Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Dossier thématiqueEntre limites du modèle prohibiti...

Dossier thématique

Entre limites du modèle prohibitionniste et résistances à la politique de réduction des risques

L’exemple des salles de consommation à moindre risque1
Marie Jauffret-Roustide
p. 23-33

Résumés

L’implantation des salles de consommation à moindre risque en France se fait avec retard par rapport à plusieurs de nos voisins. La raison tient aux résistances à la mise en œuvre de la politique de réduction des risques en France, et en particulier à la persistance du modèle prohibitionniste. Pour le comprendre, il faut retracer la généalogie du concept de réduction des risques en France, analyser les conditions (sociales, culturelles et politiques) de sa mise en œuvre et les tensions que cela suscite.

Haut de page

Texte intégral

Contexte : la difficile implantation des salles de consommation à moindre risque en France

  • 1 Cet article est issu d’une intervention réalisée dans le colloque « Les salles de consommation de d (...)
  • 2 H. Bergeron, L’État et la toxicomanie, PUF, 1999 ; M. Jauffret-Roustide (dir.). Les drogues : appro (...)

1Les salles de consommation à moindre risque se sont implantées tardivement en France, en 2016, trente ans après l’implantation des premières salles en Suisse à Berne en 1986, et dans un contexte international où près d’une centaine de salles avaient déjà été mises en place en Europe, au Canada et en Australie. Les salles de consommation à moindre risque constituent l’une des mesures emblématiques de la politique de réduction des risques qui a été mise en œuvre dans le contexte de l’épidémie de sida au milieu des années 1980. D’un point de vue sanitaire, les usagers de drogues ont été particulièrement touchés par l’épidémie de sida dans la mesure où le partage du matériel d’injection est l’un des vecteurs de la transmission du VIH. D’un point de vue politique, cette transmission a été renforcée par la prohibition, qui constitue un frein à l’implantation des mesures de réduction des risques, souvent perçues comme une forme de prosélytisme vis-à-vis de l’usage de drogues. La réduction des risques opère un changement paradigmatique fondamental dans la mesure où elle propose de rompre avec l’horizon du sevrage et de la psychothérapie – les deux seuls outils proposés aux usagers de drogues jusqu’au milieu des années 1980 –, en considérant que le risque d’être contaminé par le VIH doit être pris en compte comme une urgence sanitaire, au-delà même de la volonté de soigner la « toxicomanie »2.

  • 3 M. Jauffret-Roustide, « Les salles de consommation à moindre risque. De l’épidémiologie à la politi (...)
  • 4 M. Jauffret-Roustide & I. Cailbault, « Drug consumption rooms : comparing times, spaces and actors (...)

2Les salles de consommation à moindre risque ont pour objectif de permettre aux usagers de drogues de consommer des produits dans un espace sécurisé et médicalisé, en présence de professionnels de santé. Ces lieux ont été établis dans une logique de santé publique, dans le but d’améliorer la santé des usagers de drogues, et plus particulièrement de prévenir la transmission du VIH et des hépatites, et, dans une logique de sécurité publique, dans le but de sécuriser et de contrôler l’espace public et de mettre fin aux scènes ouvertes, ces pratiques d’injection visibles dans l’espace public3. L’implantation des salles de consommation à moindre risque ne va pas de soi et a donné lieu à d’importants débats et controverses en France, aux niveaux national et local4.

3Afin de comprendre les raisons du retard de l’implantation des salles de consommation à moindre risque en France, il est nécessaire de revenir aux résistances face à la mise en œuvre de la politique de réduction des risques en France, et en particulier à la persistance du modèle prohibitionniste en France. Ce texte se propose de retracer la généalogie du concept de réduction des risques en France et sa déclinaison selon les contextes locaux, d’analyser les conditions sociales, culturelles et politiques de l’émergence puis du développement de la politique de réduction des risques en France, et les résistances, tensions et enjeux associés à l’implantation des salles de consommation à moindre risque.

Méthodologie de recherche

4Cette recherche s’appuie sur une recherche sociologique, mêlant observations ethnographiques dans différentes arènes du débat sur la réduction des risques (réunions institutionnelles, réunions associatives, conférences), analyse de la littérature au niveau international et analyse d’archives (rapports d’activité, comptes rendus de réunions associatives ou institutionnelles). Cette recherche se situe à l’interface de la sociologie et de la science politique, et s’appuie sur un programme de recherche mené depuis une vingtaine d’années sur la construction du référentiel de réduction des risques en France et sur une recherche sociologique en cours sur la généalogie des modèles de réduction des risques et l’analyse des controverses sur les salles de consommation à moindre risque en Europe et en Amérique du Nord. Ces travaux de recherche menés à partir de terrains ethnographiques viennent compléter, mais également mettre à l’épreuve l’analyse de la littérature et des archives. Les terrains de cette recherche ont été menés essentiellement en France ; des visites ont été faites en Europe, au Canada et aux États-Unis mais pour des séjours sur de courtes périodes de temps (de quelques semaines à quelques mois). Même si cet article se propose de resituer la manière dont le modèle de réduction des risques à la française se distingue de ses partenaires internationaux, il reste d’une certaine manière empreint d’un regard ethno-centré sur la France. La description des modèles étrangers, étant liée à la lecture d’articles et d’interviews avec des experts, est partiellement déconnectée d’une connaissance fine des contextes locaux, contrairement à la situation française qui a été l’objet de plusieurs années de travail de terrain approfondi. Plus d’une centaine d’entretiens avec différentes « parties prenantes » (usagers de drogues, professionnels et bénévoles de la réduction des risques, politiques exerçant des mandats locaux et nationaux, riverains, policiers…) ont été menés dans le cadre de cette recherche en France.

La réduction des risques, un référentiel de politiques publiques marqué par une diversité d’approches philosophiques et politiques

  • 5 B. Jobert, « Rhétorique, politique, controverse scientifique et construction de normes : esquisse d (...)

5La réduction des risques est trop souvent réduite à une somme d’outils et de techniques d’intervention sanitaires, mais notre approche théorique se propose de l’analyser comme un référentiel de politiques publiques5 qui constitue une piste heuristique stimulante dans la mesure où elle permet de caractériser les différents modèles de réduction des risques, non pas en fonction de la présence ou de l’absence de techniques d’intervention, mais en mettant plutôt l’accent sur les aspects philosophiques, politiques et sociaux au cœur de ces modèles.

  • 6 Id.

6Les outils les plus emblématiques de cette politique sont l’accès au matériel d’injection stérile, la mise à disposition de traitements de substitution, les programmes d’échange de seringues, l’auto-support des usagers de drogues et les salles de consommation à moindre risque. D’autres techniques d’intervention peuvent s’y ajouter, telles que l’amélioration de l’accès aux soins, aux droits sociaux, l’accès au dépistage, au traitement, l’accompagnement et l’éducation à l’injection, la prévention du passage à l’injection. Au-delà des techniques à vocation sanitaire, la réduction des risques peut également être appréhendée comme un modèle de pensée qui intègre la dimension des valeurs et des croyances associées aux usages de drogues. La réduction des risques est alors envisagée comme un référentiel au sens où le définit le politologue Bruno Jobert : « Le référentiel dénote une partie de cet ensemble (de valeurs, de croyances et de techniques) : les solutions concrètes qui, réemployées comme modèle ou comme exemple, peuvent remplacer les règles explicites en tant que base de solutions pour les énigmes qui subsistent dans la science normale »6.

  • 7 V. Berridge, « Histories of harm reduction : illicit drugs, tobacco, and nicotine », Substance Use (...)
  • 8 H. Bergeron, op. cit.
  • 9 M. Jauffret-Roustide, « Les salles de consommation à moindre risque : apprendre à vivre avec les dr (...)
  • 10 M. Jauffret-Roustide, « Self-Support for Drug Users … », art. cité.

7Analysée en tant que référentiel de politiques publiques, la réduction des risques devient alors un modèle de pensée philosophique, politique et social qui se positionne sur les valeurs et croyances associées à l’usage de drogues et va au-delà d’une simple déclinaison d’interventions techniques. La réduction des risques s’inscrit ainsi dans le mouvement de la « nouvelle santé publique » qui valorise les capacités des individus à se prendre en charge et la prise en compte de leurs besoins par les politiques publiques7. La santé publique devient alors une priorité et rompt avec l’imposition du sevrage et de la psychothérapie analytique qui constituaient jusqu’au milieu des années 1980 le seul horizon pour les usagers de drogues qui franchissaient la porte des centres de soin8. Cette approche de santé publique met en avant une mise à distance du jugement « moral » vis-à-vis de la consommation de drogues, mais elle opère un déplacement du jugement vers l’exposition au risque. En promouvant un usage de drogues à moindre risque, elle contribue indirectement à créer des injonctions normatives vis-à-vis de l’usage de drogues à partir d’un prisme sanitaire (centré sur l’hygiène) et médical (centré sur le médicament de substitution)9. La réduction des risques postule également l’implication des usagers aux niveaux individuel (par la diffusion de messages de prévention visant à modifier les normes de consommation) et collectif (par la promotion de l’auto-support des usagers de drogues, c’est-à-dire leur organisation politique et l’expression de leurs propres revendications), en s’efforçant de mettre à distance le prisme de la déviance et de la stigmatisation des conduites et des usagers10.

  • 11 S. H. Kellogg, « On ‘Gradualism’ and the building of the harm reduction-abstinence continuum », Jou (...)
  • 12 M. Jauffret-Roustide, « Quels sont les différents modèles de réduction des risques et des dommages  (...)

8Il existe plusieurs modèles de réduction des risques qui interrogent ses finalités à travers la cohabitation entre les approches basées sur l’abstinence et la réduction des risques et l’équilibre entre les dimensions politique et sanitaire. Concernant les finalités de la réduction des risques, un premier débat pose la question de la place de l’abstinence dans la réduction des risques, les deux approches étant souvent opposées, dans une perspective idéologique et donnant lieu à une distinction entre un modèle intégrationniste et un modèle gradualiste11. Une approche intégrationniste peut être définie comme la volonté pour un paradigme (abstinence versus réduction des risques) d’intégrer l’autre en s’y opposant, ce qui favorise les conflits et l’opposition face aux innovations et a contribué au retard de la mise en œuvre des salles de consommation à moindre risque en France. À l’inverse, une approche gradualiste renvoie à l’idée d’ouverture et à une écoute des besoins des usagers, avec une volonté d’optimisation de la prise en charge des usagers et de collaboration entre les professionnels. L’approche gradualiste de la réduction des risques n’envisage pas l’abstinence comme un dogme, mais simplement comme une possibilité pour les usagers qui le souhaitent dans une optique de continuum de soins12.

  • 13 H. Keane, « Critiques of harm reduction, morality and the promise of human rights », The Internatio (...)
  • 14 N. Hunt, « Public health or human rights : what comes first ? », International Journal of Drug Poli (...)
  • 15 M. Jauffret-Roustide, « Les salles d’injection, à la croisée … », art. cité.
  • 16 M. Jauffret-Roustide, « Self-Support for Drug Users … », art. cité.

9Concernant les valeurs, un deuxième débat oppose une vision neutre de la réduction des risques centrée sur le pragmatisme (réduite alors à une simple mise à disposition d’outils) à une vision morale et politique (qui prend en compte le contexte d’existence des usagers)13. Cette distinction renvoie à la distinction entre modèles forts et faibles de la réduction des risques14. Un modèle faible est centré uniquement sur la dimension sanitaire de la réduction des risques, le réduit à des outils techniques, impose aux usagers le type d’intervention considéré comme le plus légitime et ne pose pas la question légale comme une condition préalable à l’implantation de la réduction des risques. À l’inverse, un modèle fort de réduction des risques considère que l’usage de drogues fait partie des droits de l’homme et fait de la question légale un préalable indispensable à l’implantation de la réduction des risques. La dimension des droits de l’homme renvoie au droit de chaque individu de disposer librement de son corps. Dans cette vision forte de la réduction des risques, l’usage de drogues n’est pas appréhendé comme un risque ou une contrainte, pour l’individu et la société, mais comme une forme de choix raisonné et de liberté pour ceux qui souhaitent en faire l’expérience15. Il est, toutefois, important de préciser que, dans des contextes de marginalité sociale, les conditions du choix éclairé ne seraient pas optimales et s’inscrivent parfois plus dans une logique d’injonction sociétale que dans une réalité sociale16.

  • 17 M. Jauffret-Roustide, « Quels sont les différents modèles de réduction des risques et des dommages  (...)
  • 18 M. Jauffret-Roustide, « Quels sont les différents modèles … », art. cité.

10Cette distinction entre modèles intégrationnistes et gradualistes, pragmatiques et politiques, forts et faibles, de réduction des risques a une portée heuristique permettant une analyse comparative des politiques publiques. Il convient toutefois de noter que ces modèles peuvent faire l’objet de marges d’ajustements promues par les acteurs de terrain et les acteurs politiques, selon les contextes et la durée. Ainsi, au sein d’un même pays, des différences locales dans l’application des référentiels de réduction des risques peuvent exister, et des évolutions peuvent également être observées au cours du temps, en fonction de l’évolution des forces politiques en place, des moyens de pression des mouvements sociaux à l’échelle locale ou de l’influence d’un courant international dominant. Par ailleurs, ces modèles sont des archétypes théoriques qui se déclinent de manière spécifique sur le terrain, quand ils sont mis en pratique au quotidien par les acteurs dans leur activité de terrain, et sont éprouvés dans le cadre des interactions avec les usagers17. De plus, les frontières entre les modèles ne sont pas totalement étanches, et la complexité domine en pratique. Ainsi, dans la plupart des pays, la réduction des risques s’est faite par étapes, alternant modèles faibles et forts, neutres et politiques, sanitaires et sociaux. La dimension sanitaire a été à l’origine de l’implantation de la réduction des risques, pour assurer ensuite son développement. L’accent mis sur cette dimension sanitaire tend à favoriser dans la pratique le choix de modèles marqués par la neutralité et le pragmatisme, centrés sur la mise à disposition d’outils sanitaires, du moins au moment de l’initiation de cette politique. Afin de réussir à convaincre les acteurs politiques de l’intérêt de cette politique, qui introduit une rupture majeure avec l’idéal d’éradication des drogues (déjà difficile à accepter politiquement comme renoncement vis-à-vis d’un modèle sociétal prohibitionniste), l’accent est plutôt été mis sur la dimension sanitaire au détriment du débat politique et moral sur le droit à consommer des drogues, permettant ainsi de favoriser les conditions de son implantation18. Le problème de la France est qu’elle ne parvient pas à dépasser cette première étape et reste centrée uniquement sur un modèle faible de la réduction des risques, ce qui a entraîné des résistances vis-à-vis des mesures de réduction des risques qui viennent discuter les limites du modèle prohibitionniste.

L’impact du modèle prohibitionniste sur le débat et sur l’implantation des salles de consommation à moindre risque

  • 19 L. Weill-Barillet, J. Pillonel, X. Pascal, C. Semaille, L. Leon, Y. Le Strat, F. Barin, M. Jauffret (...)

11Un obstacle à l’implantation et à la diffusion des salles de consommation à moindre risque réside en effet dans le modèle prohibitionniste qui influence le modèle politique de réduction des risques qu’a choisi la France. Ce modèle est faible, car il s’accommode de la criminalisation des pratiques des usagers de drogues, neutre et sanitaire, dominé par le registre biomédical et axé sur la réponse médicamenteuse. La réduction des risques à la française s’est focalisée exclusivement sur la prévention du risque infectieux, et principalement sur la mise à disposition de traitements de substitution aux opiacés. Après une mise en place tardive, en 1995 pour la méthadone et en 1996 pour la buprénorphine, la France a aujourd’hui l’un des meilleurs taux de substitution au monde : plus de 8 usagers sur 10 reçus dans les centres de soins et de réduction des risques bénéficient actuellement de la substitution19. Ce succès en matière de traitements médicamenteux de la dépendance renvoie à une vision de la réduction des risques neutre qui réduit cette politique à une somme d’instruments sanitaires déconnectés d’une vision politique et ne prend pas en compte les facteurs structurels qui pèsent sur l’exposition au risque. Ce modèle français a plus de difficultés que d’autres pays, tels que la Suisse, les Pays-Bas, ou le Danemark, à mettre en place des innovations de santé publique qui sont souvent plus difficiles à implanter, en raison de la médicalisation du modèle français et de la persistance de la criminalisation de l’usage de drogues. La Suisse est un pays novateur qui a su inscrire la réduction des risques dans une logique de concertation et de négociation locales permettant de favoriser les conditions d’implantation des salles de consommation à moindre risque dans les quartiers. Les Pays-Bas se caractérisent par une implication des collectifs d’usagers de drogues dans la mise en œuvre des politiques publiques, avec une conciliation des logiques de santé publique et de sécurité publique. Le Danemark a privilégié une approche sociale de l’usage de drogues, avec une volonté de réhabilitation des usagers dans la société. La France, à l’inverse, considère que l’usage de drogues est un délit pénal, ce qui tend à produire un discours sur les drogues marqué par la morale et la stigmatisation de l’usage.

  • 20 S. R. Friedman et al., « Relationships of deterrence and law-enforcement to drug-related harms amon (...)
  • 21 M. Jauffret-Roustide et J.-M. Granier, « Repenser la politique des drogues », Esprit févr. 2017, n° (...)
  • 22 D. Werb, E. Wood, W. Small, S. Strathdee, K. Li, J. Montaner, T. Kerr, « Effects of police confisca (...)
  • 23 P. Bourgois, « The moral economies of homeless heroin addicts : confronting ethnography, HIV risk, (...)
  • 24 T. Kerr, W. Small, C. Buchner, R. Zhang, K. Li, E. Wood, « Syringe sharing and HIV incidence among (...)

12La littérature internationale a mis en évidence que les politiques prohibitionnistes renforçaient l’exposition au risque infectieux et la stigmatisation des usagers20. Au niveau géopolitique, la prohibition conduit les États à des abus en matière de droits humains et d’égalité sociale ou raciale, quand elle ne se trouve pas au cœur d’enjeux géopolitiques majeurs21. Au niveau politique local, la prohibition empêche les usagers d’avoir accès à la réduction des risques ; la police peut ainsi être amenée à les arrêter et à leur confisquer leurs seringues et les pharmaciens peuvent se montrer réticents à délivrer des seringues22. La prohibition peut également amener les usagers à se cacher et à réaliser leurs injections dans la précipitation par crainte d’être repérés, ce qui ne leur donne pas la possibilité de mettre en œuvre les stratégies de réduction des risques nécessaires23. À l’inverse, l’expérience de la salle de consommation à moindre risque à Vancouver montre l’impact positif majeur d’une approche rompant avec la criminalisation sur la diminution de la transmission du VIH et des hépatites et des pratiques à risque24. Dans cet espace géographique, les alliances entre la police, les politiques locaux et les professionnels de la salle ont permis de favoriser l’accès des usagers à l’espace d’injection et aux soins.

  • 25 L. Weill-Barillet et al., art. cité. ; M. Jauffret-Roustide, A. Chollet, A. Santos, T. Benoit, S. P (...)
  • 26 C. Van den Berg, C. Smit, M. Bakker, R. B. Geskus, B. Berkhout, S. Jurriaans et al., « Major declin (...)

13En France, la persistance de la logique prohibitionniste complexifie la possibilité d’avoir un débat apaisé sur la réduction des risques et réduit l’impact positif de cette stratégie de santé publique. La France se caractérise en effet par un « environnement du risque » caractérisé par des difficultés à se procurer des seringues (rapportées par un tiers des usagers de drogues), des pratiques de partage de matériel d’injection en hausse (un usager sur deux au cours du dernier mois déclare avoir partagé sa seringue ou le petit matériel servant à préparer les drogues pour l’injection), des injections fréquemment réalisées dans des conditions d’hygiène défavorables et pouvant exposer les riverains à des images choquantes (un tiers des usagers déclare avoir réalisé sa dernière injection dans l’espace public) et une précarisation sociale des usagers favorisant le maintien d’une prévalence et de l’incidence de l’hépatite C élevées chez les usagers de drogues25. La France se distingue ainsi de pays tels que les Pays-Bas et la Suisse qui ont mis en place très précocement des mesures de réduction des risques en choisissant d’implanter des modèles forts qui ont obtenu des résultats particulièrement positifs sur l’épidémie d’hépatite C26.

  • 27 M. Jauffret-Roustide, G. Pedrono, N. Beltzer, « Supervised consumption rooms : the French paradox » (...)

14Malgré l’inclusion de la réduction des risques dans la loi « Notre système de santé » en 2016, cette politique reste fragile en France et encore très souvent décriée, en raison de la perception morale de l’usage de drogues et de l’interdit légal, lié à la loi du 31 décembre 1970. L’irruption du débat sur les salles de consommation à moindre risque qui s’est amplifié en France à partir de 2010 vient révéler la fragilité du modèle « faible » de réduction des risques à la française. Les réticences des gouvernements, puis les hésitations de certaines villes de province en période pré-électorale (en particulier Bordeaux et Marseille), montrent l’importance accordée à la sensibilité de l’opinion publique, au détriment des impératifs de santé publique27. Les craintes exprimées par le politique sont le spectre du laxisme : l’implantation des salles de consommation à moindre risque reviendrait à délivrer un message sur l’acceptation de l’usage de drogues et le renoncement au soin.

  • 28 M. Jauffret-Roustide et I. Caibault, « Drug consumption rooms : comparing times, spaces and actors (...)

15La mobilisation des acteurs associatifs au niveau national et des coalitions d’acteurs au niveau local ont permis toutefois de faire émerger la question des salles dans le débat public et de la mettre sur l’agenda des politiques publiques. Peuvent être cités à ce titre l’expérience de la salle d’injection d’ASUD (Auto-support des usagers de drogues), mise en place durant quelques mois à Montpellier en 1994, les revendications du Collectif inter-associatif du 19 mai 2009 qui a créé une salle de consommation fictive durant une journée à Paris, relayée par la presse, les recommandations de l’expertise collective Inserm sur la réduction des risques de 2010 qui ont proposé l’expérimentation des salles accompagnée d’une évaluation, l’initiative d’Élus, Santé et Territoires qui a organisé des débats et rencontres avec des acteurs locaux afin de les sensibiliser à la réduction des risques en 2009-2010, l’engagement, de 2010 à 2012, des associations Gaïa et Médecins du Monde à porter le projet de la salle, enfin le vote des Conseils de Paris et de Strasbourg d’implanter des salles dans leurs villes. Il y a là autant de conditions de possibilité de l’expérimentation des salles de consommation à moindre risque28.

16Malgré ces engagements locaux, le parcours politique des salles de consommation à moindre risque a été semé d’embûches au niveau national. Qu’on songe, en 2010, à la déclaration du Premier ministre François Fillon considérant que « ces salles ne sont ni souhaitables ni utiles » comme réponse au souhait de Mme Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, de lancer une expérimentation suite au rapport de l’Inserm. Elle fut suivie, en 2012, de l’engagement dans le programme électoral de M. François Hollande, puis, en 2013, d’une décision négative du Conseil d’État considérant que l’expérimentation n’était pas envisageable sans un cadrage juridique adapté, ce qui donnera lieu à l’inscription du principe des salles de consommation à moindre risque dans la loi « Notre système de santé » en janvier 2016. Celle-ci offre une sécurisation juridique, permettant l’ouverture d’une salle à Paris en octobre 2016 et à Strasbourg en novembre 2016.

Conclusion

  • 29 M. Jauffret-Roustide, « Les salles d’injection, à la croisée de la santé publique et de la sécurité (...)
  • 30 M. Jauffret-Roustide, « Usage de drogues dans l’espace public, débat pour une “éthique de la ville” (...)

17Aujourd’hui encore, la France est l’un des pays les plus répressifs d’Europe en matière d’usage de drogues. Contrairement à d’autres pays européens, précurseurs et novateurs en matière d’implantation de la réduction des risques, la France ne parvient toujours pas à instaurer un débat apaisé sur les drogues. Les difficultés du débat français sont liées à la domination du cadrage prohibitionniste et médicalisé, mais également à la définition des politiques publiques au niveau de l’État : cela ne favorise pas la possibilité pour les élus locaux de lancer des expérimentations en santé publique. Ce cadrage prohibitionniste fragilise l’implantation de ces politiques au niveau local en France et a donné lieu à un retard important dans la décision d’implanter les salles de consommation à moindre risque. Le débat sur les salles de consommation à moindre risque révèle les limites et les paradoxes du modèle de réduction des risques à la française. Ces salles proposent des lieux où des usagers de drogues peuvent réaliser leurs injections dans un espace sécurisé, financé par l’État, alors même que l’État criminalise la pratique de l’injection de drogues. Ce paradoxe exacerbe les tensions autour des finalités de ce dispositif sanitaire et positionne le débat entre assistance aux populations les plus vulnérables et logique de responsabilisation, entre coût économique de ces dispositifs médicalisés dans un contexte de crise économique et engagement de l’État vis-à-vis des populations vulnérables, entre logique de santé publique et logique de sécurité publique29. Le modèle français de réduction des risques, qui est focalisé sur la médicalisation et qui cohabite avec la prohibition, constitue un frein pour l’implantation des salles de consommation à moindre risque dans un contexte apaisé, dans la mesure où il laisse encore en suspens le débat sur l’inclusion des usagers de drogues dans notre société30.

Haut de page

Notes

1 Cet article est issu d’une intervention réalisée dans le colloque « Les salles de consommation de drogue à moindre risque. Regards croisés », à Rennes. Son écriture s’appuie pour la première partie sur des données publiées dans les articles suivants : M. Jauffret-Roustide, « Quels sont les différents modèles de réduction des risques et des dommages ? Quelle place la réduction des risques et des dommages doit-elle avoir dans l’ensemble des interventions et dans la politique des drogues et des addictions en France ? », Alcoologie et Addictologie 2016, n° 38 (4), p. 335-347, puis sur des articles indiqués dans les notes qui suivent, relatifs au travail de mon équipe sur la réduction des risques. Cet article a fait l’objet d’une actualisation en termes d’analyse de la littérature et de données collectées ces dernières années dans le cadre d’une recherche en cours sur l’acceptabilité sociale des salles de consommation à moindre risque, soutenue par la Mildeca.

2 H. Bergeron, L’État et la toxicomanie, PUF, 1999 ; M. Jauffret-Roustide (dir.). Les drogues : approche sociologique, politique et économique, La Documentation française, 2004.

3 M. Jauffret-Roustide, « Les salles de consommation à moindre risque. De l’épidémiologie à la politique », in H. Bergeron et R. Colson (dir.), Les drogues face à la loi, PUF, 2015.

4 M. Jauffret-Roustide & I. Cailbault, « Drug consumption rooms : comparing times, spaces and actors in issues of social acceptability in French public debate », International Journal of Drug Policy 2018, n° 56, p. 208-217 ; M. Jauffret-Roustide, « Les salles de consommation à moindre risque : apprendre à vivre avec les drogues », Esprit nov. 2016, n° 429, p. 115-123 ; M. Jauffret-Roustide, G. Pedrono, N. Beltzer, « Supervised consumption rooms : the French paradox », International Journal of Drug Policy 2013, n° 24-6,, p. 628-630.

5 B. Jobert, « Rhétorique, politique, controverse scientifique et construction de normes : esquisse d’un parcours de recherche », in A. Faure, G. Pollet et Ph. Warin (dir.), La construction du sens dans les politiques publiques. Débat autour de la notion de référentiel, L’Harmattan, 1995, p. 13 et s.

6 Id.

7 V. Berridge, « Histories of harm reduction : illicit drugs, tobacco, and nicotine », Substance Use & Misuse 1999, vol. 34, p. 35-47 ; M. Jauffret-Roustide, « Self-Support for Drug Users in the context of harm reduction policy : A Lay Expertise Defined by Drug Users’ Life Skills and Citizenship », Health Sociology Review 2009, n° 18 (2), p. 159-171.

8 H. Bergeron, op. cit.

9 M. Jauffret-Roustide, « Les salles de consommation à moindre risque : apprendre à vivre avec les drogues », Esprit nov. 2016, n° 429, p. 115-123.

10 M. Jauffret-Roustide, « Self-Support for Drug Users … », art. cité.

11 S. H. Kellogg, « On ‘Gradualism’ and the building of the harm reduction-abstinence continuum », Journal of Substance Abuse & Treatment déc. 2003, n° 25-4, p. 241-247.

12 M. Jauffret-Roustide, « Quels sont les différents modèles de réduction des risques et des dommages ? Quelle place la réduction des risques et des dommages doit-elle avoir dans l’ensemble des interventions et dans la politique des drogues et des addictions en France ? », Alcoologie et Addictologie 2016, n° 38 (4), p. 335‑347.

13 H. Keane, « Critiques of harm reduction, morality and the promise of human rights », The International Journal of Drug Policy 2003, vol. 14(3), p. 227-232.

14 N. Hunt, « Public health or human rights : what comes first ? », International Journal of Drug Policy 2004, 15, p. 231-237.

15 M. Jauffret-Roustide, « Les salles d’injection, à la croisée … », art. cité.

16 M. Jauffret-Roustide, « Self-Support for Drug Users … », art. cité.

17 M. Jauffret-Roustide, « Quels sont les différents modèles de réduction des risques et des dommages ? », art. cité.

18 M. Jauffret-Roustide, « Quels sont les différents modèles … », art. cité.

19 L. Weill-Barillet, J. Pillonel, X. Pascal, C. Semaille, L. Leon, Y. Le Strat, F. Barin, M. Jauffret-Roustide, « Hepatitis C Virus and HIV seroprevalences, sociodemographic characteristics, behaviors an access to syringes among drug users, a comparison of areas in France », ANRS-Coquelicot Survey, Revue d’Epidémiologie et de Santé Publique févr. 2016.

20 S. R. Friedman et al., « Relationships of deterrence and law-enforcement to drug-related harms among drug injectors in US metropolitan areas », AIDS 2001, p. 93-99.

21 M. Jauffret-Roustide et J.-M. Granier, « Repenser la politique des drogues », Esprit févr. 2017, n° 431, p. 40-54.

22 D. Werb, E. Wood, W. Small, S. Strathdee, K. Li, J. Montaner, T. Kerr, « Effects of police confiscation of illicit drugs and syringes among injection drug users in Vancouver », International Journal of Drug Policy 2008, vol. 19 (4), p. 332-338 ; H. Bramson, D. C. Des Jarlais, K. Arasteh, A. Nugent, V. Guardino, J. Feelemyer, D. Hodel, « State laws, syringe exchange, and HIV among persons who inject drugs in the United States : History and effectiveness », Journal of Public Health Policy mai 2015, vol. 36 (2), p. 212-230.

23 P. Bourgois, « The moral economies of homeless heroin addicts : confronting ethnography, HIV risk, and everyday violence in San Francisco shooting encampments », Subst Use Misuse 1998, vol. 33, p. 23232351.

24 T. Kerr, W. Small, C. Buchner, R. Zhang, K. Li, E. Wood, « Syringe sharing and HIV incidence among injection drug users and increased access to sterile syringes », American Journal of Public Health août 2010, vol. 100 (8), p. 1449-1453.

25 L. Weill-Barillet et al., art. cité. ; M. Jauffret-Roustide, A. Chollet, A. Santos, T. Benoit, S. Pechine, C. Duplessy, J.-L. Bara, Y. Levi, S. Karolak, T. Nefau, « Theory versus Practice, Bacteriological efficiency versus personal habits. Evaluation of filtering tools for injecting drug users : a bacteriological and user acceptability study », Drug & Alcohol Review 30 mai 2017.

26 C. Van den Berg, C. Smit, M. Bakker, R. B. Geskus, B. Berkhout, S. Jurriaans et al., « Major decline of hepatitis C virus incidence rate over two decades in a cohort of drug users », European Journal of Epidemiology 2007, vol. 22 (3), p. 183-193 ; G. Wandeler, T. Gsponer, A. Bregenzer, H. F. Guthard, O. Clerc, A. Calmy et al., « Hepatitis C virus infections in the Swiss HIV Cohort Study : a rapidly evolving epidemic », Clinical Infectious Diseases 2012, vol. 55 (10), p. 1408-1416.

27 M. Jauffret-Roustide, G. Pedrono, N. Beltzer, « Supervised consumption rooms : the French paradox », International Journal of Drug Policy 2013, n° 24-6, p. 628-630.

28 M. Jauffret-Roustide et I. Caibault, « Drug consumption rooms : comparing times, spaces and actors in issues of social acceptability in French public debate », International Journal of Drug Policy, 2018, n° 56, p. 208-217.

29 M. Jauffret-Roustide, « Les salles d’injection, à la croisée de la santé publique et de la sécurité publique », Métropolitiques. Revue électronique internationale de sciences sociales sur les politiques urbaines, mars 2011.

30 M. Jauffret-Roustide, « Usage de drogues dans l’espace public, débat pour une “éthique de la ville” à l’heure des municipales », The Conversation, mars 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Jauffret-Roustide, « Entre limites du modèle prohibitionniste et résistances à la politique de réduction des risques »Cahiers Droit, Sciences & Technologies, 10 | 2020, 23-33.

Référence électronique

Marie Jauffret-Roustide, « Entre limites du modèle prohibitionniste et résistances à la politique de réduction des risques »Cahiers Droit, Sciences & Technologies [En ligne], 10 | 2020, mis en ligne le 27 avril 2020, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cdst/1366 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdst.1366

Haut de page

Auteur

Marie Jauffret-Roustide

Sociologue, chargée de recherche à l’Inserm, Cermes 3 (Inserm U988/CNRS UMR 8211/EHESS/Université Paris Descartes) ; Senior Research Fellow at the Baldy Center for Law and Social Policy, Buffalo University, New York

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers Droit, Sciences & Technologies sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires d’Aix-Marseille Provence (PUAM)
  • Logo AMU
  • Logo Normes, Sciences & Techniques
  • Logo CNRS
  • Logo Institut des Sciences juridiques & philosophiques – UMR8103 de la Sorbonne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search