Navigation – Plan du site
Notes et travaux de recherches

Étienne Famin, « chargé d’affaires américain » à Tunis : entre enjeu identitaire et logique clientéliste (fin xviiie - début xixe siècle)1

Mehdi Jerad
p. 285-304

Résumés

Cet article se veut une contribution à l’histoire des pratiques diplomatiques et marchandes entre la France, la régence de Tunis et les États-Unis durant la dernière décennie du xviiie siècle et la première du siècle suivant. Il aborde la question de la « déchéance de citoyenneté » d’un négociateur français établi à Tunis en période révolutionnaire. Dans cette contribution, nous nous proposons de suivre le caractère fluctuant du parcours d’un « chrétien » entré au service d’un souverain musulman, entre négoce, diplomatie et notabilité beylicale, au sein d’une « société de cour » ottomane. Le républicain Famin sut mettre à profit à la fois un nouveau rapport de force au sein de la cour beylicale et un dédoublement de la représentation française à Tunis, issue de la Révolution. Son titre de « chargé d’affaires » américain put surtout le protéger de tout arbitraire politique, lorsqu’il perdit les privilèges liés à la citoyenneté française, en particulier la protection juridique garantie par les capitulations franco-ottomanes. En outre, l’inscription de Famin dans les réseaux du pouvoir tunisien est bien attestée. En fait, l’exemple du négociateur Étienne Famin montre que l’appartenance à un corps professionnel n’était pas seulement déterminée par un cadre normatif. Elle était le produit de multiples interactions sociales qu’il sut modifier en fonction des opportunités offertes par la transformation de la politique économique beylicale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce texte doit beaucoup à la lecture attentive et aux suggestions de Sadok Boubaker, Anne-Marie Pla (...)
  • 2  Une orientation bibliographique est proposée par Guillaume Calafat, « Diasporas marchandes et comm (...)
  • 3  Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre, consuls français au Maghreb (1700-18 (...)
  • 4  Voir Mohammed Lazhar Gharbi (dir.), Être étranger au Maghreb et ailleurs, Tunis, Université de Tun (...)
  • 5  Voir Kamel Jerfel, « Les Soler de Minorque. Agents de la normalisation des relations entre l’Espag (...)

1L’ampleur des reconfigurations culturelles dans l’espace méditerranéen des xviiie et xixe siècles a été mise en évidence par les historiens modernistes2. Dans sa thèse sur les consuls français à Tunis, Christian Windler, en particulier, a analysé le processus de redéfinition des appartenances et des allégeances, en situation d’expatriation3. D’autres recherches récentes ont mis l’accent sur les notions d’altérité et d’externalité permettant la construction d’un lien social spécifique dans un contexte d’interculturalité4. Cependant, rares sont encore les études consacrées aux agents diplomatiques européens et à leurs liens de clientèle avec la cour beylicale du Bardo5.

  • 6  Henry de Gérin-Ricard, « Étienne Famin et son vrai rôle diplomatique à Tunis (1795-1802) », Revue (...)
  • 7  National Record Administration [NARA], College Park, Maryland, série RG 84, vol. 1. Je remercie ma (...)

2J’évoquerai ici ce sujet à partir de l’étude de l’entrecroisement des activités commerciales et diplomatiques dont fit preuve Joseph-Étienne Famin (1762-1806), un marchand français établi à Tunis aux époques troublées de la Révolution française, du Consulat et de l’Empire. Élu plusieurs fois député du Commerce français (à partir de 1790), cet individu inclassable, au parcours exceptionnel, occupa aussi le poste de « chargé d’affaires » des États-Unis d’Amérique (1796-1799). Ce « chrétien » fut également nommé en 1797 wakil du ministre Youssef Khodja, avant d’être déchu de sa citoyenneté française durant plus de cinq ans, de la fin de l’année 1797 jusqu’en janvier 1803. À la suite de la biographie d’Henry de Gérin-Ricard (1905), écrite à partir d’archives familiales6, nous proposons de revisiter sa courte carrière de marchand français, d’agent diplomatique américain et d’homme d’affaires beylical, en croisant les sources américaines, françaises et tunisiennes7. Alors que les sources françaises passent sous silence son rôle d’intermédiaire commercial au service des dignitaires beylicaux, les sources tunisiennes renseignent sur la nature des transactions de Famin et permettent d’en restituer l’importance.

Un républicain, héritier d’un grand négociant marseillais

  • 8  Je remercie Patrick Boulanger, conservateur du patrimoine à la Chambre de commerce de Marseille-Pr (...)
  • 9  La première mention du nom d’Étienne Famin sur la liste des membres de la Nation française de Tuni (...)
  • 10  Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. 3, p. 336.
  • 11  Charles Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle, Marseille, Institut historique de Prove (...)
  • 12  Pétition du 10 juillet 1790, signée par les négociants français : Étienne Famin, Premier député, M (...)

3Afin de mieux saisir l’originalité du profil d’Étienne Famin, il convient de rappeler les étapes de sa vie et de ses activités à Tunis. Issu d’une famille de gentilshommes parisiens qui commerçaient en gros les produits du Levant, le fils cadet de Louis-César Famin (1716-1781) et de Gabrielle-Élisabeth Guieu fut baptisé le 13 novembre 1762 dans la paroisse des Accoules à Marseille8. Son père avait été autorisé par la chambre de commerce de Marseille à résider à Constantinople comme régisseur de la maison Famin et Cie (23 août 1753). Étienne, quant à lui, résida dans l’échelle de Tunis à partir de février 17879, mais il ne s’y établit officiellement qu’en 1789, à l’âge de 27 ans, en tant que régisseur de la maison Samatan10. Or Basile Samatan, ancien majeur à Tunis sous le consulat de Barthélémy de Saizieu (1761-1779), est considéré par Charles Carrière, comme l’un des plus grands brasseurs d’affaires marseillais au xviiie siècle. En atteste l’ampleur de ses activités dont l’horizon s’étendait jusqu’aux États-Unis d’Amérique, reconnus indépendants en septembre 1783 : Basile Samatan possédait, en 1793, en effet un capital de 300 000 livres tournois et deux sociétés en commandite, l’une à Tunis, l’autre à Palerme11. Or, après la nuit du 4 août 1789 qui abolit en France les privilèges, Étienne Famin créa à Tunis un « Comité pour l’abolition des droits et privilèges », avec deux autres républicains notoires, Jean Minuti et Louis Guiraud. L’année suivante, c’est en tant que Premier député qu’il participe à la cabale des négociants contre le consul en poste, Pierre Delespine de Chateauneuf, à qui il est reproché le ralentissement du commerce français, et son manque de crédit auprès du bey et de ses ministres12.

  • 13  Maria Alzetto (1769-Tunis, 11 juin 1834) est la fille du facteur de commerce Jean-Baptiste Alzetto (...)

4Après la chute de la royauté, un arrêté de l’Assemblée nationale française ayant proclamé la liberté de commerce et d’établissement dans les échelles du Levant et de la Barbarie (juillet 1791), il put se marier sans autorisation consulaire, avec Maria Alzetto (mars 1793). Cette alliance locale avec une Corse de Tunis l’introduisit dans le monde autochtone des chrétiens tabarkins qui constituaient un maillon non musulman du Makhzen – pris ici, au sens d’administration centrale13.

  • 14  L’ordonnance du Levant soumettait également tout régisseur à renouveler sa caution dans le délai d (...)
  • 15  Jacques-Philippe Devoize (1745-1832). Vice-consul de France à Tunis (décembre 1776 - juillet 1779) (...)
  • 16  François Arnoulet, « Les Français en Tunisie… », art. cit., p. 38.
  • 17  Signe d’intense activité commerciale, Famin loua à son compatriote Jérôme Noble un entrepôt supplé (...)

5De même, du fait de la suppression de la chambre de commerce de Marseille (1791-1803), Étienne Famin ne fut plus obligé de fournir la caution d’une maison marseillaise pour résider à Tunis, en qualité de « négociant autorisé »14. Nous savons qu’il agit par la suite pour son compte, dans les ports de La Goulette et de Bizerte où il employait le facteur Joseph Saccoman (1759-1826), ancien commis du négociant Jérôme Noble. Or un mois après son arrivée en poste, le nouveau consul Jacques Devoize15 s’attaquait à Étienne Famin, « ami du Garde du Sceau » (saheb ettabaa), l’accusant de « faire le quart du commerce de toute l’échelle et de spéculer honteusement » (mai 1792)16, en intervenant dans la négociation des autorisations de sortie (tadhkira ou teskéré) pour l’exportation des grains et de l’huile d’olive. De fait, le marchand opérait ses transactions entre Tunis et Marseille en association avec son frère aîné qui, depuis 1789, avait été nommé adjoint du directeur de la Compagnie d’Afrique à Marseille. Ce poste important permettait à Jean-Louis-César Famin (1752-1834) d’entretenir des contacts directs avec Hammouda Pacha Bey (1782-1814) qui l’avait reconnu comme son agent commercial à Marseille. Durant la crise du commerce français provoquée par le blocus maritime décrété à partir de 1793, les affaires des frères Famin continuèrent de prospérer puisque le cadet devait être réélu député du Commerce français à Tunis, pour les années 1795 et 179617.

  • 18  MAE, Paris, CC, vol. 33, doc. 99, Devoize aux membres du comité de Salut public à Paris, 24 mai 17 (...)

6Leurs relations d’intérêt avec le bey de Tunis expliqueraient surtout qu’en octobre 1795, ils se virent confier une opération stratégique : l’affrètement d’un navire portant un chargement de blé à vendre à Marseille, et qui devait s’en retourner à Tunis avec des munitions de guerre (boulets et poudre)18. En cette époque de batailles sur mer entre belligérants, la transaction de Famin frères – vraisemblablement soutenue par de puissants intérêts marseillais et tunisiens – réussit, en dépit des risques de prises corsaires. Après cette opération faite au bénéfice du bey de Tunis, Étienne Famin acquit un statut beylical à Tunis, en devenant l’agent d’affaires ou wakil du garde du Sceau Youssef Khodja (1760-1815) : une feuille de compte établie à son nom contenant des sommes d’argents reçues et différentes dépenses effectuées pour l’année 1796-1797 témoigne du caractère officiel de ce titre de wakil.

7Au début du conflit européen, les ports tunisiens étaient restés ouverts au commerce de tous les pays en paix avec cette régence ottomane d’Occident, à l’exception du Portugal et des États-Unis d’Amérique.

Une opportunité diplomatique dans un comptoir isolé par la guerre sur mer

  • 19  Devoize est remplacé provisoirement par l’ancien vice-consul de France à Seyde, le citoyen Beaussi (...)
  • 20  Louis-Alexandre d’Allois d’Herculais, né en 1754, avait accompagné le comte d’Expilly à Alger en 1 (...)
  • 21  Anne-Marie Planel, Du comptoir à la colonie…, op. cit., p. 48-50.

8En réalité, le républicain Famin sut mettre à profit, à la fois, un nouveau rapport de force au sein de la cour beylicale et un dédoublement de la représentation française à Tunis, issu de la Révolution. En effet, le consul Jacques Devoize, mis en accusation par l’« envoyé extraordinaire de la République auprès des puissances musulmanes d’Afrique », fut révoqué par le gouvernement français (11 janvier 1796 - 10 août 1797)19. Lors de sa mission en Tunisie, en Algérie et en Tripolitaine, le républicain Allois d’Herculais20 chercha à créer une « confédération barbaresque » placée sous l’autorité du dey d’Alger21.

  • 22  Joël Barlow (24 mars 1754 - 20 décembre 1812) était un Américain, poète, diplomate et homme politi (...)
  • 23  Alphonse-Marius Rousseau, Annales tunisiennes ou aperçu historique sur la régence de Tunis, Alger, (...)
  • 24  Ce qualificatif est surtout utilisé en 1799 (ANT, Tunis, registre no 276, fo 41, et registre no 31 (...)

9Les documents d’archives américains attestent de la « cordialité » des relations entre le représentant des États-Unis d’Amérique à Alger et ce chargé de mission républicain. Et c’est sur l’insistance d’Herculais que l’agent Joël Barlow (1754-1812)22 désigna le marchand français pour négocier un traité de paix avec le bey de Tunis et qu’il le nomma « chargé d’affaires américain à Tunis », le 15 juin 179623. À partir de là, les documents beylicaux qualifient Famin de konsul al-Marikan (« consul d’Amérique »), sans que son nom ne soit cité24.

  • 25  Rachida Tlili Sellaouti, « L’irruption des Américains en Méditerranée : une diplomatie nouvelle ? (...)

10À travers cette diplomatie directe avec les régences ottomanes d’Occident, la jeune confédération américaine veut assurer la liberté de navigation pour ses navires en Méditerranée, jusque-là placés sous protection britannique (leur ancienne puissance coloniale), mettre fin au paiement d’un tribut et aux attaques des corsaires « barbaresques »25.

11Pourtant, Barlow aurait hésité à choisir un marchand français, moins en tant que négociateur que de « chargé d’affaires » qui ne peut être rémunéré par le gouvernement américain. Du point de vue français, toute participation des consuls et des chargés d’affaires au commerce était prohibée, en théorie, depuis l’ordonnance royale de 1781 relative aux échelles du Levant et de la Barbarie, ce qui les obligeait à vivre seulement de leurs appointements. Le diplomate américain était conscient de cette contrainte juridique, toujours en vigueur :

  • 26  NARA, série RG 84, vol. 1, Barlow (à Marseille) au secrétaire d’État, 17 août 1797. Traduction de (...)

S’il était décidé que notre consul à Tunis ne serait pas autorisé à faire du commerce, ce serait un bon prétexte pour exclure M. Famin. Autrement, il pourrait être nécessaire de déclarer que personne, à part les Américains, peut être employé en Barbarie ; ce qui, à mon avis, serait probablement le cas26.

  • 27  Naval Documents Related to the United States Wars with the Barbary Powers, vol. I, op. cit., p. 27 (...)

12Bien que français, le nouveau chargé d’affaires américain à Tunis ne sera donc pas concerné par cette ordonnance, et pourra continuer de mener ses affaires ; mais le diplomate américain préconise néanmoins, de ne pas tolérer n’importe quelle activité commerciale de sa part27. Dans une lettre à Famin datée du 8 décembre 1796, Barlow insiste sur l’importance de cette mission pour le commerce américain en Méditerranée :

  • 28  NARA, série RG 84, vol. 1, Barlow à Famin, 8 décembre 1796.

[…] Je me flatte que maintenant vous ne trouvez pas de difficultés à terminer cette affaire [la paix] afin que notre commerce se trouve libre dans ces mers, et que notre gouvernement sache à qui il sera redevable de ce service28.

  • 29  Une version (en français) de ce traité est disponible dans Mehdi Jerad (dir.), Traités et conventi (...)
  • 30  Le consul américain William Eaton demeure en poste à Tunis jusqu’en 1803. Soutenu par les canons d (...)

13Famin dirige donc les négociations du premier traité tuniso-américain conclu en août 1797, mais dont la version finale est remaniée le 26 mars 1799, pour pouvoir être ratifié par le Congrès américain29. Il devait être maintenu provisoirement dans ces fonctions, jusqu’au 20 janvier 1799, avant d’être remplacé par le consul William Eaton (1764-1811)30.

  • 31  Henry de Gérin-Ricard, « Étienne Famin… », art. cit., p. 189. L’expédition d’Égypte date de l’été (...)

14Il convient de remarquer que la fin de la mission américaine du marchand français coïncide avec une première rupture des relations diplomatiques entre la régence de Tunis et la France, le 4 janvier 179931.

  • 32  Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. III, p. 443 et 447, Tunis, 12 janvier 1803, (cité pa (...)
  • 33  MAE, Paris, vol. 36, Devoize à Talleyrand, 24 septembre 1799.

15Il nous semble qu’en juin 1796, le choix d’Étienne Famin en tant que négociateur au service des États-Unis d’Amérique ne contrevient pas aux intérêts de la France pour qui la liberté du commerce en Méditerranée est d’une importance vitale, en particulier dans la dernière décennie du xviiie siècle. De plus, le gouvernement français ne s’oppose pas à ce qu’un simple particulier intervienne, en qualité de chargé d’affaires, pour favoriser l’émancipation commerciale de la jeune République américaine, au détriment du royaume britannique – principal acteur sur mer de la coalition européenne contre la France. Ce ne serait donc pas (ou pas seulement) la fonction d’agent des États-Unis qui aurait provoqué la déchéance de la « citoyenneté française » de Famin, vers la fin de l’année 1797. Il n’est d’ailleurs pas le seul négociant français, classé par le consul Devoize dans la catégorie des révolutionnaires « modérés », à être privé ainsi, pendant cinq ans, de ses droits civiques : il en fut de même pour Dominique Turc, régisseur de la maison Bouillé, marié depuis mai 1781 à Anne-Marie Nyssen, la fille du consul de Hollande32. Selon les correspondances françaises, Famin ne s’attendait pas à être déchu de sa citoyenneté en acceptant d’être chargé des affaires des États-Unis à Tunis. Dans l’une de ses lettres (datée de septembre 1799, soit neuf mois après la rupture des relations diplomatiques entre la France et la régence de Tunis et la fin de sa mission au service des Américains), il déclarait ainsi souhaiter sa « réintégration dans tous les droits de citoyen, qu’il attend avec impatience pour pouvoir se rapatrier ensuite »33.

  • 34  Talleyrand est nommé ministre des Affaires étrangères quatre fois ; 19 juillet 1797 - 19 juillet 1 (...)

16Cette déchéance de citoyenneté serait-elle une vengeance du consul Devoize contre Herculais (destitué par le Comité de Salut public le 9 janvier 1797) et ceux qui ont servi sa « mission extraordinaire », après qu’il a été réintégré dans ses fonctions en août 1797, grâce au soutien du ministre Talleyrand ?34 Les documents attestent effectivement d’une forte hostilité et d’un conflit d’intérêts entre les deux diplomates français, outre leurs divergences idéologiques. Dans une lettre datée du 30 juillet 1798, Devoize ne fait que critiquer sévèrement la discorde que le chargé de mission républicain aurait attisée entre les « nationaux », ce qui aurait mis en péril la cohésion du corps des marchands autorisé.

  • 35  François Arnoulet, « Les Français en Tunisie pendant la Révolution (1789-1802) », dans Hédia Khada (...)
  • 36  Christian Windler, La diplomatie…, op. cit., p. 124. Il s’agit du négociant Dominique-Lazare Arnau (...)

17Depuis 1789, ce diplomate d’Ancien Régime s’était au contraire efforcé de « pacifier », au sein du fondouk des Français, un climat politique extrêmement tendu, entre républicains, modérés et royalistes, notamment après l’exécution du roi Louis XVI35. Ayant su exploiter sa longue expérience de la cour beylicale pour consolider sa position auprès du gouvernement révolutionnaire, Devoize avait réussi à se maintenir comme l’intermédiaire obligé de toutes les transactions effectuées par des négociants français, notamment pour l’approvisionnement frumentaire de la France. Mais en 1795, Herculais l’avait accusé de distribuer les licences d’exportation (teskérés) de manière partiale et de favoriser les négociants auxquels il aurait été secrètement associé. Le consul de France s’appuyait, entre autres, sur l’un des agents du ministre Mustapha Khodja, le juif Elias Attal. Or ce dernier, réalisait la plupart de ses affaires en contrebande, grâce à la vente des prises corsaires, et par l’entremise de la maison Arnaud36.

  • 37  Sur la carrière de Youssef Khodja et la fonction de saheb ettabaa, voir Sadok Boubaker, « Sahib Al (...)

18C’est dans ce contexte de déchirement idéologique de la Nation française de Tunis et d’isolement du comptoir marchand que se créa un véritable lobby français, initié par Herculais avec l’appui Étienne Famin, autour de Youssef Saheb Ettabaa37.

  • 38  Mamelouk originaire de Géorgie, Mustapha Khodja était relieur de son métier ; entré au service de (...)
  • 39  Azzeddine Guellouz, « La Tunisie Husseinite au xviiie siècle », op. cit., p. 281-287.
  • 40  Sadok Boubaker, « Sahib Al Taaba’ Youssef », art. cit., p. 707.

19Promu garde du Sceau en 1783, au lendemain de l’accession au pouvoir du jeune prince husseinite, ce mamelouk du sérail accède à la chancellerie dès 1794 et s’impose comme le principal conseiller de Hammouda Pacha Bey, au détriment de Mustapha Khodja, le vieux « tuteur » du bey et « ami de la France »38. Pour Devoize, le garde du Sceau Youssef serait devenu « le premier négociant du pays », agissant en concertation avec les milieux marchands, tunisien et européen – et avec pour « homme d’affaires » Étienne Famin. Azzeddine Guellouz insiste sur le fait que le nouveau conseiller du bey aurait mis sur pied un « véritable trust politico-commercial », afin de concurrencer la caravane maritime française en Méditerranée, à partir de l’île de Malte39. Pour Sadok Boubaker, il aurait été « le premier entrepreneur corsaire du pays et sans doute le plus important de toute l’histoire de la course tunisienne à l’époque moderne »40. La dernière décennie du xviiie siècle est en effet marquée par un important renouveau d’activité corsaire, européenne et ottomane. Le pari que fait Herculais sur ce dignitaire dont l’influence grandit au rythme de son enrichissement, notamment grâce aux reventes de prises et aux rachats de captifs, est dénoncé par Devoize, dans une lettre à Talleyrand, datée du 7 avril 1798 :

  • 41  MAE, Paris, vol. 36, doc. 85 ; Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. 3, p. 348.

Lorsque le cit. [citoyen] Herculais se fut bien convaincu qu’il ne réussissait pas à altérer les sentiments que le bey et son premier ministre me portaient, il se jeta du côté du garde des sceaux [sic] et il eut besoin des offices du citoyen Famin pour l’introduire et lui ménager des entrevues avec ce favori […]41.

  • 42  Ces relations personnalisées sont antérieures à sa désignation de négociateur américain en 1796. D (...)
  • 43  Sur son élection à la députation du Commerce français pour l’année 1796, voir Eugène Plantet, Corr (...)

20Pour devenir « chargé d’affaires » des États-Unis d’Amérique, Étienne Famin exploita donc ses étroites relations d’affaires avec le garde du Sceau42, plus encore que sa position d’électeur puis de député du Commerce français43 :

  • 44  NARA, série RG 84, vol. 1, Famin à Barlow, 16 janvier 1797, et Famin à George Clarke, 21 décembre (...)

J’ai pris ce matin le sapatape [garde du Sceau] en particulier, et l’ayant fortement engagé à déterminer le Bei [Bey] à finir la négociation entamée et suspendüe […], le sapatape nous protège à cause que la négociation a été faite par son entremise […]44.

21Plus largement, les Américains le considèrent comme un Français très bien introduit dans les milieux gouvernementaux tunisiens, ainsi qu’en témoigne cette lettre datée de 1798 :

  • 45  Naval Documents Related to the United States Wars with the Barbary Powers, vol. 1…, op. cit., p. 2 (...)

Famin is a French merchant residing at Tunis and much in favor with one or more of the influential officiers of that government […]45.

22De la part de l’agent américain à Alger, ce choix précis correspondrait à une stratégie de maximisation des ressources déjà disponibles sur le terrain, et ceci au prix d’un recours à des agents étrangers. À cette époque, les États-Unis sont loin de posséder un corps d’interprètes connaissant, même partiellement, le turc et l’arabe, d’où la nécessaire médiation d’Européens établis en pays musulman, à l’instar de Famin. L’acquisition des langues, en particulier l’italien et l’arabe, est l’une des caractéristiques de l’apprentissage sur le terrain des négociants, qui résulte elle-même de l’activité internationale du port de Marseille.

  • 46  Mathieu Grenet a montré que la trajectoire individuelle d’Alexis Gierra a également évolué au gré (...)

23Pour Famin qui réside à Tunis depuis huit ans en 1797, il ne semble pas que cette nomination fût une tentative de reconversion professionnelle en France, après les dix ans de séjour autorisé par l’État français dans cette échelle. Si tel était le cas nous pourrions comparer son itinéraire à celui d’Alexis Gierra qui a su profiter de ses compétences linguistiques pour s’imposer comme agent du bey de Tunis à Marseille46. Ne s’agit-il pas plutôt d’une simple opportunité, conçue comme limitée dans le temps pour les deux parties ?

  • 47  Silvia Marzagalli, « American shipping into the Mediterranean… », op. cit., p. 50.
  • 48  Alger en 1795 et Tripoli en 1796.

24Quels profits supplémentaires Famin retira-t-il de sa fonction de chargé d’affaires des États-Unis d’Amérique ? Et quels services rendit-il effectivement aux Américains, en trois ans ? Leur commerce s’était déjà développé après 1793, car la guerre franco-britannique avait entraîné l’augmentation de la demande européenne des transports maritimes par des pays neutres47. La conclusion de traités de paix avec les régences maghrébines48 avait donné une forte impulsion à la navigation américaine en Méditerranée, tout en protégeant les Américains de la captivité.

  • 49  Mr. Rand, marchand américain qui circulait entre les pays d’Afrique du Nord et Naples ou encore le (...)

25En l’état actuel de la documentation, rien ne montre que Famin eut à intervenir pour des rachats ou qu’il tira profit de ce mandat en rendant service aux marchands américains49. En revanche, il tira un bénéfice certain en défendant leurs intérêts auprès du bey.

  • 50  Selon certains auteurs, Famin aurait joué un rôle d’agent de renseignement auprès d’Herculais, mai (...)
  • 51  Wakil du Beylik, chargé de vendre les bestiaux venus de la régence d’Alger à Tunis.
  • 52  NARA, série RG 84, vol. 1, Famin à Barlow, 16 février 1797.

26En effet, il était devenu un maillon important de la circulation de l’information politique et diplomatique, dans un contexte marqué par la rupture des relations entre Tunis et la France50. Il concentrait aussi bien les nouvelles relatives à la régence de Tunis qu’à celle de la régence d’Alger, par l’intermédiaire du consul américain et du wakil Mohamed Bradai51. Il était à même de fournir des indications précieuses sur le mouvement de la navigation en Méditerranée, ainsi que sur l’activité des corsaires tunisiens52. Famin n’hésita pas à diffuser ces informations aux consuls américains à Alger et à l’ambassadeur américain à Madrid.

  • 53  En l’occurrence, une montre d’or à répétition avec chaîne, sept montres d’or avec chaînes, cinq ch (...)

27Un autre document vient appuyer l’hypothèse que la fortune d’Étienne Famin servit à entretenir les bonnes relations tuniso-américaines : en mars 1798, Barlow lui donna l’ordre de faire venir de France, à ses frais, divers bijoux, armes et tissus précieux pour le bey, vraisemblablement des « cadeaux »53 : le marchand-diplomate demanda à son frère d’effectuer ces achats à Marseille, et lui donna en acompte 1 800 piastres fortes. Le négociant français cherchait à asseoir plus encore son influence à la cour beylicale du Bardo, et il y réussit puisqu’il fut nommé peu après wakil du garde du Sceau Youssef. Son titre de « chargé d’affaires » américain put surtout le protéger de tout arbitraire politique, lorsqu’il perdit les privilèges liés à la citoyenneté française, en particulier la protection juridique garantie par les capitulations franco-ottomanes.

Négociateur et homme d’affaires au service du gouvernement beylical

  • 54  Les documents d’archives tunisiens que nous avons consultés ne précisent pas qui sont les commandi (...)
  • 55  MAE, Paris, CC, vol. 36, doc. 236, Famin à Devoize, sans date (probablement début de l’année 1798)

28Grâce à ses relations d’affaires personnalisées avec le mamelouk le plus influent de la cour beylicale, Étienne Famin aspirait à un enrichissement rapide et à une ascension sociale, au sein du Makhzen. Dès 1791, il avait élargi ses propres réseaux en intervenant dans le rachat des captifs chrétiens européens54. Sans doute attiré par la perspective d’un substantiel profit, il mobilisait ses propres ressources pour libérer aussi bien des Français que des Italiens ou des Maltais. Il n’en continuait pas moins à défendre ses compatriotes. Dans l’une de ses missives où il plaide sa cause, il rappelle au consul de France qu’il a été « utile à sa patrie » en cherchant à soutenir la Nation devant le bey55 : il fait allusion ici à la restitution des navires français pris par les corsaires tunisiens, mais également à son rôle d’intermédiaire dans des opérations de rachat imparties à Devoize, en tant que consul de France, chargé d’affaires de Sardaigne à Tunis (1792-1816) puis – à partir de 1793 et la suppression des ordres rédempteurs –, protecteur de tous les chrétiens (Tab. 1).

1. La médiation de Famin dans le rachat des captifs chrétiens (1791-1801)

Dates

Noms

Origine nationale

Propriétaire

Prix

(en piastres tunisiennes)

1791

Francisco

-

Douletle ou Dey

-

Avril 1792

Un jeune capitaine

français

le Bey

-

Avril 1792

Francisca

(mère du capitaine)

française

le Bey

-

Juin 1792

Juan Baptiste Saladino et sa sœur

italiens

les filles du Kahia

-

Février 1793

Gasparo

-

Hammouda Chelbi (notable de Tunis)

-

1793

Paolo et ses fils

italiens

le Bey

-

1793

la fille de Paolo

italienne

le Bey

-

1793

Juan Baptiste

français

Sidi Mahmoud

(famille husseinite)

-

Janvier 1794

Grasso

sicilien

-

-

Décembre 1794

Seridol Sadani

sicilien

Youssef Khodja Saheb Ettabaa

-

Février 1798

deux captifs

maltais

-

1 941

Mai 1801

une fille

française

-

17 000

  • 56  D’autres noms de captifs français figurent dans le registre no 123 ; voir aussi ANT, Tunis, regist (...)

Source : ANT, Tunis, registre 123, fo 21, 31, 43 et 5256.

29Le rôle d’Étienne Famin dans les rachats ou les échanges de captifs qui s’inscrivent dans des négociations diplomatiques en cours, peut être comparé à celui du consul suédois à Tunis, George Logie : celui-ci n’était pas seulement l’acteur principal des traités conclus entre la Suède et les régences maghrébines (1729-1741), il était aussi l’un des agents les plus actifs dans le paiement des rançons des Suédois et des captifs d’autres nationalités.

  • 57  Daniel Panzac, Les Corsaires barbaresques …, op. cit., p. 102.
  • 58  Ibid., p. 65-76.

30D’après ce tableau, sa médiation est en effet importante entre 1791 et décembre 1794 : soit dix actes de rachat en quatre ans, pour trois Français et sept Italiens au moins ; un seul acte est effectué lorsqu’il est « chargé d’affaires » américain, pour deux Maltais en février 1798, d’un montant global de 1 941 piastres. Le dernier rachat qui concerne à nouveau une Française, date de mai 1801, au moment de la rupture des relations diplomatiques avec la France, alors que Famin est toujours déchu de sa citoyenneté : la conjoncture politique expliquerait le coût exceptionnel (17 000 piastres) de cette opération. Vers la fin du xviiie siècle, le plus souvent, les captifs maghrébins obtiennent leur liberté par versement d’une somme qui varie de 500 à 1 400 piastres par personne57. Il convient d’insister également sur l’essor spectaculaire de la course tunisienne à cette époque58.

  • 59  ANT, Tunis, registre 276, fo 129. Liste des dépenses effectuées par Étienne Famin sur les affaires (...)

31Mais, les rachats où intervient Famin ne se limitent pas aux chrétiens, ils concernent également des musulmans : en 1795, il négocie ainsi la libération de quarante captifs turcs à Malte, pour le compte du garde du Sceau Youssef, moyennant la somme de 68 054 piastres59.

  • 60  Joachim Östlund, « Swedes in Barbary captivity : the political culture of human security, circa 16 (...)
  • 61  Signalons que le premier traité de paix entre la régence de Tunis et le royaume de Naples ne devai (...)
  • 62  Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. 3, p. 315. Lettre d’Herculais à Delacroix (19 févrie (...)

32La place de Famin dans le dispositif diplomatique beylical ne doit donc pas être sous-estimée60. En atteste à nouveau, au début de l’année 1797, une nouvelle négociation pour un échange de captifs entre la régence de Tunis et le royaume de Naples – dont dépend la conclusion d’un traité entre les deux pays61. C’est alors seulement que les autorités françaises réagissent fermement. Dans sa correspondance au ministre Delacroix, Herculais désigne le « citoyen Famin » comme étant devenu « à moitié maure » (19 février 1797)62 : ce qualificatif méprisant ravalant le député du Commerce français au rang des tabarkins ou des Levantins, à l’identité nationale floue. Sa nomination de wakil fut immédiatement suivie d’une déchéance de citoyenneté française.

  • 63  Nous n’avons aucune information sur l’identité et le rang de ces captifs musulmans.
  • 64  NARA, série RG 84, vol. 1, Famin à O’Brien, avril 1798. Richard O’Brien est consul des États-Unis (...)

33L’opération de rachat consistait à échanger un équipage napolitain contre des sujets du bey de Tunis63. Selon le consul américain à Alger, Richard O’Brien, Famin aurait payé « […] pour le rachat de l’équipage du chebek napolitain, cent mille piastres fortes, sans le moindre reçu […] »64. Comment un simple négociant a-t-il pu mobiliser, à cette date, des sommes d’argent aussi importantes, sans le soutien des réseaux marchands dirigés par le garde du Sceau, et sans l’association familiale qui le relie à Marseille, en dépit du blocus maritime ?

  • 65  Charles Carrière (Négociants…, op. cit., p. 880) a montré la fréquence des entreprises familiales, (...)
  • 66  Le qafiz (unité de mesure des céréales, des légumes secs et des olives) équivaut à 320 kg, au débu (...)
  • 67  ANT, Tunis, registre no 276, fo 121, 2 novembre 1797.
  • 68  ANT, Tunis, registre no 276, fo 121.

34Certaines indications militent en faveur de l’idée selon laquelle Étienne Famin servait en priorité les intérêts de sa famille, en particulier ceux de son frère, majeur d’une maison de commerce à Marseille65. En novembre 1797 par exemple, il lui adressa un chargement de blé de 600 qafiz 66 par l’intermédiaire d’Abdallah Reïs, moyennant la somme de 38 132 piastres67. De son côté, Jean-Louis-César Famin envoyait fréquemment à Tunis diverses marchandises et effets luxueux pour le compte de la cour beylicale. De même, en 1798, Famin vendait des draps aux marchands du Dar el-Jeld (la ferme des cuirs et des peaux), pour une valeur de 12 257 piastres68. Les deux frères négociants s’imposèrent ainsi en tant que fournisseurs du Makhzen pour les marchandises en provenance de Marseille.

  • 69  Francesca Trivellato, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, Hindous de Goa : réseaux marchand (...)
  • 70  ANT, Tunis, registre no 276, fo 121 et fo 129, 2 janvier 1798. On relève dans ce même registre l’a (...)

35Ils ne sont pas les seuls fournisseurs de la cour à importer régulièrement des canons, des barils de poudre, de l’horlogerie, parfois même des diamants et autres pierres précieuses de l’Inde, qui étaient généralement échangées contre le corail méditerranéen, l’un des rares produits exportés en Inde : à Tunis, ce trafic intercontinental qui était surtout l’affaire des juifs sépharades, était nécessairement organisé avec l’aide d’une autorité centrale, et non pas seulement grâce à un réseau informel de communautés de marchands de diverses origines ethniques et religieuses, tel que décrit Francesca Trivellato, pour l’époque moderne69. En effet, un registre fiscal nous informe que des diamants furent apportés par le caïd du Dar el-Basha, à savoir le dignitaire en charge des miliciens turcs et de leur traitement, et par deux juifs sépharades, Moshi et Zaki70. Indéniablement, la circulation d’objets de luxe, joailleries et horlogeries, ou encore meubles italiens, reflète l’enrichissement des beys husseinites et de leurs associés, ainsi que le développement de goûts nouveaux.

  • 71  Le sarâh est un permis d’exporter un certain nombre de produits dont la sortie hors de Tunisie éta (...)
  • 72  En cette période d’isolement du comptoir (du point de vue français), Devoize ne recevait plus ses (...)

36Il est incontestable que le négociant en qualité de wakil, faisait concurrence aux autres Européens de la régence de Tunis. Dès 1796, selon Mourad Regaia, il occupait la première place en payant 74 350 piastres de la taxe de franchise (sarâh) sur les exportations des négociants « chrétiens »71 : mais entre 1794 et 1809, deux Français, Joseph Barthez et Dominique-Lazare Arnaud, ainsi que le consul Devoize lui-même s’acquittaient ensemble de 224 650 piastres, soit 64,79 % de la valeur totale de cette taxe72. Les produits ainsi taxés étaient surtout de l’huile et du blé.

37Nous avons essayé d’évaluer les transactions commerciales d’Étienne Famin à partir des registres fiscaux des années 1794-1804. Ces archives ne fournissent que peu d’indications le concernant avant l’année 1797, date à laquelle il devient officiellement wakil de Youssef Sahab Ettabaa (Tab. 2).

38Rien que dans les deux derniers mois de l’année 1794, il a exporté de Sousse vers Marseille, 900 qafiz de blé et d’orge en payant, au total, une taxe de franchise de 15 550 piastres. Puis ses transactions disparaissent quasiment des registres fiscaux entre 1795 et 1800, à l’exception d’une exportation de blé de 65 qafiz, seulement (en septembre 1897) à partir du port corsaire de Bizerte.

  • 73  Une recherche sur les éventuelles opérations commerciales d’Herculais, engagées depuis Alger ou Tu (...)

39Il ne semble pas que le champ d’action du marchand français fut freiné par le conflit qui opposa Devoize et Herculais73, sous le Directoire et le Consulat, puisqu’il n’eut besoin que des autorisations beylicales pour commercer depuis les ports tunisiens. En revanche, ses occupations d’ordre diplomatique et les recommandations de Barlow pourraient expliquer cette rupture d’activité « légale », du point de vue européen. Sa participation à l’activité corsaire des autorités beylicales et de revente de prises est en effet attestée. Cette participation pourrait finalement expliquer plus que toutes autres raisons sa déchéance de citoyenneté.

  • 74  ANT, Tunis, registre no 286, fo 12.

40Famin, en qualité de négociant, agissait non seulement pour son compte, mais aussi pour le compte du principal inspirateur de la politique économique beylicale. Ainsi, en 1798, suite à la prise d’un chebek napolitain, il reçut 80 000 piastres74 du capitaine pour le compte du ministre. En tant que wakil de Youssef Saheb Ettabaa, outre les transactions commerciales qu’il concluait pour le garde du Sceau, il prêtait de l’argent au nom du ministre, s’occupait des loyers de ses biens immobiliers (maisons et magasins). Et surtout, à partir de 1798, il s’associa avec lui pour l’armement en course des navires, la revente des prises dans les ports tunisiens (qui avaient conservé leur neutralité vis-à-vis du conflit européen), et le partage des bénéfices. Deux années plus tard, le 15 février 1800, Famin continua à s’imposer comme associé de Youssef Saheb Ettabaa dans la vente des prises corsaires :

  • 75  ANT, Tunis, registre no 276, fo 141.

Ce qui a été convenu entre nous [Youssef Saheb Ettabaa] et le marchand Famin à propos d’une prise corsaire apportée par Hadj Abdallah Mariqan : 1 000 piastres pour le marchand Famin, 420 piastres pour le Rais, 1 210 piastres pour dix marins et 1 600 piastres valeur du navire et des marchandises75.

  • 76  Christian Windler, La Diplomatie…, op. cit., p. 124.
  • 77  Paul Masson, Histoire des établissements…, op. cit., p. 595.

41Famin saisissait toutes les opportunités qui s’offraient à lui, dans le cadre de la nouvelle politique beylicale. Il eut de nombreuses occasions de spéculer sur la revente des cargaisons, car les marchés de Tunis étaient bien approvisionnés en toutes sortes de produits devenus introuvables en France, en raison du blocus maritime : Tunis, proche de l’île de Malte, se transformait en une plaque tournante des circuits de contrebande76. C’est en somme dans le sillage de Youssef Saheb Ettabaa que Famin pu profiter largement de la nouvelle conjoncture méditerranéenne, et du bouleversement du commerce maritime international77, outrepassant ses attributions de « marchand autorisé » administré par le consulat de France à Tunis.

  • 78  Les documents ne précisent pas la situation géographique de cette maison ; MAE, Paris, CC, vol. 36 (...)
  • 79  Ibid.

42Son entière inscription dans le réseau économique du garde du Sceau (en tant que wakil), contraire aux règles strictes d’un comptoir de commerce français, lui permit de diversifier ses placements. Alors qu’il était censé vivre dans le fondouk des Français, il acquit à Tunis une demeure « fort spacieuse et commode pour un commerçant »78, ainsi que des immeubles de rapport (magasins ou entrepôts) à Tunis et à Bizerte, dont l’un fut prêté au ministre pour déposer un chargement d’huile acheté à un corsaire français79.

  • 80  Azzeddine Guellouz, « La Tunisie Husseinite au xviiie siècle », op. cit., p. 283.

43Les mêmes listes de comptes relatives aux transactions d’Étienne Famin citent les noms des notables du Makhzen avec qui le garde du Sceau était en affaires ou qui effectuaient leurs transactions commerciales avec Marseille par l’intermédiaire de Famin. À côté des familles makhzéniennes (Les Djellouli, les Khodja, les Nouira, les Ben Ayed…) Youssef Saheb Ettabaa eut des étrangers comme agents officiels ou officieux : des Turcs comme Khazdaghli, Mourali, Arnaout ; des Français tout naturellement recrutés parmi les éléments hostiles à Devoize, tels que Famin et Barthez ; des Italiens comme Mariano Stinca ; des Maltais comme Raynaud Carcas ; des Marocains comme Muhammad Qasri ; des Juifs comme Nessim Attal80.

  • 81  En étudiant la participation des différentes catégories sociales dans l’exportation des principale (...)

44Une grande partie du succès de cet acteur diplomatique éphémère s’explique par sa capacité à mobiliser des capitaux, grâce à un réseau clientéliste, à Tunis81. L’organisation commandée par Youssef Saheb Ettabaa s’enracinait dans un vaste réseau d’intérêts économiques où étaient représentées toutes les communautés ou « nations » coexistant dans le pays. En plus de ses activités en tant que marchand et agent du Bardo, Famin était chargé d’accomplir des transactions commerciales avec certains négociants européens.

  • 82  Responsable de la ville de Tunis.
  • 83  NARA, série RG 84, vol. 1, Famin à O’Brien, 2 mars 1799. Dans l’état actuel de nos informations, o (...)

45Ce dernier versait souvent des sommes d’argent, au nom du ministre, aux agents de Youssef Saheb Ettabaa tels que Salah Boughdiri, Mohamed Bradai, mais aussi le cheikh el-medina Mohammed Arfa82, le caïd du Dar el-Bacha ou le juif Moshi. Dans certains cas, il s’agit d’une répartition directe des bénéfices de l’activité corsaire. En outre, il procurait des fusils au caïd de Porto Farina, le port corsaire où étaient construits deux bagnes83.

  • 84  Ou dîme, impôt en nature qui valait le 1/10 de la récolte. L’achour entrait dans le système d’impô (...)
  • 85  ANT, Tunis, registre no 2330.
  • 86  De l’abondance de la récolte dans la région du Sahel dépendait, pour une bonne part, l’importance (...)

46Pour exporter des huiles, pour lui-même il s’appuyait sur les services de Mohamed el-Mouaddeb, wakil de l’achour 84 à Sousse85, ce qui explique que la majorité de ses exportations d’huile se faisait par Sousse86.

  • 87  ANT, Tunis, registre no 286, fo 8 et fo 9. Originaire de Djerba, Younes Ben Younes mena à Tunis un (...)
  • 88  Les Ben Ayed sont une dynastie jerbienne de fermiers beylicaux dont on peut suivre les activités s (...)
  • 89  Après la mort de Famin, en 1810, Mahmoud Djellouli, chef de la lignée tunisoise, dirigea des opéra (...)
  • 90  ANT, Tunis, registre no 331, fo 14. On ne sait pas si Étienne Famin était complice dans cette affa (...)

47Famin pouvait également compter sur le soutien d’autres membres du réseau du garde du Sceau. En septembre 1797, il empruntait 10 000 piastres au Hadj Younes Ben Younes, l’un des hommes d’affaires les plus proches du garde du Sceau. Ces liens débouchèrent bientôt sur des transactions commerciales entre les deux hommes : en 1797 Famin payait ainsi à la douane le passage de 65 qafiz de blé pour Djerba, alors que la licence était au nom de Younes Ben Younes87. Toujours selon les registres fiscaux, Famin entretenait aussi de relations directes avec la grande famille caïdale de Hmida et Regeb Ben Ayed88. Cependant, il ne semble pas avoir conclu des affaires avec la puissante famille Djellouli dont les membres étaient caïds, négociants et armateurs89. Au contraire, le caïd Mahmoud Djellouli mit fin, en 1798, à une opération de contrebande effectuée sur un navire appartenant à Étienne Famin : il s’agissait de 800 métars d’huile destinés à l’exportation mais sans payer le montant du sarâh (3 600 piastres)90.

  • 91  ANT, Tunis, registre no 317, fo 9, 17, 40, 49, 56, 88, 104, 107 et 113 ; ANT, Tunis, registre no 2 (...)

2. Participation de Famin à l’exportation des principales denrées tunisiennes (1794-1804)91

Mois /Année

Denrée

Quantité

Valeur du sarâh en piastres

Port

Novembre 1794

Blé

300 qafiz

6 750

Sousse

Novembre 1794

Blé

100 qafiz

2 250

Sousse

Novembre 1794

Orge

400 qafiz

4 500

Sousse

Décembre 1794

Blé

100 qafiz

2 250

Sousse

Septembre 1797

Blé

65 qafiz

-

Bizerte

Mars 1800

Blé

300 qafiz

-

La Goulette

Avril 1800

Orge

100 qafiz

-

Soliman

Juin 1800

Blé

150 qafiz

3 375

La Goulette

Juillet 1800

Huile

800 métar 

2 000

Sousse

Septembre 1800

Savon

500 quintaux

500

Sousse

Décembre 1800

Blé

500 qafiz

1 125

Bizerte

1801

Blé

500 qafiz

8 550

Tunis

1801

Blé

500 qafiz

7 500

Bizerte

Juillet 1801

Huile

1 000 métar

-

Sousse

Juillet 1802

Orge

250 qafiz

2 250

Soliman

Juillet 1802

Huile

1 000 métar

2 250

Sousse

Juillet 1802

Huile

2 500 métar

6 875

Sousse et Bizerte

Juillet 1802

Huile

600 métar

13 500

La Goulette

Juillet 1802

Huile

2 000 métar

5 500

Sousse

Juillet 1802

Huile

3 000 métar

8 250

Sousse

Août 1802

Huile

1 000 métar

2 750

Sousse

Septembre 1802

Blé

400 qafiz

12 600

Bizerte

Septembre 1802

Blé

200 qafiz

6 300

Bizerte

Octobre 1802

Huile

2 500 métar

6 875

Bizerte

Juillet 1803

Huile

600 métar

1 350

La Goulette

Novembre 1803

Savon

200 quintaux

400

La Goulette

Novembre 1803

Huile

2 000 métar

5 500

Sousse

Novembre 1803

Huile

3 000 métar

8 350

Sousse

Décembre 1803

Savon

200 quintaux

400

La Goulette

Janvier 1804

Huile

2 000 métar

5 500

Sousse

Janvier 1804

Savon

200 quintaux

-

La Goulette

Mars 1804

Huile

3 000 métar

8 250

Sousse

Avril 1804

Huile

1 000 métar

2 750

Sousse

  • 92  Mesure de capacité : à Tunis, le métar d’huile équivaut à 19,04 litres.
  • 93  Sadok Boubaker, « Sahib Al Taaba’ Youssef », art. cit., p. 707-708.

48Son commerce officiel d’import-export reprend et se diversifie à partir de 1800 : la raison la plus vraisemblable serait que Jean-Louis-César gère, à partir de cette date, l’Agence française des relations extérieures à Marseille, pendant dix ans (1800-1810). Pour l’année 1800, nous avons pu identifier six exportations de blé (1 050 qafiz), d’huile (800 métars92) et de savon (500 quintaux), depuis La Goulette, Soliman, Sousse et Bizerte ; quatre exportations en 1801 concernant au total 1 000 qafiz de blé et 1 000 métars d’huile, depuis Tunis, Bizerte et Sousse, et ce malgré la rupture des relations diplomatiques tuniso-françaises. Par la suite, l’huile devient plus beaucoup plus importante que le blé dans les dix-neuf exportations vraisemblablement vers Marseille effectuées par Famin, de juillet 1802 à avril 1804 : soit en trois ans, 25 200 métars d’huile contre 850 qafiz de blé (ou d’orge) et 600 quintaux de savon. Cela confirme les études sur la transformation de l’activité corsaire en activité marchande93.

  • 94  Anne-Marie Planel, Du comptoir à la colonie, op. cit., 2015, p. 767. Parrainages : Jacques Devoize (...)
  • 95  Ibid., p. 649. Les autres témoins sont : Nyssen, 38 ans, commissaire général de la République bata (...)

49Après sa réhabilitation en janvier 1803, sous le Consulat, Famin renoue également avec le consul Devoize. En atteste le 31 mai 1803 son parrainage, au côté du consul général Devoize, lors de la cérémonie de légalisation du mariage du docteur Michel-Antoine Fesler et de Maria Angelica Tapia, assortie du baptême collectif et de la légitimation de leurs enfants nés au Bardo depuis 179794. De même, le 23 avril 1804, Jacques Devoize légalise son mariage religieux et légitime ses enfants devant l’état civil français du consulat de France à Tunis, en prenant pour témoin « le citoyen Joseph-Étienne Famin, 39 ans, négociant »95.

Conclusion

50Nous avons cherché à mesurer le caractère fluctuant du parcours de ce « chrétien » entré au service d’un souverain musulman, entre négoce, diplomatie et notabilité beylicale, au sein d’une « société de cour » ottomane. L’exemple du négociant Étienne Famin montre que l’appartenance à un corps professionnel n’était pas seulement déterminée par un cadre normatif. Elle était le produit de multiples interactions sociales qu’il sut modifier en fonction des opportunités offertes par la transformation de la politique économique beylicale. Mais, son entière inscription dans le réseau marchand du « surintendant des finances » du bey, atteint un degré tel qu’elle provoque une remise en cause temporaire de son appartenance au corps des marchands français, censé défendre les intérêts de la France. Ce sont ses qualités d’intermédiation économique au service de la cour beylicale qui font de lui un négociateur (et non l’inverse). Famin défendait d’abord les intérêts de sa propre famille, par son habileté et par sa maîtrise des logiques clientélistes alors en pleine reconfiguration – du côté des négociants français, du fait de la Révolution et de ses conséquences, et du côté du Makhzen, suite à l’entrée en scène de notables locaux venus supplanter les rais corsaires. Famin avait entretenu – sur la recommandation d’Herculais – des relations personnalisées avec le garde du Sceau Youssef, après l’éclatement du clan de Mustapha Khodja, vers 1794, le consul français Devoize étant devenu le client de Talleyrand et s’appuyait sur les Djellouli et la maison Arnaud.

  • 96  M’hamed Oualdi, Serviteurs et maîtres…, op. cit., p. 41.

51Le cas de Famin est rare. Les autres chrétiens qui étaient au service des beys husseinites furent, malgré leur adhésion au christianisme et leur attachement à leur terre d’origine, très proches des mamelouks au quotidien. Les Nyssen et les Allegro ont d’ailleurs joué un rôle de médiateurs avec le sérail96. En servant comme « homme d’affaires » des personnages de l’entourage du bey de Tunis, Étienne Famin cherchait à consolider ses intérêts commerciaux. Ce qui a causé parfois des complications diplomatiques. Il faut attendre 1803 (janvier), pour que Famin soit « réintégré dans ses droits et prérogatives de citoyen français ». C’est à ce moment que les sources consulaires précisent sa qualité de « citoyen » français. Famin joue sur ses relations multiples, profitant des liens qu’il peut tisser avec les uns et les autres, (sauf peut-être lorsqu’il s’agit de s’adresser à un État en particulier, comme lorsqu’il revendique à nouveau sa citoyenneté française perdue), et qui de toute évidence pense et agit en marchand qui flaire les opportunités.

Haut de page

Notes

1  Ce texte doit beaucoup à la lecture attentive et aux suggestions de Sadok Boubaker, Anne-Marie Planel et des relecteurs des Cahiers de la Méditerranée.

2  Une orientation bibliographique est proposée par Guillaume Calafat, « Diasporas marchandes et commerce interculturel, familles, réseaux et confiance dans l’économie de l’époque moderne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 66, no 2, 2011, p. 513-531. Voir aussi : Claudia Moatti et Wolfgang Kaiser (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne, Paris, Maisonneuve & Larose, Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 2007.

3  Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre, consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, Droz, 2002, en particulier p. 135-142.

4  Voir Mohammed Lazhar Gharbi (dir.), Être étranger au Maghreb et ailleurs, Tunis, Université de Tunis - Laboratoire Dirasset - Études maghrébines, 2011, p. 9 ; Anne-Marie Planel, Du comptoir à la colonie. Histoire de la communauté française de Tunisie (1814-1883), Paris, Riveneuve Éditions-IRMC, 2015.

5  Voir Kamel Jerfel, « Les Soler de Minorque. Agents de la normalisation des relations entre l’Espagne et Tunis (1786-1828) », dans Sadok Boubaker et Clara Ilham Alvarez Dopico (dir.), Empreintes espagnoles en Tunisie à l’époque moderne et contemporaine, Gijón, Ediciones Trea, 2011, p. 165-230 ; Gérard Van Krieken, « Tunis-La Haye : Relations diplomatiques et consulaires d’après les archives néerlandaises (1607-1884) », Ibla, no 202, 2008, p. 201-277 ; Nejmeddine Kazdaghli, « La famille Nyssen de Tunis et son rôle dans les relations extérieures de la Régence (xviiie-xixe s.) », Arab Historical Review for Ottoman Studies, no 19-20, 1999, p. 335-352. Par ailleurs, l’ouvrage de L. Blili donne quelques explications à l’émergence de certains personnages clés autour des deys et des beys : Leila Ben Temime-Blili, Sous le toit de l’Empire. La Régence de Tunis 1535-1666, Genèse d’une province ottomane au Maghreb, t. I, Tunis, Éditions Script, 2012. Amy Kallander a mis l’accent sur les influences combinées des Ottomans, de l’émigration andalouse et du commerce italien sur la cour beylicale des xviiie et xixe siècles : Amy Aisen Kallander, Women, Gender, and the Palace Households in Ottoman Tunisia, Austin, University of Texas Press, 2013, p. 21-54 et 75-77.

6  Henry de Gérin-Ricard, « Étienne Famin et son vrai rôle diplomatique à Tunis (1795-1802) », Revue tunisienne, vol. 12, no 51, mai 1905, p. 177-193, ill. (vue de La Calle au xviiie siècle). L’auteur déclare vouloir réhabiliter la mémoire de son parent.

7  National Record Administration [NARA], College Park, Maryland, série RG 84, vol. 1. Je remercie ma collègue Amel Mahfoudhi qui m’a communiqué les documents de cette série qui contient des lettres écrites par Étienne Famin, en français, en italien et en anglais. Naval Documents Related to the United States Wars with the Barbary Powers, vol. 1, Naval Operations including diplomatic background from 1785 through 1801, Washington, United States Government Printing Office, 1939. Les archives américaines permettent de restituer les enjeux de la politique extérieure américaine en Méditerranée. Les échanges épistolaires – édités – entre les agents diplomatiques américains et leur autorité de tutelle (le secrétaire d’État) évoquent la question de la navigation américaine en Méditerranée ainsi que la négociation de la paix avec les Barbaresques entre 1785 et 1801. Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE), Paris, Correspondance consulaire (CC), pour les années 1795-1799 ; ainsi que les correspondances éditées par Eugène Plantet, Correspondance des Beys et consuls de France avec la cour, Paris, Félix Alcan, 1899, t. 3 (années 1790-1803) : elles permettent de suivre de près le problème de la déchéance de citoyenneté d’Étienne Famin. Archives Nationales de Tunisie (ANT), Tunis : il s’agit pour l’essentiel de registres fiscaux et de listes de compte qui couvrent la période 1795-1805. Leur intérêt réside dans l’identification des activités commerciales de Famin et son intégration dans le milieu local. Les listes de compte nous révèlent des données importantes sur les transactions commerciales et financières de Famin ainsi que d’autres informations précieuses sur son réseau social, notamment ses rapports avec les notables de Tunis, alors que les registres fiscaux se contentent de nous renseigner sur quelques transactions commerciales.

8  Je remercie Patrick Boulanger, conservateur du patrimoine à la Chambre de commerce de Marseille-Provence, de m’avoir communiqué ces informations.

9  La première mention du nom d’Étienne Famin sur la liste des membres de la Nation française de Tunis date du 7 février 1787. Cf. P. Grandchamp, « Restrictions à Tunis en 1804 », dans Pierre Grandchamp, Autour du consulat de France à Tunis (1577-1881), Tunis, Aloccio, 1942, [rééd. d’articles parus dans La Tunisie française], p. 42.

10  Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. 3, p. 336.

11  Charles Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle, Marseille, Institut historique de Provence, 1973, t. 1, p. 138. L’auteur précise que Basile Samatan possédait aussi onze maisons à Marseille, deux domaines et des magasins.

12  Pétition du 10 juillet 1790, signée par les négociants français : Étienne Famin, Premier député, Minuti, d’Audibert Caille, Mourié, Arnaud, Barthez, Noble et Vianès. Voir François Arnoulet, « Les Français en Tunisie pendant la Révolution française (1789-1802) », manuscrit dactylographié, 1989, fonds Bibliothèque de l’IRMC, Tunis.

13  Maria Alzetto (1769-Tunis, 11 juin 1834) est la fille du facteur de commerce Jean-Baptiste Alzetto (né à Bastia, décédé à Tunis en novembre 1793) et de « Margherita » (probablement originaire de Tabarka, décédée à Tunis en février 1805). Son frère, Jean-Antoine Alzetto (né à Bastia, décédé à Tunis en mai 1807) a épousé la tabarkine Maria Rumbi (Anne-Marie Planel, Du comptoir à la colonie…, op. cit., p. 626).

14  L’ordonnance du Levant soumettait également tout régisseur à renouveler sa caution dans le délai d’un an, après le décès du majeur, en l’occurrence Samatan. Ce dernier est mort guillotiné, comme certains négociants marseillais, le 23 janvier 1794. MAE, Paris, CC, vol. 36, doc. 26, Beaussier à Delacroix, 1er février 1797. Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. 3, p. 267 ; Henry de Gérin-Ricard, « Étienne Famin… », op. cit., p. 179.

15  Jacques-Philippe Devoize (1745-1832). Vice-consul de France à Tunis (décembre 1776 - juillet 1779) sous le consulat de Barthélémy de Saizieu ; commissaire du Roi chargé d’affaires extraordinaires à Tunis, nommé le 21 avril 1791, en poste le 4 avril 1792. Après sa révocation (11 janvier 1796 - 10 août 1797) et après plusieurs ruptures ou tensions diplomatiques tuniso-françaises (1799, mai 1801 - février 1802 et 1814), Devoize retourne à Tunis en tant que consul général de France et chargé d’affaires (17 août 1815 - novembre 1819), (Anne-Marie Planel, Du comptoir à la colonie…, op. cit., p. 716, en réf. à Christian Windler, La diplomatie…, op. cit.).

16  François Arnoulet, « Les Français en Tunisie… », art. cit., p. 38.

17  Signe d’intense activité commerciale, Famin loua à son compatriote Jérôme Noble un entrepôt supplémentaire dans le fondouk des Français de Tunis, pour le prix de 300 piastres l’an. MAE, Paris, CC, vol. 36, doc. 92, Extrait des minutes de la chancellerie du consulat de la République française à Tunis, décembre 1796. La location des magasins du fondouk, entre marchands français autorisés, devint pratique courante à la fin du xviiie siècle.

18  MAE, Paris, CC, vol. 33, doc. 99, Devoize aux membres du comité de Salut public à Paris, 24 mai 1795 ; Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. 3, p. 285. Rappelons que la vente aux pays musulmans de tout matériel de guerre (y compris les planches de bois pour l’armement en course) était prohibée par les anciennes ordonnances royales sur le commerce du Levant (et depuis le Moyen Âge par la Papauté).

19  Devoize est remplacé provisoirement par l’ancien vice-consul de France à Seyde, le citoyen Beaussier, MAE, Paris, vol. 36, doc. 88, Herculais à Joseph Famin, 27 avril 1796.

20  Louis-Alexandre d’Allois d’Herculais, né en 1754, avait accompagné le comte d’Expilly à Alger en 1784 ; ayant d’abord servi dans la marine puis la cavalerie, il était devenu chef de brigade dans les armées de la République. Lors de sa mission, il fit révoquer les deux consuls de France, dans les régences d’Alger et de Tunis, mais il abusa des fonds dont il fut comptable. Il épousa à Tunis la fille de Charles Gordon, l’ancien consul d’Angleterre. François Charles-Roux, « Les travaux d’Herculais ou une extraordinaire mission en Barbarie », Revue de l’histoire des colonies françaises, 1922, p. 1-208. Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. 3, p. 319.

21  Anne-Marie Planel, Du comptoir à la colonie…, op. cit., p. 48-50.

22  Joël Barlow (24 mars 1754 - 20 décembre 1812) était un Américain, poète, diplomate et homme politique. De 1795 à 1797, il fut envoyé à Alger pour assurer la libération des prisonniers américains et négocier des traités avec les régences de Tripoli, Alger et Tunis. Il retourna aux États-Unis en 1805.

23  Alphonse-Marius Rousseau, Annales tunisiennes ou aperçu historique sur la régence de Tunis, Alger, Bastide, 1864, 575 p. ; 2e éd., Tunis, Bouslama, 1980, p. 236 ; Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. 3, p. 273.

24  Ce qualificatif est surtout utilisé en 1799 (ANT, Tunis, registre no 276, fo 41, et registre no 317, en novembre 1797). Le plus souvent, l’administration beylicale le désigne par son seul nom, ce qui confirme qu’Étienne Famin est une personnalité connue ; il peut aussi être désigné, selon l’usage : al-naçrani Famin mercanti al-françise (« Famin le chrétien, marchand français »), les étrangers étant identifiés par leur religion et leur origine géographique.

25  Rachida Tlili Sellaouti, « L’irruption des Américains en Méditerranée : une diplomatie nouvelle ? (1786-1805) », dans Brahim Muhammad Saadaoui (dir.), Études sur l’État, la culture et la société dans l’espace arabo-musulman, Mélanges offerts au professeur Abdeljelil Temimi, Tunis, Centre d’Études et de recherches économiques et sociales, 2013, t. 2, p. 134. Voir aussi : Silvia Marzagalli, « American shipping into the Mediterranean during the French wars : a first approach », Research in Maritime history, no 44, 2010, p. 43-62 ; ainsi que l’étude pionnière d’Émile Dupuy, Américains et Barbaresques : 1776-1824, Paris, R. Roger et F. Chernoziz, 1910 (bibliogr. et annexe : traité de paix) ; rééd., avec une préface d’Alain Bondy et Arthur Chuquet, Paris, Bouchène, 2002.

26  NARA, série RG 84, vol. 1, Barlow (à Marseille) au secrétaire d’État, 17 août 1797. Traduction de Mehdi Jerad.

27  Naval Documents Related to the United States Wars with the Barbary Powers, vol. I, op. cit., p. 275. Le secrétaire d’État à James Leander Cathcart, consul des États-Unis à Tripoli, 20 décembre 1798.

28  NARA, série RG 84, vol. 1, Barlow à Famin, 8 décembre 1796.

29  Une version (en français) de ce traité est disponible dans Mehdi Jerad (dir.), Traités et conventions diplomatiques entre la Tunisie et les puissances occidentales (1626-1955), dans Cahiers des Archives, Tunis, Publications des Archives Nationales de Tunisie, 2011, p. 104-110. Cette paix a été rompue après la déclaration de guerre des États-Unis d’Amérique contre la régence d’Alger en février 1815. En septembre 1815, une escadre américaine, aux ordres du commodore Bainbridge, se rend aux régences de Tunis et de Tripoli pour rétablir les relations avec les États-Unis : Daniel Panzac, Les Corsaires barbaresques : la fin d’une épopée 1800-1820, Paris, CNRS Éditions, 1999, p. 226.

30  Le consul américain William Eaton demeure en poste à Tunis jusqu’en 1803. Soutenu par les canons de navires américains, il monte une expédition et parvient à s’emparer de la ville de Tripoli, le 27 avril 1805. Pour d’amples informations : Daniel Panzac, Les Corsaires barbaresques…, op. cit., p. 68. Plus tard, Charles Cox, chargé d’affaires américain à Tunis entre 1806 et 1814, fut introduit dans le milieu local en nouant des relations d’affaires avec un négociant français, Jacques-Henri Chapelié. Voir Rachida Tlili Sellaouti, « L’irruption… », art. cit., p. 150.

31  Henry de Gérin-Ricard, « Étienne Famin… », art. cit., p. 189. L’expédition d’Égypte date de l’été 1798, la rupture des relations entre la France et l’Empire ottoman intervient le 9 septembre 1798, celle entre la France et Tunis le 15 février 1801. Jamel Ben Tahar, « Les stratégies de la Régence de Tunis durant l’expédition d’Égypte », Égypte/Monde arabe, IIe série, no 1, 1999, p. 162 et p. 165. Sur la rupture des relations franco-tunisiennes en 1799, voir Ahmed Ibn Abi Dhiaf, Ithâf ahl-zamân bi-akhbâr Mulûk Tûnis wa’ Ahd al-amân, Tunis, Maison tunisienne de l’édition, 1989, t. III, p. 45.

32  Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. III, p. 443 et 447, Tunis, 12 janvier 1803, (cité par Anne-Marie Planel, Du comptoir à la colonie…, op. cit., p. 770).

33  MAE, Paris, vol. 36, Devoize à Talleyrand, 24 septembre 1799.

34  Talleyrand est nommé ministre des Affaires étrangères quatre fois ; 19 juillet 1797 - 19 juillet 1799 ; 22 novembre 1799 - 17 juin 1807 ; 13 mai 1814 - 10 septembre 1814 ; 8 juillet 1815 - 23 septembre 1816.

35  François Arnoulet, « Les Français en Tunisie pendant la Révolution (1789-1802) », dans Hédia Khadar (dir.), La Révolution française et le monde arabo-musulman, Tunis, Société tunisienne d’Étude du xviiie siècle - Alif - Éditions Méditerranée, 1991, p. 25-59.

36  Christian Windler, La diplomatie…, op. cit., p. 124. Il s’agit du négociant Dominique-Lazare Arnaud (1745-1811) présent à Tunis depuis décembre 1780. Sur les affaires conclues entre le bey de Tunis et le consul de France, voir ANT, Tunis, registre 123, fo 31 ; ANT, Tunis, Série historique, Carton 206, dossier 81, doc. 64, sans date.

37  Sur la carrière de Youssef Khodja et la fonction de saheb ettabaa, voir Sadok Boubaker, « Sahib Al Taaba’ Youssef », dans Gilbert Buti et Philippe Hrodej (dir.), Dictionnaire des corsaires et des pirates, Paris, Cnrs Éditions, 2013, p. 707-708. M’hammed Oualdi, Esclaves et maîtres. Les mamelouk des beys de Tunis du xviiie siècle aux années 1880, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 163-164. Mohamed Faouzi Mosteghanni, Yûsûf Sâhib al-Tâba‘, ses liens avec le faubourg de bab Souika (fin xviiie - début xixe siècle), DEA en Histoire sous la dir. d’Abdelhamid Hénia, Université de Tunis, Faculté des Sciences humaines et sociales, 2000 [en langue arabe]. André Raymond, Ibn Abî l-Dhyâf, Présent aux hommes de notre temps. Chronique des rois de Tunis et du Pacte fondamental, Chapitres IV et V, Tunis, Alif, IRMC-ISHMN, 1994, 2 vol., vol. 2 « Commentaire historique », p. 170-171 ; Azzeddine Guellouz, « La Tunisie Husseinite au xviiie siècle », Histoire de la Tunisie. 3. Les Temps Modernes, Tunis, STD, 1983, p. 135-275 ; rééd., Tunis, Sud Éditions, 2007, p. 173-323, ici p. 269-292.

38  Mamelouk originaire de Géorgie, Mustapha Khodja était relieur de son métier ; entré au service de ‘Alî Bey II (1759-1770), il s’imposa comme négociateur avec la France après la guerre tuniso-française de 1770 ; promu khaznadâr (1770-1794), il joua un rôle de tuteur auprès du jeune Hammouda Pacha Bey qui le nomma ministre et conseiller dès son accession au trône en 1782. Malgré son âge avancé et ses infirmités, le bey lui confia au début de l’année 1795 le commandement de l’expédition envoyée à Tripoli. Il meurt le 11 octobre 1800 (André Raymond, Ibn Abî l-Dhyâf, Présent aux hommes de notre temps…, op. cit., t. II, p. 158 ; Azzeddine Guellouz, « La Tunisie Husseinite au xviiie siècle », op. cit., p. 254-267). Voir aussi : Hédia Hassine, Moustapha khodja, dirasset chakhssiyya [Mustapha Khodja, étude d’un personnage], Master en Histoire, sous la dir. de Sadok Boubaker, Université de Tunis, Faculté des Sciences humaines et sociales, 2013, p. 86-87 [en langue arabe].

39  Azzeddine Guellouz, « La Tunisie Husseinite au xviiie siècle », op. cit., p. 281-287.

40  Sadok Boubaker, « Sahib Al Taaba’ Youssef », art. cit., p. 707.

41  MAE, Paris, vol. 36, doc. 85 ; Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. 3, p. 348.

42  Ces relations personnalisées sont antérieures à sa désignation de négociateur américain en 1796. Des listes de comptes conservées aux Archives Nationales de Tunisie en attestent : ANT, Tunis, registre no 276, fo 121-122 et fo 128-129.

43  Sur son élection à la députation du Commerce français pour l’année 1796, voir Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. 3, p. 256 ; Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE), Paris, Correspondance consulaire, vol. 32, doc. 59.

44  NARA, série RG 84, vol. 1, Famin à Barlow, 16 janvier 1797, et Famin à George Clarke, 21 décembre 1797. George Rogers Clark (1752-1818), était chargé d’affaires des États-Unis d’Amérique à Alger.

45  Naval Documents Related to the United States Wars with the Barbary Powers, vol. 1…, op. cit., p. 272. Le secrétaire d’État à William Eaton, consul des États-Unis à Tunis, 20 décembre 1798.

46  Mathieu Grenet a montré que la trajectoire individuelle d’Alexis Gierra a également évolué au gré des opportunités professionnelles et sociales. Mathieu Grenet, « Alexis Gierra, “interprète juré des langues orientales” à Marseille : une carrière entre marchands, frères et refugiés (fin xviiie - premier tiers du xixe siècle) », dans Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Olivier Raveux (dir.), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2013, p. 51-64.

47  Silvia Marzagalli, « American shipping into the Mediterranean… », op. cit., p. 50.

48  Alger en 1795 et Tripoli en 1796.

49  Mr. Rand, marchand américain qui circulait entre les pays d’Afrique du Nord et Naples ou encore le capitaine Graves qui avait l’habitude d’affréter son navire pour des transactions commerciales. En 1797, Graves affréta son schooner pour aller à Bristol : NARA, série RG 84, vol. 1, Famin à Barlow, 10 mars 1797.

50  Selon certains auteurs, Famin aurait joué un rôle d’agent de renseignement auprès d’Herculais, mais nous n’avons relevé aucun document en ce sens. Voir Rachida Tlili Sellouati, « Un modèle du fonctionnaire public : Jacques Devoize-Voiron, consul de France à Tunis », dans Jean-Pierre Jessenne (dir.), Du Directoire au Consulat, t. III, Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’État-Nation, Villeneuve d’Asq, ANRT, 2001, p. 474. De son coté, Jamel Ben Tahar (« Les stratégies de la Régence… », art. cit., p. 166) a montré que la circulation des informations relatives aux mouvements de l’escadre anglaise en Méditerranée, après la prise de Malte par les Français le 10 juin 1798, se faisait par le biais des corsaires tunisiens.

51  Wakil du Beylik, chargé de vendre les bestiaux venus de la régence d’Alger à Tunis.

52  NARA, série RG 84, vol. 1, Famin à Barlow, 16 février 1797.

53  En l’occurrence, une montre d’or à répétition avec chaîne, sept montres d’or avec chaînes, cinq chaînes d’or, trois fusils garnis en or, six pistolets, un fusil garni en argent, cinq pièces de brocard, une pièce satin, huit pièces de drap et dix pièces de drap de Sedan ; NARA, série RG 84, vol. 1, Famin à O’Brien, 19 mars 1798.

54  Les documents d’archives tunisiens que nous avons consultés ne précisent pas qui sont les commanditaires de Famin, ni les bénéficiaires des opérations de rachat pour lesquels il a servi d’intermédiaire.

55  MAE, Paris, CC, vol. 36, doc. 236, Famin à Devoize, sans date (probablement début de l’année 1798).

56  D’autres noms de captifs français figurent dans le registre no 123 ; voir aussi ANT, Tunis, registre 286, fo 75.

57  Daniel Panzac, Les Corsaires barbaresques …, op. cit., p. 102.

58  Ibid., p. 65-76.

59  ANT, Tunis, registre 276, fo 129. Liste des dépenses effectuées par Étienne Famin sur les affaires du garde du Sceau Youssef, 15 mai 1795.

60  Joachim Östlund, « Swedes in Barbary captivity : the political culture of human security, circa 1660-1760 », Historical Social Research, vol. 35, no 4, 2010, p. 148-163, ici p. 157. Voir Gustaf Fryksén, « The ‘Omnipresent’ Consul : George Logie, Ottoman North Africa and the Swedish commercial expansion in the Mediterranean, 1722-1776 », opublicerad master-uppsats, Lunds universitet, 2015 ; ibid., « Les réseaux de la diplomatie et du commerce : George Logie, consul de Suède et intermédiaire marchand en Afrique du Nord, v. 1726-1763 », dans De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (xviie-xixe siècle), éd. par Arnaud Bartolomei, Guillaume Calafat, Mathieu Grenet et Jörg Ulbert, Madrid, Rome, Casa de Velasquez, EFR, 2017.

61  Signalons que le premier traité de paix entre la régence de Tunis et le royaume de Naples ne devait être conclu que le 21 juin 1799, soit cinq mois après la fin de la mission américaine de Famin (20 janvier 1799). La même année, l’armée française envahit le royaume de Naples en chassant la dynastie des Bourbons, dont les membres se réfugient en Sicile. Une république est instaurée en janvier. Cette période est marquée également par la rupture des relations entre la France et l’Empire ottoman durant trois années (1798-1801 lors de l’expédition d’Égypte).

62  Eugène Plantet, Correspondance…, op. cit., t. 3, p. 315. Lettre d’Herculais à Delacroix (19 février 1797), lettre d’Herculais à Delacroix : « […] la paix de Naples avec les deux régences va se conclure, le citoyen Famin qui est à moitié maure, ayant su s’imposer comme intermédiaire […] ». De leur côté, les sources tunisiennes qualifient Famin de « marchand français », et non de « chargé d’affaires des États-Unis d’Amérique », bien qu’il soit toujours en fonction. ANT, Tunis, Série historique, Carton 186, dossier 1055 bis, doc. 6, 24 février 1797.

63  Nous n’avons aucune information sur l’identité et le rang de ces captifs musulmans.

64  NARA, série RG 84, vol. 1, Famin à O’Brien, avril 1798. Richard O’Brien est consul des États-Unis d’Amérique à Alger entre 1798 et 1801.

65  Charles Carrière (Négociants…, op. cit., p. 880) a montré la fréquence des entreprises familiales, au sein du négoce marseillais et l’importance de l’autofinancement.

66  Le qafiz (unité de mesure des céréales, des légumes secs et des olives) équivaut à 320 kg, au début du xviiie siècle.

67  ANT, Tunis, registre no 276, fo 121, 2 novembre 1797.

68  ANT, Tunis, registre no 276, fo 121.

69  Francesca Trivellato, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, Hindous de Goa : réseaux marchands et échanges interculturels à l’époque moderne », Annales. Histoire et Sciences Sociales, vol. 58, no 3, 2003, p. 581-603. Voir aussi : Francesca Trivellato, The familiarity of strangers : The Sephardic diaspora, Livorno, and cross-cultural trade in the early modern period, New Haven, Yale University Press, 2009.

70  ANT, Tunis, registre no 276, fo 121 et fo 129, 2 janvier 1798. On relève dans ce même registre l’achat de tissus en provenance de Malte et de Marseille par les marchands du Dar el-Jeld, ainsi que du bois en provenance du Levant et de Venise.

71  Le sarâh est un permis d’exporter un certain nombre de produits dont la sortie hors de Tunisie était interdite ou soumise à autorisation (André Raymond, Ibn Abî l-Dhyâf, Présent aux hommes de notre temps…, op. cit., t. II, p. 77). Plus largement, le terme signifie soit le rachat de captifs, soit toute licence donnant la possibilité de vendre et d’acheter, la valeur de cette licence variant selon l’identité de l’exportateur et les années. En tant que permis d’exporter, il était spécifique aux marchands étrangers et tunisiens.

72  En cette période d’isolement du comptoir (du point de vue français), Devoize ne recevait plus ses appointements et devait commercer pour subsister. Voir Mourad Regaia, Al-ouadh’a al-jibai bi-albilad at-tounissiya fi alqarn al-thamin ashar : mithal jihaoui giyadat soussa 1705-1820 [La fiscalité en Tunisie au xviiie siècle : un exemple régional du caïdat de Sousse, 1705-1820], DEA en histoire, sous la dir. de Taoufik Bachrouch, Université de Tunis, Faculté des Sciences humaines et sociales, 1986, t. II, p. 694-695 ; ANT, Tunis, Série historique, Carton 206, Dossier 81, doc. 64, liste de compte entre le bey de Tunis et le consul Devoize, sans date.

73  Une recherche sur les éventuelles opérations commerciales d’Herculais, engagées depuis Alger ou Tunis, avec des maisons de commerce marseillaises, permettrait peut-être d’apporter des éléments de réponse.

74  ANT, Tunis, registre no 286, fo 12.

75  ANT, Tunis, registre no 276, fo 141.

76  Christian Windler, La Diplomatie…, op. cit., p. 124.

77  Paul Masson, Histoire des établissements…, op. cit., p. 595.

78  Les documents ne précisent pas la situation géographique de cette maison ; MAE, Paris, CC, vol. 36, doc. 92, décembre 1796.

79  Ibid.

80  Azzeddine Guellouz, « La Tunisie Husseinite au xviiie siècle », op. cit., p. 283.

81  En étudiant la participation des différentes catégories sociales dans l’exportation des principales denrées alimentaires de la régence de Tunis entre 1795 et 1814, Mohamed Faouzi Mosteghanemi a montré la présence d’un « colossal groupe de pression » qui conditionna pendant près de vingt ans l’ensemble de la vie économique de la régence. Ce groupe est représenté par les marchands de la cour, les petits marchands locaux, les marchands européens, les marchands juifs et les consuls. Il s’est appuyé sur les registres de sarâh afin de fixer la part de ces catégories dans le commerce extérieur de la régence de Tunis. Ainsi, les marchands de la cour accaparent 40,25 % de l’exportation des huiles, 33,39 % du blé et 28,09 % de l’orge. Mohamed Faouzi Mosteghanemi, Balat bardou zamana hammouda basha, 1782-1814 [La cour du Bardo sous le règne de Hammouda Pacha, 1782-1814], Thèse de doctorat en histoire, sous la dir. d’Abdelhamid Hénia, Université de Tunis, Faculté des Sciences humaines et sociales, 2007, t. II, p. 447.

82  Responsable de la ville de Tunis.

83  NARA, série RG 84, vol. 1, Famin à O’Brien, 2 mars 1799. Dans l’état actuel de nos informations, on ne peut pas savoir si Famin en tant que wakil assurait l’armement des ports corsaires.

84  Ou dîme, impôt en nature qui valait le 1/10 de la récolte. L’achour entrait dans le système d’impôts réguliers des pays arabes

85  ANT, Tunis, registre no 2330.

86  De l’abondance de la récolte dans la région du Sahel dépendait, pour une bonne part, l’importance du commerce annuel des Français. Les huiles étaient le produit le plus exporté vers la France : Paul Masson, Histoire des établissements et du commerce français dans l’Afrique barbaresque (1560-1793) : Algérie, Tunisie, Tripolitaine, Maroc, Paris, Hachette, 1903, p. 598 ; Patrick Boulanger, « Huiles lampantes et pour fabrique, les importations tunisiennes dans la France du xviiie siècle », dans Samira Sehili (dir.), L’Olivier en Méditerranée entre histoire et patrimoine, La Mannouba, Centre de Publication Universitaire, 2011, t. I, p. 415-437.

87  ANT, Tunis, registre no 286, fo 8 et fo 9. Originaire de Djerba, Younes Ben Younes mena à Tunis une longue carrière de négociant. Ses activités sont attestées depuis 1764.

88  Les Ben Ayed sont une dynastie jerbienne de fermiers beylicaux dont on peut suivre les activités sur près d’un siècle, de 1740 à 1837. Ils commercent avec la Méditerranée orientale, les grands ports italiens, Malte, Alicante, Barcelone et Marseille. Voir Sadok Boubaker, « Négoce et enrichissement individuel à Tunis du xviie siècle au début du xixe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 50-4, octobre-décembre, 2003, p. 45.

89  Après la mort de Famin, en 1810, Mahmoud Djellouli, chef de la lignée tunisoise, dirigea des opérations commerciales en association avec le consul français Devoize. Voir Christian Windler, La Diplomatie…, op. cit., p. 129.

90  ANT, Tunis, registre no 331, fo 14. On ne sait pas si Étienne Famin était complice dans cette affaire.

91  ANT, Tunis, registre no 317, fo 9, 17, 40, 49, 56, 88, 104, 107 et 113 ; ANT, Tunis, registre no 286, fo 8, 9, 11, 12, 13, 15, 18, 24, 25, 27, 29 et 75 ; ANT, Tunis, registre no 2330, sans folio. Ces registres n’indiquent ni la destination des exportations ni le pourcentage de prélèvement du sarâh ce qui nous aurait donné une idée, même approximative, de la valeur du commerce.

92  Mesure de capacité : à Tunis, le métar d’huile équivaut à 19,04 litres.

93  Sadok Boubaker, « Sahib Al Taaba’ Youssef », art. cit., p. 707-708.

94  Anne-Marie Planel, Du comptoir à la colonie, op. cit., 2015, p. 767. Parrainages : Jacques Devoize et son épouse ; le docteur Laurent Gay ; César Nyssen, consul de Hollande ; l’épouse du chancelier Adanson ; les négociants Famin, Arnaud et Barthez.

95  Ibid., p. 649. Les autres témoins sont : Nyssen, 38 ans, commissaire général de la République batave à Tunis ; Laurent Gay, 49 ans, premier médecin du Bey.

96  M’hamed Oualdi, Serviteurs et maîtres…, op. cit., p. 41.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mehdi Jerad, « Étienne Famin, « chargé d’affaires américain » à Tunis : entre enjeu identitaire et logique clientéliste (fin xviiie - début xixe siècle) », Cahiers de la Méditerranée, 94 | 2017, 285-304.

Référence électronique

Mehdi Jerad, « Étienne Famin, « chargé d’affaires américain » à Tunis : entre enjeu identitaire et logique clientéliste (fin xviiie - début xixe siècle) », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/8733

Haut de page

Auteur

Mehdi Jerad

Maître-assistant à la faculté des lettres et des sciences humaines de Sousse, Medhi Jerad est directeur du département d’histoire depuis août 2014. Ses travaux de recherche, élaborés au sein du laboratoire « Histoire des économies et des sociétés méditerranéennes », portent sur l’histoire sociale de la Tunisie moderne. Il vient de faire paraître en 2015, La correspondance de Jean Antoine Molinari, consul suédois à Tunis 1764-1778, (correspondance introduite et annotée), Facultés des lettres et des sciences humaines de Sousse, Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, Laboratoire « Histoire des économies et des sociétés méditerranéennes », Tunis, 607 p.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals