Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Geneviève Goussaud-Falgas, Le Consulat de France à Tunis aux xviie et xviiie siècles. Vie quotidienne, Paris, L’Harmattan, 2014, 304 p.

Jörg Ulbert
p. 357-359

Texte intégral

  • 1  Le consulat de Tanger (des origines à 1830), Paris, A. Pedone, 1967.
  • 2  Le consulat de France à Alger de 1578 à 1830, thèse d’histoire de droit, Aix-Marseille III, 1985.
  • 3  Le consulat de France à Salonique, 1781-1913, thèse d’histoire, Université Paris IV – Sorbonne, so (...)
  • 4  Το γαλλικό προξενείο της Άρτας (1702-1789), Ioannina, 1981.
  • 5  Le consulat français de Barcelone. Une institution en construction (1679-1716), thèse de l’École n (...)
  • 6  Le consulat général de France à Québec et à Montréal de 1859 à 1914, Paris, A. Pedone, 1970.

1Les monographies qui traitent dans la diachronie d’un consulat français sont clairsemées. Jacques Caillé s’est penché sur le consulat de Tanger1. Bernard Gille a consacré sa thèse à celui d’Alger2, Mathieu Jestin la sienne à celui de Salonique3 et A. Siorokas Georgios la sienne à celui d’Arta4. D’une manière chronologiquement plus resserrée, Julien Sempéré a étudié à deux reprises le poste de Barcelone5, et Pierre Savard ceux de Québec et de Montréal6.

2On peut donc désormais ajouter Tunis à cette liste. Il y existait un consulat provençal et languedocien dès 1255 (p. 53). Le consulat royal y a été créé en 1577 et est maintenu, sans doute avec quelques interruptions au cours de son premier siècle d’existence, jusqu’à nos jours. Le titre du livre de Geneviève Goussaud-Falgas promet une analyse des xviie et xviiie siècles. Or, à y regarder de plus près, l’ouvrage traite surtout de la période 1680-1710. Rares sont les passages qui dépassent cet horizon.

3Le livre est divisé en neuf chapitres. Deux traitent de la situation politique, extérieure comme intérieure, dans laquelle se trouve la Régence de Tunis à l’époque moderne (p. 13-28, 193-204) et un autre de son commerce (p. 205-242). Un chapitre est réservé à la question spécifique de l’esclavage à Tunis et au rachat des esclaves chrétiens (p. 243-279) ; un autre l’est à la personne du commissionnaire Nicolas Béranger, dont la correspondance et le Mémoire pour servir l’histoire de Tunis constituent les principales sources du livre (p. 135-155). Les autres chapitres traitent du consul et de ses tâches (p. 73-112, 113-134), du fondouk, ce lieu clos dans lequel est situé le consulat et où sont logés les marchands français (p. 39-72), et de la nation française dont le consul a la charge (p. 157-192).

4Comme le sous-titre de l’ouvrage l’indique, Geneviève Goussaud-Falgas cherche à relater la vie quotidienne des consuls de France et des Français alors installés dans l’Échelle. À première vue, elle y parvient largement. C’est surtout à travers les yeux de Nicolas Béranger, mais également à travers ceux des consuls Antoine Michel (1679-1681), Étienne Ducoudray-Plastrier (1681-1683), Claude Lemaire (1684-1685), Jean-Baptiste Michel (1685-1689), Auger Sorhaindre (1689-1711) et Pierre-Victor Michel (1711-1716) que l’auteur décrit la vie des Français à Tunis. La place est sujette à de fréquents troubles dus aux luttes intestines entre beys et deys (p. 15-17, 197-202) et aux conflits avec la Régence voisine d’Alger (p. 194-197, 210-215). Ces affrontements menacent à maintes reprises les étrangers sur place et font pâtir le négoce. Si Tunis est « une des plaques tournantes de l’esclavage de cette époque » (p. 246), son commerce semble avoir été languissant (p. 76, 210-215, 240-242). D’après Béranger, il n’y avait, à la fin du xviie siècle, de la place que pour cinq maisons négociantes. Or elle en comptait le double (p. 161, 224). Ce n’était pas que l’instabilité politique de la Régence qui nuisait au commerce. La course (p. 217-218), les épidémies (p. 231) et la concurrence des caravanes maritimes ainsi que celle des autres nations européennes, et particulièrement celle des Anglais (p. 224-229), le mettaient également à mal.

