière partie est consacrée à une histoire économique des jardins. Lieux de production, ces « entreprises coloniales » exploitent des ressources naturelles. Les projets d’acclimatations se situent ainsi entre « savoir et politique économique ». Ces programmes concernent, d’une part, l’envoi de spécimens vers les métropoles et réciproquement – ici, les tropiques sont rendus plus européens, et l’Europe plus exotique. D’autre part, l’acclimatation, qui est au centre d’un projet mercantiliste. Le cas de l’Eucalyptus Globulus témoigne de cette vaste entreprise. Entre 1857 et 1873, Ferdinand von Muller, directeur du jardin de Melbourne, contribue à diffuser cette espèce en Europe, en Algérie et en Amérique. Les vertus médicinales de l’arbre incitent à son introduction dans les zones à malaria, notamment en 1862 à Alger. En 1870, 100 000 arbres sont alors plantés en Algérie (p. 260). L’Eucalyptus Globulus est aussi exploité pour son bois dans l’industrie forestière, notamment au Brésil et à la Réunion. Succès colonial, l’introduction de végétaux rentables est rendue possible par des progrès techniques, c’est-à-dire par l’usage de serres ou de pépinières. Les jardins sont donc des lieux d’exploitation intensive. Enfin, Hélène Blais aborde une histoire environnementale des mondes du travail. Usines vertes, les jardins sont traversés par les mondes ouvriers. L’autrice lève d’ailleurs le voile sur le travail des enfants à partir du cas de Hope Gardens en Jamaïque. Main-d’œuvre docile, ces enfants ouvriers sont employés au jardin de 6 h 30 du matin à 17 h (p. 319). Sans droit du travail ni de réelle rémunération, cette main-d’œuvre du jardin est longtemps invisible.

6Véritable réussite, ce livre offre une histoire totale des jardins, permise par une multitude de sources. Il faut souligner la présence d’illustrations en couleur qui mettent en valeur la réflexion de l’autrice (p. 176-177). La présence d’une annexe sur la création de jardins botaniques coloniaux fournit également d’intéressantes précisions. Dans cet ouvrage, sciences et politiques dialoguent au travers de nombreux exemples témoignant d’une histoire des jardins multiforme.

Haut de page

Notes

1  Alfred Crosby, Ecological Imperialism. The Biological Expansion of Europe, 900-1900, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

2  Hélène Blais, Voyages au Grand Océan. Géographies du Pacifique et colonisation, 1815-1845, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 2005, p. 352.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léonie Boissière, « Hélène Blais, L’Empire de la Nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin xviiie siècle - années 1930), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023, 380 p. »Cahiers de la Méditerranée, 107 | 2023, 189-191.

Référence électronique

Léonie Boissière, « Hélène Blais, L’Empire de la Nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin xviiie siècle - années 1930), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023, 380 p. »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 107 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17668 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x50

Haut de page

Auteur

Léonie Boissière

Université Côte d’Azur
Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search