Navigation – Plan du site

AccueilNuméros107Comptes-rendusEnrico Serra, De la discorde à l’...

Comptes-rendus

Enrico Serra, De la discorde à l’entente : Camille Barrère et l’Italie (1897-1924), Paris, Ministère des Affaires étrangères et de l’Europe - CTHS - École nationale des Chartes, 2023, 368 p.

Christophe Poupault
p. 193-197

Texte intégral

  • 1  Enrico Serra, Camille Barrère e l’intesa italo-francese, Milan, A. Giuffrè, 1950.

1Enrico Serra, historien italien des relations internationales décédé en 2007, avait publié en 1950 une étude pionnière sur Camille Barrère (1851-1940) et l’entente franco-italienne qui n’avait jamais été traduite1. Grâce à ce livre, les lecteurs pourront désormais apprécier en français cette recherche très éclairante sur l’œuvre du diplomate qui détient le record de longévité à un poste d’ambassadeur. Nommé à Rome à la fin de l’année 1897, il y a représenté la France jusqu’en 1924, année de son départ à la retraite. Son action a été décisive pour le rapprochement franco-italien : alors que l’Italie était membre de la Triple Alliance aux côtés de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie, il a œuvré à une entente qui a abouti aux accords de 1900 et 1902, à la neutralité de 1914, puis à l’entrée en guerre en 1915 dans le camp de l’Entente. Barrère a ainsi été un témoin privilégié de l’évolution des relations entre les « deux sœurs latines » pendant plus d’un quart de siècle.

2Cette traduction et publication est d’abord une entreprise collective présentée dans les appendices qu’il semble utile de lire, une fois n’est pas coutume, avant de commencer l’ouvrage. Une brève notice biographique évoque d’abord la carrière d’Enrico Serra et son rôle actif dans la création du Comité italo-français d’études historiques avec son ami Jean-Baptiste Duroselle. Ensuite, deux contributions exposent les origines de l’ouvrage, l’intérêt de la recherche et les principaux enseignements de l’ambassade Barrère en Italie : la première de l’académicien et diplomate Maurizio Serra, fils d’Enrico Serra, et la seconde de Maurice Vaïsse. Initialement, c’est ce dernier qui avait reçu des mains de Jean-Baptiste Duroselle la version originelle de la traduction du livre d’Enrico Serra avec pour mission de terminer le travail et de le publier. Cette vaste besogne n’avait pu se concrétiser et ne l’a été que grâce à la détermination d’Alessandro Giacone et de Maurizio Serra, assistés d’Anthony Crézégut et d’Étienne Santiard. Une dernière contribution est due à Gilles Ferragu qui avait soutenu en 1999 à l’université de Paris X-Nanterre, sous la direction de Philippe Levillain, une thèse de doctorat sur Barrère et le rapprochement franco-italien jusqu’en 1914. Lui-même avait rencontré Enrico Serra au début de ses recherches. Gilles Ferragu rappelle les principales étapes de la carrière du diplomate et commente les archives françaises et italiennes aujourd’hui accessibles pour étudier la mission Barrère. Si Enrico Serra n’avait pas toutes ces sources à disposition, il ne s’est pas pour autant contenté, dans son livre, des rapports officiels mais a aussi analysé, en particulier, les mémoires et souvenirs des témoins et acteurs de la vie politique et diplomatique.

3L’ouvrage commence par la préface de 1950, sous la plume du ministre des Affaires étrangères Carlo Sforza. Douze chapitres permettent ensuite de suivre le cheminement de la carrière de Barrère et son action en faveur de l’entente franco-italienne. Le chapitre I s’intéresse à sa formation et à l’état des rapports bilatéraux au moment de son arrivée au palais Farnèse. Fils d’un républicain contraint de s’exiler en Angleterre après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, Barrère passe son enfance et sa jeunesse outre-Manche, avant de revenir en France en 1870. Engagé dans la Commune, il reprend le chemin de l’exil en Angleterre. En 1878, envoyé spécial du Times au congrès de Berlin, il rencontre Waddington, ministre des Affaires étrangères, qui remarque sa profonde connaissance des affaires internationales. C’est ce dernier qui précipite son retour en France et facilite son entrée à La République française, le journal de Gambetta, où Barrère fait la connaissance de Gabriel Hanotaux et Théophile Delcassé. Serra se questionne longuement sur l’influence qu’exerça Gambetta sur le futur diplomate mais son analyse de la documentation à disposition rend ses conclusions partielles. Quoi qu’il en soit, c’est Gambetta qui fait entrer Barrère dans la carrière en le nommant en 1880 délégué à la Commission du Danube. Barrère occupe ensuite plusieurs fonctions diplomatiques au Caire, en Suède, à Munich où il se confronte aux rapports franco-allemands et aux problématiques de la Triple Alliance, puis en Suisse. En décembre 1897, il est nommé ambassadeur à Rome. Les rivalités coloniales, commerciales et diplomatiques sont alors nombreuses entre la France et l’Italie, en dépit du sentiment très fort d’être issu d’une même civilisation.

4Enrico Serra explique dans le chapitre II le tournant amorcé en 1896, après l’ère Crispi, grâce à l’arrivée à la Consulta du marquis Emilio Visconti Venosta, en poste presque sans interruption jusqu’en 1901. Dans sa nouvelle fonction, celui-ci n’abandonne pas les engagements de son pays dans la Triple Alliance mais ne les juge pas non plus incompatibles avec de meilleures relations avec la France. Sa politique amorce un rapprochement que l’arrivée de Barrère à Rome permet d’approfondir, parallèlement à l’action de Giuseppe Tornielli, ambassadeur d’Italie à Paris de 1895 à 1908. Barrère souhaite prendre des initiatives et pas simplement exécuter des ordres. Contrairement à ses prédécesseurs, il a une véritable politique. Son amitié avec Delcassé, ministre des Affaires étrangères de 1898 à 1905, lui donne une grande autonomie, « une indépendance rare dans l’histoire diplomatique » (p. 62). Si le contexte est favorable, avec la bonne disposition de Visconti Venosta, Delcassé et Luigi Luzzatti, le ministre italien des Finances, Serra assure que la force de Barrère est d’avoir compris que le rapprochement avec l’Italie ne pouvait pas avoir comme unique base la dénonciation de la Triplice, même si l’objectif demeurait. Il fallait procéder par étape en trouvant des accords précis dans des domaines de frictions avant d’offrir au gouvernement italien une contrepartie adaptée, c’est-à-dire une véritable alliance avec la France et la Russie.

5Au fil des pages, on découvre que Barrère est un diplomate obstiné, « avisé » (p. 137), doué d’un « flair remarquable » (p. 57), d’une grande force de travail et sachant faire « preuve de modération » ou « d’une remarquable efficacité » lors des périodes de tensions (p. 235). Il est aussi un « communicateur chevronné » (p. 316). Son « tempérament fougueux et nerveux » (p. 307) apparaît à plusieurs reprises, de même que son habileté. Serra souligne en outre son « réalisme substantiel et une capacité diplomatique hors du commun » (p. 58). Barrère s’implique, commente tout, agit dans toutes les directions et prend constamment en compte l’opinion publique italienne.

6Après l’accord franco-britannique de 1899 qui marque le début du rapprochement entre Paris et Londres, le gouvernement de Rome décide de négocier directement avec la France pour assurer son influence en Tripolitaine sur la base de la reconnaissance du Maroc pour la France qui se désintéresserait alors de la Libye. L’échange de notes entre Barrère et Visconti Venosta le 4 janvier 1901 – datées en réalité de décembre 1900 – formalise l’accord : si la France s’engage au Maroc, l’Italie pourra pénétrer en Tripolitaine (chapitre III). Barrère vient de réussir à annuler la portée méditerranéenne de la Triple Alliance. Il parvient de surcroît en 1902 à limiter l’effet du renouvellement de la Triplice, sans chercher à en détacher l’Italie (chapitres IV et V), en négociant des accords diplomatiques avec Giulio Prinetti, ministre italien des Affaires étrangères sur lequel il a un certain ascendant (p. 112). Ces accords sont consignés dans quatre lettres. Un engagement réciproque de non-agression est paraphé. L’Italie obtient la confirmation de son influence en Tripolitaine.

7Serra montre ensuite comment le rapprochement franco-italien dégrade les relations de la France avec le Saint-Siège. En 1903, Barrère met tout en œuvre pour que le roi Victor-Emmanuel III vienne à Paris rencontrer le président Loubet afin de sceller l’entente (chapitre VI). Les obstacles sont multiples dans les milieux parisiens comme dans l’entourage du pape à cause du non-règlement de la Question romaine. Mais la ténacité de l’ambassadeur paie et il convainc. La visite a lieu en octobre et prouve la « fraternité latine ». En avril 1904, c’est Émile Loubet qui se rend à Rome et les cérémonies sont saluées par l’opinion. L’Allemagne est irritée. Encore une fois, le but n’est pas de détacher l’Italie de la Triplice mais de persuader l’opinion italienne des nécessités d’une entente (p. 146). Pour autant, le nouveau pape Pie X proteste, car rendre visite au roi d’Italie revient à reconnaître la situation italienne. Ce blocage préfigure la rupture des relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège, conjuguée à une multitude de désaccords.

8À partir de la conférence d’Algésiras sur le Maroc lors de laquelle Barrère œuvre pour la nomination de Visconti Venosta comme délégué du royaume, et jusqu’en 1911, l’ambassadeur trouve des compromis et des solutions sur les questions coloniales sans jamais perdre de vue la dimension européenne (chapitres VII et VIII). Il inscrit toujours son action à Rome dans le vaste dessein de la politique française. De même, si le gouvernement italien ne renonce jamais à la Triple Alliance, il privilégie la recherche de la paix, l’entente avec Paris et le rapprochement avec Londres et Moscou. Le traité franco-allemand de 1911 sur le Maroc jette l’Italie dans la guerre de Tripolitaine. Les relations franco-italiennes se tendent en raison d’inquiétudes liées à la Tunisie et à une possible extension de la Triplice en Méditerranée. Cependant, Barrère s’attache à maintenir les accords de 1900 et 1902 tout en adoptant une diplomatie prudente pour défendre les intérêts de la France et la paix (chapitre IX). La Triple Alliance est renouvelée en 1912 et l’ambassadeur s’en accommode parce qu’un détachement de l’Italie aurait rompu l’équilibre européen et posé des difficultés vis-à-vis de l’Autriche-Hongrie. Mais Barrère continue contre elle son travail de sape. Il pèse de tout son poids durant les mois qui suivent pour décider les milieux parisiens à maintenir l’entente avec l’Italie et trouver un accord méditerranéen entre la France, le Royaume-Uni et le gouvernement de Rome (chapitre X). C’est néanmoins un échec.

9La mission Barrère culmine lorsque l’Italie proclame sa neutralité début août 1914, au moment de l’embrasement européen (chapitre X). Le président du Conseil Salandra met en avant le caractère défensif de la Triplice. Enrico Serra assure que cette neutralité est incontestablement l’aboutissement de la grande politique italienne de Barrère qui dans les premières semaines de la guerre met encore tout en œuvre pour freiner les agissements des ambassadeurs allemand et autrichien qui pressent l’Italie d’entrer dans le conflit.

10En avril 1915, le gouvernement italien annonce l’entrée en guerre aux côtés de l’Entente contre la promesse de récupérer les terres irrédentes et d’obtenir des territoires coloniaux (chapitre XI). Barrère a conduit à Rome les négociations, parallèlement à celles de son grand adversaire, le prince de Bülow. Serra insiste sur sa victoire grâce à un soutien de l’opinion publique, contrairement à l’Allemand qui aurait privilégié les milieux aristocratiques et conservateurs. Cette vision, certes partielle, ne doit pas masquer l’obstination de l’ambassadeur français devenu « un maître de la diplomatie ».

11Les négociations d’après-guerre voient naître une forte opposition entre le diplomate et Clemenceau parce que Barrère défend les positions de l’Italie et refuse de renoncer à la rive gauche du Rhin et à la constitution d’un État rhénan, seule garantie à ses yeux de la paix future pour la France (chapitre XII). Après le départ de la délégation italienne de la conférence de Paris en avril 1919, il lutte pour trouver un compromis sur l’Adriatique et propose un plan au Quai d’Orsay qui lui vaut un rappel à l’ordre puisque le gouvernement ne lui a donné aucune instruction. C’est un véritable affront pour le diplomate habitué à une grande autonomie (p. 298). Le thème de la « victoire mutilée » agit puissamment sur les relations franco-italiennes, les deux pays ne se comprenant plus. Dans les derniers mois de sa mission, Barrère assiste à l’arrivée de Mussolini au pouvoir dont il se méfie rapidement. Il quitte Rome en 1924, au moment de la mise en place de la dictature.

12Ce livre très riche, à la traduction impeccable, complété par de belles cartes en couleur placées à la fin et par un index, est plus qu’une biographie. Il est une véritable analyse de l’évolution des rapports franco-italiens de la fin du xixe siècle à l’après-première guerre mondiale. Enrico Serra intègre parfaitement la vision et l’action de Barrère au déroulement de l’histoire. Il montre à maintes reprises que le diplomate joue un rôle dans les relations internationales et n’est pas qu’un simple intermédiaire entre deux gouvernements. L’ouvrage est ainsi une belle œuvre d’histoire diplomatique où les compétences d’historien et de juriste de l’auteur permettent des analyses stimulantes. Pour chaque événement, il expose clairement les contextes et les problématiques, détaille les démarches et les négociations, offrant au lecteur une vision à la fois globale et précise.

13Si Barrère a été pressenti en 1905 et en 1911 pour devenir ministre des Affaires étrangères, ou proposé à plusieurs reprises pour être ambassadeur à Londres, Berlin ou Saint-Pétersbourg, c’est bien à Rome qu’il a marqué son temps.

Haut de page

Notes

1  Enrico Serra, Camille Barrère e l’intesa italo-francese, Milan, A. Giuffrè, 1950.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Poupault, « Enrico Serra, De la discorde à l’entente : Camille Barrère et l’Italie (1897-1924), Paris, Ministère des Affaires étrangères et de l’Europe - CTHS - École nationale des Chartes, 2023, 368 p. »Cahiers de la Méditerranée, 107 | 2023, 193-197.

Référence électronique

Christophe Poupault, « Enrico Serra, De la discorde à l’entente : Camille Barrère et l’Italie (1897-1924), Paris, Ministère des Affaires étrangères et de l’Europe - CTHS - École nationale des Chartes, 2023, 368 p. »Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 107 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/17675 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11x51

Haut de page

Auteur

Christophe Poupault

Université Côte d’Azur, CMMC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search