Skip to navigation – Site map

HomeNuméros10Dossier thématiqueLes riverains, nécessité et diffi...

Dossier thématique

Les riverains, nécessité et difficultés d’une collaboration1

Éric Moser
p. 93-99

Abstracts

As a result of the successive installation of two low-risk drug consumption rooms in Biel/Bienne, a small Swiss town at the base of the Jura Mountains, the factors having convinced the local residents to accept such a facility, as well as measures that ensured their support continued, are reviewed. Prior circumstances encouraged this process, such as an unequivocal understanding between political representatives, the public administration, the justice and police authorities and those working with addicts ; but equally the wisest possible choice for the site. The purposeful search for dialogue with local residents, before anything was implemented, as well as the creation of a support group and the designation of contact professionals to air all their recriminations, were then detailed. Lastly, the possible role played by the users themselves of a low-risk drug consumption room was reported.

Top of page

Full text

  • 1 Afin de faciliter la lecture de ce texte et lorsque nécessaire, le masculin est utilisé comme genre (...)

1C’était un plaisir pour moi de participer au colloque organisé à Rennes en novembre 2017, tant les salles de consommation de drogues à moindre risque (SCMR) touchent des sujets divers qui méritent débats et réflexions. Ces sujets peuvent être d’ordre politique, juridique, sanitaire, éthique notamment, mais fortement émotionnel aussi. Une dimension à prendre en compte en lien avec les riverains d’une telle structure en place.

2Rapidement sur mon parcours professionnel : je suis actif dans le domaine des addictions depuis 1982. En ces temps-là peu existait, et j’ai pu participer à ce que nous avons appelé une époque de pionniers, chargés de faire face à l’épidémie d’héroïne que nous avons connue en Suisse durant ces années, avec l’apparition de scènes ouvertes de la drogue qui ont défrayé la chronique, et du sida également, où les personnes consommatrices par voie intraveineuse faisaient partie des groupes à haut risque.

3Je me suis retrouvé à mener différentes tâches et différents projets tout au long de ces années, ce qui m’a amené aussi à me perfectionner professionnellement de manière continue, en addiction, mais également en suivant des formations longues en thérapie d’orientation systémique et thérapie brève, puis en gestion d’institutions.

Fondation CONTACT

4La fondation d’utilité publique suisse CONTACT, mon employeur, garantit toute une série de prestations en matière de réduction des risques et dommages en lien avec les addictions sur l’entier du territoire cantonal bernois. Ses offres touchent différents domaines, tels l’aide au logement, la réintégration au travail, le traitement d’addiction par des programmes de substitution, du travail mobile « sur la rue » et dans les milieux festifs, ainsi que des centres d’accueil avec ou sans salles de consommation de drogues à moindre risque.

Cadre de l’expérimentation

5Mon expérience avec des riverains s’est déroulée lors de deux installations successives de SCMR en 2001 et 2014. Ces mises en service ont eu la ville de Bienne comme cadre. Cette petite ville au pied du versant sud du Jura de quelque 55 000 habitants est le centre d’une région d’environ 235 000 âmes. Principale capitale de l’industrie horlogère en Suisse, Bienne est avant tout une ville ouvrière. À la frontière des régions alémaniques et romandes (francophone), c’est une ville bilingue, riche d’une population multiethnique et culturellement très active.

6La consommation de substances y est reconnue depuis la fin des années 1960. Après diverses mises en place d’offres pour répondre à ces questions d’addiction, et pour ne pas s’allonger ici sur ces aspects généraux, il y a été reconnu au tournant du siècle par tous les acteurs préoccupés par ces questions – autorités politiques communales et cantonales, justice et police, services d’urgence sanitaire et professionnels du champ des addictions autant que par ses futurs bénéficiaires – qu’un centre d’accueil avec SCMR était nécessaire. Si les aspects de santé publique – prévention de maladies et d’overdoses, établissement d’un premier lien avec la chaîne thérapeutique, etc. – étaient évidents pour beaucoup, ce sont les questions d’ordre et d’allégement de l’espace public qui en ont convaincu bien d’autres.

De l’importance de la communication en général

7Il est nécessaire de mentionner ici les diverses conditions particulièrement avantageuses dont ont bénéficié ces implantations et qui ont joué un rôle prépondérant pour leur acceptation par la population et le voisinage. D’abord au niveau national, et pour répondre à l’épidémie d’héroïne déjà rappelée, la Confédération helvétique avait défini dès les années 1990 sa politique dite des quatre piliers en matière d’addiction. Celle-ci soutenait clairement et de manière nouvelle, aux côtés de la prévention, des soins et thérapie ainsi que de la répression, la réduction des risques et y compris, lorsque nécessaire, des SCMR. En effet, une expertise juridique menée autour de la première expérience de SCMR en 1986 en ville de Berne avait démontré sa faisabilité au niveau légal, soulignant le rôle d’aide des professionnels sur place et d’aucune manière leur complicité.

8Au niveau cantonal bernois aussi de telles structures étaient soutenues, la ville de Berne ayant connu, à l’instar de Zürich, les scènes ouvertes les plus importantes du pays. L’État bernois qui, au niveau de la répartition des tâches entre Confédération, cantons et communes, est responsable du financement du dispositif d’aide et de lutte en matière d’addiction, en avait reconnu l’utilité. Il avait depuis plusieurs années déclaré son ouverture à la mise sur pied d’une SCMR en ville de Bienne, mais attendait l’accord des autorités de cette municipalité. Ainsi, début 2000, les acteurs locaux étaient quasiment unanimes pour s’engager en faveur d’un tel dispositif.

9La création d’une telle union sacrée, réunissant au niveau politique tant des forces de droite que de gauche, ou parmi les professionnels autant des forces de police que les institutions d’aide, se fait pas à pas et ne peut manquer d’éveiller l’intérêt des médias. Ceux-ci jouent évidement un rôle capital dans la sensibilisation de la population en général et des futurs riverains aussi. À chaque fois, nous avons offert aux représentants des organes de presse tout le temps et l’information nécessaires afin d’objectiver les tenants et les aboutissants de ces projets, avant toute implantation. De fait, nous avons compilé une quantité incroyable d’articles de presse et d’émissions de radio et de télévision qui ont servi à planter le décor de manière factuelle… et qui nous auront aidés à préparer le terrain lors de rencontres avec les riverains.

Sur le lieu d’implantation

10Le choix du lieu d’implantation est tout aussi important en ce qui concerne cette collaboration à venir avec le voisinage d’une SCMR. Par exemple, et contre toute attente, le responsable municipal des affaires de santé et de prévoyance sociale avait en 2000 subitement décidé du lieu idéal pour la première SCMR à venir et l’avait communiqué à la presse, alors même que les autres partenaires en étudiaient encore la faisabilité. À cent mètres de là se trouvait une crèche pour la petite enfance. S’en sont suivies tout aussi rapidement levées de boucliers, pétitions et lettres de lecteurs aux journaux locaux, ce qui ne peut laisser présager que de très mauvais augures !

11Les deux lieux choisis en 2001 puis en 2014 ont été à chaque fois et finalement pris en tenant compte de tous les paramètres possibles, dans l’intérêt du plus grand nombre.

De l’importance de la communication au quotidien

12Un élément clé, à chaque fois, fut d’aller à la rencontre des riverains tous ensemble : autorités municipales, police, institutions portant le projet. La première fois nous fûmes encore soutenus par une association de personnes privées souhaitant jouer un rôle en faveur des personnes souffrant d’addiction. Nous avons organisé des soirées publiques d’information, annoncées par la presse, mais également en invitant par écrit tous les ménages du large voisinage. Ces soirées étaient organisées lorsque le lieu et les conditions étaient clairs et établis, mais avant toute installation concrète.

13Ces rencontres permettent à chacun de se faire une idée précise du rapport de force entre les riverains qui soutiendront un tel projet et ceux qui s’y opposeront et pourquoi. Elles sont à préparer avec attention. En effet, ces riverains ont toutes les bonnes raisons de se poser tant de questions, des plus générales au plus directes : pourquoi un tel lieu ? Pourquoi ici, dans notre quartier ? N’est-ce pas soutenir la consommation de drogues ? N’avons-nous pas déjà assez de problèmes avec ces drogués, les seringues qui traînent, les dealers qui rôdent ? Et nos enfants ? Etc. Tant de questions bien légitimes et qui vite peuvent quitter le rationnel pour l’émotionnel… À l’image de nos sociétés dans la gestion de ces questions souvent, la prohibition générale et la guerre à la drogue des Reagan et Bush ne nous ayant pas amenés bien loin.

14Aussi, lors de telles soirées publiques, les rôles étaient bien définis, chaque représentant apportant l’éclairage sur les questions qui le concernent et, principalement, ce sont les questions de sécurité publique qui provoquent le plus d’interrogations. Nous avions la chance d’avoir depuis des années une excellente collaboration entre forces de police et intervenants en addiction. Nous avons conscience que ce n’est qu’ensemble, mais dans le respect des mandats de chacun – et notamment aussi du secret professionnel dont bénéficient les intervenants en addiction –, que nous arriverons à apporter une amélioration pour la société, comme pour les personnes consommatrices de drogues. Il ne va pas sans dire que la vision globale des forces de police cantonale sur ces questions d’addiction et le soutien sans faille de leur commandement aux SCMR – même si avant tout pour des questions d’ordre et de sécurité publique – ont été pour nous d’une importance capitale. Mais il est vrai aussi, et nous ne manquions pas de le rappeler lors de telles occasions, qu’une SCMR a chez nous des règles de fonctionnement très strictes. Une SCMR n’est en en aucun cas une zone de non-droit, mais réservée à des personnes adultes, reconnues consommatrices de drogues, qui s’y inscrivent et signent un règlement dont la non-tenue peut amener à des interdictions de maison.

15Lors d’une première soirée, dans une salle comble et surchauffée, lorsqu’au bout d’une heure de discussion serrée les sujets se sont élargis sur des questions plus environnementales telles que le dépôt sauvage d’ordures dans le quartier ou le parcage de voiture, vous savez qu’un pas décisif a été franchi. Ou, lors d’une rencontre autour de la deuxième implantation de 2014, lorsque, spontanément, un vieux monsieur se lève au milieu de la salle, se présente à tous à haute et intelligible voix, rappelle son passé politique et le rôle qu’il a dans le quartier, pour finalement défendre qu’en vertu des expériences passées et du développement urbain actuel la place choisie pour cette seconde SCMR est sans conteste la meilleure possible pour un besoin reconnu et que tout le monde l’écoute, là aussi vous pouvez tabler avec des circonstances favorables.

16Mais de telles soirées, aussi décisives puissent-elles être, ne sont que le début de cette nécessaire collaboration avec les riverains. Pour cela, à chaque fois également, un feuillet imprimé était remis à chaque personne qui le souhaitait, mentionnant les diverses personnes de contact en cas de problèmes, avec leurs coordonnées les plus directes.

Suivi du projet

17Lors de la première implantation, et vu la nouveauté pour Bienne, nous avions également appelé à la création d’un groupe d’accompagnement. En son sein, outre les deux principaux partenaires, deux cadres de la police ainsi qu’un collègue et moi-même en tant que représentants des responsables du lieu (la Fondation CONTACT), nous avions invité des représentants d’une ancienne association de quartier, des commerçants délégués par leurs pairs et avions maintenu possible la participation d’autres riverains s’ils devaient en manifester le souhait.

18Une telle structure a démontré toute son importance. Elle garantit la relève sérieuse d’observations au quotidien et la prise de mesures au besoin. Nous avons pu ainsi désamorcer bien des tensions et autres situations conflictuelles, et pas seulement lors de nos rencontres régulières. Le fait que des personnes de contact soient connues de tout un chacun permet de réagir rapidement. Par exemple, le jour où un usager de drogues poly-consommateur, et sous l’effet combiné à ce moment d’un mélange détonnant d’héroïne, d’alcool et de benzodiazépine, est entré dans un magasin d’instruments de musique pour en ressortir sitôt après avec une guitare à la main, il n’a pas fallu une heure pour que celle-ci soit rendue à son propriétaire, heureusement sans une égratignure.

19Lors de la deuxième expérience dès 2014, nous n’avons pas maintenu un tel groupe large d’accompagnement. Nous avions pu assez rapidement nous rendre compte que les sujets de discussion s’épuisaient, et que le plus important était que les riverains sachent à qui s’adresser en cas de besoin, tout en soignant les relations avec eux, mais de manière moins formelle. Les échanges réguliers entre police et institution ont par contre été maintenus car ils se révèlent des plus cruciaux et fonctionnent comme un régulateur nécessaire. Trop de contrôles peuvent rendre une SCMR inutile. En effet, les substances consommées étant prohibées, celles-ci pourraient être saisies par la police dès l’approche du lieu d’un consommateur. Mais pas assez de contrôle serait encore plus délétère, et en première ligne pour les riverains, si un marché ouvert de la drogue devait s’installer. Nous avons d’ailleurs sur le sujet un aménagement de notre loi fédérale sur les stupéfiants qui permet une distinction entre une remise à des tiers de stupéfiant par métier et pour son seul bénéfice et une remise par une personne dépendante pour assurer sa propre consommation. Ceci contribue à permettre aux forces de l’ordre d’agir avec la nuance nécessaire.

Sur l’implication des bénéficiaires, les usagers

20Last but not least dans ces rapports avec les riverains, les usagers eux-mêmes peuvent contribuer de manière notable à une bonne entente. Tous ont un intérêt à un tel lieu, qui est mis en place en tenant compte de leurs besoins et de leur réalité. Même, et ainsi que déjà mentionné, une SCMR a des règles très strictes, l’ensemble des prestations qui y sont fournies et l’équipe qui est là pour cela leur sont dédiés. Ce sont des personnes en souffrance, et elles se montrent très reconnaissantes pour ce qui est mis à leur disposition. Ainsi, l’immense majorité d’entre elles fait preuve d’un comportement fort respectueux, voire exemplaire. Nonobstant, une minorité qui, de fait, ne se respecte même plus elle-même peut mettre tout le monde à rude épreuve et les riverains aussi : consommation sur la voie publique, cris et bagarres, matériel d’injection laissé à l’abandon, etc.

21C’est pour cela que dès le début, et maintenant encore, nous comptons avec les usagers. Déjà et bien entendu en les sensibilisant au jour le jour sur les enjeux et les attentes légitimes des riverains en l’occurrence. Mais également en les invitant par petits tracts à des tables rondes pour eux et l’équipe de la SCMR afin d’échanger sur des sujets actuels. Ils sont chaque fois nombreux à y venir et beaucoup s’engagent dans la discussion. Il s’avère que cette population très particulière en relation avec leur consommation massive de stupéfiants est, par contre, étonnante par un certain conformisme social, leurs avis représentant assez bien un panel de notre société, avec y compris une partie conservatrice non négligeable. Ainsi, lorsque la thématique du voisinage est discutée, l’équipe de la SCMR doit plutôt tempérer les velléités de contrôle exagérées.

22Une autre mesure est de les intégrer dans un programme pour le maintien d’un environnement salubre autour de la SCMR. C’est d’ailleurs un premier seuil de nos programmes d’intégration au travail. Pour un petit dédommagement à l’heure payé directement à la fin de la tournée, ceux qui s’annoncent le matin sur place partent accompagnés d’un professionnel, en groupes de quatre à cinq, faire un large tour de quartier afin d’y ramasser d’éventuels ustensiles de consommation de drogue et d’autres détritus. Ces tours sont appréciés par les riverains, et il y est ramassé principalement des détritus en général et pour ainsi pas de matériel d’injection (nos offres de matériel d’injection stérile favorisent le retour du matériel usagé qui est échangé un pour un, alors que la personne qui n’a rien à retourner ne reçoit qu’une seringue pour une injection stérile, mais doit payer tout matériel supplémentaire au prix coûtant).

23Ces tournées sont ainsi à multiples gagnants. Très directement, elles contribuent à une bonne relation avec le voisinage. Mais elles permettent aussi de débusquer les nouveaux petits recoins de telles arrière-cours que les consommateurs eux-mêmes connaissent avant tout le monde pour être parfois utilisés pour y consommer. Finalement, et pour certains, retrouver un rapport entre travail et dédommagement peut être un levier pour soutenir leur velléité de réinsertion.

24Pour finir, lors d’une période difficile de la première SCMR, liée à l’arrivée d’une nouvelle génération de personnes consommatrices peu respectueuse et attentive à son environnement et de là aux riverains non plus, nous avions été amenés à mettre sur pied une nouvelle mesure encore. Durant quelque deux ans, nous avions engagé et défrayé des consommateurs afin qu’eux-mêmes regardent à sensibiliser celles et ceux qui démontraient de tels comportements perturbants. Le résultat avait été globalement positif, aussi lié au fait que ces plus jeunes ont finalement compris en quoi ils pouvaient mettre en difficulté la structure même qui leur était utile. Une telle action d’éducation par les pairs se doit d’être cependant bien accompagnée. En effet, lors de rencontres hebdomadaires avec deux délégués de l’équipe de la SCMR, les sujets de réflexions et de discussions ne manquaient pas afin d’éviter des abus d’autorité ou des excès d’empathie des consommateurs mandatés, qui ne devenaient pour autant ni policiers, ni thérapeutes.

25Actuellement et dès la mise en place de la seconde SCMR, nous avons aménagé, grâce à une cour devant le bâtiment, une véritable zone tampon entre la rue et la SCMR qui satisfait tout le monde. Elle a pour effet que personne ne doit traîner sur la rue, car cette cour n’est pas soumise à toute la rigidité du règlement de la SCMR et dispose d’un accès facilité, bien que réservé, pour les seules personnes inscrites de la structure. D’autre part, si la police a bien entendu l’accès à cette cour, ses agents se contentent en général de n’en contrôler que les abords extérieurs.

26Tout cet ensemble de mesures ici résumées permet actuellement à ce que la SCMR de Bienne soit bien acceptée de tous et bien fréquentée par son public qui en a besoin. Vous m’excuserez de ne pas vous avoir relaté plus d’évènements vécus du quotidien, parfois bien truculents, mais le volume imparti pour cette contribution ne le permettait pas.

Top of page

Notes

1 Afin de faciliter la lecture de ce texte et lorsque nécessaire, le masculin est utilisé comme genre neutre.

Top of page

References

Bibliographical reference

Éric Moser, « Les riverains, nécessité et difficultés d’une collaboration »Cahiers Droit, Sciences & Technologies, 10 | 2020, 93-99.

Electronic reference

Éric Moser, « Les riverains, nécessité et difficultés d’une collaboration »Cahiers Droit, Sciences & Technologies [Online], 10 | 2020, Online since 27 April 2020, connection on 26 November 2020. URL: http://journals.openedition.org/cdst/1607 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdst.1607

Top of page

About the author

Éric Moser

Chef de services, Fondation CONTACT, Berne, Suisse

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Cahiers Droit, Sciences & Technologies sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires d’Aix-Marseille Provence (PUAM)
  • Logo AMU
  • Logo Normes, Sciences & Techniques
  • Logo CNRS
  • Logo Institut des Sciences juridiques & philosophiques – UMR8103 de la Sorbonne
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search