Navigation – Plan du site
Notes et travaux de recherches

Les peintures flamandes et hollandaises dans les collections d’art des Grimaldi de Monaco (xviie-xviiie siècle)

Francesca Bottacin
p. 253-276

Résumés

Les Grimaldi furent de grands amateurs de l’art néerlandais : Honoré II en regardant encore vers Gênes et, par conséquent, en y choisissant les Flamands qui étaient alors en activité dans cette ville (Rubens, van Dyck, Jan Roos et les de Wael), et Antoine Ier plus tourné vers la France et les goûts de la cour de Versailles et sa préférence pour Rubens, surtout pour le cycle de Marie de Médicis ; autant que pour les paysages (Brill, Brueghel). Quant à Jacques Ier, il est au contraire un homme de son siècle, revêtant une dimension ouvertement européenne, qui se reflète dans le choix de Rembrandt et de nombreux peintres hollandais du Siècle d’Or.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Archives du Palais de Monaco (désormais APM), C 338.

Je prie Monsieur de Malenfant de donner au porteur du present billet, le deux petit tableaux de Wandermer, que jay vu hier chez luy, le quel luy en payera le prix, dont il voudra bien de mettre le recu au bas de ce billet.
à Paris, le premier decembre millesept cens trente neuf.
Le Duc de Valentinois1

1Que cette commande, signée par Jacques Ier lui-même, se réfère aux deux peintures de Jan Vermeer de Delft ne reste qu’une supposition alléchante, mais que ce souverain ait été un passionné d’art flamand et hollandais, est un fait avéré ; toutefois l’attirance de la famille Grimaldi pour les peintres néerlandais commence bien avant.

  • 2  « Monaco possède un magnifique Palais, composé de chambres, de marbres, de peintures et d’armes, a (...)
  • 3  Léon-Honoré Labande, Le Palais de Monaco, Paris, Librairie Ancienne Honoré Champion, 1932.
  • 4  Pour un approfondissement du contexte historique général : Thomas Fouilleron, Des princes en Europ (...)

2« [Monaco] ha un Palazzo bellissimo di fabriche, stanze, marmi, pitture et giardini, armeria e libreria bellissima… » : c’est ainsi que l’Arbore di casa Grimalda di Monaco2 décrit le Palais en 1619, permettant d’avoir un premier aperçu de ce qui deviendra, entre les xviie et xviiie siècles, l’une des collections artistiques les plus importantes de l’Europe. Le Palais3 était donc magnifique et richement décoré : depuis le début du xviie siècles ses jardins, et tout particulièrement ses meubles, furent loués à plusieurs reprises par les nobles, les ecclésiastiques, les diplomates et les voyageurs4. Les Grimaldi, devenus princes de Monaco en 1612, rassemblent une collection riche et diversifiée, élevée au rang de regalia. En son sein, les peintures, d’une très grande qualité, en constitueront la partie fondamentale.

3Cependant, aussi importante que soit cette collection, du moins en ce qui concerne les tableaux, elle reste encore peu connue au-delà de Monaco, même si elle a été attentivement étudiée récemment, de la thèse de Thomas Fouilleron, ample fresque historique sur la « nécessaire illustration artistique », aux contributions plus spécifiques de Tiziana Zennaro, Giulia Savio, et autres. Un travail d’approfondissement reste à faire pour mieux appréhender la réalité d’une collection comptant parmi les plus intéressantes de son temps, même si une grande partie en a malheureusement été dispersée.

1. Philippe de Champaigne, Portrait de Honoré II, Monaco, Palais princier

1. Philippe de Champaigne, Portrait de Honoré II, Monaco, Palais princier

Honoré II (1597-1662), seigneur puis prince de Monaco (1604-1662), portant le cordon de l’ordre français du Saint-Esprit, par Philippe de Champaigne, huile sur toile, 1651. Archives du Palais de Monaco.

© Geoffroy MOUFFLET - Archives du Palais de Monaco

  • 5  Inventario de diversi mobili d’oro et altri come dentro, pertinenti all’IImo et Eccmo don Honorato (...)
  • 6  Hercule Ier (24 septembre 1562 - 21 novembre 1604), veuf de Maria Landi (✝ 26 janvier 1599), laiss (...)

4Au début du xviie siècle, le catalogue des œuvres peintes est modeste et reste encore à construire : les inventaires5 rédigés post mortem d’Hercule Ier6 ne mentionnent qu’une petite quarantaine de tableaux, dont certains sont ainsi catégorisés : dix-huit d’inspiration religieuse, cinq portraits, deux batailles, une nature morte et un sujet mythologique. Aucun auteur n’est mentionné.

  • 7  « … non seulement à Rome, à Venise, et en d’autres parties d’Italie, mais également en Flandres et (...)
  • 8  24 décembre 1597 - 10 janvier 1662. Gustave Saige, Honoré II et le Palais de Monaco, Monaco, Impri (...)

5Très rapidement toutefois, parce que « … non solo in Roma, in Venezia, ed in altre parti d’Italia, ma anco in Fiandra ed in Francia modernamente si è messo in uso di parare i palazzi compitamente co’ quadri, per andare variando l’uso de’ paramenti sontuosi usati per il passato »7, Honoré II8 se plie aux modes des cours italiennes, mentionnées par Vincenzo Giustiniani.

  • 9  Tiziana Zennaro, « Un portrait inédit d’Hippolyte Trivulce, première princesse de Monaco par Fede (...)
  • 10  Luca Lo Basso et Michelle Noero, « Guerre navale, espionnage et commerce d’œuvres d’art en Ligurie (...)

6De fait, entre les xve et xvie siècles, le modèle italien du studiolo s’essoufle, et on lui préfère désormais celui de la gallerie, particulièrement appréciée en France, qui peut célébrer son propriétaire, conserver et exposer. Honoré sera donc le premier prince à être amateur d’art : même s’il est éduqué à Milan – il y épousera d’ailleurs Ippolita9 qui appartient à la puissante famille Trivulce –, il a toutefois une culture internationale. Il aime séjourner à la cour de France et charge des agents, de Paris à Gênes, d’être ses intermédiaires pour acheter des œuvres d’art. Ses échanges épistolaires avec Giovanni Antonio Sauli nous sont connus ; ami et parent, il était lié à de nombreux peintres italiens, en particulier avec Orazio Gentileschi, et surtout à des Flamands, comme Lucas et Cornelis de Wael, ainsi que Jan Roos10.

  • 11  Inventaire dressé après la mort d’Honoré II, Prince de Monaco, dans Léon-Honoré Labande, Inventair (...)
  • 12  Les chiffres donnés sont approximatifs et il est parfois difficile de connaître le nombre exact de (...)
  • 13  Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. XI, CXXV.
  • 14  Au no 814, on peut lire : « Un quadro di Raffaele Buonarrota, rappresentante Dio Padre, tagliato d (...)
  • 15  Au no 644 sont mentionnés 11 tableaux « tutte copie di Triola » (Laurent Gastaldi) [toutes copies (...)

7Par conséquent, Honoré rénove et enrichit la collection du Palais. En 1664, deux ans avant sa mort, on rédige un inventaire assez soigné et encore en langue italienne11, dans lequel on passe de quarante à près de 720 peintures, 65 miniatures, différents dessins et estampes, et environ 30 tableaux ou écus décorés avec des arbres généalogiques12. La majorité des tableaux est de nature profane : paysages, vedute, natures mortes, batailles, etc. (environ 300) ; suivent les thèmes religieux (environ 200) ; les thèmes historiques, mythologiques ou allégoriques (environ 140) ; et enfin 130 portraits, desquels beaucoup sont ceux des membres de sa famille. Bien que ce document soit rédigé par un professionnel, le peintre Laurent Gastaldi Triola13, peu de noms d’artistes sont mentionnés, avec quelques approximations de surcroît : un Dieu le Père est attribué à « Raffaele Buonarrota »14. Toutefois, on comprend que la majorité des artistes sont des peintres français contemporains, tels Ambroise ou Michel Fredau, Philippe de Champaigne, Hilaire Pader ; enfin, il convient de souligner l’existence de différentes copies réalisées par ce même Laurent Gastaldi, ou par les frères Vento de Menton15.

8Après les peintres français, la présence la plus significative est celle des Italiens, ce qui confirme la culture classique du prince avec, entre autres, Ferrari, Titien, Bassano, Parmigianino, Carrache, Cambiaso.

  • 16  Au no 818, « Una testa del Salvatore, d’Alberto Duro, molto antica e vechia, e sue aure che si chi (...)
  • 17  Au no 815, « Due teste d’Apostoli, alte 2 palmi e larghe 1 ½, e sue cornici nere piane, di Rubens. (...)
  • 18  Au no 632, « Altri 20 quadri longhi, di palmi 5 et altri palmi 3, di piccole figurine di Cornelio (...)

9Mis à part une évocation de Albrecht Dürer16, de culture nordique mais principal représentant de la peinture allemande de la Renaissance, seuls deux Néerlandais sont mentionnés : Rubens, avec deux têtes d’apôtres (S. André et S. Simon)17, et Cornelis de Wael, avec au moins 28 tableaux comportant des petites figures18.

  • 19  Huile sur toile, 1627, Rome, Musei Capitolini.

10Le choix de Rubens, prince des artistes flamands, le peintre le plus riche et réputé de l’Europe du xviie siècle, de stature internationale dans le sens qu’il menait de front des carrières artistique et diplomatique, était presque obligé pour tous les collectionneurs de ce temps. Par contre, le nom de De Wael, trait d’union entre la Flandres et l’Italie, est étroitement lié à Gênes, où il était en activité, non seulement en tant que peintre et graveur, mais également comme commerçant d’art conjointement à son frère Lucas, tous deux immortalisés dans un splendide portrait signé par Anton van Dyck19.

  • 20  Voir note 50.
  • 21  Lucas de Wael (Anvers 1591-1661) ; Cornelis de Wael (Anvers 1592-1667) : Clario di Fabio, « Dai Va (...)
  • 22  Jan Roos (Anvers 1591 - Genova 1638) : Anna Orlando, « Dal Nord a Genova. Pittura fiammingo-genove (...)
  • 23  Au no 169 de l’inventaire de 1731, nous pouvons lire : « Item, 2 tableaux d’egale grandeur, dont l (...)
  • 24  L’information est fournie dans une lettre expédiée à Sauli le 27 novembre 1629. Concernant les réc (...)
  • 25  Anton van Dyck (Anvers 1599 - Londres 1651). Pour de plus amples informations : Susan J. Barnes et (...)
  • 26  L’attrait pour les objets nordiques se perçoit déjà dans la présence de cinq tapisseries flamandes (...)

11En réalité, les peintures flamandes devaient être plus nombreuses20 : on s’en aperçoit à la lecture de la correspondance qu’il entretint avec Giovanni Antonio Sauli, en partie conservée aux Archives Durazzo-Giustiniani de Gênes, et dans laquelle sont notamment indiquées une douzaine d’œuvres des de Wael (Lucas et Cornelis21), et un tableau pour la cuisine exécuté par Jan Roos22. Ce dernier, élève de Jan de Wael, père de Lucas et de Cornelis, arrive à Gênes en 1614, où il est hébergé par les deux frères et travaillera à ses natures mortes sa vie durant, italianisant son nom en « Giacomo Rosa ». Il devait sans doute aussi y avoir plus de peintures signées par « Rosa » : éventuellement un tableau figurant un vieillard, deux autres figures, ainsi que celle de la déesse Flore23. Par ailleurs, nous savons avec certitude que Cornelis de Wael se rendit à Monaco en 1629 pour apporter des lettres de Sauli, et une fois arrivé, il s’y établit un temps afin de compléter des œuvres, obtenant également une commande pour en réaliser d’autres24. Rubens, Roos et de Wael, auxquels on peut ajouter le nom du merveilleux Anton van Dyck25, cité par la suite, tous donc peintres flamands, baroques et actifs à Gênes. La préférence d’Honoré II pour les biens produits en Flandres se manifeste également dans la présence de tapisseries et de tentures de Flandres au Palais26.

  • 27  Pour plus d’informations sur le collectionnisme : Giovanna Perini Folesani et Anna Maria Ambrosini (...)
  • 28  Raffaella Noero, « Le destin d’Aurelia Spinola, une aristocrate du xviie siècle partagée entre Gên (...)

12Le goût d’Honoré, qui oscillait entre classicisme français et baroque flamand-génois, est également rappelé dans les sujets des tableaux : en fait, beaucoup d’entre eux sont mythologiques, tandis que la préférence pour les œuvres à caractère religieux est moindre, surtout si nous faisons un parallèle avec les collections italiennes en général27. Plus tard, cette conception sera confirmée par Francesco Fulvio Frugoni, conseiller spirituel et politique d’Aurelia Spinola28, veuve de son fils Hercule, qui écrivait au sujet de la collection :

  • 29  « Les peintres les plus classiques d’Europe en étaient réduits à se battre avec des pinceaux dans (...)

I dipintori più classici dell’Europa erano racchiusi à battersi co’ pennelli branditi in quell’anfiteatro d’onore, in cui era gloria eziandio l’esser vinto. Il Buonarota con Raffaello : il Tintoretto col Tiziano : il Pierino col Bordone : il Bassano con Benedetto, Guido Reni col Rubens, Alberto Duro col Vandicco, il Cambiagio col Paggi ; e cento altri pittori della riputazione più souranizzata, che si stimano gli Apelli, i Zeusi & i Protogeni dell’Età corrente, vi formano un torneo, che richiedendo spettatrice la maraviglia, rendea insuperabile al sommo la pregiatezza29.

  • 30  Pour le collectionnisme de l’époque à Gênes voir les récents travaux d’Andrea Leonardi, Genoese wa (...)

13Par conséquent nous trouvons les Toscans et les Vénitiens du xvie siècle, Dürer, les immanquables Génois, le classiciste Guido Reni et les baroques Rubens et van Dyck : sa collection rèflete le goût prédominant dans ce temps entre la France et Gênes30.

  • 31  Michael North, Art and Commerce in the Dutch Golden Age, New Haven/Londres, Yale University Press, (...)
  • 32  Cornelia Diekamp, « La quadreria del principe Eugenio di Savoia ambientata nei suoi palazzi vienne (...)

14L’asbsence des peintures hollandaises, qui ne commencent à apparaître que récemment sur le marché international, étant donné la jeunesse de cette République du Nord31, ne doit donc pas nous étonner32.

  • 33  25 juillet 1642 - 3 janvier 1701.
  • 34  APM, C 85. Léon-Honoré Labande publie quelques extraits de L’Inventaire dressé après la mort de Lo (...)

15La dynastie continue avec le petit-fils d’Honoré II, Louis Ier33 (son fils Hercule étant mort prématurément). C’est un personnage qui n’enrichit que faiblement le trésor constitué par son grand-père ; en 1698, il fut désigné par Louis XIV comme ambassadeur de France près le Saint-Siège, et il aménagea le Palais sis via Lungara avec les meubles qu’il avait fait apporter de Monaco par la mer. Il meurt le 3 janvier 1701 et, dans les inventaires rédigés post-mortem, sa contribution la plus significative fut celle de très nombreux portraits, parmi lesquels ne semblent pas figurer des œuvres néerlandaises34.

2. Hyacinthe Rigaud, Portrait d’Antoine Ier, Monaco, Palais princier

2. Hyacinthe Rigaud, Portrait d’Antoine Ier, Monaco, Palais princier

Antoine Ier (1661-1731), prince de Monaco de 1701 à 1731, huile sur toile par Hyacinthe Rigaud (1659-1743). Archives du Palais de Monaco.

© Geoffroy MOUFFLET - Archives du Palais de Monaco

  • 35  25 janvier 1661 - 20 février 1731.

16Par contre, le prince Antoine Ier est une figure de tout premier ordre qui, succédant en début de siècle à Louis, se retrouve avec un palais déjà aménagé mais dépouillé des meubles emportés à Rome par son père35. Il lui faudra par conséquent le décorer à nouveau.

  • 36  Gustave Saige, « Journal de voyage du prince Antoine de Monaco en Italie et en Allemagne (1769-168 (...)
  • 37  Dominique-Joseph Bressan (Monaco 1670-1746), fils d’un diplomate en France ; son éducation artisti (...)
  • 38  Jean-Augustin Vento (Menton 1663-1737). En fait, dans l’inventaire de 1731, peu de noms sont menti (...)
  • 39  Débutée à partir de 1722, espèce de sanctuaire consacré à la gloire de Louis XIV : Gustave Saige, (...)
  • 40  Auxquelles s’ajouteront les portraits des contemporains illustres qui s’étaient distingués dans l’ (...)
  • 41  Adam Frans van der Meulen (Bruxelles 1632 - Paris 1690).
  • 42  « Dix-neuf tableaux, de la haut. de 2 pans 1 pouce et de larg. 1 pan 8 pouces, la bordure comprise (...)

17Passionné de musique et amateur de peinture, nous pouvons toutefois deviner une première attirance pour la peinture flamande, qui se manifeste par la volonté de faire reproduire certaines œuvres : en plus des copies des peintures qui l’avaient particulièrement frappé au cours de ses voyages en Italie36 et à Versailles, exécutées par Joseph Bressan, monégasque37, et Jean Augustin Vento de Menton38, il en commande d’autres pour décorer sa célèbre « salle des conquêtes »39 : elles reproduisent alors des estampes de batailles et sièges40 du Flamand van der Meulen41. De plus, il demande à Vento de copier des estampes du cycle voulu par Marie de Médicis, et exécuté par Rubens pour les jardins du Luxembourg42.

  • 43  Id., p. 165 ; Gustave Saige, Glanes…, op. cit., p. 277 sqq.
  • 44  Jean-Baptiste Van Loo (Aix-en-Provence, 1684-1745). Réfugié à Aix au cours du siège de Toulon, il (...)
  • 45  Gustave Saige, Glanes…, op. cit., p. 280 ; Léon-Honoré Labande, Catalogue des peintures, 1919, p.  (...)

18Toutefois, le choix spécifique de la Salle des Conquêtes, tout comme la volonté de collectionner beaucoup de portraits royaux, prouve avant tout son attachement à Louis XIV et à Louis XV, ses protecteurs, ainsi qu’à toute la famille royale en général : à ce propos, voyez les Portraits de Louis XV et de Maria Leczinska43 peints par Jean-Baptiste van Loo44. Ce même van Loo qui, selon Saige, n’était pas très apprécié par Antoine, exécute en 1712 un portrait de la princesse Louise-Hippolyte, qui figure parmi le petit nombre de ceux qui nous sont parvenus45. De conséquence, le goût d’Antoine paraît influencé par la cour de Versailles et le classicisme français en général, et ce encore plus qu’auparavant.

19Toutefois, mieux que des supputations sur les préférences artistiques du souverain, c’est ce même prince qui nous fournit des indications précises sur les collections, et conséquemment sur son goût, en les louant dans un des poèmes de sa composition :

  • 46  Martine Rousseau-Chatelin, « Les poésies d’un prince souverain au dix-huitième siècle », Annales m (...)

Sur un roc escarpé d’une hauteur énorme / Une ville paroït sur une plateforme / Que l’on voit autour d’elle offrir aux étrangers / La vue et le parfum de dix mille orangers […] / Là, dis je, le burin et l’excellent pinceau / ont osé confier ce qu’ils ont de plus beau. / Raphaël, Titien, Véronese, le Guide. / Et tant d’auteurs d’un mérite solide, / Paul Brille, Breugle / Carache et Jules Romain / Ornent un cabinet d’une savante main, […] / Et ce riche Palais, plein de tous ces trophées, / Semble n’être construit que de la main des fées46.

  • 47  21 février 1731. Cet inventaire est très important car il fut rédigé à l’occasion de la succession (...)

20Cette description rencontre un écho dans l’Inventaire dressé après la mort du prince Antoine I47, selon lequel Antoine laisse environ 1290 tableaux, sans compter les arbres généalogiques et les écus décorés, les miniatures incrustées de bijoux, les peintures sur soie, les cartes géographiques et les estampes.

  • 48  Parmi lesquels figurent le très bel Antoine Ier de Rigaud (Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. (...)

21En ce qui concerne les sujets, nous notons une augmentation des tableaux à thème religieux (près de 300), une diminution des thèmes mythologiques (apparemment, ils concernent une centaine de peintures, alors que dans l’inventaire précédent, ils étaient 140), et un nombre toujours plus conséquent de portraits : 34548. Mais le noyau dur est formé par les tableaux profanes : 125 paysages, 65 perspectives et vedute, 18 marines, 26 batailles, ainsi que 150 scènes de genre et des natures mortes. En n’occultant jamais la complexité de la question de l’attribution des tableaux dans les anciens inventaires, nous déduisons de celui de 1731 que les artistes français sont toujours les plus nombreux, également à cause de nombreuses copies ; à leur suite figurent les Italiens, comme dans la collection précédente.

22À l’instar d’Honoré II, une certaine passion pour les produits manufacturés de l’ex-duché de Bourgogne se devine à travers les inventaires, entre autres par le grand nombre des « tapisseries de Flandres », et des « toiles et habits de drap noir de l’Hollande », « pièces de Flandres… d’Audenarde », ou encore par les « culotte de Bruxelles et chemise de toile d’Hollande ».

  • 49  Nous n’avons pas pris en compte la collection des estampes d’après de peintres célèbres, de Rubens (...)
  • 50  D’aucuns ayant déjà appartenu à Honoré II : ibid., p. 159, no 156.

23Les gravures nordiques signées van der Meulen et par d’autres sont également de différentes sortes49. Nous noterons également que la mention « école flamande », qui est souvent spécifiée comme signe distinctif, accompagne de nombreuses peintures, au moins une cinquantaine50 : on en déduit aisément que les œuvres nordiques devaient être beaucoup plus considérables que celles que nous connaissons à présent, même s’il est impossible de faire des supputations sur l’identité des artistes.

  • 51  Inv. 1731, no 548, « Reine Esther », ibid., p. 194. Déjà cité dans un catalogue de 1717, APM, C 33 (...)
  • 52  On le reconnaît peut-être déjà du temps d’Honoré, dans le no 780 de l’Inventaire de 1664 : Léon-Ho (...)
  • 53  François Louis Colins, peintre, restaurateur et marchand de Bruxelles, à qui le roi de France avai (...)

24Rubens se démarque encore parmi les peintres flamands : on ajoute aux deux têtes déjà mentionnées, un autre tableau du même auteur intitulé Reine de Saba visitant Salomon51 et un Enlèvement des Sabines52, attribué également à Hendrick van Balen par Colins53 ; dans les anciens inventaires, van Balen est souvent confondu avec Rubens, avec qui il a partagé le même maître, Adam van Noort.

  • 54  Il s’agit d’Hercule Grimaldi, fils d’Honoré II : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 2 (...)
  • 55  Ibid., (inv. 1717), p. CXXVII. Il est également cité le portrait de Charles Quint, APM, C 338, cat (...)

25Finalement, nous trouvons le nom d’Anton van Dyck, le plus raffiné parmi les portraitistes, celui-là même qui prendra la place de Rubens dans le cœur de l’aristocratie génoise. Ses portraits sont nombreux, probablement d’aucuns ayant appartenu à Honoré II : celui du marquis de Baux54, de Ludovico Gallarati, d’Augustino Landi, et de Giulia Landi55.

  • 56  L’artiste flamand Duquesnoy se prénommait François, et non Juste, de plus, il était sculpteur.
  • 57  Léon-Honoré Labande, Catalogue…, op. cit., p. 61, no 125. Pour plus d’informations sur le peintre  (...)

26Parmi les toiles flamandes du xviie siècle, citons encore une Annonciation de « Giusto Fiammingo », que Labande associe à « Juste Duquesnoy »… une personne n’ayant aucune existence officielle56 ; par contre, nous pouvons probablement attribuer cette peinture à l’artiste caravagesque homonyme, alors en activité à Rome vers les années 167557.

  • 58  Aux numéros 550, 565, 566, 664 (à ce numéro figurent deux ovales), Léon-Honoré Labande, Inventaire (...)
  • 59  Au no 223, « Item, un tableau représentant en petit des bocages, toutes sortes d’animaux et poisso (...)
  • 60  Au no 660, « Autre, représentant Adam et Éve avec des bocages et des oiseaux, long 2 pans 4 pouces (...)
  • 61  Dans le catalogue publié en 1919 par Labande des tableaux de Jan Brueghel sont signalés aux no 214 (...)
  • 62  Au no 75 « Premièrement, 5 tableaux d’égale grandeur, de la même main, dont 4 représentant des che (...)
  • 63  Voir la note 22.
  • 64  Au no 278, « Item, 5 autres grands tableaux, longs 10 pans ½ et hauts 7 pans 1/3, la bordure compr (...)
  • 65  Au no 280, « Item, 12 autres tableaux pareil, représentant des sujets en petit, les uns des batail (...)

27Les meilleures galeries de l’époque, celles de France, de la péninsule italienne et d’Espagne, ne pouvaient sans doute pas se permettre de faire l’impasse sur les peintures de paysage, genre qui s’accroît de manière fulgurante au xviie, justement grâce à des artistes flamands tels que Paul Brill et Jan Brueghel. Et, de fait, dans l’inventaire figurent une série de paysages signés de Brill58, qui existaient peut-être déjà précédemment, ainsi que de Breughel avec, en plus, quatre paysages avec personnages, parmi lesquels une sorte d’Allégorie de la Nature avec Jupiter et Junon59 e un Adam et Éve60 ; mais d’autres devaient également faire partie de la collection61. Entre paysage et nature morte, nous trouvons les noms de Rosa da Tivoli et encore de Jan Roos. Le premier, considéré comme étant de culture flamande-italianisante, est présent avec sept tableaux, parmi lesquels un paysage et quatre autres tableaux avec des figures d’animaux, achetés à un certain Jean-Joseph Dumonceau à Rome62 ; du second, nous trouvons différentes œuvres, en particulier deux d’entre elles, une avec des figures et une déesse Flore, qui existaient déjà du temps d’Honoré63, et six tableaux représentant Fruits et fleurs, Neptun et les Tritons, La cuisinière, Homme en armure avec femme et enfant, Orphée, ainsi qu’une Diane64, et treize autres, entre batailles, paysages et scènes de genre attribuées à ce même peintre, dit « le Flamand » par antonomase65.

  • 66  Au no 588 une peinture de fleurs par « Marius de Fleurs » est mentionnée – peut-être identifiée da (...)
  • 67  Ibid., p. CXXIX. Jacob van Ruisdael (Haarlem 1628/29 - Amsterdam 1682).
  • 68  Ibid. ; Léon-Honoré Labande, Catalogue…, op. cit., p. 100 et 119, no 128. Willem van de Velde l’An (...)
  • 69  D’après Labande, il s’agit de Pieter de Molijn le jeune, dit Tempesta (1637-1701), Léon-Honoré Lab (...)

28Parmi toutes ces natures mortes66 et paysages, à travers lesquels transparaît le goût des collectionneurs, nous trouvons finalement des artistes hollandais : Ruisdael, éventuellement Jacob67, magnifique paysagiste à l’esprit pré-romantique qui était, et cela ne doit rien au hasard, aimé de Goethe ; Willem van de Velde ainsi qu’Abraham Storck, de qui est mentionné un Navire au bassin de radoub et port de mer68 ; auxquels on pourra peut-être ajouter une Tempête de mer, si on conçoit de l’attribuer à Pieter de Molijn69. Ces choix, indépendamment de la justesse des attributions, dénotent une préférence pour la peinture de marine qui était à la mode dans la seconde moitié du xviie siècle et rencontrait particulièrement les faveurs des collectionneurs anglo-saxons, dont les artistes tels que van de Velde, furent des interprètes extraordinaires.

  • 70  Paris 22 novembre 1639 - avril 1751. Pour plus de précisions sur le personnage : Marcel Langlois, (...)
  • 71  Franck Biancheri, « Louise-Hippolyte Grimaldi, Princesse souveraine de Monaco », Annales Monégasqu (...)

29Jacques Ier fut sans aucun doute l’un des collectionneurs les plus intéressants de la famille Grimaldi70. Jacques-François-Léonor de Matignon règne brièvement suite au décès prématuré de son épouse Louise-Hippolyte Grimaldi71, survenu en décembre 1731, peu après celui du père de celle-ci, Antoine Ier ; il fut contraint d’abdiquer le 7 novembre 1733, en faveur de son fils, le futur Honoré III, et il abandonna définitivement la régence en 1740.

3. Pierre Gobert, Portrait de Jacques Ier, Saint-Lô, Musée des Beaux Arts

3. Pierre Gobert, Portrait de Jacques Ier, Saint-Lô, Musée des Beaux Arts

Jacques Ier (1689-1751), prince de Monaco de 1731 à 1733, né Jacques de Goyon-Matignon, époux de la princesse Louise-Hippolyte, huile sur toile par Nicolas de Largillière (1656-1746), 1718. Archives du Palais de Monaco.