5C’est le consul qui administre la nation française sur place, qui assiste les capitaines et marchands de passage (p. 122-133) et qui défend les intérêts du commerce français auprès des autorités beylicales. Là aussi, Geneviève Goussaud-Falgas donne un bon résumé de la diversité des tâches qui incombent au consul : le contrôle des mœurs de la communauté française (p. 94, 115), les relations souvent difficiles avec les beys de Tunis (22-34), l’activité de la chancellerie (p. 50-54, 215), la gestion du fondouk (p. 39-72), son activité au profit des protégés du consulat (p. 175) et des esclaves chrétiens (p. 113-115, 243).

  • 7  Plantet Eugène (éd.), Correspondance des beys de Tunis et des consuls de France avec la cour (1577 (...)
  • 8  Grandchamp Pierre (éd.), La France en Tunisie à la fin du xvie siècle (1582-1600), Tunis, Société (...)

6Si la construction du livre ne laisse rien à désirer, sa conception scientifique peut surprendre. L’étude repose exclusivement sur des sources publiées. En soi, cela ne pose pas de problème. Tunis est sans doute le poste consulaire français pour lequel les sources publiées sont les plus abondantes. Dès la fin du xixe siècle, Eugène Plantet a donné une édition, en trois volumes, de la correspondance des beys et des consuls avec la cour de France7. Puis Pierre Grandchamp a publié, dans l’entre-deux-guerres, une longue série de documents tirés des archives du consulat de France de Tunis qui incluent également de nombreux actes dressés en chancellerie8. Néanmoins, il aurait été souhaitable de confronter ces sources déjà connues à de nouvelles. Cela aurait permis de reprendre à nouveaux frais un sujet déjà amplement étudié par d’autres auteurs.

  • 9  Béranger Nicolas, La régence de Tunis à la fin du xviie siècle : mémoire pour servir à l’histoire (...)
  • 10  Pour les références de ces deux auteurs et toutes les autres parues au cours des trois dernière dé (...)

7Or, à en juger des références bibliographiques citées, Geneviève Goussaud- Falgas n’a même pas dû se rendre compte que la recherche sur la fonction consulaire à l’époque moderne en général, et sur le consulat de Tunis en particulier, a fait quelques progrès ces dernières années. Sa bibliographie (p. 297-300) contient exactement deux titres parus après 1989. Tous deux sont des éditions de sources, dont celle du Mémoire de Nicolas Béranger qui sert de principale source au livre9. Il ne se trouve en revanche aucune trace des nombreuses publications qui touchent de loin ou de près aux sujets abordés par Geneviève Goussaud-Falgas. Que penser d’un ouvrage qui souhaite étudier le consulat de France à Tunis aux xviie et xviiie siècles et qui ne cite pas, pour ne nommer qu’eux, les travaux de Christian Windler ou d’Anne-Marie Planel10 ? Que dire de ces chapitres qui traitent de la fonction consulaire sans faire le moindre état des nombreuses études publiées depuis vingt ans sur ce sujet, ni même de la thèse d’Anne Mézin ? Que dire d’un chapitre qui traite des esclaves à Tunis et de leur rachat sans citer une seule des innombrables publications consacrées à l’économie de la rançon ?

8Le livre de Geneviève Goussaud-Falgas aurait pu convenir s’il avait été publié il y a trente ans. Aujourd’hui il n’en est plus de même.

Haut de page

Notes

1  Le consulat de Tanger (des origines à 1830), Paris, A. Pedone, 1967.

2  Le consulat de France à Alger de 1578 à 1830, thèse d’histoire de droit, Aix-Marseille III, 1985.

3  Le consulat de France à Salonique, 1781-1913, thèse d’histoire, Université Paris IV – Sorbonne, sous la direction de M. Robert Franck, soutenue le 30 juin 2014, 2 vol.

4  Το γαλλικό προξενείο της Άρτας (1702-1789), Ioannina, 1981.

5  Le consulat français de Barcelone. Une institution en construction (1679-1716), thèse de l’École nationale des Chartes, Paris, 2010 ; Le consulat français de Barcelone (1679-1716). Guerre et commerce en Méditerranée, thèse d’histoire sous la direction de Wolfgang Kaiser, soutenue le 22 mars 2014 à l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne.

6  Le consulat général de France à Québec et à Montréal de 1859 à 1914, Paris, A. Pedone, 1970.

7  Plantet Eugène (éd.), Correspondance des beys de Tunis et des consuls de France avec la cour (1577-1830), 3 vol., Paris, F. Alcan, 1893-1899 [vol. 1 : 1577-1700 ; vol. 2 : 1700-1770 ; vol. 3 : 1770-1830].

8  Grandchamp Pierre (éd.), La France en Tunisie à la fin du xvie siècle (1582-1600), Tunis, Société Anonyme de l’Imprimerie Rapide, 1920 ; La France en Tunisie au début du xviie siècle (1601-1610), Tunis, Société Anonyme de l’Imprimerie Rapide, 1921 ; La France en Tunisie au xviie siècle (1611-1620), Tunis, Imprimerie générale J. Barlier et Cie, 1925 ; La France en Tunisie au xviie siècle (1621-1630), avec une lettre-préface de Ch. De la Roncière, historien de la Marine française, Tunis, Imprimerie générale J. Barlier et Cie, 1926 ; La France en Tunisie au xviie siècle (1631-1650), Tunis, Librairie Tournier, 1927 ; La France en Tunisie au xviie siècle (1651-1660), Tunis, Librairie Tournier, 1928 ; La France en Tunisie au xviie siècle (1661-1680), Tunis, J. Aloccio, 1929 ; La France en Tunisie au xviie siècle (1681-1700), Tunis, J. Aloccio, 1930 ; La France en Tunisie au xviie siècle – Correspondance de Nicolas Béranger de Marseille, marchand à Tunis (1692-1700), Tunis, J. Aloccio, 1932 ; La France en Tunisie de 1701 à l’avènement de la dynastie Hassinite (1705), Tunis, J. Aloccio, 1933.

9  Béranger Nicolas, La régence de Tunis à la fin du xviie siècle : mémoire pour servir à l’histoire de Tunis depuis l’année 1684. Introduction et notes de Paul Sebag, Paris, L’Harmattan, 1993.

10  Pour les références de ces deux auteurs et toutes les autres parues au cours des trois dernière décennies voir le détail dans : Ulbert Jörg, Manke Matthias et Fryksén Gustaf, « Bibliographie : L’histoire de la fonction consulaire jusqu’au début de la première guerre mondiale », Cahiers de la Méditerranée, no 93, décembre 2016, p. 79-336.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jörg Ulbert, « Geneviève Goussaud-Falgas, Le Consulat de France à Tunis aux xviie et xviiie siècles. Vie quotidienne, Paris, L’Harmattan, 2014, 304 p. », Cahiers de la Méditerranée, 94 | 2017, 357-359.

Référence électronique

Jörg Ulbert, « Geneviève Goussaud-Falgas, Le Consulat de France à Tunis aux xviie et xviiie siècles. Vie quotidienne, Paris, L’Harmattan, 2014, 304 p. », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/8768

Haut de page

Auteur

Jörg Ulbert

Université de Bretagne Sud, Lorient
CERHIO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals