Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Dossier thématiqueUn homme augmenté mais à quel prix ?

Dossier thématique

Un homme augmenté mais à quel prix ?

Frédérique de Vignemont
p. 23-30

Résumés

Pour que le transhumanisme devienne une hypothèse scientifique et non plus seulement une idéologie, il est nécessaire d’analyser le fonctionnement du cerveau humain. La recherche en neurosciences a révélé une certaine plasticité cérébrale, mais ces résultats n’impliquent pas l’absence totale de restriction sur les formes et le degré que les changements du cerveau peuvent prendre. Dans l’économie cérébrale, tout a un prix et l’augmentation de certaines capacités ne pourront se faire qu’au détriment d’autres. Cet article s’interroge sur la plausibilité du fantasme associé au transhumanisme à la lumière des limites fondamentales de l’esprit humain.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail a été effectué grâce aux financements suivants  : ANR-17-EURE-0017 FrontCog  ; ANR-10-IDEX-0001-02 PSL, et ANR-16-CE28-0015.

1La perspective d’augmenter les capacités humaines, connue sous le nom de transhumanisme, a suscité ces dernières années des espoirs mais aussi une inquiétude profonde. Il est toutefois intéressant de noter que peu s’interrogent sur la plausibilité du fantasme associé au transhumanisme. Il ne s’agit pas tant de souligner les contraintes technologiques actuelles, celles-ci pouvant toujours être dépassées dans le futur, que de s’intéresser aux limites plus fondamentales de l’esprit humain. Il est vrai que la recherche en neurosciences cognitives a permis de montrer une certaine plasticité cérébrale, mais ces résultats n’impliquent pas l’absence totale de restriction sur les formes et le degré que les changements du cerveau peuvent prendre.

  • 1 S. W Mitchell, «  Phantom limbs  », Lippincott’s Magazine of Popular Literature and Science 1871, 8 (...)

2Il n’est nul besoin de spéculer sur un scénario futuriste pour le montrer. Prenons l’exemple des membres fantômes dont les patients amputés ont l’expérience. Alors qu’il leur manque un bras ou une jambe depuis des années, ils peuvent continuer à ressentir la présence vivace de leur membre amputé. Un vétéran de la guerre de Sécession décrivait ainsi : « Tous les matins, je dois réapprendre que ma jambe fertilise un champ de blé en Virginie ou orne un quelconque horrible musée »1. Si le cerveau humain était si flexible, comment est-il possible qu’il ne s’adapte pas à l’amputation et qu’il ne mette pas à jour la représentation du corps ? Le soldat est pourtant visuellement confronté à chaque instant à l’absence de sa jambe et il a dû trouver des stratégies de compensation pour se déplacer, mais cela ne suffit pas : sa jambe est toujours représentée au niveau cortical.

  • 2 M. Botvinick and J. Cohen, «  Rubber hands ‘feel’ touch that eyes see  », Nature 1998, 391, p. 756.

3Un avocat du transhumanisme pourrait objecter que le cerveau est capable de s’approprier un membre externe en moins de deux minutes, comme c’est le cas dans l’illusion dite de la main en caoutchouc2. Des participants sains voient devant eux une fausse main, leur propre main étant cachée derrière un écran. L’expérimentateur stimule de manière synchrone les deux mains (la vraie et la fausse) avec un pinceau et en 90 secondes les sujets décrivent avoir l’impression d’être touchés sur la main en caoutchouc. En outre, il leur semble que la « fausse » main fait partie de leur corps, et ce alors même qu’ils ont encore leurs deux « vraies » mains.

  • 3 M. R. Longo, F. Schüür, M. P. Kammers, M. Tsakiris and P. Haggard, «  What is embodiment  ? A psy (...)
  • 4 G. L. Moseley, N. Olthof, A. Venema, S. Don, M. Wijers, A. Gallace, and C. Spence, «  Psychological (...)

4Mais cette illusion ne prouve pas que l’homme augmenté est une réalité. D’un point de vue subjectif, les participants n’ont pas l’impression d’avoir une main supplémentaire3 (Longo et al., 2008). En outre, l’incorporation de la « fausse » main a un prix : l’illusion s’accompagne de signes physiologiques et sensorimoteurs de désincorporation de la vraie main (réduction de la sensibilité tactile, diminution de la température corporelle locale, augmentation du taux d’histamine, diminution de l’excitabilité motrice4). C’est presque comme si la « vraie » main était traitée comme une intruse. Il semblerait donc que l’intégration d’appendices supplémentaires risque de se faire au prix de l’exclusion, du moins partielle, des membres biologiques.

5La conclusion que l’on peut tirer à ce stade est double. Le cerveau ne s’adapte pas à un nouveau corps (diminué ou augmenté) avec autant de facilité que l’on pourrait croire, et quand il y réussit, il y a un prix à payer. La perspective de l’homme augmenté va toutefois bien au-delà que l’illusion de la main en caoutchouc. Considérons maintenant quelques scénarios actuels ou à venir, que l’on peut regrouper en trois catégories :

  • Technologies restauratrices : Technologies ayant pour but de restaurer les capacités cognitives, sensorielles ou motrices déficitaires chez des patients.

  • Technologies augmentatives : Technologies ayant pour but d’améliorer les capacités cognitives, sensorielles ou motrices existantes chez des sujets sains.

  • Technologies externalisantes : Technologies ayant pour but d’ajouter de nouvelles capacités cognitives, sensorielles ou motrices chez des sujets sains.

6Nous allons voir pour chaque cas à quel point l’homme peut être qualifié véritablement d’augmenté.

I. Technologies restauratrices

7Le cas le plus évident est celui des prothèses chez les patients amputés et des implants cochléaires chez les personnes souffrant de difficultés auditives. On peut aussi mentionner les systèmes de substitution sensorielle pour les aveugles. Dans tous les cas, le but est de permettre à des individus qui ont perdu une de leurs fonctions normales de retrouver cette fonction ou d’avoir un moyen de compenser son absence. La recherche a permis des progrès de plus en plus impressionnants dans ce domaine, au point où des patients ayant leurs jambes paralysées demandent maintenant à être amputés pour qu’on leur greffe des jambes prosthétiques qui leur permettraient de marcher « normalement ».

  • 5 C. H. Jang et al., «  A survey on activities of daily living and occupations of upper extremity amp (...)
  • 6 C. D. Murray, «  An interpretative phenomenological analysis of the embodiment of artificial limbs (...)

8Ces technologies constituent un enjeu clinique majeur. Il est à noter toutefois que seulement 45 % des patients amputés utilisent leur prothèse de manière régulière, et on peut s’interroger sur la raison d’une telle désaffection5. S’agit-il seulement de l’inconfort de certaines prothèses et du manque de fluidité des mouvements qu’elles permettent ? Ou s’agit-il aussi d’une difficulté plus fondamentale à intégrer un objet externe dans leur schéma corporel (i.e. représentation des informations concernant l’état du corps – comme la posture – pour programmer et guider les actions) ? Un certain nombre de patients décrivent ainsi que leur prothèse n’est pour eux qu’un outil, et non un membre de leur corps à part entière6.

9On peut alors se demander s’il n’est pas nécessaire d’intégrer les prothèses non seulement au niveau fonctionnel, mais aussi au niveau phénoménologique, au niveau du vécu de l’individu, pour que celles-ci soient traitées comme n’importe quelle autre partie du corps. L’enjeu n’est plus alors uniquement technologique (comment rendre les prothèses d’utilisation plus pratique par exemple), mais aussi cognitif : comment s’approprier au niveau subjectif un objet externe ? Cela révèle aussi un défi majeur pour le projet de l’homme augmenté en général. Chez les personnes amputées, la place est toute prête, si l’on peut dire, pour le membre factice, qui ne fait que remplacer ce qui a été perdu. Il ne s’agit donc pas de transformer de manière radicale le modèle biologique du corps (deux bras/deux jambes) : la mise à jour est limitée. Mais si les individus ont déjà du mal dans cette situation-là, que va-t-il en être dans la situation où ils n’ont aucun déficit et déjà un corps complet ? Comment faire de la place pour un membre surnuméraire ?

II. Technologies augmentatives

10Considérons maintenant l’homme de la rue et ses capacités normales telles qu’il les exerce au quotidien. Pour le transhumanisme, cet homme est d’une certaine manière tout autant dans une situation pathologique que les patients. En effet, notre homme de la rue a un certain nombre de limites et il est loin d’être parfait. Éliminer ses imperfections est le véritable enjeu du transhumanisme, afin de permettre à l’individu d’atteindre un nouveau stade dans son évolution. Je laisserai de côté ici les discussions sur la possibilité de rendre l’homme immortel et les manipulations génétiques pour me focaliser sur les hypothèses plus concrètes et déjà en partie d’actualité d’amélioration des fonctions cognitives, telles que la mémoire et l’attention (cognitive enhancement).

  • 7 V.P. Clark, B.A. Coffman, A.R. Mayer, M.P. Weisend, T.D. Lane, V.D. Calhoun, E.M. Raybourn, C.M. Ga (...)

11Il est devenu possible de prendre certaines drogues qui maintiennent un niveau d’éveil et d’attention élevé sur une longue période de temps en agissant sur la chimie du cerveau. Ce qui est devenu une pratique courante dans la population étudiante américaine a été sujette à maintes controverses : en prenant ces substances, les étudiants trichent-ils ou non ? De manière encore plus frappante, il est désormais possible d’améliorer les capacités d’attention, d’apprentissage et de mémoire par stimulation magnétique transcrânienne appliquée sur certaines parties du cerveau7. Que cela soit donc par le biais neurochimique ou magnétique, il devient donc possible d’être meilleur sans effort. Mais jusqu’à quel point ?

  • 8 E.J. Vargo et A. Petroczi, «  ‘It Was Me on a Good Day’  : Exploring the Smart Drug Use Phenomenon (...)

12Il est important de distinguer différents scénarios. Une première possibilité est de permettre à l’individu de fonctionner simplement de manière optimale pour lui. Comme le décrit un étudiant qui avait pris une drogue neurostimulante, il n’avait pas l’impression d’avoir dépassé ses compétences normales, mais seulement d’être « dans un bon jour »8. Nous sommes loin d’une modification fondamentale de l’individu. Le deuxième scénario est légèrement différent. L’homme de la rue devient aussi cognitivement fort que le plus fort des êtres humains existants ou ayant existé. Autrement dit, tout le monde devient Einstein. Les limites à l’amélioration cognitive ne sont plus celles de l’individu mais celles de l’espèce. Les technologies augmentatives permettraient alors d’effacer certaines inégalités existantes. On peut certes rejeter une telle perspective en revendiquant par exemple un droit à la bêtise, ou en protestant sur la manière dont cette amélioration se fait (sans effort, et donc non méritée pour certains). Mais les conséquences bénéfiques de la généralisation de fonctions cognitives plus élevées sont telles, je soupçonne qu’elles l’emporteraient sur tout autre argument. Et ce d’autant plus que l’espèce humaine, de nouveau, n’est en rien altérée. L’hypothèse est que l’on reste dans les normes humaines et à partir d’un certain palier, il y a un phénomène de plateau où les fonctions cognitives ne peuvent plus être augmentées.

13On peut alors envisager un dernier scénario qui consiste à augmenter les capacités cognitives au-delà de ce palier. Seul ce dernier scénario semble impliquer une transformation radicale de l’esprit humain. L’avantage immédiat est que l’homme ne risquerait plus de se retrouver menacé par une supra-intelligence informatique (le célèbre problème de la singularité). Notre fonctionnement cognitif, en effet, se rapprocherait du traitement de l’information tel qu’un ordinateur évolué est capable de le faire. On peut alors concevoir deux modes d’actualisation d’un tel scénario, soit par une manipulation directe du cerveau permettant d’amplifier ses fonctions, soit par l’adjonction d’appendices technologiques.

  • 9 A. Damasio, L’erreur de Descartes, Odile Jacob, 1995.
  • 10 R. de Sousa, The Rationality of Emotion, Cambridge, MA, MIT Press, 1987  ; C. Tappolet, Émotions et (...)

14Dans cette première perspective, on peut s’inquiéter de la possibilité de « surhommes ». Mais avant d’essayer d’évaluer les enjeux sociaux et politiques d’une telle possibilité, nous devons d’abord nous poser la question suivante : aurons-nous vraiment à faire à des surhommes ? En effet, il serait naïf de croire que l’on peut modifier en partie le cerveau humain sans effets secondaires. Il y a toujours un prix à payer, et dans ce cas précis, on peut facilement concevoir que ce prix sera cognitif. Les descriptions transhumanistes restent en général assez floues sur les détails et négligent pour la plupart ce que nous connaissons du fonctionnement du cerveau humain. Prenons un exemple. Une des idées avancées est que l’homme devienne parfaitement rationnel, et qu’il n’éprouve plus d’émotions irrationnelles, comme les peurs non fondées. Mais certaines émotions dites irrationnelles, telles que l’amour, risqueraient de se retrouver éliminées. D’autre part, même s’il arrive que l’on ait peur sans raison, ce n’est qu’un détournement de notre système affectif qui normalement fonctionne bien. Or rendre un système infaillible est impossible, y compris pour les systèmes informatiques. Pour éviter tout dysfonctionnement des émotions, le plus simple serait évidemment de les éliminer dans leur totalité… Mais il n’est pas clair alors que nos capacités de raisonnement seraient véritablement améliorées. Un certain nombre de travaux en sciences cognitives montrent en effet que les émotions jouent un rôle crucial dans la prise de décision9. Selon de nombreuses théories des émotions, les émotions ne sont pas l’ennemi de la raison, bien au contraire10.

15Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que le cerveau doit être compris comme un ensemble de capacités cognitives, une sorte d’écosystème. Interférer avec l’une d’entre elles a nécessairement des conséquences sur les autres. Par exemple, les individus souffrant d’autisme de haut niveau (syndrome d’Asperger), aussi quelquefois appelés autistes savants, peuvent développer certaines capacités bien au-delà de la norme. Ils peuvent, par exemple, se souvenir du moindre détail visuel d’une scène, là où normalement nous filtrons un grand nombre d’informations. Ce talent spécifique serait rendu possible par un déficit en cognition sociale. Autrement dit, toutes les ressources qu’ils n’utilisent pas pour gérer les interactions avec autrui peuvent être recyclées pour d’autres fonctions. Plus simplement, nous savons tous que se concentrer sur quelque chose nous conduit à négliger d’autres choses. Ces exemples illustrent un fait de base : les différentes capacités du cerveau doivent se partager des ressources limitées et qu’amplifier une capacité peut conduire à diminuer les ressources disponibles pour d’autres. La question est alors de savoir si l’intérêt de l’amélioration cognitive excède les inconvénients des effets collatéraux. Autrement dit, le prix est-il trop cher à payer ou non ? Afin d’évaluer le rapport gain/coût, il faut s’interroger non seulement sur l’amplitude et l’impact des effets secondaires, mais aussi sur leur durée et leur potentielle réversibilité (Brem et al. 2014).

16Le présupposé ici est l’énergie et la puissance de traitement du cerveau dans sa globalité. Mais dans l’idéal, si celles-ci sont augmentées, il y aura plus de ressources à partager, et donc le prix à payer sera moindre. On peut ainsi imaginer que la seule chose modifiée soit la vitesse de traitement de l’information. À première vue, une telle amélioration n’aurait pas de dommages cognitifs collatéraux. Mais il resterait toujours les limites physiques de nos capacités corporelles. Même si nous pouvions atteindre une décision très rapidement, cela prendrait du temps d’agir et nous continuerions à être soumis aux contraintes liées à notre corps.

III. Technologies externalisantes

  • 11 A. Clark, Natural-Born Cyborgs, Oxford, Oxford University Press, 2003.
  • 12 F. de Vignemont, «  The extended body hypothesis  », in A. Newen, L. de Bruin, S. Gallagher (eds), (...)

17Une autre manière d’augmenter la puissance de traitement de l’information consiste à exploiter des ressources externes. Avec le progrès des interfaces homme-machine, il devient en effet possible de combiner les ressources de l’esprit humain avec celles des ordinateurs. On parle alors de technologies externalisantes, qui ont pour but d’améliorer l’esprit humain par l’ajout d’appendices externes. Il s’agit là de l’image désormais classique du cyborg. Mais comme le remarque justement le philosophe Andy Clark11, nous sommes d’ores et déjà des cyborgs. En effet, nous utilisons constamment des outils qui nous permettent à chaque instant de faire plus et mieux : le singe s’empare du morceau de bois pour faire tomber la banane qui est trop haute pour lui et nous nous saisissons de notre smartphone pour retrouver une information oubliée. Dans les deux cas, une capacité (motrice ou mnésique) est améliorée grâce à l’utilisation d’un objet externe. Il semble alors que grâce aux outils, notre corps et notre esprit ne sont plus condamnés à leurs limites biologiques et peuvent s’étendre au-delà. Clark parle ainsi de l’hypothèse de l’esprit étendu (extended mind), mais on pourrait parler aussi de l’hypothèse du corps étendu12. La question est alors double : l’esprit (ou le corps) est-il véritablement étendu ? Et quelle différence l’interface homme-machine introduit-elle ?

  • 13 L. Cardinali, F. Frassinetti, C. Brozzoli, C. Urquizar, A. C. Roy, and A. Farnè, «  Tool-use induce (...)
  • 14 M. Martel, L. Cardinali, A.C. Roy, et A. Farnè, «  Tool Use Unravels Body Morphology Representation (...)

18Prenons le cas du simple bâton. De nombreuses études montrent que les objets de ce type peuvent être incorporés au sein du schéma corporel, comme par exemple l’étude de Cardinali et coll.13. Les participants utilisent un outil constitué d’une pince au bout d’une longue tige. On compare alors la cinématique de leurs mouvements avant l’utilisation de l’outil et après l’avoir reposé sur la table. Il a été montré qu’elle change significativement : les participants continuent à programmer leurs actions comme si leur bras était plus long qu’il n’est, et ce même pour des gestes qu’ils n’avaient jamais effectués avec la pince. En outre, ils surestiment la distance entre le bout de leur index et leur coude, confirmant qu’ils perçoivent leur bras comme étant allongé (pour une revue complète de la littérature sur l’intégration des outils14). Ce n’est donc pas seulement que le bâton nous permet d’atteindre des objets plus éloignés, c’est aussi qu’il repousse les limites de notre corps tel que nous le percevons.

  • 15 D. J. Povinelli, J. E. Reaux, and S. H. Frey, «  Chimpanzees’ context-dependent tool use provides e (...)

19L’intégration, toutefois, n’est pas totale. Même si sa canne est précieuse pour l’aveugle, il ne la protégera pas de la même manière qu’il protège son propre corps. Povinelli et coll.15 montrent ainsi que les singes choisissent un outil pour ouvrir une boîte plutôt que leur propre main quand la boîte contient potentiellement quelque chose de dangereux. Le fait est que l’outil est rarement vécu comme faisant partie de son propre corps au même titre qu’une main. Il est donc important de distinguer ce qui fait partie constitutive du corps et ce qui en constitue une extension.

20La même distinction s’applique dans le cas de l’esprit. Prenons l’usage courant que nous avons de la mémoire de notre téléphone pour retrouver des numéros ou des adresses. En un sens, notre mémoire, si on la définit de manière purement fonctionnelle (capacité de convoquer de l’information stockée), est agrandie. Mais d’un autre côté, elle nous paraît appauvrie car nous ne nous souvenons plus par cœur des numéros de téléphone. On retrouve de nouveau le compromis entre ce que nous gagnons et ce que nous perdons. Et il n’est pas clair dans ce cas que ce que nous gagnons fasse véritablement partie de nous. Un téléphone peut se remplacer, s’égarer, ou se casser, sans que pour autant nous changions ou que nous perdions une partie de nous-mêmes. Il paraît plus plausible de traiter le téléphone comme la canne de l’aveugle, une extension de l’esprit, mais non une partie constituante. De nouveau, l’homme n’est pas fondamentalement transformé.

21Les interfaces homme-machine pourraient-elles changer la donne ? L’idée est que le cerveau utilise alors directement les ressources électroniques sans l’intermédiaire du corps biologique : je n’ai plus besoin de saisir mon téléphone pour taper le nom, il me suffit d’y penser, et je retrouve les coordonnées de la personne. Les technologies externalisantes peuvent alors prendre deux formes :

  • Soit on nous implante un disque dur externe. Nous n’avons alors accès qu’à l’information que nous avons stockée. Nous restons donc très proches du modèle du cerveau humain, se contentant d’augmenter sa capacité mnésique. Le risque alors est que la mémoire biologique s’atrophie car elle n’a plus d’utilité.

  • Soit on nous greffe un accès direct à internet. Il n’y a alors plus de limites aux informations auxquelles nous pouvons avoir directement accès. Mais voulons-nous pour autant dire qu’il n’y a plus de limite à notre mémoire ? Une des marques du mental est son caractère privé : seul le sujet y a un accès direct. Or soudainement tout le monde peut avoir accès aux ressources externes. Faut-il alors abandonner la distinction public/privé et nous atteindrions alors véritablement un autre stade dans notre évolution, un stade où les contours de la notion d’individu deviendraient plus flous ? Ou ce branchement direct sur internet ne resterait finalement rien de plus que le bâton du singe, un simple appendice pratique, mais qui reste à l’extérieur de nous ?

22En conclusion, pour que le transhumanisme devienne une hypothèse scientifique et non plus seulement une idéologie, il est nécessaire d’analyser le fonctionnement de l’esprit humain. Seulement alors pourrons-nous prédire ce qu’il peut devenir. Et c’est seulement quand nous aurons analysé les multiples scénarios possibles au niveau cognitif que nous pourrons ensuite nous préoccuper des implications éthiques, sociales, et économiques.

Haut de page

Notes

1 S. W Mitchell, «  Phantom limbs  », Lippincott’s Magazine of Popular Literature and Science 1871, 8, p. 563-569, spéc. p. 567 (ma traduction).

2 M. Botvinick and J. Cohen, «  Rubber hands ‘feel’ touch that eyes see  », Nature 1998, 391, p. 756.

3 M. R. Longo, F. Schüür, M. P. Kammers, M. Tsakiris and P. Haggard, «  What is embodiment  ? A psychometric approach  », Cognition 2008, 107, p. 978-998.

4 G. L. Moseley, N. Olthof, A. Venema, S. Don, M. Wijers, A. Gallace, and C. Spence, «  Psychologically induced cooling of a specific body part caused by the illusory ownership of an artificial counterpart  », Proceedings of the National Academy of Sciences 2008, 105, p. 13169-13173  ; N. Barnsley, J. H. McAuley, R. Mohan, A. Dey, P. Thomas and G. L. Moseley, «  The rubber hand illusion increases histamine reactivity in the real arm  », Current Biology 2011, 21 (23), R945-R946  ; F. Della Gatta, F. Garbarini, G. Puglisi, A. Leonetti, A. Berti and P. Borroni, «  Decreased motor cortex excitability mirrors own hand disembodiment during the rubber hand illusion  », Elife 2016, 5, e14972.

5 C. H. Jang et al., «  A survey on activities of daily living and occupations of upper extremity amputees  », Ann Rehabil Med 2011, 35, p. 907-921  ; T.R. Makin, F. de Vignemont, A.A. Faisal, «  Neurocognitive barriers to the embodiment of technology  », Nature Biomedical Engineering 2017, 1 (1), 0014.

6 C. D. Murray, «  An interpretative phenomenological analysis of the embodiment of artificial limbs  », Disability and Rehabilitation 2004, 26, p. 963-973.

7 V.P. Clark, B.A. Coffman, A.R. Mayer, M.P. Weisend, T.D. Lane, V.D. Calhoun, E.M. Raybourn, C.M. Garcia, E.M. Wassermann, «  TDCS guided using fMRI significantly accelerates learning to identify concealed objects  », NeuroImage 2012, 59, p. 117-128.

8 E.J. Vargo et A. Petroczi, «  ‘It Was Me on a Good Day’  : Exploring the Smart Drug Use Phenomenon in England  », Front Psychol 2016, 27 (7), p. 779.

9 A. Damasio, L’erreur de Descartes, Odile Jacob, 1995.

10 R. de Sousa, The Rationality of Emotion, Cambridge, MA, MIT Press, 1987  ; C. Tappolet, Émotions et valeurs, PUF, 2000.

11 A. Clark, Natural-Born Cyborgs, Oxford, Oxford University Press, 2003.

12 F. de Vignemont, «  The extended body hypothesis  », in A. Newen, L. de Bruin, S. Gallagher (eds), Oxford handbook of 4E cognition, Oxford University Press, 2017.

13 L. Cardinali, F. Frassinetti, C. Brozzoli, C. Urquizar, A. C. Roy, and A. Farnè, «  Tool-use induces morphological updating of the body schema  », Current Biology 2009, 19 (12), R478–R479.

14 M. Martel, L. Cardinali, A.C. Roy, et A. Farnè, «  Tool Use Unravels Body Morphology Representation in the Brain  », in F. de Vignemont et A. Alsmith (eds), The Subject’s Matter  : Body and self-consciousness. Cambridge (Mass), MIT Press, 2017.

15 D. J. Povinelli, J. E. Reaux, and S. H. Frey, «  Chimpanzees’ context-dependent tool use provides evidence for separable representations of hand and tool even during active use within peripersonal space  », Neuropsychologia 2010, 48, p. 243-247.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique de Vignemont, « Un homme augmenté mais à quel prix ? »Cahiers Droit, Sciences & Technologies, 11 | 2020, 23-30.

Référence électronique

Frédérique de Vignemont, « Un homme augmenté mais à quel prix ? »Cahiers Droit, Sciences & Technologies [En ligne], 11 | 2020, mis en ligne le 31 octobre 2020, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/cdst/2307 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cdst.2307

Haut de page

Auteur

Frédérique de Vignemont

Directrice de recherche au CNRS et directrice adjointe de l’Institut Jean Nicod, Département d’études cognitives, ENS, EHESS, CNRS, PSL University, UMR 8129

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers Droit, Sciences & Technologies sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search