© Saint-Lô. Musée des Beaux Arts

  • 72  Très récemment, la collection d’art de Jacques en particulier a été attentivement étudiée par Thom (...)
  • 73  Martine Rousseau, «Les Réflexions morales… », art. cit., p. 78.
  • 74  En ce qui concerne les collectionneurs et amateurs d’art de la région, contemporains du duc, voir (...)
  • 75  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 555. De plus, le duc fait ég (...)
  • 76  À l’instar des autres princes souverains, les Grimaldi avaient le droit de battre monnaie. Mais se (...)
  • 77  Plus généralement : Antoine Schnapper, Le géant, la licorne et la tulipe. Collections et collectio (...)
  • 78  C’était la maison de famille et peut-être sa demeure préférée dans laquelle il se rendait, en comp (...)
  • 79  Ils sont cités dans le catalogue de 1730 à la date de 1725 : APM, C 338.
  • 80  Hérités de son père en 1725 ; jusqu’à la Révolution, les guides de l’époque décrivent déjà l’Hôtel (...)
  • 81  Acheté le 14 juin 1726 ; pour décorer cette maison, il ne fera pas que déplacer d’autres tableaux, (...)
  • 82  Entre 1732 et 1739, ce sont déjà soixante-six tableaux qui partent de Monaco pour Paris : Léon-Hon (...)
  • 83  Edmond Bonnaffé, Dictionnaire des amateurs français au xviie siècle, Paris, A. Quantin, 1884, p. 2 (...)

30Personnage complexe et éclectique, élevé chez les Jésuites et grand amateur d’Art72 et des Belles Lettres, il se plaisait à se définir lui-même comme un Démocrite moderne73. Il suit le goût des amateurs de l’époque74, ses rapports avec des personnages d’importance sont renseignés, comme pour le célèbre financier et collectionneur Pierre Crozat75, et est attiré par tout ce qui peut se collectionner : tableaux, monnaies et médailles76, orfèvrerie, porcelaine, marbres et bronzes, mais aussi objets scientifiques77. Ses achats de peintures se concentrent surtout entre 1730 et 1740 et se développent également en accueillant les tableaux provenant du château possédé par les Matignon à Torigni en Normandie78, en particulier de très nombreux portraits79 ; la collection devient énorme, et vient surtout décorer le fameux hôtel Matignon80 et son hôtel de Passy81. En fait, entre son abdication au trône de Monaco et l’abandon définitif de la régence, Jacques « prélèvera » la partie la plus prestigieuse de la collection amassée à Monaco, laissant le Palais totalement dépouillé82. Comme nous l’avons vu, la galerie monégasque, avant sa « fusion » avec les comtes de Matignon – qui étaient incontournables depuis longtemps dans le monde des collectionneurs entre Paris et Torigni83 –, était déjà extrêmement riche.

  • 84  Léon-Honoré Labande, Les portraits des princes et princesses de Monaco exécutés par le peintre Pie (...)
  • 85  Jean-Etienne Liotard naît en Suisse de parents français (Genève 1702-1789). Rosalba Carriera (Veni (...)

31Passionné par les portraits, il demeure fidèle à la tradition de ses prédécesseurs et entend privilégier les Français, plus particulièrement Pierre Gobert84, même si, en 1728, il commandera personnellement deux portraits, peut-être des pastels, à un jeune Liotard et en 1742, il demandera à obtenir pour son plaisir deux tableaux « de la Rosalba » Carriera, qui était déjà célèbre à Paris depuis une vingtaine d’années85. Par conséquent, contrairement à d’autres collectionneurs, il est sensible à la peinture contemporaine et aux portraitistes internationaux de son temps ; mais à cette époque, il est vrai que l’art néerlandais ne compte aucun artiste de renom dans cette spécialité.

32C’est lorsqu’il débute sa collection en 1716 qu’il fait preuve, pour la première fois, d’un attrait pour la peinture du Nord, en faisant l’acquisition d’un anonyme Joueur de flûte qui, étant donné le sujet, pourrait être attribué à un artiste nordique de l’aire caravagesque ; si une telle hypothèse ne peut être confirmée, le choix d’une scène profane ou « de genre » corrobore déjà la sensibilité artistique du prince, décidément peu adepte de la peinture religieuse. De plus, dans les années 1716/1717, à l’instar de ses prédécesseurs et comme cela était coutumier à son époque lorsque la photographie n’existait pas encore, il décida de décorer ses demeures de « villégiature » en commandant de nombreuses répliques à Bressan en particulier ; il s’agissait de copies de grandes signatures italiennes (Tiziano, Bassano, etc.), mais aussi flamandes, tel Les quatre éléments de Jan Brueghel.

  • 86  APM, C 338. Deux tableaux représentant des Bergers sont estimés ensemble 440 l. à Paris (1751).
  • 87  Anvers 1610 - Bruxelles 1690.
  • 88  APM, H* 43, 28 février 1726.
  • 89  APM, H* 43, 5 janvier 1727.
  • 90  APM, H* 47, 29 juin 1732. Léon-Honoré Labande, Jacques Grimaldi…, op. cit., p. 45-82.
  • 91  Les inventaires post-mortem réalisés en 1751 par le peintre Collins, fournissent des éléments ulté (...)
  • 92  Tableau mis en vente en 1812 : Préliminaires. Catalogue d’une collection précieuse de tableaux des (...)
  • 93  Ce dernier, ainsi que d’autres, sont également mentionnés à Torigni : Thomas Fouilleron, Des princ (...)
  • 94  Voir note 97.
  • 95  De Téniers, d’autres répliques sont également mentionnées : un Mangeur de moules, un Fumeur, etc.
  • 96  Lambert de Hondt (Mechelen ? 1620-1665).

33En 1718, en se basant sur les reçus, il acquiert les premières peintures nordiques d’une certaine importance, au milieu d’un nombre considérable d’achats d’œuvres du « Beau pays », à savoir trois Pastorales de Téniers86. David Teniers le Jeune87, gendre de Jan Brueghel, fut un peintre éclectique et « léger », très aimé de tous les collectionneurs européens. De même, il achètera : en 1726, deux Paysages avec Hommes et animaux88 ; en 1727, deux « originaux », qui ne sont pas spécifiés, près le peintre De Launay pour 400 l. chacun89 ; et par la suite une Pêche90 pour 700 l. Mais beaucoup d’autres Téniers se retrouvent aussi, à l’époque de sa mort, à Paris, Passy et Torigni91 : La tentation de saint Antoine92, la Bénédicité93, une Danse de paysans devant un obélisque et un Paysans à table (qui peuvent éventuellement être rapprochés des achats précédents), un Fumeur, le Pansement du pied (qui appartenait déjà à son père)94; des Gens à table et des Canards, ensemble à plusieurs autres qui ne sont pas identifiés avec précision, à Passy ; en plus de très nombreuses copies ou de travail d’atelier95, ou de successeurs tel Lambert de Hondt96, présent avec deux tableaux de l’Arche de Noé.

  • 97  Il va sans dire que de nombreux Flamands, outre ceux qui sont dans les précédentes collections des (...)
  • 98  à la même date, il achète aussi un Mars et Vénus surpris par Vulcan en flagrant délit de Hans Rott (...)
  • 99  APM, C 338 ; ibid.
  • 100  APM, H* 47, mai 1733. La copie d’un autoportrait de son épouse est également mentionnée à Passy.
  • 101  APM, C 338, au no 163 de l’Inventaire de 1737. Cette peinture, à l’authenticité mise en doute, fut (...)
  • 102  Le 1er juillet 1748, le peintre Antoine de Favray est payé pour avoir vendu un Croc-en-jambe d’apr (...)
  • 103  APM, C 338. Actuellement, attribué à Cornelis de Vos, Portait de Susanne de Vos, Frankfurt, Städel (...)
  • 104  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 544. Le tableau est cité san (...)
  • 105  Gravé par Lucas van Uden. Sur la question : Francesca Bottacin, « Rubens dans les collections Grim (...)

34Par conséquent, la majorité des achats des tableaux flamands semblent être de Teniers, qui suit Rubens97 : en 1719, Jacques achète un Satire jouissant d’une femme98 ; en 1724, un Loth buvant avec ses filles99 ; en 1728, un Portrait d’Ambrogio Spinola, célèbre commandant des troupes espagnoles lors de la guerre de trente ans ; et en 1733, un Autoportrait, peut-être une copie100. En mars 1737, Colins restaure un Pan et Sirinx exposé par la suite à la rue de Varenne101, mais il devait en posséder certainement d’autres102 avec, parmi eux, le tableau dit l’Enfant de Rubens103, ainsi qu’un Portrait de Marie de Medicis, qu’il déplace entre les demeures de Paris et de Passy104 ; et peut-être un Paysage105.

  • 106  APM, H* 43, 28 mars 1729 ; C 338. Peut-être la Vierge à l’enfant à l’hôtel de Matignon, et la Vier (...)
  • 107  En 1736, Colins demande 3 l. « pour avoir netoyé une Venus et Adonis de Vandack », et 24 l. pour a (...)
  • 108  Le comte de Montrose est retrouvé dans la vente aux enchères de 1812 : Préliminaires. Catalogue d’ (...)
  • 109  APM, C 338. Frans Pourbus II (Anvers 1569 ca. - Paris 1622). Un autre tableau de Charles V est dit (...)

35Le 28 mars 1729, il fait l’acquisition d’un tableau de van Dyck pour pas moins de 2 700 l. : le Vœu à la Vierge106, et Colins nettoie un Vénus et Adonis107 dont il est propriétaire ; un Bourgmestre et le Comte de Montrose sont indiqués comme étant à l’hôtel parisien108, tandis que Deux têtes représentant deux hommes cuirassés, le sont à Passy ; il existe également différentes mentions à son nom pour l’achat de copies d’élèves ou de tableaux à la manière de grands artistes. Concernant encore les portraits, nous trouvons entre autres Charles de Matignon et son pendant Eleonor d’Orléans, un Duc de la Roche en 1725 et, à Paris en 1751 un Henri IV par Frans Pourbus le Jeune109, très grand portraitiste flamand qui, au début du xviie siècle, fut, conjointement à Rubens, peintre de la cour de Vincenzo II Gonzague à Mantoue.

4. Manuel Salvador Carmona, « Le fils de Paul Rubens », gravure, Archives du Palais princier de Monaco

4. Manuel Salvador Carmona, « Le fils de Paul Rubens », gravure, Archives du Palais princier de Monaco

Le fils de Paul Rubens (en réalité de Cornelis de Vos et représentant sa fille), gravure par Manuel Salvador Carmona, 1762. Archives du Palais de Monaco

© Geoffroy MOUFFLET - Archives du Palais de Monaco

  • 110  Jacob Jordaens (Anvers 1593-1678).
  • 111  APM, C 338, mars et avril 1743, 6 décembre 1743.
  • 112  En 1736, Colins réclame 8 l. « pour avoir recollé et racomodé un Bachus de van Bal », APM, C 338. (...)
  • 113  Ces deux tableaux sont cités entre 1732 et 1739, dans les expéditions en partance pour Paris ; voi (...)
  • 114  Cités entre 1732 et 1739, dans les expéditions en partance pour Paris, APM, C 338. Le tableau n’a (...)

36Toujours dans le style du baroque flamand, Jacques achète de Jordaens110, deux tableaux « en pilastre » chez le marchand Julliot111 ; probablement un Bacchus112, Le jugement de Salomon et L’enlèvement des Sabines de van Balen113, et peut-être La chaste Suzanne tentée par des veillards de Pieter van Mol, qui sera également accrochée à Passy ; et à Thorigny deux de Crayers114.

  • 115  Frans Snyders (Anvers 1579-1657).
  • 116  Au moins deux autres Snyders, Gibiers et Poissons, se trouvent à Paris en 1751 : Thomas Fouilleron (...)
  • 117  Adriaen de Gryef (Anvers 1670 - Bruxelles 1715). Deux sont signalés à Passy, mais ce sont peut-êtr (...)
  • 118  Achetées par le marchand Mercier. APM, C 353. En 1751, les œuvres de ce peintre présentes dans l’h (...)
  • 119  APM, C 338. Le 5 mai 1749, le marchand de tableaux De Gavin, est payé 360 l. pour « deux tableaux (...)

37Dans le genre de la nature morte : un Snyders115, peut-être ce Lion que combat un sanglier présent à Paris en 1751, et estimé 212 l., ou des Fruits116 ; deux pendants avec Animaux dans le paysage de de Gryef117, payés 108 l.118 ; deux tableaux avec Chevaux et mulets de Pieter van Bloemen119.

  • 120  APM, H* 41, 25 septembre 1721. Théobald Michau (Tournai 1676 - Anvers 1675).
  • 121  APM, H* 43, 28 février 1726. Mais une note rédigée par le duc nous apprend que les « Corneille » d (...)
  • 122  Corneille ou Cornelis Metsys ou Massys (Anvers 1510 ca. - 1566 ca.).
  • 123  APM, C 338. Joos de Momper (Anvers 1564-1635).
  • 124  Voir la note 97.
  • 125  APM, C 338, 15 avril 1729, 4 juin 1729, 17 mai 1730 ; H* 43, 31 octobre 1731 ; H 17. APM, H* 43, 2 (...)
  • 126  APM, C 338, « Deux paysage de Breughel representant l’un un homme faisant boire deux chevaux, l’au (...)
  • 127  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 545-546. La famille Francken (...)
  • 128  Pieter Bruegel le Vieux (Breda? 1525 - Bruxelles 1669). Son fils, Pieter le Jeune (Bruxelles 1564  (...)

38Mais plus encore que la nature morte, Jacques semble particulièrement aimer les paysages : en 1721, il achète deux petits Michau, qu’il conservera à Paris120 ; en 1726, il acquiert pour 60 l. un petit Paysage de Corneille121, peut-être Metsys122 ; en 1727, une scène de Labourage et une de Moisson de Joos de Momper123 ; hérité de son père, un Paul Brill124, et il en achète un autre entre 1729 et 1731, ainsi qu’un avec Chèvres en provenance de la vente de Nocé pour la somme considérable de 1 500 l125 ; deux paysages de Brueghel chez le marchand Beauchamp le 20 juin 1732126 ; d’autres œuvres de Brill sont signalées dans les différentes demeures, avec des de Momper, Brueghel et Francken127. De plus, deux Paysans de Brueghel sont mentionnés à Passy : vu le sujet, on peut penser qu’il s’agit, non de Jan, mais plutôt de son père ou de Pieter II128.

  • 129  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 515.

39La peinture historique qui, du reste, n’est pas trop mise à l’honneur par les Néerlandais, ne semble pas trop l’intéresser : en 1720, il rend hommage à la tradition de la Salle des Conquêtes en achetant La battaille de Dunes et Le siège d’Ostende de van der Meulen129.

  • 130  APM, H 11, pour 60 l., octobre 1721.
  • 131  Quentin Metsys (Louvain 1466 - Anvers 1530) ; Marinus van Roymerswaele (Reymerswael 1490 - Goes 15 (...)
  • 132  David Freedberg, « Art and Iconoclasm, 1525-1580. The case of the Northern Nederland », dans Jan P (...)

40Des primitifs flamands, il semble qu’il n’achète qu’un « tableau sur toile representant deux hommes qui comptent de l’argent », entré dans les registres de comptes en octobre 1721130 et qui, en se basant sur le sujet, semblerait être du fait de Metsys o de Marinus van Roymerswaele131. L’absence de tableaux néerlandais des xve et xvie siècles ne doit pas étonner : à cette époque, ils étaient rarement sur le marché, à cause de l’iconoclasme du xvie siècle132, mais aussi car ils étaient peu prisés par les propriétaires des collections italiennes et européennes du xviie siècle.

  • 133  Gaspar van Wittel dit Vanvitelli (Amersfoort 1653 - Rome 1736). La Vue de Venise se trouve à l’hôt (...)

41Mais le plus significatif, est que Jacques ouvre sa collection à la peinture hollandaise : en effet, il aime beaucoup les artistes du Siècle d’Or puisque, déjà en 1719, il achète trois Vues de Rome et une Vue de Venise de Gaspard van Wittel133, peintre de prédilection des nobles romains et européens.

  • 134  Les 14 et 20 mars 1732, id., p. 517.
  • 135  Pieter van Laer dit Bamboche (Haarlem 1599-1642).
  • 136  « Pour avoir netoyé et pointillé un petit Berghem – 6 ». APM, C 338. Copies de « l’Abreuvoir de Be (...)
  • 137  Dans l’inventaire de 1751, une Danse de satires et Danse de paysans sont évaluées 350 l. à Paris. (...)
  • 138  D’autres copies de Poelemburgh sont signalées à Passy. Cornelis van Poelemburgh (Utrecht 1590 ca.  (...)
  • 139  Une « Hotte » est estimée 60 l. à Passy. Willem Romeijn (Haarlem 1624 ca. - post 1693).

42Parmi les italianisants, il acquiert deux tableaux, dont une Marine134, de Bamboche135 qu’il gardera à Paris ; et un Nicolas Berchem, que Colins restaure en mars 1737136. Puis nous trouvons deux paysages hollandais de Breembergh, artiste qui devait lui plaire assez, puisque plusieurs de ses tableaux étaient mentionnés, entre Paris et Passy137 ; deux Baigneuses, des copies d’après Cornelis van Poelemburgh138 ; un Paysage avec des animaux de Willem Romeyn139. Ces artistes étaient aimés des collectionneurs romains au xviie siècle, pensons à la collection Colonna, mais peu par les critiques qui leur reprochaient d’être de mauvais goût ; toutefois, au xviiie, ils deviennent des classiques : déjà, Ferdinand III de Medicis avait étendu ses choix aux scènes de genre et aux Néerlandais, tandis qu’à un niveau international, ils figuraient dans la célèbre collection de l’archiduc Léopold Guillaume de Habsbourg à Bruxelles, peinte à plusieurs reprises par son conservateur David Teniers, et qui sera par la suite intégrée à celle de Vienne.

  • 140  APM, C 338. En 1803, une Vue de Hollande, paysage et marine, par Storck, provenant de l’hôtel de M (...)
  • 141  Jacobus Storck (Amsterdam 1641-1700 ca.).
  • 142  APM, H* 43, 13 mai 1729 ; C 338.

43En ce qui concerne les marines, le 1er mars 1731, il achète pour 170 l. au peintre Pletz un Port de mer140, signé Jacobus Storck141 ; plusieurs autres marines sont indiquées à Passy, parmi lesquelles une signée par Reiner Nooms. De surcroît, il est probable qu’une Vue de Rotterdam anonyme, achetée le 13 mai 1729, soit hollandaise142.

  • 143  Adriaen van Ostade (Haarlem 1610-1685).
  • 144  Jan Steen (Leiden 1626-1679).
  • 145  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 537. Gerard ter Borch (Zwoll (...)
  • 146  Anthonie Palamedes (Delft 1601 - Amsterdam 1673).
  • 147  Deux Marché aux chevaux sont estimés 18 l. à Passy, où l’on mentionne également un Chevaux à l’abr (...)

44Puis, les peintures de genre ne manquent pas : en 1746, il achète pour 36 l. au marchand bijoutier Blondel, deux Adriaen van Ostade, probablement Une fileuse et un Homme tenant un pot, mentionnés dans la demeure parisienne143. Et quelque « Fijnschilders » : un Loth et ses filles de Steen144, un portrait de ter Borch145. En outre, à l’hôtel de Matignon, on retrouve à sa mort, une Bataille de « Palamede »146, deux Campements de Wouwermann147. Presque tous ces tableaux ont des copies à Passy.

  • 148  APM, C 338, 1er décembre 1739. Voir note 1.
  • 149  Jan Vermeer (Delft 1632-1675), avait pour nom van der Meer initiallement ; à moins qu’il ne s’agis (...)
  • 150  Francesca Bottacin, « Les tableaux de Rembrandt dans la collection de Jacques Ier de Monaco, duc d (...)

45Comme nous l’avons déjà dit, il serait surtout intéressant de connaître qui se cachait derrière le nom de « Wandermeer », à qui sont attribués deux « petits » tableaux achetés pour 600 l.148 en 1739 par M. de Malenfent : pourrait-il s’agir de Jan Vermeer149 ? Il est vrai qu’un nom aussi glorieux a fait partie de sa collection, étant donné que nous sommes sûr qu’il possédait certains tableaux de qualité extraordinaire, en particulier des Rembrandt Harmensz. van Rijn150.

  • 151  Rembrandt, Autoportrait, huile sur toile, 80,3 x 67,3 cm., signée et datée en bas à droite : Rembr (...)
  • 152  On peut raisonnablement mettre en parallèle la définition de Prêtre de loi avec celle de Ministre (...)
  • 153  Jeune fille dans une cadre d’après Rembrandt (atelier de ?) ; huile sur bois, 104,4 x 79 cm. ; lie (...)
  • 154  Acheté en 1733 pour 12 l. APM, H 47, 7 mai 1733. Portrait présumé de Cornelis Tromp amiral holland (...)
  • 155  Portrait d’homme au chapeau à larges bords, Rembrandt et son atelier (?), huile sur bois ; ovale, (...)
  • 156  En mars 1737, Colins déclare avoir nettoyé « un tableau, un homme tenant une plume à la main peint (...)

46Les peintures attribuées au Rembrandt, et qui sont citées dans les différents inventaires du palais au xviiie siècle, sont une dizaine au minimum : l’Autoportrait151, le Prêtre de loi (ou Ministre Luthérien)152, La Juive153, L’amiral van Ruyter, un Homme de guerre, (Amiral Tromp ?)154, le Portrait d’un homme avec une médaille (Portrait d’un Hollandais ?), La bergère, Une Tête d’Espagnol, La mère de Rembrandt et le Corsaire Barberousse. Il en achète trois en 1729 : peut-être le magnifique Autoportrait, l’Amiral Ruyter et la mystérieuse Jeune fille dans un cadre ou Juive, les autres trois le sont entre 1730 et 1740, y compris un Portrait d’homme au chapeau à larges bords155. À ces tableaux on en ajoute généralement une autre douzaine, surtout mentionnés à Passy, définis comme étant des copies ou étant affiliés à l’école de Rembrandt156.

  • 157  À la fin de sa vie, Jacques était le propriétaire de à peu près 500 tableaux à Paris, alors que Pi (...)
  • 158  Id., p. 526 sqq.
  • 159  D’autre part, les inventaires de 1751 rédigés entre Paris et Passy, stipulent une augmentation sig (...)
  • 160  Silvia Piretta, « Da Torino a Parigi : le collezioni della contessa di Verrua », dans Le raccolte (...)

47De conséquence, nous pouvons affirmer en premier lieu que si la valeur totale estimée de la collection de Jacques Ier n’atteignait pas les sommes importantes affichées par les autres collections contemporaines157, il est certain que la plupart de ses toiles de prix étaient néerlandaises : les Rembrandt et les Teniers, par exemple. Outre les portraits, ses sujets préférés étaient des paysages, des scènes de genre et des natures mortes158 : dans cette optique, la plupart des œuvres sont françaises, ce qui coule de source quand on pense aux portraits ainsi qu’aux copies ; suivent les Italiens, puis les Flamands et les Hollandais159. Il n’est guère étonnant que la majorité des paysages, des natures mortes et des peintures de genre soient néerlandaises : mis à part les cas de Rubens et de ses successeurs et de Rembrandt, il est admis que la plupart des peintres nordiques, surtout en Hollande, excellèrent au xviie siècle, en s’illustrant dans les divers genres picturaux. D’autant plus que ce genre de peinture avait, justement à Paris, des admirateurs célèbres, telle la comtesse de Verrue (morte en 1736), dont la collection était prise en référence des collectionneurs de son temps160.

  • 161  Mis à part des commandes de copies, et les citations d’inventaires, seul subsiste un achat origina (...)
  • 162  Le numéro 2009-2010 de Simiolus est entièrement dédié au succès rencontré par la peinture néerland (...)

48Dans la collection de Jacques, Paul Brill était l’auteur qui avait peint le plus de paysages, du reste il est précurseur de ce genre de peinture à Rome ; ses tableaux figuraient déjà dans les collections de son père et des Grimaldi. Tandis qu’entre paysage et genre nous trouvons David Teniers, qui compte parmi les Flamands les plus polyvalents et prolifiques de son temps, et Jan Brueghel l’Ancien dit de Velours161, peintre d’une grande délicatesse, et tous deux au service des gouverneurs des Pays-Bas c’est-à-dire, respectivement, l’infante Isabelle Claire Eugénie et l’archiduc Léopold-Guillaume. Très nombreux sont les tableaux de genre ou de paysage du Siècle d’Or, du reste particulièrement en vogue dans les préférences des goûts de l’époque, à cause également de la publication de Het Groot Schilderboek de Gerard de Lairesse (1707) et des volumes De groote schouburgh der Nederlantsche konstschilders en schilderessen d’Arnold van Houbracken (1718-1721)162 : nous pouvons déduire que ces achats furent ceux de Jacques (même si très peu de minutes de paiement des tableaux hollandais sont parvenues jusqu’à nous) pour la simple raison que presque aucune de ces œuvres n’a été retrouvée dans les inventaires précédents.

  • 163  Patrick Michel, « Dezallier d’Argenville’s Abrégé de la vie des plus fameux peintres : a guide f (...)
  • 164  Charles Blanc, Le tresor de la curiosité, Paris, 1857, I, p. 90 ; sur le marché en général : John (...)
  • 165  Johan Kräftner, Unter dem Vesuv : Kunst und Kuenstler vom 17. bis zum 19. Jahrhundert in Neapel un (...)
  • 166  Carla Enrica Spantigati, « Il principe Eugenio di Savoia Soissons collezionista nell’Europa di pri (...)
  • 167  Il est vrai qu’auparavant, certains noms d’artistes hollandais figuraient dans la collection, comm (...)
  • 168  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 524 ; Krystof Pomian, Collec (...)

49Au-delà des débats enflammés dans l’Europe de l’époque sur la primauté des différentes écoles italiennes par rapport à la peinture flamande ou hollandaise163, il va sans dire que les peintures néerlandaises étaient, hier comme aujourd’hui, plus présentes sur le marché, et généralement, de meilleure qualité et plus facilement reconnaissables que les italiennes164 ; ceci dit, il est indéniable que Jacques a montré une forte préférence pour l’art nordique, sans pour autant diminuer la présence d’œuvres italiennes illustres. Il manque simplement les achats de Rubens de grande taille, comme ceux qu’effectua Johann Adam Andreas Ier du Liechtenstein165, ou la création d’un cabinet de Fijnschilders, les peintres précieux de Leyde, si appréciés par Eugène de Savoie Soissons166, mais telle est certainement la mouvance à laquelle il appartenait. Il en résulta qu’à la différence de ses prédécesseurs qui affichaient un goût de collectionneur plus italianisant, en particulier celui des nobles familles génoises (marqué pour Rubens et van Dyck et pour les Flamands en général), Jacques porte un regard plus européen qui va jusqu’à englober la Hollande167. Certes, il est vrai que sa « collectiomanie multiforme ou polymathique, qui est davantage fille de Renaissance que des Lumières, où le véritable connaisseur commence à se spécialiser, tendrait à faire du duc de Valentinois un « simple curieux » au sens de Krzystof Pomian »168. Mais il est également exact que certains achats sont extraordinaires : les deux Rembrandt et le splendide tableau de de Vos, qui fut un temps attribué à Rubens, que nous connaissons aujourd’hui, sont la preuve d’un goût subtil.

  • 169  Paris, 10 septembre 1720 - 12 mai 1795. Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. CXVI. Thom (...)
  • 170  En 1746 encore, quelques artistes qui se rendaient à Rome constataient que de beaux tableaux étaie (...)
  • 171  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 578 sqq.

50Toutefois, sa passion ne se transmit pas à son fils Honoré III169. Le palais, encore beau en 1746, sera totalement dégradé 30 ans plus tard170. Après sa mort, ses biens parisiens furent placés sous séquestre en 1795 puis dispersés après 1803171.

  • 172  Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. V.
  • 173  Sur le sujet : Robert A. Hill, « The ambassador and the artist : Sir Dudley Carleton’s relationshi (...)

51En conclusion il nous semble pouvoir ajouter quelques remarques à Labande selon lequel « les Grimaldi tenaient de leur origine génoise et développaient par leurs relations des goûts d’art et de luxe, que leurs richesses permettaient de satisfaire »172. Très certainement, Honoré II et Antoine Ier furent de grands connaisseurs d’art, et ils essaieront de se tenir au courant : le premier en regardant encore vers Gênes et, par conséquent, en y choisissant les Flamands alors en activité dans cette ville (Rubens, van Dyck, Jan Roos et les de Wael), et le second plus tourné vers la France et les goûts de la cour de Versailles, dont la seule entorse au classicisme fut sa préférence pour Rubens, qui était du reste le peintre le plus célèbre et célébré dans l’Europe d’alors173. Quant à Jacques Ier, il est au contraire un homme de son siècle, revêtant une dimension ouvertement européenne, qui se reflète dans le choix de Rembrandt et de nombreux peintres hollandais du Siècle d’Or.

52En fin de compte, ces changements de goûts sont la traduction du chemin parcouru par la principauté même : de Gênes à la France, puis vers l’Europe et au-delà.

Haut de page

Notes

1  Archives du Palais de Monaco (désormais APM), C 338.

2  « Monaco possède un magnifique Palais, composé de chambres, de marbres, de peintures et d’armes, ainsi que d’une très belle bibliothèque… ». Cité dans Girolamo Rossi, Notices et documents relatifs au règne du prince Honoré II et à la maison de Grimaldi, Monaco, Impr. de Monaco, 1891, p. 17. Aucun document ne nous est parvenu concernant l’état du palais et de ses collections aux xve et xvie siècles ; pour plus d’informations : Léon-Honoré Labande, Inventaires du Palais de Monaco (1604-1731), Monaco-Paris, Imprimerie de Monaco - Champion, 1932, p. V.

3  Léon-Honoré Labande, Le Palais de Monaco, Paris, Librairie Ancienne Honoré Champion, 1932.

4  Pour un approfondissement du contexte historique général : Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi de Monaco, des Lumières au printemps des peuples, Paris, Édition Champion, 2012 ; Gustave Saige, Les beaux-arts au palais de Monaco. I : Les princes et le palais depuis le xvie siècle, Monaco, Impr. du Journal de Monaco, 1884 ; Tiziana Zennaro, « Il secolo dei genovesi alla corte di Monaco », dans Tiziana Zennaro (dir.), Genua Tempu Fà. Tableaux de maîtres actifs à Gênes du xviie au xviiie siècle et relations d’art et d’histoire entre la République de Gênes et la Principauté de Monaco, catalogue de l’exposition, Monaco, Maison d’art, 24 octobre - 24 novembre 1997, 1997, p. XXIII-L.

5  Inventario de diversi mobili d’oro et altri come dentro, pertinenti all’IImo et Eccmo don Honorato Grimaldo, signor di Monaco e marchese di Campagna, fatto prender dall’Illmo et Eccmo Sr don Federico Landi, prencipe di Valdetaro, suo zio e tutore, in Monaco, alli 4 di novembre 1604 […], cité dans Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 1 sqq. Ces inventaires y ont été publiés en grande partie, avec d’intéressants commentaires dans les pages de l’introduction générale.

6  Hercule Ier (24 septembre 1562 - 21 novembre 1604), veuf de Maria Landi (✝ 26 janvier 1599), laisse sa seigneurie à son fils Honoré II, sous la tutelle de son beau-frère Federico Landi prince de Valditaro. Ce dernier est parmi les premiers à initier son pupille à l’art et, entre autres cadeaux, il lui offre des tableaux : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. CXIX.

7  « … non seulement à Rome, à Venise, et en d’autres parties d’Italie, mais également en Flandres et en France s’est introduit l’usage de parer les palais avec des tableaux, et cela afin de varier les décors somptueux que l’on employait par le passé ». Cité dans Renata Ago, Il gusto delle cose. Una storia degli oggetti nella Roma del Seicento, Rome, Donzelli Editore, 2006, p. 137.

8  24 décembre 1597 - 10 janvier 1662. Gustave Saige, Honoré II et le Palais de Monaco, Monaco, Imprimerie de Monaco, 1883.

9  Tiziana Zennaro, « Un portrait inédit d’Hippolyte Trivulce, première princesse de Monaco par Fede Galizia », Annales Monégasques, no 37, 2013, p. 7-20.

10  Luca Lo Basso et Michelle Noero, « Guerre navale, espionnage et commerce d’œuvres d’art en Ligurie au début du xviie siècle », Annales Monégasques, no 37, 2013, p. 21-72.

11  Inventaire dressé après la mort d’Honoré II, Prince de Monaco, dans Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 37 sqq.

12  Les chiffres donnés sont approximatifs et il est parfois difficile de connaître le nombre exact des objets en question : ainsi, les miniatures n’ont été décomptées que lorsqu’elles ont été définies avec précision dans l’inventaire. Par contre, elles n’ont pas été prises en compte toutes les fois où elles ont été citées en tant que « petits » tableaux ou sur « parchemin ».

13  Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. XI, CXXV.

14  Au no 814, on peut lire : « Un quadro di Raffaele Buonarrota, rappresentante Dio Padre, tagliato da una testa d’ancona, molto vecchio e guasto » [Un tableau de Raffaele Buonarrota, représentant Dieu le Père, taillé avec une tête de retable, très vieux et abîmé], ibid., p. 96-97. Il s’agit vraisemblablement de Raffaello si l’on se fie au compte rendu de Léon-Gabriel Pélissier, « Un voyage en felouque de Saint-Tropez à Gênes en 1687 », Revue historique, mai-juin 1907, p. 18-21, dans lequel on fait référence à un Père éternel de Raphaël, « d’une beauté sans égale ».

15  Au no 644 sont mentionnés 11 tableaux « tutte copie di Triola » (Laurent Gastaldi) [toutes copies de Triola] ; et également au no 657, no 791 : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 84, 85 et 95. Au no 647, sont mentionnés 12 paysages, « copie fatte dalli pittori Venti, di Mentone » [copies réalisées par les peintres Venti de Menton], ibid., p. 84.

16  Au no 818, « Una testa del Salvatore, d’Alberto Duro, molto antica e vechia, e sue aure che si chiudono, nelle quali sono iscritioni in lettere grotiche (sic), alto palmi 1 ½, largo 1 » [Une tête du Sauveur, d’Alberto Duro [Dürer], très ancienne et vieille, et ses volets qui se referment, dans lesquelles sont inscrites en lettres grothiques (sic), un autre tableau large de 1,5 palmes], ibid., p. 97. Il va sans dire que le nom d’Albrecht Dürer (Nuremberg 1471-1528) est celui auquel on recourt le plus dans les vieux inventaires, afin de désigner les tableaux de l’époque renaissance d’aire nordique.

17  Au no 815, « Due teste d’Apostoli, alte 2 palmi e larghe 1 ½, e sue cornici nere piane, di Rubens. l. 150 » [Deux têtes d’Apôtres, hautes de 2 palmes et larges d’un palme et demi, et ses corniches noires et plates, de Rubens. L. 150]. Il s’agit de Peter Paul Rubens (Anvers 1577-1640), ibid., p. 97 ; APM, C 338, Catalogue 1717, no 46. Une série des Apôtres de Rubens est célèbre : elle est actuellement conservée au Prado de Madrid.

18  Au no 632, « Altri 20 quadri longhi, di palmi 5 et altri palmi 3, di piccole figurine di Cornelio di Valle o altri suoi lavoranti, fra quali 4 di palmi 2 in quadro, con cornici simili, uno per l’altro, stim… l. 600 » [Autres tableaux longs, de 3 et 5 palmes, représentant des petites figures peintes par Cornelio di Valle ou par ses élèves, parmi lesquels quatre de deux palmes au carré, avec des corniches identiques, chacun, estimés… L. 600]. Labande se fourvoya en pensant que l’auteur était Cornelis de Vos (ibid., p. 83, note 1, et p. CXXV). On peut encore lire au no 745 « Otto piccoli quadretti, alti uno palmo l’uno e larghe 1 ½, di piccole figurine di Cornelio de Valle o de suoi scolari, con sue piccole cornici simili, estimati fra tutti l. 120 » [Huit petits tableaux, hauts chacun de un palme et larges d’un palme et demi, de petites figures de Cornelio de Valle ou de ses élèves, avec des corniches identiques, le tout estimé à L. 120], p. 91.

19  Huile sur toile, 1627, Rome, Musei Capitolini.

20  Voir note 50.

21  Lucas de Wael (Anvers 1591-1661) ; Cornelis de Wael (Anvers 1592-1667) : Clario di Fabio, « Dai Van Deynen ai De Wael. I Fiamminghi a Genova nella prima metà del Seicento », dans Piero Boccardo et Clario Di Fabio (dir.), Pittura fiamminga in Liguria. Secoli XIV-XVII, Milan, Cinisello Balsamo, 1997, p. 207.

22  Jan Roos (Anvers 1591 - Genova 1638) : Anna Orlando, « Dal Nord a Genova. Pittura fiammingo-genovese nel seicento », dans Piero Boccardo et Clario Di Fabio (dir.), Genova e l’Europa atlantica, Cinisello Balsamo, Milan, Silvana Editoriale, 2007, p. 194. Il est mentionné dans l’inventaire de 1731 : voir note 63.

23  Au no 169 de l’inventaire de 1731, nous pouvons lire : « Item, 2 tableaux d’egale grandeur, dont l’un représente un vieillard avec 2 autres figures et un bassin rempli de douceurs, et l’autre la déesse Flore, de 9 pans de long. et 6 pans 8 pouces de haut., la bordure comprise, qui est de noyer, tout unie, avec un rebord et une baguette dorée en dedans, à la vieille mode. D’une peinture ancienne, qu’on dit avoir été laissés du Prince Honoré II. Originaux du peintre Rosa ». Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 160.

24  L’information est fournie dans une lettre expédiée à Sauli le 27 novembre 1629. Concernant les réceptions des tableaux (22 janvier, 4 février, 12 mai, 5 juin) : Luca Lo Basso et Michelle Noero, « Guerre navale, espionnage et commerce d’œuvres d’art… », art. cit., p. 38, 40, 65 ; APM, C 39 bis. Il existe également une intéressante correspondance échangée entre Jean-Henri Grimaldi de Cagnes, sieur de Courbons (1641) : APM, B 1. Enfin, en ce qui concerne les correspondances faisant référence à de Wael et Jan Roos, je suis en train d’effectuer des recherches plus approfondies.

25  Anton van Dyck (Anvers 1599 - Londres 1651). Pour de plus amples informations : Susan J. Barnes et al. (dir.), Van Dyck a Genova. Grande pittura e collezionismo, catalogue de l’exposition, Genova, Palazzo Ducale, V-VII, Milan, Electa, 1997.

26  L’attrait pour les objets nordiques se perçoit déjà dans la présence de cinq tapisseries flamandes et de plusieurs autres manufacturées en France « façon de Flandres » : Marzia Cataldi Gallo, « Aurélie Spinola Grimaldi, et la vie de l’aristocratie à Gênes et à Monaco », dans Genua Tempu Fà…, op. cit., p. CIX ; de plus, dans les inventaires sont souvent mentionnés des mots tels que « rideaux », « baldaquins », « gorgerettes » « de Bruges » et « tapisseries de Flandres », tandis que parmi les volumes de la bibliothèque figurent pas moins de 24 tomes sur les Historie di Fiandra : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. CLXXXVI-CLXXXIV, 108 et passim.

27  Pour plus d’informations sur le collectionnisme : Giovanna Perini Folesani et Anna Maria Ambrosini Massari (dir.), Riflessi del collezionismo tra bilanci critici e nuovi contributi, Reflections of/on Art Collecting, between Critical Assessments and New Contributions, actes du colloque, Urbino, Palazzo Albani, Aula Clemente XI, 3-5 octobre 2013, Florence, Olschki, 2014 ; Lauro Magnani (dir.), Collezionismo e spazi del collezionismo, Rome, Gangemi, 2013 ; Susan Bracken, Andrea Gáldy et Adriana Turpin, Collecting and the princely apartment, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Press, 2011 ; Patrick Michel, Peinture et plaisir. Le gôuts picturaux des collectioneurs parisiens au xviiie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

28  Raffaella Noero, « Le destin d’Aurelia Spinola, une aristocrate du xviie siècle partagée entre Gênes, Monaco et la France. Première partie », Annales Monégasques, no 32, 2008, p. 79-118 ; id., « Le destin d’Aurelia Spinola, une aristocrate du xviie siècle partagée entre Gênes, Monaco et la France. Deuxième partie », Annales Monégasques, no 33, 2009, p. 99-130.

29  « Les peintres les plus classiques d’Europe en étaient réduits à se battre avec des pinceaux dans cet amphithéâtre d’honneur, dans lequel la gloire revenait au vainqueur. Le Buonarota contre le Raffaello ; le Tintoretto et le Tiziano ; le Pierino et le Bordone ; le Bassano et le Benedetto, Guido Reni et Rubens, Alberto Duro et Vandicco, le Cambiaso et le Paggi, et cent autres peintres à la réputation des plus affirmées, qui s’estiment être les Apelles, les Zeuxis & les Protogènes les nouveaux génies de l’Ere actuelle. Tous s’affrontant dans un tournoi, qui demandant à la merveille d’en être le témoin, mettait la beauté au-dessus de tout ». Francesco Fulvio Frugoni, L’heroina intrepida overo la Duchessa di Valentinese. Historia curiosissima del nostro secolo, Venezia presso Combi, 1673, I, p. 253-254 ; Marzia Cataldi Gallo, « Aurélie Spinola Grimaldi… », art. cit., p. CXIII.

30  Pour le collectionnisme de l’époque à Gênes voir les récents travaux d’Andrea Leonardi, Genoese way of life. Vivere da collezionisti tra Seicento e Settecento, Rome, Gangemi, 2013 ; de Roberto Santamaria, Palazzo Doria Spinola. Architettura e arredi di una dimora aristocratica genovese, Recco, Le mani-Microart’s edizioni, 2011 ; Giacomo Montanari, Libri, dipinti, statue : rapporti e relazioni tra raccolte librarie, collezionismo e produzione artistica a Genova tra XVI e XVIII, Genova, De Ferrari, 2015, avec la bibliographie précédente.

31  Michael North, Art and Commerce in the Dutch Golden Age, New Haven/Londres, Yale University Press, 1997.

32  Cornelia Diekamp, « La quadreria del principe Eugenio di Savoia ambientata nei suoi palazzi viennesi », dans Carla Enrica Spantigati (dir.), Le raccolte del principe Eugenio condottiero e intellettuale. Collezionismo tra Vienna, Parigi e Torino nel primo Settecento, Cinisello Balsamo, Silvana Editoriale, 2012, p. 51-70, et notes 167 sqq.

33  25 juillet 1642 - 3 janvier 1701.

34  APM, C 85. Léon-Honoré Labande publie quelques extraits de L’Inventaire dressé après la mort de Louis Ier […] en 1701, rédigés par Horace Sigaldi et Jean Latour pour les peintures (Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. XV). En outre, dans l’État des meubles et de l’argenterie qu’il avait à Rome, en qualité d’ambassadeur du roi Louis XIV auprès du Vatican, sont surtout mentionnés des meubles, argenterie, tissus et beaucoup de tapisseries, mais peu de tableaux, dont la majorité sont des portraits (p. CXXIX-CXXX-CXXXI). Mais les noms des artistes n’apparaissent pas. Tandis que dans l’Estimation des pièces mobilières acquises par le Prince Louis Ier et de la valeur des nouvelles constructions faites par lui au Palais de Monaco, ne sont mentionnés que des portraits (p. 136, 137) qui semblent être différents par rapport à ceux d’Honoré II. Presque tous représentent des femmes, ce qui paraît être un peu curieux pour un ambassadeur au Saint-Siège.

35  25 janvier 1661 - 20 février 1731.

36  Gustave Saige, « Journal de voyage du prince Antoine de Monaco en Italie et en Allemagne (1769-1680). Première Partie », Annales Monégasques, no 32, 2008, p. 119-170 ; id., « Journal de voyage du prince Antoine de Monaco en Italie et en Allemagne (1769-1680). Deuxième partie », Annales Monégasques, no 33, 2009, p. 139-208 ; Antoine, à peine âgé de dix-huit ans, ne semble pas, à ce moment particulièrement intéressé par l’art ; évidemment sa passion mûrira plus tard, notamment lorsqu’il s’agira de décorer le palais.

37  Dominique-Joseph Bressan (Monaco 1670-1746), fils d’un diplomate en France ; son éducation artistique se fit à Rome. Concernant Bressan ainsi qu’Horace Sigaldi, Jean-Augustin Vento et Anne-Marie Vignali, Marc-Antoine Otto et les autres peintres de la principauté : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. CXXXIV-CLXVI et p. CLXVII-CLXXV.

38  Jean-Augustin Vento (Menton 1663-1737). En fait, dans l’inventaire de 1731, peu de noms sont mentionnés mais figurent beaucoup de copies exécutées par Vento et Bressan, Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 144 sqq.

39  Débutée à partir de 1722, espèce de sanctuaire consacré à la gloire de Louis XIV : Gustave Saige, « La salle de conquêtes au Palais de Monaco et les copies des portraits réunies par le prince Antoine Ier », dans Glanes d’Archives. Les Grimaldi chez eux et en voyage, Monaco, 1906, p. 257-296 ; voir également la description donnée dans l’inventaire de 1731, Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. CXXXII et CXXXIII.

40  Auxquelles s’ajouteront les portraits des contemporains illustres qui s’étaient distingués dans l’art de la guerre, certains furent repris par Hyacinthe Rigaud (Perpignan 1659 - Paris 1743).

41  Adam Frans van der Meulen (Bruxelles 1632 - Paris 1690).

42  « Dix-neuf tableaux, de la haut. de 2 pans 1 pouce et de larg. 1 pan 8 pouces, la bordure comprise, sculptée et dorée, représentant l’histoire du mariage d’Henry IV avec Catherine (sic) de Médicis. Copies tirées sur les estampes par le peintre Vento » : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. CXXXII, 180, no 347 et 349.

43  Id., p. 165 ; Gustave Saige, Glanes…, op. cit., p. 277 sqq.

44  Jean-Baptiste Van Loo (Aix-en-Provence, 1684-1745). Réfugié à Aix au cours du siège de Toulon, il trouve protection à la cour de Monaco en 1712. Celle-ci la recommande alors à Gênes, où il peint de nombreux portraits de femme, ainsi qu’à Turin ; ce sera le prince Carignan qui l’enverra à Rome pour qu’il puisse étudier : Alfred Michiels, Histoire de la peinture flamande, Paris, Libraire internationale, 1876, t. X, p. 39.

45  Gustave Saige, Glanes…, op. cit., p. 280 ; Léon-Honoré Labande, Catalogue des peintures, 1919, p. 80, no 25.

46  Martine Rousseau-Chatelin, « Les poésies d’un prince souverain au dix-huitième siècle », Annales monégasques, no 20, 1996, p. 195-200.

47  21 février 1731. Cet inventaire est très important car il fut rédigé à l’occasion de la succession de sa fille, Louise-Hippolyte (née le 10 novembre 1731 et mariée en 1715 à Jacques de Matignon, elle arrive à Monaco le 14 avril 1731 mais y meurt de la petite vérole le 29 décembre de la même année, voir note 71). Une copie de ce dernier, traduite en français à partir de l’original en italien, est conservée aux Archives du Palais de Monaco. Parmi les experts qui ont estimé les tableaux figurent Joseph Vignali et Laurent de Lima. Nous avons également consulté une copie traduite, inédite, d’un inventaire précédemment rédigé en 1724, à la mort de Marie de Lorraine, sa mère et l’épouse d’Antoine Ier, dressé par Jean-Augustin Vento et Joseph Bressan, chargés d’estimer les tableaux. D’après Labande, il est très sommaire et n’apporte rien de nouveau par rapport à la situation dépeinte dans celui de 1731 (Inventaires…, op. cit., p. XVIII-XIX et XXX).

48  Parmi lesquels figurent le très bel Antoine Ier de Rigaud (Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., no 212), le tableau le représentant avec sa famille peint par van Loo (no 316, p. CLXXV), le portrait de son épouse Marie de Loraine et de ses filles, toujours signés van Loo (no 216), celui du Marquis Doria (p. 277, no 1603), etc.

49  Nous n’avons pas pris en compte la collection des estampes d’après de peintres célèbres, de Rubens à Nicolas Poussin et beaucoup d’autres : ibid., p. 287, no 1752 sqq.

50  D’aucuns ayant déjà appartenu à Honoré II : ibid., p. 159, no 156.

51  Inv. 1731, no 548, « Reine Esther », ibid., p. 194. Déjà cité dans un catalogue de 1717, APM, C 338, no 8.

52  On le reconnaît peut-être déjà du temps d’Honoré, dans le no 780 de l’Inventaire de 1664 : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 194, no 548. Déjà cité dans un catalogue de 1717, APM, C 338, no 9.

53  François Louis Colins, peintre, restaurateur et marchand de Bruxelles, à qui le roi de France avait déjà confié la restauration du prestigieux cycle de toiles rubéniennes commandées par Marie de Médicis, sis au Jardin du Luxembourg. Dans son ouvrage, Alessandro Conti souligne ses dons de restaurateur de peintures anciennes : Storia del restauro, Milan, Electa, 1988, p. 136-156. Sur cet aspect, voir aussi Ann Massing, Painting Restoration before « La Restauration ». The origins of the Profession in France, Londres-Cambridge, H. Miller - Hamilton Kerr institute, 2012, ad vocem.

54  Il s’agit d’Hercule Grimaldi, fils d’Honoré II : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 201, no 651.

55  Ibid., (inv. 1717), p. CXXVII. Il est également cité le portrait de Charles Quint, APM, C 338, catalogue 1717, no 18, 19, 20, 21, 37, 41.

56  L’artiste flamand Duquesnoy se prénommait François, et non Juste, de plus, il était sculpteur.

57  Léon-Honoré Labande, Catalogue…, op. cit., p. 61, no 125. Pour plus d’informations sur le peintre : Paul Smeets, Giusto Fiammingo, la fuga del giovane nudo, Genève, Rob Smeets, 2009.

58  Aux numéros 550, 565, 566, 664 (à ce numéro figurent deux ovales), Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 194, 195, 201. Les paysages ne sont pas trop renseignés ; pour Labande, ils étaient déjà présents du temps d’Honoré. APM, C 338, catalogue 1717, no 12, 13, 17.

59  Au no 223, « Item, un tableau représentant en petit des bocages, toutes sortes d’animaux et poissons, fruits, fleurs, eaux, Jupiter et Junon dans les airs, homme, femme et enfant, en un mot toute la nature, long 4 pans 10 pouces, haut 3 pans, la bordure comprise, sculptée et dorée, large 4 pouces, avec un petit rideau sur le devant de taffetas vert, déchiré en partie. Peint sur la planche. Original du Bruguel, peintre flamand » : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 166 ; il pourrait être identifié avec « Un tableau sur bois representant les quatre saisons, et les quatre éléments original del Bruglie », APM, C 338, catalogue 1717, no 3.

60  Au no 660, « Autre, représentant Adam et Éve avec des bocages et des oiseaux, long 2 pans 4 pouces et haut 2 pans 11 pouces… Original du Brughel » : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 201-202 ; APM, C 338, catalogue 1717, no 51.

61  Dans le catalogue publié en 1919 par Labande des tableaux de Jan Brueghel sont signalés aux no 214, p. 14, 15 ; no 216, p. 56, 57 ; aux no 215, 216, 217, p. 66 et 69, ceux qui lui sont attribués. Voir note 161.

62  Au no 75 « Premièrement, 5 tableaux d’égale grandeur, de la même main, dont 4 représentant des chevaux et autre bétail, et le cinquième un paysage, de la larg. de 6 petits pans et de la haut. de 4 pans 9 pouces, la bordure comprise qui est dorée et en partie sculptée… en bon état, qu’on dit avoir été achetés de M. Jean-Joseph du Monceau, qui les avait fait venir de Rome »; et de suite après, au no 76 « Item, 2 autres tableaux de la même main et qualité, longs 4 pans et hauts 3 pans ½” », Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 151, CXXIX. Il pourrait s’agir du Jean-Joseph Du Monceau, qui appartenait à une famille connue de Monaco ; âgé de 11 ans en 1689 (APM, D1/25/4) et, de conséquence, jeune homme à la fin du siècle, il faisait peut-être partie de la suite de Louis Ier à Rome, même si aucune preuve ne vient corroborer cette hypothèse. En tout cas, il n’apparaît pas dans le livre de Paolo Coen, Il mercato dei quadri a Roma nel Diciottesimo secolo, Florence, Leo S. Olschki Editore, 2010, 2 vol. Philipp Peter Roos, dit Rosa da Tivoli (Sankt Goar 1657 - Roma 1706) était un peintre allemand, de culture nordique, naturalisé italien. Dans le catalogue publié par Labande en 1919, voir aux no 219-223, p. 58, 59, 99 et 100.

63  Voir la note 22.

64  Au no 278, « Item, 5 autres grands tableaux, longs 10 pans ½ et hauts 7 pans 1/3, la bordure comprise, d’un ancien bois, de la coleur du noyer et d’un façon ancienne… dont le premier représente 2 fruitiers avec plusieurs fruits ; le second, Neptune sur son char avec les Tritons et le Vent ; le 3e, une cuisinière avec du gibier, dont les uns sont plumés et les autres avec la plume ; le 4e, un homme cuirassé, une femme avec un petit enfant, et le 5e, Orphée jouant du violon et plusieurs animaux. Originaux un peu endommagés du tems du Rosa ». No 279, « Item un autre tableau pareil, représentant Diane avec 3 chiens et 4 chasseuses, de la long. de 9 pans et 4 pouces et de 7 pans ½ de haut., la bordure comprise, pareille aux autres ci-dessus. Du même Rosa » : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 172, 173. « Un grand tableau sur toille, representant unne vierge avec lenfant jesus, et des Guirlandes de fleurs, original del Rosa », APM, C 338, catalogue 1717, no 36. Voir également Marzia Cataldi Gallo, Anversa e Genova, dans Marzia Cataldi Gallo et Nico van Hout (dir.), Un sommet dans la peinture baroque/ een hoogtepunt in de barokschilderkunst, catalogue de l’exposition, Anvers, Koninklijk Museum voor Schoene Kunsten, 10 avril 2003 - 1er janvier 2004, Gand, Snoeck, 2003, no 43.

65  Au no 280, « Item, 12 autres tableaux pareil, représentant des sujets en petit, les uns des batailles, des paysages, des paysans dansant et des ports de mer, de la long. de 5 pans 4 pouces et de 3 pans 4 pouces de haut. Originaux du Flamand ». Au no 281, « Item, un autre tableau pareil, représentant une bataille, de 11 pans de long. et de 4 de haut. Original du Flamand ». Le no 536 peut éventuellement lui être attribué, à savoir « Autre, représentant l’Hiver, long 5 pans et haut 3 pans 1/3, la bordure de noyer comprise ancienne, avec une baguette dorée. Original du Flamand ». Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 173 et 193.

66  Au no 588 une peinture de fleurs par « Marius de Fleurs » est mentionnée – peut-être identifiée dans l’Inventaire de 1664 avec le no 707, qui était attribué incorrectement par Labande à Cornelius Floris, ibid., p. CXXVIII, CXXIX et 197. En réalité, on peut l’attribuer à Mario Nuzi, dit Mario dei Fiori (Rome 1603-1673), peintre de nature morte ; tandis que Cornelis Floris (Anvers 1514-1575) est un architecte, sculpteur. Le peintre est également mentionné comme l’auteur d’une corniche de fleurs autour d’une Madone, ibid., p. 207, no 715.

67  Ibid., p. CXXIX. Jacob van Ruisdael (Haarlem 1628/29 - Amsterdam 1682).

68  Ibid. ; Léon-Honoré Labande, Catalogue…, op. cit., p. 100 et 119, no 128. Willem van de Velde l’Ancien (Leiden 1611 - Greenwich 1693) ; Willem van de Velde le Jeune (Leiden 1633 - Greenwich 1707) ; Abraham Storck (Amsterdam 1644-1708).

69  D’après Labande, il s’agit de Pieter de Molijn le jeune, dit Tempesta (1637-1701), Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. 217, no 831 ; APM, C 338, catalogue 1717, no 22 et no 35 ; en ce qui concerne l’attribution : Léon-Honoré Labande, Catalogue…, op. cit., p. 50 et 100, no 229, où on note l’existence du monogramme « A.F. ».

70  Paris 22 novembre 1639 - avril 1751. Pour plus de précisions sur le personnage : Marcel Langlois, « Les boutades du duc de Valentinois », Revue des études historiques, octobre-décembre 1926, p. 425-430 ; Léon-Honoré Labande, Jacques Grimaldi, comte de Torigni, duc de Valentinois, prince de Monaco, Monaco, Archives du Palais, Paris, Éditions A. Picard, 1939 ; Meredith Martindale, « Le duc de Valentinois : un prince philosophe à Passy au xviiie siècle », Annales monégasques, no 7, 1983, p. 141-166 ; Martine Rousseau, « Les Réflexions morales et sensées du duc de Valentinois ou les pensées d’un Démocrite moderne », Annales monégasques, no 9, 1985, p. 77-102 ; Thomas Fouilleron, « Jacques Ier de Monaco (1689-1751) un Prince collectionneur d’art », dans Catherine Arminjon (dir.), Fastes & Grandeur des cours en Europe, catalogue de l’exposition, Monaco, Forum Grimaldi, 11 juillet - 11 septembre 2011, Paris, Skira-Flammarion, 2011, trad. anglaise « Jacques Ier de Monaco (1689-1751) Prince and art collector », dans Magnificence & Grandeur of the Royal Houses in Europe, p. 336-343.

71  Franck Biancheri, « Louise-Hippolyte Grimaldi, Princesse souveraine de Monaco », Annales Monégasques, no 3, 1979, p. 7-56 ; Gustave Detroy, Un mariage princier au xviiie siècle dans la famille souveraine des Grimaldi, Monaco, Imprimerie de Monaco, 1923.

72  Très récemment, la collection d’art de Jacques en particulier a été attentivement étudiée par Thomas Fouilleron, en se basant sur les nombreuses sources qui nous sont parvenues, parmi lesquels livres de comptes, listes d’achats et différents inventaires – dont deux rédigés entre 1730 et 1737 : dans l’un d’entre eux, est mentionnée la date d’achat et dans l’autre le lieu de l’exposition. Fouilleron a magistralement reconstitué ce qui fut une galerie réellement fantastique : Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 507-600.

73  Martine Rousseau, «Les Réflexions morales… », art. cit., p. 78.

74  En ce qui concerne les collectionneurs et amateurs d’art de la région, contemporains du duc, voir également : André Bourde, « Amateurs et collectionneurs provençaux à l’époque classique. Esquisse sur l’état actuel des recherches », Provence historique, t. XXVI, fasc. 106, octobre-décembre 1976, p. 372.

75  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 555. De plus, le duc fait également des achats à la célèbre vente de la collection Crozat en 1741 : Léon-Honoré Labande, Jacques Grimaldi, comte de Torigni…, op. cit., p. 54.

76  À l’instar des autres princes souverains, les Grimaldi avaient le droit de battre monnaie. Mais seulement deux d’entre eux se montrèrent passionnés de numismatique au point de collectionner les pièces de monnaie : Honoré II, qui régna de 1604 à 1662 et, précisément, Jacques de Matignon. Pour plus d’informations sur ce sujet : Jean-Jacques Turc, « Les princes Honoré II et Jacques Ier numismates et collectionneurs », Annales monégasques, no 6, 1982, p. 129-141.

77  Plus généralement : Antoine Schnapper, Le géant, la licorne et la tulipe. Collections et collectionneurs dans la France du xviiie siècle, I, Histoire et histoire naturelle, Paris, Flammarion, 1988, p. 13, 116-118.

78  C’était la maison de famille et peut-être sa demeure préférée dans laquelle il se rendait, en compagnie de sa femme et de ses enfants, en été et en automne : Martine Rousseau, « Les Réflexions morales… », art. cit., p. 77.

79  Ils sont cités dans le catalogue de 1730 à la date de 1725 : APM, C 338.

80  Hérités de son père en 1725 ; jusqu’à la Révolution, les guides de l’époque décrivent déjà l’Hôtel de Matignon comme l’un des plus beaux de Paris, tant pour l’harmonie architecturale que pour son décor et ses collections ; ainsi, « Les Écoles d’Italie, de Flandres et de France composent la profusion de tableaux que l’on y voit », abbé Annibale Antonini, Memorial de Paris et de ses environs à l’usage des voyageurs, nouvelle éd., Paris, Chez Bauche, 1749, t. I, p. 215 ; Léon-Honoré Labande, « L’Hôtel de Matignon à Paris », Gazette des beaux-arts, 77 a, 6e période, t. XIII, 1er semestre 1935, p. 257-270 et 347-363 ; Martine Rousseau-Chatelain, « Une ancienne demeure des princes de Monaco : l’Hôtel de Matignon », Annales monégasques, no 17, 1994, p. 171-202.

81  Acheté le 14 juin 1726 ; pour décorer cette maison, il ne fera pas que déplacer d’autres tableaux, mais commandera également différentes copies.

82  Entre 1732 et 1739, ce sont déjà soixante-six tableaux qui partent de Monaco pour Paris : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. CLV-CLVIII. Ainsi, parce que son budget est fort réduit en 1734, il recourt aux tableaux présents au Palais Princier pour embellir sa demeure parisienne : Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 522.

83  Edmond Bonnaffé, Dictionnaire des amateurs français au xviie siècle, Paris, A. Quantin, 1884, p. 20 ; André Bourde, « Amateurs et collectionneurs provençaux à l’époque classique », art. cit., p. 372 ; Thomas Fouilleron, « Les Grimaldi Matignon, des princes philanthropes à Torigni aux xviiie et xixe siècles », dans La Normandie des Princes de Monaco du maréchal de Matignon au prince Albert II, catalogue de l’exposition, Saint-Lô, Musée des beaux-arts, 28 avril - 19 septembre, 2011, p. 19-26.

84  Léon-Honoré Labande, Les portraits des princes et princesses de Monaco exécutés par le peintre Pierre Gobert, Monaco, Imprimerie de Monaco, 1908 ; Mirelle Duponthieux, « Un portraitiste des Grimaldi. Pierre Gobert, peintre de cour et d’intimité au xviiie siècle », Annales monégasques, no 21, 1997, p. 95-110.

85  Jean-Etienne Liotard naît en Suisse de parents français (Genève 1702-1789). Rosalba Carriera (Venise 1673-1757). Nous produirons des études ultérieures consacrées à ce thème.

86  APM, C 338. Deux tableaux représentant des Bergers sont estimés ensemble 440 l. à Paris (1751).

87  Anvers 1610 - Bruxelles 1690.

88  APM, H* 43, 28 février 1726.

89  APM, H* 43, 5 janvier 1727.

90  APM, H* 47, 29 juin 1732. Léon-Honoré Labande, Jacques Grimaldi…, op. cit., p. 45-82.

91  Les inventaires post-mortem réalisés en 1751 par le peintre Collins, fournissent des éléments ultérieurs sur la présence de tableaux nordiques et sur leur emplacement (APM, C 353 et 354).

92  Tableau mis en vente en 1812 : Préliminaires. Catalogue d’une collection précieuse de tableaux des trois écoles, composant le cabinet de M. de S.[ereville], Paris, P. Dubray Imprimeur, Rue Ventadour no 5, 1811, p. 6-7. En 1737, Lebas a également réalisé une estampe à partir de ce tableau.

93  Ce dernier, ainsi que d’autres, sont également mentionnés à Torigni : Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 550.

94  Voir note 97.

95  De Téniers, d’autres répliques sont également mentionnées : un Mangeur de moules, un Fumeur, etc.

96  Lambert de Hondt (Mechelen ? 1620-1665).

97  Il va sans dire que de nombreux Flamands, outre ceux qui sont dans les précédentes collections des Grimaldi, figuraient dans l’héritage que Jacques a eu de son père, comme Brill, Teniers, Brueghel : Cochons et chasse, par Paul Brill (4 000 l.) ; Une entrée de table et Un chirurgien qui panse un vieillard au pied, par Teniers (500 l.) ; un Paysage, par Bartholomeus Breenbergh (150 l.) ; quatre Paysages et figures, par Brueghel (400 l.) ; Arch. Nat. CXIII, 309, minutes Lefèvre et de La Balle, 10-13 avril 1725 ; cité par Mireille Rambaud, Documents du minutier central concernant l’histoire de l’art (1700-1750), t. I, Paris, SEVPEN, 1965, p. 557-558 : Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 515.

98  à la même date, il achète aussi un Mars et Vénus surpris par Vulcan en flagrant délit de Hans Rottenhammer (Monaco de Bavière 1564 - Augusta 1625), Allemand mais d’un style similaire aux Flamands ; APM, C 338. Un Loth et ses filles du même peintre allemand, estimé à 100 l. D’autres copies d’après sont citées à l’hôtel de Matignon ; ibid.

99  APM, C 338 ; ibid.

100  APM, H* 47, mai 1733. La copie d’un autoportrait de son épouse est également mentionnée à Passy.

101  APM, C 338, au no 163 de l’Inventaire de 1737. Cette peinture, à l’authenticité mise en doute, fut mise en vente en 1802 : Benjamin Peronnet, Burton B. Fredericksen (éd.), Répertoire des tableaux vendus en France au xixe siècle, vol. I, 1801-1810, Los Angeles, The J. Paul Getty trust, 1998, p. 946.

102  Le 1er juillet 1748, le peintre Antoine de Favray est payé pour avoir vendu un Croc-en-jambe d’après Rubens (Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 521). Le 26 décembre 1749, le tableau est mentionné dans une note de restauration de Boilleau : APM, C 338.

103  APM, C 338. Actuellement, attribué à Cornelis de Vos, Portait de Susanne de Vos, Frankfurt, Städel Museum. Sur les Rubens du duc de Valentinois, un article de l’auteur est en cours d’impression : voir note 105.

104  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 544. Le tableau est cité sans mention de l’auteur, l’hypothèse se fait en fonction du sujet.

105  Gravé par Lucas van Uden. Sur la question : Francesca Bottacin, « Rubens dans les collections Grimaldi (xviie-xviiie siècles) », Annales monégasques, 2017, en cours d’impression.

106  APM, H* 43, 28 mars 1729 ; C 338. Peut-être la Vierge à l’enfant à l’hôtel de Matignon, et la Vierge aux anges, vendue en 1812 : Catalogue de Sereville, Feuille indicative des articles qui composeront les vacations dans la vente du cabinet de M. DE S., Deuxième vacation, jeudi 23 janvier 1812, p. 7, no 8 ; Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 542.

107  En 1736, Colins demande 3 l. « pour avoir netoyé une Venus et Adonis de Vandack », et 24 l. pour avoir nettoyé un de ses portraits en mars 1737 : APM, C 338. L’artiste est également mentionné dans une note du 1er mars 1737 signée par « M. de Mortain », qui affirme avoir fourni 27 portraits de « Vandeck » ainsi que d’autres ; le faible prix fait penser à des copies. Probablement, certains van Dyck partent déjà dans une première expédition pour Paris, puisque des portraits de la famille Landi sont cités : APM, C 338 et voir note 55.

108  Le comte de Montrose est retrouvé dans la vente aux enchères de 1812 : Préliminaires. Catalogue d’une collection précieuse de tableaux des trois écoles, composant le cabinet de M. de S.[ereville], Paris, P. Dubray Imprimeur, Rue Ventadour no 5, 1811, p. 11 ; Catalogue de Sereville. Feuille indicative des articles qui composeront les vacations dans la vente de cabinet de M. De S., Première vacation, mercredi 22 janvier 1812, no 9, p. 5.

109  APM, C 338. Frans Pourbus II (Anvers 1569 ca. - Paris 1622). Un autre tableau de Charles V est dit « d’après van Dyck » : voir note 55 ; l’un d’entre eux est signalé à Passy.

110  Jacob Jordaens (Anvers 1593-1678).

111  APM, C 338, mars et avril 1743, 6 décembre 1743.

112  En 1736, Colins réclame 8 l. « pour avoir recollé et racomodé un Bachus de van Bal », APM, C 338. Les Quatre elements de Guerin (sic) qui se trouve à l’hôtel de Matignon, il a les figures de van Balen : Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 537.

113  Ces deux tableaux sont cités entre 1732 et 1739, dans les expéditions en partance pour Paris ; voir aussi note 52.

114  Cités entre 1732 et 1739, dans les expéditions en partance pour Paris, APM, C 338. Le tableau n’a pas été précédemment mentionné. Une Écurie dont il est l’auteur est citée à Passy. Pieter van Mol (Anvers 1599 - Paris 1650). C 338, catalogue 1737, « De Crayers. Un tableaux representant un teste d’homme chauve sur toille pendant – Au Chateau de Thorigny – Un tableau representatnt un teste d’homme… » ; Gaspard de Crayer (Anvers 1582 - Gand 1662).

115  Frans Snyders (Anvers 1579-1657).

116  Au moins deux autres Snyders, Gibiers et Poissons, se trouvent à Paris en 1751 : Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 520 et 541-542.

117  Adriaen de Gryef (Anvers 1670 - Bruxelles 1715). Deux sont signalés à Passy, mais ce sont peut-être des copies.

118  Achetées par le marchand Mercier. APM, C 353. En 1751, les œuvres de ce peintre présentes dans l’hôtel de Matignon sont évaluées, respectivement, à 15, 63 et 60 l. ; ibid., p. 521, 537.

119  APM, C 338. Le 5 mai 1749, le marchand de tableaux De Gavin, est payé 360 l. pour « deux tableaux originaux de Vanblon representant des chevaux et mulets ». Un paysage avec figures et animaux, de Pieter van Bloemen, provenant de l’hôtel de rue de Varenne, est vendu pour 175 fr. en 1803 : Benjamin Perronet, Burton B. Fredericksen (éd.), Répertoire des tableaux…, op. cit., vol. I, 1801-1810, t. II, p. 1, p. 170 ; Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 521. Pieter van Bloemen (Anvers 1657-1720).

120  APM, H* 41, 25 septembre 1721. Théobald Michau (Tournai 1676 - Anvers 1675).

121  APM, H* 43, 28 février 1726. Mais une note rédigée par le duc nous apprend que les « Corneille » devaient être au nombre de deux, APM, C 338.

122  Corneille ou Cornelis Metsys ou Massys (Anvers 1510 ca. - 1566 ca.).

123  APM, C 338. Joos de Momper (Anvers 1564-1635).

124  Voir la note 97.

125  APM, C 338, 15 avril 1729, 4 juin 1729, 17 mai 1730 ; H* 43, 31 octobre 1731 ; H 17. APM, H* 43, 22 avril 1730. En plus de ceux signalés à l’hôtel de Matignon, trois autres sont également signalés, parmi lesquels Des chasseurs conduisant une meute. D’autres peintures de Brill sont citées entre 1732 et 1739, dans les expéditions en partance pour Paris.

126  APM, C 338, « Deux paysage de Breughel representant l’un un homme faisant boire deux chevaux, l’autre un charrette de Flandre attelée de deux chevaux », qui sont acquis pour 450 l. chez Beauchamp marchand, rue des Fossés Monmartre. Voir la note 161.

127  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 545-546. La famille Francken est une dynastie flamande de peintres à Anvers, active entre les xvie et xviiie siècles.

128  Pieter Bruegel le Vieux (Breda? 1525 - Bruxelles 1669). Son fils, Pieter le Jeune (Bruxelles 1564 - Anvers 1638) est connu pour avoir réalisé de nombreuses copies des tableaux de son père.

129  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 515.

130  APM, H 11, pour 60 l., octobre 1721.

131  Quentin Metsys (Louvain 1466 - Anvers 1530) ; Marinus van Roymerswaele (Reymerswael 1490 - Goes 1546).

132  David Freedberg, « Art and Iconoclasm, 1525-1580. The case of the Northern Nederland », dans Jan Piet Fieldt Kok, Willy Halsema Kubes et Wouter Th. Kloek (dir.), Kunst voor de Beldenstorm, Staatsuigeverij, ‘s-gravenhage, 1986.

133  Gaspar van Wittel dit Vanvitelli (Amersfoort 1653 - Rome 1736). La Vue de Venise se trouve à l’hôtel de Matignon, avec une de Rome attribuée à van Bloemen, mais qui est plus probablement l’œuvre du premier. Deux vues de Rome à la même provenance, toujours attribuées à van Bloemen, sont vendues en 1803 : Catalogue de tableaux, bronzes, marbres, porcelaines, bijoux et meubles de feu M. Grimaldi Monaco […], Paris, 1803, no 42, p. 6 : Benjamin Perronet et Burton B. Fredericksen (éd.), Répertoire des tableaux…, op. cit., vol. I, 1801-1810, t. I, p. 170. Mais plusieurs copies ont dû aussi être réalisées car en 1732 à Paris, il n’y avaient pas moins de quatre vues vénitiennes attribuées à van Wittel, et qui étaient également mentionnées à Torigni ; Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 541, 551.

134  Les 14 et 20 mars 1732, id., p. 517.

135  Pieter van Laer dit Bamboche (Haarlem 1599-1642).

136  « Pour avoir netoyé et pointillé un petit Berghem – 6 ». APM, C 338. Copies de « l’Abreuvoir de Berghem », à l’hôtel de Matignon : id., p. 537. Nicolas Berchem (Haarlem 1620 - Amsterdam 1683).

137  Dans l’inventaire de 1751, une Danse de satires et Danse de paysans sont évaluées 350 l. à Paris. Un autre de ses Paysages figure dans la demeure de Paris, estimé 200 l. Trois tableaux, dont un petit sur cuivre, sont estimés à 200 l. aussi à Passy : id., p. 545. À la suite, « Deux paysages avec figures dans la manière de Bartholomé ; on le croit de Collende ; chacun porte 7 pouces 6 lignes de haut, sur 10 pouces 9 lignes, sur bois. Ils viennent du cabinet du Duc de Valentinois », sont vendus le 10 décembre 1776, aux enchères à Paris et en 1803 : Benjamin Perronet et Burton B. Fredericksen (éd.), Répertoire des tableaux…, op. cit., vol. I, 1801-1810, t. II, p. 1265. Une Valley with ruins and figures (déjà attribuée à Breembergh) se trouve actuellement à la Dulwich picture Gallery de Londres, et elle est attribuée à Cornelis van Poelemburgh. Bartholomeus Breembergh (Deventer 1598 - Amsterdam 1657).

138  D’autres copies de Poelemburgh sont signalées à Passy. Cornelis van Poelemburgh (Utrecht 1590 ca. - 1667).

139  Une « Hotte » est estimée 60 l. à Passy. Willem Romeijn (Haarlem 1624 ca. - post 1693).

140  APM, C 338. En 1803, une Vue de Hollande, paysage et marine, par Storck, provenant de l’hôtel de Matignon, est vendue pour un total de 41 fr. : Benjamin Perronet et Burton B. Fredericksen (éd.), Répertoire des tableaux…, op. cit., vol. I, 1801-1810, t. II, p. 1037 ; Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 516.

141  Jacobus Storck (Amsterdam 1641-1700 ca.).

142  APM, H* 43, 13 mai 1729 ; C 338.

143  Adriaen van Ostade (Haarlem 1610-1685).

144  Jan Steen (Leiden 1626-1679).

145  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 537. Gerard ter Borch (Zwolle 1617 - Deventer 1681).

146  Anthonie Palamedes (Delft 1601 - Amsterdam 1673).

147  Deux Marché aux chevaux sont estimés 18 l. à Passy, où l’on mentionne également un Chevaux à l’abreuvoir. Philip Wouwermann (Haarlem 1619-1668).

148  APM, C 338, 1er décembre 1739. Voir note 1.

149  Jan Vermeer (Delft 1632-1675), avait pour nom van der Meer initiallement ; à moins qu’il ne s’agisse de Barend van der Meer (Haarlem 1659-1692 ca.).

150  Francesca Bottacin, « Les tableaux de Rembrandt dans la collection de Jacques Ier de Monaco, duc de Valentinois », Annales Monégasques, no 40, 2016, p. 113-146. En ce qui concerne l’accueil réservé à Rembrandt et à l’art hollandais en France : Ingrid R. Vermeulen, « Michel de Marolles’s album of Rembrandt prints and the reception of Dutch art in France », Simiolus, 34, 2009/2010, p. 155-182.

151  Rembrandt, Autoportrait, huile sur toile, 80,3 x 67,3 cm., signée et datée en bas à droite : Rembrandt / f. 1660, New York, Metropolitan Museum.

152  On peut raisonnablement mettre en parallèle la définition de Prêtre de loi avec celle de Ministre luthérien : un pasteur, ministre du culte, portant non pas des habits religieux mais, comme il était de coutume, ceux du noir austère typique des protestants hollandais du xviie siècle (ils étaient calvinistes en réalité). Rembrandt, Gentilhomme, aux gants, huile sur toile, 80,6 x 67,3 cm., signée et datée en bas à droite : Rembran[dt] / f. 16[48], New York, Metropolitan Museum.

153  Jeune fille dans une cadre d’après Rembrandt (atelier de ?) ; huile sur bois, 104,4 x 79 cm. ; lieu de conservation inconnu.

154  Acheté en 1733 pour 12 l. APM, H 47, 7 mai 1733. Portrait présumé de Cornelis Tromp amiral hollandais, Anonyme hollandais, huile sur toile, 93 x 76,6 cm ; Paris, Musée du Louvre.

155  Portrait d’homme au chapeau à larges bords, Rembrandt et son atelier (?), huile sur bois ; ovale, signée et datée sur la droite « Rembrandt f. 1635 » ; Japon, Kawamura Memorial DIC Museum of Art.

156  En mars 1737, Colins déclare avoir nettoyé « un tableau, un homme tenant une plume à la main peint par De Coninx, eleve de Rimbran », APM, C 338. Ce tableau doit probablement être identifié au Philosophe qui, en 1751, était alors conservé à l’hôtel de la rue de Varenne, et estimé 30 l. seulement. Salomon (de) Koninck (Amsterdam 1609-1656).

157  À la fin de sa vie, Jacques était le propriétaire de à peu près 500 tableaux à Paris, alors que Pierre Crozat en possédait 476, mais, en dépit de quelques pièces extraordinaires comme les tableaux cités au-dessus, comme le souligne Fouilleron, la valeur était sensiblement différente : à peine 30 000 pour le prince contre 500 000 pour le collectionneur : Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 522-526.

158  Id., p. 526 sqq.

159  D’autre part, les inventaires de 1751 rédigés entre Paris et Passy, stipulent une augmentation significative des tableaux hollandais que d’évidence, il commençait à préférer vers la fin de sa vie : id., p. 532-533.

160  Silvia Piretta, « Da Torino a Parigi : le collezioni della contessa di Verrua », dans Le raccolte del principe Eugenio…, op. cit., p. 107-117.

161  Mis à part des commandes de copies, et les citations d’inventaires, seul subsiste un achat original de Brueghel fait par Jacques (voir note 126) ; puis, deux paysages sur cuivre sont présents à l’hôtel de Paris, ainsi que deux petits sur toile, estimés respectivement à 1500 et 400 l. la copie. La Vue d’un grand chemin et la Vue d’un grand canal, sur cuivre attribués à Jan, et provenant des Valentinois, sont passés en vente à Paris le 15 juillet 1802 ; tandis que la Vue d’un village et la Vue d’un bois, plus petits et sur cuivre, conservés à l’hôtel Matignon, ont été vendus 97 francs en 1803 : Benjamin Perronet et Burton B. Fredericksen (éd.), Répertoire des tableaux…, op. cit., vol. I, 1801-1810, t. I, p. 239-240.

162  Le numéro 2009-2010 de Simiolus est entièrement dédié au succès rencontré par la peinture néerlandaise. Voir également la note suivante.

163  Patrick Michel, « Dezallier d’Argenville’s Abrégé de la vie des plus fameux peintres : a guide for contemporary collectors or a survey of the taste for paintings of the northern schools ? », Simiolus, no 34, 2009/2010, p. 212-225 ; Maës, Gaëtane, « Dutch art collections and connoisseurship in the eighteenth century : the contributions of Dezallier d’Argenville and Descamps », Simiolus, no 34, 2009/2010, p. 226-238 ; et Everhard Korthals Altes, « Félibien, de Piles and Dutch seventeenth-century paintings in France », Simiolus, no 34, 2009/2010, p. 194-211.

164  Charles Blanc, Le tresor de la curiosité, Paris, 1857, I, p. 90 ; sur le marché en général : John Michael Montias, « Art dealers in the seventeenth-century Netherlands », Simiolus, no 18, 1988, p. 244-256 ; Arnold Witte, Patrizia Cavazzini, « Painting as business in early seventeenth-century Rome », Simiolus, no 34, 2009/2010, p. 65-68.

165  Johan Kräftner, Unter dem Vesuv : Kunst und Kuenstler vom 17. bis zum 19. Jahrhundert in Neapel und seinem Umfeld aus der Sammlung Harrach, Liechtenstein Museum Wien, Tashenbuch, Prestel, 2006, p. 15-27.

166  Carla Enrica Spantigati, « Il principe Eugenio di Savoia Soissons collezionista nell’Europa di primo Settecento », dans Le raccolte del principe Eugenio…, op. cit., p. 35-49. Qu’il me soit permis ici de remercier Giulia de Grandi pour son aide très précieuse.

167  Il est vrai qu’auparavant, certains noms d’artistes hollandais figuraient dans la collection, comme celui de Ruisdael par exemple, mais leurs présences sporadiques, sont peu significatives. Voir notes 67, 68, 69.

168  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 524 ; Krystof Pomian, Collectioneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : xvie-xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1987, p. 190.

169  Paris, 10 septembre 1720 - 12 mai 1795. Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. CXVI. Thomas Fouilleron, « Mécénat princier et affirmation politique au temps des Lumières. Honoré III et le peintre monégasque Jean-Baptiste Vignali », Annales monégasques, no 33, 2009, p. 61-98.

170  En 1746 encore, quelques artistes qui se rendaient à Rome constataient que de beaux tableaux étaient accrochés aux murs du Palais de Monaco ; mais 30 ans plus tard, ce chiffre sera en net déclin. Il s’agit des architectes Barthélemy-Michel Hazon (1722-1816), Ennemond-Alexandre Petitot (1727-1801), des sculpteurs Pierre Hubert Larchevêque (1721-1778) et Nicholas-François Gillet (1709-1791) : Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 510. Nous signalons également que des tableaux furent dérobés après la Révolution : Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. XLI.

171  Thomas Fouilleron, Des princes en Europe. Les Grimaldi…, op. cit., p. 578 sqq.

172  Léon-Honoré Labande, Inventaires…, op. cit., p. V.

173  Sur le sujet : Robert A. Hill, « The ambassador and the artist : Sir Dudley Carleton’s relationship with Peter Paul Rubens. Conoisseurship and art collecting at the court of the Early Stuarts », Journal of the History of collections, no 26, 2014, 2, p. 171-191.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Philippe de Champaigne, Portrait de Honoré II, Monaco, Palais princier
Légende Honoré II (1597-1662), seigneur puis prince de Monaco (1604-1662), portant le cordon de l’ordre français du Saint-Esprit, par Philippe de Champaigne, huile sur toile, 1651. Archives du Palais de Monaco.
Crédits © Geoffroy MOUFFLET - Archives du Palais de Monaco
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/9499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1M
Titre 2. Hyacinthe Rigaud, Portrait d’Antoine Ier, Monaco, Palais princier
Légende Antoine Ier (1661-1731), prince de Monaco de 1701 à 1731, huile sur toile par Hyacinthe Rigaud (1659-1743). Archives du Palais de Monaco.
Crédits © Geoffroy MOUFFLET - Archives du Palais de Monaco
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/9499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13M
Titre 3. Pierre Gobert, Portrait de Jacques Ier, Saint-Lô, Musée des Beaux Arts
Légende Jacques Ier (1689-1751), prince de Monaco de 1731 à 1733, né Jacques de Goyon-Matignon, époux de la princesse Louise-Hippolyte, huile sur toile par Nicolas de Largillière (1656-1746), 1718. Archives du Palais de Monaco.
Crédits © Saint-Lô. Musée des Beaux Arts
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/9499/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Titre 4. Manuel Salvador Carmona, « Le fils de Paul Rubens », gravure, Archives du Palais princier de Monaco
Légende Le fils de Paul Rubens (en réalité de Cornelis de Vos et représentant sa fille), gravure par Manuel Salvador Carmona, 1762. Archives du Palais de Monaco
Crédits © Geoffroy MOUFFLET - Archives du Palais de Monaco
URL http://journals.openedition.org/cdlm/docannexe/image/9499/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesca Bottacin, « Les peintures flamandes et hollandaises dans les collections d’art des Grimaldi de Monaco (xviie-xviiie siècle) », Cahiers de la Méditerranée, 95 | 2017, 253-276.

Référence électronique

Francesca Bottacin, « Les peintures flamandes et hollandaises dans les collections d’art des Grimaldi de Monaco (xviie-xviiie siècle) », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 95 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/9499

Haut de page

Auteur

Francesca Bottacin

Chercheur d’histoire des arts modernes italiens et européens et professeur d’histoire des arts flamands et hollandais à l’université d’Urbino Carlo Bo, elle s’occupe des arts internationaux. Auteur de différents essais et monographies, ses recherches se concentrent surtout aux rapports entre la peinture néerlandaise et la peinture italienne (Caravage et les Hollandais, arts flamands à Venise et aux Marches, Tiberio Tinelli, Giovanna Garzoni, Giovanni De Min, Juste de Gand, Federico Barocci, Jan van Eyck…). Ses derniers articles et interventions aux congrès sont relatifs au collectionnisme international de peinture du Nord (Federico da Montefeltro, Ottaviano Ubaldini) : surtout elle étudie les peintures flamandes et hollandaises de la collection des princes Grimaldi de Monaco, sous l’égide des Archives du Palais Princier de Monaco, de l’université d’Urbino Carlo Bo et du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine de l’université de Nice Sophia Antipolis. Elle a récemment publié « Les tableaux de Rembrandt dans la collection de Jacques Ier de Monaco, duc de Valentinois », Annales monégasques, no 40, 2016, p. 113-146.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals